Évaluation et traitement général des patients par télésanté

Éditeur original Ashmita Iora Davania Patrao

Principaux contributeursAshmita Patrao, Kim Jackson, Tarina van der Stockt, Vidya Acharya et Jess Bell

Introduction(edit | edit source)

Cette page a pour but de vous guider dans les conditions préalables à une évaluation par télésanté. Elle traite de l’efficacité de la télésanté pour différentes pathologies et fournit divers principes de traitement par télésanté qui peuvent s’avérer utiles lors d’une consultation par le biais de la technologie numérique.

Les services de télésanté sont soit des visites virtuelles en temps réel (c’est-à-dire synchrones), soit des services de store-and-forward donc d’enregistrement et transfert de données (asynchrones), soit des services de suivi à distance des patients.(1)

Les types de plateformes ( éditer | éditer la source )

La télé-réadaptation nécessite une plateforme solide offrant des services techniques et technologiques compétents. Elles peuvent relever des catégories suivantes :

La vidéoconférence : Il s’agit d’une plateforme en ligne continue qui permet une interaction dynamique entre le patient et le thérapeute. Il peut s’agir de plateformes telles que skype, zoom, google duo, Whatsapp, etc.

Transfert d’images : Il s’agit du transfert d’images sélectionnées à des fins de traitement

Transfert de données : Il s’agit du transfert d’informations par des méthodes autres que l’image ou la vidéo, comme l’envoi par courrier électronique de dossiers médicaux, de plans d’exercices, etc. (2)

Le soutien technique ( éditer | éditer la source )

Le soutien technique nécessaire pour une consultation inclut :

  • Matériel d’audioconférence
  • Équipement de vidéoconférence
  • Réseaux informatiques (WAN et LAN)
  • Réseaux à large bande
  • Télévision par satellite qui permet l’interaction (2)

De plus amples informations sur ces aspects techniques sont fournies à la page Considérations pratiques sur la télésanté.

Recommandations pour les consultations ( éditer | éditer la source )

Il est toujours préférable de procéder à des consultations fictives afin d’évaluer les éventuels problèmes techniques et la force du réseau. (3)

Avant la consultation
  • Envisager un questionnaire préalable à l’appel (auto-évaluation telle qu’une échelle visuelle analogique – EVA ou un schéma corporel)
  • Demander au patient s’il souhaite qu’un partenaire ou un membre de sa famille soit présent lors de la consultation
  • Programmer la consultation en fonction des personnes à voir en priorité (considérations sur le triage clinique pour la télésanté)
  • Confirmer si une consultation vidéo graphique est cliniquement appropriée. Utiliser une pièce privée et bien éclairée
  • S’assurer que le numéro de téléphone du patient est prêt, au cas où le lien d’appel vidéo poserait problème
  • Garder les dossiers cliniques du patient à portée de main, de préférence sur un autre écran.
  • Avant la session, tester la technologie pour vérifier qu’elle fonctionne comme prévu
Début de la consultation
  • Lancer la consultation
  • Vérifier la connectivité et la clarté en demandant au sujet s’il peut bien vous voir et vous entendre.
  • Une présentation formelle au patient est indispensable
  • Le consentement verbal du patient doit être recueilli avant le début de l’évaluation
  • Dans certains pays, vous devez vérifier verbalement dans quel État se trouve le patient pour confirmer que vous êtes autorisé à évaluer/traiter ce patient
  • Il est toujours préférable de regarder la caméra afin que le patient puisse établisse un contact visuel et vous fasse confiance
  • S’il y a d’autres consultants dans la salle, ils doivent être aussi présentés au patient
  • Indiquer au patient ce qu’il doit faire ou comment se reconnecter si jamais la session est interrompue prématurément ou si la connexion Internet ou audio est mauvaise.
La consultation
  • Conserver des documents écrits comme vous le feriez pour une consultation face à face.
  • Rester conscient que la communication vidéo diffère légèrement de la communication en personne
  • Si vous pensez être occasionnellement préoccupé par la prise de notes ou la lecture du dossier médical, il faut en informer le patient et lui expliquer à l’avance cette possibilité
Clôture de la consultation
  • Résumer les points clés – ceci est particulièrement important si des difficultés techniques sont survenues pendant la consultation
  • Clarifier les doutes éventuels du patient
  • Confirmer que le patient est satisfait de la méthode par vidéo télésanté
  • Rappeler au patient qu’il ne doit pas interrompre sa médication habituelle en présence de comorbidités
  • Dire au revoir et mettre fin à l’appel
Après la consultation
  • Mettre à jour les dossiers
  • Programmer des références ou des rendez-vous de suivi
  • Veiller à envoyer par courrier électronique tous les exercices que vous avez prescrits ou promis
  • Un courriel de suivi doit être envoyé rapidement, résumant les éléments nécessaires à la téléconsultation
  • Tout rendez-vous nécessaire en face à face doit être programmé (4)

Planifiez vos consultations ( éditer | éditer la source )

Le consultant ou le thérapeute doit toujours être bien préparé. Le thérapeute doit établir une liste des questions qui devront être posées. Les points clés de l’examen, y compris les mouvements actifs, les mouvements passifs et les tests spéciaux, doivent être organisés de manière à optimiser l’utilisation du temps dans la séance. Déterminer si l’une des procédures d’évaluation peut nécessiter l’aide d’un membre de la famille.(3)

Modifiez l’évaluation pour l’adapter à un public virtuel ( éditer | éditer la source )

L’observation, lorsqu’elle est effectuée virtuellement, dépend de la vue et de l’angulation du dispositif électronique. Il peut être difficile de s’appuyer sur les résultats de l’observation, car cela nécessite un alignement correct de la caméra par rapport aux segments du corps. Il conviendrait donc de poser des questions supplémentaires pour compléter votre observation. Une adaptation de l’examen régulier et des modifications des tests spéciaux et autres méthodes d’évaluation sont indispensables.(3)

Installation initiale : Il peut parfois être nécessaire de se rendre au domicile du patient et de déterminer l’emplacement du dispositif vidéo. Cela peut faciliter le processus d’évaluation et le suivi continu du patient pendant sa séance d’exercice.

La sécurité est une priorité : Avant de nous aventurer dans les détails techniques de la section, il est important de comprendre que la sécurité du patient est un impératif et une préoccupation majeure de tout thérapeute. Dans l’éventualité peu probable d’un problème, le thérapeute doit être en mesure de contacter le patient ou de mettre en place un système. Les tests qui ne sont pas sécuritaires doivent être remplacés par d’autres tests ou par des questions supplémentaires, ou encore en personne.

Placement de la caméra du patient : Le placement doit permettre de bien voir le patient. Pour ce faire, quelques zones de placement expérimentales peuvent être mises à l’essai (par exemple, sur une table, en ajustant l’inclinaison de l’ordinateur portable ou en plaçant l’iPad sur un support qui est aligné pour donner une bonne vue du patient pendant qu’il effectue ce qui lui est demandé).

Placement de la caméra du thérapeute : Les patients doivent voir le visage entier du thérapeute lorsqu’il parle. Lors de la présentation des exercices, le patient a besoin de voir le corps entier du thérapeute, si possible. Le thérapeute doit disposer d’un espace suffisant pour se déplacer devant la caméra. Lorsque vous déplacez la caméra pour montrer des exercices au sol, assurez-vous d’avoir une surface stable sur laquelle placer la caméra afin de ne pas avoir à tenir l’appareil ou à le poser au sol. (5)

Adaptation des instructions : Les instructions doivent être spécifiques, claires et précises. L’utilisation d’une terminologie non médicale est toujours préférable. Si l’aide d’un membre de la famille est nécessaire, les instructions doivent être très précises en ce qui concerne le placement des mains et la direction du mouvement.

Durée d’une séance : Les évaluations initiales peuvent prendre plus de temps et les sessions de suivi moins de temps. En cas de problèmes techniques ou de mauvaise connectivité, la durée de la session peut être prolongée.

Aspects pratiques de l’évaluation ( éditer | éditer la source )

Vous devez vous assurer d’être bien préparé pour toute consultation par télésanté, en particulier pour une évaluation initiale, et considérer les propositions suivantes : (3)

  • Préparer une liste de questions et de tests à garder à portée de main. Lorsque vous commencez à utiliser la télésanté, vous pouvez être submergé par la technologie et la résolution de problèmes, et une liste vous aidera à rester sur la bonne voie.
  • Penser à des questions supplémentaires à poser au patient. Par exemple, si vous n’êtes pas en mesure de voir l’ensemble du patient en raison d’une mauvaise installation, lorsque vous testez la flexion avant, vous pouvez demander au patient jusqu’où il peut descendre – du bout des doigts jusqu’aux genoux, au milieu du tibia, à la cheville…
  • Réfléchir aux tests orthopédiques qu’il serait utile de réaliser par télésanté et s’il est possible de les effectuer de manière indépendante.
  • Pour l’amplitude des mouvements passifs et actifs, vous devez tenir compte de l’angle du patient par rapport à la caméra. Envisagez d’autres méthodes de test si vous n’êtes pas en mesure d’effectuer des mesures avec un goniomètre.
  • Le thérapeute peut fournir une vidéo préenregistrée au patient avant la séance pour lui apprendre à effectuer un test spécifique pendant la consultation. Ou leur donner des conseils sur ce dont il a besoin pour effectuer le test, par exemple une chaise ou un lit.
  • Il est possible de montrer à un membre de la famille comment effectuer une amplitude de mouvement passive.
  • Réfléchir aux tests qui ne peuvent pas être effectués de manière sécuritaire ou efficace sans votre aide directe. Ces tests sont-ils primordiaux dans votre processus de raisonnement clinique en ce qui concerne le diagnostic du patient ou l’orientation du traitement ? Un test peut-il être suffisamment remplacé par un autre test ou par des questions supplémentaires ? Ou devrez-vous évaluer le patient en personne afin d’établir un diagnostic clair ?(3)
  • Un nouveau cadre d’évaluation musculosquelettique publié dans Cureus fournit des conseils avant la consultation et des instructions d’examen à distance étape par étape aux cliniciens musculosquelettiques travaillant au niveau des soins primaires afin d’adapter leurs évaluations à partir d’évidences scientifiques publiées et des meilleures pratiques issues de la communauté ; il comprend également des ressources pour les patients et les cliniciens (brochure d’information pour les patients et photographies d’examens). Le cadre suggère d’adapter les techniques traditionnelles de « regarder, sentir, mobiliser » à « regarder, pointer, mobiliser », ceci reflètant le rôle accru de la participation des patients dans les consultations virtuelles. (6)

Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien en anglais : Remote Musculoskeletal Assessment Framework: A Guide for Primary Care

Le traitement(edit | edit source)

Les interventions que vous pouvez effectuer en toute sécurité par télésanté ( éditer | éditer la source )

La télésanté et les services de réadaptation dans le domaine des affections musculosquelettiques chroniques sont perçus comme acceptables. (7) La recherche suggère que la physiothérapie par télésanté est efficace dans les domaines suivants :

  • Douleurs articulaires chroniques ou arthrose (arthrose du genou (8) et arthrite à d’autres articulations) (9)
  • Hémiarthroplastie de l’épaule
  • Remplacement total de la hanche
  • Lombalgie non spécifique de nature subaiguë
  • Douleurs cervicales chroniques non spécifiques (10)
  • Arthroplastie totale du genou (11)
  • Sténose de la colonne lombaire de nature dégénérative (12)

La télésanté n’est pas adaptée aux interventions telles que la thérapie manuelle, les techniques de tissus mous ou toute autre technique nécessitant une approche directe par le thérapeute auprès du patient.(13)

Éducation des patients ( éditer | source d’édition )

75 % des personnes recherchent en ligne une réponse à leur problème de santé. Il a également été suggéré que 40 à 67 % des individus dépendent de plateformes en ligne, y compris d’applications liées à la santé, pour obtenir des informations de base sur les soins de santé. Cela nous indique que la télésanté a une énorme clientèle. Toutefois, il est important de guider ces personnes dans la bonne direction, car elles peuvent avoir des réticences à l’égard d’un traitement primaire. Ainsi, l’éducation à la télésanté, les attentes générales en matière de réadaptation et les informations sur l’état de santé du patient doivent être claires et présentées de manière concise. Les patients peuvent être invités à s’inscrire sur le portail d’interface en ligne et à poser leurs questions le cas échéant. Il serait idéal d’organiser des séances d’éducation des patients à intervalles réguliers. (14) De nombreux patients considèrent souvent que la télésanté est plus appropriée pour les sessions de suivi que pour les évaluations initiales. Le thérapeute doit donc éduquer le patient sur le fonctionnement du système et aussi l’aider et le rassurer en cas de difficultés.(2)

Thérapie par l’exercice ( éditer | source d’édition )

Il existe de multiples façons d’enseigner un exercice particulier à un patient et d’effectuer un suivi continuel, comme cela se fait lors d’une séance de réadaptation en face à face. Ces méthodes peuvent être suivies avec l’aide des membres de la famille chaque fois que cela est nécessaire :

  • Vidéo préenregistrée
  • Démonstration vidéo en ligne
  • Affichage d’un retour d’information visuel
  • Vidéoconférence
  • Capteurs intégrés dans les dispositifs de tâches, s’ils sont disponibles, peuvant suivre et relayer les informations au thérapeute (15)
  • Aide d’un membre de la famille si nécessaire, comme pour la vidéo de l’amplitude de mouvement passive

Réadaptation fonctionnelle ( éditer | edit source )

Les objectifs fonctionnels doivent être adaptés à chaque individu. En fait, la plupart des patients atteints de maladies chroniques préfèrent la télésanté à la réadaptation normale, car elle est rentable, permet de gagner du temps et réduit l’absentéisme pour cause de maladie. Les sites web et les applications peuvent être utilisés à la place des méthodes de communication par téléphone et par vidéo pour permettre le suivi des exercices et l’enregistrement continu des progrès. Cette méthode s’est avérée plus efficace pour l’adhésion à l’exercice. La téléréadaptation est donc une méthode bien adaptée à la réadaptation dans les domaines suivants :

  • Éducation du patient sur la maladie
  • Conseils au patient sur les techniques d’autogestion
  • Prescription d’exercices
  • Conseils en matière d’activité physique et planification individualisée
  • Contrôle des progrès et suivi

Recommandations aux organisateurs ( éditer | éditer la source )

  • Des réseaux de télésanté doivent être mis en place, de préférence à l’aide de logiciels ou systèmes normalisés
  • Des sites de consultation et de référence doivent être mis à disposition pour consultation immédiate en cas de besoin
  • Des protocoles normalisés, axés sur les objectifs et le temps imparti doivent être mis en place pour assurer une prestation efficace des services de réadaptation, en particulier dans la phase aiguë
  • La formation continue et les simulations sont suggérées pour former et actualiser en permanence les professionnels offrant ces services. (16) Une étude récente (17) de Luke Davies et al. a développé un cadre international de compétences de base pour les physiothérapeutes nécessaires à la prestation de soins de qualité par vidéoconférence. Ce cadre présente 60 capacités spécifiques réparties dans les sept domaines qui aideront à :
    • guider les connaissances et les compétences nécessaires aux physiothérapeutes pour fournir des soins de qualité par vidéoconférence
    • former les physiothérapeutes à l’environnement numérique &
    • informer le développement futur des programmes d’études en physiothérapie et des initiatives de développement professionnel dans le domaine de la télésanté
  • La téléréadaptation comprend un mode de communication. En fait, pour optimiser les résultats et évaluer l’adhésion, plusieurs modes de communication peuvent être nécessaires, comme la vidéoconférence, le téléphone, les visophones, les dispositifs de messagerie, les sessions de chat en ligne, les enregistrements vidéo, le courrier électronique.(18)

Guide du patient ( éditer | éditer la source )

  1. Décidez du type de consultation que vous souhaitez ou dont vous avez besoin (la consultation par téléphone fonctionne bien si une vidéo n’est pas nécessaire). Les consultations vidéo sont plus rassurantes grâce à la présence de retour d’information visuel
  2. Assurez-vous que les données mises à jour à l’hôpital sont bien les vôtres (adresse électronique, numéro de téléphone). localisez un endroit calme, avec une bonne connexion à l’internet. Testez l’appareil que vous utiliserez avant la consultation Assurez-vous que le physiothérapeute dispose des détails sur votre identité pour savoir qu’il s’agit bien de vous et pour répondre dans les meilleurs délais. Connectez-vous à la session quelques minutes avant la consultation
  3. Pendant la consultation, vous pouvez regarder l’écran, il n’est pas obligatoire de toujours regarder la caméra car cela peut être difficile. Toute question nécessitant une vérification peut être clarifiée. Si la connexion est interrompue entre-temps, reprenez l’appel.
  4. Veillez à assurer un suivi sur tout ce que vous avez convenu

Ressources complémentaires ( éditer | modifier la source )

Références(edit | edit source)

  1. Cabrera CI, Ning AY, Cai Y, D’Anza B. Systematic review of telehealth cost minimization for patients and health systems in otolaryngology. Laryngoscope. 2021 Aug;131(8):1741-8.
  2. 2.0 2.1 2.2 Australian Physiotherapy Association. Telehealth Guidelines. Available from: https://australian.physio/sites/default/files/APATelehealthGuidelinesCOVID190420FA.pdf (Accessed 17 May 2020)
  3. 3.0 3.1 3.2 3.3 3.4 Cottrell, M. General Patient Assessment and Management in Telehealth. Course. Plus. 2020
  4. Specialty guides for patient management during the coronavirus pandemic. Clinical guide for the management of remote consultations and remote working in secondary care during the coronavirus pandemic. NHS Report number: 001559 (27/03/2020)
  5. WebPT. The Rehab Therapist’s Guide to Practicing Telehealth.
  6. Murray T, Murray G, Murray J. Remote Musculoskeletal Assessment Framework: A Guide for Primary Care. Cureus. 2021 Jan;13(1).
  7. Jansons PS, Haines TP, O’Brien L. Interventions to achieve ongoing exercise adherence for adults with chronic health conditions who have completed a supervised exercise program: systematic review and meta-analysis. Clin Rehabil. 2017 Apr;31(4):465-77.
  8. Yang Y, Li S, Cai Y, Zhang Q, Ge P, Shang S, Han H. Effectiveness of telehealth-based exercise interventions on pain, physical function and quality of life in patients with knee osteoarthritis: A meta-analysis. J Clin Nurs. 2022 Jul 25.
  9. Ezzat A, Kemp J, Heerey J, Pazzinatto M, Silva DDO, Dundules K, Barton C. Implementing telehealth-delivered group-based education and exercise for osteoarthritis during the COVID-19 pandemic: A mixed-methods evaluation. J Sci Med Sport. 2022 Nov;25:S9–S10.
  10. Özel M, Kaya Ciddi P. The effectiveness of telerehabilitation-based structured exercise therapy for chronic nonspecific neck pain: A randomized controlled trial. J Telemed Telecare. 2022 May 16:1357633X221095782.
  11. LeBrun DG, Martino B, Biehl E, Fisher CM, Gonzalez Della Valle A, Ast MP. Telerehabilitation has similar clinical and patient-reported outcomes compared to traditional rehabilitation following total knee arthroplasty. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2022 Dec;30(12):4098-4103.
  12. Cottrell MA, Galea OA, O’Leary SP, Hill AJ, Russell TG. Real-time telerehabilitation for the treatment of musculoskeletal conditions is effective and comparable to standard practice: a systematic review and meta-analysis. Clin rehabil. 2017 May;31(5):625-38.
  13. Rush KL, Hatt L, Janke R, Burton L, Ferrier M, Tetrault M. The efficacy of telehealth delivered educational approaches for patients with chronic diseases: A systematic review. Patient Educ Couns. 2018 Aug 1;101(8):1310-21.
  14. Rush KL, Hatt L, Janke R, Burton L, Ferrier M, Tetrault M. The efficacy of telehealth delivered educational approaches for patients with chronic diseases: A systematic review. Patient Educ Couns. 2018 Aug 1;101(8):1310-21.
  15. Brennan DM, Lum PS, Uswatte G, Taub E, Gilmore BM, Barman J. A telerehabilitation platform for home-based automated therapy of arm function. Conf Proc IEEE Eng Med Biol Soc 2011 Sep 3 (pp. 1819-1822). IEEE.
  16. Blacquiere D, Lindsay MP, Foley N, Taralson C, Alcock S, Balg C, Bhogal S, Cole J, Eustace M, Gallagher P, Ghanem A. Canadian stroke best practice recommendations: Telestroke best practice guidelines update 2017. Int J Stroke. 2017 Oct;12(8):886-95.
  17. Davies L, Hinman RS, Russell T, Lawford B, Bennell K, Billings M, Cooper-Oguz C, Finnan K, Gallagher S, Gilbertson DK, Holdsworth L. An international core capability framework for physiotherapists to deliver quality care via videoconferencing: a Delphi study. Journal of Physiotherapy. 2021 Sep 11.
  18. Laver KE, Schoene D, Crotty M, George S, Lannin NA, Sherrington C. Telerehabilitation services for stroke. Cochrane Database of Syst Rev. 2013(12).


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles