Type et classification des blessures dans le sport

Rédacteur original – Wanda van Niekerk d’après le cours de Ian Gatt

Principaux contributeursWanda van Niekerk, Lucinda hampton, Kim Jackson et Jess Bell

Introduction(edit | edit source)

Le fait d’être physiquement actif et/ou de faire du sport présente de nombreux avantages pour la santé, mais il existe également un risque de blessure. Les blessures sportives peuvent survenir à tout moment pendant les entraînements ou les compétitions. Divers tissus conjonctifs musculo-squelettiques peuvent être affectés par une blessure. En épidémiologie du sport, la surveillance des blessures est importante car elle permet de comprendre les blessures et contribue au développement de programmes de prévention des blessures.

Définitions(edit | edit source)

Le groupe de consensus sur l’épidémiologie des blessures et des maladies du Comité international olympique définit les blessures comme suit : (1)

« Une blessure est un dommage tissulaire ou tout autre dérangement de la fonction physique normale due à la pratique d’un sport, résultant d’un transfert rapide ou répétitif d’énergie cinétique. »

La classification d’une blessure fait référence au « processus de description ou de catégorisation d’une blessure (c’est-à-dire par sa localisation, son mécanisme ou sa pathologie sous-jacente) ». (2)

Le grade d’une blessure fait référence à la gravité de celle-ci. (2)

Classification des lésions ( éditer | source d’édition )

Relation entre la blessure et l’activité sportive ( edit | edit source )

Des blessures peuvent résulter : (1)

  • Directement de la participation au sport (pendant la compétition ou l’entraînement)
    • Exemples : collision entre joueurs ou surmenage dû à un entraînement répétitif
  • Indirectement de la participation à des activités liées à la compétition ou à l’entraînement
    • Exemple : un athlète qui glisse et se blesse dans le village olympique
  • D’activités non liées à la participation à des sports
    • Exemple : un athlète est impliqué dans un accident de voiture

Mode d’apparition ( éditer | éditer la source )

Traditionnellement, les blessures sont classées en blessures à apparition soudaine (blessure aiguë) ou en blessures à apparition graduelle (surmenage), mais il faut également envisager une blessure aiguë due à un surmenage. (1)

  • Épisode aigu = blessure soudaine due à un échange de grandes quantités d’énergie cinétique (collision entre athlètes)
    • Le mécanisme est aigu, et la présentation est d’apparition soudaine
  • Épisode de surutilisation = accumulation progressive d’un transfert d’énergie faible au fil du temps (développement d’une tendinopathie induite par un mouvement répétitif ou fracture de stress).
    • Le mécanisme est répétitif, et la présentation est un début progressif.
  • Épisode aigu dû à la surutilisation = combinaison des deux mécanismes (par exemple, un athlète dont le régime d’entraînement répétitif entraîne une tendinopathie ou une faiblesse tendineuse, mais qui subit une déchirure tendineuse aiguë lors d’un saut)
    • Le mécanisme est répétitif, et la présentation est d’apparition soudaine.

Souvent, une évaluation subjective approfondie et l’étude des antécédents permettent de comprendre le mode d’apparition de la blessure. Les examens radiologiques peuvent également être utiles pour déterminer si une blessure est simplement un épisode aigu ou s’il s’agit d’un épisode aigu dû à une surutilisation.(3)

Tableau 1. Exemples : Évaluation du mode d’apparition (1)
Mécanisme Présentation Exemple
Aigu Apparition soudaine
  • Un sprinter se redresse soudainement lors d’une course, s’arrête et fait quelques pas en boitant, souffrant d’une blessure à l’ischio-jambier
  • Un footballeur tombe sur une main tendue, en portant tout son poids sur la paume de la main et en hyperextension du poignet, ce qui entraîne une fracture du scaphoïde
Répétitif Apparition graduelle
  • Un nageur ressent une augmentation progressive de douleur à l’épaule pendant la saison. L’IRM indique une tendinopathie de la coiffe des rotateurs
  • Un danseur ressent une douleur progressive pendant et après l’activité et une sensibilité sur le deuxième métatarsien. L’imagerie indique une fracture de stress du deuxième métatarsien
Répétitif Apparition soudaine
  • Une gymnaste subit une fracture du tibia à la réception d’un saut ; l’imagerie par tomodensitométrie révèle des changements morphologiques préexistants correspondant à une lésion osseuse de stress

Mécanisme de la blessure ( éditer | source d’édition )

Peut être dû à des mécanismes de contact direct ou de non-contact.(1)

Tableau 2. Exemples : La classification par mécanisme de la blessure (1)
Blessure Type de contact Exemple
Sans contact Aucun signe de perturbation des schémas de mouvement du joueur Un joueur de basket-ball atterrit et se tord la cheville sans contact avec d’autres joueurs
Contact

Indirect

Par un autre athlète Déchirure du LCA chez un joueur de football atterrissant en déséquilibre après avoir été poussé sur son épaule par un adversaire alors qu’il était en l’air
Contact

Indirect

Par le biais d’un objet Un skieur alpin souffre d’une commotion cérébrale après avoir heurté la barrière avec son genou.
Contact

Direct

Avec un autre athlète Un joueur de rugby subit une déchirure du ligament croisé antérieur à la suite d’un plaquage direct au genou.
Contact

Direct

Avec un objet Un joueur de volley-ball a été frappé au visage par un ballon, ce qui a entraîné une commotion cérébrale.

Catégories par régions du corps ( modifier | modifier la source )

Les blessures peuvent être classées en fonction de la région du corps et plus particulièrement de la zone concernée.(1)

Tableau 3. Catégories par régions du corps et zones de blessures (1)
Région Partie du corps Région Partie du corps
Tête et cou Tête

Cou

Membre supérieur Épaule

Bras

Coude

Avant-bras

Poignet

Main

Membre inférieur Hanche/aine

Cuisse

Genou

Jambe

Cheville

Pied

Tronc Poitrine

Colonne thoracique

Lumbosacré

Abdomen

Non spécifié Région non précisée
Membre inférieur Hanche/aine

Cuisse

Genou

Jambe

Cheville

Pied

Régions multiples Croisement unique de blessures ≥ 2 zones

Catégories par types de tissus et de pathologies ( éditer | éditer la source )

Une classification supplémentaire peut être faite en fonction du type de tissu spécifique et de la pathologie concernée. (1) Le tableau 4 indique les principaux types de tissus et de pathologies. Vous pouvez également consulter le tableau 5 de cet article pour plus de détails et de notes sur ces catégories : Déclaration de consensus du Comité international olympique : Méthodes d’enregistrement et de communication des données épidémiologiques sur les blessures et les maladies dans le sport 2020 (y compris l’extension STROBE pour la surveillance des blessures et des maladies dans le sport (STROBE-SIIS)). Par exemple, la tendinopathie inclue le paraténon, la déchirure partielle et la subluxation du tendon et les lésions de stress osseux inclueront l’œdème de la moelle osseuse, la fracture de stress et la périostite.

Tableau 4. Catégories par tissus et types de pathologies pour les blessures (1)
Tissu Type de pathologie Tissu Type de pathologie
Muscle/tendon Lésion musculaire

Contusion musculaire

Syndrome du compartiment musculaire

Tendinopathie

Rupture du tendon

Capsule ou ligament articulaire Entorse articulaire (déchirure ligamentaire ou épisode d’instabilité aiguë)

Instabilité chronique

Nerveux Lésion du cerveau ou de la moelle épinière

Lésion du nerf périphérique

Tissu superficiel/peau Contusion (superficielle)

Lacération

Abrasion

Os Fracture

Lésion osseuse de stress

Contusion osseuse

Nécrose avasculaire

Lésion de la plaque de croissance

Vaisseaux Traumatisme vasculaire
Cartilage/Synovium/Bourse Lésion du cartilage

Arthrite

Synovite/capsulite

Bursite

Moignon Blessure du moignon
Organes internes Traumatisme des organes Non spécifique Blessure sans type de tissu spécifié

Voir également : Sport Injury Classification pour plus de détails sur la classification des blessures des ligaments, des tendons et des os et cartilages articulaires.

Classification des muscles ( edit | edit source )

Systèmes de classification traditionnels ( edit | edit source )

Les blessures musculaires sont fréquentes dans les sports. Historiquement, un système de classement à trois niveaux basé sur les signes cliniques était utilisé pour guider le pronostic d’un claquage musculaire. Les systèmes de classement sont utiles dans la mesure où ils donnent une indication de la gravité ou de l’étendue de la blessure. Grâce aux progrès de l’imagerie tels que l’IRM et l’échographie, il est désormais possible de combiner les résultats cliniques et radiologiques, ce qui a conduit à l’élaboration de « nouveaux » systèmes de classification et de gradation des lésions musculaires au cours des deux dernières années. (4)

Le tableau ci-dessous est tiré de la déclaration de consensus de Munich sur la terminologie et la classification des lésions musculaires dans le sport et donne un aperçu des systèmes précédents de classification des lésions musculaires. (5)

Tableau 5. Aperçu du précédent système de classification des lésions musculaires (tiré de Terminology and classification of muscle injuries in sport : The Munich consensus statement (5))
O’Donoghue

1962

Ryan 1969

(initialement pour les quadriceps)

Takebayashi 1995, Peetrons 2002

(basé sur les ultrasons)

Stoller 2007

(basé sur l’IRM)

Grade I Pas de déchirure appréciable des tissus

Aucune perte de fonction ou de force

Réponse inflammatoire limitée

Déchirure de quelques fibres musculaires

Facia intacte

Pas d’anomalie ou de saignement diffus avec ou sans rupture focale des fibres

moins de 5 % du muscle concerné

IRM-négatif = 0% de dommages structurels, Œdème hyperintense avec ou sans hémorragie
Grade II Lésions tissulaires

Réduction de la force de l’unité musculotendineuse

Fonction résiduelle

Quantité modérée de fibres déchirées

Facia intacte

Rupture partielle : rupture des fibres focales sur plus de 5 % du muscle concerné avec ou sans lésion aponévrotique IRM positive avec déchirure jusqu’à 50% des fibres musculaires

Possibilité de défaut focal hyperintense et rétraction partielle des fibres musculaires

Grade III Déchirure complète de la jonction musculotendineuse

Perte totale de la fonction

Nombreuses fibres déchirées avec déchirure partielle du fascia Rupture complète du muscle avec rétraction

lésion fasciale

Rupture musculaire = 100% de dommages structurels

Déchirure complète avec ou sans rétraction musculaire

Grade IV aucun Déchirure complète du muscle et de l’aponévrose de l’unité muscle-tendon aucun aucun
Systèmes modernes de classification des lésions musculaires ( éditer | source d’édition )

Système de consensus de Munich

  • Des experts internationaux en sciences cliniques et fondamentales ont mis au point un système complet de classification et de gradation des lésions musculaires.(5)
  • Points clés du système de consensus de Munich : (5)
    • La classification différencie les lésions musculaires directes (contusion et lacération) des lésions indirectes
    • Les lésions musculaires indirectes sont classées en lésions fonctionnelles ou structurelles
    • Subdivisé ensuite en fonction du type de blessure et subdivisé soit en : groupe de diagnostic (par exemple, trouble musculaire induit par la fatigue, douleurs musculaires d’apparition retardée (DMAR)) ; trouble neuromusculaire lié au muscle ou à la colonne vertébrale ; grade de gravité (partiel mineur, modéré, subtotal, complet ou avulsion).
    • Les lésions musculaires sont abordées de manière globale et comprennent des descripteurs tels que les lésions aiguës, de surmenage, directes et indirectes.

Lire l’article complet ici : Terminology and classification of muscle injuries in sport: The Munich consensus statement (5)

(6)

Système d’athlétisme britannique

  • Pollock et al. (7) ont conçu une classification des blessures musculaires sans contact. Le système classe les lésions de 0 à 4, basé sur des caractéristiques cliniques et IRM. La lésion est ensuite subdivisée pour refléter les principales structures anatomiques impliquées : a = myofasciale ; b = à l’intérieur du muscle, généralement à la jonction musculotendineuse; c = déchirures intra-tendineuses.

Notation

  • Lésions de grade 0 – IRM négative et décrite comme une  » lésion neuromusculaire focale  » ou une lésion musculaire compatible avec les DMAR. Si l’on soupçonne l’existence d’une composante neuronale, – N peut être utilisé comme facteur de différenciation supplémentaire.
  • Les grades 1 à 3 correspondent respectivement à des déchirures légères, modérées ou étendues du tissu musculaire (déterminées par l’étendue de l’œdème et de la rupture des tissus, ainsi que par les tissus concernés).
  • Le grade 4 correspond à une déchirure complète du muscle ou du tendon.
  • La BAMIC (British Athletics Muscle Injury Classification) fournit un cadre pour le raisonnement clinique et la prise de décision en matière de réadaptation. (8) Lire l’article complet ici : British athletics muscle injury classification : a new grading system (en anglais) (7)

Système Chan

  • Chan et al. (9) ont proposé un système de classification anatomique à trois niveaux – il s’agit principalement d’un système de classification basé sur l’imagerie
  • La localisation anatomique de la lésion est la suivante : jonction musculotendineuse proximale, muscle, ou jonction musculotendineuse distale
  • La blessure est ensuite classée en trois catégories : proximale, moyenne ou distale
  • Par la suite, la lésion est définie par le principal tissu impliqué (par exemple, intramusculaire, myofascial, périfascial, myotendineux ou une combinaison de ceux-ci)
  • Lire l’article ici : Acute muscle strain injuries: a proposed new classification system(10)

Système de Barcelone

  • Le département médical du Futbol Club Barcelona et des collègues internationaux ont proposé un système de classification et de gradation des blessures musculaires basé sur 4 niveaux ou couches(11)
  • Système MLG-R(11)
    • M – Mécanisme de la blessure
    • L – Localisation de la blessure
    • G – Graduation de la sévérité
    • R – Nombre de rechutes de la lésion musculaire
  • À partir de l’histoire clinique – mécanisme de la blessure (directe (D) ou indirecte (I))
  • Les blessures indirectes sont également identifiées comme étant liées au sprint ou aux étirements
  • Les deuxième et troisième identifiants sont des variables IRM – la localisation anatomique et le grade de la lésion
  • Le quatrième identificateur est lié au statut de rechute
  • Lisez l’étude ici : Muscle Injuries in Sports: A New Evidence-Informed and Expert Consensus-Based Classification with Clinical Application(11)

Système Cohen

Classement en fonction de la lésion du tissu conjonctif

  • Prakash et al.(13) ont proposé un système de classification IRM à utiliser pour évaluer l’étendue des lésions et l’intégrité des structures du tissu conjonctif impliquées
    • Grade 0 – œdème ou liquide adjacent à un tissu conjonctif intact (tendon/aponévrose/épimysium) sans décollement des myofibrilles
    • Grade 1 – détachement de la myofibrille sans modification du tissu conjonctif
    • Grade 2 – détachement de la myofibrille avec augmentation du signal du tissu conjonctif adjacent, délamination ou défaut, mais pas de rétraction
    • Grade 3 – détachement de la myofibrille avec rétraction du tissu conjonctif adjacent indiquant une défaillance

Le tableau 6 donne un aperçu de certains des systèmes les plus récents de classification des lésions musculaires

Tableau 6. Comparaison des systèmes récents de classification des lésions musculaires
Chan et al. 2012 (9) Mueller-Wolfahrt et al., 2013 (5) Pollock et al., 2014 (7) Valle et al., 2017(11) Prakash et al., 2018(13)
Classification basée sur les résultats radiologiques et le site de la lésion.

  • I = Jonction musculotendineuse proximale
  • II = Muscle
    • A = Proximal
    • B = Moyen
    • C = Distal
      • a = Intramusculaire
      • b = Myofascial
      • c = Myofascial/perifascial
      • d = Myotendineux
      • e = Combiné
  • III = Jonction musculotendineuse distale
A. Troubles/lésions musculaires indirects

Trouble musculaire fonctionnel

Type 1 :

  • Trouble musculaire lié au surmenage
    • 1A Trouble musculaire induit par la fatigue
    • 1B Douleurs musculaires à apparition retardée (DMAR)

Type 2 :

  • Trouble musculaire neuromusculaire
    • 2A Neuromusculaire lié à la colonne vertébrale
    • 2B Neuromusculaire lié aux muscles

Lésion musculaire structurelle

Type 3 :

  • Déchirure musculaire partielle
    • 3A Déchirure musculaire partielle mineure
    • 3B Déchirure musculaire partielle modérée
  • Type 4 : Déchirure (sub)totale
    • Déchirure musculaire subtotale ou complète
    • Avulsion tendineuse

B. Lésion musculaire directe

  • Contusion
  • Lacération
  • Grade 0 : douleur référée
    • 0a – douleur musculaire focale avec IRM normale
    • 0b – courbatures généralisées (DMAR) avec IRM normale
  • Grade 1 – petites blessures au muscle
    • a = lésion myofasciale
    • b = muscle ou jonction musculotendineuse
    • c = atteinte des tendons
  • Grade 2 – Blessures modérées (déchirures)
    • a = lésion myofasciale
    • b = muscle ou jonction musculotendineuse
    • c = atteinte des tendons
  • Grade 3 = Déchirures étendues
    • a = lésion myofasciale
    • b = muscle ou jonction musculotendineuse
    • c = atteinte des tendons
  • Grade 4 = Déchirures complètes
    • a = lésion myofasciale
    • b = muscle ou jonction musculotendineuse
    • c = atteinte des tendons
  • Mécanisme de la blessure (M)
    • D = Direct
    • I = Indirect
  • Lieu de la blessure (L)
    • P – blessure située dans le tiers proximal du ventre musculaire
    • M – blessure située dans le tiers moyen du ventre musculaire
    • D – blessure située dans le tiers distal du ventre musculaire
  • Graduation de la sévérité (G)
    • 0 -3
    • basé sur l’IRM
  • Nombre de rechute de la lésion musculaires (R)
    • 0 – 1er épisode
    • 1 – 1ère rechute
    • 2 – 2eme rechute…
Classification basée sur l’IRM

  • Grade 0 – œdème ou liquide adjacent à un tissu conjonctif intact, pas de détachement de myofibrilles.
  • Grade 1 – détachement de la myofibrille sans modification du tissu conjonctif.
  • Grade 2 – détachement de la myofibrille avec augmentation du signal du tissu conjonctif adjacent, délamination ou défaut, mais pas de rétraction.
  • Grade 3 – détachement de la myofibrille avec rétraction du tissu conjonctif adjacent indiquant une défaillance.
Examens récents des systèmes de classification des lésions musculaires ( éditer | source d’édition )

(17)

Structure et fonction ( éditer | source d’édition )

  • Structure = Forme
  • Fonction = le produit d’une structure qui joue un rôle spécifique quelconque

« Il existe une relation étroite entre la structure et la fonction, cependant, si l’on considère que les humains sont complexes, on peut apprécier comment la fonction n’est pas toujours directement liée à la structure. »(3) Par exemple, des athlètes participant à un haut niveau, mais qui, s’ils passaient une imagerie, pourraient avoir des indications de pathologies existantes. L’imagerie peut montrer que la forme (structure) est compromise, mais pas la fonction. En voici quelques exemples :

  • Les résultats de l’IRM étaient similaires dans les épaules symptomatiques et asymptomatiques des jeunes nageurs d’élite. Les épaules asymptomatiques peuvent présenter de nombreuses et diverses anomalies à l’IRM, qui peuvent être significatives sur le plan radiologique mais qui ne sont pas cliniquement significatives.(18)
  • Rajeswaran et al.(19) (2014) ont trouvé une quantité significative de pathologie sous-jacente dans les colonnes lombaires de joueurs de tennis junior d’élite asymptomatiques qui n’étaient pas cliniquement détectables.(19)
  • Une prévalence élevée de lésions ostéochondrales asymptomatiques avec œdème de la moelle osseuse sous-chondrale dans le pied et la cheville de joueurs de football professionnels d’élite a été signalée.(20)

Si l’on considère que la forme peut être affectée mais pas la fonction, cela met à nouveau en évidence l’élément biopsychosocial et une approche holistique de l’athlète. Cela met en relief également la prise en compte d’informations objectives et quantifiables dans la gestion des blessures et la compréhension de la fonction. (3) Voici un exemple de cette approche :

Athlète utilisant un dynamomètre à main

The Takei Handheld Dynamometer: An Effective Clinical Outcome Measure Tool for Hand and Wrist Function in Boxing(21)

  • surveillance longitudinale rétrospective des blessures de l’équipe de boxe de Grande-Bretagne de 2010 à 2014
  • Constatations(21):
    • une différence de moins de 15 % entre les mesures de la force de préhension de la main ou du poignet gauche et droit est considérée comme normale.
    • une différence de 20% entre les mesures de la force de préhension de la main ou du poignet gauche et droit est considérée comme indicative d’une pathologie.
    • une différence de plus de 20 % entre les mesures de la force de préhension de la main ou du poignet gauche et de la main ou du poignet droit est considérée comme hautement indicative d’une pathologie.
  • Dans une cohorte de boxeurs amateurs d’élite, le dynamomètre portatif Takei s’est révélé fiable et valide pour détecter les blessures significatives de la main et du poignet et peut être utilisé comme marqueur objectif pour évaluer la blessure, la progression de la réadaptation et la disponibilité à l’entraînement.(21)

Directives générales ( éditer | modifier la source )

  • Appréciez les divers types de blessures et de classifications et envisager leur application clinique.(3)
  • Tenez compte de la différence entre une apparition soudaine (aiguë), progressive (répétitive) et soudaine (répétitive).(3)
  • Pensez à la structure par rapport à la fonction et utilisez l’objectivité pour aider à la gestion des blessures, à la disponibilité à l’entraînement et à la réadaptation.(3)

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7 1.8 1.9 International Olympic Committee Injury and Illness Epidemiology Consensus Group, Bahr R, Clarsen B, Derman W, Dvorak J, Emery CA, Finch CF, Hägglund M, Junge A, Kemp S, Khan KM. International Olympic Committee consensus statement: methods for recording and reporting of epidemiological data on injury and illness in sports 2020 (including the STROBE extension for sports injury and illness surveillance (STROBE-SIIS)). Orthopaedic journal of sports medicine. 2020 Feb 14;8(2):2325967120902908
  2. 2.0 2.1 2.2 Hamilton B, Alonso JM, Best TM. Time for a paradigm shift in the classification of muscle injuries. Journal of sport and health science. 2017 Sep 1;6(3):255-61.
  3. 3.0 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 Gatt, I. Injury type and classification. Physioplus. Course. 2022
  4. Hamilton B, Pollock N, Reurink G, Vos RJ, Purdam C, Thorborg K. Muscle Injury Classification and Grading Systems. In Prevention and Rehabilitation of Hamstring Injuries 2020 (pp. 189-198). Springer, Cham.
  5. 5.0 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 Mueller-Wohlfahrt HW, Haensel L, Mithoefer K, Ekstrand J, English B, McNally S, Orchard J, van Dijk CN, Kerkhoffs GM, Schamasch P, Blottner D. Terminology and classification of muscle injuries in sport: the Munich consensus statement. British journal of sports medicine. 2013 Apr 1;47(6):342-50.
  6. Norris Health. Munich consensus on muscle injury in sport. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=PhCxzDEE6Vc (last accessed 4/03/2022)
  7. 7.0 7.1 7.2 Pollock N, James SL, Lee JC, Chakraverty R. British athletics muscle injury classification: a new grading system. British journal of sports medicine. 2014 Sep 1;48(18):1347-51.
  8. Macdonald B, McAleer S, Kelly S, Chakraverty R, Johnston M, Pollock N. Hamstring rehabilitation in elite track and field athletes: applying the British athletics muscle injury classification in clinical practice. British journal of sports medicine. 2019 Dec 1;53(23):1464-73.
  9. 9.0 9.1 Chan O, Del Buono A, Best TM, Maffulli N. Acute muscle strain injuries: a proposed new classification system. Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy. 2012 Nov;20(11):2356-62.
  10. Chan O, Del Buono A, Best TM, Maffulli N. Acute muscle strain injuries: a proposed new classification system. Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy. 2012 Nov;20(11):2356-62.
  11. 11.0 11.1 11.2 11.3 Valle X, Alentorn-Geli E, Tol JL, Hamilton B, Garrett WE, Pruna R, Til L, Gutierrez JA, Alomar X, Balius R, Malliaropoulos N. Muscle injuries in sports: a new evidence-informed and expert consensus-based classification with clinical application. Sports medicine. 2017 Jul;47(7):1241-53.
  12. 12.0 12.1 Cohen S.B., Towers J.D., Zoga A., Irrgang J.J., Makda J., Deluca P.F. Hamstring injuries in professional football players: magnetic resonance imaging correlation with return to play. Sports Health. 2011;3:423–430
  13. 13.0 13.1 Prakash A, Entwisle T, Schneider M, Brukner P, Connell D. Connective tissue injury in calf muscle tears and return to play: MRI correlation. British journal of sports medicine. 2018 Jul 1;52(14):929-33.
  14. Hamilton B, Valle X, Rodas G, Til L, Grive RP, Rincon JA, Tol JL. Classification and grading of muscle injuries: a narrative review. British journal of sports medicine. 2015 Mar 1;49(5):306-.
  15. Grassi A, Quaglia A, Canata GL, Zaffagnini S. An update on the grading of muscle injuries: a narrative review from clinical to comprehensive systems. Joints. 2016 Jan;4(01):039-46.
  16. SantAnna JP, de Almeida AM, Pedrinelli A, Hernandez AJ, Fernandes TL. Quality assessment of muscle injury classification in sports: a systematic literature review. Muscles, Ligaments & Tendons Journal (MLTJ). 2018 Apr 1;8(2).
  17. Aspetar. Workshops on Muscle Injuries by Bruce Hamilton – New Zealand. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=ja3hE3v2RZs (last accessed 05/03/2022)
  18. Celliers A, Gebremariam F, Joubert G, Mweli T, Sayanvala H, Holtzhausen L. Clinically relevant magnetic resonance imaging (MRI) findings in elite swimmers’ shoulders. SA Journal of Radiology. 2017;21(1).
  19. 19.0 19.1 Rajeswaran G, Turner M, Gissane C, Healy JC. MRI findings in the lumbar spines of asymptomatic elite junior tennis players. Skeletal radiology. 2014 Jul;43(7):925-32.
  20. Bezuglov E, Khaitin V, Lazarev A, Brodskaia A, Lyubushkina A, Kubacheva K, Waśkiewicz Z, Petrov A, Maffulli N. Asymptomatic foot and ankle abnormalities in elite professional soccer players. Orthopaedic Journal of Sports Medicine. 2021 Jan 29;9(1):2325967120979994.
  21. 21.0 21.1 21.2 Gatt I, Smith-Moore S, Steggles C, Loosemore M. The Takei handheld dynamometer: An effective clinical outcome measure tool for hand and wrist function in boxing. Hand. 2018 May;13(3):319-24.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles