Introduction à la neuropathie du pied

Rédactrice originale Stacy Schiurring basé sur le cours de Diane MerwarthPrincipaux collaborateurs Stacy Schiurring, Jess Bell et Matt Huey

Introduction(edit | edit source)

Le diabète est une épidémie mondiale qui touche plus de 537 millions d’adultes dans le monde.(1) Parmi eux, 40 à 60 millions de personnes souffrent de complications du pied et des membres inférieurs liées au diabète. Le diabète représente 9 % du coût total des soins de santé chez les adultes.(2)

La neuropathie périphérique est une conséquence fréquente du diabète, avec une prévalence de 10 à 85%.(2) Les conséquences de la neuropathie périphérique peuvent être dévastatrices et inclure (1) des ulcères du pied, (2) une amputation majeure, (3) des chutes, (4) des lésions intracrâniennes et (5) une diminution de la qualité de vie.(1) Environ une personne diabétique sur quatre développera un ulcère du pied diabétique :

  • les personnes souffrant d’un ulcère du pied diabétique ont un risque de mortalité 2,5 fois plus élevé que les personnes diabétiques qui ne développent pas d’ulcère du pied;
  • leur taux de mortalité se situe à 42 % dans les cinq ans qui suivent l’apparition d’un ulcère du pied diabétique;
  • après un an, 20 % des ulcères du pied diabétique ne sont toujours pas guéris;
  • le taux de récidive des ulcères du pied diabétique guéris est de 40 % dans l’année qui suit et de 65 % dans les cinq ans qui suivent. (2)

Cette page présente les causes et les types de neuropathie périphérique, en explorant l’étiologie au-delà du diabète.

Révision de la neuroanatomie ( edit | edit source )

  • Nervous system division, shutterstock ID- 2187989357.jpg

    Système nerveux central: comprend le cerveau et la moelle épinière. Le système nerveux central (SNC) est le centre de commande de l’organisme. En termes généraux, les trois fonctions du SNC sont les suivantes : (1) recevoir des informations sensorielles, (2) traiter ces informations et (3) envoyer des signaux moteurs. Grâce à ces mécanismes, le SNC contrôle la plupart des fonctions de l’organisme, y compris les mouvements, les sensations par l’intermédiaire des cinq sens et les fonctions supérieures telles que la cognition, la conscience et la parole. La moelle épinière est une extension du cerveau et sert de voie neuronale pour l’échange d’informations avec le reste du corps.

  • Système nerveux périphérique : réseau complexe de nerfs qui transmettent les informations sensorielles en provenance du corps vers le SNC via la moelle épinière et les informations en provenance du SNC vers le corps via la moelle épinière. Parmi les signaux sortants transmis par le système nerveux périphérique (SNP), on peut nommer (1) les informations motrices pour l’activité musculaire et (2) le fonctionnement autonome (fréquence cardiaque, pression artérielle, respiration, digestion, excitation sexuelle).(3)
    • Nerfs moteurs : relaient l’information aux muscles squelettiques et aux tissus somatiques, pour produire un mouvement volontaire.
    • Nerfs sensitifs : transmettent les informations sensorielles provenant de l’environnement perçus les récepteurs sensoriels du corps jusqu’au SNC.
    • Système nerveux autonome : il transmet les informations motrices aux viscères pour innerver les muscles lisses, le muscle cardiaque et les glandes et assure le maintien de l’homéostasie de l’organisme. Le système nerveux autonome comprend deux parties : les divisions sympathique et parasympathique, qui innervent les viscères. Le système nerveux sympathique stimule (« combat ou fuite ») tandis que le système nerveux parasympathique inhibe (« repos et digestion ») les fonctions de ces organes.

Neuropathie périphérique ( edit | edit source )

Le terme « neuropathie périphérique » (NP) décrit de nombreuses affections qui impliquent une atteinte du système nerveux périphérique. Dans un premier temps, ces atteintes se présentent sous la forme d’un dysfonctionnement nerveux dû à des modifications cellulaires et chimiques. Cependant, avec le temps, ce dysfonctionnement nerveux devient une véritable lésion nerveuse (lésion structurelle), entraînant une atrophie et une démyélinisation.(2) Il existe plus de 100 types connus de NP, chacun ayant des symptômes et un pronostic spécifiques. Les symptômes de la NP dépendent de la catégorie de nerfs atteint : moteurs, sensitifs ou autonomes.(3)

La physiopathologie exacte de la PN dépend des processus pathologiques sous-jacents. Cependant, les mécanismes des lésions des nerfs périphériques présentent des réactions similaires. Ces réactions comprennent (1) la démyélinisation segmentaire, (2) la dégénérescence wallérienne et (3) la dégénérescence axonale. (4)

Les façons de classifier les NP comprennent :

  1. Catégorisation en fonction du nombre de nerfs touchés : mono-neuropathies, neuropathies multifocales, polyneuropathies. (5)(4)
  2. Elles peuvent être divisées en groupes plus petits, tels que la cause de l’affection (par exemple, compressive ou non compressive) ou le type de neuropathie (par exemple, axonale ou démyélinisante), etc. (6) (4)

Les signes et symptômes courants de la NP comprennent :

  • engourdissements et paresthésies;
  • douleur;
  • faiblesse musculaire;
  • atteintes des réflexes ostéotendineux. (4)

Si vous souhaitez en savoir plus sur la neuropathie, lisez cet article optionnel, en anglais original.

Étiologie des neuropathies périphériques ( edit | edit source )

Le « National Institute of Health » (NIH, institutions gouvernementales des États-Unis qui s’occupent de la recherche médicale et biomédicale) indique que l’étiologie de la NP peut avoir de nombreuses causes, y compris des causes métaboliques, systémiques et toxiques : (4)

Types de neuropathies périphériques ( edit | edit source )

Voici un aperçu des trois types de NP. Rappelons que la classification des NP dépend des types de nerfs impliqués et que plusieurs types de NP peuvent être présents en même temps. La plupart des personnes atteintes de NP présentent une polyneuropathie. La compréhension des symptômes communs et de la présentation clinique de chaque type de PN est une compétence utile pour le professionnel de la réadaptation, car elle l’aide à élaborer un plan de traitement et à orienter les patients vers ses collègues de la médecine.

Pour une discussion plus approfondie sur le diagnostic clinique et la prise en charge des lésions neuropathiques périphériques, y compris un arbre de décision clinique, veuillez lire cet article de recherche de 2022 supplémentaire optionnel, en anglais original.

Neuropathie sensitive ( edit | edit source )

« Les neuropathies sensitives font référence à une multitude de maladies qui entraînent une perte de sensation n’importe où dans le corps … (les neuropathies sensitives) peuvent être subdivisées en pathologies des petites fibres (provoquant surtout de la douleur) et des grosses fibres (provoquant surtout de l’ataxie). » (9)

Pour classer une neuropathie sensorielle, il est important d’identifier la taille de la fibre nerveuse et le degré de myélinisation. Certaines maladies, comme le diabète, peuvent entraîner une polyneuropathie sensorielle.(9)

  • Neuropathies des petites fibres (fibres Aδ et petites fibres C non myélinisées) :
    • elles transmettent des stimuli nocifs et des signaux thermiques;
    • les fibres Aδ régulent la fonction sympathique et parasympathique préganglionnaire;
    • les fibres C régulent la fonction autonome postganglionnaire.
    • Symptômes : douleur fulgurante de type « brûlure » accompanée de paresthésies,(9) altération de la sensibilité à la douleur et la température et altération des fonctions autonomes(10)
  • Neuropathies des grosses fibres (fibres Aβ) :
    • les fibres Aβ régulent les afférences sensorielles proprioceptives de la vibration et du toucher;
    • elles peuvent être impliquées dans le développement de l’ataxie. (9)
    • Symptômes : perte de la sensation de la position articulaire et vibratoire, ataxie sensorielle (10) et troubles de la marche qui en résultent. (2)

Sujet spécial : la perte de sensation protectrice ( edit | edit source )

La perte de sensation protectrice (PDSP) est une complication fréquente chez les patients atteints de neuropathie diabétique. La NP liée au diabète est un « processus anatomique diffus » qui affecte les fibres nerveuses sensitives et autonomes et, dans les cas les plus avancés, les fibres motrices distales. Les symptômes ont tendance à se développer distalement, dans les orteils, puis à progresser en se propageant proximalement. Ce processus pathologique entraîne une PDSP, c’est-à-dire que la personne est incapable de percevoir les traumatismes mineurs et les blessures d’origine mécanique, thermique ou chimique.(11)

Le PDSP est un symptôme important utilisé dans la classification des plaies du pied diabétique (12) car le pied est plus vulnérable aux traumatismes physiques et thermiques et prédispose aux déformations. (13)

Mécanismes courants de blessures liés aux PDSP :

  1. exposition à une pression constante et prolongée, comme le port de chaussures trop serrées;
  1. exposition à des pressions modérées à élevées répétées, qui provoque le développement d’un durillon, lequel agit à son tour comme une source de pression;
  2. exposition à une pression élevée et de courte durée, comme le fait de marcher sur un objet coupant qui provoque une blessure ou une autre lésion.(2)

Pour plus d’informations sur l’évaluation de la PDSP, veuillez lire cet article.

Toutes les photos ont été fournies et utilisées avec l’aimable autorisation de Diane Merwarth PT.

Neuropathie motrice ( edit | edit source )

La neuropathie motrice est le résultat d’une atteinte des nerfs moteurs.(2)

Les signes de neuropathie motrice comprennent :

  • Déformations du pied résultant de déséquilibres musculaires dans le pied (2) et de la glycation non enzymatique des protéines. (14)
    • Les déformations les plus courantes sont (1) l’orteil en marteau, (2) l’orteil en griffe et (3) le pied équin. (2)
  • Modifications de la démarche pouvant entraîner des raccourcissements tendineux.
    • Les tendons les plus souvent atteints sont (1) le tendon d’Achille et (2) les tendons des muscles fléchisseurs de l’hallux. (2)
  • Perte des réflexes ostéotendineux (ROT) (2)
  • D’autres signes et symptômes peuvent être présents, notamment :
    • spasmes musculaires et crampes;
    • faiblesse musculaire ou paralysie;
    • atrophie musculaire. (15)

Toutes les photos ont été fournies et utilisées avec l’aimable autorisation de Diane Merwarth PT.

Neuropathie autonome ( edit | edit source )

« Les neuropathies autonomes sont un ensemble de syndromes et de maladies affectant les neurones autonomes, que ce soit les neurones parasympathiques ou les neurones sympathiques, ou bien les deux à la fois. Les neuropathies autonomes peuvent être de nature héréditaire ou acquise. » (16)

Les signes et les symptômes de la neuropathie autonome peuvent se manifester dans une grande variété de systèmes de l’organisme. Nombre de ces déficiences peuvent affecter la démarche du patient, l’exposant ainsi à un risque accru de dysfonctionnement du pied et de développement de plaies. D’autres déficiences peuvent augmenter le risque de chute d’une personne (par exemple, une augmentation de la fréquence et de l’urgence urinaires ou une diminution de la capacité à analyser visuellement l’environnement de manière efficace).

  • Système cardiovasculaire :
    • le corps peut réagir plus lentement aux changements de position du corps, au stress, à l’activité physique, au sommeil et à la respiration (par exemple, sensation de tête légère lors d’un changement de position ou d’exercice physique); (17)
    • altération de la perception de la douleur thoracique permettant de reconnaître un événement cardiaque tel qu’un infarctus. (2) (17)
  • Système digestif. Les troubles digestifs peuvent inclure : (17)
    • sensations de ballonnement et de plénitude, et nausées;
    • vomissements;
    • constipation;
    • diarrhée;
    • incontinence fécale;
    • gastroparésie;
    • troubles de la déglutition.
  • Système urogénital :
    • Des troubles de la vessie : (17)
      • altération de la capacité à ressentir le besoin d’uriner;
      • incontinence urinaire;
      • infections de la vessie dues à la rétention urinaire.
  • Système tégumentaire :
    • Glycation non-enzymatique des protéines : (2) (14)
      • Cela provoque un épaississement, une tension et une rigidité de la peau du pied. Ces modifications de la peau entraînent des pressions supplémentaires sur les proéminences osseuses, ce qui peut accroître le risque pour le patient de développer un ulcère ischémique à ces endroits.(2)
      • Elle prédispose la peau à la formation de fissures cutanées. (2) (14)
      • Elle provoque une contracture des structures fasciales, ce qui peut entraîner une déformation des articulations du pied. (14)
      • Elle provoque une altération de la guérison des plaies. (14)
    • Glandes sudoripares :
      • Il peut y avoir des problèmes de régulation de la transpiration ou des changements dans les comportements de transpiration (par exemple, augmentation des sueurs nocturnes ou de la transpiration en mangeant). Cela peut affecter considérablement la capacité de l’organisme à réguler la température corporelle. (2) (17)
      • L’anhidrose (peau sèche) est également possible. (2)
  • Yeux :
    • Il peut y avoir des problèmes d’adaptation de la pupille aux changements de lumière et une cécité nocturne lors de la conduite. (17)
  • Une inconscience de l’hypoglycémie peut se développer. (17)

Ressources(edit | edit source)

Lectures facultatives supplémentaires ( edit | edit source )

Ressources cliniques ( edit | edit source )

  • Neuropathy Overview de la Neuropathy Action Foundation (une brochure d’éducation pour les patients concernant la neuropathie, en anglais original)
  • Veuillez visionner cette vidéo optionnelle de 8 minutes pour une vue d’ensemble des types de neuropathie périphérique (en anglais original). Veuillez noter que cette vidéo aborde des informations qui dépassent le cadre de la neuropathie des pieds.

(18)

Références(edit | edit source)

  1. 1.01.1 Hicks CW, Wang D, Windham BG, Matsushita K, Selvin E. Prevalence of peripheral neuropathy defined by monofilament insensitivity in middle-aged and older adults in two US cohorts. Scientific reports. 2021 Sep 27;11(1):19159.
  2. 2.002.012.022.032.042.052.062.072.082.092.102.112.122.132.142.152.162.172.182.192.202.212.222.232.24 Merwarth, D. Understanding the Foot Programme. Introduction to Foot Neuropathy. Physioplus. 2023.
  3. 3.03.1 National Institute of Health. Peripheral Neuropathy. Available from: https://www.ninds.nih.gov/health-information/disorders/peripheral-neuropathy#toc-what-is-peripheral-neuropathy- (accessed 3/August/2023).
  4. 4.004.014.024.034.044.054.064.074.084.094.104.114.124.134.144.154.164.174.184.194.20 Hammi C, Yeung B. Neuropathy. 2022 Available from;https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK542220/(last accessed 5/August/2023)
  5. Martyn CN, Hughes R. Epidemiology of peripheral neuropathy. Journal of neurology, neurosurgery, and psychiatry. 1997 Apr;62(4):310.
  6. Hanewinckel R, Ikram MA, Van Doorn PA. Peripheral neuropathies. Handb Clin Neurol. 2016;138:263-82.
  7. Oaklander AL, Mills AJ, Kelley M, Toran LS, Smith B, Dalakas MC, Nath A. Peripheral neuropathy evaluations of patients with prolonged long COVID. Neurology-Neuroimmunology Neuroinflammation. 2022 May 1;9(3).
  8. Rögnvaldsson S, Steingrímsson V, Turesson I, Björkholm M, Landgren O, Kristinsson SY. Peripheral neuropathy and monoclonal gammopathy of undetermined significance: a population-based study including 15,351 cases and 58,619 matched controls. haematologica. 2020 Nov 11;105(11):2679.
  9. 9.09.19.29.3 National Institute of Health. Sensory Neuropathy. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK559020/ (accessed 6/August/2023).
  10. 10.010.1 Misra UK, Kalita J, Nair PP. Diagnostic approach to peripheral neuropathy. Annals of Indian Academy of Neurology. 2008 Apr;11(2):89.
  11. Centers for Medicare & Medicaid Services. Diabetic Peripheral Neuropathy with Loss of Protective Sensation (LOPS). Available from: https://www.cms.gov/medicare-coverage-database/view/ncacal-decision-memo.aspx?proposed=N&NCAId=22&amp%3Bfromdb=true#:~:text=Long%20nerves%20are%20affected%20first,%2C%20thermal%2C%20or%20chemical%20sources. (accessed 6/August/2023).
  12. Swanson T, Ousey K, Haesler E, Bjarnsholt T, Carville K, Idensohn P, Kalan L, Keast DH, Larsen D, Percival S, Schultz G. IWII Wound Infection in Clinical Practice consensus document: 2022 update. Journal of wound care. 2022 Dec 1;31(Sup12):S10-21.
  13. Adams OP, Herbert JR, Howitt C, Unwin N. The prevalence of peripheral neuropathy severe enough to cause a loss of protective sensation in a population‐based sample of people with known and newly detected diabetes in Barbados: a cross‐sectional study. Diabetic Medicine. 2019 Dec;36(12):1629-36.
  14. 14.014.114.214.314.4 Mooney J. Illustrated Dictionary of Podiatry and Foot Science E-Book. Elsevier Health Sciences; 2009 Jul 30.
  15. NHS. Peripheral neuropathy symptoms. Available from: https://www.nhs.uk/conditions/peripheral-neuropathy/symptoms/ (accessed 6/August/2023).
  16. Medscape. Autonomic Neuropathy. Available from: https://emedicine.medscape.com/article/1173756-overview?form=fpf (accessed 6/August/2023).
  17. 17.017.117.217.317.417.517.6 National Institute of Health. Autonomic Neuropathy. Available from: https://www.niddk.nih.gov/health-information/diabetes/overview/preventing-problems/nerve-damage-diabetic-neuropathies/autonomic-neuropathy (accessed 15/August/2023).
  18. YouTube. Types of Peripheral Neuropathy: How to Identify the Type of Neuropathy You Have. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=YTsu-HN8nw4 (last accessed 16/August/2023)

Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles