Un aperçu des spondylarthropathies

Éditrice originale Jess Bell Principaux contributeursJess Bell, Kim Jackson, Ewa Jaraczewska, Tarina van der Stockt et Lucinda Hampton

Introduction(edit | edit source)

La spondylarthropathie (ou spondylarthrite) est un terme générique désignant un groupe de maladies rhumatismales inflammatoires. (1) (2) Les spondylarthropathies sont progressives et douloureuses. Elles touchent souvent le squelette axial (c’est-à-dire la colonne vertébrale et les articulations sacro-iliaques), mais elles peuvent également affecter le squelette périphérique.(1) Elles sont associées à l’enthésite (inflammation de l’endroit où les tendons / ligaments s’insèrent dans l’os) (3) et à la dactylite (gonflement diffus des doigts) (4). Les autres zones touchées sont le cœur, les yeux, les poumons, la peau, les intestins et les voies génito-urinaires. (2)

Il existe cinq types de spondylarthrite : (1)

Épidémiologie / Étiologie ( éditer | éditer la source )

Les symptômes associés à la spondylarthropathie apparaissent généralement avant l’âge de 45 ans.(1) Elles touchent presque autant les hommes que les femmes, avec un ratio de 1,1:1 (homme/femme), bien que les hommes aient tendance à être plus jeunes que les femmes au moment du diagnostic.(1) (8) Avec un taux de prévalence de 0,5 à 1,9 %, elles font partie des maladies rhumatismales les plus courantes – aussi courantes que la polyarthrite rhumatoïde.(9) Cependant, contrairement aux autres maladies rhumatismales, les spondylarthropathies sont séronégatives aux facteurs rhumatoïdes.(10)

L’étiologie et la pathogénie des spondylarthropathies sont complexes et ne sont pas entièrement comprises. Une réponse inflammatoire systémique initiale à une source connue ou inconnue provoque des modifications tissulaires locales. Ces changements peuvent être durables dans l’environnement articulaire local, et l’inflammation persistante provoque un cycle de remodelage osseux déséquilibré et de perte osseuse axiale. (11)

Bien que la cause de la spondylarthropathie ne soit pas connue, la recherche suggère qu’il existe des déclencheurs environnementaux et génétiques. (2) En particulier, on a constaté que les spondylarthropathies ont des liens génétiques avec le gène HLA-B27. (1) (12) 90 % des patients atteints de spondylarthrite axiale possèdent ce gène. Cependant, la présence de ce gène ne permet pas en soi de diagnostiquer une spondylarthropathie, car cinq à dix pour cent des patients porteurs du gène HLA-B27 ne développent aucune de ces affections.(1)

(13)

Caractéristiques / Présentation clinique ( éditer | éditer la source )

Le mal de dos est extrêmement répandu. (14) L’apparition de douleurs dorsales durant trois mois ou plus et avant l’âge de 45 ans constitue le point de départ du diagnostic de spondylarthrite.(14) Il est important de pouvoir différencier les différents types de maux de dos (mécaniques ou inflammatoires) et les différents types de spondylarthropathie. Les caractéristiques spécifiques de chaque type de spondylarthropathie sont décrites ci-dessous.

Spondylarthrite axiale ( éditer | edit source )

La spondylarthrite axiale concerne les patients qui présentent une spondylarthrite axiale radiographique et non radiographique. La spondylarthrite axiale radiographique est également appelée spondylarthrite ankylosante. (15) La spondylarthrite axiale non radiographique n’apparaît pas à la radiographie, mais elle présente des changements à l’IRM. (1)

La spondylarthrite axiale se manifeste généralement vers l’âge de 20 ans. Le rapport hommes/femmes est de 2:1 pour la spondylarthrite axiale radiographique et de 1:1 pour la spondylarthrite axiale non radiographique.(15)

La spondylarthrite axiale affecte principalement la colonne vertébrale, les changements inflammatoires provoquant des douleurs, des raideurs et une perte de mouvement au niveau du dos. (1) (16) Les patients présentent souvent une altération des mouvements de la colonne vertébrale, une posture anormale, des douleurs au niveau des fesses et des hanches, une arthrite périphérique, une enthésite et une dactylite. (16)

(17)

On estime que la spondylarthrite axiale est héréditaire à 90 %, le gène HLA-B27 étant le facteur génétique le plus important.(15) (16) (18) Le rôle réel du gène HLA-B27 dans la pathogenèse de la spondylarthrite axiale n’est pas clair, mais des preuves suggèrent que les cytokines, le facteur de nécrose tumorale (TNF)-α et l’interleukine-17 sont impliquées.(15)

La spondylarthrite axiale radiographique a également été associée à un risque accru de maladie cardiovasculaire en raison de l’inflammation systémique associée à cette pathologie. Parce qu’elle entraîne une diminution de l’expansion de la paroi thoracique et une réduction de la mobilité de la colonne vertébrale, elle peut conduire à un schéma pulmonaire restrictif chez les personnes atteintes de la pathologie. Ces personnes sont également plus sujettes aux fractures de fragilité vertébrale, à la subluxation atlanto-axiale, aux lésions de la moelle épinière et, parfois, au syndrome de la queud de cheval. (16)

(19)

Pour plus d’informations sur la spondylarthrite axiale, cliquez ici.

Arthrite psoriasique ( éditer | edit source )

L’arthrite psoriasique (PsA) est une maladie articulaire inflammatoire chronique à médiation immunitaire associée au psoriasis. (20) Les personnes atteintes présentent une inflammation des articulations et des enthèses à la fois dans le squelette axial et dans les articulations périphériques. Elle affecte plusieurs organes, dont la peau, et est associée à un risque accru de mortalité par maladie cardiovasculaire. (20) (21)

L’incidence annuelle de l’arthrite psoriasique est très variable, allant de 0,1 à 23,1 cas pour 100 000. Les taux de prévalence varient également d’un pays à l’autre, tout comme l’âge moyen au moment du diagnostic (40,7 à 52,0 ans).(22)

Les caractéristiques principales de l’arthrite psoriasique sont les suivantes (22)

  • La présence de psoriasis
  • La présence d’arthrite inflammatoire
  • L’absence de tests sérologiques positif pour la polyarthrite rhumatoïde

Entre 60 et 70 % des patients développeront un psoriasis avant l’arthrite psoriasique. Cependant, chez 15 à 20 % des patients, les symptômes de l’arthrite apparaissent en premier. Pour 15 à 20 % des personnes, le psoriasis et l’arthrite apparaissent dans l’espace d’un an.(22)

Pour plus d’informations sur l’arthrite psoriasique, cliquez ici.

(23)

Arthrite entéropathique ( éditer | edit source )

L’arthrite entéropathique (AEn) est une spondylarthropathie qui survient chez les patients souffrant en plus d’une maladie inflammatoire de l’intestin telles que la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn et/ou d’autres maladies gastro-intestinales. (24)

Il n’existe pas de test de référence pour l’arthrite entéropathique, le diagnostic repose donc généralement sur les antécédents médicaux et l’examen physique.(24) En règle générale, les patients atteints de maladie inflammatoire de l’intestin qui développent ensuite des douleurs dorsales inflammatoires et/ou une synovite (principalement dans les membres inférieurs) sont diagnostiqués comme souffrant d’une spondylarthropathie.(24) Les femmes sont plus susceptibles de présenter une atteinte des articulations périphériques, tandis que les hommes sont plus susceptibles de présenter des symptômes au niveau du squelette axial.(24)

Entre 17 et 39 % des patients atteints de maladie inflammatoire de l’intestin développent des manifestations rhumatismales. Entre 2 et 16 % des patients atteints de maladie inflammatoire de l’intestin développent une arthrite entéropathique dans le squelette axial. La prévalence de la sacro-iliite dans cette population se situe entre 12 et 20 % des patients.(24)

Comme pour les autres spondylarthropathies, il existe une association avec le gène HLA-B27, allant de 3,9 à 18,9 %, mais la pathogenèse n’est pas entièrement comprise. (24) Cependant, on a observé que l’inflammation des articulations se produit chez les patients génétiquement prédisposés et souffrant d’infections bactériennes de l’intestin. Cela suggère donc qu’il existe un lien entre l’inflammation de la muqueuse intestinale et l’arthrite.(24)

Pour plus d’informations sur l’arthrite entéropathique, cliquez ici.

Arthrite réactive ( edit | edit source )

L’arthrite réactive (AR) est une spondylarthropathie séronégative qui survient après une infection extra-articulaire (généralement du tractus gastro-intestinal ou tractus génito-urinaire).(25) (26) Elle est associée à des douleurs dorsales inflammatoires, à une oligoarthrite et à des symptômes extra-articulaires.(26) Elle tend à se développer entre une et six semaines après une infection urogénitale ou gastro-intestinale.(26) (27)

Une triade classique de symptômes a été identifiée : (28)

Des manifestations dermatologiques (telles qu’une kératodermie blennorragique, balanite circinée, une vulvite ulcéreuse, des modifications des ongles et des lésions buccales) peuvent survenir. (28) Elle peut également affecter le cœur et les yeux, par contre, la gravité des symptômes est variable. (26)

L’arthrite réactive est plus fréquente chez les hommes (28) et touche généralement les jeunes adultes. (26) Sa physiopathologie exacte n’est pas encore comprise, mais il semble probable que des facteurs infectieux et immunitaires soient impliqués. (28) Là encore, les personnes touchées sont plus susceptibles d’être porteuses du gène HLA-B27. (26)

(29)

Les symptômes cliniques peuvent être distingués de l’arthrite septique. Les signes clés de l’arthrite septique étant : (26)

  • Fièvre
  • Signes systémiques d’infection
  • Monoarthrite

Pour plus d’informations sur l’arthrite réactive, cliquez ici.

Spondylarthrite indifférenciée ( edit | edit source )

Le diagnostic de spondylarthropathie indifférenciée est utilisé dans les situations où les individus présentent des caractéristiques de spondylarthropathie mais ne correspondent à aucune des conditions discutées ci-dessus. (30) Elle survient généralement dans moins de cinq articulations, mais inclut généralement l’articulation du genou. (31)

Résumé(edit | edit source)

La spondylarthropathie est un terme générique qui englobe cinq maladies rhumatismales inflammatoires. Ces affections peuvent toucher plusieurs parties du corps, notamment les articulations et les enthèses, ainsi que d’autres organes.

Bien que l’étiologie spécifique reste inconnue, les recherches actuelles suggèrent une forte composante génétique et des déclencheurs environnementaux spécifiques.

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7 1.8 Martey C. Overview of Spondyloarthropathies Course. Plus2020.
  2. 2.0 2.1 2.2 Ehrenfeld M, Infection and spondyloarthropathies. In: Shoenfeld Y, Agmon-Levin N, Rose NR editors. Infection and autoimmunity. Elsevier B.V. 2015. p745-57.
  3. Schett G, Lories R, D’Agostino M, Elewaut D, Krikham B, Soriano ER et al. Enthesitis: from pathophysiology to treatment. Nat Rev Rheumatol. 2017; 13: 731–741.
  4. Girolimetto N, Giovannini I, Crepaldi G, De Marco G, Tinazzi I, Possemato N, Macchioni P, McConnell R, McGonagle D, Iagnocco A, Zabotti A. Psoriatic Dactylitis: Current perspectives and new insights in ultrasonography and magnetic resonance imaging. Journal of Clinical Medicine. 2021 Jun 12;10(12):2604.
  5. Fragoulis GE, Siebert S. Treatment strategies in axial spondyloarthritis: what, when and how?. Rheumatology. 2020 Oct;59(Supplement_4):iv79-89.
  6. Ogdie A, Coates LC, Gladman DD. Treatment guidelines in psoriatic arthritis. Rheumatology. 2020 Mar 1;59(Supplement_1):i37-46.
  7. Bentaleb I, Abdelghani KB, Rostom S, Amine B, Laatar A, Bahiri R. Reactive arthritis: update. Current clinical microbiology reports. 2020 Dec;7(4):124-32.
  8. Alzate M, Vargas F, Ramirez F, et al. SAT0414 Differences in a clinical presentation by gender in Colombian patients with spondyloarthropathies. Annals of the Rheumatic Diseases 2017;76(2): 928.
  9. Rudwaleit M, van der Heijde D, Khan MA, Braun J, Sieper J. How to diagnose axial spondyloarthritis early. Annals of the Rheumatic Diseases. 2004; 63: 535-543.
  10. Navallas M, Ares J, Beltrán B, Lisbona MP, Maymó J, Solano A. Sacroiliitis associated with axial spondyloarthropathy: new concepts and latest trends. Radiographics. 2013 Jul-Aug;33(4):933-56.
  11. Lassiter W, Allam AE. Inflammatory Back Pain. (Updated 2020 Jun 22). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2020 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK539753/
  12. Braun, J., Sieper, J. Early diagnosis of spondyloarthritis. Nat Rev Rheumatol. 2006; 2: 536-45.
  13. USME Spondyloarthropathy Available from: https://www.youtube.com/watch?v=1Fgi7whO7NQ (last accessed 8.11.2020)
  14. 14.0 14.1 Poddubnyy D. Classification vs diagnostic criteria: the challenge of diagnosing axial spondyloarthritis. Rheumatology. 2020 Oct;59(Supplement_4):iv6-17.
  15. 15.0 15.1 15.2 15.3 Sieper J, Poddubnyy D. Axial spondyloarthritis. Lancet. 2017 Jul 1;390(10089):73-84.
  16. 16.0 16.1 16.2 16.3 Wenker KJ, Quint JM. Ankylosing Spondylitis. (Updated 2022 Apr 9). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK470173/
  17. Novartis. More than just back pain, what is Axial Spondyloarthritis (axSpA)? Available from: https://www.youtube.com/watch?v=iN2EiKKKJss (last accessed 9/11/2020)
  18. Ebrahimiadib N, Berijani S, Ghahari M, Pahlaviani FG. Ankylosing Spondylitis. J Ophthalmic Vis Res. 2021 Jul 29;16(3):462-469.
  19. Zero To Finals. Ankylosing Spondylitis: Visual Explanation for Students. Available from https://www.youtube.com/watch?v=a23A3nAaO0E (last accessed: 8/11/2020)
  20. 20.0 20.1 Veale DJ, Fearon U. The pathogenesis of psoriatic arthritis. Lancet. 2018; 391(10136): 2273-2284.
  21. Van den Bosch F, Coates L. Clinical management of psoriatic arthritis. Lancet. 2018; 391(10136): 2285-2294.
  22. 22.0 22.1 22.2 Kerschbaumer A, Fenzl KH, Erlacher L, Aletaha D. An overview of psoriatic arthritis – epidemiology, clinical features, pathophysiology and novel treatment targets. Wien Klin Wochenschr. 2016; 128(21-22): 791-795.
  23. Zero To Finals. Psoriatic Arthritis. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=fQCU7rQbovk (last accessed 8/11/2020)
  24. 24.0 24.1 24.2 24.3 24.4 24.5 24.6 Peluso R, Di Minno MN, Iervolino S, et al. Enteropathic spondyloarthritis: from diagnosis to treatment. Clin Dev Immunol. 2013; 2013: 631408.
  25. Courcoul A, Brinster A, Decullier E, Larbre JP, Piperno M, Pradat E et al. A bicentre retrospective study of features and outcomes of patients with reactive arthritis. Joint Bone Spine. 2018; 85(2): 201-205.
  26. 26.0 26.1 26.2 26.3 26.4 26.5 26.6 Selmi C, Gershwin ME. Diagnosis and classification of reactive arthritis. Autoimmun Rev. 2014; 13(4-5): 546-9.
  27. Ono K, Kishimoto M, Shimasaki T, Uchida H, Kurai D, Deshpande GA et al. Reactive arthritis after COVID-19 infection. RMD Open 2020; 6: e001350.
  28. 28.0 28.1 28.2 28.3 Wu IB, Schwartz RA. Reiter’s syndrome: the classic triad and more. J Am Acad Dermatol. 2008; 59(1): 113-21.
  29. Zero To Finals. Reactive Arthritis: Visual Explanation for Students. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=snjGL2x6Eus (last accessed 8/11/2020)
  30. Chou CT, Lin KC, Wei JCC, Tsai WC, Ho HH, Hwang CM et al. Study of undifferentiated spondyloarthropathy among first-degree relatives of ankylosing spondylitis probands. Rheumatology. 2005; 44(5): 662-5.
  31. Hauk L. Spondyloarthritis: NICE Releases Guidelines on Diagnosis and Treatment. Am Fam Physician. 2017; 96(10): 677-678.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles