L’effet de la posture sur le diaphragme

Éditeur original Carin Hunter à partir du cours de Rina Pandya
Principaux contributeursCarin Hunter, Jess Bell, Lucinda hampton, Merinda Rodseth, Kim Jackson et Ewa Jaraczewska

L’effet de la posture sur le diaphragme ( éditer | modifier la source )

La posture a un impact important sur la fonction du diaphragme.(1) Pour optimiser la fonction du diaphragme, il faut une certaine longueur verticale, c’est-à-dire que les cavités thoracique et abdominale doivent être suffisamment longues pour que le diaphragme puisse créer une pression négative et positive pendant l’inspiration et l’expiration.(2) Le patient doit être capable de inspirer profondément jusqu’à la base des poumons, afin que les côtes puissent s’évaser et que le diaphragme puisse descendre.(2) Une discussion détaillée sur la respiration est disponible ici et ici. Toutefois, on a constaté que des postures spécifiques telles que la posture antérieure de la tête et la posture cyphotique affectent la mécanique respiratoire, incluant la mobilité du diaphragme. (3)

Posture en protraction de la tête ( edit | edit source )

Posture en protraction de la tête

La posture en protraction de la tête est « une mauvaise habitude posturale au niveau du cou qui se définit par une translation vers l’avant des vertèbres cervicales et une hyperextension des vertèbres cervicales supérieures ».(4)

La posture en protraction de la tête affecte l’expansion thoracique et l’activité des muscles respiratoires pouvant entraîner une réduction de la ventilation alvéolaire. (3) (5) Zafar et al. (3) ont constaté que la posture en protraction de la tête induite chez des sujets sains a un impact immédiat sur leur fonction respiratoire. Ils ont suggéré que cela pouvait être causé par un conflit (coincement) temporaire du nerf phrénique (c’est-à-dire le nerf qui innerve le diaphragme). Ce conflit diminue l’activité neuronale, et ultimement affaiblit le diaphragme.(3)

Hodges et al (6) (7) ont déduit qu’une altération de la fonction du diaphragme entraîne une instabilité des muscles stabilisateurs, qui peut se traduire par d’autres troubles systémiques et musculo-squelettiques, notamment une instabilité de la colonne vertébrale.

Une posture en protraction de la tête a un impact sur la biomécanique respiratoire. (8) Cela se traduit par une expansion de la partie supérieure du thorax et une contraction de la partie inférieure du thorax. Ces changements diminuent la fonction respiratoire.(4)

Pour que le diaphragme des patients avec une posture en protraction de la tête soit plus efficace pendant la respiration, nous devons : (9)

  1. Rétablir la relation normale entre la longueur et la tension
  2. Améliorer la mobilité et l’expansion de la paroi thoracique
  3. Soulager la mise en charge sur les muscles respiratoires accessoires du cou. (9)

Regardez cette vidéo de 6 minutes sur la façon de mesurer et de corriger la posture en protraction de la tête.

Posture cyphotique ( edit | edit source )

Cyphose ostéoporotique chez les femmes âgées

L’hypercyphose est définie comme : « une augmentation de la courbure de la colonne vertébrale vers l’avant, observée dans le plan sagittal ».(10)

Elle peut être causée par un torticolis (c’est-à-dire une torsion du cou d’un côté (3)) et une posture en protraction de la tête entraînant le développement d’une courbure thoracique secondaire pour compenser le redressement de la courbure cervicale. L’altération de la mobilité cervico-thoracique nuit à la mécanique respiratoire normale en réduisant la mobilité et la force du diaphragme. (3) (11)

Chez les individus qui sont affaissés dans une posture cyphotique, il se produit un rapprochement des côtes et du bassin. Cette approximation peut augmenter la pression intra-abdominale, et affecter le mouvement du diaphragme. (3) Cela peut conduire à : (3)

  1. Une réduction de la capacité pulmonaire
  2. Une réduction du débit inspiratoire (12)
  3. Une diminution de la capacité vitale forcée (13)

Regardez cette vidéo d’une minute sur les symptômes liés à la cyphose.

La fonction respiratoire doit donc être évaluée chez les patients présentant des postures telles que la posture en protraction de la tête et le torticolis.(3) Zafar et al.(3) recommandent aux cliniciens d’utiliser l’outil SNIP (Sniff Nasal Inspiratory Pressure) (14) pour évaluer la fonction respiratoire, car il s’agit d’une méthode simple et facile à utiliser pour dépister les patients présentant un dysfonctionnement postural.(3)

La vidéo de 4 minutes ci-dessous montre comment utiliser cet outil SNIP.

(15)

Posture dans un lit de soins intensifs ( éditer | modifier la source )

Dans les unités de soins intensifs, des oreillers sont souvent placés sous la tête et les genoux des patients pour qu’ils soient confortables dans leur lit. Ce positionnement les amène à être couchés en position « hamac », réduisant la capacité du diaphragme à fonctionner de manière optimale.(2)

Un mauvais positionnement en soins intensifs entraîne : (2)

  • Une augmentation de l’angle de la tête vers l’avant
  • Une augmentation de la respiration apicale
  • Une diminution de la respiration diaphragmatique

Les conséquences sont les suivantes : (2)

  • Raideur successive des muscles antérieurs du cou
  • Faiblesse des muscles extenseurs cervicaux
  • Faiblesse du diaphragme

Autres facteurs à prendre en compte ( éditer | modifier la source )

Le diaphragme influence : (2)

  1. La fonction œsophagienne
  2. La fonction digestive
    • Les mouvements péristaltiques et donc le massage du contenu abdominal
  3. La fonction vasculaire, comme la pression sanguine
  4. Le système immunitaire
    • Le diaphragme aide à l’immunité car il crée un « flux respiratoire frais » (2) et aide à l’absorption des nutriments et des vitamines.

De plus amples informations sur les rôles du diaphragme sont disponibles ici.

Références(edit | edit source)

  1. Safavi S, Arthofer C, Cooper A, Harkin JW, Prayle AP, Sovani MP, Bolton CE, Gowland PA, Hall IP. Assessing the impact of posture on diaphragm morphology and function using an open upright MRI system-A pilot study. Eur J Radiol. 2020 Sep;130:109196.
  2. 2.0 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 2.6 Pandya R. The Effect of Posture on the Diaphragm Course. Plus , 2021.
  3. 3.00 3.01 3.02 3.03 3.04 3.05 3.06 3.07 3.08 3.09 3.10 Zafar H, Albarrati A, Alghadir AH, Iqbal ZA. Effect of different head-neck postures on the respiratory function in healthy males. BioMed research international. 2018 Jul 12;2018.
  4. 4.0 4.1 Koseki T, Kakizaki F, Hayashi S, Nishida N, Itoh M. Effect of forward head posture on thoracic shape and respiratory function. Journal of physical therapy science. 2019;31(1):63-8.
  5. Okuro RT, Morcillo AM, Ribeiro MÂ, Sakano E, Conti PB, Ribeiro JD. Mouth breathing and forward head posture: effects on respiratory biomechanics and exercise capacity in children. Jornal Brasileiro de Pneumologia. 2011;37:471-9.
  6. Hodges PW, Gurfinkel VS, Brumagne S, Smith TC, Cordo PC. Coexistence of stability and mobility in postural control: evidence from postural compensation for respiration. Experimental brain research. 2002 Jun;144(3):293-302.
  7. Hodges PW, Butler JE, McKenzie DK, Gandevia SC. Contraction of the human diaphragm during rapid postural adjustments. J Physiol. 1997;505 ( Pt 2)(Pt 2):539-48.
  8. Triangto K, Widjanantie SC, Nusdwinuringtyas N. Biomechanical Impacts of Forward Head Posture on the Respiratory Function. Indonesian Journal of Physical Medicine & Rehabilitation. 2019;8(02):50-64.
  9. 9.0 9.1 Haghighat F, Moradi R, Rezaie M, Yarahmadi N, Ghaffarnejad F. Added Value of Diaphragm Myofascial Release on Forward Head Posture and Chest Expansion in Patients With Neck Pain: A Randomized Controlled Trial.
  10. Lam JC, Mukhdomi T. Kyphosis. (Updated 2021 Aug 11). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK558945/
  11. Chaitow L. Functional movement and breathing dysfunction. Journal of bodywork and movement therapies. 2016 Jul 1;20(3):455-6.
  12. Lin F, Parthasarathy S, Taylor SJ, Pucci D, Hendrix RW, Makhsous M. Effect of different sitting postures on lung capacity, expiratory flow, and lumbar lordosis. Archives of physical medicine and rehabilitation. 2006 Apr 1;87(4):504-9.
  13. Haque MF, Akhter S, Tasnim N, Haque M, Paul S, Begum M. Effects of different sitting postures on forced vital capacity in healthy school children. Bangladesh Medical Research Council Bulletin. 2019 Aug 7;45(2):117-21.
  14. Prigent H, Lejaille M, Falaize L, Louis A, Ruquet M, Fauroux B, Raphael JC, Lofaso F. Assessing inspiratory muscle strength by sniff nasal inspiratory pressure. Neurocritical care. 2004 Dec;1(4):475-8.
  15. ALS Centrum Nederland. SNIP (Sniff nasal inspiratory pressure). Available from: https://www.youtube.com/watch?v=9bQgY2ZaiLk (last accessed 3/12/2021)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles