La thérapie manuelle

Description(edit | edit source)

Matos Manuever.jpg

La thérapie manuelle a une longue histoire au sein de la profession de physiothérapie et les physiothérapeutes ont largement contribué à la diversité actuelle des approches et des techniques de thérapie manuelle. Des explications mécaniques ont été historiquement utilisées pour expliquer les mécanismes par lesquels les interventions de thérapie manuelle fonctionnaient. La recherche contemporaine révèle que des mécanismes neurophysiologiques complexes sont également en jeu et des effets psychologiques bénéfiques de l’examen et de l’intervention pratiques ont été prouvés.(1)

L’International Federation of Orthopaedic Manipulative Physical Therapists (IFOMPT) définit la thérapie manuelle orthopédique comme suit : « un domaine spécialisé de la physiothérapie ou thérapie physique pour le traitement des affections neuromusculosquelettiques, à partir d’un raisonnement clinique, en utilisant des approches thérapeutiques hautement spécifiques comprenant des techniques manuelles et des exercices thérapeutiques. La thérapie manuelle orthopédique s’appuie également et est motivée par les évidences scientifiques et cliniques disponibles ainsi que sur le cadre biopsychosocial de chaque patient ». (2)

Selon l’American Academy of Orthopaedic Manual Physical Therapists (AAOMPT) Description of Advanced Specialty Practice (DASP) (2018), la thérapie manuelle orthopédique est définie comme : « un domaine spécialisé avancé de la pratique de la physiothérapie qui repose sur des techniques manuelles d’examen et de traitement intégrées à l’exercice, à l’éducation du patient et à d’autres modalités de la physiothérapie pour traiter la douleur, et la perte de fonction et de bien-être.

Une thérapie manuelle précoce, cohérente et habile, associée à l’exercice et à l’éducation du patient, est au cœur de la pratique du thérapeute de la thérapie manuelle orthopédique. Des compétences avancées en matière d’examen, de communication et de prise de décision reposant sur les fondements de la formation professionnelle et scientifique, facilitent la fourniture de soins efficaces et efficients. Les praticiens de la thérapie manuelle orthopédique traitent les patients, consultent d’autres prestataires de soins de santé sur des pathologies neuromusculosquelettiques simples ou complexes, et fournissent des recommandations et des interventions dans le domaine de la santé et du bien-être ». (3) (4)

Trois paradigmes pour les effets thérapeutiques de la thérapie manuelle ( éditer | edit source )

  1. Effet physiologique : Une réponse positive placebo peut être engendrée.
  2. Efferts biomécanique et physique : La thérapie manuelle facilite la réparation et le modelage des tissus.
  3. Effet psychologique : La thérapie manuelle peut réduire la douleur, ce qui améliore l’état psychologique de l’individu. Cette réduction de la douleur est obtenue par la stimulation du mécanisme de modulation de la douleur par l’effet du « portillon », l’inhibition musculaire, la réduction de l’activité nociceptive et la réduction de la pression intra-articulaire ou péri-articulaire. (5) (6)

Cadres de référence en thérapie manuelle ( éditer | éditer la source )

1. Cyriax ( edit | edit source )

Approche : Système d’examen et d’intervention visant à traiter les lésions non chirurgicales des tissus mous par le biais du concept de test de tension sélective des tissus (STT) et du diagnostic différentiel. (7)

Zone : Colonne vertébrale et articulations périphériques.

Méthodes de traitement : Friction transversale profonde et techniques de traction ou de manipulation.

—————————————

2. Thérapie manuelle de Lewit ( edit | edit source )

Approche: Les dysfonctionnements sont considérés comme faisant partie d’une chaîne de pathologies interdépendantes.

Zone : Colonne vertébrale et articulations périphériques.

Méthodes de traitement : Mobilisation, manipulation et exercice actif.

—————————————

3. Thérapie manuelle de Kaltenborn-Evjenth ( edit | edit source )

Approche : Le concept utilise des mouvements de jeu articulaire translatifs (linéaires) en association avec le plan de traitement, tant pour l’évaluation que pour le traitement. Des mouvements de traction, de compression et de glissement translatifs sont appliqués selon la théorie convexe-concave pour évaluer la fonction articulaire, et des mobilisations translatives de glissement et de traction sont utilisées pour rétablir l’amplitude de mouvement articulaire à son état normal.(8)

Zone : Colonne vertébrale et articulations.

Méthodes de traitement : Massage transversal, massage fonctionnel, relaxation post-isométrique, mobilisation articulaire, manipulation articulaire et mobilisation neurale.

—————————————

4. Thérapie manuelle de Maitland ( edit | edit source )

Approche : Priorités « des données probantes plutôt qu’un diagnostic donné ». (9) Le clinicien doit développer des compétences élevées en matière de résolution de problèmes et de raisonnement clinique afin de développer en permanence l’hypothèse clinique tout au long de l’examen et du réexamen. Les méthodes techniques ne sont pas normatives et peuvent être modifiées, inversées, améliorées, voire inventées. Les mobilisations passives courantes utilisent des mouvements oscillatoires et mettent l’accent sur la perception du mouvement. (7) (10)

Zone : Le plus important n’est pas de découvrir la cause immédiate du dysfonctionnement, mais d’observer les symptômes et d’appliquer la meilleure technique thérapeutique. Cherche également à résoudre un problème fonctionnel donné en éliminant les sensations de douleur, en rétablissant la mobilité adéquate de l’articulation et en normalisant la tension musculaire.

Méthodes de traitement : Mouvements rythmiques, passifs et indolores introduits dans les tissus (mobilisations) et mouvements rapides (manipulations).

Les décisions à prendre :

  1. La direction de la mobilisation – doit être justifiée cliniquement par le thérapeute et doit être appropriée au diagnostic posé. Toutes les directions ne sont pas efficaces pour tous les dysfonctionnements.
  2. L’effet désiré – quel effet de la mobilisation le thérapeute souhaite-t-il obtenir ? Soulager la douleur ou assouplir la raideur ?
  3. La position de départ – du patient et du thérapeute pour rendre le traitement efficace et confortable. Il s’agit également de réfléchir à la manière dont les forces exercées par le pouce ou le pisiforme du thérapeute seront dirigées pour avoir un effet localisé.
  4. La méthode d’application – la position, la portée, l’amplitude, le rythme et la durée de la technique.
  5. La réponse attendue – le patient doit-il être sans douleur, montrer une amplitude accrue ou présenter une réduction de ses malaises?
  6. Comment la technique peut-elle être progressée – dans sa durée, sa fréquence ou son rythme ?

Chaque articulation a un arc de mouvement différent dans une direction différente de celle des autres articulations et, par conséquent, il faut faire attention au choix de la direction d’une manipulation ; c’est là que la règle concave-convexe entre en jeu, mais pour l’instant, considérons le nombre de glissements possibles qu’un clinicien peut utiliser :

  1. Antéropostérieur (A-P)
  2. Postéro-antérieur (P-A)
  3. Longitudinal caudal
  4. Longitudinal céphalique
  5. Distraction de l’articulation
  6. Glissement interne
  7. Glissement externe

—————————————

5. Diagnostic et thérapie mécaniques (Méthode McKenzie )( edit | edit source )

Approche : Utilisation de mouvements répétés ou soutenus pour diminuer ou supprimer les symptômes et rétablir la fonction.

Zone principale : Colonne vertébrale et articulations périphériques.

Méthodes de traitement : Mouvements spécifiques permettent d’établir une classification qui oriente le traitement.

4 étapes principales :

  1. Évaluation : Le clinicien recueille les antécédents des symptômes ainsi que les activités qui les aggravent et les soulagent. Ensuite, une évaluation du mouvement est effectuée pour déterminer si le patient présente une perte de mouvement, ainsi que les effets des symptômes sur le mouvement. Alors, le clinicien demande au patient d’effectuer des mouvements spécifiques répétés ou soutenus afin de déterminer l’effet sur les symptômes.
  2. Classification: Une classification est établie sur la base de l’évaluation de la réponse symptomatique au cours des tests de mouvements répétés ou soutenus. La plupart des symptômes des patients sont classés dans les catégories suivantes : syndrome de dérèglement, syndrome de dysfonctionnement, syndrome postural ou autre. Le choix des exercices dans le cadre du diagnostic et de la thérapie mécaniques est basé sur la direction qui entraîne la diminution, la centralisation ou la disparition des symptômes.
  3. Traitement : Le traitement consiste à effectuer des mouvements spécifiques qui continuent à diminuer, abolir ou centraliser les symptômes. L’objectif est de maintenir ces améliorations pendant une période de temps au cours de laquelle le patient reprend ses activités normales. Tout au long du traitement, les patients sont éduqués sur leurs symptômes.
  4. Prévention : La prévention consiste à éduquer et à encourager le patient à faire de l’exercice régulièrement et à prendre soin de lui-même.

L’exercice donné se fera généralement dans une seule direction, en fonction de la réponse symptomatique. L’exercice peut consister en un mouvement répété ou en une position soutenue, il peut également nécessiter d’atteindre l’amplitude maximale ou parfois l’amplitude moyenne, en fonction de l’évolution des symptômes. Une seule direction de mouvements répétés ou de postures soutenues conduit à l’abolition séquentielle et durable de tous les symptômes référés distaux et à l’abolition subséquente de toute douleur vertébrale résiduelle.

Les quatre catégories de diagnostic et de thérapie mécaniques sont les suivantes :

  1. Syndrome de dérangement
  2. Syndrome de dysfonctionnement
  3. Syndrome postural
  4. Syndrome autre ou non mécanique

—————————————

6. Thérapie manuelle de Mulligan ( edit | edit source )

Approche : La thérapie de Mulligan part des mouvements actifs du patient combinés à une correction passive de la position de l’articulation maintenue par un physiothérapeute.

Zone : Colonne vertébrale et membres, principalement pour traiter les pathologies affectant la périphérie.

Méthodes de traitement :

  • Mise en charge fonctionnelle et indolore des surfaces articulaires par la force de gravité
  • Combinaison de mouvements passifs dans le plan des surfaces articulaires avec des mouvements actifs
  • Application d’une surpression à la fin de l’amplitude de mouvement indolore
  • Pour un nombre approprié de répétitions

Types de mouvements :

  • Glissements naturels apophysaires – NAGS
  • Glissements apophysaires naturels soutenus – SNAGS
  • Mobilisations avec mouvements – MWMS
  • Le concept des mobilisations avec mouvement (MWM) des extrémités et des glissements apophysaires naturels soutenus (SNAGS) de la colonne vertébrale a été inventé par Brian R. Mulligan.

La mobilisation avec mouvement est l’application simultanée d’une mobilisation accessoire soutenue appliquée par un thérapeute et d’un mouvement physiologique actif vers la fin de l’amplitude appliqué par le patient. La surpression passive en fin de course, ou étirement, est alors délivrée sans que la douleur ne constitue une barrière.

Massage image.jpg

—————————————

Les techniques incluses ( edit | edit source )

  • Manipulation articulaire : Une impulsion passive, de grande vitesse et de faible amplitude, appliquée à un complexe articulaire dans sa limite anatomique* dans le but de rétablir un mouvement et une fonction optimaux ou d’atténuer la douleur. (12) (13)
  • Mobilisation articulaire : Technique de thérapie manuelle comprenant un continuum de mouvements passifs compétents appliqués au complexe articulaire à des vitesses et des amplitudes variables, pouvant inclure un mouvement thérapeutique (manipulation) de faible amplitude et de grande vitesse, dans le but de rétablir un mouvement et une fonction optimaux ou de réduire la douleur. (12)

Les termes « Thrust Manipulation » et « Non-Thrust Manipulation » ont été utilisés dans la littérature :

  • « Thrust Manipulation » est utilisé pour décrire les interventions qualifiées de manipulation par l’IFOMPT
  • « Non-Thrust Manipulation » serait synonyme du terme mobilisation tel que proposé par l’IFOMPT

    Lorsque, et seulement lorsque le mouvement est indolore, application d’une surpression à la fin du mouvement indolore

Cadre d’application de la thérapie manuelle ( éditer | edit source )

  1. La vitesse
  2. La localisation à l’intérieur de l’amplitude de mouvement (ROM)
  3. La direction de la force – anatomique et/ou biomécanique
  4. Le mouvement relatif (anatomique ou positionnel)
  5. La position du sujet (membre et grosseur)

Les deux premiers éléments (vitesse et localisation dans l’amplitude de mouvement) figurent en bonne place dans les guides d’évaluation de la thérapie manuelle, y compris les deux guides mentionnés ci-dessous (Maitland et Kaltenborn).

Guide de classement des mobilisations et manipulations ( éditer | éditer la source )

Central Posteroanterior (PA) Mobilisation Technique.jpg

Échelle de gradation des mobilisations articulaires de Maitland :

  • Grade I – Mobilisation oscillante rythmique de faible amplitude au début de l’amplitude du mouvement
  • Grade II – Mobilisation oscillante rythmique de grande amplitude au milieu de l’amplitude du mouvement
  • Grade III – Mobilisation oscillante rythmique de grande amplitude jusqu’au point de limitation de l’amplitude du mouvement
  • Grade IV – Mobilisation oscillante rythmique de faible amplitude à l’extrémité de l’amplitude du mouvement disponible
  • Grade V (Thrust Manipulation) – Petite amplitude, thrust rapide à l’extrémité de l’amplitude du mouvement disponible.

L’échelle de classement a été divisée en deux en raison de leurs indications cliniques :

  • Les grades inférieurs (I et II) sont utilisés pour réduire la douleur et l’irritabilité (utiliser l’échelle visuelle analogique (EVA) et les scores de sévérité, d’irritabilité et de nature (SIN)).
  • Les degrés supérieurs (III + IV) sont utilisés pour étirer la capsule articulaire et les tissus passifs qui soutiennent et stabilisent l’articulation afin d’augmenter l’amplitude du mouvement.

Le rythme de la mobilisation doit être considéré comme une oscillation rythmique :

  • 2Hz – 120 mouvements par minute
  • Pendant 30 secondes à 1 minute

Échelle de gradation de la traction par Kaltenborn :

  • Grade I – neutralise la pression des joints sans séparation des surfaces de joints
  • Grade II – sépare les surfaces articulaires, rattrape ou élimine le jeu dans la capsule articulaire.
  • Grade III – étirement des tissus mous entourant l’articulation

Cyriax :

  • Grade A – mobilisation dans les limites de l’absence de douleur
  • Grade B – étirement soutenu à l’extrémité de l’amplitude du mouvement
  • Grade C – manipulation à haute vélocité et faible amplitude à l’extrémité de lamplitude du mouvement

Vidéo supplémentaire ( éditer | éditer source )

Cette vidéo de 28 minutes (en anglais) donne une bonne vue d’ensemble du débat sur l’application ou non de la thérapie manuelle et propose des suggestions pour déterminer quand utiliser la thérapie manuelle.

(14)

Conclusion(edit | edit source)

Physio works for primary care.png

La thérapie manuelle est une approche structurée de la physiothérapie pratique à l’intérieur un cadre biopsychosocial.

Ressources (Techniques de mobilisation et de manipulation) ( éditer | éditer la source )

Références(edit | edit source)

  1. Huijbregts PA. Manual therapy. InPain Procedures in Clinical Practice 2011 Jan 1 (pp. 573-596). Hanley & Belfus. Available from: https://www.sciencedirect.com/topics/medicine-and-dentistry/manual-therapy (last accessed 21.9.2019)
  2. IFOMPT. OMPT Definition. Available from: https://www.ifompt.org/About+IFOMPT/OMPT+Definition.html (accessed 13 January 2023).
  3. Locher H, Beyer L. Manual medicine, manual therapy. Manuelle Medizin. 2021 Nov;59(4):254-66.
  4. Schulze NB, de Melo Salemi M, de Alencar GG, Moreira MC, de Siqueira GR. Efficacy of manual therapy on pain, impact of disease, and quality of life in the treatment of fibromyalgia: a systematic review. Pain Physician. 2020;23(5):461.
  5. MAJ Guy R Majkowski PT, DSc, OCS, FAAOMPT, Norman W GillIII PT, DSC, Cert MPT, OCS, FAAOMPT, Physical Therapy Modalities The Sports Medicine Resource Manual, 2008 Available from: https://www.sciencedirect.com/topics/nursing-and-health-professions/physiotherapy (last accessed 21.9.2019)
  6. Javadov A, Ketenci A, Aksoy C. The efficiency of manual therapy and sacroiliac and lumbar exercises in patients with sacroiliac joint dysfunction syndrome. Pain Physician. 2021;24(3):223.
  7. 7.0 7.1 Wise CH. Orthopaedic manual physical therapy: from art to evidence. 1st. ed. Philadelphia: F.A. Davis Company, 2015.
  8. Physiopedia. Kaltenborn of Hand (last accessed 29 April. 2023).
  9. IMTA. Programme details. Available from: https://www.imta.ch/course-system/ (last accessed 29 April 2023).
  10. Physiopedia Maitland Mobilisations (last accessed 29 April 2023).
  11. George, J.W., Tunstall, A.C., Tepe, R.E. and Skaggs, C.D., 2006. The effects of active release technique on hamstring flexibility: a pilot study. Journal of manipulative and physiological therapeutics, 29(3), pp.224-227. Available from: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0161475406000376
  12. 12.0 12.1 Mintken PE, et al. A Model for Standardizing Manipulation Terminology in Physical Therapy Practice. J Orthop Sports Phys Ther 2008;38(3):A1-A6.
  13. Carpino G, Tran S, Currie S, Enebo B, Davidson BS, Howarth SJ. Does manual therapy affect functional and biomechanical outcomes of a sit-to-stand task in a population with low back pain? A preliminary analysis. Chiropractic & manual therapies. 2020 Dec;28(1):1-9.
  14. The Canadian Physio Student MANUAL THERAPY IN PHYSIOTHERAPY PRACTICE WITH JESSE AWENUS Available from: https://www.youtube.com/watch?v=g36vqjx5N-Q&app=desktop (last accessed 21.9.2019)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles