Introduction à GESI : l’égalité des genres et l’inclusion sociale

Rédacteur originalRobin Tacchetti basé sur le cours de Linda Thumba
Principaux contributeursRobin Tacchetti, Amanda Ager, Tarina van der Stockt et Kim Jackson

Introduction(edit | edit source)

Cette page a été créée pour vous aider à comprendre le rôle que joue l’égalité des genres et l’inclusion sociale (GESI) dans la réadaptation. L’objectif est d’aider les cliniciens à se sentir suffisamment à l’aise et autonomes pour identifier les opportunités d’intégrer les considérations GESI dans leur pratique clinique quotidienne.

Qu’est-ce que l’égalité des genres et l’inclusion sociale (GESI) ?( éditer | modifier la source )

L’égalité entre les genres et l’inclusion sociale sont deux concepts étroitement liés qui contribuent à améliorer l’accès aux biens et aux services pour tous, y compris les exclus, les femmes et les personnes économiquement moins stables. GESI fait la promotion de politiques inclusives et se concentre sur le renforcement du pouvoir des exclus, des femmes et des pauvres.(1)

Selon Vision Mondiale, GESI est une approche visant à éliminer les obstacles existants afin d’accroître l’accès, de permettre la prise de décision et la participation des populations marginalisées. Cette définition poursuit en disant que GESI exige que nous créions des environnements favorables pour que TOUS puissent s’engager dans les interventions de développement et en bénéficier de manière ÉGALE.

Dans le contexte de la réadaptation, GESI est une approche visant à supprimer les obstacles et à accroître l’accès, à faciliter une plus grande utilisation des services de réadaptation et à améliorer les expériences des utilisateurs pour tous.

Il est important de noter que toutes les populations marginalisées ne sont pas également désavantagées ou exclues.

En tant que cliniciens, il est important de reconnaître comment les caractéristiques sociales s’influencent mutuellement et comment elles peuvent influencer l’état de santé, l’accès aux services de réadaptation, l’utilisation de nos services et l’expérience globale des patients.

Les caractéristiques sociales dont il faut tenir compte sont, entre autres, les suivantes : ( éditer | modifier la source )

  • Le genre
  • La race
  • La classe
  • Le handicap
  • Le statut civil
  • Le statut d’immigration
  • La localisation géographique
  • Le niveau d’éducation
  • La religion
  • L’ethnicité

En tant que prestataires de soins de santé, nous sommes tenus de fournir des services de réadaptation adaptés et les technologies et appareils fonctionnels nécessaires pour permettre aux personnes d’atteindre leur plus haut niveau de fonctionnement et, en fin de compte, d’avoir un impact positif sur les communautés dans le monde entier en favorisant une plus grande participation.

Pour être des cliniciens efficaces, il est également important de reconnaître que chaque personne a de multiples identités sociales avec des facteurs qui se chevauchent (comme la race, le genre, l’âge, l’orientation sexuelle, la profession, la structure familiale, les capacités, pour n’en citer que quelques-uns) et peut s’identifier à plusieurs groupes. Cela découle d’un nouveau concept de complexité de l’identité sociale, qui fait référence à la représentation subjective qu’une personne a d’elle-même et aux relations qu’elle peut avoir avec plusieurs identités de groupe.(2) Les personnes sont complexes et ont des identités et des expériences sociales différentes qui doivent être prises en compte lors de leur traitement dans un cadre clinique.

Égalité des genres ( éditer | source d’édition )

L’objectif de l’égalité des genres est que les hommes et les femmes disposent de ressources, d’opportunités, de droits humains et de biens socialement valorisés égaux.(3) La Banque mondiale définit l’égalité des genres comme suit : « L’égalité des genres ou l’égalité entre différents groupes de femmes et d’hommes désigne la jouissance égale par des groupes de femmes et d’hommes – de tous âges et indépendamment de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre – des droits, des biens socialement valorisés, des opportunités, des ressources et des récompenses. L’égalité ne signifie pas que les femmes et les hommes sont identiques, mais que leur jouissance des droits, des opportunités et des chances dans la vie n’est pas régie ou limitée par le fait qu’ils sont nés femmes ou hommes. »(4)

La Banque mondiale classe également les genres selon les critères suivants : ( éditer | modifier la source )

Le genre est :

  • À propos des femmes, des filles, des hommes et des garçons, à propos des normes, des comportements et des rôles qui y sont associés, et à propos des relations entre ces groupes. Le genre est considéré comme une construction sociale et sa définition peut varier selon les sociétés et changer au fil du temps. L’objectif est d’adopter une approche inclusive du genre (dans la réadaptation) qui reconnaît que certaines personnes préfèrent utiliser des termes non-binaires pour s’identifier.

Le genre n’est pas :

  • Seulement à propos des femmes et des filles : Les hommes et les garçons doivent également faire partie de l’équation GESI.
  • Uniquement la responsabilité des femmes : Pour qu’un véritable changement se produise, tout le monde doit être impliqué
  • Un concept occidental ou étranger : L’égalité entre les hommes et les femmes est un objectif mondial qui s’exprime par des engagements et des traités nationaux, régionaux et internationaux dont de nombreux pays dans le monde sont signataires.
  • Une tentative de supprimer les droits des hommes et des garçons : Les droits de l’homme sont universels, ce qui signifie qu’ils s’appliquent à tous les êtres humains.
  • Uniquement un problème pour les spécialistes du genre : S’en remettre uniquement aux spécialistes du genre ne permet pas de s’attaquer aux principaux facteurs d’inégalité entre les genres et d’exclusion sociale. Tout le monde doit être impliqué et s’engager en faveur de l’égalité et de l’inclusion.

Genre et identité de genre ( éditer | source d’édition )

  • Le genre est notre identité attribuée par la société selon notre sexe à la naissance
  • L’identité de genre est notre identité préférée, quel que soit notre sexe à la naissance ;
    • Le concept le plus intime de soi en tant qu’homme, femme, un mélange des deux ou ni l’un ni l’autre – comment les individus se perçoivent et comment ils s’appellent. L’identité de genre d’une personne peut être identique ou différente du genre qui lui a été attribué à la naissance.(5)
Expansion du genre ( éditer | source d’édition )
  • Une personne ayant un éventail d’identité et/ou d’expression de genre plus large et plus flexible que celui généralement associé au système de genre binaire. Souvent utilisé comme un terme générique pour désigner les jeunes qui explorent encore les possibilités de leur expression de genre et/ou de leur identité de genre. (5)

La vidéo ci-dessous (en anglais) montre le Dr Tedros, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, discutant de l’égalité des sexes pour les femmes et les filles :

Qu’est-ce que la sensibilité à GESI ? ( edit | edit source )

Cela signifie qu’il faut prendre en considération les différences de genre et les différences socioculturelles qui existent entre nous, en tant que cliniciens, ainsi que les différences entre les patients pour informer la prestation des services de réadaptation.

Comment être sensible à GESI en tant que clinicien ( éditer | modifier la source )

Nous pouvons considérer la réactivité GESI comme un continuum, allant de la simple prise en compte de nos similitudes et de nos différences à la recherche active et à l’engagement d’un changement transformateur dans l’accès, l’utilisation et les expériences de réadaptation.

Être conscient de GESI nous permet de comprendre les quatre  »A » GESI au niveau des services de réadaptation :

  1. Availability (la disponibilité)
  2. Accessibility (l’accessibilité)
  3. Affordability (l’abordabilité)
  4. Acceptability (l’acceptabilité)

En tant que professionnels de la réadaptation, nous sommes idéalement placés pour défendre et participer activement à un changement transformateur à tous les stades de la réadaptation.

En tant que cliniciens, nous devons être plus conscients des considérations GESI :

  • Quelles sont les normes sociétales et culturelles qui nous influencent en tant que physiothérapeutes et ainsi que nos patients ?
  • Ce que les patients disent, comment ils agissent, et comment cela peut être influencé par le genre.
  • Comment nous interprétons ce que nous avons vu et entendu (de la part de nos patients) en fonction de nos propres normes, hypothèses et stéréotypes de genre, et comment nous agissons sur la base de ces interprétations.
  • Quels sont les régimes de genre et de pouvoir que nous pouvons voir et identifier dans les organisations, et comment ils influencent notre travail, les conditions de travail ainsi que la réalité et la santé du patient.
  • Les possibilités d’inclusion sociale grâce à l’amélioration de la communication et des voies d’orientation entre les systèmes hospitaliers et les services de réadaptation communautaires.
  • L’importance de fournir une éducation et une formation aux familles afin d’accroître l’intégration et la participation des personnes handicapées.

Inclusion sociale ( éditer | source d’édition )

L’inclusion sociale vise à éviter que les groupes vulnérables ne soient exclus de certaines circonstances. Les groupes vulnérables incluent les personnes âgées, les personnes handicapées, les minorités religieuses, les femmes, les filles, les LGBTQ, etc. (6) La Banque mondiale définit l’inclusion sociale comme suit : « Dans chaque pays, certains groupes sont confrontés à des obstacles qui les empêchent de participer pleinement à la vie politique, économique et sociale. Ces groupes peuvent être exclus non seulement par les systèmes juridiques, les terres et le marché du travail, mais aussi par des attitudes, des croyances ou des perceptions discriminatoires ou stigmatisantes. Le désavantage est souvent basé sur l’identité sociale, qui peut se trouver à travers les dimensions du genre, de l’âge, du lieu, de la profession, de la race, de l’ethnicité, de la religion, du statut de citoyenneté, du handicap, de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre (OSIG), entre autres facteurs. Ce type d’exclusion sociale prive les individus de leur dignité, de leur sécurité et de la possibilité de mener une vie meilleure. Si l’on ne s’attaque pas aux causes profondes de l’exclusion structurelle et de la discrimination, il sera difficile de soutenir une croissance inclusive durable et une réduction rapide de la pauvreté. » (7)

Lorsqu’on réfléchit à l’inclusion sociale dans un contexte de réadaptation, il est important de ne pas penser uniquement à un état de dépendance fonctionnelle et de penser davantage en termes d’indépendance fonctionnelle. Cela signifie donner à l’individu les moyens d’être aussi indépendant que possible et de participer à la vie de sa communauté. Cela inclut, mais n’est pas limité à :

  • L’engagement
  • L’apprentissage
  • Le travail
  • L’intéraction avec leur environnement
  • L’établissement des liens significatifs avec les autres
  • Donner à tous les individus la possibilité de s’exprimer (dans le but d’apprendre de leurs paroles et de leur point de vue).

Cet exemple utile d’inclusion sociale dans le domaine de la réadaptation provenant d’une revue systématique et d’une méta-analyse d’Obembe & Eng (2016), souligne comment la participation sociale est déterminante pour le rétablissement d’une personne. (8)

« La participation sociale est considérée comme l’un des résultats les plus pertinents et les plus essentiels d’une récupération réussie.(9) Il a été démontré que les individus sont insatisfaits de leur capacité à s’engager dans de nombreux aspects de la participation, y compris la socialisation, les sorties et les voyages, trois mois après avoir subi un AVC.(10) La prestation de services en réadaptation après la sortie de l’hôpital peut être particulièrement pertinente, car elle vise à promouvoir l’indépendance des patients et leur réintégration dans la communauté.

La Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé (CIF) définit la participation comme « l’implication dans une situation de vie ».(11) ou comme « l’expérience vécue » des personnes dans le contexte réel dans lequel elles vivent ». La participation est un objectif de traitement dans le contexte de la récupération après un AVC et on sait qu’elle est en corrélation avec les domaines liés à la qualité de vie.(12) … De même, le modèle conceptuel du Processus de création d’un handicap définit la participation sociale comme un moyen de réaliser ses habitudes de vie dans son environnement (par exemple, l’école, le lieu de travail, le quartier). »(13) (8)

La vidéo ci-dessous, réalisée par Healthwest TV, montre l’importance de l’inclusion sociale :

GESI et les soins de santé ( éditer | source d’édition )

Le genre détermine les réponses sanitaires, les pratiques de soins, les comportements liés à la santé et essentiellement les résultats. (14) Il existe un lien entre les normes sociales et les facteurs biologiques qui affectent l’état de santé.(15) Bien que l’égalité entre les genres soit un droit humain fondamental, elle reste l’un des principaux déterminants des inégalités en matière de santé.(14) Pour lutter contre ces inégalités en matière de santé, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les Nations unies ont poussé les pays à introduire les questions de genre dans leurs systèmes de santé.(16)

GESI et les femmes ( éditer | éditer la source )

Les femmes présentent un risque plus élevé de morbidité en raison de leur rôle reproducteur, des inégalités nutritionnelles et de leur statut inférieur dans la société.(16) (17) En outre, les mariages impliquant des enfants sont plus fréquents pour les filles (5 fois plus), et les femmes représentent la majorité des victimes d’abus sexuels et de violences domestiques. (15)(17) Le manque d’accès à l’eau potable et à l’assainissement affecte davantage les femmes, qui gèrent l’approvisionnement en eau du foyer.(15) Enfin, les femmes présentent un risque plus élevé d’anxiété, de dépression et de cancer.(18) À l’inverse, les hommes sont perçus comme étant forts et n’ayant pas besoin de soins de soins de santé.(18)

GESI et la physiothérapie ( éditer | source d’édition )

GESI affecte les soins de santé dans tous les domaines, y compris la physiothérapie. Des études de recherche ont été menées et ont permis de conclure qu’il existe trois domaines dans lesquels GESI et les physiothérapeutes se rejoignent :

  1. le genre dans la pratique clinique
  2. les aspects organisationnels liés au genre
  3. les normes et idéaux socioculturels genrés(19)

Pour être sensible à GESI dans les soins cliniques, nous devons prendre en compte les éléments suivants : ( éditer | modifier la source )

  • La disponibilité de thérapeutes hommes et femmes
  • La formation des thérapeutes sur le genre, les préjugés sexistes et l’identité de genre.
  • Les appareils fonctionnels adaptés
  • Les soins multidisciplinaires
  • Les références automatiques
  • L’inscription précoce à la réadaptation
  • La collecte de données ventilées
  • La promotion de l’autonomisation des personnes handicapées

Le genre en pratique clinique ( éditer | source d’édition )

Les quatre études suivantes(19) démontrent comment le genre peut avoir un impact sur les physiothérapeutes dans une pratique clinique courante :

  • Étude sur les douleurs dorsales et cervicales : Lorsqu’ils s’adressent aux patients dans un cadre de réadaptation, les thérapeutes expriment leur message différemment en fonction des stéréotypes liés au genre.
    • Les femmes entendent « faites attention » en rapport avec la douleur, tandis que les hommes sont soutenus par « un travail dur entraîne des douleurs ».
    • Les hommes ne recevaient pas autant d’exercices que les femmes car ils étaient considérés comme plus forts déjà.
  • Étude sur la paralysie cérébrale : Les interventions auprès des enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale sont liées non seulement à leur fonction motrice globale mais aussi à leur genre.
  • Étude sur les patients LGBTQ : Les patients LGBTQ ont estimé que les interactions des physiothérapeutes étaient inconfortables en ce qui concerne le toucher, la proximité physique, l’observation de leur corps ou le déshabillage.
  • Étude sur les transgenres : La communauté transgenre estime que les physiothérapeutes manquent de connaissances sur les problèmes de santé spécifiques aux transgenres.(19)

La vidéo ci-dessous décrit les problèmes auxquels les personnes transgenres sont confrontées lorsqu’elles cherchent à obtenir des soins médicaux :

Aspects organisationnels liés au genre ( éditer | modifier la source )

Le genre peut également être un facteur d’influence dans la structure des soins de santé et dans une organisation dans son ensemble. Voici des éléments à considérer lorsque vous pensez à une échelle organisationnelle (19):

  • Les hommes ont généralement plus de pouvoir au niveau d’une organisation
    • De nombreux hommes peuvent ne pas tenir compte des problèmes des femmes, ce qui limite l’étendue des programmes axés sur les besoins spécifiques des autres genres/identités de genre.
  • Les outils et instruments du lieu de travail sont souvent conçus en fonction des hommes :
    • entraînant des résultats désavantageux pour les femmes et un risque élevé de troubles musculo-squelettiques pour les femmes.
  • La vie professionnelle peut affecter les femmes plus que les hommes
    • Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à mettre fin à leur carrière en raison de congés de maladie, de problèmes de santé mentale et de troubles musculo-squelettiques.

Pour être une organisation sensible à GESI, il est essentiel de prendre en compte les éléments suivants : ( éditer | modifier la source )

  • Faire en sorte que les femmes, les minorités de genre et les personnes handicapées occupent des postes de direction.
  • L’intégration de la télé-réhabilitation
  • Les programmes de réadaptation à base communautaire
  • L’inclusion de la réadaptation dans les soins de santé primaires
  • L’administration et la gestion des équipements adaptés & l’adaptation des installations pour l’accessibilité
  • La prestation de services de réadaptation et d’appareils fonctionnels à un prix abordable dans le cadre de la couverture sanitaire universelle (CSU).
  • L’inclusion des utilisateurs de la réadaptation dans les structures de direction et de gouvernance
  • L’intégration de GESI dans les politiques organisationnelles pertinentes, nouvelles ou existantes.

Normes et idéaux socioculturels genrés ( éditer | source d’édition )

La notion de genre peut être comprise différemment selon les époques et les cultures. Dans certaines sociétés, les femmes sont traditionnellement dépeintes comme plus faibles et plus sujettes aux maladies que les hommes.(19)

Implications pour la réadaptation ( éditer | source d’édition )

Pour aider à lutter contre les stéréotypes traditionnels liés au genre, les professionnels en réadaptation doivent être conscients de ce qui suit : (19)

1) Ce que les patients disent, comment ils agissent, et comment cela peut être influencé par le genre ;

2) Comment nous interprétons ce que nous avons vu et entendu (de la part de nos patients) à partir de nos normes, hypothèses et stéréotypes de genre ; et comment nous agissons en fonction de ces interprétations ;

3) Quels sont les régimes de genre et de pouvoir que nous pouvons observer et identifier dans les organisations ; et comment influencent-ils notre travail, les conditions de travail ainsi que la réalité et la santé du patient ;

4) Quelles normes sociétales et culturelles genrées nous influencent en tant que physiothérapeutes et ainsi que nos patients. »(19)

En outre, Stenberg et al., 2020(19) recommandent une formation sur sensibilisation au genre dans les écoles de physiothérapie et de tenir compte du genre lors de l’évaluation et de la prise de décision de l’intervention. Des recherches supplémentaires sont nécessaires dans ce domaine afin d’aider les physiothérapeutes à assurer l’égalité des genres et l’inclusion sociale.(19)

Définitions utiles ( modifier | modifier la source )

Accessibilité : En ce qui concerne l’accès à la santé, l’accessibilité signifie que les installations, biens et services sanitaires doivent être physiquement accessibles en toute sécurité pour toutes les catégories de gens faisant partie de la population, en particulier les groupes vulnérables ou marginalisés, tels que les minorités ethniques et les populations autochtones, les femmes, les enfants, les adolescents, les personnes âgées, les personnes handicapées et les personnes atteintes du VIH/sida, y compris dans les zones rurales. L’accessibilité est également la caractéristique que possèdent les produits, les biens et les services pour pouvoir être utilisés en toute sécurité et dans des conditions égales par toutes les personnes ; elle comprend l’environnement physique, les transports, l’information et les communications.

L’accessibilité vise à garantir à tous les individus la possibilité de participer de manière équitable et significative à tous les aspects de la société. Elle consiste à supprimer les obstacles à la participation, notamment les obstacles physiques, informationnels, attitudinaux et institutionnels. Si l’accessibilité est souvent considérée comme un moyen de garantir la pleine participation des personnes handicapées, elle est pertinente et importante pour tous.

L’accessibilité est généralement considérée comme un mécanisme visant à accroître l’accessibilité physique pour les personnes souffrant de divers handicaps. Il ne s’agit pas seulement de l’accessibilité physique des infrastructures, mais aussi de l’accessibilité des biens et des services, y compris des événements.

Préjugé (ou préjugé sexiste) : Le préjugé ou préjugé sexiste est une position déclarée ; une hypothèse ou une situation qui montre une vision ou un traitement préférentiel d’un genre par rapport à l’autre.

La discrimination : On parle de discrimination lorsque des décisions sont prises en considérant les attributs sociaux d’une personne tels que le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion, l’association, les caractéristiques physiques et/ou d’autres différenciations. La discrimination directe se produit lorsqu’une personne est traitée de manière moins favorable qu’une autre dans des circonstances identiques ou similaires en raison d’un attribut particulier, tel que l’âge, le genre, le handicap, la race, la région, la religion, la culture, le statut social ou d’autres motifs. La discrimination indirecte se produit lorsqu’il existe une politique, une règle ou une manière de faire les choses qui peut sembler juste ou neutre à première vue, mais qui a un effet inégal sur certains groupes de personnes ayant un attribut particulier et que la politique ou la règle est déraisonnable. La discrimination indirecte est illégale, que la personne qui discrimine ait eu l’intention de le faire ou qu’elle n’ait pas conscience de l’avoir fait.

Égalité : L’égalité signifie que toutes les personnes bénéficient du même statut. Toutes les personnes bénéficient de conditions égales pour réaliser l’intégralité de leurs droits humains et de leur potentiel afin de contribuer au développement national, politique, économique, social et culturel et de bénéficier de ses résultats.

Équité : L’équité est le processus de viser à être juste. Elle signifie que des mesures sont prises pour parvenir à l’équité et à la justice dans la répartition des avantages et des responsabilités. Elle nécessite souvent des programmes et des politiques visant à mettre fin aux inégalités existantes. L’équité mène à l’égalité.

Genre : Le genre décrit les différents rôles et responsabilités des femmes et des hommes – ce que font les hommes et les femmes, ce dont ils sont responsables, comment ils sont censés se comporter, ce qu’ils sont autorisés à faire et ce qui est considéré comme un comportement normal et approprié. Les rôles et responsabilités des hommes et des femmes varient en fonction de facteurs culturels, religieux, historiques et économiques.

Sensibilisation aux questions de genre : La sensibilisation aux questions de genre est la reconnaissance des différences entre les intérêts, les besoins et les rôles des femmes et des hommes dans la société ainsi que de la manière dont elles se traduisent par des différences de pouvoir, de statut et de privilèges. Cela signifie également la capacité d’identifier les problèmes découlant de l’inégalité et de la discrimination entre les genres. L’égalité des genres signifie que les hommes et les femmes ont la même valeur, les mêmes droits et les mêmes possibilités de participer à tous les aspects de l’emploi et de la vie. L’équité entre les genres est le processus consistant à être juste envers les hommes ou les femmes défavorisés, par le biais d’interventions et d’actions spécifiques telles que l’équilibrage des différences passées ou actuelles qui ont eu un impact négatif sur la capacité d’une femme ou d’un homme à participer pleinement et de manière égale à l’emploi et à d’autres opportunités. L’inégalité entre les sexes signifie qu’un homme ou une femme n’a pas les mêmes valeurs, droits ou opportunités.

Égalité des genres : Est la réalisation de l’égalité des droits, des responsabilités, des opportunités et du respect pour les hommes, les femmes et les minorités sexuelles et de genre.(20) L’équité entre les genres, qui consiste à être juste envers les femmes, les hommes et les minorités sexuelles et de genre, implique l’utilisation de stratégies et de mesures visant à compenser les désavantages historiques et sociaux des femmes. L’équité de genre en tant que processus mène à l’égalité de genre comme résultat.(21) En réponse à l’accès inégal des femmes et des filles aux droits, aux responsabilités, aux opportunités et au respect, qui conduit à leur vulnérabilité sociale et à leur marginalisation accrues, l’utilisation d’une approche GESI inclura souvent un accent spécifique sur les femmes et les filles. Dans un même temps, elle s’efforce de réduire les inégalités entre les genres en faisant participer les hommes et les garçons et en s’attaquant aux relations de pouvoir entre les genres. Vous pouvez utiliser l’échelle d’évaluation sexospécifique de l’OMS suivante(22) afin de déterminer dans quelle mesure le genre est intégré dans les programmes et les politiques. L’échelle comprend cinq étapes pour les politiques et la programmation :

Inégalités : perpétuent l’inégalité entre les genres en renforçant les normes, les rôles et les relations déséquilibrés.

Aveugle au genre : Ignorer les inégalités entre les genres.

Sensible au genre : prend en compte l’inégalité entre les genres mais ne prend aucune mesure corrective pour y remédier.

Spécifique au genre : prend en compte l’inégalité entre les sexes et prend des mesures correctives pour y remédier, mais ne change pas les relations de pouvoir sous-jacentes.

Transformateur : s’attaque à certaines des causes sous-jacentes des inégalités fondées sur le genre en transformant les normes, les rôles et les relations de genre inégales et préjudiciables afin de favoriser des changements progressifs dans les relations de pouvoir entre les femmes et les hommes et les minorités sexuelles et de genre.

Intégration de la dimension de genre : L’intégration de la dimension de genre est le processus qui consiste à garantir que toutes les femmes et tous les hommes ont un accès et un contrôle égaux aux ressources, à la prise de décision et aux avantages à tous les stades des processus, pratiques et politiques organisationnels.

Sexe : Le sexe décrit les différences biologiques entre les hommes et les femmes.

Harcèlement sexuel : Il y a harcèlement sexuel lorsqu’une personne fait une avance sexuelle importune, une demande importune de faveurs sexuelles ou adopte un autre comportement sexuel importun à l’égard d’une personne, dans des circonstances telles qu’une personne raisonnable, compte tenu de toutes les circonstances, aurait pu s’attendre à ce que l’autre personne soit offensée, humiliée ou intimidée.

Exclusion sociale : L’exclusion sociale peut être imposée par la loi, résulter de circonstances économiques ou de l’absence de fourniture de biens ou de services sociaux. Les groupes qui sont socialement exclus comprennent les chômeurs, les minorités ethniques, les sans-abri, les personnes âgées et les personnes handicapées. Ces groupes connaissent des résultats sanitaires moins bons que ceux de la population générale.

Inclusion sociale : L’inclusion sociale est définie comme « le processus d’amélioration des conditions de participation à la société, en particulier pour les personnes défavorisées, par l’amélioration des opportunités, l’accès aux ressources, la voix et le respect des droits ».(23) Elle comprend l’inclusion de groupes qui risquent l’exclusion dans un contexte socioculturel particulier.(24) Ces groupes peuvent inclure : les femmes et les filles, les adolescents et les jeunes, les personnes âgées, les personnes handicapées, les minorités ethniques, les minorités religieuses, les personnes atteintes d’une maladie stigmatisée, les personnes déplacées à l’intérieur du pays, les populations migrantes, les communautés nomades, les membres de clans ou de sous-clans minoritaires, les personnes vivant dans des zones urbaines ou des districts géographiquement inaccessibles, les communautés LGBTQI+, les groupes ayant un niveau d’éducation moins élevé et les personnes ayant un statut socio-économique inférieur.

Les groupes à risque d’exclusion pourraient :

1) avoir une représentation et/ou une participation inadéquate dans le leadership et la prise de décision à tous les niveaux ;

2) être victimes de discrimination et/ou de stigmatisation sociale et de marginalisation en raison de leur identité sociale ou de leur état de santé ;

3) avoir des droits limités et/ou manquer de pouvoir, de ressources et d’autorité pour exercer leurs droits et accéder aux protections sociales. Étant donné que les gens appartiennent toujours à plusieurs groupes sociaux, ils peuvent être davantage confrontés à la marginalisation, à la vulnérabilité et à l’exclusion en raison de la manière dont les identités sociales se croisent, ou de leur intersectionnalité.(24)

En même temps, en raison des interactions complexes entre les multiples identités sociales des personnes, une personne peut faire l’expérience conjointe de marginalisation et de privilèges. Par exemple, une femme handicapée appartenant à un groupe à revenu élevé peut se voir accorder certains privilèges en raison de son statut socio-économique tout en subissant de multiples niveaux de marginalisation en raison de son genre et/ou de son handicap.

Normes sociales : Les normes sociales sont des règles de conduite ou des modèles de comportement attendus par une société ou un groupe social. Celles-ci sont ancrées dans les coutumes, les traditions et les systèmes de valeurs qui se développent progressivement dans une société ou un groupe social. Il est important de comprendre que les normes sociales, bien que généralement acceptées, ne témoignent pas toujours d’un traitement éthique ou équitable des autres.

Personnes vulnérables : les personnes vulnérables englobent les groupes suivants :

-Les personnes handicapées. Elles sont définies comme celles qui présentent des déficiences physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles qui, en interaction avec diverses barrières comportementales et environnementales, peuvent faire obstacle à leur pleine et effective participation à la société sur la base de l’égalité avec les autres ;

-Les survivants de la guerre et des conflits qui ont subi des blessures liées à la mobilité, y compris les conditions résultant de l’interruption des services de santé ;

-Les survivants de la torture et de traumatismes, y compris la violence sexiste ;

-Les enfants de moins de 18 ans qui : risquent d’avoir des retards de développement liés à des carences en matière de santé, de nutrition et/ou de soutien des soignants ; vivant sans soins permanents et protecteurs ; risquant de perdre les soins familiaux protecteurs permanents ; et/ou risquant d’être exposés à la violence, à l’exploitation, aux abus et/ou à la négligence ; et

Les soignants des personnes identifiées ci-dessus.

Ressources supplémentaires ( éditer | modifier la source )

Autres lectures ( éditer | modifier la source )

Références(edit | edit source)

  1. United Nations Interagency Rehabilitation Programme (UNIRP)https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Gender%20Equality%20and%20Social%20Inclusion_1.pdf
  2. Roccas S, Brewer MB. Social Identity Complexity. Personality and Social Psychology Review. 2002;6(2):88-106. doi:10.1207/S15327957PSPR0602_01
  3. Ife J. Human rights and social work: Towards rights-based practice. Cambridge University Press; 2012 May 21.
  4. The World Bank, https://www.worldbank.org/en/topic/social-inclusion#1
  5. 5.0 5.1 Human Rights Campaign. Accessible at https://www.hrc.org/resources/glossary-of-terms
  6. Governance Network,https://www.shareweb.ch/site/DDLGN/topics/governance/socialinclusion/SitePages/Home.aspx
  7. World Bank,

    https://www.worldbank.org/en/topic/social-inclusion#1

  8. 8.0 8.1 Obembe, A. O., & Eng, J. J. (2016). Rehabilitation Interventions for Improving Social Participation After Stroke: A Systematic Review and Meta-analysis. Neurorehabilitation and neural repair, 30(4), 384–392. https://doi.org/10.1177/1545968315597072
  9. Noreau L, Desrosiers J, Robichaud L, Fougeyrollas P, Rochette A, Viscogliosi C. Measuring social participation: Reliability of the LIFE-H in older adults with disabilities. Disabil Rehabil. 2004;26:346–352.
  10. Mayo NE, Wood Dauphinee S, Ahmed S, Gordon C, Higgins J, Mc Ewen S, Salbach N. Disablement following stroke. Disabil Rehabil. 1999;21:258–268.
  11. World Health Organization. Towards a Common Language for Functioning, Disability and Health: ICF. World Health Organization; 2002. (Accessed January 20, 2015). http://www.who.int/classifications/icf/training/icfbeginnersguide.pdf.
  12. Mayo NE, Bronstein D, Scott SC, Finch LE, Miller S. Necessary and sufficient causes of participation post-stroke: practical and philosophical perspectives. Qual Life Res. 2014;23:39–47.
  13. International Network on the Disability Creation Process (INDCP) The Human Development Model – Disability Creation Process (HDM-DCP). What is Social Participation? 2014 http://ripph.qc.ca/node/153.
  14. 14.0 14.1 Shannon G, Jansen M, Williams K, Cáceres C, Motta A, Odhiambo A, Eleveld A, Mannell J. Gender equality in science, medicine, and global health: where are we at and why does it matter?. The Lancet. 2019 Feb 9;393(10171):560-9.
  15. 15.0 15.1 15.2 Fernández R, Isakova A, Luna F, Rambousek B. Gender Equality and Inclusive Growth. International Monetary Fund; 2021 Mar 4
  16. 16.0 16.1 Crespí-Lloréns N, Hernández-Aguado I, Chilet-Rosell E. Have policies tackled gender inequalities in health? A scoping review. International journal of environmental research and public health. 2021 Jan;18(1):327.
  17. 17.0 17.1 Dilli S, Carmichael SG, Rijpma A. Introducing the historical gender equality index. Feminist Economics. 2019 Jan 2;25(1):31-57.
  18. 18.0 18.1 Hay K, McDougal L, Percival V, Henry S, Klugman J, Wurie H, Raven J, Shabalala F, Fielding-Miller R, Dey A, Dehingia N. Disrupting gender norms in health systems: making the case for change. The Lancet. 2019 Jun 22;393(10190):2535-49.
  19. 19.0 19.1 19.2 19.3 19.4 19.5 19.6 19.7 19.8 Stenberg G, Fjellman-Wiklund A, Strömbäck M, Eskilsson T, From C, Enberg B, Wiklund M. Gender matters in physiotherapy. Physiotherapy theory and practice. 2021 Sep 3:1-4.
  20. WHO. Gender and Health (Internet). 2020. Available from: https://www.who.int/health-topics/gender
  21. UNFPA – United Nations Population Fund. Frequently asked questions about gender equality (Internet). 2021 (cited 2021 Apr 21). Available from: https://www.unfpa.org/resources/frequently-asked-questions-about-gender-equality
  22. Mills JA, Cieza A, Short SD, Middleton JW. Development and Validation of the WHO Rehabilitation Competency Framework: A Mixed Methods Study. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation. 2021 Jun 1;102(6):1113-23.
  23. United Nations. Leaving no one behind: the imperative of inclusive development. Report on the World Social Situation 2016 (Internet). New York; 2016 (cited 2021 Oct 22). Available from: https://www.un.org/esa/socdev/rwss/2016/full-report.pdf
  24. 24.0 24.1 Integrity Action. Gender Equality and Social Inclusion Strategy (GESI) (Internet). 2016 (cited 2020 Mar 27). Available from: http://www.ids.ac.uk/files/dmfile/Wp417.pd


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles