Syndrome de douleur fémoro-patellaire

Définition et description(edit | edit source)

Le syndrome de douleur fémoro-patellaire (SDFP) est un terme générique utilisé pour désigner la douleur provenant de l’articulation fémoro-patellaire elle-même ou des tissus mous adjacents. Il s’agit d’une affection chronique qui a tendance à s’aggraver avec des activités telles que s’accroupir, s’asseoir, monter des escaliers et courir.(1) (2)Historiquement, on parle de douleur antérieure du genou, mais cela est trompeur car la douleur peut être ressentie dans toutes les parties du genou (y compris le creux poplité). Les symptômes peuvent se développer lentement au fil du temps ou se manifester de façon aiguë.(3)La douleur fémoro-patellaire a tendance à réapparaître après 2 ans dans 40% des cas. (4)

Le diagnostic différentiel du SDFP inclut la chondromalacie patellaire et la tendinopathie patellaire. Les deux ne sont pas considérés comme relevant du terme générique de SDFP, bien que les patients se plaignent de symptômes similaires. (5) (6) (7) On pense que la pathophysiologie est différente et qu’il existe donc un traitement alternatif. (5) (7)

Anatomie cliniquement pertinente ( éditer | source d’édition )

Sagittal section of the knee joint Primal.png

Le genou est constitué de deux articulations principales, l’articulation tibio-fémorale et l’articulation patello-fémorale. Dans ce cas, le problème sera localisé dans l’articulation fémoro-patellaire :

La rotule se situe dans le sillon fémoral ; la surface articulaire de la rotule (fascies articularis patellae) (du côté postérieur) est recouvert de cartilage qui glisse sur le cartilage de la partie antérieure des condyles fémoraux (dans le sillon fémoral). Pendant le mouvement, dans cette articulation synoviale, le mouvement et le glissement créent une résistance minimale grâce au liquide synovial présent autour du genou et produit par la membrane synoviale, partie interne de la capsule articulaire. Plusieurs bourses produisent également du liquide synovial à l’intérieur de la capsule. La capsule du genou est fixée tout autour de la rotule, de sorte que seuls les surfaces articulaires de la rotule et du fémur sont en contact avec le liquide synovial. Les ligaments collatéraux sont fusionnés avec la capsule et ils contribuent à la stabilité de l’articulation. Sur la face antérieure de la rotule, entre le tendon rotulien (qui est attaché à la rotule) et la peau, se trouve une bourse supplémentaire (prepatellaris) qui n’est normalement pas en contact avec la capsule du genou et assure un meilleur glissement du tendon rotulien. Il existe une bourse similaire (infrapatellaris) au niveau des tuberosités tibiales. Lorsque le genou est enflammé, ces bourses séreuses peuvent devenir hyperproductives (gonflées). Ceci est peut-être lié à une augmentation de la douleur antérieure du genou.

Bien que chaque ligament ait sa propre responsabilité dans le soutien et la protection du genou, les ligaments fournissent également un soutien aux autres ligaments. Mais les deux ligaments les plus associés au SDFP sont les deux ligaments collatéraux (collatéral interne et externe), car ils sont fusionnés avec la capsule du genou. Les ligaments épicondylopatellaire et méniscopatellaire forment le rétinaculum patellaire interne et externe, partie d’un complexe ligamentaire qui assure une fixation interne et externe du tendon rotulien au niveau de la rotule.

Épidémiologie et étiologie ( éditer | modifier la source )

Le SDFP peut être dû à un traumatisme rotulien, mais il s’agit plus souvent d’une combinaison de plusieurs facteurs (des causes multifactorielles) : surutilisation et surcharge de l’articulation fémoro-patellaire, anomalies anatomiques ou biomécaniques, faiblesse, déséquilibre ou dysfonctionnement musculaire. Il est plus probable que le SDFP soit aggravé et résiste au traitement en raison de plusieurs de ces facteurs.

** Une surcharge excessive et un alignement anormal de la rotule sont les principales causes des symptômes de la douleur fémoro-patellaire. (8)

L’une des principales causes du SDFP est l’orientation et l’alignement de la rotule. (fig.1) Lorsque la rotule est orientée différemment, elle peut glisser davantage d’un côté des surfaces patellaires du fémur et peut ainsi provoquer une surutilisation/surcharge (surpression) sur cette partie du fémur, ce qui peut entraîner une douleur, une gêne ou une irritation. Il existe différentes causes qui peuvent provoquer de tels déviations.

L’orientation rotulienne varie d’un patient à l’autre ; elle peut également être différente du genou gauche au genou droit chez le même individu et peut être le résultat d’un mauvais allignement anatomiques. Une petite déviation de la rotule peut provoquer des déséquilibres musculaires, des anomalies biomécaniques… qui peuvent éventuellement entraîner un SDFP. À l’inverse, des déséquilibres musculaires ou une anomalie biomécanique peuvent entraîner une déviation rotulienne et provoquer également un SDFP. Par exemple : Lorsque le Vaste interne oblique n’est pas assez fort, le Vaste externe peut exercer une force plus importante et provoquer un glissement externe, une inclinaison externe ou une rotation externe de la rotule, ce qui peut entraîner une surutilisation du côté latéral de la surface articulaire patellaire et provoquer une douleur ou une gêne. Le contraire est possible mais un glissement, une inclinaison ou une rotation interne est rare. Un autre muscle et ligament pouvant provoquer une déviation de la rotule est la bandelette ilio-tibiale ou le rétinaculum externe en cas de déséquilibre ou de faiblesse de l’une de ces structures. (voir tableau 1)

Le SDFP peut également être dû à une hyperextension du genou, une torsion externe du tibia, un genu valgus ou varus, une augmentation de l’angle Q, un resserrement de la bandelette ilio-tibiale, des ischio-jambiers ou des gastrocnémiens.

Parfois, la douleur et la gêne sont localisées dans le genou, mais la source du problème se trouve ailleurs. La pronation du pied (Pes planus) ou la supination du pied (Pes Cavus) peuvent provoquer un SDFP. La pronation du pied (qui est plus fréquente dans le cas d’un SDFP) entraîne une rotation interne compensatoire du tibia ou du fémur qui perturbe le mécanisme fémoro-patellaire. La supination du pied offre moins d’amortissement à la jambe lorsqu’elle heurte le sol, de sorte que le mécanisme fémoro-patellaire est davantage sollicité. La cinématique de la hanche peut également influencer le genou et provoquer un SDFP. Une étude a montré que les patients atteints de SDFP présentaient des muscles abducteurs de la hanche plus faibles, associés à une augmentation de l’adduction de la hanche pendant la course.

Tableau 1

Étiologies musculaires du SDFP
Étiologie Physiopathologie
Faiblesse des quadriceps Cela peut avoir un effet négatif sur le mécanisme fémoro-patellaire. Le renforcement est souvent recommandé.
Faiblesse du quadriceps interne Il permet à la rotule de se déplacer trop loin en externe. Le renforcement du vaste interne oblique est souvent recommandé.
Raideur de la bande ilio-tibiale Elle exerce une force externe excessive sur la rotule et peut également entraîner une rotation externe du tibia,
perturbant l’équilibre du mécanisme fémoro-patellaire. Cela peut conduire à un alignement externe excessif de la rotule.
Raideur des muscles ischio-jambiers Cela exerce une force postérieure plus importante sur le genou, ce qui entraîne une pression entre la rotule et
le fémur à augmenter.
Faiblesse ou raideur des muscles de la hanche Le dysfonctionnement des rotateurs externes de la hanche entraîne une pronation compensatoire du pied.
Raideur des muscles du mollet Cela peut entraîner une pronation compensatoire du pied et augmenter la force postérieure sur le genou.

Caractéristiques et présentation clinique ( éditer | modifier la source )

Les patients se plaignent généralement d’une douleur antérieure du genou aggravée par des activités qui augmentent les forces de compression fémoro-patellaire, comme la montée et la descente d’escaliers, la position assise avec les genoux pliés, se mettre sur les genoux et les accroupissements.

Diagnostic différentiel ( éditer | source d’édition )

Différentes maladies peuvent provoquer une douleur antérieure du genou, sans être un SDFP :

Procédures diagnostiques ( modifier | source d’édition )

La procédure de diagnostic du SDFP doit d’abord comporter l’exclusion d’autres pathologies. (9) (10) (11) Le guide de pratique clinique pour le SDFP publié par l’American Physical Therapy Association a établi les critères diagnostiques suivants : (11)

  1. Présence d’une douleur rétropatellaire ou péripatellaire
  2. Reproduction de la douleur rétropatellaire ou péripatellaire lors de l’accroupissement ou d’autres activités fonctionnelles sollicitant l’articulation fémoropatellaire en position fléchie
  3. Toutes les autres affections susceptibles de provoquer une douleur antérieure du genou, telles que les pathologies tibio-fémorales, doivent être exclues

Mesures des résultats ( éditer | source d’édition )

Échelle fonctionnelle des extrémités inférieures

Échelle de douleur antérieure du genou (AKPS)

Sous-échelle de douleur fémoro-patellaire et d’arthrose du Knee Injury and Osteoarthritis Outcome Score (KOOS-PF)

Échelle visuelle analogique (EVA)

England and Pierrynowski Questionnaire (EPQ)

Évaluation(edit | edit source)

Examen subjectif ( edit | edit source )

L’examen subjectif est crucial pour déterminer la cause profonde ainsi que les facteurs contributifs du SDFP.

Un examen subjectif approfondi vous permettra de rationaliser votre examen physique et d’élaborer un plan de gestion approprié.

En posant des questions spécifiques sur le comportement des symptômes et l’historique de la maladie, vous pourrez raisonner cliniquement sur la cause des symptômes et les facteurs contributifs.

L’identification des différents facteurs intrinsèques et extrinsèques qui ont conduit au SDFP guidera votre plan de traitement. Il a été démontré qu’un nombre plus élevé de facteurs identifiés chez un individu est corrélé à des niveaux plus élevés de douleur et de déficience fonctionnelle. (12)

Anamnèse(edit | edit source)

Une anamnèse détaillée vous donnera une multitude d’indices sur la cause et les facteurs contributifs du SDFP. (10) (13) (14)

Constat subjectif Raisonnement clinique possible
Début insidieux Typique du SDFP
Événement de surcharge, par exemple montée excessive d’escaliers, distance plus longue. Typique du SDFP
Incident traumatique Peu probable que ce soit un SDFP

Comportement face à la douleur ( éditer | source d’édition )

Une douleur antérieure au genou lors de la montée et de la descente des escaliers, une douleur en position assise avec les genoux fléchis et une douleur lors de l’accroupissement, de l’agenouillement ou du retour d’un accroupissement sont autant d’indices d’un SDFP.(10)

Le tableau ci-dessous donne un aperçu des structures à examiner en fonction des constatations subjectives identifiées. (12) (13) (14)

Constatations subjectives Raisonnement clinique possible
Douleur en position assise avec le genou fléchi (signe du cinéma) Raideur des muscles quadriceps (en position assise, ils compriment l’articulation fémoro-patellaire).
Douleur en position assise avec les jambes croisées Raideur de la BIT (raideur du grand fessier et du TFL)
Douleur en descendant une pente Mises en charges de l’articulation fémoro-patellaire
Douleur en montant une côte Raideur des muscles du mollet; altération du contrôle des fessiers
Douleur lors du port de talons hauts Augmente la charge sur l’articulation fémoro-patellaire; augmente l’instabilité distale
Douleur en descendant les escaliers Problèmes de surface de l’articulation fémoro-patellaire; problèmes de longueur des muscles

Fonction des quads en excentrique

Douleur en montant les escaliers Altération du contrôle des fessiers
Accroupi et à genoux – Descendre en position accroupie

En position accroupie

En remontant du squat

Quadriceps en excentrique; longueur musculaire des quadriceps

Contrôle des fessiers

Douleur lorsque vous portez des vêtements serrés et que vous fléchissez votre genou (par exemple, un skinny jeans) Forces de compression – SDFP
Douleur lorsque des vêtements serrés touchent ou frottent la peau Plutôt une image de douleur chronique avec sensibilisation (Allodynie)

Schémas de douleur (13) (14)(edit | edit source)

Constat subjectif Raisonnement clinique possible
Douleur uniquement pendant l’activité Pensez biomécanique
Douleur uniquement après l’activité, surtout plus tard ou le lendemain. Pensez inflammatoire
Douleur qui s’améliore avec l’exercice Pensez à la longueur du tendon/muscle

Signes cliniques ( éditer | source d’édition )

Cook et al suggèrent un diagnostic positif du syndrome de douleur fémoro-patellaire lorsque (15):

  • La douleur à la contraction musculaire et la douleur à l’accroupissement sont toutes deux présentes
  • 2 des 3 critères suivants sont présents : douleur à la contraction musculaire et/ou douleur à l’accroupissement et/ou douleur à la palpation
  • 3 sur 3 sont présents : douleur à la contraction musculaire, douleur à l’accroupissement et douleur à l’agenouillement

Examen objectif ( éditer | éditer la source )

  • En raison de l’étiologie multifactorielle du SDFP, il y a de nombreux éléments à prendre en compte, mais les plus importants sont les suivants.
  • Observation – position de la rotule (par exemple, inclinaison ou latéralisation), position du fémur, masse musculaire relative, en particulier fessiers, vasti et mollets. Présence d’un épanchement et/ou d’un œdème du pad graisseux de Hoffa, position du pied.
  • Niveau d’hypermobilité des articulations tibio-fémorales et fémoro-patellaires.
  • ROM, en particulier la perte d’extension.
  • Position de mise en charge sur une jambe – contrôle pelvien, fémoral et du pied. Utilisation excessive du vaste externe.
  • Vaste interne oblique (VMO) – capacité de contraction, vitesse de contraction, capacité d’endurance à zéro, dix, vingt et trente degrés de flexion du genou.
  • Fessiers – contraction et endurance en tant qu’abducteur et rotateur externe dans différents degrés de flexion de la hanche.
  • Longueur des muscles – Test de Thomas modifié pour évaluer les fléchisseurs de la hanche, les quadriceps et ajouter l’adduction pour le TFL. Insertion des ischio-jambiers, des gastrocnémiens, du soléaire et du grand fessier dans la BIT (adduction en flexion de la hanche).
  • Évaluation des escaliers : lâche en excentrique, utilisation excessive du bassin ou de la cheville pour éviter la flexion du genou. La douleur peut-elle être modifiée par la correction de la position de la rotule, du fémur ou du pied ?
  • À la marche ou la course : Observation de la présence d’une élévation précoce du talon, du niveau de contrôle pelvien et fémoral, du ciseau, de la longueur de la foulée, de la flexion du tronc.

Prise en charge médicale ( éditer | source d’édition )

L’orientation vers un consultant orthopédique doit se faire en présence de :

  • Antécédents de luxation de la rotule.
  • Coup direct au genou et suspicion de fracture de rotule ou d’ostéochondrite disséquante (OCD), (douleur et/ou gonflement qui ne s’estompent pas).
  • Subluxation répétée de la rotule ne répondant pas à la physiothérapie. (Peut suggérer une dysplasie de l’articulation fémoro-patellaire).

L’orientation vers un spécialiste de la douleur doit être envisagée en présence de :

  • Sensibilisation centrale ne répondant pas à la stimulation ou aux exercices.

Prise en charge physiothérapeutique ( éditer | source d’édition )

Les interventions courantes pour le traitement du SDFP sont énumérées ci-dessous :

  • La thérapie manuelle
  • exercices en chaîne ouverte ou fermée www.physio-pedia.com/index.php
  • Renforcement des quadriceps
  • Taping rotulien
  • Orthèses
  • Renforcement musculaire proximal
  • Les modalités
  • Éducation (16)

Il existe un grand nombre de preuves soutenant l’utilisation de la thérapie par l’exercice pour améliorer la douleur et la fonction à court, moyen et long terme. Le consensus international recommande d’utiliser la combinaison d’exercices de la hanche et du genou de préférence aux exercices du genou seul. (17)(18)(19)(20)(21)(22)

Les experts internationaux suggèrent l’utilisation d’orthèses plantaires, de tapings rotuliens ou de thérapie manuelle en complément de la thérapie par l’exercice. (22)

La rééducation de la marche ou de la course peut être envisagée pour le SDFP, bien que les preuves actuelles soient mitigées. (22)

La mobilisation des articulations et les agents électrophysiques ne sont pas recommandés pour le traitement du SDFP. (22)

On commence à apprécier les caractéristiques psychosociales du traitement de la douleur dans le SDFP. (23) (24) (25) Les cliniciens peuvent envisager des stratégies qui traitent les déficiences psychosociales lors du traitement du SDFP.

Aucune différence significative n’a été notée entre les exercices à chaîne ouverte et ceux à chaîne fermée en ce qui concerne le type d’exercice. (26)

Exercices thérapeutiques ( éditer | source d’édition )

Le renforcement des quadriceps est une clé dans le programme de réadaptation (27)

Les exercices sans douleur sont très importants dans le traitement du SDFP. Les exercices isométriques alors que le genou est en extension complète (la rotule n’a aucun contact avec les condyles) peuvent être utilisés au début de la thérapie, car ils minimisent le stress sur l’articulation fémoro-patellaire tout en renforçant le quadriceps. Par exemple (exercice) : 1. Straight-leg rising (SLR) Le patient est allongé sur le dos, un genou plié à +/- 90° ( ! sans douleur si ce genou est affecté par le SDFP) et le pied à plat sur le sol. L’autre genou est en extension complète. Le patient soulève la jambe tendue et la maintient pendant 10 secondes, avant de la relâcher (une contraction concentrique et/ou excentrique est également possible, ce qui rend le tout dynamique). Contrôlez que le patient garde une lordose lombaire normale et ne compense pas avec son bassin. 2. Exercice de compression de l’oreiller Le patient est assis confortablement avec le tronc soutenu. Les deux genoux sont tendus. Placez un oreiller (ou une serviette) sous un genou (ce genou peut être légèrement fléchi). Le patient essaie de pousser l’oreiller/la serviette dans la table en étendant son genou. (contraction des quadriceps).

Exercices en chaîne cinétique fermée (CCF) VS Exercices en chaîne cinétique ouverte (CCO) (28) (29)

Les exercices en CCF sont plus fonctionnelles que ceux en CCO et ils provoquent des contraintes plus faibles sur l’articulation fémoro-patellaire, en particulier dans les amplitudes terminales de l’extension complète (0° à 40° maximum de flexion du genou). Les exercices doivent donc être pratiqués dans cette amplitude et sans douleur. Exemple d’exercice :

– Accroupissements (squats) ; veillez à ce que le genou du patient ne dépasse pas ses orteils. Une fois que le genou a dépassé les orteils, les contraintes exercées sur l’articulation fémoro-patellaire deviennent trop importantes et peuvent provoquer des douleurs.

Si le patient ne peut pas tolérer les exercices en CCF, les exercices en CCO peuvent être une option viable car la charge utilisée peut être mieux contrôlée qu’en CCF, tant que les exercices sont sans douleur ! Lors de l’utilisation des exercices en CCO, le patient doit rester dans une amplitude de mouvement (ROM) sans douleur comprise entre 40° et 90° de flexion du genou.

Le vaste interne oblique (VMO) (30)

L’entraînement du vaste interne oblique ou Vastus medialis obliquus (V)MO est approprié chez certains patients présentant un SDFP mais pas chez tous. L’évaluation du VMO doit permettre d’évaluer la contraction, la masse musculaire transversale, les capacités d’endurance, et la capacité à contracter à différents angles de genou, et à être utilisé de manière fonctionnelle. Il faut éviter de trop se concentrer sur l’activation sélective du muscle VMO, car rien ne permet d’affirmer qu’il peut être isolé. Cependant, il est extrêmement important pour guider la rotule dans la trochlée, et donc, bien qu’il soit actif sur toute l’amplitude, son rôle principal se situe entre zéro et trente degrés de flexion. La nécessité d’une meilleure fonction VMO est renforcée en cas de dysplasie de la trochlée, d’une patella alta, de rupture du ligament fémoro-patellaire interne ou lorsqu’une distance entre la tubérosité tibiale et la gouttière trochléenne (TTGT) de grande taille est présent.

Le VMO est particulièrement affectée par l’oedème et/ou la douleur. 10ml de fluide inhibera le vaste interne alors qu’il faut 40ml pour inhiber le vaste externe. De même, la douleur provoque un retard dans la contraction du VMO, et plus la douleur est forte, plus le retard est important. Cela permet d’expliquer pourquoi les patients ayant subi un traumatisme et/ou une intervention chirurgicale, qui présentent souvent un épanchement articulaire, se retrouvent ensuite avec un SDFP. Cela explique également pourquoi la résolution d’un épanchement est un objectif primordial, alors que l’évitement et la réduction de la douleur sont également primordiaux. Les exercices douloureux sont une perte de temps.

L’entraînement du VMO, même s’il ne l’isole pas, doit viser un angle de 0 à 30 degrés, intégrer des pauses d’endurance et être prescrit avec un biais tonique pour représenter la fonction posturale du muscle.

Des recherches récentes montrent que les exercices de type VMO entraînent une modification de l’angle de la fibre VMO (par rapport à l’axe fémoral). L’angle des fibres peut passer d’un angle vertical de 40 à un angle beaucoup plus médian de 70 degrés.(31)

Entraînement des muscles de la hanche (32)

Le programme de réadaptation pour le SDFP doit également comprendre des exercices de renforcement des abducteurs de la hanche et des rotateurs externes. Il a été prouvé lorsque les exercices du genou étaient combinés à ceux de la hanche, que la douleur lors des activités quotidiennes était moindre et que la fonctionnalité était plus grande . (Les tableaux 1 et 2 + la figure 2 montrent quels exercices ont été utilisés dans la recherche et se sont avérés efficaces. Les exercices ont été effectués pendant 4 semaines)

Une autre étude a révélé que les patients atteints d’un SDFP présentaient une diminution de l’abduction excentrique de la hanche par rapport aux personnes en bonne santé. Il est donc recommandé d’utiliser des exercices excentriques de renforcement de l’abduction de la hanche.(28)

Entraînement proprioceptif (33)(34)

Il a été prouvé que chez les patients atteints d’un SDFP, la qualité proprioceptive du genou est diminuée. Même en cas de SDFP unilatéral, la proprioception est diminuée dans les deux genoux (genou pathologique et non pathologique) ! Par conséquent, l’entraînement proprioceptif du genou (exercices sans douleur !) doit faire partie du programme de réadaptation.

Électrothérapie(edit | edit source)

Certains patients peuvent souffrir d’un SDFP en raison d’un déséquilibre (neuromusculaire) entre le vaste interne et le vaste externe. La principale cause est l’atrophie musculaire du vaste interne et un alignement latéral excessif/anormal de la rotule, dû à la force résiduelle du vaste externe. En cas de déséquilibre neuromusculaire entre le vaste interne et le vaste externe, la stimulation électrique du VMO doit être envisagée en complément au traitement conservateur (exercices), car elle est sélective et ne sollicite pas l’articulation fémoro-patellaire.

Un exemple de la façon dont vous pouvez accomplir la stimulation (35);

Le patient est assis, le tronc soutenu, les jambes étendues avec une légère flexion des genoux et les muscles des membres inférieurs complètement détendus. Les paramètres suivants ont été utilisés dans la recherche (contraction isométrique du VMO) :

  • Placement des électrodes : 1 sur le point moteur et l’autre à côté.
  • Courant bipolaire asymétrique
  • Largeur d’impulsion : 0,5 milliseconde
  • Fréquence d’impulsion : 50Hz
  • Intensité : maximum que le patient peut supporter sans douleur- Temps : 7 minutes > 6 répétitions, on pour 6 secondes et off pour douze, et a progressé à 30 minutes, 11 répétitions, on pour 10 secondes et off pour 12sec.

Évaluation(edit | edit source)

Vous pouvez utiliser le retour EMG pour capturer l’activité EMG du vaste interne et du vaste externe avant et après la thérapie. Pendant que votre patient effectue le test fonctionnel de monter les escaliers en utilisant le membre affecté par le SDFP, le patient fait face aux escaliers en position debout. Il commence le mouvement en fléchissant le membre atteint du SDFP, le plaçant sur la première marche, puis l’étend en mise en charge unilatérale. Dans un mouvement continu, il place le membre non affecté sur la deuxième marche et termine la montée des marches avec une extension complète du genou. (32) Sachez que monter sur une marche peut être très douloureux pour les patients atteints de SDFP. N’utilisez cette technique d’évaluation que lorsque le patient peut effectuer ce test sans douleur. Commencez par une marche très basse, afin que la compression entre la rotule et le fémur soit minimale.

Les principales différences que vous devriez constater sont une augmentation de l’énergie consommée par le muscle VMO afin d’effectuer le test. → Modification de la capacité de génération de force du muscle. Et une activation plus rapide (plus précise) du muscle VMO après la thérapie.

Orthèses plantaires ( éditer | source d’édition )

Il existe quelques prédicteurs cliniques qui peuvent aider à décider si un patient est plus susceptible de bénéficier d’orthèses plantaires ou non ; (36) (37) (38)

  • Les personnes atteintes d’un SDFP qui portent des chaussures offrant moins de soutien,
  • ceux qui rapportent des niveaux de douleur plus faibles,
  • ceux qui présentent une amplitude de mouvement moindre en dorsiflexion de la cheville,
  • Les patient qui rapporte une réduction immédiate de la douleur avec les orthèses plantaires lors de l’exécution d’un squat à une jambe.

Quel type d’orthèses ? Dans le cadre de la recherche, des orthèses préfabriquées ont été utilisées ; elles sont fabriquées en éthylène-acétate de vinyle de densité moyenne (Shore A 55), contenant des supports d’arche intégrés et un calage de l’arrière-pied 4-varus. Les orthèses plantaires préfabriquées ont amélioré de manière significative les performances fonctionnelles des personnes atteintes d’un SDFP après 12 semaines, et ces améliorations étaient supérieures à celles observées immédiatement après l’utilisation des orthèses plantaires. Ces améliorations peuvent être importantes pour le pronostic à long terme et la prévention du développement de l’arthrose chez certaines personnes atteintes d’un SDFP (des recherches supplémentaires sont nécessaires).

Ressources (en anglais original)(edit | edit source)

Knee Pain and Patello-femoral Pain Injury Rehabilitation Seminar | Feat. Tim Keeley | FILEX

Références(edit | edit source)

  1. Nascimento LR, Teixeira-Salmela LF, Souza RB, Resende RA. Hip and Knee Strengthening Is More Effective Than Knee Strengthening Alone for Reducing Pain and Improving Activity in Individuals With Patellofemoral Pain: A Systematic Review With Meta-analysis. J Orthop Sports Phys Ther. 2018;48(1):19-31.
  2. Shi W, Li Y, Xiong B, Du M. Diagnosis of Patellofemoral Pain Syndrome Based on a Multi-Input Convolutional Neural Network With Data Augmentation. Frontiers in Public Health. 2021 Feb 11;9:643191.
  3. Willy, R.W., Hoglund, L.T., Barton, C.J., Bolgla, L.A., Scalzitti, D.A., Logerstedt, D.S., Lynch, A.D., Snyder-Mackler, L., McDonough, C.M., Altman, R. and Beattie, P., 2019. Patellofemoral pain: clinical practice guidelines linked to the international classification of functioning, disability and health from the academy of orthopaedic physical therapy of the American physical therapy association. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 49(9), pp.CPG1-CPG95.
  4. Winters M, Holden S, Lura CB, Welton NJ, Caldwell DM, Vicenzino BT, Weir A, Rathleff MS. Comparative effectiveness of treatments for patellofemoral pain: a living systematic review with network meta-analysis. British journal of sports medicine. 2021 Apr 1;55(7):369-77.
  5. 5.0 5.1 Wiles P, Andrews PS, Devas MB. Chondromalacia of the patella. Bone & Joint Journal. 1956 Feb 1;38(1):95-113.
  6. Blazer K. Diagnosis and treatment of patellofemoral pain syndrome in the female adolescent. Physician Assistant. 2003 Sep 1;27(9):23-30.
  7. 7.0 7.1 Fernández-Cuadros ME, Albaladejo-Florín MJ, Algarra-López R, Pérez-Moro OS. Efficiency of Platelet-rich Plasma (PRP) Compared to Ozone Infiltrations on Patellofemoral Pain Syndrome and Chondromalacia: A Non-Randomized Parallel Controlled Trial. Diversity & Equality in Health and Care. 2017 Aug 4;14(4).
  8. Yang JS, Fredericson M, Choi JH. The effect of patellofemoral pain syndrome on patellofemoral joint kinematics under upright weight-bearing conditions. Plos one. 2020 Sep 30;15(9):e0239907.
  9. Physiotutors. Patellofemoral Pain Syndrome | Diagnosis. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=9cuF4fMAfQY
  10. 10.0 10.1 Chad Cook, Eric Hegedus,and Doug Wyland. Diagnostic Accuracy and Association to Disability of Clinical Test Findings Associated with Patellofemoral Pain Syndrome. Physiotherapy Canada, 2010, 62(1): 17-24
  11. 11.0 11.1 Willy RW, Hoglund LT, Barton CJ, Bolgla LA, Scalzitti DA, Logerstedt DS, Lynch AD, Snyder-Mackler L, McDonough CM, Altman R, Beattie P. Patellofemoral pain: clinical practice guidelines linked to the international classification of functioning, disability and health from the academy of orthopaedic physical therapy of the American physical therapy association. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy. 2019 Sep;49(9):CPG1-95.
  12. 12.0 12.1 Ferrari D, Briani RV, de Oliveira Silva D, Pazzinatto MF, Ferreira AS, Alves N, de Azevedo FM. Higher pain level and lower functional capacity are associated with the number of altered kinematics in women with patellofemoral pain. Gait & posture. 2018 Feb 1;60:268-72.
  13. 13.0 13.1 13.2 Claire Robertson. Knee Subjective Examination Course Slides. Plus2019
  14. 14.0 14.1 14.2 Powers CM, Witvrouw E, Davis IS, Crossley KM. Evidence-based framework for a pathomechanical model of patellofemoral pain: 2017 patellofemoral pain consensus statement from the 4th International Patellofemoral Pain Research Retreat, Manchester, UK: part 3. Br J Sports Med. 2017 Dec 1;51(24):1713-23
  15. Cook, C., Hegedus, E., Hawkins, R., Scovell, F., & Wyland, D. (2010). Diagnostic Accuracy and Association to Disability of Clinical Test Findings Associated with Patellofemoral Pain Syndrome. Physiotherapy Canada, 62(1), 17–24. doi:10.3138/physio.62.1.17
  16. Winters M, Holden S, Lura CB, Welton NJ, Caldwell DM, Vicenzino BT et al. Comparative effectiveness of treatments for patellofemoral pain: a living systematic review with network meta-analysis. Br J Sports Med. 2020 Oct 26:bjsports-2020-102819. Epub ahead of print. PMID: 33106251.
  17. Alba-Martín P, Gallego-Izquierdo T, Plaza-Manzano G, Romero-Franco N, Núñez-Nagy S, Pecos-Martín D. Effectiveness of therapeutic physical exercise in the treatment of patellofemoral pain syndrome: a systematic review. Journal of physical therapy science. 2015;27(7):2387-90.
  18. Santos TR, Oliveira BA, Ocarino JM, Holt KG, Fonseca ST. Effectiveness of hip muscle strengthening in patellofemoral pain syndrome patients: a systematic review. Brazilian journal of physical therapy. 2015 May;19:167-76.
  19. Santos TR, Oliveira BA, Ocarino JM, Holt KG, Fonseca ST. Effectiveness of hip muscle strengthening in patellofemoral pain syndrome patients: a systematic review. Brazilian journal of physical therapy. 2015 May;19:167-76.
  20. Esculier JF, Bouyer LJ, Dubois B, Fremont P, Moore L, McFadyen B, Roy JS. Is combining gait retraining or an exercise programme with education better than education alone in treating runners with patellofemoral pain? A randomised clinical trial. British journal of sports medicine. 2018 May 1;52(10):659-66.
  21. Şahin M, Ayhan FF, Borman P, Atasoy H. The effect of hip and knee exercises on pain, function, and strength in patientswith patellofemoral pain syndrome: a randomized controlled trial. Turkish journal of medical sciences. 2016 Feb 17;46(2):265-77.
  22. 22.0 22.1 22.2 22.3 Collins NJ, Barton CJ, Van Middelkoop M, Callaghan MJ, Rathleff MS, Vicenzino BT, Davis IS, Powers CM, Macri EM, Hart HF, de Oliveira Silva D. 2018 Consensus statement on exercise therapy and physical interventions (orthoses, taping and manual therapy) to treat patellofemoral pain: recommendations from the 5th International Patellofemoral Pain Research Retreat, Gold Coast, Australia, 2017. British journal of sports medicine. 2018 Sep 1;52(18):1170-8.
  23. Maclachlan LR, Matthews M, Hodges PW, Collins NJ, Vicenzino B. The psychological features of patellofemoral pain: a cross-sectional study. Scandinavian journal of pain. 2018 Apr 1;18(2):261-71.
  24. Maclachlan LR, Collins NJ, Matthews ML, Hodges PW, Vicenzino B. The psychological features of patellofemoral pain: a systematic review. British journal of sports medicine. 2017 May 1;51(9):732-42.
  25. Crossley KM, van Middelkoop M, Barton CJ, Culvenor AG. Rethinking patellofemoral pain: prevention, management and long-term consequences. Best Practice & Research Clinical Rheumatology. 2019 Feb 1;33(1):48-65.
  26. Witvrouw E, Danneels L, Van Tiggelen D, Willems TM, Cambier D. Open versus closed kinetic chain exercises in patellofemoral pain: a 5-year prospective randomized study. The American journal of sports medicine. 2004 Jul;32(5):1122-30.
  27. Lori Bolgla and Terry Malone. Research Review: Exercise Prescription and Patellofemoral Pain: Evidence for Rehabilitation.
  28. 28.0 28.1 Simon F.T. Tang, MD, Chih-Kuang Chen, MD, Robert Hsu, MD, Shih-Wei Chou, MD, PhD,Wei-Hsien Hong, MS, Henry L. Lew, MD, PhD. Vastus Medialis Obliquus and Vastus Lateralis Activity in Open and Closed Kinetic Chain Exercises in Patients With Patellofemoral Pain Syndrome: An Electromyographic Study.
  29. Irish, SE; Millward, AJ; Wride, J; Haas, BM; Shum, GLK. The effect of closed-kinetic chain exercises and open-kinetic chain exercises on the muscle activity of the vastus medialis oblique and vastus lateralis.
  30. Simon F.T. Tang, Chih-Kuang Chen, Robert Hsu, MD, Shih-Wei Chou,Wei-Hsien Hong, MS, Henry L. Lew. Vastus Medialis Obliquus and Vastus Lateralis Activity in Open and Closed Kinetic Chain Exercises in Patients With Patellofemoral Pain Syndrome: An Electromyographic Study. Archives of Physical Medicine and RehabilitationfckLRVolume 82, Issue 10 , Pages 1441-1445, October 2001.
  31. Benjafield A.J., Killingback A.,Robertson C.J. Adds P.J. investigation into the architecture of the vastus medialis oblique muscle in athletic and sedentary individuals: An in vivo ultrasound study Clinical Anatomy. Article first published online: 22 SEP 2014 | DOI: 10.1002/ca.22457. .
  32. 32.0 32.1 Nakagawa TH, Muniz TB, Baldon Rde M, Dias Maciel C, de Menezes Reiff RB, Serrão FV. The Effect of additional strengthening of hip abductor and lateral rotator muscles in patellofemoral pain syndrome: a randomized controlled pilot study. Clin Rehabil. 2008 Dec;22(12):1051-60. doi: 10.1177/0269215508095357.
  33. Akseki D, Akkaya G, Erduran M, Pinar H.Proprioception of the knee joint in patellofemoral pain syndrome. Acta Orthop Traumatol Turc. 2008 Nov-Dec;42(5):316-21.
  34. D I Clark, N Downing, J Mitchell, L Coulson, E P Syzpryt, M Doherty. Physiotherapy for anterior knee pain: a randomised controlled trial. Ann Rheum Dis 2000;59:700–704.
  35. Garcia FR, Azevedo FM, Alves N, Carvalho AC, Padovani CR, Negrão Filho RF. Effects of electrical stimulation of vastus medialis obliquus muscle in patients with patellofemoral pain syndrome: an electromyographic analysis. Rev Bras Fisioter, 2010 Nov-Dec;14(6):477-82.
  36. Barton CJ, Menz HB, Crossley KM. Clinical predictors of foot orthoses efficacy in individuals with patellofemoral pain. Med Sci Sports Exerc. 2011 Sep;43(9):1603-10. doi: 10.1249/MSS.0b013e318211c45d.
  37. Barton CJ, Menz HB, Crossley KM. The immediate effects of foot orthoses on functional performance in individuals with patellofemoral pain syndrome. Br J Sports Med. 2011 Mar;45(3):193-7. doi: 10.1136/bjsm.2009.069203. Epub 2010 Jul 20.
  38. Barton CJ, Menz HB, Crossley KM. Effects of prefabricated foot orthoses on pain and function in individuals with patellofemoral pain syndrome: a cohort study. Phys Ther Sport. 2011 May;12(2):70-5. doi: 10.1016/j.ptsp.2010.09.002. Epub 2010 Oct 14.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles