Diagnostic et classification des spondylarthropathies

Éditrice originale Jess Bell Principaux contributeursJess Bell, Kim Jackson, Ewa Jaraczewska et Tarina van der Stockt

Introduction(edit | edit source)

La spondylarthropathie est une forme chronique d’arthrite inflammatoire qui touche environ 0,5 à 1,5 % de la population occidentale. (1) Il s’agit d’une famille de maladies qui inclut la spondylarthrite axiale (également connue sous le nom de spondylarthrite ankylosante), l’arthrite psoriasique, l’arthrite réactive, l’arthrite entéropathique et la spondylarthrite indifférenciée. Ces affections touchent le squelette axial et périphérique et présentent diverses caractéristiques extra-articulaires. (2) (3)

Le diagnostic de la spondylarthropathie est un processus complexe qui doit être posé par un spécialiste (c’est-à-dire un rhumatologue).(4) Cependant, en raison de la complexité de l’identification de ces affections, le diagnostic est souvent retardé.(5) Par exemple, la spondylarthrite axiale n’est souvent pas diagnostiquée jusqu’à cinq à dix années suivant l’apparition des premiers symptômes.(6) Ceci est important car un diagnostic précoce de la spondylarthrite axiale permet d’obtenir de meilleurs résultats lorsque l’on considère l’activité de la maladie, la fonction, la mobilité de la colonne vertébrale et les lésions radiographiques observés, ainsi qu’une meilleure réponse au traitement.(5)

De manière significative pour les physiothérapeutes, un diagnostic antérieur de mal de dos mécanique est un facteur indépendant lié à un retard de diagnostic. (5) Il est donc nécessaire de faire la différence entre les maux de dos d’origine mécanique et ceux d’origine inflammatoire. Pour plus d’informations sur la différenciation entre ces deux types de dcondition, cliquez ici.

Il existe plusieurs systèmes de classification pour améliorer la détection précoce de la spondylarthropathie. Cette page explore en particulier la classification ASAS pour la spondylarthrite axiale, qui classe la spondylarthrite en deux catégories : axiale (radiographique ou non radiographique) et périphérique, (1) ainsi que les critères CASPAR pour l’arthrite psoriasique.

La vidéo suivante présente l’avis de plusieurs patients sur l’impact d’un diagnostic tardif de spondylarthrite axiale.

(7)

La vidéo suivante aborde le diagnostic de maux de dos d’origine inflammatoire d’un point de vue médical.

(8)

Spondylarthrite axiale ( éditer | edit source )

La spondylarthrite axiale est la forme prototypique de la spondylarthropathie.(4) Les critères de classification de New York modifiés (mNYCC) étaient auparavant utilisés dans le diagnostic de la spondyloarthrite axiale. (2) Le mNYCC inclut ces critères cliniques et radiologiques : (9)

Critères radiologiques
L’aspect des articulations sacro-iliaques à la radiographie est classé de 0 à 4 :

  • Grade 0 = normal
  • Grade 1 = changements suspects
  • Grade 2 = changements définitifs minimes
  • Grade 3 = changements distinctifs
  • Grade 4 = ankylose (fusion des os)
Pour répondre aux critères radiologiques de la spondylarthrite axiale, un patient doit présenter :

Une sacroiliite de grade 2, 3 ou 4 bilatérale

OU

Une sacroiliite de grade 3 ou 4 d’un seul côté

Outre les critères radiologiques, le patient doit remplir au moins l’un des critères cliniques suivants : (9)

Critères cliniques
  • Douleur lombaire depuis au moins trois mois, améliorée par l’exercice physique mais pas par le repos
  • Limitation de la flexibilité de la colonne lombaire
  • Réduction de l’expansion thoracique

Cependant, on estime qu’il faut six à dix ans pour que les dommages structurels se développent à partir de l’apparition des symptômes. (10) Il arrive parfois qu’elles ne se développent pas du tout.(11) Le mNYCC n’est donc pas en mesure de détecter les patients présentant des signes précoces d’inflammation axiale.(10) Cette situation a contribué à retarder le diagnostic de la spondylarthrite axiale.(2) (4)

Critères ASAS ( éditer | éditer la source )

La création des critères de classification ASAS (Assessment of SpondyloArthritis international Society) en 2009 a été considérée comme une avancée positive pour la recherche sur la spondylarthropathie.(2)(12) (13) Ces critères de classification ont permis, pour la première fois, d’identifier plus tôt la spondylarthrite axiale grâce à l’imagerie par résonance magnétique (IRM).(2)(14)

L’ASAS a également créé un autre sous-groupe de spondylarthrite axiale, la spondylarthrite non radiographique (nrAxSpA). Un diagnostic de nrAxSpA peut être posé chez les patients qui remplissent certains critères mais ne présentent aucun signe de sacroiliite radiographique.(15)

Il est toutefois important de noter que ces critères ne constituent pas un diagnostic en soi. Le clinicien doit toujours prendre en compte l’ensemble de la situation. (4) Les critères de classification ASAS ne peuvent être utilisés qu’après un diagnostic positif de spondylarthrite axiale ou périphérique. (16)

Les critères 2009 de l’ASAS intègrent essentiellement deux branches, l’élément imagerie et l’élément clinique. Ces critères sont les suivants : (15)

Les patients souffrant de maux de dos depuis plus de trois mois, avec un âge d’apparition inférieur à 45 ans, ainsi que :
L’élément d’imagerie OU L’élément clinique
Sacroiliite à l’imagerie (c’est-à-dire une inflammation active (aiguë) à l’IRM qui suggère fortement une sacroiliite ou une sacroiliite radiographique définitive selon le mNYCC).

PLUS

Une ou plusieurs caractéristiques de la spondylarthropathie

HLA-B27 positif

PLUS

Deux caractéristiques ou plus de la spondylarthropathie

Caractéristiques ASAS de la spondylarthropathie : (17)

  • Maux de dos inflammatoires
  • Arthrite
  • Enthésite du talon (inflammation de l’endroit où les tendons et ligaments s’insèrent dans l’os)
  • Uvéite (inflammation de l’uvée)
  • Dactylite (gonflement de tout le doigt)
  • Psoriasis
  • Maladie de Crohn ou colite
  • Réponse positive aux AINS
  • Antécédents familiaux de spondylarthropathie
  • HLA-B27 positif
  • CRP élevée

Spondyloarthrite périphérique ( éditer | edit source )

En 2011, les critères de l’ASAS ont été élargis pour mieux inclure les manifestations périphériques de la maladie.(18) L’arthrite psoriasique, l’arthrite réactive et l’arthrite entéropathique sont largement considérés comme des affections périphériques, bien que certaines caractéristiques puissent chevaucher celles de la spondyloarthrite axiale (radiographique et non radiographique) et vice versa.(19) Pour être classé dans la catégorie des spondylarthrites périphériques, un patient doit présenter l’une ou l’autre des caractéristiques suivantes(18)

Arthrite OU enthésite OU dactylite, et entrer dans une des deux catégories suivantes :
Montre un ou plusieurs des éléments suivants OU Montre deux ou plus des éléments suivants
  • Uvéite
  • Psoriasis
  • Maladie de Crohn ou colite ulcéreuse
  • Symptômes apparus suite à une Infection
  • HLA-B27 positif
  • Sacro-illite à l’imagerie
  • Arthrite
  • Enthésite
  • Dactylite
  • Maux de dos inflammatoires antérieurs
  • Antécédents familiaux de spondylarthrite

Ces critères ont une sensibilité de 77,8 % et une spécificité de 82,9 %.(18)

Arthrite psoriasique ( éditer | edit source )

Comme pour la spondylarthrite axiale, le diagnostic de l’arthrite psoriasique est difficile à établir (20)(21) et une tendence au sous-diagnostic de cette affection persiste.(22) C’est un élément important car même un délai de six mois entre les premiers symptômes et le premier rendez-vous chez le rhumatologue peut contribuer à l’érosion des articulations périphériques et à une moins bonne fonction physique à long terme.(20) Bien que divers systèmes de classification aient été utilisés pour identifier l’arthrite psoriasique, ce sont les critères 2006 de la classification de l’arthrite psoriasique (CASPAR) (23) qui ont permis aux médecins de mieux reconnaître cette maladie.(21) L’outil CASPAR s’est avéré avoir une spécificité de 98,7 % et une sensibilité de 91,4 %. Ces critères sont définis comme suit : (23)

Un patient doit souffrir d’une maladie articulaire inflammatoire (articulation, colonne vertébrale ou enthèse) PLUS remplir au moins trois des cinq catégories suivantes :
  1. Évidence d’un psoriasis actuel, antécédents personnels de psoriasis ou antécédents familiaux de psoriasis
    • Le psoriasis actuel est défini comme une maladie psoriasique de la peau ou du cuir chevelu identifiée par un rhumatologue ou un dermatologue et présente à ce jour
    • Les antécédents personnels de psoriasis sont définis comme des antécédents de psoriasis obtenus auprès du patient, de son médecin de famille, de son dermatologue, de son rhumatologue ou d’un autre prestataire de soins de santé qualifié
    • Les antécédents familiaux de psoriasis sont définis comme des antécédents de psoriasis chez un parent du premier ou du deuxième degré, d’après la déclaration du patient
2. Évidences de dystrophie unguéale psoriasique typique incluant l’onycholyse, les piqûres et l’hyperkératose, et pouvant être observée à l’examen physique
3. Test négatif pour le facteur rhumatoïde
4. Dactylite actuelle ou antécédents de dactylite
5. Évidence radiographique d’une néoformation osseuse juxta-articulaire, qui apparaît comme une ossification mal définie près des bords de l’articulation (excluant la formation d’ostéophytes) sur des radiographies de la main ou du pied.

NB : La présence d’un psoriasis actuel se voit attribuer deux points, tandis que toutes les autres caractéristiques cliniques se voient attribuer un point.

Reconnaissance de la spondylarthropathie et orientation ( éditer | edit source )

Un spécialiste doit diagnostiquer la spondylarthropathie, mais les physiothérapeutes doivent être en mesure de détecter et d’orienter vers les services appropriés les patients qui présentent des caractéristiques inquiétantes. Les« Lignes directrices du National Institute of Certified Research (NICE) sur la spondylarthrite chez les personnes âgées de plus de 16 ans » rappellent aux cliniciens, en cas de suspicion de spondylarthropathie, que : (24)

  • Les symptômes de la spondylarthrite peuvent être divers et difficiles à identifier
  • Les signes et symptômes peuvent être musculo-squelettiques (par exemple, douleur inflammatoire au niveau du dos, enthésite, dactylite) ou extra-articulaires (par exemple, uvéite, psoriasis)
  • Les facteurs de risque comprennent une infection génito-urinaire récente et des antécédents familiaux de spondylarthrite ou de psoriasis
  • La spondylarthrite axiale touche autant de femmes que d’hommes
  • Elle peut survenir chez des personnes qui ne sont pas HLA-B27 positives
  • Elle peut être présente même s’il n’y a pas de preuve observée sur une radiographie

Ces lignes directrices recommandent d’orienter le patient vers un rhumatologue en cas de suspicion de spondylarthrite axiale s’il présente une lombalgie depuis plus de trois mois ayant débuté avant l’âge de 45 ans, ainsi que QUATRE critères ou plus parmi les suivants : (24)

  • une lombalgie ayant débuté avant l’âge de 35 ans – cela augmente la probabilité que la lombalgie du patient soit due à une spondylarthrite par rapport à une lombalgie ayant débuté entre l’âge de 35 et 44 ans
  • douleur ou symptômes qui réveillent le patient au cours de la seconde moitié de la nuit
  • douleur au niveau des fesses
  • douleur qui s’améliore avec le mouvement
  • douleur qui s’améliore dans les 48 heures suivant la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
  • patients ayant un parent au premier degré atteint de spondylarthrite
  • patients souffrant ou ayant souffert d’arthrite
  • patients souffrant ou ayant souffert d’enthésite
  • patients souffrant ou ayant souffert de psoriasis

Si trois des critères supplémentaires sont présents, les lignes directrices NICE recommandent qu’un test HLA-B27 soit effectué. Si ce test est positif, le patient doit être orienté vers un rhumatologue pour une évaluation.(24)

L’intégralité des lignes directrices du NICE sur l’orientation des patients suspectés de spondylarthropathie est disponible ici, en anglais.

Résumé(edit | edit source)

Bien qu’il existe des systèmes de classification pour faciliter l’identification de la spondylarthropathie, il n’y a pas d’étalon-or pour diagnostiquer cette famille d’affections. En raison de la complexité et de la variété des symptômes, le diagnostic de ces maladies peut être long et retardé.(4)

Le diagnostic est établi à partir des antécédents du patient, de l’examen clinique, des tests de laboratoire, de l’imagerie et d’un indice de suspicion autour de la spondylarthropathie.(4)

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 de Winter JJ, van Mens LJ, van der Heijde D, Landewé R, Baeten DL. Prevalence of peripheral and extra-articular disease in ankylosing spondylitis versus non-radiographic axial spondyloarthritis: a meta-analysis. Arthritis Res Ther. 2016; 18(1): 196.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 Dubreuil M, Deodhar AA. Axial spondyloarthritis classification criteria: the debate continues. Curr Opin Rheumatol. 2017; 29(4): 317-322.
  3. Ehrenfeld M, Infection and spondyloarthropathies. In: Shoenfeld Y, Agmon-Levin N, Rose NR editors. Infection and autoimmunity. Elsevier B.V. 2015. p745-57.
  4. 4.0 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 Martey C. Diagnosis and Classification of Spondyloarthropathies Course. Plus2020.
  5. 5.0 5.1 5.2 Seo MR, Baek HL, Yoon HH, Ryu HJ, Choi HJ, Baek HJ, Ko KP. Delayed diagnosis is linked to worse outcomes and unfavourable treatment responses in patients with axial spondyloarthritis. Clin Rheumatol. 2015; 34(8): 1397-405.
  6. Braun J, Sieper J. Early diagnosis of spondyloarthritis. Nature clinical practice rheumatology. October 2006 vol 2 no 10 : 2C
  7. National Axial Spondyloarthritis Society. Ankylosing Spondylitis (axial spondyloarthritis) AS Getting your diagnosis. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=_ojkHgiN3rQ (last accessed 16/11/2020)
  8. AJMCtv. Accurately Diagnosing Axial Spondyloarthritis. Available from https://www.youtube.com/watch?v=eRd3xAu9kYw&t=1s (last accessed 18/11/2020).
  9. 9.0 9.1 van der Linden S, Valkenburg HA, Cats A. Evaluation of diagnostic criteria for ankylosing spondylitis. Arthritis Rheum. 1984; 27(4): 361-8.
  10. 10.0 10.1 Deodhar A. Axial spondyloarthritis criteria and modified NY criteria: issues and controversies. Clin Rheumatol. 2014; 33(6): 741-7.
  11. Mease PJ, Heijde DV, Karki C, et al. Characterization of Patients With Ankylosing Spondylitis and Nonradiographic Axial Spondyloarthritis in the US-Based Corrona Registry. Arthritis Care Res (Hoboken). 2018; 70(11): 1661-1670.
  12. Poddubnyy D. Classification vs diagnostic criteria: the challenge of diagnosing axial spondyloarthritis. Rheumatology. 2020 Oct;59(Supplement_4):iv6-17.
  13. Lindqvist E, Olofsson T, Jöud A, Geijer M, Wallman JK, Mogard E. How good is the agreement between clinical diagnoses and classification criteria fulfilment in axial spondyloarthritis? Results from the SPARTAKUS cohort. Scandinavian Journal of Rheumatology. 2022 Jun 12:1-0.
  14. Meunier R, Truchetet ME, Dallaudière B, Fournier C, Barnetche T, Amoretti N, Cornelis F, Hauger O. MRI and spondyloarthropathy: diagnostic performance compared to long-term clinical follow-up with an evaluation of gadolinium chelates injection. European Radiology. 2022 Mar;32(3):1409-18.
  15. 15.0 15.1 Slobodin G, Eshed I. Non-Radiographic Axial Spondyloarthritis. Isr Med Assoc J. 2015; 17(12): 770-6.
  16. Carron P, De Craemer AS, Van den Bosch F. Peripheral spondyloarthritis: a neglected entity—state of the art. RMD open. 2020 May 1;6(1):e001136.
  17. Truong SL, McEwan T, Bird P, Lim I, Saad NF, Schachna L, Taylor AL, Robinson PC. Australian Consensus Statements for the Assessment and Management of Non-radiographic Axial Spondyloarthritis. Rheumatol Ther. 2022 Feb;9(1):1-24.
  18. 18.0 18.1 18.2 Rudwaleit M, van der Heijde D, Landewé R, Akkoc N, Brandt J, Chou CT, Dougados M, et al. The Assessment of SpondyloArthritis International Society classification criteria for peripheral spondyloarthritis and spondyloarthritis in general. Ann Rheum Dis. 2011; 70(1): 25-31.
  19. Hauk L. Spondyloarthritis: NICE Releases Guidelines on Diagnosis and Treatment. Am Fam Physician. 2017; 96(10): 677-678.
  20. 20.0 20.1 Haroon M, Gallagher P, FitzGerald O. Diagnostic delay of more than six months contributes to poor radiographic and functional outcome in psoriatic arthritis. Ann Rheum Dis. 2015; 74(6): 1045-50.
  21. 21.0 21.1 Ocampo D V, Gladman D. Psoriatic arthritis. F1000Res. 2019; 8 :F1000 Faculty Rev-1665.
  22. Ogdie A, Coates LC, Gladman DD. Treatment guidelines in psoriatic arthritis. Rheumatology. 2020 Mar 1;59(Supplement_1):i37-46.
  23. 23.0 23.1 Taylor W, Gladman D, Helliwell P, Marchesoni A, Mease P, Mielants H; CASPAR Study Group. Classification criteria for psoriatic arthritis: development of new criteria from a large international study. Arthritis Rheum. 2006; 54(8): 2665-73.
  24. 24.0 24.1 24.2 Spondyloarthritis in over 16s: diagnosis and management. London: National Institute for Health and Care Excellence (UK); 2017 Jun. PMID: 32049469.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles