Comorbidités et manifestations extra-articulaires de la spondylarthropathie

Introduction(edit | edit source)

La spondylarthropathie est un terme générique désignant une famille d’affections inflammatoires séronégatives présentant des caractéristiques articulaires et extra-articulaires. Cette page explore certaines des principales comorbidités, ainsi que les caractéristiques extra-articulaires rencontrées par les patients atteints de spondylarthropathie. Ces comorbidités et symptômes s’ajoutent à la charge de morbidité déjà subie par les patients atteints de spondylarthropathie, (1) il est donc essentiel de procéder à un dépistage précoce et de sensibiliser le grand public à ces affections.

Comorbidités(edit | edit source)

Ostéoporose(edit | edit source)

L’ostéoporose est définie comme : « un trouble du squelette caractérisé par une diminution de la résistance osseuse qui prédispose à un risque accru de fracture« . (2)

L’ostéoporose est une comorbidité reconnue de nombreuses affections inflammatoires, notamment la polyarthrite rhumatoïde, l’arthrite juvénile idiopathique, (3) et la spondylarthropathie (en particulier la spondylarthrite axiale). (4) Le taux de prévalence de l’ostéoporose chez les gens atteints de spondylarthrite axiale varie de 11,7 à 34,4 %. (5)

La spondylarthrite axiale provoque une situation paradoxale en ce qui concerne le métabolisme osseux : perte osseuse généralisée, résorption osseuse inflammatoire localisée et formation d’os nouveau (par exemple, des syndesmophytes).(6)

La perte osseuse généralisée peut être due à l’inflammation systémique et à l’activité de la maladie. L’augmentation de l’inflammation et des cytokines pro-inflammatoires a également été associée au développement de l’ostéoporose secondaire. (6) L’utilisation de stéroïdes peut également jouer un rôle important. (7)

La densité minérale osseuse commence à diminuer dès les premiers stades de la spondylarthrite axiale.(4) 40 à 50 % des patients atteints de spondylarthrite axiale auront une faible densité minérale osseuse six ans après l’apparition de la maladie.(3) Il a été démontré que même les patients souffrant de spondylarthrite axiale non radiographique (c’est-à-dire sans changement radiographique) ont une densité minérale osseuse inférieure à celle des patients souffrant de maux de dos mécaniques.(3)

La perte osseuse et la formation osseuse anormale typiques de la spondylarthrite axiale peuvent entraîner des syndesmophytes, une formation osseuse périvertébrale, une ankylose des articulations zygapophysaires, une formation osseuse anormale dans le système ligamentaire et, dans les cas les plus graves, une fusion complète de la colonne vertébrale.(3) Cette ostéoprolifération signifie que l’absorptiométrie biénergétique à rayons X, qui est habituellement utilisée pour mesurer la densité osseuse, peut être inexacte chez ces patients, c’est-à-dire qu’elle peut donner l’impression d’une densité minérale osseuse normale même en cas d’ostéoporose.(3)

La présence d’ostéoporose chez les patients atteints de spondylarthropathie est importante car elle augmente le risque de fracture vertébrale. (4) Le taux de prévalence des fractures varie de 11 à 24,6 %. (5)

Pour une prise en charge adaptée, le risque d’ostéoporose doit être évalué dès les premiers stades de la spondylarthrite axiale. (8) L’exercice physique s’est révélé bénéfique, (9) et les physiothérapeutes doivent concevoir des programmes adaptés aux patients atteints d’ostéoporose. Des informations spécifiques sur la prise en charge physiothérapeutique de l’ostéoporose sont disponibles ici.

Les vidéos suivantes fournissent des informations générales sur l’ostéoporose.

Maladies cardiovasculaires ( éditer | edit source )

Comme beaucoup d’autres affections rhumatismales, la spondylarthropathie est associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires. (1) Les types de maladies cardiovasculaires associées à la spondylarthropathie incluent : (12)

Une étude menée par Lauper et ses collègues a exploré l’incidence et la prévalence des événements cardiovasculaires indésirables majeurs chez les patients atteints de différentes affections rhumatismales, notamment la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite axiale et l’arthrite psoriasique, et n’a révélé aucune différence de taux entre les maladies.(13) Il semble donc que l’inflammation soit responsable de l’augmentation du risque plutôt que les processus pathologiques spécifiques.(13)

Les maladies cardiovasculaires chez les patients atteints de maladies rhumatismales auto-immunes peuvent rester asymptomatiques ou ne présenter que quelques symptômes atypiques, ce qui conduit à un diagnostic tardif et à une évolution défavorable. (14) Les physiothérapeutes doivent donc tenir compte du risque cardiovasculaire lorsqu’ils traitent des patients souffrant d’affections inflammatoires potentielles ou diagnostiquées. Les stratégies de traitement peuvent inclure : (1)

  • Soutenir et promouvoir l’exercice physique (voir ci-dessous)
  • Réduire et traiter l’hypertension

Les facteurs de risque modifiables tels que le tabagisme et l’alimentation sont également des domaines qui devraient être abordés par l’équipe multidisciplinaire.(1)

Types d’exercices ( éditer | éditer la source )

Des preuves solides suggèrent que l’exercice en endurance et l’entraînement musculaire peuvent contribuer à protéger contre les maladies cardiovasculaires.(15) En outre, une étude menée par Sveaas et ses collègues a montré que l’exercice de haute intensité améliorait l’activité de la maladie et réduisait les facteurs de risque cardiovasculaire chez les patients atteints de spondylarthrite axiale active.(15) (16)Le programme d’exercices de cette étude suivait les recommandations de l’American College of Sports Medicine (ACSM) pour le maintien et l’amélioration de la condition physique cardiorespiratoire et musculaire :(15)

  • Les patients étaient encouragés à faire de l’exercice pendant 40 à 60 minutes, trois fois par semaine.
  • Les séances consistaient en un entraînement en endurance et en force
    • L’entraînement en endurance était un entraînement par intervalles de haute intensité d’une durée de 40 minutes
    • L’entraînement en force durait 20 minutes et se concentrait sur la charge externe des principaux groupes musculaires (six exercices, huit à dix répétitions maximum, deux à trois séries).

Dépression(edit | edit source)

La dépression touche souvent les patients atteints de maladies chroniques comme la spondylarthrite axiale. (17) La prévalence de la dépression se situe entre 11 et 64 %, avec environ 15 % des patients atteints de spondyloarthrite axiale présentant au moins un niveau modéré de dépression. (17)

Chez les patients atteints de spondylarthrite axiale, il a été démontré que la dépression est inversement associée à l’âge, et associée à une déficience fonctionnelle et à une maladie plus grave.(17)

La dépression étant liée à un risque accru de gravité de la maladie et à une réduction de la capacité fonctionnelle, lorsqu’ils travaillent avec des patients atteints de spondylarthropathie, les physiothérapeutes doivent tenir compte de leur santé mentale. Il peut être utile de poser des questions sur le niveau d’adaptation du patient et sur son humeur. Des questionnaires validés tels que le Patient Health Questionnaire-9 peuvent être utiles. (1) La dépression est abordée plus en détail ici.

(18)

Activité physique réduite ( éditer | modifier la source )

Outre ces trois comorbidités, la réduction de l’activité physique est un facteur clé. De plus en plus de données probantes soutiennent l’utilisation de la thérapie par l’exercice dans la prise en charge de la spondylarthropathie. (19) On a constaté qu’elle améliorait la fonction physique, l’activité de la maladie et l’expansion thoracique, et qu’elle contribuait à réduire la douleur, à améliorer la raideur, la mobilité de la colonne vertébrale et la fonction cardio-respiratoire. (20)

Malgré ces avantages, les patients atteints de spondylarthropathie, en particulier de spondylarthrite axiale, sont moins actifs physiquement que la population générale. Même les patients qui sont actifs ne font généralement pas les exercices recommandés.(1)

La Ligue européenne contre le rhumatisme (European Alliance of Associations for Rheumatology – EULAR) indique que les programmes d’exercices doivent inclure quatre domaines clés :(21)

  • La force musculaire
  • Le cardiovasculaire
  • La flexibilité
  • L’entraînement neuromoteur

De nombreux patients atteints de spondylarthrite axiale ne s’engagent pas dans des programmes d’exercices aussi variés.(1) Traditionnellement, on conseille à ces patients de se concentrer sur l’hydrothérapie et les exercices d’assouplissement, alors que l’entraînement musculaire est sous-utilisé.(19) Les physiothérapeutes doivent donc tenir compte du type d’exercice, ainsi que de la durée et de l’intensité lorsqu’ils conçoivent des programmes d’exercices pour ces patients.

Quelques idées d’exercices sont présentées dans les vidéos suivantes. La gestion de l’exercice est abordée plus en détail ici.

Manifestations extra-articulaires ( éditer | éditer la source )

Uvéite ou iritis aiguës ( edit | edit source )

L’uvéite antérieure aiguë est une forme d’inflammation oculaire et constitue la manifestation extra-articulaire la plus fréquemment rencontrée dans les cas de spondylarthrite axiale, (24) avec des taux de prévalence compris entre 21 et 33 %. (25)

Les données sont contradictoires quant à l’influence du sexe sur cette pathologie.(25) Par contre, les taux d’uvéite antérieure aiguë sont plus élevés chez les personnes qui sont positives au HLA-B27 et qui souffrent de douleurs au niveau du talon.(1) (24) La prévalence semble également augmenter avec la durée de la maladie.(24) Seuls 12 % des patients ont connu une poussée d’uvéite au cours des 5 premières années de leur maladie, contre 43 % des patients atteints de la maladie depuis une longue durée (c’est-à-dire depuis plus de 30 ans).(25) Les taux de prévalence varient également en fonction du type de spondylarthropathie et des ethnies.(25)

L’uvéite antérieure aiguë est une urgence ophtalmologique. Tout patient présentant cette pathologie devra consulter un ophtalmologiste spécialisé dans les 24 heures suivant sa présentation.(1)

Signes et symptômes de l’uvéite antérieure aiguë : (1)

  • Douleur et/ou rougeur de l’œil due à une inflammation de l’iris
  • La plupart des patients ont une vision floue
  • Des flotteurs peuvent être présents (c’est-à-dire des taches qui apparaissent dans le champ visuel).
  • Elle se présente généralement de façon unilatérale
  • Les patients peuvent signaler une photophobie (c’est-à-dire une incapacité à regarder la lumière).

Il est important de noter que l’uvéite antérieure aiguë peut récidiver – environ 50 % des patients auront une uvéite récurrente.(25)

(26)

Maladies inflammatoires de l’intestin ( éditer | edit source )

Les deux principales formes de maladies inflammatoires de l’intestin (MII) sont les suivantes : (1) (27)

  1. la maladie de Crohn, qui affecte l’ensemble du tractus gastro-intestinal
  2. la colite ulcéreuse, qui n’affecte que le côlon

La maladie de Crohn et la colite ulcéreusesont des affections inflammatoires débilitantes qui durent toute la vie et qui nécessitent souvent une intervention chirurgicale et médicale.(27)

Signes et symptômes ( éditer | source d’édition )

La colite ulcéreuse est fortement associée à des saignements rectaux. Ces saignements peuvent s’accompagner de douleurs abdominales, de diarrhées et de signes d’atteinte systémique ( fièvre ou anémie). (27)

La présentation clinique de la maladie de Crohn est souvent plus variée. (27) Les symptômes typiques de la maladie de Crohn sévère sont : (27)

  • Fièvre
  • Malaise
  • Anorexie
  • Perte de poids
  • Douleur abdominale
  • Diarrhée fréquente avec saignement rectal

La fréquence de la spondylarthropathie chez les patients atteints de maladie inflammatoire de l’intestin varie entre 17 et 39 %. (27) La spondylarthropathie est donc la manifestation extra-intestinale la plus fréquente chez les patients atteints de maladie inflammatoire de l’intestin . Chez environ 20 % des patients, les maux de dos inflammatoires peuvent apparaître avant les maladies inflammatoires de l’intestin, mais les symptômes musculo-squelettiques sont généralement diagnostiqués après l’apparition des des maladies inflammatoires de l’intestin. (27) La spondylarthrite axiale a été associée à une forme plus chronique et plus active de maladies inflammatoires de l’intestin. (28)

La prévalence des maladies inflammatoires de l’intestin chez les patients atteints de spondylarthrite axiale est d’environ quatre pour cent, mais elle atteint entre cinq et dix pour cent chez les patients présentant une spondylarthrite axiale radiographique. (1) La prévalence augmente également chez les patients qui sont HLA-B27 positifs. (28)

Une communication claire entre tous les membres de l’équipe multidisciplinaire, ainsi qu’une compréhension de la relation entre les maladies inflammatoires de l’intestin et la spondylarthropathie, peuvent faciliter l’orientation et le diagnostic précoces de ces affections.(1)

Psoriasis(edit | edit source)

Le psoriasis est une maladie génétique à médiation immunitaire qui affecte la peau et/ou les articulations. (29) Elle se caractérise par une accumulation rapide de cellules cutanées, qui peuvent provoquer des plaques rouges, squameuses et enflammées sur la peau. (1) Il existe différentes formes de psoriasis, classées en fonction de leur phénotype. Les types de psoriasis sont les suivants :

  • Psoriasis en plaques (30)
    • Il s’agit du type de psoriasis le plus courant, qui représente près de 90 % des cas
    • En clinique, il se présente sous la forme de plaques érythémateuses aux limites nettes, recouvertes de squames nacrées. Les lésions sont réparties de manière symétrique. Elles apparaissent le plus souvent sur les genoux, les coudes, le cuir chevelu et la région sacrée
  • Psoriasis en gouttes (30)
    • Ce type de psoriasis apparaît souvent chez les enfants et les jeunes adultes. Les lésions ont tendance à apparaître soudainement et ont l’apparence de petites gouttelettes ou de papules psoriasiques squameuses (bien que ces dernières soient moins fréquentes). Elles se développent généralement après des infections streptococciques. Elles apparaissent généralement sur le tronc, les parties proximales des extrémités, le visage et le cuir chevelu.
  • Psoriasis inversé (30)
    • Le psoriasis inversé (ou psoriasis de flexion) se manifeste dans les plis cutanés. En raison de la friction et de l’humidité dans ces zones, les lésions squameuses ne se forment pas, mais plutôt des plaques rouge vif, symétriques, infiltrantes, fissurées et présentant des contours distinctifs. Ce type de psoriasis est plus fréquent chez les personnes obèses.
  • Psoriasis érythrodermique (30)
    • Dans le cas du psoriasis érythrodermique, les lésions touchent près de 80 % du corps. Les lésions sont largement érythémateuses – les papules et les plaques typiques ne conservent pas leurs caractéristiques et la desquamation n’est pas aussi distincte. Le psoriasis érythrodermique peut entraîner une hypothermie en raison de la vasodilatation généralisée. Il peut s’agir d’un type de psoriasis indépendant, mais le plus souvent, il se développe en tant que complication du psoriasis vulgaris.
  • Psoriasis en pustules (30)
    • Les différents types de psoriasis pustuleux sont les suivants :
      • Psoriasis pustuleux généralisé (type von Zumbusch)
      • Impétigo herpétiforme
      • Psoriasis pustuleux localisé
      • Psoriasis pustuleux palmoplantaire (type Barber)
      • Acrodermatite continue de Hallopeau

Le psoriasis est bien sûr plus fréquent chez les patients atteints de rhumatisme psoriasique, mais il touche aussi environ 8 % des patients atteints de spondylarthrite axiale. (1)

(31)

Comme le montrent les différents types de psoriasis présentés ci-dessus, cette affection est variable en termes de morphologie, de distribution, de gravité et de localisation des lésions.(1) Il est donc important que les cliniciens posent à leurs patients des questions sur leur peau, notamment sur le cuir chevelu, derrière les oreilles et sur les faces d’extension des bras, sous les aisselles (dans le cas du psoriasis inversé) et sur l’abdomen (dans le cas du psoriasis en gouttes).(1)

Il est également utile de s’enquérir des antécédents familiaux de psoriasis et de toute modification des ongles (piqûres ou onycholyse), car des liens ont été établis entre ces affectations au niveau des ongles et les enthèses. (1) (32) (33)

Manifestations périphériques ( éditer | éditer la source )

Enthésite(edit | edit source)

L’enthèse est la zone où les tendons, les ligaments et les capsules articulaires s’attachent à l’os.(34) Alors que l’on pensait auparavant que les enthésopathies étaient des troubles localisés, liés à l’insertion, les progrès de l’imagerie ont montré qu’il existait des changements plus étendus (c’est-à-dire dans l’os adjacent et les tissus mous environnants).(34) Par exemple, les études d’imagerie des patients atteints d’épicondylite latérale montrent qu’il y a des changements dégénératifs à la fois au niveau de l’enthèse d’origine de l’extenseur commun et dans les ligaments adjacents.(34) Il a donc été proposé que les sites d’insertion ne soient pas considérés comme des attaches focales, mais qu’ils fassent partie d’un plus large « complexe organique de l’enthèse ». Ce complexe aide à répartir le stress du point d’insertion loin du site d’attachement. (34) (32)

L’enthésite est une manifestation périphérique fréquente de la spondylarthropathie. Elle touche environ 35 à 50 % des patients atteints d’arthrite psoriasique et environ 40 % des patients atteints de spondylarthrite axiale. (1) L’enthésite est probablement liée à la charge mécanique et peut être plus fréquente chez les patients HLA-B27 positifs. La charge mécanique semble déclencher une chaîne d’événements inflammatoires, qui sont initialement localisés dans l’enthèse. Cependant, cette inflammation locale s’étend et provoque d’autres problèmes, tels que la synovite locale et la ténosynovite.(1)

L’échographie peut être un outil de diagnostic utile car elle est capable de révéler des changements inflammatoires plus diffus au niveau de l’enthèse qu’une radiographie. L’activité Doppler peut aider à distinguer les modifications du tendon de celles de l’enthésite. L’IRM est également capable de détecter l’enthésite, par contre cette méthode d’imagerie est plus coûteuse que l’échographie. (1)

Dactylite(edit | edit source)

La dactylite est définie comme un gonflement diffus des doigts, et est familièrement connue sous le nom de doigts saucissons. (35) Elle a tendance à être asymétrique (1) et est due en grande partie à l’inflammation des gaines des tendons fléchisseurs des doigts. (36)

Il s’agit d’une caractéristique essentielle de l’arthrite psoriasique, présente chez 40 % des patients.(36) Sa prévalence générale dans l’ensemble des spondylarthropathies est de 16 à 49 %.(1) Elle survient également dans des pathologies sans rapport avec elle, telles que la sarcoïdose, la goutte, la drépanocytose et diverses infections.(37) La dactylite réapparaît chez 44 % des patients (souvent dans le même doigt) et touche plus souvent les orteils que les doigts.(36)

Elle survient souvent au début de la maladie et peut être la seule manifestation de l’arthrite psoriasique pendant des mois, voire des années, avant l’apparition d’autres symptômes.(1) Par conséquent, lors de l’évaluation de patients présentant une dactylite antérieure ou actuelle, il est important de vérifier s’il existe d’autres soupçons de spondylarthropathie, en particulier d’arthrite psoriasique.(1) Cliquez ici pour des images de dactylite.

Résumé(edit | edit source)

La spondylarthropathie s’accompagne de diverses comorbidités et de manifestations extra-articulaires ou périphériques. En raison de la nature variée de ces affections, le diagnostic et la classification peuvent être difficiles. Cependant, l’utilisation de tous les membres de l’équipe multidisciplinaire peut aider à identifier ces patients à un stade précoce. Une revue récente de la littérature (38) suggère que l’approche de l’équipe multidisciplinaire avec l’implication précoce d’un psychologue, d’un diététicien et d’un ergothérapeute dans le plan de traitement est bénéfique pour les patients atteints de psoriasis cutané. Une étude a montré que la relaxation, les exercices de base, la pleine conscience et les thérapies de modification du comportement et du mode de vie réduisaient efficacement les scores de l’indice de surface et de gravité du psoriasis (Psoriasis Area and Severity Index – PASI). (38)

Les physiothérapeutes doivent tenir compte de l’ensemble du processus pathologique lorsqu’ils évaluent et prennent en charge les patients atteints de spondylarthropathie. Ces manifestations extra-articulaires apparaissent souvent au début de l’évolution de la maladie ou en conjonction avec d’autres symptômes. Il est donc important de poser des questions sur la peau, les yeux et l’intestin du patient, ainsi que sur d’éventuels antécédents d’enthésite et de dactylite. Cela permet de détecter les signes précoces de la spondylarthropathie, ce qui se traduit en fin de compte par de meilleurs résultats pour les patients.

Références(edit | edit source)

  1. 1.00 1.01 1.02 1.03 1.04 1.05 1.06 1.07 1.08 1.09 1.10 1.11 1.12 1.13 1.14 1.15 1.16 1.17 1.18 1.19 1.20 1.21 1.22 1.23 1.24 Martey C. Co-morbidities within Spondyloarthritis Course. Plus2020.
  2. National Institutes of Health. Osteoporosis Prevention, Diagnosis, and Therapy: NIH Consensus Statement Online. 2000. Available from https://consensus.nih.gov/2000/2000Osteoporosis111html.htm (Accessed 23 November 2020).
  3. 3.0 3.1 3.2 3.3 3.4 Fitzgerald GE, O’Shea FD. The Fascinating Paradox of Osteoporosis in Axial Spondyloarthropathy. J Rheumatol. 2017; 44(12): 1767-76.
  4. 4.0 4.1 4.2 Kilic E, Ozgocmen S. Bone mass in axial spondyloarthritis: A literature review. World J Orthop. 2015; 6(2): 298-310.
  5. 5.0 5.1 Ramírez J, Nieto-González JC, Curbelo Rodríguez R, Castañeda S, Carmona L. Prevalence and risk factors for osteoporosis and fractures in axial spondyloarthritis: A systematic review and meta-analysis. Semin Arthritis Rheum. 2018; 48(1): 44-52.
  6. 6.0 6.1 Kang KY, Goo HY, Park SH, Hong YS. Trabecular bone score as an assessment tool to identify the risk of osteoporosis in axial spondyloarthritis: a case-control study. Rheumatology (Oxford). 2018; 57(3): 587.
  7. Schüle S, Frey D, Biedermann L, Grueber MM, Zeitz J, Vavricka S et al. Von Spondyloarthritis bis Osteoporose – Beteiligung des Skelettsystems bei chronisch entzündlichen Darmerkrankungen (From Axial Spondyloarthritis to Osteoporosis – Spectrum of Skeletal Involvement in Inflammatory Bowel Diseases). Praxis (Bern 1994). 2019; 108(12): 799-806.
  8. Lim MJ, Kang KY. A contemporary view of the diagnosis of osteoporosis in patients with axial spondyloarthritis. Frontiers in Medicine. 2020 Dec 11;7:569449.
  9. Pécourneau V, Degboé Y, Barnetche T, Cantagrel A, Constantin A, Ruyssen-Witrand A. Effectiveness of Exercise Programs in Ankylosing Spondylitis: A Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Arch Phys Med Rehabil. 2018; 99(2): 383-9.
  10. Osmosis. Osteoporosis – causes, symptoms, diagnosis, treatment, pathology. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=jUQ_tt_zJDo (last accessed 23/11/2020)
  11. Bob & Brad. Osteoporosis (Osteopenia) Causes, Treatment & Can It Be Reversed or Prevented (Recent Research). Available from https://www.youtube.com/watch?v=P130CIaRjpc (last accessed 23/11/2020)
  12. Gensler LS. Axial spondyloarthritis: the heart of the matter. Clin Rheumatol. 2015; 34(6): 995-8.
  13. 13.0 13.1 Lauper K, Courvoisier DS, Chevallier P, Finckh A, Gabay C. Incidence and Prevalence of Major Adverse Cardiovascular Events in Rheumatoid Arthritis, Psoriatic Arthritis, and Axial Spondyloarthritis. Arthritis Care Res (Hoboken). 2018; 70(12): 1756-63.
  14. Mavrogeni SI, Fotis L, Voulgari PV, Venetsanopoulou AI, Mattucci-Cerinic M. Editorial: Cardiovascular involvement in autoimmune diseases. Front Cardiovasc Med. 2022 Jul 25;9:982559.
  15. 15.0 15.1 15.2 Sveaas SH, Berg IJ, Provan SA, Semb AG, Hagen KB, Vollestad N et al. Efficacy of high intensity exercise on disease activity and cardiovascular risk in active axial spondyloarthritis: a randomized controlled pilot study. PLoS One. 2014; 9(9): e108688.
  16. Sveaas SH, Bilberg A, Berg IJ, Provan SA, Rollefstad S, Semb AG, Hagen KB, Johansen MW, Pedersen E, Dagfinrud H. High intensity exercise for 3 months reduces disease activity in axial spondyloarthritis (axSpA): a multicentre randomised trial of 100 patients. British journal of sports medicine. 2020 Mar 1;54(5):292-7.
  17. 17.0 17.1 17.2 Zhao S, Thong D, Miller N, Duffield SJ, Hughes DM, Chadwick L et al. The prevalence of depression in axial spondyloarthritis and its association with disease activity: a systematic review and meta-analysis. Arthritis Res Ther. 2018; 20(1): 140.
  18. Royal Berkshire NHS Foundation Trust. Self-help tips for managing Depression and Anxiety in Axial Spondyloarthritis. Available from https://www.youtube.com/watch?v=XWBAoZqo-Lk (last accessed 23/11/2020)
  19. 19.0 19.1 Martey C, Sengupta R. Physical therapy in axial spondyloarthritis: guidelines, evidence and clinical practice. Curr Opin Rheumatol. 2020; 32(4): 365-70.
  20. O’Dwyer T, O’Shea F, Wilson F. Exercise therapy for spondyloarthritis: a systematic review. Rheumatol Int. 2014; 34(7): 887-902.
  21. Rausch Osthoff AK, Niedermann K, Braun J, Adams J, Brodin N, Dagfinrud H et al. 2018 EULAR recommendations for physical activity in people with inflammatory arthritis and osteoarthritis. Ann Rheum Dis. 2018; 77(9): 1251-60.
  22. Novartis Malaysia. Exercises for Axial Spondyloarthritis (Axial SpA) & Ankylosing Spondylitis (AS). Available from https://www.youtube.com/watch?v=aauRdFPVhOg (last accessed 23/11/2020)
  23. CAS Official. Exercises for People with Spondyloarthritis. Available from https://www.youtube.com/watch?v=xREVXIA2lh8 (last accessed 23/11/2020)
  24. 24.0 24.1 24.2 Frantz C, Portier A, Etcheto A, Monnet D, Brezin A, Roure F et al. Acute anterior uveitis in spondyloarthritis: a monocentric study of 301 patients. Clin Exp Rheumatol. 2019; 37(1): 26-31.
  25. 25.0 25.1 25.2 25.3 25.4 Rademacher J, Poddubnyy D, Pleyer U. Uveitis in spondyloarthritis. Ther Adv Musculoskelet Dis. 2020; 12: 1759720X20951733.
  26. Doctor Eye Health. Iritis – What is Anterior Uveitis? Doctor Explains. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=4OFEKLm1fBE (last accessed 23/11/2020)
  27. 27.0 27.1 27.2 27.3 27.4 27.5 27.6 Gionchetti P, Calabrese C, Rizzello F. Inflammatory Bowel Diseases and Spondyloarthropathies. J Rheumatol Suppl. 2015; 93: 21-3.
  28. 28.0 28.1 Ossum AM, Palm Ø, Lunder AK, Cvancarova M, Banitalebi H, Negård A et al. Ankylosing Spondylitis and Axial Spondyloarthritis in Patients With Long-term Inflammatory Bowel Disease: Results From 20 Years of Follow-up in the IBSEN Study. J Crohns Colitis. 2018; 12(1): 96-104.
  29. Boehncke WH, Schön MP. Psoriasis. Lancet. 2015; 386(9997): 983-94.
  30. 30.0 30.1 30.2 30.3 30.4 Sarac G, Koca TT, Baglan T. A brief summary of clinical types of psoriasis. North Clin Istanb. 2016; 3(1): 79-82.
  31. Merck Manuals. Psoriasis: Signs, Symptoms, Causes, and Treatment | Merck Manual Consumer Version. Available from https://www.youtube.com/watch?v=T-cjYe8C9LU (last accessed 23/11/2020)
  32. 32.0 32.1 McGonagle D. Enthesitis: an autoinflammatory lesion linking nail and joint involvement in psoriatic disease. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology. 2009; 23(s1): 9-13.
  33. Klaassen KM, Ploegmakers MJ, van de Kerkhof PC, Klein WM, Pasch MC. Subclinical enthesitis in nail psoriasis patients: a case-control study. J Dtsch Dermatol Ges. 2017; 15(4): 405-412.
  34. 34.0 34.1 34.2 34.3 Benjamin M, Moriggl B, Brenner E, Emery P, McGonagle D, Redman S. The « enthesis organ » concept: why enthesopathies may not present as focal insertional disorders. Arthritis Rheum. 2004; 50(10): 3306-13.
  35. McGonagle D, Tan AL, Watad A, Helliwell P. Pathophysiology, assessment and treatment of psoriatic dactylitis. Nat Rev Rheumatol. 2019; 15: 113–122.
  36. 36.0 36.1 36.2 Brockbank JE, Stein M, Schentag CT, Gladman DD. Dactylitis in psoriatic arthritis: a marker for disease severity? Ann Rheum Dis. 2005; 64(2): 188-90.
  37. Healy, P.J., Helliwell, P.S. Dactylitis: Pathogenesis and clinical considerations. Curr Rheumatol Rep. 2006; 8(5): 338-41.
  38. 38.0 38.1 Perrotta FM, Scriffignano S, Benfaremo D, Ronga M, Luchetti MM, Lubrano E. New Insights in Physical Therapy and Rehabilitation in Psoriatic Arthritis: A Review. Rheumatology and Therapy. 2021 Mar 12:1-1.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles