Le contexte mondial des personnes déplacées

Éditeur originalNaomi O’Reilly

Principaux contributeursNaomi O’Reilly, Jess Bell et Carin Hunter

Introduction(edit | edit source)

Les gens se sont toujours déplacés pour des raisons très diverses, notamment les guerres et les conflits, l’insécurité, les catastrophes, la pauvreté, la recherche d’un emploi et d’une vie meilleure pour eux-mêmes et pour leur famille. Cependant, le nombre de personnes qui se déplacent est plus élevé que jamais dans notre histoire, les migrations ayant augmenté chaque année au cours des deux dernières décennies, bien qu’à un rythme moindre pendant ces deux dernières années en raison de la COVID-19. (1)

Si l’on considère la migration dans son contexte plus large en matière de circulation des personnes, comprenant toutes les formes de migration (c’est-à-dire par choix, par nécessité et forcée), à la fin de 2021, plus de 281 millions de personnes vivaient dans un pays autre que leur pays de naissance, ce qui représente plus de trois fois le nombre estimé en 1970. Cela ne représente que 3,6 % de la population mondiale, ce qui signifie qu’une personne sur 30 seulement est un migrant. Sur ce nombre, 135 millions de femmes et 146 millions d’hommes étaient des migrants internationaux et 169 millions étaient considérés comme des travailleurs migrants. Le nombre de migrants internationaux a augmenté dans toutes les régions, mais davantage en Europe et en Asie, avec respectivement 86,7 millions et 85,6 millions. (1) La proportion de migrants internationaux dans chaque pays varie énormément dans le monde. Certains pays, comme les Émirats arabes unis, comptent un plus grand nombre de migrants internationaux (88 %). Les plus grands couloirs de circulation des migrants vont généralement des pays en développement vers les grandes économies, comme celles des États-Unis, des Émirats arabes unis, de l’Arabie saoudite et de l’Allemagne, tandis que d’autres grands couloirs reflètent des conflits prolongés et les déplacements qui en découlent, comme celui de la République arabe syrienne vers la Turquie, qui est le deuxième plus grand couloir de circulation des migrants au monde.(1) Le tableau suivant présente les faits saillants des rapports sur les migrations dans le monde de 2000 et 2022.

Tableau 1 Données clés Rapports sur les migrations mondiales 2000 et 2022 (données sur les réfugiés et les déplacés internes du HCR et de l’IDMC) (1)
2000 2022
Estimation du nombre de migrants internationaux 173 millions 281 millions
Estimation de la proportion de migrants dans la population mondiale 2.8% 3.6%
Estimation de la proportion de femmes migrantes internationales 49.4% 48%
Estimation de la proportion de migrants internationaux qui sont des enfants 16% 14.6%
Région avec la plus forte proportion de migrants internationaux Océanie Océanie
Pays ayant la plus forte proportion de migrants internationaux Émirats arabes unis Émirats arabes unis
Nombre de travailleurs migrants 169 millions
Nombre de réfugiés 14 millions 27,1 millions (données du HCR)
Nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays 21 millions 59,1 millions (données IDMC)

Maintenant que nous avons examiné les données plus générales relatives à la migration dans son ensemble, examinons plus en détail les déplacements et les mouvements de personnes qui ont été forcées ou obligées de fuir ou de quitter leur foyer ou leur lieu de résidence habituel, notamment en raison d’un conflit armé, de situations de violence généralisée, de violations des droits de l’homme ou encore de catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme, ou afin d’en éviter les effets.

Tendances mondiales en matière de déplacements forcés ( éditer | éditer la source )

Le nombre total de personnes dans le monde qui ont été forcées de fuir leur domicile en raison de conflits, de violences, de craintes de persécution et de violations des droits de l’homme s’élevait à 89,3 millions à la fin de l’année 2021. C’est le nombre le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale et il a plus que doublé par rapport aux 42,7 millions de personnes qui ont été déplacées de force il y a dix ans. Selon les estimations actuelles, ce nombre continuera à augmenter pour atteindre plus de 100 millions de personnes en 2022.(2) (3) Cela signifie qu’une personne sur 88, soit 1 % de la population mondiale, est déplacée. Ce chiffre représente un peu moins d’un tiers de l’ensemble des migrants et les données suggèrent que 70 % d’entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté. En 2021, quelque 1,7 million de personnes ont franchi des frontières internationales en quête de protection et 14,4 millions de nouveaux déplacements à l’intérieur de son pays ont été signalés (figure 1).

Si l’on décompose ce chiffre, on constate que le pourcentage le plus élevé de personnes déplacées est celui des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays : 53,2 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur de leur pays, alors que 27,1 millions sont des réfugiés et 4,6 millions sont des demandeurs d’asile. On estime que 51% des personnes déplacées sont des hommes et 49% des femmes. Les enfants représentent proportionnellement un pourcentage plus élevé des personnes déplacées ; ils représentent 41 % des personnes déplacées, alors qu’ils ne représentent que 30 % de la population mondiale (figure 2). (2) On estime également que 10 % des personnes déplacées souffrent d’un handicap.

Figure 1 Carte du HCR des nouveaux déplacements en 2021 (4)

Figure 2 Tendances mondiales du HCR 2021 – Aperçu des chiffres (5)

Pour de nombreuses personnes déplacées, l’objectif ultime est de rentrer chez elles. En 2021, 5,7 millions de personnes déplacées sont retournées dans leur région ou leur pays. Ce chiffre comprend 5,3 millions de personnes déplacées à l’intérieur due leur pays et 429 300 réfugiés. (2) Nous examinerons chacun de ces différents groupes plus en détail ci-dessous, mais comme nous pouvons le voir, la tendance générale pour tous les groupes a été une augmentation d’année en année au cours de la dernière décennie.

Les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays ( éditer | edit source )

Le déplacement interne désigne « les personnes ou groupes de personnes qui ont été forcés ou obligés de fuir ou de quitter leur foyer ou leur lieu de résidence habituel, notamment en raison d’un conflit armé, de situations de violence généralisée, de violations des droits de l’homme, ou encore de catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme, ou pour en éviter les effets, et qui n’ont pas franchi les frontières internationalement reconnues d’un État ». (7)

En 2021, 38 millions de personnes de 141 pays ont été déplacées à l’intérieur de leur propre pays. Fin 2021, 59,1 millions de personnes étaient déplacées à l’intérieur de leur pays, dans 120 pays, en raison de conflits ou de catastrophes. (8) – le deuxième chiffre annuel le plus élevé de la décennie. (2) Les déplacements internes causés par les conflits et la violence ont augmenté de près de 50 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 14,4 millions. Ce chiffre devrait encore augmenter en 2022 en raison du début du conflit en Ukraine (figure 3).(2) La guerre en Ukraine a vu à ce jour plus de 7 millions d’Ukrainiens déplacés à l’intérieur de leur pays et plus de 6 millions de personnes déplacées à l’extérieur du pays. Il s’agit de l’une des crises de déplacement forcé les plus importantes et certainement la plus rapide depuis la Seconde Guerre mondiale. Déjà plus de 2,8 millions d’Ukrainiens se sont inscrits pour bénéficier d’un statut de protection temporaire dans les États membres de l’Union européenne cette année. (9)

Cela signifie qu’à la fin de l’année 2021, 59,1 millions de personnes vivaient en déplacement interne, dont 53,2 millions dans 59 pays en raison de conflits et de violences (figure 4) et 5,9 millions dans 84 pays en raison de catastrophes (figure 5). Les enfants et les jeunes de moins de 18 ans représentent près de la moitié de l’ensemble des personnes déplacées à l’intérieur de leur pays, soit 25,2 millions, ce chiffre passant à 33 millions dans 104 pays si l’on tient compte des enfants et des jeunes agés de 0 à 25 ans. (10)

Figure 3 Nombre de nouveaux déplacements internes dus aux conflits et aux catastrophes en 2021

Figure 4 Nombre total de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays en raison de conflits et violence en 2021

Figure 5 Nombre total de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays en raison de catastrophes en 2021

La Chine, les Philippines, l’Éthiopie, l’Inde et la République démocratique du Congo (RDC) sont les cinq pays qui enregistrent le plus grand nombre de déplacements internes. La Chine compte le plus grand nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays à la suite d’une catastrophe et l’Éthiopie le plus grand nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays à la suite d’un conflit ou de violence. (Tableau 2) (10)

Si l’on ventile ces chiffres par région, à la fin de 2021, l’Afrique subsaharienne comptera le plus grand nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays en raison de conflits et violence, soit 11,6 millions, ce qui représente une augmentation de 4,7 millions, principalement due aux conflits en Éthiopie, en République démocratique du Congo (RDC), au Burkina Faso, en Somalie et en République centrafricaine (RCA). Cependant, nous nous attendons à voir des changements significatifs dans ces données en 2022 en raison du conflit en Ukraine avec des estimations actuelles de plus de 7,1 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays suite à l’enquête générale de l’OIM sur la population entre le 17 et le 23 mai 2022.(11) L’Asie de l’Est et le Pacifique comptent le plus grand nombre de personnes déplacées à la suite d’une catastrophe (13,7 millions), principalement en raison de cyclones tropicaux, de pluies de mousson et d’inondations, la Chine, les Philippines et l’Inde étant les pays les plus touchés. (Tableau 3) (10)

Tableau 2 Cinq premiers pays avec le plus grand nombre de déplacements internes (10)
Pays Catastrophe Conflits et violence
Chine 6,037,000 0
Philippines 5,681,000 140,000
Éthiopie 240,000 5,142,000
Inde 4,903,000 13,000
RD Congo 2,712,000 888,000
Tableau 3 Chiffres relatifs aux déplacements internes régionaux (10)
Pays Catastrophe Conflits et violence
Afrique subsaharienne 2,6 millions 11,6 millions
Moyen-Orient et Afrique du Nord 233,000 1 million
Asie de l’Est et Pacifique 13,7 millions 626,000
Asie du Sud 5,3 millions 736,000
Amériques 1,7 million 381,000
Europe et Asie centrale 276,000 61,000

Les demandeurs d’asile ( éditer | éditer la source )

Les demandeurs d’asile sont des personnes qui ont demandé l’asile ou le droit d’être reconnu comme réfugié et de bénéficier d’une protection juridique et d’une assistance matérielle, mais dont la demande n’a pas encore été pleinement évaluée. À la fin de l’année 2021, 4,6 millions de personnes attendaient une décision en matière d’asile et l’arriéré ne cessait de s’accroître, posant des problèmes de protection pour de nombreuses personnes. En 2021, 1,7 million de nouvelles demandes individuelles, dont 27 000 émanant d’enfants non accompagnés, ont été déposées dans 155 pays. Il s’agit d’une augmentation de 35 % par rapport à 2020, même si ce chiffre reste bien en deçà des niveaux antérieurs à COVID-19, avec 2,1 millions de demandes en 2018 et 2,2 millions en 2019. L’Allemagne, le Mexique, la République démocratique du Congo et le Costa Rica ont connu la plus forte augmentation des demandes d’asile, tandis que le Brésil, le Pérou, l’Espagne et les États-Unis d’Amérique ont enregistré des baisses significatives, qui pourraient être en partie liées aux restrictions de voyage imposées par la COVID-19. (Figures 6, 7 et 8) (2)

Plus d’un million de personnes ont reçu une décision sur leur demande individuelle en 2021, et moins de 50 % (494 900) de toutes ces demandes ont obtenu le statut de réfugié ou de protection dans 149 pays, avec 8 % de résultats positifs en plus et 5 % de rejets en moins par rapport à 2020. En outre, 299 200 personnes ont obtenu un statut de protection par le biais des procédures de groupe, soit un peu moins qu’en 2020, avec des reconnaissances de groupe au Tchad (71 000), au Soudan (64 500), en Ouganda (42 900), au Cameroun (28 200), en Éthiopie (19 100) et au Niger (16 100).(2)

Figure 6 Demandes d’asile par région 2021

Figure 7 Principaux pays pour l’enregistrement individuel des nouveaux demandeurs d’asile | 2021

Figure 8 Principaux pays d’origine des nouvelles demandes d’asile | 2021

Les réfugiés(edit | edit source)

Le nombre de réfugiés a augmenté pour atteindre 27,1 millions à la fin de 2021, soit plus du double de ce qu’il était il y a dix ans et plus que le 20,7 millions enregistré en 2020. En 2021, 794 100 personnes ont obtenu une protection internationale en tant que réfugié à titre individuel (494 900) ou collectif (299 200), ce qui reste bien en deçà des chiffres enregistrés avant la conférence COVID-19, en 2019, où 952 800 personnes ont obtenu une protection internationale. (Figures 9 et 10) (2)

Figure 9 Carte du HCR des réfugiés, des personnes en situation similaire à celle d’un réfugié et des Vénézuéliens déplacés à l’étranger | fin 2021 (2)

Figure 10 HCR Personnes déplacées à travers les frontières par région | 2012-2021 (2)

69 % des réfugiés sont originaires de cinq pays : La République arabe syrienne, le Venezuela, l’Afghanistan, le Sud-Soudan et le Myanmar. La République arabe syrienne compte toujours le plus grand nombre de réfugiés – 6,8 millions de personnes déplacées de Syrie ont été accueillies dans 129 pays. Cela représente 27 % de la population mondiale de réfugiés. Les Vénézuéliens constituent le deuxième groupe de personnes déplacées, avec 4,6 millions de personnes principalement accueillies dans des pays d’Amériques.(2)

Les pays à revenu faible ou intermédiaire accueillent 83 % des réfugiés. 72 % de ceux-ci sont accueillis dans des pays voisins et un massif 27 % (7 millions de personnes) dans les pays les moins développés, tels que le Bangladesh, le Tchad, la République démocratique du Congo, l’Éthiopie, le Rwanda, le Sud-Soudan, le Soudan, l’Ouganda, la République-Unie de Tanzanie et le Yémen. Ensemble, ces pays représentent moins de 1,3 % du produit intérieur brut mondial. (2) La Turquie reste actuellement le plus grand pays d’accueil de réfugiés avec 3,8 millions de réfugiés à la fin de 2021 – ce qui représente 15 % de la population mondiale de personnes déplacées à travers des frontières internationales (figure 11). (5)

Actuellement, on estime que 74 % (15,9 millions de personnes) de la population mondiale de réfugiés se trouvent dans des situations de réfugiés prolongées, définies comme celles où plus de 25 000 réfugiés du même pays d’origine sont en exil dans un pays d’accueil à revenu faible ou intermédiaire donné depuis au moins cinq années consécutives. On compte 51 situations de réfugiés prolongées dans 31 pays d’accueil différents.(2)

Pour de nombreux réfugiés, le retour dans leur pays d’origine est l’objectif ultime et, en 2021, le rapatriement volontaire a fait un bond de 71 % pour atteindre 429 300 réfugiés retournant dans leur pays d’origine en 2021, ce qui est comparable aux niveaux observés avant la conférence COVID-19. Près des deux tiers de ces retours ont eu lieu au Sud-Soudan (270 200), malgré la situation humanitaire qui perdure dans le pays. D’autres retours de réfugiés saisissables ont été observés au Burundi (66 000), en Syrie (35 000), en Côte d’Ivoire (22 500) et au Nigeria (17 000). (2)

D’autre part, la réinstallation dans les pays d’accueil devient plus difficile en raison de la réduction significative du nombre de places offertes par les États. 86 % des demandes de réinstallation émanent de personnes ayant survécu à la torture et/ou à la violence, de personnes ayant besoin d’une protection juridique et physique, de femmes et de filles particulièrement vulnérables, les enfants représentant 52 % de ces demandes. Le nombre de réfugiés réinstallés en 2021 reste nettement inférieur aux niveaux observés avant la conférence COVID-19, avec seulement 57 500 personnes, alors qu’en 2019, 107 700 réfugiés ont été réinstallés. (2) (5) (12)

Figure 11 Pays d’accueil et pays d’origine des réfugiés en 2021 (5)

Les apatrides ( éditer | edit source )

Selon des estimations mondiales, plus de 4,3 millions de personnes sont apatrides ou de nationalité indéterminée et sont souvent incapables d’accéder aux services essentiels et de jouir de leurs droits fondamentaux, notamment l’accès à l’éducation ou aux soins de santé, l’emploi officiel, le droit de vote aux élections ou la possibilité de voyager. Davantage de pays ont commencé à rendre compte de l’apatridie en 2021, et l’amélioration des processus d’enregistrement a permis d’augmenter le nombre de personnes enregistrées, bien qu’une partie de l’augmentation concerne des enfants nés dans l’apatridie. (3)

Quelque 81 200 apatrides, y compris ceux dont la nationalité est indéterminée, ont acquis la citoyenneté ou ont vu leur citoyenneté confirmée en 2021, ce qui constitue la plus forte réduction annuelle enregistrée de l’apatridie depuis 2014, et représente une augmentation de 22 % par rapport à 2020, l’Ouzbékistan (32 100) et la Côte d’Ivoire (23 400) étant les pays où le nombre de personnes ayant vu leur nationalité confirmée est le plus élevé.

La traite d’êtres humains ( éditer | éditer la source )

La traite des êtres humains est à la fois complexe et dynamique et, bien que l’éventail des contextes soit de plus en plus large, elle est souvent difficile à détecter. Selon le Counter-Trafficking Data Collaborative, le premier centre de données mondial sur la traite des êtres humains lancé en 2017, il y a 156 330 cas individuels de traite dans le monde, dans 189 pays et touchant 187 nationalités. (Figure 12) (13)

Figure 12 Données mondiales sur la traite d’êtres humains (13) (Source : Counter-Trafficking Data Collaborative (CTDC), juin 2022).

Historiquement, la plupart des victimes de la traite identifiées sont des femmes, les filles représentant 24 % et les femmes 57 % des victimes de la traite en 2018, même si, au fil du temps, un pourcentage plus élevé d’hommes victimes de la traite est désormais identifié. Un pourcentage plus élevé de femmes victimes de la traite est âgé de 18 à 20 ans, tandis que chez les hommes, le pourcentage le plus élevé se trouve dans le groupe d’âge le plus jeune, de 0 à 8 ans, et chez les personnes âgées de plus de 39 ans. (14) L’âge moyen des victimes de la traite est de 27 ans, la moitié d’entre elles étant âgées de 19 à 33 ans, avec un léger pic entre 0 et 1 an en raison des enfants nés dans un contexte de traite. Environ 20 % de toutes les victimes de la traite identifiées sont des enfants, un tiers d’entre eux entrant dans le circuit de la traite entre 15 et 17 ans.(15)

Les hommes victimes de la traite sont plus souvent recrutés par une connaissance, tandis que plus d’un quart des femmes ont été recrutées par un partenaire intime, et un autre tiers des femmes par un membre de la famille ou un proche.(14) Chez les enfants, plus de 40 % ont été recrutés par un membre de la famille ou un parent, contre seulement 9 % chez les adultes.(15) L’enlèvement ne représente que 3 % des victimes de la traite, dont 78 % sont des femmes, la victime type étant âgée de 15 à 30 ans, enlevée en dehors de son cercle d’amis ou de sa famille et contrôlée par la violence physique.(16)

L’exploitation sexuelle et l’exploitation de la main-d’œuvre sont les deux motifs les plus courants de la traite, avec un pourcentage plus élevé de femmes exploitées à des fins sexuelles que d’hommes, et un nombre croissant d’enfants exploités à des fins sexuelles, dont un nombre croissant d’efants âgés de 9 à 17 ans qui sont victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle. (17) En ce qui concerne les moyens de contrôle utilisés par les trafiquants, les abus psychologiques sont plus fréquents dans le cas de l’exploitation sexuelle, tandis que dans le cas de l’exploitation par le travail, le prélèvement des gains est la principale méthode de contrôle. Les enfants sont davantage contrôlés par la violence psychologique, la restriction des mouvements, la violence physique, les menaces, les promesses et les substances psychoactives, tandis que chez les adultes, la restriction des mouvements et la violence psychologique sont les moyens les plus courants, suivis à égalité par les fausses promesses, les menaces et le prélèvement sur les revenus.(15)

Plus de 80 % des trafics internationaux d’êtres humains au cours de la dernière décennie ont franchi des points de contrôle frontaliers officiels, tels que les aéroports et les points de contrôle frontaliers terrestres. Les victimes féminines (84 %) sont plus susceptibles de passer par un point de contrôle frontalier officiel que les victimes masculines (73 %), et les enfants sont beaucoup moins susceptibles (56 %).(18) L’exploitation de la main-d’œuvre passe plus souvent par les postes frontières officiels (83 %), le secteur de la construction représentant près de la moitié de ce groupe (43 %), tandis que ce nombre pour les personnes victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle est beaucoup plus faible (15 %). (18)

En Europe, la majorité des victimes de la traite sont des adultes. La proportion de personnes victimes de la traite à des fins d’exploitation de la main-d’œuvre est légèrement supérieure à celle des personnes victimes d’exploitation sexuelle. Dans les Amériques, plus de 80 % des victimes de la traite sont des femmes, un tiers sont des enfants et deux tiers des victimes sont exploitées à des fins sexuelles. En Asie, la forme de traite la plus courante est l’exploitation de la main-d’œuvre. Les travailleurs sont notamment contraints d’effectuer des travaux domestiques. En Afrique, plus de la moitié des victimes de la traite sont des enfants – les genres masculins et féminins sont touchés d’égale façon. (18)

Les déplacements induits par les catastrophes ( éditer | edit source )

Le déplacement induit par une catastrophe fait référence à des « situations dans lesquelles des personnes sont contraintes de quitter leur foyer ou leur lieu de résidence habituel à la suite d’une catastrophe ou pour éviter l’impact d’un danger naturel immédiat et prévisible ». (19) Les conditions climatiques plus extrêmes et d’autres effets néfastes liés au changement climatique ont une incidence croissante sur les déplacements et les migrations et compromettent la sécurité humaine. Chaque année, plus de 20 millions de personnes en moyenne sont déplacées à la suite d’inondations, d’ouragans, de cyclones, de sécheresses et d’autres les catastrophes liées aux conditions climatiques. (20) Parallèlement, la dégradation de l’environnement et les changements à évolution lente tels que l’érosion côtière et l’élévation du niveau de la mer obligent de plus en plus de personnes à quitter leur foyer.

Avec des millions de personnes déplacées, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a noté que les migrations humaines pourraient être l’un des impacts les plus importants du changement climatique. (21) Pourquoi parle-t-on de migrants climatiques et non de réfugiés climatiques ? D’une part, le droit international définit clairement un réfugié comme étant « une personne qui, craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ». (22) D’autre part, l’Organisation internationale pour les migrations a défini les migrants climatiques ou environnementaux comme « des personne ou groupe de personnes qui, essentiellement pour des raisons liées à un changement environnemental soudain ou progressif influant négativement sur leur vie ou leurs conditions de vie, sont contraintes de quitter leur lieu de résidence habituelle ou le quittent de leur propre initiative, temporairement ou définitivement, et qui, de ce fait, se déplacent à l’intérieur ou hors de leur pays d’origine ou de résidence habituelle. »(23)

Les raisons pour lesquelles les gens doivent se déplacer en raison des problèmes climatiques sont multiples : température, niveau de la mer, accès à l’eau potable ou à la nourriture, phénomènes météorologiques extrêmes, catastrophes et bien d’autres encore. Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDH) a noté que « 80 % des personnes déplacées dans le monde se trouvent dans des pays touchés par une insécurité alimentaire aiguë ». Tous les pays sont exposés au risque de migration climatique. Le risque est grand pour les pays dont les capacités d’adaptation sont insuffisantes en ce qui concerne l’accès aux ressources et pour les pays plus exposés aux phénomènes dangereux. En général, les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire ont un plus grand risque.

Figure 13 Déplacements liés au climat

Les migrations climatiques dues à des problèmes environnementaux tels que l’élévation du niveau de la mer sont rares. Les populations sont directement poussées à se déplacer en raison du climat, uniquement lors d’événements climatiques extrêmes. Dans d’autres cas, il n’y a pas de lien entre les conditions climatiques et les questions sociales et économiques. Il s’agit d’une modification longue et subtile de la vie des gens. Il est difficile de chiffrer le nombre de personnes qui se déplacent en raison des conditions environnementales. Selon les estimations, environ 21,5 millions de personnes ont été déplacées chaque année depuis 2008 en raison du changement climatique, et en 2021, ce chiffre passera à environ 23,7 millions de personnes déplacées dans leur propre pays en raison de phénomènes météorologiques extrêmes tels que les inondations, les tempêtes et les sécheresses.

Il est difficile d’évaluer le nombre de personnes qui seront affectées par le changement climatique et le nombre de personnes qui devront migrer en raison de la situation environnementale. L’impact du changement climatique sur les migrations forcées dépendra de « la quantité des futures émissions de gaz à effet de serre, du taux de croissance et de répartition de la population, de l’évolution météorologique du changement climatique, de l’efficacité des stratégies d’adaptation locales et nationales ». Néanmoins, il est important de comprendre que les migrants climatiques ne franchissent pas toujours les frontières, mais qu’ils se déplacent plus souvent dans leur propre pays avant d’émigrer vers un autre pays. Par contre, le dernier rapport Groundswell estime que 216 millions de personnes pourraient être contraintes de se déplacer à l’intérieur de leur pays d’ici à 2050 en raison du climat, d’autres suggérant que ce chiffre pourrait même atteindre 1 milliard.

En ce qui concerne les déplacements internes, les migrations climatiques internes pourraient atteindre 143 millions de personnes d’ici 2050, dans seulement trois régions du monde (Afrique subsaharienne, Asie du Sud et Amérique latine). Ce chiffre est basé sur les pires scénarios du cinquième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Dans les meilleurs scénarios, ce nombre pourrait tomber à 65 millions. De plus, la migration climatique interne pourrait s’accélérer après 2050 « en raison d’impacts climatiques plus importants combinés à une forte croissance démographique, dans de nombreuses régions ». (21) Les migrations climatiques internes et internationales pourraient créer des points chauds de migration induite par le climat. Ces points chauds s’appliquent aux migrations entrantes et sortantes. Les points chauds sont une véritable préoccupation pour le gouvernement et le développement d’un pays. Certaines tendances communes semblent se dégager en ce qui concerne l’ampleur, l’échelle et la direction des migrations liées au climat :

  • Les migrations climatiques internes augmenteront dans tous les scénarios climatiques.
  • Le scénario de développement plus inclusif prévoit une diminution des migrations climatiques, avec 38 millions de personnes de moins que dans le scénario pessimiste. C’est en Asie du Sud (16,4 millions) et en Afrique subsaharienne (21 millions) que les diminutions seront les plus importantes.
  • « Le scénario respectueux du climat prévoit le nombre le plus faible de migrants climatiques internes : 28,3 millions en Afrique subsaharienne, 16,9 millions en Asie du Sud et 5,8 millions en Amérique latine. (24)

L’évolution nous montre que les migrations climatiques et induites par les catastrophes sont étroitement liées au contexte de développement d’un pays. Les migrations climatiques auront tendance à être plus importantes dans les pays où la croissance démographique est forte, où les inégalités économiques sont importantes, où l’urbanisation est forte et où l’accès à l’éducation de la population est plus faible. Dans le cadre d’un scénario respectueux du climat, le nombre moyen de migrants climatiques est réduit d’au moins la moitié d’ici à 2050, et ce pour toutes les régions. (24)

Conclusion(edit | edit source)

Le déplacement est un domaine en constante évolution, qui montre des tendances inquiétantes d’augmentation d’année en année au cours de la dernière décennie, avec un nombre croissant de personnes forcées de fuir en raison de persécutions, de conflits, de violence, de violations des droits de l’homme et d’événements troublant gravement l’ordre public, ainsi qu’un nombre de plus en plus important de personnes déplacées en raison de catastrophes, y compris celles liées au changement climatique et environnemental, soulignant la nécessité de trouver des solutions plus durables et de s’attaquer aux causes profondes afin d’atténuer les conflits futurs mais aussi de minimiser l’impact du changement climatique. Une plus grande solidarité et un meilleur partage des responsabilités au niveau mondial sont nécessaires pour réduire le fardeau actuel qui pèse plus lourdement sur les pays à revenu faible et moyen.

Ressources(edit | edit source)

Histoires personnelles de déplacements ( edit | edit source )

Déplacement interne ( edit | edit source )

  1. Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC)
    • The Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC) is the world’s definitive source of data and analysis on internal displacement. Established in 1998 as part of the Norwegian Refugee Council (NRC), they offer a rigorous, independent and trusted service to the international community to inform policy and operational decisions in relation to people living in internal displacement, or at risk of becoming displaced in the future. (27)
  2. Global Internal Displacement Database (GIDD)
    • The Global Internal Displacement Database (GIDD) enables you to explore, filter, sort and visualise data in relation to global internal displacement.
  3. The Global Report on Internal Displacement (GRID) 2022
    • IDMC’s Global Report on Internal Displacement (GRID) is the world’s leading source of data and analysis on internal displacement. The 2022 edition has a special focus on internally displaced children and youth.

Demandeurs d’asile et réfugiés ( éditer | éditer la source )

  1. United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR)
    • UNHCR, the UN Refugee Agency, is a global organisation dedicated to saving lives, protecting rights and building a better future for refugees, forcibly displaced communities and stateless people.
  2. Refugee Data Finder
    • UNHCR’s Refugee Population Statistics Database contains information about forcibly displaced populations spanning more than 70 years, which covers displaced populations such as refugees, asylum seekers and internally displaced people. Stateless people are also included, most of who have never been displaced. The database also explores the data around the different solutions for displaced populations such as repatriation or resettlement.
  1. Global Trends Forced Displacement in 2021
    • Latest key results and achievements of UNHCR’s work, including details about major refugee operations worldwide
  2. Global Report 2021 The Stories Behind the Numbers
    • The Global Report presents the work carried out by UNHCR in 2021 to protect and improve the lives of tens of millions of people of concern – refugees and asylum seekers, returnees, internally displaced people, stateless persons and others of concern. It highlights the year’s achievements, as well as challenges faced by the organization and its partners, in responding to multiple life-threatening crises and ever-growing humanitarian needs.

Apatridie(edit | edit source)

  1. Ending Statelessness
    • UNHCR information on Statelessness and
  2. UNHCR Self-Study Module on Statelessness
    • This UNHCR Self- Study Module on Stateless provides an opportunity to explore statelessness in greater detail.
  3. #IBELONG Campaign
    • The #IBelong Campaign aims to end statelessness in ten years.

Traite d’êtres humains ( éditer | éditer la source )

  1. Counter Trafficking Data Collaborative
    • Launched in 2017 the Counter-Trafficking Data Collaborative is the first global data hub on human trafficking, publishing harmonized data from counter-trafficking organizations around the world, in order to break down information-sharing barriers and equip the counter-trafficking community with up to date, reliable data on human trafficking.
  2. Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC) Migration Data Portal
    • Data and further reading on Human Trafficking.

Déplacement induit par une catastrophe ( edit | edit source )

  1. Migration, Environment and Climate Change: Assessing the Evidence
    • The purpose of this book is to suggest ways in, which the international community can begin to address knowledge gaps in relation to the likely impact of climate change on migration.
  2. Groundswell: Preparing for Internal Climate Migration
    • This report brings a focus to the nexus between climate change, migration and development in three regions: Sub-Saharan Africa, South Asia and Latin America.

Déplacements induits par le développement ( edit | edit source )

  1. Risks and Rights: The Causes, Consequences, and Challenges of Development-Induced Displacement
    • Development-induced displacement is problematic at best, even when a state has the best interests of the entire population at heart. Such displacement can be catastrophic when it occurs in the midst of conflict or when a state targets a particular segment of the population—be they people in poverty; ethnic, racial, religious or political minorities; indigenous peoples; or other vulnerable groups—to bear a disproportional share of the costs of development and, either through neglect, malfeasance, or outright malice, denies them a proper share of the benefits.

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 McAuliffe, M. and A. Triandafyllidou (eds.), 2021. World Migration Report 2022. International Organization for Migration (IOM), Geneva.
  2. 2.00 2.01 2.02 2.03 2.04 2.05 2.06 2.07 2.08 2.09 2.10 2.11 2.12 2.13 2.14 United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR).Global Trends Forced Displacement in 2021. Available from: https://www.unhcr.org/62a9d1494/global-trends-report-2021 (accessed 24 June 2022)
  3. 3.0 3.1 United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR).Global Report 2021 The Stories Behind the Numbers. Available from: https://reporting.unhcr.org/globalreport2021/pdf#_ga=2.134554546.238482716.1656092639-896254418.1656092639&_gac=1.159655503.1656092771.CjwKCAjwwdWVBhA4EiwAjcYJEKAOTgyrSGBI_dFQp27bnX37_SVQOfqEbyjWdjT0JChRivnq9t-S2xoCpxUQAvD_BwE (accessed 24 June 2022)
  4. United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR).Global Trends Forced Displacement in 2021. Available from: https://www.unhcr.org/62a9d1494/global-trends-report-2021 (accessed 24 June 2022)
  5. 5.0 5.1 5.2 5.3 United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR).Figures at a Glance. Available from: https://www.unhcr.org/figures-at-a-glance.html (accessed 24 June 2022)
  6. UNHCR, the UN Refugee Agency. UNHCR’s Global Trends Report: 100 Million Displaced. Available from: https://youtu.be/vl8gYm4nNDQ(last accessed 30/06/22)
  7. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (UNOCHA), Guiding Principles on Internal Displacement. 2004. Available from: https://cms.emergency.unhcr.org/documents/11982/44794/UN%2C+Guiding+Principles+on+Internal+Displacement%2C+1998/47806967-dd92-4d67-ad47-578aa8b5d11f (Accessed 27th June 2020).
  8. Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC). Launch of GRID 2022: report presentation. Available from: https://youtu.be/BHRI-0suJhw(last accessed 30/06/22)
  9. Operational Data Portal. Ukraine Refugee Situation. Available from: https://data.unhcr.org/en/situations/ukraine (accessed: 25 June 2022)
  10. 10.0 10.1 10.2 10.3 10.4 Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC). Global Report for Internal Displacement 2022 – Children and Youth in Internal Displacement. Available from: https://www.internal-displacement.org/global-report/grid2022/ (accessed 24 June 2022).
  11. International Organisation for Migration. Ukraine Internal Displacement Report – General Population Survey Round 5. 23 May 2022. Available from: https://displacement.iom.int/sites/default/files/public/reports/IOM_Gen%20Pop%20Report_R5_final%20ENG%20%281%29.pdf (accessed 25 June 2022).
  12. UNHCR. Refugee Resettlement. Available from: https://www.unhcr.org/56fa35b16.pdf (Accessed 21 June 2022)
  13. 13.0 13.1 CDC Global Dataset: Counter Trafficking Data Collaborative. Available from: https://www.ctdatacollaborative.org/ (accessed 25 June 2022).
  14. 14.0 14.1 Counter Trafficking Data Collaborative (CTDC). Human Trafficking and Gender: Differences, Similarities and Trends. Available from: https://www.ctdatacollaborative.org/story/human-trafficking-and-gender-differences-similarities-and-trends (accessed 25 June 2022).
  15. 15.0 15.1 15.2 Counter Trafficking Data Collaborative (CTDC). Age of Victims: Children and Adults. Available from: https://www.ctdatacollaborative.org/story/age-victims-children-and-adults (accessed 25 June 2022).
  16. Counter Trafficking Data Collaborative (CTDC). Abducted victims. Available from: https://www.ctdatacollaborative.org/story/abducted-victims (accessed 25 June 2022).
  17. Counter Trafficking Data Collaborative (CTDC). Exploitation of Victims: Trends. Available from: https://www.ctdatacollaborative.org/story/exploitation-victims-trends accessed 25 June 2022).
  18. 18.0 18.1 18.2 Counter Trafficking Data Collaborative (CTDC). Victims of trafficking on the road Available from: https://www.ctdatacollaborative.org/story/victims-trafficking-road (accessed 25 June 2022).
  19. Goodwin-Gill GS, McAdam J. UNHCR and climate change, disasters and displacement. The United Nations Refugee Agency (UNHCR), Geneva, Switzerland. 2017.
  20. Interaction. Disaster And Climate Related Displacement And Migration. Available from: https://www.interaction.org/aid-delivers/hot-topics-conflict-and-humanitarian-protection/displacement-and-climate-related-displacement-and-migration/ (accessed 23 June 2022)
  21. 21.0 21.1 Change IP. Climate change 2007: Impacts, adaptation and vulnerability. Genebra, Suíça. 2001. Available from: http://www.grida.no/climate/ipcc_tar/wg2/561.htm, (Accessed 15 October 2020)
  22. United Nations General Assembly. The 1951 Convention Relating to the Status of Refugees; Resolution 429. Available form: http://www.cas/com/discoveryguides/refugee/review2.php (Accessed 14 September 2020).
  23. Laczko F, Aghazarm C. Migration, Environment and Climate Change: Assessing the Evidence. International Organization for Migration (IOM); 2009.
  24. 24.0 24.1 World Bank Group. (2018). Groundswell : Preparing for internal climate migration (p. 256).
  25. Optimist. For My Son – in 360º. Available from: https://youtu.be/qLhDsyL1Zhc(last accessed 30/06/22)

  26. UNHCR, the UN Refugee Agency. Three times a refugee – 90 year old Rohingya Gul Hazar’s story. Available from: https://youtu.be/7d78RbdQwo0(last accessed 30/06/22)
  27. Internal Displacement Monitoring Centre. About Us. Available from: https://www.internal-displacement.org/about-us (accessed 2 May 2022).


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles