Comprendre la migration et le déplacement

Éditeur originalNaomi O’Reilly

Principaux contributeursNaomi O’Reilly, Kim Jackson, Jess Bell, Carin Hunter et Shaimaa Eldib

Introduction(edit | edit source)

La migration est définie comme le déplacement de personnes hors de leur lieu de résidence habituel, que ce soit à travers une frontière internationale ou à l’intérieur d’un État. Il peut être perçu à la fois avec des connotations positives (par exemple, se déplacer pour commencer un nouvel emploi, rechercher de meilleures conditions de vie) ou avec des connotations négatives (par exemple, échapper à l’oppression politique, à un conflit, à la violence, à une catastrophe ou à des violations des droits de l’homme). Elle s’accompagne généralement d’un changement important dans le cadre culturel des migrants et de la communauté d’accueil.(1) Selon le portail de données sur les migrations, il y avait 280,6 millions de migrants dans le monde à la fin de l’année 2020.(2) Une migration peut commencer à l’intérieur du pays, mais traverse souvent les frontières internationales, tout comme la migration internationale peut un jour revenir au pays d’origine.

Un déplacement est spécifiquement le mouvement de personnes ayant été forcées ou contraintes de fuir ou de quitter leur foyer ou leur lieu de résidence habituelle, notamment en raison d’un conflit armé, de situations de violence généralisée, de violations des droits de l’homme ou de catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme ou pour en éviter les effets.(3) Les personnes déplacées se sont répandues tout au long de l’histoire suite aux catastrophes naturelles ou causées par l’homme, au changement climatique, aux conflits, aux guerres, aux persécutions et à l’instabilité politique. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), à la fin de l’année 2021, 89,3 millions de personnes dans le monde ont dû fuir leur foyer en raison de persécutions, de conflits, de violences, de violations des droits de l’homme ou d’événements troublant gravement l’ordre public. Ce chiffre comprend 27,1 millions de réfugiés, 53,2 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays et plus de 4,6 millions de demandeurs d’asile. Il y a actuellement plus de personnes déplacées dans le monde qu’il n’y en a jamais eu depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.(4)

Il existe un large éventail de terminologies relatives à la circulation des personnes, les termes étant souvent mélangés et parfois utilisés de manière interchangeable. Bien que la décomposition de la terminologie puisse ne pas sembler importante, il est de plus en plus reconnu que le langage façonne notre perception de la réalité. Ainsi, les mots que nous utilisons pour parler de migration ont un effet sur la façon dont nous pensons à la migration, parlons de migration et agissons par rapport à la migration. Une bonne compréhension de ces différents termes est importante afin de comprendre le déplacement et son impact sur l’individu, la famille et la communauté. (3)

Migration(edit | edit source)

Les types de migration ( edit | edit source )

  1. Migration interne
    • « Mouvement de personnes à l’intérieur d’un État aux fins d’y établir une nouvelle résidence, temporaire ou permanente. (…) Les mouvements migratoires internes peuvent être temporaires ou permanents et incluent les personnes qui ont été déplacées de leur lieu de résidence habituel, telles que les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays, ainsi que les personnes qui décident de s’installer dans un nouveau lieu, comme dans le cas de la migration rurale-urbaine. Le terme couvre également les ressortissants et les non-ressortissants qui se déplacent à l’intérieur d’un État, à condition qu’ils s’éloignent de leur lieu de résidence habituel ».(3)
  2. Migration internationale
    • « Mouvement de personnes qui quittent leur lieu de résidence habituelle pour se rendre dans un pays dont elles n’ont pas la nationalité, franchissant par conséquent une frontière internationale. » Comme pour la migration interne, elle peut être temporaire ou permanente et inclut les personnes déplacées de leur « lieu de résidence habituel » et celles qui ont choisi de s’installer dans un nouveau pays. Elle exclut les mouvements dus aux « loisirs, vacances, visites à des amis et parents, déplacements d’affaires, pour traitements médicaux ou pèlerinages religieux ».(3)

Les raisons de la migration ( éditer | éditer la source )

  1. Migration climatique
    • « Mouvement d’une personne ou d’un groupe de personnes qui, essentiellement pour des raisons liées à une modification soudaine ou progressive de l’environnement en raison du changement climatique, sont contraintes de quitter leur lieu de résidence habituelle, ou le quittent de leur propre initiative, temporairement ou définitivement, pour se rendre ailleurs sur le territoire d’un État ou par‑delà une frontière internationale. »(3)
  2. Migration de main-d’œuvre
    • « Mouvement de personnes entre deux États ou à l’intérieur de leur pays de résidence pour des besoins d’emploi. (3) Cela inclut donc les migrants se déplaçant à l’intérieur du pays par delà une frontière internationale. (3)
  3. Migration irrégulière
    • « Mouvement de personnes contrevenant aux lois, aux réglementations ou aux accords internationaux qui régissent l’entrée ou la sortie du pays d’origine, de transit ou de destination. » (3) C’est un terme généralement utilisé pour « identifier les personnes se déplaçant en dehors des circuits migratoires réguliers ». Ces migrants n’ont peut-être pas eu d’autre choix que d’utiliser ces voies de migration irrégulière. Il peut s’agir de demandeurs d’asile, de victimes de la traite d’êtres humains ou d’enfants migrants non accompagnés.(3)
  4. Migration ou déplacement forcés
    • « Mouvement migratoire non volontaire, contraint et subi, causé par divers facteurs. Le mouvement de personnes qui ont été forcées ou obligées de fuir ou de quitter leur foyer ou leur lieu de résidence habituel, notamment en raison d’un conflit armé, d’une violence généralisée, de violations des droits de l’homme ou de catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme, ou pour en éviter les effets ». (3)

Le modèle de migration de Carlos Sluzki ( éditer | edit source )

Le processus de migration peut être divisé en plusieurs étapes distinctes. Chaque étape présente des caractéristiques uniques qui déclenchent différents mécanismes d’adaptation et mettent en évidence différents types de conflits et de symptômes.(1)

  1. Stade préparatoire :
    • La première étape commence par la décision « de déménager » prise par les membres de la famille. Cette étape implique un échange de lettres, une demande de visa ou tout autre acte attestant de l’intention d’émigrer. Elle s’inscrit dans un cadre temporel varié. L’étape préparatoire est marquée par des hauts et des bas, une courte période d’euphorie suivie d’une brève période de désarroi. La mauvaise performance des individus observée à ce stade est due au résultat des efforts, des tensions et des émotions.(1)
  2. L’action migratoire :
    • Le migrant subit un périple pénible, avec peu ou pas de coutumes célébrées à l’arrivée. L’acte de migration peut prendre un temps considérable. Les personnes déplacées par la guerre peuvent être amenées à séjourner dans des camps de transition dans différents pays avant d’atteindre leur destination finale. Le mode d’exécution de l’action migratoire peut également varier considérablement.(1)
  3. Période de surcompensation :
    • Le stress consécutif à l’action migratoire ne se manifeste généralement pas dans les semaines ou les mois qui suivent la migration. La plupart du temps, les participants ne sont pas conscients de la nature stressante de l’expérience dans son ensemble et de son influence cumulative. Dans la période suivant immédiatement la migration, la priorité de la famille est sa survie absolue, donc la satisfaction des besoins fondamentaux. Le nouvel immigrant peut montrer une concentration de l’attention de la conscience claire, mais le champ de conscience global peut être flou ou nébuleux. De nombreuses familles parviennent à mettre un frein relatif au processus d’acculturation et d’adaptation pendant des mois, de sorte que les conflits tendent à rester en dormance pendant cette période.(1)
  4. Période de décompensation ou de crise :
    • C’est au cours de cette phase que s’opère le remodelage de la nouvelle réalité, de l’identité et de la compatibilité avec l’environnement. Cette étape est marquée par des conflits. Il est souvent nécessaire de conserver certaines habitudes familiales, même si elles diffèrent du nouveau contexte, mais d’abandonner sur d’autres aspects, car ceux-ci sont trop différents de la culture d’origine. Cette phase est délicate et souvent difficile, mais elle est inévitable. Elle s’insinue dans la famille et provoque des conflits. Les effets d’adaptation de la famille s’expriment au cours des mois, voire des années, qui suivent la migration.(1)
  5. Impact transgénérationnel :
    • Le retard dans le mécanisme d’adaptation devient évident dans la deuxième génération de familles migrantes. Un environnement similaire au pays d’origine ralentit généralement les changements adaptatifs, et aucune conséquence n’est observée si la deuxième génération se socialise dans cet environnement isolé. Cependant, si le processus de socialisation se déroule dans des habitats divers, tout ce qui a été évité par la première génération apparaîtra dans la seconde. Cela se traduit généralement par un conflit entre les générations, qu’on appelle le conflit de valeurs intergénérationnel.(1)

La définition d’un migrant ?(edit | edit source)

Il n’existe pas de définition juridiquement acceptée du terme « migrant » au niveau international et, par conséquent, il y a des débats et des différends importants sur ce qu’est un migrant. Il existe deux points de vue principaux en ce qui concerne le terme « migrant » : le point de vue inclusif reconnaît les migrants comme des personnes qui ont quitté leur lieu de résidence habituel, indépendamment de leur statut juridique et des raisons qui les ont poussés à se déplacer ; le point de vue résiduel considère les migrants comme ceux qui ont quitté leur lieu de résidence habituel pour quelque raison que ce soit autres que les personnes fuyant la guerre ou les persécutions. (5)

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) des Nations unies utilise un point de vue inclusif qui considère le migrant comme un terme générique désignant toute personne qui quitte son lieu de résidence habituelle pour s’établir, soit dans une autre région à l’intérieur d’un même pays, soit dans un autre pays, franchissant ainsi une frontière internationale, quel que soit le statut juridique de la personne, que le mouvement soit involontaire ou volontaire, peu importe pour quelle raison et la durée du séjour.(3)

Toutefois, la Convention internationale des Nations unies sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille (6) et l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (7) utilisent un point de vue résiduel. Le terme « migrant » désigne uniquement les situations dans lesquelles la décision d’émigrer est prise librement par l’individu concerné, pour des raisons de « convenance personnelle », afin d’améliorer sa vie et son niveau de vie en trouvant un emploi, en cherchant une meilleure éducation ou en retrouvant sa famille, sans intervention d’un facteur extérieur contraignant dû à une menace directe ou à des persécutions. (8)

Figure.1 Signification du terme migrant (8)

Déplacement ou migration forcée ( éditer | éditer la source )

La migration forcée ou le déplacement désigne le « mouvement de personnes ayant été forcées ou contraintes de fuir ou de quitter leur foyer ou leur lieu de résidence habituelle, notamment en raison d’un conflit armé, de situations de violence généralisée, de violations des droits de l’homme ou de catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme ou pour en éviter les effets. »(3) Cette migration peut se faire soit à l’intérieur de leur propre pays, soit d’un pays à un autre après avoir été déplacés de leur pays d’origine. Il existe des différences entre les différents types de personnes déplacées, que nous examinerons ci-dessous.

Personne déplacée à l’intérieur de son pays ( éditer | edit source )

Selon les principes directeurs des Nations unies relatifs au déplacement de personnes à l’intérieur de leur propre pays, une personne déplacée à l’intérieur de son propre pays est « une personne ou un groupe de personnes qui ont été forcées ou obligées de fuir ou de quitter leur foyer ou leur lieu de résidence habituel, notamment en raison d’un conflit armé, de situations de violence généralisée, de violations des droits de l’homme ou de catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme, ou pour en éviter les effets, et qui n’ont pas franchi les frontières internationalement reconnues d’un État ».(9) La définition de la personne déplacée comporte deux éléments importants : le mouvement est involontaire et a lieu à l’intérieur des frontières nationales. La prévention des déplacements forcés et la protection des personnes déplacées relèvent de la responsabilité première des autorités nationales.

Bien qu’elles soient souvent considérées comme des réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays n’entrent pas dans la définition juridique du réfugié, car elles conservent tous les droits et garanties des citoyens et autres résidents habituels de leur pays d’origine et restent sous la protection du gouvernement de ce dernier. Dans de nombreux cas, le déplacement est le fait du gouvernement. Cela peut rendre les personnes déplacées plus vulnérables à de nouveaux déplacements et à d’autres risques de protection, tels que le manque d’accès aux services de base, la séparation des familles, la violence sexuelle et sexiste, la traite, la discrimination et le harcèlement. (10) (11)

Selon l’Observatoire des situations de déplacements internes (IDMC), on comptait 59,1 millions de personnes déplacées à la fin de l’année 2021, dont 53,2 millions à la suite d’un conflit, de violences ou de violations des droits de l’homme et 5,9 millions à la suite d’une catastrophe. La Syrie (6 662 000), l’Afghanistan (5 704 000), la République démocratique du Congo (5 540 000), la Colombie (5 236 400), le Yémen (4 300 000) et l’Éthiopie (4 168 000) sont les pays qui comptent le plus grand nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays. (12)

Demandeur d’asile ( éditer | éditer la source )

Un demandeur d’asile est une personne qui prétend être un réfugié, mais dont lla demande d’asile n’a pas encore fait l’objet d’une décision définitive de la part du pays d’accueil potentiel. Lorsqu’une personne fuit son pays et cherche refuge dans un autre pays, elle demande l’asile ou le droit d’être reconnue comme réfugiée et bénéficie d’une protection juridique et d’une assistance matérielle. Un demandeur d’asile doit démontrer que sa crainte d’être persécuté dans son pays d’origine est fondée. (3)

Cette personne aurait demandé l’asile au motif que le retour dans son pays d’origine l’exposerait à des persécutions en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité ou de ses convictions politiques. Une personne est un demandeur d’asile tant que sa demande est en cours d’examen. Tout demandeur d’asile n’est pas nécessairement reconnu comme réfugié à l’issue du processus, mais tout réfugié a, dans un premier temps, été demandeur d’asile. Selon le rapport « Global Trends 2021 » du HCR des Nations Unies, il y avait 4,6 millions de demandeurs d’asile dans le monde à la fin de l’année 2021.(4)

Réfugié(edit | edit source)

Un réfugié est une personne qui a été forcée de fuir son pays et de franchir une frontière internationale pour trouver la sécurité dans un autre pays en raison de persécutions, de guerres ou de violences. Un réfugié est définis par la Convention de 1951 sur les réfugiés comme : « une personne qui, craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n’a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner. »(3)(10) Les principales causes de fuite des réfugiés de leur pays d’origine sont la guerre, la violence ethnique, tribale et religieuse. Leur situation est si périlleuse qu’ils franchissent les frontières nationales pour se réfugier dans des pays voisins et tenter d’obtenir l’aide d’autres États et d’organisations humanitaires.

La détermination du statut de réfugié (DSR) est un élément essentiel de la reconnaissance du statut de réfugié. (13). Il s’agit de la procédure légale ou administrative par laquelle les gouvernements ou le HCR déterminent si une personne sollicitant une protection internationale est réfugiée au regard du droit international, régional ou national. Le processus peut être long, compliqué et certainement imparfait. Il n’existe pas encore de modèle unique pour la détermination du statut de réfugié. Les États ont la responsabilité première de déterminer le statut des demandeurs d’asile, mais le HCR des Nations Unies intervient lorsque les États ne peuvent ou ne veulent pas le faire. (13)

Selon le rapport mondial 2021 du HCR, à la fin de l’année 2021, il y avait 27,1 millions de réfugiés dans le monde, dont 69 % provenaient de cinq pays seulement : la République arabe syrienne (6,8 millions), le Venezuela (4,6 millions), l’Afghanistan (2,7 millions), le Sud-Soudan (2,4 millions) et le Myanmar (1,2 million). (14)

Personne apatride ( éditer | éditer la source )

Les apatrides ont été décrits comme des « non-personnes, des personnes non réclamées, des parias, des fantômes juridiques ou des oubliés ultimes ». Ces expressions reflètent l’impact dramatique que l’apatridie peut avoir sur la jouissance des droits de l’homme et le bien-être général d’une personne. Si le terme « apatride » peut impliquer l’absence d’État, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), la définition juridique internationale d’une personne apatride est « une personne qu’aucun État ne considère comme son ressortissant par application de sa législation. » En tant que tel, un apatride est une personne qui n’est citoyenne d’aucun pays, ce qui peut se produire pour diverses raisons, y compris des décisions ou des oublis souverains, juridiques, techniques ou administratifs, incluant :(15)

  • le transfert de territoire ou de souveraineté qui modifie le statut de nationalité de certains citoyens de l’ancien ou des anciens État(s), les laissant sans nationalité.
  • la privation arbitraire de la nationalité d’individus ou de groupes par un gouvernement.
  • des oublis administratifs, des malentendus ou des conflits de lois – par exemple lorsqu’un enfant naît dans un pays qui n’accorde la nationalité que par filiation, mais que les lois de l’État dont les parents sont ressortissants n’accordent la citoyenneté par naissance que sur leur territoire.
  • des problèmes administratifs ou procéduraux tels que des frais excessifs, des délais irréalistes, l’absence de procédures d’appel ou de révision et le fait de ne pas informer les personnes de leurs obligations en matière d’enregistrement ou autres obligations.
  • la renonciation individuelle à une nationalité sans en acquérir une autre au préalable.
  • la nationalité peut être modifiée automatiquement en cas de mariage ou de dissolution du mariage dans un couple de personnes de pays différents.
  • l’absence d’enregistrement des enfants à la naissance, de sorte qu’il n’existe aucune preuve du lieu de la naissance ou de la personne qui les a mis au monde.
  • la naissance d’une mère apatride. (15)

La citoyenneté est le lien juridique entre un gouvernement et un individu. Elle confère à l’individu certains droits politiques, économiques, sociaux et autres, ainsi que des responsabilités à la fois pour le gouvernement et le citoyen. Le HCR estime le nombre d’apatrides à 4,2 millions, bien que ce chiffre puisse être beaucoup plus élevé en raison du manque de données, les Rohingyas du Myanmar étant la plus grande population d’apatrides pour laquelle des données sont disponibles. (16) (17)

Les catégories de personnes suivantes peuvent être particulièrement exposées au risque d’apatridie lorsqu’elles ont des difficultés à établir leur nationalité :

  • les populations migrantes où les difficultés à prouver l’identité et la nationalité touchent deux générations ou plus ;
  • les personnes vivant dans les zones frontalières ;
  • les minorités et les personnes qui ont des liens perçus ou réels avec des pays étrangers ;
  • les populations nomades ou semi-nomades ;
  • les personnes qui ont fait l’objet d’une traite ou d’un trafic. (15) (18)

Traite d’êtres humains ( éditer | éditer la source )

Selon le Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, la « traite des personnes » est définie comme suit « Le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre aux fins d’exploitation. L’exploitation comprend, au minimum, l’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l’esclavage ou les pratiques analogues à l’esclavage, la servitude ou le prélèvement d’organes ». (Article 3, paragraphe (a)). (19)

La traite d’êtres humains est une autre forme de déplacement forcé. Des hommes, des femmes et des enfants de tous âges et de tous milieux peuvent être victimes de ce crime, qui se produit dans toutes les régions du monde. Les trafiquants ont souvent recours à la violence ou à des agences d’emploi frauduleuses et à de fausses promesses d’éducation et d’emploi pour tromper et contraindre leurs victimes. Les crises humanitaires telles que celles associées aux conflits ou aux catastrophes naturelles peuvent exacerber les tendances préexistantes de la traite et en susciter de nouvelles. Si certaines formes de traite peuvent être une conséquence directe des crises, comme l’exploitation sexuelle exigée par les groupes armés ou le recrutement forcé d’enfants soldats, d’autres sont moins évidentes, les trafiquants prospérant sur les pertes humaines, matérielles, sociales et économiques généralisées causées par la crise et l’incapacité des familles et des communautés à se protéger elles-mêmes et à protéger leurs enfants. (20) Les États ont l’obligation d’identifier correctement les victimes de la traite afin de garantir que leurs droits ne soient pas davantage violés et qu’elles puissent bénéficier d’une assistance, de mesures de protection et de solutions, y compris d’un soutien en matière de santé physique et mentale, d’une protection des témoins et de voies de recours. (21)

Trafic illicite de migrants ( éditer | éditer la source )

Selon le Protocole des Nations Unies contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer, le « trafic illicite de migrants » est défini comme suit : « le fait d’assurer, afin d’en tirer, directement ou indirectement, un avantage financier ou un autre avantage matériel, l’entrée irrégulière dans un État partie d’une personne qui n’est ni un ressortissant ni un résident permanent de cet État » ; (22)

Le trafic illicite de migrants touche toutes les régions du monde. Compte tenu des obstacles croissants à l’accès à la sécurité, de nombreuses personnes déplacées et d’autres personnes ayant besoin d’une protection internationale sont souvent contraintes de faire appel à des passeurs comme seul moyen de fuir les persécutions, les conflits, la violence et les violations des droits de l’homme. Le trafic n’inclut pas nécessairement une forme de force, de coercition, de tromperie ou d’abus de pouvoir, mais dans de nombreuses situations, ces éléments peuvent être présents et, chaque année, des milliers de migrants meurent des suites d’activités de trafic illicite.(23)

Conclusion(edit | edit source)

Les migrations ont toujours existé et continueront à exister dans l’avenir, mais le terme « migrants » est devenu plus politiquement chargé au fil des ans et reste un point de discussion controversé. Un débat public cohérent est difficile lorsqu’il existe de multiples définitions et que la terminologie est utilisée de manière interchangeable. Si de nombreuses personnes émigrent par choix, beaucoup d’autres le font par nécessité et beaucoup d’entre elles sont forcées de quitter leur foyer. Chaque migrant est une personne unique protégée par les droits de l’homme, tandis que certains migrants peuvent présenter des vulnérabilités spécifiques et, par conséquent, bénéficier de droits particuliers en raison de ce qu’ils sont ou de ce qu’ils ont vécu, par exemple les enfants, les personnes handicapées, les survivants de la traite d’êtres humains, les apatrides et les réfugiés. L’utilisation du terme « migrants » comme étiquette pour tous devrait toujours aller de pair avec la reconnaissance et la protection des droits de chacun des groupes spécifiques identifiés ci-dessus.

« Il est important de comprendre les antécédents de la personne déplacée, car chacun a vécu des circonstances différentes, a des antécédents différents et des croyances différentes. Le thérapeute doit savoir comment communiquer avec la personne déplacée et savoir ce qu’elle a vécu, pour surmonter cela » Un réfugié anonyme du Physiotherapy and Refugees Education Project (PREP)

Ressources optionnelles ( éditer | éditer la source )

Terminologie(edit | edit source)

Migrants(edit | edit source)

Personnes déplacées à l’intérieur de leur pays ( éditer | edit source )

Demandeurs d’asile et réfugiés ( éditer | éditer la source )

Réfugiés(edit | edit source)

Personne apatride ( éditer | éditer la source )

Traite d’êtres humains et le trafic illicite de migrants ( éditer | éditer la source )

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 Slutzky CE. Migration and family conflict. Family process. 1979 Dec;18(4):379-90. https://www.researchgate.net/publication/22613988_Migration_and_Family_Conflict
  2. Migration Data Portal. The Bigger Picture. Available from: https://www.migrationdataportal.org/international-data?i=stock_abs_&t=2020 (accessed 2 May 2022).
  3. 3.00 3.01 3.02 3.03 3.04 3.05 3.06 3.07 3.08 3.09 3.10 3.11 3.12 3.13 International Organization for Migration. Key Migration Terms. Available from: https://www.iom.int/key-migration-terms (accessed 2 May 2022).
  4. 4.0 4.1 UNHCR.Global Trends 2021. Available from: https://www.unhcr.org/globaltrends (accessed 24 June 2022).
  5. meaningofmigrants.org. What Is The Meaning of Migrants?. Available from: https://meaningofmigrants.org/(accessed 2 May 2022).
  6. United Nations. International Convention on the Protection of the Rights of All Migrant Workers and Members of Their Families. Available from: https://www.ohchr.org/en/instruments-mechanisms/instruments/international-convention-protection-rights-all-migrant-workers (accessed 22 May 2022).
  7. UNHCR Ireland. Asylum and Migration. Available from: https://www.unhcr.org/en-ie/asylum-and-migration.html (accessed 2 May 2022).
  8. 8.0 8.1 meaningofmigrants.org. One Page Overview. Available from: https://meaningofmigrants.org/ (accessed 2 May 2022).
  9. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (UNOCHA), Guiding Principles on Internal Displacement. 2004. Available from: https://cms.emergency.unhcr.org/documents/11982/44794/UN%2C+Guiding+Principles+on+Internal+Displacement%2C+1998/47806967-dd92-4d67-ad47-578aa8b5d11f (Accessed 27th June 2020).
  10. 10.0 10.1 United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR). Emergency Handbook – IDP Definition. Available from: https://emergency.unhcr.org/entry/67716/idp-definition (Accessed 2nd June 2020).
  11. United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) Ireland. Internally Displaced People. Available from: https://www.unhcr.org/en-ie/internally-displaced-people.html (Accessed 27th July 2020).
  12. Internal Displacement Monitoring Centre. Global Internal Displacement Database. Available from: https://www.internal-displacement.org/database/displacement-data (accessed 15 May 2022).
  13. 13.0 13.1 UNHCR Ireland. Refugee Status Determination. Available from: https://www.unhcr.org/en-ie/refugee-status-determination.html (accessed 2 June 2022).
  14. UNHCR. Refugee Data Finder. Available from: https://www.unhcr.org/refugee-statistics/ (accessed 24 June 2022).
  15. 15.0 15.1 15.2 The World’s Stateless People. Questions & Answers”, UNHCR, 2006.
  16. Institute on Statelessness and Inclusion (ISI), Statelessness in Numbers: 2020 An Overview and Analysis of Global Statistics. 2020. Available from: https://files.institutesi.org/ISI_statistics_analysis_2020.pdf (Accessed 15 May 2022).
  17. United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR), Global Report. 2020. Available from: https://reporting.unhcr.org/sites/default/files/gr2020/pdf/GR2020_English_Full_lowres.pdf#_ga=2.169929632.1407405598.1653036767-885200820.1645807158 (Accessed 20 May 2022).
  18. UNHCR Emergency Handbook. Statelessness. Available from: https://emergency.unhcr.org/entry/52865/stateless-person-definition (accessed 2 June 2022).
  19. Annex, I.I., 2000. Protocol to prevent, suppress and punish trafficking in persons, especially women and children, supplementing the United Nations convention against transnational organized crime. In Vienna: United Nations Office on Drugs and Crime, United Nations Convention against Transnational Organized Crime and the Protocols Thereto.
  20. United Nations Office on Drugs and Crime (UNDOC) E4J University Module Series: Trafficking in Persons & Smuggling of Migrants. Module 7: Prevention of Trafficking in Persons 2019. Available from: https://www.unodc.org/e4j/zh/tip-and-som/module-7/key-issues/root-causes.html (access 23 June 2022)
  21. United Nations Office on Drugs and Crime (UNDOC)E4J University Module Series: Trafficking in Persons & Smuggling of Migrants – Module 8: A Human Rights-Based Approach to Trafficking in Persons 2019. Available from: https://www.unodc.org/e4j/zh/tip-and-som/module-8/key-issues/protection-under-the-protocol-against-trafficking-in-persons.html (access 23 June 2022)
  22. Annex, I.II., 2000. Protocol to prevent, suppress and punish trafficking in persons, especially women and children, supplementing the United Nations convention against transnational organized crime. In Vienna: United Nations Office on Drugs and Crime, United Nations Convention against Transnational Organized Crime and the Protocols Thereto.
  23. UNODC, Global Study on Smuggling of Migrants 2018 (United Nations publication, Sales No. E.18.IV.9).
  24. Melissa Siegel.Who Is A Migrant?. Available from:https://youtu.be/oAOvJdoHR8M(last accessed 11/02/2022)
  25. World 101. What’s the Difference Between a Migrant and a Refugee? Migration Explained | World101. Available from: https://youtu.be/vwSOds50Afk(last accessed 11/02/2022)
  26. UNHCR Teaching About Refugees. Who is an Internally Displaced Person?. Available from: https://youtu.be/DCzpVQkencw(last accessed 11/02/22)
  27. Melissa Siegel. Internal Displacement: Global Report on Internal Displacement 2021. Available from: https://youtu.be/L7EEWeZV3Yc(last accessed 11/02/22)
  28. UNHCR. Who Is An Asylum Seeker? Available from: https://youtu.be/E1E_tiagn8Q(last accessed 11/02/2022)
  29. The Guardian. Limbo: A virtual experience of waiting for asylum – Guardian VR – 360 video. Available from: https://youtu.be/AyWLvrWBKHA(last accessed 11/02/2022)
  30. UNHCR Teaching About Refugees. Who Is A Refugee. Available from: https://youtu.be/GvzZGplGbL8(last accessed 30/10/17)
  31. TED-Ed. What does it mean to be a refugee? – Benedetta Berti and Evelien Borgman. Available from: https://youtu.be/25bwiSikRsI(last accessed 30/10/17)
  32. UNHCR Teaching About Refugees. Who Is A Stateless Person? Available from: https://youtu.be/NJVU-fjPrzY(last accessed 30/10/17)
  33. UNHCR, the UN Refugee Agency. #IBelong – What it feels like to be Stateless. Available from: https://youtu.be/MuDzR8d63zg(last accessed 11/02/2022)
  34. UNODC – United Nations Office on Drugs and Crime. Introducing Trafficking in Persons and Smuggling of Migrants. Available from: https://youtu.be/4IZWnMXHnSU(last accessed 20/06/22)
  35. Melissa Siegel. Human Trafficking vs Smuggling. Available from: https://youtu.be/A_Oe24le2mY(last accessed 20/06/22)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles