La réadaptation du diaphragme

Éditeur original Carin Hunter à partir du cours de Rina Pandya
Principaux contributeursCarin Hunter, Jess Bell et Kim Jackson

Introduction(edit | edit source)

La réadaptation est une partie essentielle du rétablissement, et pour les physiothérapeutes, elle fait partie intégrante du plan de traitement. Cependant, ce muscle est souvent négligé dans le plan de réadaptation des patients ayant subit une blessure impliquant un dommage au diaphragme, ou qui ont été placés sous ventilateur. Le diaphragme, qui est le principal muscle respiratoire, travaille constamment tout au long de la journée, et effectue de nombreux types de respirations et de retenues d’air différentes. Le réentraînement du diaphragme est donc crucial pour un fonctionnement optimal.

Causes de dysfonctionnement du diaphragme ( éditer | source d’édition )

Certaines causes de dysfonctionnement du diaphragme sont présentées ci-dessous :

Diagnostics chirurgicaux ( éditer | source d’édition )

  • Hernie diaphragmatique congénitale : Un ou plusieurs organes abdominaux d’une personne (c’est-à-dire l’estomac, la rate, le foie, les intestins) remontent dans la poitrine à travers une partie défectueuse du diaphragme. Les hernies congénitales sont considérées comme une urgence médicale et nécessitent une intervention chirurgicale rapide.(1)
  • Hernie diaphragmatique acquise (HDA) : Habituellement causée par une blessure pénétrante (p. ex. blessure par balle, coup de couteau) ou une blessure contondante (p. ex. chute, accident de la route). Les blessures pénétrantes sont une cause beaucoup plus fréquente de rupture du diaphragme avec hernie subséquente que les blessures contondantes.(2)

Atrophie du diaphragme secondaire à une ventilation mécanique ( éditer | source d’édition )

  • Après qu’une personne ait été sous ventilation mécanique pendant une longue période, elle peut subir une atrophie de désuétude. Ce phénomène est dû à une diminution de la synthèse des protéines, (3) une augmentation de la protéolyse(4) ou une combinaison de ces deux facteurs après la ventilation mécanique.
  • Le stress oxydatif est « défini comme une perturbation de l’équilibre entre la production d’espèces réactives de l’oxygène (radicaux libres) et les défenses antioxydantes ».(5) Le stress oxydatif commence à se manifester dans les six heures suivant la ventilation mécanique continue et il est lié au dysfonctionnement et à la faiblesse du diaphragme.(6) Ce phénomène se produit également dans les muscles squelettiques, mais il met plus de temps à s’y installer.(7)
  • Une étude réalisée en 2017 par Grosu et Lee (8) a conclu qu’il n’y avait pas de relation entre les changements d’épaisseur du diaphragme et le résultat de l’extubation.(8) Cependant, Goligher et al.(9) sont parvenus à la conclusion que l’atrophie diaphragmatique qui s’est développée alors qu’un patient était sous ventilation mécanique avait une forte influence sur le résultat clinique : « Cibler un niveau d’effort inspiratoire similaire à celui des sujets sains au repos pourrait permettre de retirer la ventilation plus rapidement chez le patient. »(9)
  • Un certain nombre d’études soulignent les avantages d’une réadaptation précoce en soins intensifs. Une réadaptation précoce peut réduire le nombre de dysfonctionnements causés par la ventilation mécanique et faciliter l’extubation du patient.(10)
  • L’Échelle d’évaluation manuelle du diaphragme (EMD), appelée « Manual Evaluation Diaphragm en anglais », (11) est la seule échelle d’évaluation au monde à générer une valeur décrivant la mobilité du diaphragme.
    • L’échelle EMD a été conçue pour utiliser les compétences du thérapeute en matière de palpations pendant l’évaluation. Il s’agit donc du premier outil d’évaluation non-instrumental conçu pour évaluer la fonction du diaphragme.
    • Veuillez lire l’article suivant (en anglais) pour plus d’informations sur l’Échelle d’évaluation manuelle du diaphragme. (12)

Techniques pour renforcer le diaphragme ( éditer | source d’édition )

  1. Respiration avec sac de sable
  2. Respiration profonde de la poitrine
  3. Respiration en soufflet
  4. Respiration d’étirement intercostal
  5. Respiration diaphragmatique ciblée
  6. Étirements du diaphragme
  7. Activation du muscle transverse de l’abdomen
  8. Respiration de paille
  9. Pose du chat et de la vache (13)

1. Respiration avec sac de sable ( éditer | modifier la source )

Le patient est allongé en position couchée (figure 1). Leur colonne vertébrale doit être droite (c’est-à-dire qu’elle ne doit pas être courbée d’un côté ou de l’autre). Un sac de sable est placé sur le ventre du patient.

Aidez le patient à établir un rythme de respiration calme en utilisant les trois étapes suivantes : (13)

  1. Essayez de ressentir votre souffle circuler vers l’intérieur et vers l’extérieur, de façon répétée.
  2. Laisser votre abdomen devenir souple et essayez de le sentir monter à l’inspiration et descendre à l’expiration.
  3. Laissez votre souffle circuler et ne faites pas de pause entre les respirations.

2. Respiration profonde de la poitrine ( éditer | source d’édition )

Le patient doit s’asseoir sur le sol et placer deux blocs de yoga sur le sol derrière lui. Un bloc devrait être posé à plat et l’autre devrait être à hauteur moyenne. Le patient doit ensuite poser ses omoplates sur le bloc à plat et sa tête sur le bloc de hauteur moyenne, comme indiqué sur la figure 2. Il faut leur demander de détendre leurs bras de chaque côté, les paumes vers le haut, et d’étirer leurs jambes devant eux. Dans cette position, ils doivent inspirer profondément et permettre à leur poitrine de se soulever complètement.(13)

Sur l’expiration, le patient doit laisser son ventre descendre en premier, suivi du diaphragme, puis des poumons et enfin de la poitrine. Cet exercice doit être répété neuf fois avec une respiration régulière entre chaque répétition.(13)

Une respiration thoracique profonde permet d’améliorer le tonus du diaphragme et des muscles intercostaux.(13)

3. Respiration en soufflet ( éditer | modifier la source )

La respiration en soufflet est considérée comme un exercice de respiration détoxifiant. Pour réaliser cet exercice, le patient doit être en position assise. Une fois à l’aise, le patient doit inspirer par le nez. Sur l’expiration, il doit contracter les muscles de l’estomac et forcer l’expiration. Ce schéma respiratoire doit être effectué pendant 30 secondes, en augmentant progressivement le rythme.(13)

4. Respiration d’étirement intercostal ( éditer | modifier la source )

Pour effectuer une respiration d’étirement intercostal, le patient commence en position debout. Demandez-leur de tendre les deux bras au-dessus de leur tête. D’inspirer profondément et sur l’expiration, ils doivent tendre les deux bras vers la droite. Cela permet d’étirer les muscles intercostaux du côté gauche de leur corps. En inspirant, ils doivent revenir au centre.(13)

À l’expiration suivante, ils doivent tendre leurs bras vers la gauche, créant ainsi un étirement des muscles intercostaux droits. Répétez deux fois de plus de chaque côté.(13)

5. Respiration diaphragmatique ciblée ( éditer | modifier la source )

Lorsqu’il entreprend une respiration diaphragmatique ciblée, le patient doit d’abord comprendre où se trouve exactement son diaphragme. Prenez leurs doigts et placez-les sur le bas de leur sternum. Demandez-leur de prendre quelques respirations et de sentir leur diaphragme bouger sous leurs doigts.(13)

Pour effectuer cet exercice de respiration, le patient doit contracter les muscles du ventre et garder les doigts sur le diaphragme. Inspirez et expirez plusieurs fois en vous concentrant sur le mouvement du diaphragme. Cet exercice permet de prendre conscience du diaphragme et de le tonifier.(13)

6. Étirements du diaphragme ( edit | edit source )

Pour effectuer un étirement du diaphragme, (14) le patient doit commencer en décubitus dorsal, en flexion hanche-genou de 90/90. Placez les talons des mains du patient sur ses cuisses proximales (près des plis de la hanche). Il doit effectuer quelques respirations détendues par le nez.(15)

Après une inspiration profonde et une expiration complète, le patient doit pousser ses mains sur ses cuisses. A ce stade, il doit penser à inhaler sans pour autant inspirer d’air. Demandez-leur ensuite de rentrer leur ventre et de gonfler leurs côtes, ce qui crée un vide. Le patient doit ensuite bouger légèrement sa colonne vertébrale et son bassin en flexion et en extension. L’introduction de déplacements latéraux augmentera également l’étirement de différentes parties du diaphragme. Il doit ensuite respirez normalement pendant un ou deux cycles et répétez cinq fois.(15)

7. Activation du muscle transverse de l’abdomen ( éditer | modifier la source )

Lors de l’activation du muscle transverse de l’abdomen, (14) le patient doit être allongé sur le dos, les genoux pliés. Il doit positionner ses pieds à la largeur des hanches et placer un bloc dans le sens de la longueur entre les cuisses. Assurez-vous que le bassin et le bas du dos sont en position neutre. Demandez-leur de placer le bout de leurs doigts sur leur bas-ventre (c’est-à-dire juste entre leurs épines iliaques antéro-supérieures).(15)

À l’expiration, demandez au patient d’abaisser son nombril, d’engager son plancher pelvien et de serrer le bloc entre ses cuisses. Pendant ce mouvement, il doit sentir le muscle transverse de l’abdomen se contracter sous le bout des doigts. Il est essentiel que le patient maintienne une colonne vertébrale neutre pendant que son ventre descend. À l’inspiration, le ventre doit se détendre et s’assouplir. Ce mouvement doit être effectué plusieurs fois, afin que le patient puisse apprendre à reconnaître l’activation profonde des muscles stabilisateurs.(15)

En guise de progression, l’exercice ci-dessus peut être répété, mais à la fin de l’expiration, demandez au patient de soulever les deux pieds à 2 cm du sol. Cette position est maintenue pendant l’inspiration, avant qu’ils ne reposent leurs pieds au sol.(15)

8. Respiration de paille ( éditer | source d’édition )

Pour cet exercice, demandez à votre patient de tenir une paille entre ses lèvres. Il doit inspirer par le nez et expirer par la paille. En expirant à travers une longue paille, l’expiration sera plus longue que l’inspiration.(15)

9. Pose du chat et de la vache ( éditer | modifier la source )

Commencez cet exercice en vous installant le patient à 4 pattes. Demandez au patient d’inspirer par le nez et d’expirer par la bouche. Lorsque le patient inspire, demandez-lui d’abaisser son ventre vers le sol en arquant dos.(13)(16)

À l’expiration, demandez-lui d’arrondir le dos et de ramener le menton vers la poitrine. Il doit garder cette position durant toute l’expiration. Le patient doit être encouragé à faire une pause de cinq secondes à la fin de l’expiration, en gardant toujours la position arrondie. Après cela, il peut à nouveau respirer par le nez.(13) (16)

8. Étirements du diaphragme en position debout ( éditer | modifier la source )

Cet étirement cible principalement les fibres situées entre la 12e côte et le tendon central le long de l’intérieur de la cage thoracique, ce que l’on appelle la zone d’apposition.

Demandez au patient de se tenir dans une position confortable. Pour étirer le côté gauche du diaphragme, le patient doit lever le bras gauche au-dessus de sa tête et placer la main droite sur les côtes inférieures gauches.(17)

À l’expiration, le client doit se positionner en flexion latérale droite de la colonne vertébrale. Le diaphragme s’allonge alors en raison de l’expiration et de la distance accrue entre le sommet du diaphragme et la 12e côte.(17)

Le patient doit ensuite inspirer tout en revenant à la position initiale. Ce mouvement doit être répété cinq fois.(17)

Les figures ci-dessous illustrent l’étirement du diaphragme en position debout.(13)

Pour progresser dans l’exercice, suivez les étapes suivantes : (17)

  • Étape 1 : Pour augmenter l’étirement, demandez au patient de pousser doucement sur les côtes gauches 7 à 12 avec sa main droite. Ce mouvement est ensuite répété sur le côté droit (cinq fois de chaque côté). Chaque fois que le patient se déplace sur le côté, il doit expirer. En revenant à la position verticale, il doit inspirer.(17)
  • Étape 2 : Pour terminer cet étirement, le patient doit lever les deux bras et joindre les mains. Il doit fléchir latéralement vers la droite, puis vers la gauche. En expirant lors de la flexion latérale et en inspirant lors du retour à la verticale. Le patient doit se déplacer de chaque côté quatre fois.(17)

Techniques de respiration supplémentaires ( éditer | source d’édition )

Techniques de respiration Pranayama ( edit | edit source )

Respiration Ujjayi ( éditer | modifier la source )

Respiration en soufflet ( éditer | source d’édition )

Relâchement du diaphragme ( éditer | éditer la source )

Relâchement myofasciale pour le diaphragme ( éditer | source d’édition )

Références(edit | edit source)

  1. Petrosyan M, Shah AA, Chahine AA, Guzzetta PC, Sandler AD, Kane TD. Congenital paraesophageal hernia: Contemporary results and outcomes of laparoscopic approach to repair in symptomatic infants and children. Journal of pediatric surgery. 2019 Jul 1;54(7):1346-50.
  2. Newbury A, Dorfman JD, Lo HS. Imaging and management of thoracic trauma. InSeminars in Ultrasound, CT and MRI 2018 Aug 1 (Vol. 39, No. 4, pp. 347-354). WB Saunders.
  3. Ku Z, Yang JI, Menon VA, Thomason DB. Decreased polysomal HSP-70 may slow polypeptide elongation during skeletal muscle atrophy. American Journal of Physiology-Cell Physiology. 1995 Jun 1;268(6):C1369-74.
  4. Bodine SC, Latres E, Baumhueter S, Lai VK, Nunez L, Clarke BA, Poueymirou WT, Panaro FJ, Na E, Dharmarajan K, Pan ZQ. Identification of ubiquitin ligases required for skeletal muscle atrophy. Science. 2001 Nov 23;294(5547):1704-8.
  5. Betteridge DJ. What is oxidative stress?. Metabolism. 2000 Feb 1;49(2):3-8.
  6. Zergeroglu MA, McKenzie MJ, Shanely RA, Van Gammeren D, DeRuisseau KC, Powers SK. Mechanical ventilation-induced oxidative stress in the diaphragm. Journal of applied physiology. 2003 Sep;95(3):1116-24.
  7. Kondo HI, Miura MI, Nakagaki IK, Sasaki SA, Itokawa YO. Trace element movement and oxidative stress in skeletal muscle atrophied by immobilization. American Journal of Physiology-Endocrinology And Metabolism. 1992 May 1;262(5):E583-90.
  8. 8.0 8.1 Grosu HB, Ost DE, Im Lee Y, Song J, Li L, Eden E, Rose K. Diaphragm muscle thinning in subjects receiving mechanical ventilation and its effect on extubation. Respiratory care. 2017 Jul 1;62(7):904-11.
  9. 9.0 9.1 Goligher EC, Dres M, Fan E, Rubenfeld GD, Scales DC, Herridge MS, Vorona S, Sklar MC, Rittayamai N, Lanys A, Murray A. Mechanical ventilation–induced diaphragm atrophy strongly impacts clinical outcomes. American journal of respiratory and critical care medicine. 2018 Jan 15;197(2):204-13.
  10. Dong Z, Liu Y, Gai Y, Meng P, Lin H, Zhao Y, Xing J. Early rehabilitation relieves diaphragm dysfunction induced by prolonged mechanical ventilation: a randomised control study. BMC pulmonary medicine. 2021 Dec;21(1):1-8.
  11. Bordoni B, Morabito B. The Diaphragm Muscle Manual Evaluation Scale. Cureus. 2019 Apr;11(4).
  12. Bordoni B, Morabito B. The Diaphragm Muscle Manual Evaluation Scale. Cureus. 2019;11(4):e4569.
  13. 13.00 13.01 13.02 13.03 13.04 13.05 13.06 13.07 13.08 13.09 13.10 13.11 13.12 Pandya R. Rehabilitating the Diaphragm Course. Physioplus, 2022
  14. 14.0 14.1 Rathore M, Trivedi S, Abraham J, Sinha MB. Anatomical correlation of core muscle activation in different yogic postures. International Journal of Yoga. 2017 May;10(2):59.
  15. 15.0 15.1 15.2 15.3 15.4 15.5 Bech-Hanssen G, ed. Why Your Diaphragm Could Be the Core Strength Game-Changer You’ve Overlooked. yoga journal; Sep 28, 2018 ORIGINAL:Nov 7, 2017.
  16. 16.0 16.1 Yoga by Candace. Cat/Cow Variation. Available from: https://www.yogabycandace.com/blog/cat-cow-variation-back-pain (accessed 13/02/2022).
  17. 17.0 17.1 17.2 17.3 17.4 17.5 Franklin E. Breathing for peak performance. Human Kinetics. Available from: https://us.humankinetics.com/blogs/excerpt/strengthening-and-stretching-routine-for-the-diaphragm (accessed 13/02/2022).


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles