Principes de gestion de la mise en charge en réadaptation du sport et de l’exercice.

Éditeur original Wanda van Niekerk basé sur le cours de Lee Herrington

Principaux contributeursWanda van Niekerk, Jess Bell, Kim Jackson et Lucinda hampton

Modèle de causalité des blessures ( éditer | source d’édition )

Plusieurs facteurs peuvent prédisposer un athlète à une blessure. Certaines de ces prédispositions sont non modifiables (anatomie, génétique, blessures antérieures, facteurs environnementaux) et d’autres sont modifiables. Les prédispositions modifiables peuvent être à long terme (historique d’entraînement, force, mouvement, habileté, flexibilité) ou à court terme (état de l’athlète, fatigue, humeur, régime alimentaire, etc.) Quelle que soit la prédisposition d’un athlète, il ne peut se blesser que lorsqu’il est exposé à une charge. Et encore faut-il qu’il y ait un événement déclencheur menant à la blessure. Le diagramme du Dr Lee Herrington illustre ce point :

Modèle de causalité des lésions (1)

Vous trouverez plus d’informations ici : Musculoskeletal Injury Risk Screening

Définition de la mise en charge ( éditer | modifier la source )

Le Comité international olympique définit la charge comme suit (2):

« La mise en charge sportive et non sportive (facteurs de stress physiologiques, psychologiques ou mécaniques uniques ou multiples) en tant que stimulus appliqué à un système biologique humain (y compris les éléments subcellulaires, une cellule unique, les tissus, un ou plusieurs systèmes d’organes, ou l’individu). La charge peut être appliquée au système biologique humain individuel sur des périodes de temps variables (secondes, minutes, heures à jours, semaines, mois et années) et avec une magnitude variable (c’est-à-dire durée, fréquence et intensité). »

Caractéristiques de la charge ( éditer | modifier la source )

  • La charge est un stimulus externe appliqué à un athlète individuel et mesuré indépendamment de ses caractéristiques internes (2)
  • L’exposition à la charge entraîne une réponse physiologique et psychologique
  • La charge peut être appliquée au niveau du système entier ou du corps entier ou appliquée au niveau du tissu (charge du système vs charge du tissu).

Dans la réadaptation des blessures sportives, l’application de la charge est souvent axée sur l’application de la charge sur le tissu spécifique que nous souhaitons influencer. (1) Les graphiques suivants expliquent la différence entre la charge du système et la charge des tissus. (1)

Graphique illustrant les forces verticales de réaction au sol lors de la marche et de la course à pied au niveau du système et des tissus.

Le graphique de gauche illustre la quantité de poids corporel (x BW) à laquelle le corps est exposé en termes de force de réaction verticale au sol lors de la marche, de la course à une allure modérée pendant 10 km et de la course à une allure rapide pendant 10 km. La charge (force verticale de réaction au sol) qui traverse l’ensemble du corps (charge du système) augmente régulièrement au fur et à mesure que le rythme augmente.

Lorsque l’on convertit la charge à travers des zones spécifiques du corps comme dans le graphique de droite, il est clair que même si la gravité est la même, la charge exprimée au niveau des différentes articulations change nettement avec le rythme.

  • À la hanche, lorsque la vitesse augmente, on observe une augmentation constante de la charge ou du moment.
  • Au niveau du genou, lorsque la vitesse augmente, il y a une énorme augmentation de la charge lors du passage de la marche à la course d’allure modérée. Cependant, on constate une augmentation relativement faible de la charge lors du passage d’une course d’allure modérée à une course d’allure rapide. Ainsi, le genou réagit différemment de la hanche à un changement de rythme de course.
  • Au niveau de la cheville, le niveau de charge est plus élevé, que la tâche soit de marcher ou de courir. Comme pour la hanche, il existe une relation plus constante avec les changements de rythme. Par contre, la charge à travers la cheville commence à un niveau de base beaucoup plus élevé.

Cet exemple montre clairement que même si la gravité est la même (donc, la charge verticale est la même), la façon dont cette charge est exprimée aux différentes articulations change avec le rythme. Cela montre que la charge sur le système et la charge sur les tissus doivent toutes deux être prises en compte lors de l’application de charge en réadaptation.

Identifier la charge ( edit | éditer la source )

  • Charge externe = caractéristiques de la charge d’entraînement décrivant l’ampleur et la quantité du travail physique (3)
    • Exemples de charges externes qui pourraient être capturées :
      • Les paramètres d’entraînement tels que la durée, la distance, les répétitions, la nature de la charge (vitesses absolues, accélération, décélération, moments biomécaniques)
      • Dans le sport lui-même – l’impact, la nature de la compétence, la compétition et le poids soulevé
  • Charge interne = caractéristiques décrivant la réponse physiologique et biomécanique résultante à la mise en charge (3)
    • Exemples de charges internes qui pourraient être capturées :

(4)

  • La relation entre l’exposition (charge) et la conséquence
    • Il n’y a pas nécessairement de relation claire entre la charge, l’exposition à la charge et les conséquences de cette charge. Les conséquences de l’exposition à la charge varient considérablement en fonction de chaque athlète et de son expérience antérieure avec la charge.(1)

La mise en charge est-elle une mauvaise chose ? ( éditer | modifier la source )

Courbe de déformation en mise en charge (5)

La courbe de déformation en mise en charge

  • Montre la déformation des tissus lorsqu’une charge est appliquée.
  • Au départ, lorsqu’une structure biologique est soumise à une charge, le tissu se déforme lentement puis plus rapidement jusqu’à atteindre le point de défaillance microscopique
  • Si la charge est retirée avant ce point de défaillance microscopique (région élastique), le tissu reprendra sa forme initiale.
  • Si le tissu est soumis à une charge au-delà de la région élastique, il y aura un changement permanent dans ce tissu

Implications de la courbe charge-déformation en situation de réadaptation d’une blessure ou de réadaptation à l’exercise.

  • Si l’objectif est de créer une adaptation tissulaire et une tolérance à la charge (c’est-à-dire un tissu plus fort et capable de résister à la charge), l’entraînement ou la réadaptation doit se faire dans la moitié gauche de la zone de défaillance microscopique. Cela causera suffisamment de dommages pour stimuler les processus physiologiques qui permettront l’adaptation des tissus.(5)
  • Si l’entraînement et la réadaptation se déroulent sur la moitié droite de la zone de défaillance microscopique, les dommages sont trop importants, ce qui peut conduire à des dommages irréparables et à la rupture.(1)

La mise en charge est une bonne chose, mais elle peut aussi être une mauvaise chose.

  • Une mise en charge correcte est nécessaire pour la réadaptation et le renforcement d’un athlète, mais si elle est trop importante, elle peut avoir des conséquences négatives.
  • Le « point idéal » de mise en chargement doit être déterminé.
  • Trop peu de charge = incapacité à fournir un stimulus approprié aux tissus pour qu’ils s’adaptent et se renforcent, et peut entraîner une atrophie.
  • Trop de charge = dégradation irrémédiable des tissus

Qu’en est-il de la mise en charge répétitive ? ( éditer | modifier la source )

  • Une charge élevée peut être protectrice (6)

(7)

  • Des augmentations ou des changements soudains de charge peuvent être à l’origine du problème (6)
  • Le ratio entre la charge de travail aiguë et chronique (RAC)
    • Le ratio entre la charge de travail aiguë et chronique est la quantité d’entraînement que l’athlète a effectuée pendant la période de réadaptation par rapport à ce qui est nécessaire pour une séance d’entraînement complète.(8)
    • La charge aiguë est l’entraînement effectué en 1 semaine. La charge chronique est la charge aiguë moyenne / l’entraînement effectué au cours des 4 dernières semaines. Le ratio entre l’aigu et le chronique montre si la charge de travail aigu est supérieure ou inférieure à la charge de travail totale des semaines précédentes.(8)
      • Un ratio entre la charge de travail aiguë et chronique de 0,5 signifie que le patient s’est entraîné ou a accomplit la moitié de ce qu’il s’était préparé à faire au cours des 4 semaines précédentes (8)
      • Un ratio de 2,0 signifie que le patient en a fait deux fois plus. Toute valeur supérieure à 1,5 est considérée comme un pic d’entraînement et peut être considérée comme un risque de blessure.(8)
    • Le RAC a récemment été critiqué (9) (10)(11) (12)(13)
    • Les systèmes biologiques vs les tissus locaux
      • L’une des raisons pour lesquelles le RAC a eu du mal à se reproduire dans des circonstances variées est que les mesures très souvent utilisées pour quantifier la charge, mesurent la mise en charge sur le système entier plutôt que la mise en charge sur les tissus et les blessures au niveau des tissus.(1)
      • La charge appliquée au niveau des tissus peut être très différente de la charge appliquée à l’ensemble du système.
      • Il est donc recommandé d’utiliser des paramètres différents pour mesurer la mise en charge au niveau des tissus par rapport aux paramètres utilisés pour mesurer la mise en charge au niveau du système.(1)
      • Un examen systématique récent portant sur la relation entre le RAC et le risque de blessure dans les sports a raporté une grande variabilité dans les études. Cependant, les études étaient généralement de bonne qualité, réalisées dans plusieurs pays et incluant divers sports. Il semble bien que l’utilisation du RAC pour les charges externes et internes puisse être lié au risque de blessure. Toutefois, la méthode du RAC présente encore des problématiques, qui devraient être abordées dans le cadre de recherches ultérieures.(14)

Gestion de la mise en charge en réadaptation ( éditer | modifier la source )

  • Collectez des données pour appuyer les décisions (1)
  • Cherchez à comprendre la charge externe et l’étendue des charges externes (1)
    • Le niveau de mise en charge externe peut être mesuré par :
      • Le poids corporel (PC) ou des multiples du poids corporel
      • Le poids soulevé
      • La mise en charge globale (sur le système) peut être calculée, mais l’idéal est de comprendre la mise en charge au niveau des tissus.

(17)

  • Les répétitions (et séries) ou la distance parcourue
    • Tenez compte du nombre de fois où la charge est appliquée à l’athlète.
    • Tenez également compte de la charge non réadaptative ou non sportive chez les athlètes.
      • Au travail, dans les activités de la vie quotidienne (AVQ)
      • Il est essentiel de comprendre ces autres mises en charge pour comprendre la totalité de la mise en charge sur un individu.
  • Vérifiez les conséquences de la mise en charge
    • Comment le tissu réagit-il à la mise en charge ?
    • Les moyens de le mesurer : en savoir plus ici
    • Quelle est la réponse globale à la mise en charge ?

Le processus de réadaptation ( éditer | source d’édition )

Le processus de réadaptation (1)

  • Évaluer l’ampleur du problème
  • Comprendre la situation actuelle
  • Supprimer toute force négative
  • Exposer progressivement le système et les tissus à la mise en charge
  • Atteindre les objectifs de performance
  • Les cliniciens doivent comprendre (1) :
    • L’ampleur des mises en charge auxquelles un athlète est exposé
    • Comment l’athlète et le tissu réagissent à cette mise en charge
      • Apparition de douleur
      • Apparition de rigidité
      • Apparition de courbatures
    • Fatigue
      • Moins capable de répéter l’effort le jour suivant
  • Cela indiquera si un athlète s’adapte de manière appropriée aux mises en charge de réadaptation ou d’entraînement.
  • Utiliser les données pour comprendre les informations et agir selon celles-ci (1)

Progression de la mise en charge en réadaptation ( éditer | modifier la source )

Exemple de progression de la mise en charge pour un coureur souffrant d’une tendinopathie d’Achille ( edit | edit source )

L’exemple suivant est tiré de la vidéo de Lee Herrington sur les principes de gestion de la mise en charge en réadaptation du sport et de l’exercice.(1)

Données disponibles au sujet de la charge sur un tendon d’Achille ( éditer | modifier la source )

  • Charges de pointe pendant la course de 5 à 6 fois le poids corporel (PC) (16)(18)
  • Trowell et al.(19) charges de pointe
    • Ankle bounces (sauts sur place) < course
    • Bounding = course
    • A-skips > course
  • Trowell et al. (19) ont comparé la production des unités musculotendineuses (UMT) plantaires entre des exercices pliométriques et la course à pied. Les résultats sont les suivants :
    • « Le ankle bounce a généré une faible production d’UMT des gastrocnémiens et du soléaire par rapport à la course. » (19)
    • « Un A-skip a généré un travail positif et négatif total plus important pour les deux fléchisseurs plantaires par rapport à une foulée de course et chaque cycle de A-skip a impliqué deux fois plus de contacts avec le sol et de phases de décollage des orteils qu’une foulée de course, augmentant ainsi le travail total pour les fléchisseurs plantaires. » (19)
  • Les chercheurs en ont conclu ce qui suit (19):
    • Le ankle bounce et le A-skip ont généré une faible production d’UMT pour le gastrocnémien et le soléaire par rapport à la course. Cela peut suggérer que ces deux exercices peuvent être utilisés comme alternatives à la course à pied si de faibles charges sur les fléchisseurs plantaires sont nécessaires.(19)
    • Le bounding a produit une tension maximale supérieure à celle de la course et peut être utilisé chez les coureurs qui doivent s’entraîner ou se réadapter avec des mises en charge excentriques élevées. (19)
    • Les sauts de haies peuvent être utilisés chez les coureurs qui ont besoin d’une surcharge du soléaire, avec une faible mise en charge des gastrocnémiens latéraux.(19)

(20)

  • Baxter et al.(16) les charges de pointe
    • Levée de talon assis 0,5 x PC
    • Squat à une jambe 1 x PC
    • Levée de talon debout 2 x PC
    • Saut avant 5 x PC
    • Saut à terre sur une jambe 5,5 x PC
Tableau 1. Exercices de réadaptation du tendon d’Achille et charge de pointe (PC) (16)
Niveau Exercice Charge de pointe (PC)
Niveau 1 Seated heel raise (2 jambes) 0.5 ± 0.2
Seated heel raise (1 jambe) 0.7 ± 0.2
Squat 1.1 ± 0.3
Low step up (leading leg) 1.6 ± 0.4
High step up (leading leg) 1.8 ± 0.3
Standing heel raise 1.6 ± 0.2
Niveau 2 Rebounding heel raise (2 jambes) 2.5 ± 0.7
Lunge (leading leg) 2.1 ± 0.6
Low step down (leading leg) 2.2 ± 0.5
Low step up (trailing leg) 2.9 ± 0.4
High step down (trailing leg) 2.6 ± 0.3
Marche (stance) 3.3 ± 0.3
Low step down (trailing leg) 2.9 ± 0.3
Forward jump (2 jambes) 3.2 ± 1.0
High step down (leading leg) 3.2 ±0.6
High step up (trailing leg) 3.7 ± 0.6
Lunge (trailing leg) 2.4 ± 0.5
Counter movement jump (2 jambes) 3.4 ±0.3
Rebounding heel raise 4.2 ± 0.9
Standing heel raise (1 jambe) 3.0 ± 0.3
Niveau 3 Drop jump (2 jambes) 3.6 ± 0.6
Hopping (2 jambes) 4.8 ± 1.8
Course (stance) 5.2 ± 0.9
Forward hopping (2 jambes) 5.2 ± 2.6
Counter movement jump (1 jambe) 4.9 ± 0.6
Forward jump (1 jambe) 5.4 ± 1.1
Niveau 4 Hopping (1 jambe) 6.7 ± 1.8
Drop jump (1 jambe) 5.5 ± 0.8
Lateral hopping (1 jambe) 7.3 ± 2.4
Forward hopping (1 jambe) 7.3 ± 1.9

Exigences du patient pour la course à pied ( éditer | modifier la source )

  • Court généralement 25 à 30 km par semaine (6 à 10 km par course), court 3 à 4 fois par semaine.
  • Meilleur temps sur 10 km : 48 minutes, en s’entraînant à un rythme de 5min/km
  • Cadence de course typique 170 pas/min
  • Fréquence cardiaque cible pour les exercices aérobiques : 120 battements/min.
  • Raison principale de la course :
    • Santé (mentale et physique)
    • Gestion du poids

Données de base ( éditer | modifier la source )

  • Douleur après avoir couru plus de 2 km après la course et le lendemain matin.
  • La douleur limite la levée du talon debout à 18 répétitions, mais il est capable d’en faire 28 sur l’autre jambe.
  • Capable de faire des rebonds bilatéraux de la cheville 10 fois sans douleur.

Gestion et progression de la mise en charge tissulaire ( éditer | source d’édition )

Exposition à la charge de pointe ( edit | edit source )

  • Pour le tendon d’Achille pendant la course, les données indiquent 5-6 x PC
  • Exposition aux charges de pointe – progression
    • Continuez avec 2 km de course
    • Développez la capacité à tolérer la charge
      • Rebonds de la cheville (ankle bounces)
      • Bounding
      • A-skips

Volume de l’exposition ( éditer | éditer la source )

  • Augmentez progressivement le volume de course / la distance à partir de 2 km.
  • Contrôlez l’effet de cette augmentation
    • Raideur et courbatures matinales
    • Test du genou au mur
    • Montée sur le bout des pieds (Calf raises)

Gestion et progression de la mise en charge du système ( éditer | modifier la source )

Fitness aérobique ( edit | edit source )

  • Prévoyez un autre stimulus si la course n’est pas suffisante, comme un vélo d’exercice, ou combinez avec la tolérance actuelle de l’athlète à la mise en charge lors de la course.
  • Entraînement à une fréquence cardiaque (FC) de 120 battements/minute – visez à faire l’entraînement à vélo à la même intensité.
  • Toujours en fournissant à l’athlète une façon de gérer son poids et une stimulation de la santé mentale par différentes formes d’exercice.

Messages clés à retenir ( éditer | modifier la source )

  1. Comprendre les exigences de performance
  2. Identifier la mise en charge que le tissu (et l’individu) peut actuellement tolérer.
  3. Identifier l’écart entre l’état actuel et les exigences de performance
  4. Appliquer progressivement les charges maximales que le tissu (et l’individu) peut tolérer pour atteindre les exigences de performance globales.
  5. Évaluer l’impact de la mise en charge sur le tissu et l’individu.

Références(edit | edit source)

  1. 1.00 1.01 1.02 1.03 1.04 1.05 1.06 1.07 1.08 1.09 1.10 1.11 1.12 Herrington, L. Principles of Load Management in Sport and Exercise Rehabilitation. Plus , Course. 2022
  2. 2.0 2.1 Soligard T, Schwellnus M, Alonso JM, Bahr R, Clarsen B, Dijkstra HP, Gabbett T, Gleeson M, Hägglund M, Hutchinson MR, Van Rensburg CJ. How much is too much?(Part 1) International Olympic Committee consensus statement on load in sport and risk of injury. British journal of sports medicine. 2016 Sep 1;50(17):1030-41.
  3. 3.0 3.1 Impellizzeri FM, Marcora SM, Coutts AJ. Internal and external training load: 15 years on. International journal of sports physiology and performance. 2019 Feb 1;14(2):270-3.
  4. Andrew Wiseman. Internal and External Training Load: 15 Years On. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=suukV0POxqog (last accessed 01/08/2022)
  5. 5.0 5.1 Herrington, L, Spencer, S. Principles of Exercise Rehabilitation. In Petty NJ, Barnard K, editors. Principles of musculoskeletal treatment and management e-book: a handbook for therapists. Elsevier Health Sciences; 2017 Jun 28.
  6. 6.0 6.1 6.2 Gabbett TJ. The training—injury prevention paradox: should athletes be training smarter and harder?. British journal of sports medicine. 2016 Mar 1;50(5):273-80.
  7. Tim Gabbett. RESEARCH VLOG #6: Train Smarter and Harder. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=I_FVqXZ9DBk (last accessed 1/08/2022)
  8. 8.0 8.1 8.2 8.3 Blanch P, Gabbett TJ. Has the athlete trained enough to return to play safely? The acute: chronic workload ratio permits clinicians to quantify a player’s risk of subsequent injury. British journal of sports medicine. 2016 Apr 1;50(8):471-5.
  9. Buchheit M. Applying the acute: chronic workload ratio in elite football: worth the effort?. British Journal of Sports Medicine. 2017 Sep 1;51(18):1325-7.
  10. Williams S, West S, Cross MJ, Stokes KA. Better way to determine the acute: chronic workload ratio?. British Journal of Sports Medicine. 2017 Feb 1;51(3):209-10.
  11. Lolli L, Batterham AM, Hawkins R, Kelly DM, Strudwick AJ, Thorpe R, Gregson W, Atkinson G. Mathematical coupling causes spurious correlation within the conventional acute-to-chronic workload ratio calculations. British journal of sports medicine. 2019 Aug 1;53(15):921-2.
  12. Wang C, Vargas JT, Stokes T, Steele R, Shrier I. Analyzing activity and injury: lessons learned from the acute: chronic workload ratio. Sports Medicine. 2020 Jul;50(7):1243-54.
  13. Impellizzeri FM, Tenan MS, Kempton T, Novak A, Coutts AJ. Acute: chronic workload ratio: conceptual issues and fundamental pitfalls. International journal of sports physiology and performance. 2020 Jun 5;15(6):907-13.
  14. Maupin D, Schram B, Canetti E, Orr R. The relationship between acute: chronic workload ratios and injury risk in sports: a systematic review. Open access journal of sports medicine. 2020;11:51.
  15. Van Rossom S, Smith CR, Thelen DG, Vanwanseele B, Van Assche D, Jonkers I. Knee joint loading in healthy adults during functional exercises: implications for rehabilitation guidelines. journal of orthopaedic & sports physical therapy. 2018 Mar;48(3):162-73.
  16. 16.0 16.1 16.2 16.3 Baxter JR, Corrigan P, Hullfish TJ, O’Rourke PA, Silbernagel KG. Exercise Progression to Incrementally Load the Achilles Tendon. Medicine and Science in Sports and Exercise. 2021 Jan 1;53(1):124-30.
  17. E3 Rehab. Achilles Tendon Rehab – Exercise Loading Progression for Tendinitis | Tendinopathy | Rupture | Pain. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=-GPcsXZmy8g (last accessed 1/08/2022)
  18. Starbuck C, Bramah C, Herrington L, Jones R. The effect of speed on Achilles tendon forces and patellofemoral joint stresses in high‐performing endurance runners. Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports. 2021 Aug;31(8):1657-65.
  19. 19.0 19.1 19.2 19.3 19.4 19.5 19.6 19.7 Trowell D, Fox A, Saunders N, Vicenzino B, Bonacci J. A comparison of plantarflexor musculotendon unit output between plyometric exercises and running. Journal of Science and Medicine in Sport. 2022 Apr 1;25(4):334-9.
  20. Health and High Performance. Runners: Choosing plyometric exercises to target the calf muscles. Available from: https://www.youtube.com/shorts/m4cZ–UwUsE (last accessed 1/08/2022)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles