Facteurs de risque et mécanismes de blessures dans les blessures sportives

Rédacteur original – Wanda van Niekerk d’après le cours de Ian Gatt

Principaux contributeursWanda van Niekerk, Jess Bell, Kim Jackson et Lucinda hampton

Introduction(edit | edit source)

Les blessures musculosquelettiques sont fréquentes chez les athlètes de tous niveaux. La nature de ces blessures varie d’un sport à l’autre, mais la majorité des blessures sont causées par une combinaison de facteurs, et il peut être difficile d’établir le mécanisme spécifique qui conduit à la blessure.(1) Les études épidémiologiques dans le domaine du sport montrent que le taux de blessures chez les athlètes varie de 10% à 65%.(2)(3) Pour cette raison, l’un des principaux objectifs des physiothérapeutes du sport et des autres professionnels du sport est de prévenir les blessures.(4) Une étape clé de la prévention des blessures fondée sur des données probantes consiste à identifier les facteurs de risque possibles des blessures.(5) Les facteurs de risque tels que la force, l’équilibre, la mobilité articulaire et la biomécanique sont souvent intéressants car ils sont modifiables, tandis que les facteurs de risque tels que l’âge et les blessures antérieures ne sont pas modifiables.(6) La compréhension des facteurs de risque modifiables est nécessaire à la conception de stratégies efficaces et ciblées d’atténuation des risques.(5) Cela pourrait conduire au développement de tests précis et fiables pour étudier les facteurs de risque nécessaires au dépistage des athlètes, pour suivre l’évilution au fil du temps et pour déterminer l’efficacité des programmes de prévention des blessures.(7)

Facteurs de risque ( éditer | source d’édition )

En 2005, Bahr et Krosshaug (8) ont décrit les facteurs de risque de blessures et les mécanismes de blessures. Voici certains facteurs de risque internes qui peuvent prédisposer un athlète :

  • Âge
  • Sexe biologique
  • Composition corporelle
  • Santé
  • Condition physique
  • Anatomie
  • Niveau de compétence
  • Facteurs psychologiques

Lorsqu’un athlète est exposé à des facteurs de risque externes, il devient susceptible de se blesser. Les facteurs de risque externes incluent :

Lorsqu’un événement déclencheur (c’est-à-dire un mécanisme de blessure) se produit, l’athlète est blessé. Voici des exemples d’événements déclencheurs :

  • Situation de jeu
  • Comportement des joueurs/opposants
  • Description biomécanique générale (corps entier)
  • Description biomécanique détaillée (articulation)

Modèle intégré de causalité des blessures conçu par Bahr et Krosshaug.(8)

Meeuwisse et al. (1) se sont concentrés sur les facteurs de risque intrinsèques et extrinsèques des blessures et ont développé un modèle dynamique et récursif de l’étiologie des blessures sportives. Ce modèle de prévention des blessures met en évidence le fait que « des adaptations se produisent dans le contexte du sport (tant en présence qu’en l’absence de blessure) qui modifient le risque et affectent l’étiologie de manière dynamique et récursive ».(1) Il est suggéré de regarder plus loin que les facteurs de risque initiaux précédant une blessure et de considérer comment ces facteurs de risque ont pu changer au cours de divers cycles d’entraînement ou de participation.

Modèle dynamique de l’étiologie des blessures sportives (1)

Il est évident que de multiples facteurs interviennent dans le risque de survenue d’une blessure et que l’interaction entre ces facteurs peut accroître ce risque. Herrington et al. (9) fournissent une liste détaillée de ces facteurs(9) :

  • Facteurs liés à la formation
    • Volume, charge et intensité de l’entraînement
    • Type d’entraînement
    • Calendrier des entraînements et des compétitions
    • Repos
  • Facteurs de contrôle moteur
    • Posture
    • Patrons de mouvements
    • Tonus musculaire
    • Technique
    • Mouvements spécifiques au sport
  • Facteurs psychologiques
    • Croyances
    • Craintes
    • Stratégies d’adaptation
    • Auto-efficacité
    • Catastrophiser
    • État émotionnel (stress, dépression, anxiété)
  • Facteurs liés à la santé
  • Facteurs non modifiables
    • Genre
    • Âge
    • Stade de maturation
    • Type de corps
    • Génétique
    • Blessures précédentes
  • Facteurs environnementaux
    • Surface d’entraînement/de compétition
    • Équipement
    • Vêtements
    • Météo
    • Coaching
  • Facteurs de conditionnement
    • La force
    • Endurance
    • Longueur des muscles
    • Amplitude des mouvements des articulations
    • Capacité chronique
  • Exigences supplémentaires
    • Domicile
    • Travail
    • Famille
    • Vie sociale
    • Leadership
    • Médias
    • Commanditaires
  • Autres facteurs
    • Niveau de compétence spécifique au sport
    • Classement et statut
    • Objectifs de l’athlète

Bolling et al. (10) illustrent la complexité et les multiples niveaux des facteurs associés à la survenue de blessures.

Une carte du système multi-niveaux avec des facteurs, des stratégies et des parties prenantes en relation avec les blessures et leur prévention. En partant du centre de la carte (c’est-à-dire l’athlète) et en se déplaçant vers l’extérieur ; (A) implique des facteurs de préjudice intrinsèques liés à l’artiste (ou l’athlète) ; (B) présente les facteurs de préjudice externes ; (C) décrit les principales stratégies de prévention (par exemple, la gestion de la charge, la sécurité et la préparation) qui sont déterminées par les facteurs des deux cercles intérieurs ; (D) représente les parties prenantes du système ainsi que la manière dont elles sont liées aux stratégies et aux facteurs à travers les multiples niveaux.(10)

Mécanismes des blessures ( éditer | source d’édition )

Le mécanisme de la blessure peut également être appelé « événement déclencheur ». D’un point de vue biomécanique, compte tenu des propriétés des tissus et des caractéristiques de la charge, une blessure survient lorsque le transfert d’énergie vers le tissu et la charge mécanique dépassent la tolérance du tissu à la solicitation sur celui-ci. Le International Olympic Committee Injury and Illness Epidemiology Consensus group (groupe de consensus sur l’épidémiologie des blessures et des maladies du Comité international olympique) (11) définit la blessure comme suit

« Une blessure est une lésion tissulaire ou un autre dérangement de la fonction physique normale due à la pratique d’un sport, résultant d’un transfert rapide ou répétitif d’énergie cinétique. » (11)

Ce phénomène est différent pour chaque type de tissu et dépend du type de charge, du rythme de charge, de la fréquence de charge et de l’ampleur de la charge. Points clés à retenir lors de l’examen de la perspective biomécanique : la biomécanique doit expliquer comment la lésion est causée par une charge mécanique dépassant le seuil de tolérance des tissus, ou comment la charge mécanique a réduit le niveau de tolérance des tissus à un point tel que les charges mécaniques normales ne peuvent être tolérées.(8)

Lorsqu’on considère un modèle épidémiologique, la charge et la tolérance à la charge sont influencées par les principaux éléments du modèle – les facteurs de risque intrinsèques, les facteurs de risque extrinsèques et l’événement déclencheur.

Il est important de disposer d’une description précise du mécanisme de la blessure ou « événement déclencheur ». Ces informations peuvent être utilisées pour développer des mesures de prévention des blessures pour des types de blessures spécifiques et même pour des sports spécifiques. Selon Bahr et Krosshaug, (8) la description du mécanisme de la blessure devrait inclure des informations à différents niveaux. Ces niveaux peuvent être séparés en quatre catégories (8):

  • Situation sportive
    • Action de l’équipe
    • Compétences réalisées avant et au moment de la blessure
    • Position du joueur
    • Position du terrain
  • Comportement des athlètes
    • Performance des joueurs
    • Interaction avec l’adversaire
  • Biomécanique du corps entier
    • Description de la cinématique et de la cinétique du corps entier
  • Biomécanique des articulations/tissus
    • Description de la cinématique des articulations/tissus

Le tableau suivant, adapté de Bahr et Krosshaug, (8) montre comment ces catégories peuvent appliquées :

Description des catégories de mécanismes de blessures en utilisant l’exemple de la boxe (8)
Catégorie Éléments Exemple de facteurs décrivant le mécanisme de la blessure :

Knock-out à la boxe

Situation de jeu/sport Action de l’équipe Uppercut, crochet
Compétence réalisée avant et au moment de la blessure Contre-attaque
Position du terrain Jeu de pieds
Position du joueur Forcé dans le coin/vers les cordes

Décision de l’arbitre sur le ring

Distance entre les boxeurs

Comportement de l’athlète/opposant Performance des joueurs Prise de conscience
Interaction avec l’adversaire Agressivité
Attention aux joueurs Puissance de frappe

Vitesse de frappe

Équilibre

Biomécanique du corps entier Description grossière, souvent statique de la cinématique et de la cinétique du corps entier Vitesse du centre de la masse

Force de frappe

Direction de la frappe

Répartition du poids sur les jambes

Biomécanique des articulations/tissus Description détaillée de la cinématique et de la cinétique des articulations/tissus Transfert d’énergie

Accélération de la tête

Distribution et localisation de la pression

Vous trouverez d’autres exemples dans le tableau 1 de cet article : Understanding injury mechanisms: a key component of preventing injuries in sport (Comprendre les mécanismes des blessures : un élément clé de la prévention des blessures dans le sport) (8)

Les physiothérapeutes et les professionnels du sport doivent savoir que chaque type de blessure a ses profils typiques et il en va de même pour les sports. Il est important pour les professionnels travaillant avec des athlètes dans tous les sports de rester informés en se tenant au courant de la littérature fondée sur des données probantes.

Pour en savoir plus sur le type de blessure et sa classification dans le sport

Modèles de prévention des blessures dans le sport ( éditer | source d’édition )

Injury Prevention Model (Modèle de prévention des blessures) de Van Mechelen (12)

Injury Prevention Model (Modèle de prévention des blessures) de Van Mechelen

Van Mechelen et al. (12) ont développé le modèle conceptuel fondamental pour la prévention des blessures sportives. Ce modèle a depuis été développé et adapté à de nombreux sports et à des types de blessures spécifiques. Les quatre étapes d’action de ce modèle sont les suivantes :

  1. Identification de l’ampleur du problème (prévalence et incidence des blessures)
  2. Identification de la cause et du mécanisme de la blessure
  3. Élaboration et mise en œuvre d’une stratégie de prévention des blessures
  4. Évaluation de l’efficacité de l’intervention

Dynamic Model of Aetiology in Sports Injury (Modèle dynamique de l’étiologie des blessures sportives) (1)

Meeuwisse et al. (1) se sont concentrés sur les facteurs de risque intrinsèques et extrinsèques des blessures et ont développé un modèle dynamique et récursif de l’étiologie des blessures sportives. Avec ce modèle, les auteurs suggèrent qu’il est nécessaire de regarder plus loin qu’un simple instantané des facteurs initiaux de prédisposition à une blessure et de considérer comment ces facteurs changent et s’adaptent dans le contexte du sport.

Translating Research Into Injury Prevention Practice (TRIPP) (Modèle d’application de la recherche à la prévention des blessures) (13)

Le modèle TRIPP de Finch (13) tient compte du contexte des interventions et des caractéristiques comportementales des athlètes et des professionnels du sport. Le cadre du modèle TRIPP est une extension du modèle Van Mechelen qui comprend deux étapes supplémentaires nécessaires pour traduire les stratégies de prévention des blessures dans la pratique réelle. Ces étapes sont : la compréhension du monde réel pour lequel l’intervention spécifique est développée et l’évaluation de cette intervention dans un contexte réel.(13)

Cadre du modèle TRIPP

Modèle Team-Sport Injury Prevention Cycle (TIP) (Cycle de prévention des blessures dans les sports d’équipe)

Récemment, un nouveau modèle a été proposé pour la prévention des blessures dans les sports d’équipe : le cycle de prévention des blessures dans les sports d’équipe (TIP).(14) Les trois phases clés de ce modèle sont (14):

  1. (Ré)évaluer
  2. Identifier
  3. Intervenir

Ce modèle reprend les principaux aspects des modèles précédents, mais ajoute également une idée des aspects de mise en œuvre. Pour en savoir plus, cliquez ici : A new model for injury prevention in team sports: the Team-sport Injury Prevention (TIP) cycle (Nouveau modèle de prévention des blessures dans les sports d’équipe : le cycle de prévention des blessures dans les sports d’équipe). (14)

Voir aussi : Injury Prevention in Sport (Prévention des blessures dans le sport)

Dépistage et élément de causalité ( éditer | source d’édition )

Le dépistage musculosquelettique est couramment pratiqué dans plusieurs sports. Pendant de nombreuses années, l’objectif du dépistage était d’identifier les athlètes à risque de blessure et de mettre en place des programmes de prévention des blessures pour ces athlètes. Le dépistage ne peut pas prédire si un athlète va se blesser, (15) mais le dépistage peut aider à trouver les athlètes prédisposés. Avoir une prédisposition à une certaine blessure ne signifie pas que l’athlète se blessera. De plus, si un athlète n’a pas de prédisposition à une blessure, cela ne garantit pas qu’il ne se blessera pas. Les athlètes deviennent vulnérables aux blessures lorsqu’ils sont exposés à des charges et à des événements déclencheurs.

En savoir plus sur le dépistage des risques de lésions musculo-squelettiques

Voici des exemples où une condition, un constat spécifique est considérée comme une causalité qui crée ensuite un effet : (16)

  • Déficit de rotation interne gléno-humérale (DIRG) chez les athlètes pratiquant le ski de fond.
    • Wilk et al. (17) ont rapporté qu’une perte de 20 degrés de rotation interne et une perte de 5 % de l’amplitude totale des mouvements (TROM) multiplient par deux le risque de blessure chez les lanceurs professionnels de baseball.
    • Shanley et al. (18) ont montré qu’une perte de plus de 25 degrés en rotation interne est prédictive d’une blessure au bras chez les joueurs de baseball professionnels.
    • Plus récemment, Rose et Noonan ont suggéré que « le DIRG en isolation n’est pas un processus pathologique, les lanceurs avec un DIRG se présentent souvent à la clinique en raison du développement d’une pathologie à l’épaule ». (19)

Ainsi, le DIRG pris isolément peut ne pas être un problème, mais simplement quelque chose qui est présent lorsqu’un athlète vient pour le traitement de sa blessure. Qu’est-ce qui est venu en premier ? La blessure et ensuite la perte de rotation interne ou la perte de rotation interne et ensuite la blessure ?(16)

  • Dyskinésie scapulaire
    • Hogan et al. (20) ont montré que la présence d’une dyskinésie scapulaire pouvait augmenter le risque de blessure à l’épaule, mais leurs résultats n’étaient pas statistiquement significatifs. Il se peut très bien que la dyskinésie scapulaire ne constitue un risque significatif de blessure à l’épaule que lorsque d’autres facteurs associés au risque de blessure sportive sont présents (c’est-à-dire la charge d’entraînement, etc.).

Système complexe et identification des risques ( éditer | source d’édition )

Les blessures sportives sont multifactorielles. Bittencourt et al.(21) ont proposé l’approche des systèmes complexes pour les blessures sportives, où l’accent est mis sur la reconnaissance des schémas de blessures plutôt que sur l’identification des facteurs de risque.(21) Les auteurs affirment qu’une vision réductionniste est adoptée dans les enquêtes sur l’étiologie des blessures sportives où « un phénomène est simplifié en unités et analysé comme la somme de ses parties de base ». (21) Avec cette approche, des analyses de corrélation et de régression sont entreprises. Cependant, malgré les efforts déployés, il est toujours difficile d’identifier ou d’isoler les facteurs prédictifs des blessures.(21)

Bittencourt et al, (21) soutiennent donc qu’il faudrait plutôt envisager une approche fondée sur les systèmes complexes. Dans cette approche, les athlètes sont considérés comme complexes (tout comme pour la majorité des problèmes de santé) et la blessure survient à la suite d’interactions complexes entre un ensemble de déterminants (biomécaniques, comportementaux, physiologiques, psychologiques). (21) Pour prévenir les blessures sportives, il faut identifier les profils à risque. Pour cela, les professionnels du sport ne doivent pas se contenter d’identifier les facteurs de risque, mais adopter une approche plus complexe de reconnaissance des patrons de risque. Les cliniciens doivent être bien informés de l’interaction entre les facteurs de risque, afin de pouvoir planifier une intervention préventive efficace.(21)

Lisez l’article complet ici : Complex systems approach for sports injuries: moving from risk factor identification to injury pattern recognition—narrative review and new concept (approche des systèmes complexes pour les blessures sportives : passer de l’identification des facteurs de risque à la reconnaissance des schémas de blessures – revue narrative et nouveau concept). (21)

(22)

Dépistage et mesures préventives ( éditer | source d’édition )

Il existe différents points de vue sur le dépistage et son utilisation chez les athlètes. Le dépistage ne peut pas prédire quel athlète subira une blessure, mais il présente de nombreux avantages.

Lire la suite sur :

Un éditorial de Verhagen et al. (7) résume comment le dépistage peut être important pour un athlète :

  • Des valeurs prédictives positives
    • L’un des principaux facteurs de risque de blessure est une blessure antérieure. En prenant l’exemple des blessures du LCA, les auteurs ont utilisé différentes approches mathématiques pour examiner le rapport de risque. En appliquant le test de diagnostic prédictif traditionnel aux données pour déterminer si une blessure antérieure du LCA est un facteur prédictif d’une nouvelle blessure du LCA, une valeur prédictive positive de 29% a été rapportée (c’est-à-dire que 29% des participants présentant une nouvelle blessure avaient une blessure antérieure). En utilisant l’approche du ratio de risque, il a été rapporté que le risque de subir une lésion du LCA lorsqu’on a eu une lésion antérieure du LCA est 3,6 fois plus élevé que lorsqu’on n’a pas eu de lésion antérieure du LCA.(7)
  • La prévision des blessures versus l’estimation du risque de blessure
    • En médecine, le dépistage est une stratégie visant à identifier une maladie non reconnue chez des individus présentant ou non des symptômes. (7) En appliquant cela au sport, l’idée serait de déterminer si un athlète est blessé. Cependant, l’objectif de la prévention des blessures est d’intervenir avant qu’une blessure ne se produise. Cela modifie donc le contexte du dépistage dans les sports pour trouver les éléments (facteurs de risque) qui peuvent conduire à une blessure. Dans le dépistage des facteurs de risque de blessure, on recherche un athlète présentant certains traits qui peuvent le prédisposer aux blessures. Par contre, il existe des limites aux paradigmes couramment utilisés dans le dépistage que les professionnels du sport ne prennent pas toujours en compte. Ces limites sont : la complexité et la temporalité.(7)
  • Complexité
    • Les blessures surviennent lorsque différents facteurs de risque extrinsèques et intrinsèques interagissent avec un mécanisme de blessure opportun. (21) Ces événements sont complexes, multifactoriels et imprévisibles. Lors de la sélection des athlètes, cette réalité complexe et imprévisible doit être considérée – sinon le processus de sélection peut sembler dénué de sens.
  • Temporalité
    • Les facteurs de risque ne restent pas immobiles. Au contraire, ils varient dans le temps. Souvent, le dépistage est effectué à un moment donné (c’est-à-dire le dépistage avant la saison, le dépistage de base) et les taux de blessures sont étudiés au cours de la saison ou période suivante. Toutefois, si les tests de dépistage ont été effectués régulièrement, les résultats changeront au fil du temps, car l’entraînement et les exigences du match auront un effet. De plus, les facteurs de risque identifiés chez les athlètes lors d’un dépistage pré-saison seront très probablement traités, influençant ainsi et réduisant le risque de blessure. Par conséquent, une approche temporelle du dépistage est bénéfique (c’est-à-dire qu’il faut prendre des mesures répétées plutôt qu’une seule pour une période de temps).(7)

Regardez cette vidéo dans laquelle Nicol van Dyk, le deuxième auteur de cet article, explique son raisonnement.

(23)

La charge de travail : Médiateurs et modérateurs ( éditer | modifier la source )

Les pics de charge de travail à l’entraînement et en compétition constituent également un risque de blessure. (24) Selon Windt et al., (24) cette relation entre la charge de travail et les blessures peut être analysée plus en détail par le biais de médiateurs et de modérateurs. Les médiateurs peuvent être considérés comme les étapes qui expliquent l’association entre une variable et un résultat. (« Pourquoi les changements dans la charge de travail peuvent-ils causer des blessures ? ») Par exemple : Les joueurs de rugby qui présentent des pics de charge de travail à la course (déterminés par le rapport entre la charge de travail aiguë et chronique) courent un risque accru de blessure sans contact. Le médiateur dans ce scénario peut être la fatigue neuromusculaire, car une charge de travail accrue entraîne des niveaux de fatigue plus élevés, ce qui peut prédisposer l’athlète à une blessure.(24)

Les modérateurs sont considérés comme modifiant l’effet d’une variable sur un résultat. (« Quelles sont les caractéristiques qui rendent certains athlètes plus robustes ou plus susceptibles de se blesser à des charges de travail données ? ») (24) Par exemple, une bonne condition aérobie protège contre les pics de charge de travail. Ainsi, l’aptitude aérobique modère l’effet de la charge de travail en réduisant le risque d’augmentations rapides de charge de travail.(24)

Voir la figure 1 de cet article : Why do workload spikes cause injuries, and which athletes are at higher risk? Mediators and moderators in workload–injury investigations. (Pourquoi les pointes de travail provoquent-elles des blessures, et quels sont les athlètes les plus à risque ? Médiateurs et modérateurs dans les investigations sur la charge de travail et les blessures.)

Là encore, cette approche peut sembler simplifiée, mais il faut tenir compte de la complexité des blessures et de la temporalité des facteurs de risque.

Directives générales sur les facteurs de risque et les mécanismes de blessures ( éditer | modifier la source )

  • L’efficacité du dépistage a été remise en question par les cliniciens et les chercheurs.
  • Les facteurs de risque individuels sont importants, mais c’est leur addition au sein d’un individu complexe, sur une période de temps, qui doit être prise en compte (complexité et temporalité).
  • Tenez compte des médiateurs et des modérateurs
  • Comprenez le sport avec lequel vous travaillez et reconnaissez les profils de risque de blessure.

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 Meeuwisse WH, Tyreman H, Hagel B, Emery C. A dynamic model of etiology in sport injury: the recursive nature of risk and causation. Clin J Sport Med. 2007;17(3):215–219.
  2. Alonso JM, Junge A, Renstrom P, Engebretsen L, Mountjoy M, Dvorak J. Sports injuries surveillance during the 2007 IAAF World Athletics Championships. Clin J Sport Med. 2009;19(1):26–32.
  3. Junge A, Engebretsen L, Mountjoy ML, Alonso JM, Renstrom PA, Aubry MJ, et al. Sports injuries during the Summer Olympic Games 2008. Am J Sports Med. 2009;37(11):2165–2172.
  4. Saragiotto BT, Di Pierro C, Lopes AD. Risk factors and injury prevention in elite athletes: a descriptive study of the opinions of physical therapists, doctors and trainers. Braz J Phys Ther. 2014;18(2):137–143.
  5. 5.0 5.1 Collings TJ, Bourne MN, Barrett RS, du Moulin W, Hickey JT, Diamond LE. Risk factors for lower limb injury in female team field and court sports: a systematic review, meta-analysis, and best evidence synthesis. Sports Medicine. 2021 Apr;51(4):759-76.
  6. Fulton J, Wright K, Kelly M, Zebrosky B, Zanis M, Drvol C, Butler R. Injury risk is altered by previous injury: a systematic review of the literature and presentation of causative neuromuscular factors. International journal of sports physical therapy. 2014 Oct;9(5):583.
  7. 7.0 7.1 7.2 7.3 7.4 7.5 Verhagen E, van Dyk N, Clark N, Shrier I. Do not throw the baby out with the bathwater; screening can identify meaningful risk factors for sports injuries. British journal of sports medicine. 2018 Oct 1;52(19):1223-4.
  8. 8.0 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 8.7 Bahr R, Krosshaug T. Understanding injury mechanisms: a key component of preventing injuries in sport. Br J Sports Med 2005: 39: 324-329.
  9. 9.0 9.1 Herrington LC, Munro AG, Jones PA. Assessment of factors associated with injury risk. In: Performance Assessment in Strength and Conditioning 2018 Oct 9 (pp. 53-95). Routledge.
  10. 10.0 10.1 Bolling C, Mellette J, Pasman HR, Van Mechelen W, Verhagen E. From the safety net to the injury prevention web: applying systems thinking to unravel injury prevention challenges and opportunities in Cirque du Soleil. BMJ open sport & exercise medicine. 2019 Feb 1;5(1):e000492.
  11. 11.0 11.1 International Olympic Committee Injury and Illness Epidemiology Consensus Group, Bahr R, Clarsen B, Derman W, Dvorak J, Emery CA, Finch CF, Hägglund M, Junge A, Kemp S, Khan KM. International Olympic Committee consensus statement: methods for recording and reporting of epidemiological data on injury and illness in sports 2020 (including the STROBE extension for sports injury and illness surveillance (STROBE-SIIS)). Orthopaedic journal of sports medicine. 2020 Feb 14;8(2):2325967120902908
  12. 12.0 12.1 Van Mechelen W, Hlobil H, Kemper HC. Incidence, severity, aetiology and prevention of sports injuries. A review of concepts. Sports Med. 1992;14(2):82–99
  13. 13.0 13.1 13.2 Finch C. A new framework for research leading to sports injury prevention. J Sci Med Sport. 2006;9(1-2):3–9.
  14. 14.0 14.1 14.2 O’Brien J, Finch CF, Pruna R, McCall A. A new model for injury prevention in team sports: the Team-sport Injury Prevention (TIP) cycle. Science and Medicine in Football. 2019 Jan 2;3(1):77-80.
  15. Bahr R. Why screening tests to predict injury do not work—and probably never will…: a critical review. British journal of sports medicine. 2016 Jul 1;50(13):776-80.
  16. 16.0 16.1 Gatt, Ian. Risk Factors and Injury Mechanisms in Sports. Plus. Course. 2022.
  17. Wilk KE, Macrina LC, Fleisig GS, Porterfield R, Simpson CD, Harker P, Paparesta N, Andrews JR. Correlation of glenohumeral internal rotation deficit and total rotational motion to shoulder injuries in professional baseball pitchers. The American journal of sports medicine. 2011 Feb;39(2):329-35.
  18. Shanley E, Rauh MJ, Michener LA, Ellenbecker TS, Garrison JC, Thigpen CA. Shoulder range of motion measures as risk factors for shoulder and elbow injuries in high school softball and baseball players. The American journal of sports medicine. 2011 Sep;39(9):1997-2006.
  19. Rose MB, Noonan T. Glenohumeral internal rotation deficit in throwing athletes: current perspectives. Open access journal of sports medicine. 2018;9:69.
  20. Hogan C, Corbett JA, Ashton S, Perraton L, Frame R, Dakic J. Scapular dyskinesis is not an isolated risk factor for shoulder injury in athletes: A systematic review and meta-analysis. The American Journal of Sports Medicine. 2021 Aug;49(10):2843-53.
  21. 21.0 21.1 21.2 21.3 21.4 21.5 21.6 21.7 21.8 Bittencourt NF, Meeuwisse WH, Mendonça LD, Nettel-Aguirre A, Ocarino JM, Fonseca ST. Complex systems approach for sports injuries: moving from risk factor identification to injury pattern recognition—narrative review and new concept. British journal of sports medicine. 2016 Nov 1;50(21):1309-14.
  22. Sports Map. Natalia Bittencourt: Complex System and Risk Identification. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=IaC0vNeQ1c0(last accessed 06/04/2022)
  23. Clinical Athlete. Injury Risk & Screening. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=lvP_KtQf3Xc (last accessed 06/04/2022)
  24. 24.0 24.1 24.2 24.3 24.4 Windt J, Zumbo BD, Sporer B, MacDonald K, Gabbett TJ. Why do workload spikes cause injuries, and which athletes are at higher risk? Mediators and moderators in workload–injury investigations. British journal of sports medicine. 2017 Jul 1;51(13):993-4.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles