Qu’est-ce que la réadaptation en situation de catastrophe de conflit ?

Bienvenue au projet de développement de contenu pour le cours de La réadaptation dans des situations de catastrophe et de conflitt. S’il vous plaît, n’éditez pas à moins que vous ne soyez impliqué dans ce projet, en revanche, revenez dans un avenir proche pour vérifier les nouvelles informations ! Si vous souhaitez vous impliquer dans ce projet et obtenir une accréditation pour vos contributions, veuillez prendre contact avec nous!

Rédacteurs originaux –   User Name

Principaux contributeursNaomi O’Reilly      

Introduction[edit | edit source]

La réadaptation est un concept largement discuté dans le monde. Ce n’est pas du tout surprenant puisque plus d’un milliard de personnes vivent aujourd’hui avec une forme de handicap, ce qui représente plus de 15 % de la population mondiale. Par ailleurs, 2,41 milliards d’individus dans le monde vivent avec des conditions qui ont un impact sur leurs fonctions au quotidien et bénéficieraient de services de réadaptation. Cela équivaut à 1 individu sur 3 nécessitant des services de réadaptation tau cours de sa maladie ou de sa blessure.[1] Fondamentalement, la réadaptation se base sur la philosophie selon laquelle chaque individu a la tendance et le droit inhérents d’être un expert dans ses propres soins de santé,[2]et constitue l’une des principales stratégies de santé de l’Organisation mondiale de la Santé, qui définit la réadaptation comme « un ensemble de mesures qui aident les personnes souffrant ou susceptibles de souffrir d’un handicap à atteindre et à maintenir un fonctionnement optimal en interaction avec leur environnement ». [3]

L’impact du contexte[ edit | edit source ]

L’un des facteurs les plus importants en matière de réadaptation est l’impact des facteurs contextuels, notamment le contexte général dans lequel la réadaptation a lieu. Nous savons que l’environnement est connu pour avoir un impact significatif sur le traitement en général. Par conséquent, les circonstances entourant la réadaptation, de la situation avant, pendant et après l’événement menant à une perte de fonction est un facteur important à considérer tout au long du processus de réadaptation.[1] [1]Le contexte dans lequel se déroule la réadaptation influence aussi grandement la gamme et la disponibilité des services de réadaptation et leur utilisation.

Despite disasters and conflicts being challenging contexts, rehabilitation has been integrated into the emergency responses within these contexts since the first world war, albeit traditionally only considered at the later stages of response. Grâce aux progrès réalisés en matière d’intervention, de gestion et de soins post-médicaux en situations de catastrophe, les taux de mortalité élevés ont progressivement cédé la place à des taux de morbidité plus élevés. Lors de catastrophes plus récentes, telles que le tremblement de terre au Népal en 2015 et l’explosion à Beyrouth, au Liban, en 2020, on a constaté un changement définitif dans ce domaine, le concept de « réadaptation anticipée » se positionnant fermement dans la phase initiale d’intervention d’urgence. Dans les situations d’urgence humanitaire, comme pendant ou après un conflit ou une catastrophe, le besoin de services en réadaptation fonctionnelle de base est criant et essentiel pour prévenir les handicaps et améliorer la vie des personnes handicapées.[4]

Définir la réadaptation anticipée[ edit | edit source ]

Le concept de réadaptation anticipée n’est pas nouveau, mais il a été initialement développé dans les hôpitaux de soins primaires en réponse à un nombre croissant de patients survivant à des maladies et des blessures graves. Il est désormais considéré comme une norme de soins dans ces contextes en raison de la réduction des séjours à l’hôpital, de la diminution des coûts globaux et de l’amélioration des résultats de santé avec une probabilité réduite d’invalidité à long terme. [5]

Bien qu’il ait été difficile de définir exactement ce qu’est la réadaptation anticipée et quand elle doit commencer dans les situations de conflit et de catastrophe, il est désormais reconnu que la réadaptation anticipée fait partie intégrante du rétablissement d’un patient dans les situations de conflit et de catastrophe. On considère désormais que la réadaptation précoce commence au moment de la blessure initiale et au début des soins aigus. Il a été démontré qu’elle permet de prévenir ou de réduire les complications, d’accélérer le rétablissement, d’optimiser le potentiel de récupération fonctionnelle à long terme et la qualité de vie, de réduire la durée du séjour à l’hôpital, d’assurer des liens avec les services permanents et la continuité des soins.[4]

La réadaptation anticipée peut inclure la distribution d’appareils de mobilité, le traitement des brûlures aiguës et la pose d’attelles, le traitement péri-opératoire des fractures et des amputations, la prévention de complications liées aux lésions de la colonne vertébrale et des nerfs, la mobilisation précoce et les soins respiratoires, l’éducation du patient et de l’aidant, la prise en charge de la douleur et la planification ou la coordination des sorties anticipées. Les professionnels de la réadaptation doivent donc posséder des compétences dans un large éventail de domaines cliniques et doivent être en mesure de relever des défis tels que les afflux importants de patients, les équipements limités et les présentations cliniques complexes dans les situations de catastrophe et de conflit.[6]. D’autres aspects à prendre en compte, notamment pour les populations vulnérables telles que les enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées, sont les suivants : [1]

  • La collaboration et la gestion
  • Le renforcement des capacités
  • Les soins multidisciplinaires centrés sur la personne
  • L’amélioration de la communication
  • La participation active des survivants de catastrophes et de conflits / des familles / des partenaires communautaires
  • Renforcer l’information fondée sur des données probantes, l’éducation et l’accès à l’information
  • Soutenir l’éducation et renforcer le service de réadaptation à base communautaire

Les défis[edit | edit source]

Dans les situations de catastrophe et de conflit, les systèmes de santé locaux sont généralement débordés, endommagés ou détruits, et peuvent souvent être en sous-effectif du fait que le personnel de santé est lui-même blessé ou tué, ce qui entraîne une gestion médicale ou chirurgicale des blessures sous-optimale ou adaptée, avec un accès limité aux services, tels que l’imagerie ou la chirurgie spécialisée ou les fournitures médicales, y compris les équipements de réadaptation. Parmi les autres défis qui ont un impact sur le traitement des patients et leur libération sécuritaire, citons les systèmes de dossiers endommagés ou détruits, les domiciles des patients endommagés, détruits ou inaccessibles, ainsi que les risques permanents liés aux dangers persistants ou à la poursuite des conflits armés, le tout sur un fond de traumatisme psychologique.[7]

Les lignes directrices[edit | edit source]

Les professionnels de la réadaptation sont confrontés à des défis uniques liés aux traumatismes complexes, à l’augmentation des blessures et à la rareté des ressources, que beaucoup n’ont jamais rencontrés auparavant. Des conseils pratiques pour assurer une réadaptation anticipée de qualité dans ces situations sont essentiels si l’on veut que la réponse aux conflits et aux catastrophes évolue au-delà de son mandat de sauvetage de vies et de membres pour dispenser des soins qui maximisent les résultats des patients. Les professionnels de la réadaptation doivent être dotés des connaissances et des compétences nécessaires pour répondre aux besoins des patients et faire face aux exigences de l’intervention médicale d’urgence.[4]

La réadaptation anticipée est désormais ancrée dans les directives internationales, incluant le manuel Sphère : La Charte humanitaire et les standards minimum de l’intervention humanitaire ainsi que Les normes et recommandations de l’Organisation mondiale de la santé relatives aux équipes médicales d’urgence pour la réadaptation, lancées en 2016. Voilà qui signale également des progrès significatifs dans la reconnaissance à la fois du rôle que jouent les professionnels de la réadaptation et de la nécessité d’une réadaptation anticipée, qui reste un domaine émergent mais en pleine expansion.[9] L’article 11 de la convention des Nations Unies (ONU) sur les droits des personnes handicapées, pour sa part, stipule que les interventions de réadaptation doivent avoir lieu au cours de la réponse anticipée aux catastrophes. [10]

Résumé[edit | edit source]

Dans les contextes de catastrophes et de conflits, la réadaptation anticipée est une composante essentielle des soins cliniques et de la prestation de soins de santé dès le début de l’événement. Elle est indispensable pour atténuer l’héritage considérable d’invalidité qui suit une recrudescence des blessures traumatiques et l’exacerbation des conditions médicales chroniques, avec des conséquences dévastatrices pour les individus, les familles et les communautés qui résultent d’un accès insuffisant à la réadaptation anticipée.

Ressources[edit | edit source]

Les lignes directrices[edit | edit source]

Réadaptation anticipée dans les situations de conflit et de désastre[ edit | edit source ]

Réadaptation en situation de catastrophe soudaine[ edit | edit source ]

Références [edit | edit source]

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 Duttine A, Battello J, Beaujolais A, Hailemariam M, Mac-Seing M, Mukangwije P, et al. Introduction to Rehabilitation Factsheet. Handicap International. 2016. Available from: https://humanity-inclusion.org.uk/sn_uploads/document/2017-02-factsheet-rehabilitation-introduction-web_1.pdf [Accessed on 8 January, 2020]. Cite error: Invalid <ref> tag; name « :0 » defined multiple times with different content
  2. Gender AR. Scope of rehabilitation and rehabilitation nursing. Chin P, Finocchiaro D. Rosebrough, A. Rehabilitation nursing practice. New york: McGraw-Hill,.1996.
  3. World Health Organization. World Report on Disability 2011. Geneva: World Health Organization, 2011. Rehabilitation.
  4. 4.0 4.1 4.2 Lathia C, Skelton P, Clift Z. Early rehabilitation in conflicts and disasters. Handicap International: London, UK. 2020.
  5. Leistner K, Stier-Jarmer M, Berleth B, Braun J, Koenig E, Liman W, Lüttje D, Meindl R, Pientka L, Weber G, Stucki G. Early rehabilitation care in the hospital–definition and indication. Results of the expert group » Early Rehabilitation Care in the Hospital ». Die Rehabilitation. 2005 Jun 1;44(3):165-75.
  6. WHO. Early rehabilitation in conflict and disasters
  7. Lathia C, Skelton P, Clift Z. Early rehabilitation in conflicts and disasters. Handicap International: London, UK. 2020.
  8. IComité international de la Croix-Rouge (CICR). A life-saving intervention | Mental Health in Violence & War. Available from: https://youtu.be/MNvxrsWBWGA[last accessed 27/02/2022]
  9. Lathia C, Skelton P, Clift Z. Early rehabilitation in conflicts and disasters. HI. Accessed from Humanity–Inclusion-Clinical-Handbook.
  10. Mousavi G, Ardalan A, Khankeh H, Kamali M, Ostadtaghizadeh A. Physical rehabilitation services in disasters and emergencies: A systematic review. Iranian Journal of Public Health. 2019 May;48(5):808.
  11. Early Rehabilitation in Conflicts and Disasters. Early Rehabilitation in Conflicts and Disasters: What is Early Rehabilitation?. Available from: https://youtu.be/BdHpvTGdnAA[last accessed 30/06/2021]

 


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles