L’importance de la nutrition en physiothérapie

Introduction(edit | edit source)

Une alimentation non-optimale est un facteur de risque évitable pour diverses maladies non transmissibles(1). En 2017, 11 millions de décès et 255 années de vie corrigées de l’incapacité (AVCI) ont été attribués à des facteurs de risque alimentaires. Une consommation élevée de sodium, une faible consommation de grains entiers et une faible consommation de fruits se sont révélées être les principaux facteurs de risque alimentaires pour les décès et les AVCI à l’échelle mondiale(2).

D’autres facteurs alimentaires sont associés à la mortalité, notamment un apport sous-optimal en :(3)

  • Noix et graines
  • Viandes transformées
  • Acides gras oméga-3 d’origine marine
  • Légumes
  • Boissons sucrées
  • Matières grasses poly-insaturées
  • Viandes rouges non transformées

Les physiothérapeutes proposent des interventions holistiques à leurs clients, en mettant l’accent sur l’exercice physique. L’alimentation pouvant avoir un impact considérable sur la capacité des patients à faire les exercices nécessaires à leur réadaptation et sur leurs résultats généraux, il est utile que les physiothérapeutes comprennent la relation entre la nutrition et les processus pathologiques.(4)

Malnutrition(edit | edit source)

La malnutrition est fréquente chez les personnes âgéeset constitue l’un des principaux facteurs de risque d’invalidité, de morbidité et de mortalité.(5) On estime qu’entre 30 et 50 % des personnes âgées en centre de réadaptation souffrent de malnutrition. Dans la communauté, ce sont 10 à 30 % d’entre elles qui en souffriraient.(6) La malnutrition nuit à la récupération fonctionnelle et affecte négativement la qualité de vie après la sortie d’un centre de réadaptation.(6)

Les facteurs de risque de malnutrition sont les suivants :(7)

  • La dégradation de la dentition (la mastication et la déglutition peuvent devenir difficiles)
  • Les troubles cognitifs (les patients peuvent ne pas se souvenir s’ils ont mangé ou non)
  • La polypharmacie (l’interaction de plusieurs médicaments peut diminuer l’absorption des nutriments)
  • Les enjeux financiers

Les physiothérapeutes doivent être conscients de la prévalence et des risques associés à la malnutrition, car elle peut avoir un impact significatif sur la progression de la réadaptation d’un patient. Elle est également associée à un certain nombre de conditions discutées ci-dessous.

(8)

Maladies chroniques( edit | edit source )

Un nombre considérable de recherches montrent que l’alimentation peut avoir un impact sur le risque de développer diverses maladies chroniques, notamment :(3)(9)

En particulier, l’augmentation de l’apport en végétaux, fruits et légumes dans le régime alimentaire peut avoir un impact positif sur la santé générale. Plusieurs études ont montré une association inverse entre la consommation de fruits et légumes et les maladies coronariennes, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies cardiovasculaires, l’ensemble des cancers et la mortalité toutes causes confondues.(9)(10)

(11)

Différentes théories ont été avancées pour expliquer la relation entre le risque de maladies cardiovasculaires et la consommation de fruits, de légumes et de légumineuses :(10)

  1. Les antioxydants et les polyphénols présents dans les fruits et les légumes (ex. : vitamine C, vitamine E et caroténoïdes) pourraient prévenir l’oxydation des lipides dans les parois artérielles, réduire la pression artérielle et améliorer la fonction endothéliale.
  2. Il pourrait y avoir une relation inverse entre le potassium et le magnésium et la pression artérielle.
  3. Les fibres alimentaires (présentes dans les fruits et légumes) réduisent la réponse insulinique aux glucides, ainsi que le cholestérol total et le cholestérol des lipoprotéines de faible densité (LDL).
  4. La consommation de légumineuses (qui contiennent des fibres et des substances phytochimiques) peut également réduire la pression artérielle, le cholestérol total, le cholestérol LDL et les triglycérides.

MPOC(edit | edit source)

L’alimentation peut également avoir un impact positif sur la MPOC. Il a été constaté qu’un soutien nutritionnel aux patients atteints de MPOC peut améliorer :(12)(13)

Affections neurologiques( edit | edit source )

Il y a des données probantes suggérant qu’un régime alimentaire plus sain peut entraîner une diminution de l’incapacité tant chez les patients atteint de la maladie de Parkinson que de la sclérose en plaques.(7)

Maladie de Parkinson(edit | edit source)

Il a été constaté que le fait d’adopter un régime alimentaire sain peut contribuer à réduire certains des symptômes non moteurs qui se développent avant le diagnostic de la maladie de Parkinson.(14) De plus, il semblerait qu’un régime équilibré (ex. : de nombreuses portions de légumes et de fruits, des quantités modérées d’acides gras oméga-3, de thé, de caféine et de vin) soit un facteur de neuroprotection pour la maladie de Parkinson.(15)

Sclérose en plaques (SEP)( éditer | éditer la source )

Une alimentation et un mode de vie sains ont été associés à une réduction de l’incapacité et des symptômes chez les patients atteints de SEP(16). Il est intéressant de noter que de évidences fortes suggèrent que l’obésité chez l’enfant et l’adolescent pourrait avoir un rôle causal dans la prédisposition à la SEP. (17)

Sarcopénie/Faiblesse musculaire( edit | edit source )

La sarcopénie est une maladie associée au vieillissement qui se caractérise par une diminution de la masse musculaire.(18)(19) Les adultes perdent entre 3 à 8% de leur masse musculaire par décennie après l’âge de 30 ans. Avec le temps, cette perte contribue à une diminution de force et puissance musculaires, qui sont des facteurs prédictifs importants de l’équilibre, des chutes et de la mortalité. (19)

La cause de la sarcopénie est multifactorielle et son apparition est insidieuse. Toutefois, elle peut être aggravée ou accélérée par l’inactivité physique et une mauvaise alimentation.(19) Cette perte de masse musculaire peut être rapide – par exemple, trois jours d’alitement peuvent entraîner une perte de masse musculaire de plus d’un kilogramme chez les patients âgés – ou se produire au sein de la communauté chez des personnes ayant un mode de vie sédentaire et un régime alimentaire inadéquat (en particulier un manque de protéines et de micronutriments tels que la vitamine D).(18)

Il est généralement reconnu que la sarcopénie doit être prise en charge au moyen de :(18)

Il a également été démontré qu’une alimentation de meilleure qualité tout au long de l’âge adulte est associée à de meilleures performances chez les personnes âgées.(20) Une alimentation de meilleure qualité est définie comme une alimentation comprenant une plus grande consommation de : (20)

  • Fruits
  • Légumes
  • Pain à base de grains entiers

Et une faible consommation de :(20)

  • Pain blanc
  • Sucre ajouté
  • Viande transformée

Le concept de nutrition en réadaptation est particulièrement pertinent pour les physiothérapeutes.(21) La nutrition en réadaptation combine les soins de nutrition et la réadaptation. Cela peut contribuer à améliorer :(21)

Les principales causes d’incapacité des patients dans les centres de réadaptation (l’accident vasculaire cérébral, lafracture de la hanche et le déconditionnement associé à l’hospitalisation) sont souvent associée à la malnutrition et la sarcopénie rendant leur condition plus complexe.(21) Voir aussi Faiblesse acquise en soins intensifs. S’il est clairement établi que les exercices de résistance peuvent aider diverses populations de patients alités à lutter contre la perte de masse et de fonction musculaires, ils ne seront efficaces que s’ils s’accompagnent d’un régime alimentaire contenant suffisamment de protéines et d’énergie. Cela permettra d’optimiser le potentiel anabolique synergique du patient.(19)

(22)

Ostéoporose/Ostéopénie ( edit | edit source )

L’ostéoporose est une maladie squelettique systémique progressive. Elle se caractérise par une faible densité osseuse et des modifications de la microarchitecture osseuse. Ces changements entraînent une augmentation de la fragilité osseuse et du risque de fracture.(23)

Il a été constaté que divers facteurs déterminent la capacité d’un individu à avoir une masse osseuse maximale :(24)

  • 60 à 80 % sont liés à des facteurs génétiques, tels que l’origine ethnique, le sexe et les antécédents familiaux.
  • 20 à 40 % sont déterminés par des facteurs individuels

Les facteurs spécifiques qui peuvent affecter la capacité d’un individu à avoir une densité osseuse maximale sont les suivants :(24)

  • Un régime végétarien de longue durée
  • Les facteurs héréditaires
  • L’altération de la fonction hormonale
  • La grossesse et l’allaitement
  • La nutrition
  • L’exercice
  • Les maladies, telles que l’asthme et l’anorexie mentale
  • L’utilisation de corticostéroïdes

La nutrition joue donc un rôle important dans la santé des os. Les suppléments de calcium et de vitamine D constituent la principale intervention diététique contre l’ostéoporose.(24) Les patients ont également besoin d’une quantité suffisante de vitamine C, d’acides aminés lysine et proline et d’autres micronutriments pour soutenir la structure du collagène.(24) Les protéines ont également un impact sur la santé des os et une consommation excessive de sodium est un facteur de risque d’ostéoporose.(24)Voir aussi cette page sur les suppléments protéinés et l’exercice (en anglais) Exercise and Protein Supplements

L’une des principales stratégies de prise en charge de l’ostéoporose par les physiothérapeutes est les exercices. Ceci est abordé plus en détail ici. Cependant, pour que les exercices soient efficaces, les patients doivent également suivre un régime alimentaire approprié afin de faciliter la récupération après une fracture ou de gérer l’ostéoporose.(7)

Récupération post-opératoire( edit | edit source )

Après toute intervention chirurgicale (par exemple, une prothèse totale du genou, une reconstruction du LCA ou une chirurgie post-fracture), les besoins nutritionnels du patient changent.(7) Les besoins en calories, en protéines, en vitamine C et en acides aminés augmentent pour faciliter la synthèse du collagène.(7)

Il est également utile de prendre en compte les besoins nutritionnels au cours de la phase préopératoire, en particulier si les patients sont immobilisés avant la chirugie. Comme nous l’avons vu plus haut, l’immobilité est associée à une perte de masse musculaire. Il est donc important de préserver la masse musculaire autant que possible.(7)

Douleur chronique( éditer | edit source )

L’inflammation de bas grade chronique est un mécanisme sous-jacent à plusieurs maladies chroniques liées à l’âge. Des niveaux plus élevés de marqueurs inflammatoires sont associés à diverses conséquences négatives, incluant : (25)

Diverses études ont démontré que l’alimentation peut contribuer à moduler le processus inflammatoire.(26) Les régimes riches en fruits et légumes (par exemple, le régime méditerranéen) sont associés à des niveaux d’inflammation plus faibles, tandis que les régimes riches en graisses et en glucides simples sont associés à des niveaux plus élevés de marqueurs inflammatoires.(26) D’autres nutriments associés à des niveaux plus faibles d’inflammation sont :(26)

  • Les vitamines C, D et E
  • Les bêta-carotènes
  • Les oméga 3/acides gras polyinsaturés n-3
  • Les flavonoïdes

L’ajout de fibres dans l’alimentation et une consommation modérée d’alcool sont liés à des niveaux d’inflammation plus faibles(26).

Bien qu’aucune corrélation directe n’ait encore été trouvée, la recherche suggère qu’il existe également un lien entre la douleur chronique et les régimes alimentaires riches en aliments pro-inflammatoires (c’est-à-dire les aliments fortement transformés et la faible consommation de fruits et de légumes).(7)

Cette relation a été étudiée dans différentes conditions :

  • L’arthrose du genou :
    • La prévalence d’arthrose radiographique et symptomatique du genou était accrue chez les patients dont le régime alimentaire était plus pro-inflammatoire par rapport aux patients dont l’indice d’inflammation alimentaire était plus faible(25)
  • La douleur chronique de la colonne vertébrale :
    • Les personnes ayant une alimentation de meilleure qualité (fruits, grains entiers, etc.) étaient 24 % moins susceptibles de rapporter des douleurs dorsales chroniques que les personnes ayant une alimentation de moindre qualité.(27) Les patients qui rapportaient souffrir de douleurs chroniques à la colonne vertébrale avaient tendance à consommer moins de grains entiers, de produits laitiers, de fruits et de fibres, et plus de graisses saturées et de sucre.(27)
  • La polyarthrite rhumatoïde :
    • De plus en plus d’études suggèrent que le régime alimentaire peut contribuer à réduire l’activité de la maladie dans la polyarthrite rhumatoïde. Ceci est dû à notre compréhension croissante de la pathologie liée au microbiote (vous pouvez consulter cet article en anglais Gut-brain Axis) et des effets des nutriments sur l’inflammation et l’immunité(28). On pense que les premiers signes de la polyarthrite rhumatoïde peuvent être retardés par des intervention diététique(28).

Performance sportive( edit | edit source )

La nutrition sportive est un domaine en constante évolution, et les athlètes ont souvent recours à l’alimentation et à la supplémentation pour améliorer leurs performances.(29)

Les besoins nutritionnels varient en fonction du sport et des objectifs de l’athlète (ex. : marathonien, culturiste, footballeur). Certains athlètes peuvent se concentrer à maintenir leur poids actuel, tandis que d’autres peuvent tenter de perdre du poids d’une bonne façon. Il est important pour un physiothérapeute d’être conscient de ces différences et de proposer l’éducation et interventions appropriées pour améliorer les performances d’un individu.(7)

Les protéines alimentaires, en particulier, sont considérées comme un nutriment important pour permettre une adaptation à l’entraînement et composition corporelle optimales.(30) L’apport doit être suffisant pour améliorer la récupération et maintenir la masse musculaire.(31) Dans certains cas, le niveau optimal d’apport en protéines d’un athlète (par exemple, les athlètes d’athlétisme) peut être plus élevé que les apports quotidiens recommandés.(30)

(32)

Fertilité et grossesse( edit | edit source )

Les femmes qui essaient de concevoir ont des besoins nutritionnels spécifiques. Ces besoins évolueront au cours de la grossesse et de la période postnatale (à la fois pour favoriser le rétablissement de la mère et pour faciliter la production de lait maternel).(7)

Il est reconnu que les femmes ont plus de chances d’avoir un bébé en bonne santé si elles adoptent des comportements sains avant d’être enceintes, notamment : (33)

  • Avoir une bonne alimentation
  • Prendre la supplémentation recommandée
  • Éviter le tabac, l’alcool et les drogues illicites

De plus en plus d’évidences suggèrent que les choix de la mère en matière d’alimentation et de mode de vie peuvent influencer la santé à long terme de l’enfant. Un apport inadéquat de nutriments importants pendant les périodes importantes du développement du fœtus peuvent conduire à une « reprogrammation » des tissus fœtaux.(33) Cette reprogrammation peut entraîner des maladies chroniques chez l’enfant plus tard dans sa vie, notamment :(33)

  • L’obésité
  • Des maladies cardiovasculaires
  • Une mauvaise santé des os
  • Des troubles cognitifs
  • Des problèmes de la fonction immunitaire
  • Le diabète

Considérations d’ordre juridiques( éditer | éditer la source )

La mesure dans laquelle un physiothérapeute peut intégrer la nutrition dans sa pratique dépend de plusieurs facteurs, notamment des exigences légales locales. À certains endroits, il peut être nécessaire d’obtenir une licence ou un permis spécifique pour fournir des services d’éducation, de conseil et/ou d’accompagnement en matière de nutrition.(7) Vous devrez vérifier les exigences de votre région pour vous assurer que vous exercez dans le cadre de votre champ d’activité si vous souhaitez fournir des informations sur la nutrition. Il peut vous être demandé d’orienter les patients vers d’autres prestataires plutôt que de les éduquer vous-même sur le sujet. Cependant, il est important de comprendre l’importance de la nutrition afin d’être en mesure de reconnaître les patients qui peuvent bénéficier d’une optimisation de leur alimentation.(7)

Résumé(edit | edit source)

  • La nutrition a un impact significatif sur la santé d’une personne tout au long de sa vie.
  • De nombreuses maladies chroniques peuvent être influencées et traitées par un régime alimentaire approprié.
  • Bien que les physiothérapeutes ne soient pas spécifiquement impliqués pour offrir des conseils nutritionnels, ils doivent comprendre l’importance qu’a l’alimentation sur une grande variété de problèmes de santé et savoir quand il peut être nécessaire d’orienter un patient vers le soutien d’un nutritionniste.

Références(edit | edit source)

  1. Budreviciute A, Damiati S, Sabir DK, Onder K, Schuller-Goetzburg P, Plakys G, Katileviciute A, Khoja S, Kodzius R. Management and prevention strategies for non-communicable diseases (NCDs) and their risk factors. Frontiers in public health. 2020:788.
  2. Yazew T, Daba A. Health benefits of fruit and vegetable consumption: preventive implications for non-communicable diseases in Ethiopia. Advanced Techniques in Biology & Medicine. 2020;8(3):275.
  3. 3.0 3.1 Micha R, Peñalvo JL, Cudhea F, Imamura F, Rehm CD, Mozaffarian D. Association Between Dietary Factors and Mortality From Heart Disease, Stroke, and Type 2 Diabetes in the United States. JAMA. 2017;317(9):912-924.
  4. Phadke CP. Why Should Physical Therapists Care about Their Patients’ Diet? Physiother Can. 2017;69(2):99-103.
  5. Severin R, Berner PM, Miller KL, Mey J. The Crossroads of Aging: An Intersection of Malnutrition, Frailty, and Sarcopenia. Topics in Geriatric Rehabilitation. 2019; 35(1): 79-87.
  6. 6.0 6.1 Marshall S, Bauer J, Isenring E. The consequences of malnutrition the following discharge from rehabilitation to the community: a systematic review of current evidence in older adults. Journal of Human Nutrition and Dietetics. 2014; 27(2): 133-41.
  7. 7.00 7.01 7.02 7.03 7.04 7.05 7.06 7.07 7.08 7.09 7.10 Berner P. Nutrition Relevancy in Physiotherapy Course. Plus, 2020.
  8. Alliance for Aging Research. Malnutrition: A Hidden Epidemic in Older Adults. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=iPNZKyXqN1U (last accessed 18/12/2020)
  9. 9.0 9.1 Aune D, Giovannucci E, Boffetta P, Fadnes LT, Keum N, Norat T, Greenwood DC, Riboli E, Vatten LJ, Tonstad S. Fruit and vegetable intake and the risk of cardiovascular disease, total cancer and all-cause mortality-a systematic review and dose-response meta-analysis of prospective studies. Int J Epidemiol. 2017 Jun 1;46(3):1029-1056.
  10. 10.0 10.1 Miller V, Mente A, Dehghan M, Rangarajan S, Zhang X, Swaminathan S et al. Fruit, vegetable, and legume intake, and cardiovascular disease and deaths in 18 countries (PURE): a prospective cohort study. Lancet. 2017; 390: 2037-2049.
  11. Mayo Clinic. Reversing heart disease: Mayo Clinic Radio. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=ZhGzU0Chv1g (last accessed 18/12/2020)
  12. Collins PF, Stratton RJ, Elia M. Nutritional support in chronic obstructive pulmonary disease: a systematic review and meta-analysis. The American journal of clinical nutrition. 2012; 95(6): 1385-95.
  13. Hanson C, Bowser EK, Frankenfield DC, Piemonte TA. Chronic Obstructive Pulmonary Disease: A 2019 Evidence Analysis Center Evidence-Based Practice Guideline. Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics. 2020. S2212-2672(19)31696-X.
  14. Molsberry S, Bjornevik K, Hughes KC, Healy B, Schwarzschild M, Ascherio A. Diet pattern and prodromal features of Parkinson disease. Neurology. 2020; 95(15): e2095-e2108.
  15. Seidl SE, Santiago JA, Bilyk H, Potashkin JA. The emerging role of nutrition in Parkinson’s disease. Frontiers in ageing neuroscience. 2014;6:36.
  16. Fitzgerald KC, Try T, Salter A, Cofield SS, Cutter G, Fox R, Marrie RA. Diet quality is associated with disability and symptom severity in multiple sclerosis. Neurology. 2018; 90(1): e1-e11.
  17. Gianfrancesco MA, Barcellos LF. Obesity and multiple sclerosis susceptibility: a review. Journal of Neurology & neuro medicine. 2016; 1(7): 1-5.
  18. 18.0 18.1 18.2 Rondanelli M, Cereda E, Klersy C, Faliva MA, Peroni G, Nichetti M, Gasparri C, Iannello G, Spadaccini D, Infantino V, Caccialanza R, Perna S. Improving rehabilitation in sarcopenia: a randomized-controlled trial utilizing a muscle-targeted food for special medical purposes. J Cachexia Sarcopenia Muscle. 2020 Dec;11(6):1535-1547.
  19. 19.0 19.1 19.2 19.3 English KL, Paddon-Jones D. Protecting muscle mass and function in older adults during bed rest. Current opinion in clinical nutrition and metabolic care. 2010; 13(1): 34-39.
  20. 20.0 20.1 20.2 Robinson SM, Westbury LD, Cooper R, Kuh D, Ward K, Syddall HE, Sayer AA, Cooper C. Adult Lifetime Diet Quality and Physical Performance in Older Age: Findings From a British Birth Cohort. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2018 Oct 8;73(11):1532-1537.
  21. 21.0 21.1 21.2 Wakabayashi H, Sakuma K. Rehabilitation nutrition for sarcopenia with disability: a combination of both rehabilitation and nutrition care management. Journal of cachexia, sarcopenia and muscle. 2014; 5(4): 269-77.
  22. Alliance for Aging Research. Sarcopenia: Taking Charge of Your Muscle Health As You Age. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=CAC2g03_-2Y (last accessed 18/12/2020)
  23. Dolan E, Sale C. Protein and bone health across the lifespan. Proceedings of the Nutrition Society. 2019; 78(1): 45-55.
  24. 24.0 24.1 24.2 24.3 24.4 Karpouzos A, Diamantis E, Farmaki P, Savvanis S, Troupis T. Nutritional Aspects of Bone Health and Fracture Healing. J Osteoporos. 2017;2017:4218472.
  25. 25.0 25.1 Veronese N, Shivappa N, Stubbs B, Smith T, Hébert JR, Cooper C et al. The relationship between the dietary inflammatory index and prevalence of radiographic symptomatic osteoarthritis: data from the Osteoarthritis Initiative. Eur J Nutr. 2019; 58(1): 253-60.
  26. 26.0 26.1 26.2 26.3 Corley J, Shivappa N, Hébert JR, Starr JM, Deary IJ. Associations between Dietary Inflammatory Index Scores and Inflammatory Biomarkers among Older Adults in the Lothian Birth Cohort 1936 Study. J Nutr Health Aging. 2019; 23(7): 628-36.
  27. 27.0 27.1 Zick SM, Murphy SL, Colacino J. Association of chronic spinal pain with diet quality. Pain Rep. 2020 Aug 11;5(5):e837.
  28. 28.0 28.1 Khanna S, Jaiswal KS, Gupta B. Managing rheumatoid arthritis with dietary interventions. Frontiers in nutrition. 2017;4:52.
  29. Bosse JD, Dixon BM. Dietary protein to maximize resistance training: a review and examination of protein spread and change theories. Journal of the International Society of Sports Nutrition. 2012; 9(1): 42.
  30. 30.0 30.1 Witard OC, Garthe I, Phillips SM. Dietary protein for training adaptation and body composition manipulation in track and field athletes. International Journal of Sports Nutrition and Exercise Metabolism. 2019; 29(2): 165-74.
  31. Vitale K, Getzin A. Nutrition and supplement update for the endurance athlete: Review and recommendations. Nutrients. 2019;11(6):1289.
  32. Institute of Performance Nutrition. High Protein Diets and Body Composition: A Science to Practice Overview. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=THFxuA-cBDM (last accessed 18/12/2020)
  33. 33.0 33.1 33.2 Procter SB, Campbell CG. Position of the Academy of Nutrition and Dietetics: nutrition and lifestyle for a healthy pregnancy outcome. Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics. 2014;114(7):1099-103.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles