Les soins tenant compte des traumatismes subis

Éditeur originalAnna Fuhrmann

Principaux contributeursNaomi O’Reilly, Anna Fuhrmann, Wanda van Niekerk, Ewa Jaraczewska et Jess Bell

Introduction(edit | edit source)

Le traumatisme résulte d’un événement, d’une série d’événements ou d’un ensemble de circonstances. Un traumatisme est « vécu par un individu comme étant physiquement ou émotionnellement nuisible ou mettant sa vie en danger et ayant des effets néfastes durables sur son fonctionnement et son bien-être mental, physique, social, émotionnel ou spirituel ».(1) Les événements traumatisants sont courants et peuvent toucher n’importe quelle personne, quel que soit son milieu culturel, socio-économique, ethnique, religieux ou niveau d’éducation. Ils ne sont pas spécifiques au sexe ou à l’âge. Une expérience traumatisante peut être un événement unique, une série d’événements ou une condition chronique (par exemple, la négligence dans l’enfance, la violence conjugale).(1) (2) Elle peut aussi inclure des expériences de seconde main, c’est-à-dire que quelqu’un peut avoir un traumatisme qu’il n’a pas vécu lui-même, mais dont il a été indirectement affecté.(1) Pour certaines personnes, les réactions à un événement traumatique sont temporaires et ont des effets psychologiques ou physiques immédiats. Pour d’autres, le traumatisme peut avoir des effets durables sur leur vie et leur bien-être. Certaines personnes peuvent avoir une réaction prolongée à un traumatisme. Cette réaction peut devenir chronique ou persistante et s’accompagner de conséquences plus graves, prolongées ou durables sur la santé mentale (stress post-traumatique et autres troubles d’anxiété, troubles de l’humeur et toxicomanie) et de problèmes médicaux (arthrite, maux de tête, douleurs chroniques). Elle peut modifier la biologie et le comportement des individus tout au long de leur vie, ce qui peut avoir un impact sur leurs relations interpersonnelles et intergénérationnelles.

En raison de la forte prévalence de traumatismes non identifiés et d’expériences négatives vécues pendant l’enfance, les soins fondés sur les traumatismes subis sont désormais reconnus comme un élément important des soins aux patients. Dans les situations de conflit ou de catastrophe naturelle, un état d’esprit attentif aux traumatismes passés des demandeurs de soins, au sein des services sociaux et de santé professionnels, peut prévenir la retraumatisation et améliorer les résultats du traitement pour les personnes ayant subi des traumatismes.

Les personnes qui ont subi des traumatismes, y compris des expériences néfastes dans l’enfance, sont plus vulnérables à divers états de santé et maladies, tels que les troubles mentaux, la toxicomanie, les maladies cardiovasculaires, les troubles de douleur chronique, etc.(3)(4) Souvent, le traumatisme n’est pas détecté ou traité et affecte inconsciemment la réponse du patient au traitement. La pleine conscience à l’égard des traumatismes et des expériences négatives vécues pendant l’enfance peut contribuer à atténuer les effets à long terme sur la santé physique et mentale des personnes concernées en abordant les conditions sous-jacentes de manière sensible et respectueuse.

« Les services tenant compte des traumatismes subis ne font pas de mal, c’est-à-dire qu’ils ne retraumatisent pas les survivants et ne les blâment pas pour les efforts qu’ils déploient à gérer leurs réactions traumatiques, et ils adoptent un message d’espoir et d’optimisme selon lequel le rétablissement est possible. Dans un service tenant compte des traumatismes subis, les survivants sont considérés comme des individus uniques qui ont vécu des situations extrêmement anormales et se sont débrouillés du mieux qu’ils ont pu ».(7) – Dr Cathy Kezelman

Principes(edit | edit source)

Le modèle de soins tenant compte des traumatismes subis est un cadre qui reconnaît la compréhension de l’impact des traumatismes et les moyens d’y répondre. Il renforce également la sécurité physique, psychologique et émotionnelle des prestataires de services et des patients, et offre à ces derniers la possibilité de retrouver leur maîtrise de soi et leur autonomie.(8) L’approche tenant compte des traumatismes comporte six éléments clés.(7)(9)(10)(11) (12) (13)

1. Sécurité(edit | edit source)

Le premier et le plus important principe des soins tenant compte des traumatismes est d’assurer un sentiment de sécurité physique, psychologique et émotionnelle, tant pour le personnel que pour les patients. (8) Lors de l’évaluation, le professionnel en réadaptation doit créer un environnement dans lequel les patients se sentent physiquement et psychologiquement en sécurité. Le thérapeute doit interagir et poser des questions de manière à ce que le patient se sente à l’aise de raconter son histoire et de décrire ses sentiments subjectifs et ses émotions au cours du processus d’évaluation. Le thérapeute doit assurer au patient que s’il se sent mal à l’aise, il peut interrompre le processus d’évaluation à tout moment. Le patient doit également être assuré que la confidentialité sera maintenue entre le thérapeute et lui.

2. Fiabilité et transparence ( éditer | éditer la source )

La clarté de la communication et de la prise de décision est un aspect important du développement de la confiance et de la transparence. La décision qui est prise et l’objectif préparé doivent être transparents afin que le patient puisse faire confiance au professionnel en réadaptation. L’évaluation doit être orientée vers le patient et les résultats doivent être enregistrés de manière à assurer la cohérence entre les séances de thérapie.(14) Le type et le comportement de la douleur décrite doivent être notés exactement tels que décrits par le patient. L’autonomie du patient doit être respectée. Pour mesurer la douleur, il convient d’utiliser des indicateurs de résultats validés.(15)

3. Soutien par les pairs ( éditer | edit source )

Le fait de réunir des patients et des professionnels ayant des expériences similaires peut contribuer à l’intégration des individus dans le service ou la thérapie. Le terme « pair » désigne le groupe de personnes qui ont été confrontées au même type de traumatisme. Si le patient se sent à l’aise avec un groupe de pairs, le thérapeute peut lui proposer cette option. (7)Le soutien par les pairs peut apporter un soutien émotionnel et il peut être fourni individuellement, en groupe ou via Internet, selon le choix du patient. (1)

4. Collaboration et mutualité ( éditer | éditer la source )

Il est essentiel d’impliquer le patient dans les plans de traitement. En général, les décisions doivent être partagées entre le personnel de différents niveaux ou différentes professions et l’individu. Les résultats de l’évaluation doivent être discutés avec les autres professionnels de la santé pour le bien du patient. La collaboration mutuelle entre les professionnels de la santé et le soignant permet d’obtenir des résultats positifs. Le patient peut percevoir la douleur différemment à différents moments avec différentes personnes. Par conséquent, le fait de discuter des résultats de l’évaluation de la douleur du patient avec les soignants et les autres membres de l’équipe nous permettra d’obtenir des résultats d’évaluation précis. Chacun a un rôle à jouer dans les soins tenant compte des traumatismes. (7) (14) (1)

5. Autonomisation, voix et choix ( éditer | éditer la source )

Les patients et les professionnels doivent être en mesure d’utiliser leurs points forts. Ce principe favorise la résilience et l’efficacité personnelle dans le cadre de la thérapie et du processus de guérison en redonnant le contrôle à l’individu. Un aspect essentiel est de fournir et d’encourager les possibilités de faire des choix individuels pour tous les patients et professionnels concernés, à tous les stades du traitement. Le thérapeute peut apporter un soutien émotionnel et psychologique au patient afin qu’il puisse décrire sa douleur de manière confortable. Le patient doit être impliqué dans le processus de prise de décision partagée, dans la définition des objectifs et des stratégies pour faire face à la douleur. Le physiothérapeute doit aider le patient à développer ses capacités à défendre ses intérêts. (7) (14)

6. Questions culturelles, historiques et de genre ( éditer | éditer la source )

La discrimination fondée sur le traumatisme (par exemple, le sexe, la couleur de peau, l’origine ethnique) est reconnue, les préjugés et les stéréotypes sont pris en compte et la diversité est respectée à tous égards pendant le traitement, tant par les patients que par le personnel. Tous les patients doivent être traités sur un pied d’égalité et leurs antécédents culturels et historiques doivent être respectés. Lors de l’examen, il convient de tenir compte de la vie privée du patient et des aspects culturels qui l’entourent. Il peut s’agir, par exemple, d’obtenir un consentement approprié et d’expliquer la procédure avant de déshabiller une patiente pour l’examiner. Si certains patients se sentent plus à l’aise avec des professionnels de la santé du même sexe, l’organisation doit tenir compte de la décision du patient. (7) (14) (1)

Éléments clés de la mise en œuvre de soins tenant compte des traumatismes subis ( éditer | éditer la source )

Pour mettre en œuvre des soins tenant compte des traumatismes, il est nécessaire de former le personnel clinique et non clinique. (14) Le cadre doit être fondé sur les principes susmentionnés. Les procédures cliniques et administratives standard doivent être revues pour s’assurer que ces principes sont pris en compte. Il est également essentiel de veiller à ce que ces procédures soient centrées sur le patient.

L’approche des soins tenant compte des traumatismes subis doit se faire à la fois sur le plan organisationnel et sur le plan clinique.(14) En formant le personnel (clinique et non clinique), en créant des opportunités de communication sur les traumatismes et les moyens d’y faire face (pour les patients et le personnel) et en fournissant des moyens d’inclure les patients et les travailleurs dans les tâches organisationnelles, un lieu de travail peut ainsi incorporer ces principes. Il est également conseillé d’engager un expert en traumatismes pour une consultation et de la formation. Le fait de savoir qu’il existe une personne ressource spécialisée qui peut être consultée pour des questions liées aux traumatismes contribue à créer un environnement sécurisant pour de nombreuses personnes. Toutefois, les exigences structurelles doivent d’abord être définies. L’équipe dirigeante doit reconnaître et soutenir l’approche, car elle nécessite des changements au sein de l’organisation clinique. L’allocation de ressources et de fonds est la première étape de la mise en place d’un cadre clinique tenant compte des traumatismes subis. Le groupe chargé de superviser l’intégration des soins tenant compte des traumatismes subis dans le cadre clinique doit également inclure des personnes ayant vécu un traumatisme, afin de garantir la transparence, la confiance et la collaboration entre les professionnels de la santé et les patients.

Conclusion(edit | edit source)

Les soins tenant compte des traumatismes subis sont une intervention et une approche organisationnelle qui se concentrent sur la manière dont les traumatismes peuvent affecter la vie d’un individu et sa réaction aux services de santé comportementaux, depuis la prévention jusqu’au traitement. Ils mettent l’accent sur l’importance des soins centrés sur le patient plutôt que sur l’application d’approches thérapeutiques générales, et offre aux patients davantage de possibilités de s’engager dans des services qui reflètent une perspective compatissante des problèmes qu’ils présentent.(1)

Autres ressources ( éditer | éditer la source )

  1. Pour plus d’informations et de stratégies de mise en œuvre de cette pratique, visitez les sites web suivants ;
  2. Administration des services de santé mentale et de toxicomanie – SAMHSA

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 Substance Abuse and Mental Health Service Administration. SAMHSA’s Concept of Trauma and Guidance for a Trauma-Informed Approach. HHS Publication No.(SMA) 14-4884. Rockville, MD: Substance Abuse and Mental Health Services Administration, 2014. Available from:https://ncsacw.acf.hhs.gov/userfiles/files/SAMHSA_Trauma.pdf (last accessed 27 March 2022).
  2. Nation L, Spence N, Parker S, Wheeler MP, Powe K, Siew M, Nevin T, McKay M, White M, Dark FL. Implementing Introductory Training in Trauma-Informed Care Into Mental Health Rehabilitation Services: A Mixed Methods Evaluation. Frontiers in psychiatry. 2021;12.
  3. SAMHSA. Trauma-Informed Care in Behavioural Health Services. Treatment Improvement Protocol (TIP) Series, No. 57. Center for Substance Abuse Treatment (US). Rockville (MD); 2014. Available from:https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK207195/ (last accessed 27 March 2022).
  4. Grossman S, Cooper Z, Buxton H, Hendrickson S, Lewis-O’Connor A, Stevens J, Wong LY, Bonne S. Trauma-informed care: recognizing and resisting re-traumatization in health care. Trauma Surgery & Acute Care Open. 2021 Dec 1;6(1):e000815.
  5. Center for Health Care Strategies. What is Trauma-Informed Care?. Available from: https://youtu.be/fWken5DsJcw(last accessed 01/07/22)
  6. Wesley Family Services. Trauma Informed Care. Available from: https://youtu.be/i1qxOBZtTE8(last accessed 01/07/22)
  7. 7.0 7.1 7.2 7.3 7.4 7.5 NSW Health. What is Trauma-Informed Care? Available from: https://www.health.nsw.gov.au/mentalhealth/psychosocial/principles/Pages/trauma-informed.aspx (last accessed 27 March 2022).
  8. 8.0 8.1 Hopper EK, Bassuk EL, Olivet J. Shelter from the storm: Trauma-informed care in homelessness services settings. The open health services and policy journal. 2010;3(2):80-100.
  9. Substance Abuse and Mental Health Services Administration. SAMHSA’s Concept of Trauma and Guidance for a Trauma-Informed Approach. HHS Publication No. (SMA) 14-4884. Rockville, MD: Substance Abuse and Mental Health Services Administration,2014.
  10. University at Buffalo Centre for Social Research. What is Trauma-Informed Care? Available from:https://socialwork.buffalo.edu/social-research/institutes-centers/institute-on-trauma-and-trauma-informed-care/what-is-trauma-informed-care.html (last accessed 27 March 2022).
  11. Trauma-Informed Care Implementation Resource Centre. What is Trauma-Informed Care? Available from: https://www.traumainformedcare.chcs.org/what-is-trauma-informed-care/ (last accessed 27 March 2022).
  12. Knight C. Trauma informed practice and care: Implications for field instruction. Clinical Social Work Journal. 2019 Mar;47(1):79-89.
  13. Fleishman J, Kamsky H, Sundborg S. Trauma-informed nursing practice. OJIN: The Online Journal of Issues in Nursing. 2019 May 1;24(2).
  14. 14.0 14.1 14.2 14.3 14.4 14.5 Menschner C, Maul A, Center for Health Care Strategies. Key Ingredients for Successful Trauma-Informed Care Implementation. April 2016. Available from: https://www.samhsa.gov/sites/default/files/programs_campaigns/childrens_mental_health/atc-whitepaper-040616.pdf (last accessed 27 March 2022).
  15. Wideman TH, Edwards RR, Walton DM, Martel MO, Hudon A, Seminowicz DA. The multimodal assessment model of pain: a novel framework for further integrating the subjective pain experience within research and practice. The Clinical journal of pain. 2019 Mar;35(3):212.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles