Talus

Rédactrice originale Lucinda Hampton Principales collaboratricesLucinda Hampton, Ewa Jaraczewska, Kim Jackson et Vidya Acharya

Introduction(edit | edit source)

Près de 70 % des blessures à la cheville peuvent entraîner des lésions chondrales et ostéochondrales plus ou moins importantes du talus.

Le talus est le deuxième plus grand os de l’arrière-pied chez l’humain. Il est responsable de la transmission du poids du corps et des forces qui se produisent entre la jambe et le pied.

Talus bone - animation03.gif

Le talus : (l’illustration démontre un talus gauche – cliquez sur l’image pour voir l’animation)

  • fait partie de multiples articulations, y compris les articulations tibiotarsienne, sous-astragalienne et médiotarsienne;
  • n’est pas le site d’insertion musculaire directe et a une irrigation sanguin précaire et limité;
  • est le site d’attache de nombreux ligaments, notamment les complexes du ligament collatéral latéral et du ligament deltoïde (collatéral médial).

Les fractures du talus représentent environ 1 % de toutes les fractures du pied et de la cheville.

Il est important de connaître la fréquence des lésions isolées et celle des lésions combinées du talus, ainsi que l’étendue de leurs implications cliniques et de leurs conséquences potentielles à long terme.(1)

Structure(edit | edit source)

Talus .png

Le talus est un os incroyable : malgré sa petite taille, il transmet une force considérable au cours du cycle normal de la marche et encore plus lors des activités impliquant des impacts.

  • Le talus a la forme d’un cône tronqué et est plus large en antérieur qu’en postérieur (c’est un os irrégulier en forme de selle).
  • Environ les deux tiers de sa surface sont recouverts de cartilage articulaire et son irrigation sanguine est précaire, comme celle du scaphoïde au poignet.
  • Le talus présente sept surfaces articulaires et se divise en une tête, un col et un corps, ainsi que deux processus, le processus postérieur et le processus latéral.
  • Le corps du talus présente une surface lisse et incurvée, la trochlée du talus (aussi appelée « dôme du talus »). Celle-ci est recouverte de cartilage hyalin et est convexe d’avant en arrière. Les surfaces médiale et latérale forment respectivement une articulation avec la malléole médiale du tibia et la malléole latérale de la fibula. La surface articulaire latérale est large et descend plus bas. La partie inférieure de la surface latérale forme une saillie osseuse, appelée « processus latéral du talus », qui soutient la partie inférieure de la facette articulaire latérale. La face postérieure possède un processus postérieur orienté vers l’arrière et en médial, avec un tubercule latéral et un tubercule médial séparés par une gouttière pour le tendon du long fléchisseur de l’hallux.
  • La tête du talus forme une articulation avec l’os naviculaire. Sur sa face inférieure, elle est continue, avec trois facettes articulaires séparées par des crêtes lisses. Il y a une facette antérieure et une facette médiane qui s’articulent avec les facettes correspondantes du calcanéum. Médialement par rapport à ces facettes, on retrouve une autre facette qui s’articule avec le ligament calcanéoscaphoïdien inférieur. La tête et le corps du talus sont reliés par le col du talus, qui est incliné vers le bas en distal et en médial.(2)
  • La face inférieure du col du talus possède une gouttière profonde, le « sillon du talus », qui se dirige obliquement vers l’avant et s’élargit de la partie médiale à la partie latérale. Il forme le sinus du tarse avec le sillon calcanéen du calcanéum. (3)
Talus bone - animation01.gif

Articulations(edit | edit source)

  • Supérieure : le dôme du talus s’articule avec le tibia et la fibula pour former la mortaise tibiale.
  • Inféropostérieure : une grande facette oblique concave s’articule avec le calcanéum pour former l’articulation sous-talienne.
  • Antéroinférieure : deux facettes s’articulent avec le calcanéum et font partie de l’articulation talocalcanéonaviculaire.
  • la surface articulaire convexe de la tête du talus s’articule avec la surface articulaire concave et circulaire de la face postérieure de l’os naviculaire (3)

Attaches musculaires( edit | edit source )

Il n’y a pas d’insertion musculaire sur le talus, ce qui signifie qu’il ne bénéficie pas de sources secondaires d’approvisionnement sanguin.

  • En cas d’atteinte vasculaire au talus à la suite de blessures traumatiques, comme lors de fractures déplacées, le risque de nécrose avasculaire post-traumatique est relativement élevé. (1)

Ligaments(edit | edit source)

  • Ligament talofibulaire antérieur (LTFA)
  • Figure 3-Ankle ligaments.PNG

    Ligament talofibulaire postérieur (LTFP)

  • Ligaments talocalcanéens
  • Ligaments du sinus du tarse
    • Ligament cervical
    • Ligament talocalcanéen interosseux
  • Ligament collatéral médial (ligament deltoïde)
    • Ligament tibiotalaire antérieur
    • Ligament tibiotalaire postérieur superficiel
    • Ligament tibiotalaire postérieur profond
  • Ligament talonaviculaire dorsal (3)

Irrigation sanguine ( edit | edit source )

  • Artère tibiale postérieure à la partie médiale du corps du talus et du sinus du tarse
  • Artère tibiale antérieure et artère pédieuse à la tête et au col du talus
  • Artère fibulaire dans la partie latérale du corps et du sinus du tarse (3)
Anatomy ankle and foot 4.jpg

Innervation(edit | edit source)

  • Nerf fibulaire profond
  • Nerf tibial
  • Nerf saphène
  • Nerf sural (3)

Importance clinique ( éditer | éditer la source )

Nécrose avasculaire ( edit | edit source )

Le risque de nécrose avasculaire est élevé dans le cas des fractures du talus, car l’apport sanguin au talus est naturellement précaire et limité.

  • Les fractures du talus représentent 1 % de l’ensemble des fractures du pied et de la cheville. Les fractures du talus les plus fréquentes (environ 50 %) se produisent au niveau du col du talus, sa partie la plus vulnérable.(1)
  • Les fractures du corps du talus représentent 20 % de toutes les fractures du talus, et si une fracture s’étend jusqu’à une surface articulaire du corps du talus, de l’arthrose peut en résulter.

Fractures par avulsion du talus ( edit | edit source )

L’entorse latérale de la cheville est la blessure sportive la plus fréquente, représentant 15 à 20 % de toutes les blessures sportives et 85 % de toutes les entorses de la cheville.

  • En raison de l’insertion du LTFA et du LTFP sur le talus, des fractures par avulsion peuvent se produire lorsque ces ligaments sont blessés au moment d’une entorse latérale de la cheville.
  • Un pour cent de toutes les entorses de la cheville causent des fractures par avulsion du talus, il est donc important de les considérer dans le diagnostic différentiel lorsque les patients présentent des symptômes d’entorse latérale de la cheville, en particulier s’ils présentent un œdème marqué, des ecchymoses ou des difficultés à supporter la mise en charge.
Ankle Post Med View Google.jpg

Syndrome du canal tarsien ( edit | edit source )

Le syndrome du tunnel tarsien se manifeste sur la face médiale de la cheville. Un plancher osseux, constitué du tibia, du talus et du calcanéum, et un toit fibreux, constitué du rétinaculum des fléchisseurs, forment le tunnel tarsien. Le nerf, l’artère et la veine tibiaux postérieurs et les tendons des muscles jambier postérieur, long fléchisseur de l’hallux et long fléchisseur des orteils passent dans le tunnel tarsien, et le nerf tibial postérieur est à risque d’être comprimé dans cet espace.

  • Cette affection se caractérise par des douleurs, des paresthésies et une perte de sensibilité à la partie médiale du pied et de la cheville. Dans les cas graves, les patients peuvent également ressentir de la faiblesse et avoir de l’atrophie musculaire.
  • Les lésions osseuses du talus, telles que les ostéophytes ou les ostéosarcomes, peuvent entraîner la compression du nerf tibial postérieur dans le tunnel tarsien, provoquant ainsi le syndrome du tunnel tarsien.

Pied plat ( edit | edit source )

L’articulation sous-talienne permet au talus de maintenir les voûtes (arches) longitudinales médiale et latérale. Un pied plat survient lorsqu’il y a une altération de la morphologie des facettes articulaires du talus et que la biomécanique de l’articulation sous-talienne est modifiée. (1)

Syndrome de l’os trigone ( edit | edit source )

Le syndrome de l’os trigone est caractérisé par une douleur dans la partie postérieure de la cheville et une réduction de la flexion plantaire causées par le « phénomène du casse-noisette ». En présence d’un os trigone, cet os accessoire et les tissus mous qui l’entourent peuvent être comprimés entre le tibia, le talus et le calcanéum. Cela peut entraîner une inflammation des structures concernées. (4) (5)

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 Khan IA, Varacallo M. Anatomy, Bony Pelvis and Lower Limb, Foot Talus. (Updated 2023 Aug 8). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2023 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK541086/ (last access 29.10.2023)
  2. Majeed H, McBride DJ. Talar process fractures: An overview and update of the literature. EFORT Open Rev. 2018 Mar 29;3(3):85-92.
  3. 3.0 3.1 3.2 3.3 3.4 Morgan M, Worsley C, Yu Y, et al. Talus. Reference article, Radiopaedia.org. Available from https://radiopaedia.org/articles/talus (last access 29.10.2023)
  4. Russell JA, Kruse DW, Koutedakis Y, McEwan IM, Wyon MA. Pathoanatomy of posterior ankle impingement in ballet dancers. Clin Anat. 2010 Sep;23(6):613-21.
  5. M. Nyska, G. Mann Unstable Ankle. Leeds: Human Kinetics Publishers, 2002


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles