Activité physique chez les personnes présentant un handicap

Introduction(edit | edit source)

Il y a 1,2 milliard de personnes vivant avec un handicap dans le monde. Elles représentent 15 % de la population mondiale et 80 % des personnes avec un handicap résident dans des pays à faible revenu. (1) Aux États-Unis, 20 % de la population présente un handicap, soit 56 millions d’adultes. (2) En Australie, une personne sur six vit avec un handicap. Le handicap profond ou grave, qui signifie que la personne est incapable d’accomplir ses activités de vie quotidienne sans assistance, touche une personne sur trois. (3) La Banque mondiale estime qu’un cinquième de la population mondiale souffre d’un handicap important.(4) La publication de l’annuaire 2016 sur les droits des personnes handicapées en Afrique indique qu’en Afrique, les nourrissons de sexe féminin présentant un handicap sont plus susceptibles d’être tués à la naissance.(1)

Il existe de nombreux types de handicaps affectant les mouvements, la vision, l’audition, la pensée, la mémoire, l’apprentissage, la communication, la santé mentale et les relations sociales.(5)

Handicap et santé ( éditer | éditer la source )

Le comportement sédentaire, souvent associé au handicap, entraîne un déconditionnement et des risques pour la santé. Le problème est si spécifique qu’il est décrit comme le syndrome de déconditionnement à faible dépense énergétique associé à un handicap.(6)

Les personnes présentant un handicap sont 57 % plus susceptibles d’être obèses que les adultes sans handicap. (7) L’obésité est un facteur de risque important pour les adultes présentant un handicap, qui ont 33 % de chances en plus de souffrir d’une maladie chronique, telle qu’une maladie cardiaque, un diabète, un accident vasculaire cérébral ou un cancer. (8)

L’impact de ces maladies chroniques peut être réduit par l’activité physique aérobique, mais les adultes présentant un handicap ne pratiquent une activité physique régulière que deux fois moins souvent que les adultes sans handicap (12 % contre 22 %). (7) (9)

Aerobic activity by disability type.jpeg

L’activité physique ( éditer | source d’édition )

Définition(edit | edit source)

L’activité physique est définie comme tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques et nécessitant une dépense d’énergie.(10) Sont donc incluses dans cette description, les activités entreprises dans le cadre du travail, des loisirs, des voyages, des tâches ménagères et des pratiques récréatives. L’OMS recommande aux adultes de pratiquer au moins 150 à 300 minutes d’activité physique aérobique d’intensité modérée par semaine ou au moins 75 à 150 minutes d’activité physique aérobique d’intensité vigoureuse par semaine, ou encore, une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et vigoureuse par semaine.(11) Cependant, environ 25 % de la population mondiale reste insuffisamment active, et ce chiffre est deux fois plus élevé dans les pays à niveau de revenu élevé.(11) Par rapport aux personnes qui répondent aux critères d’activité, les personnes qui ne sont pas suffisamment actives physiquement ont un risque accru de 20 à 30 % de mortalité toutes causes confondues.(12)

(13)

Méthodes de mesure de l’activité physique ( éditer | edit source )

Le niveau d’activité physique peut être mesuré en équivalent métabolique de la tâche (EMT), qui est défini comme un multiple du taux métabolique au repos. Lorsque l’on considère les caractéristiques individuelles, le seuil d’activité est basé sur des intensités relatives. Sans tenir compte des capacités de la personne, les intensités absolues deviennent le seuil de référence.(14) Un score EMT de 1 définit le niveau d’énergie utilisé par la personne au repos. Lorsque les recommandations en matière d’activité physique utilisent des intensités absolues comme point de référence, on considère qu’une activité est légère lorsque l’EMT est inférieurs à 3, tandis qu’un EMT compris entre 3,0 et 5,9 sont considérés comme une activité modérée. Lorsque l’EMT est supérieure à 6, l’activité est considérée comme vigoureuse.

Exemple de niveaux d’EMT

Un autre outil permettant de mesurer le niveau d’activité physique est l’évaluation de l’effort perçu (EEP) de Borg. Il est basé sur une échelle subjective de 6 à 20 et offre une bonne estimation de la fréquence cardiaque au cours d’une activité.

Original-and-modified-Borg-scales.png

D’autres méthodes de mesure de l’activité physique existent :(15)

  • Questionnaires d’auto-évaluation
  • Journal d’activités avec auto-évaluation
  • Observation directe
  • Dispositifs : accéléromètres, podomètres, moniteurs de fréquence cardiaque, Santé et technologie portable (montres intelligentes).

Personnes présentant un handicap ( éditer | edit source )

Le handicap ne définit pas la personne. Par conséquent, lorsque l’on parle de personnes présentant un handicap ou que l’on travaille avec elles, il est essentiel de placer la personne au premier plan. Un langage positif encourage les gens et c’est pourquoi il faut toujours utiliser un langage inclusif. (16)(17)

« Un handicap est une affection du corps ou de l’esprit (déficience) qui rend plus difficile pour la personne qui en est atteinte l’accomplissement de certaines activités (limitation d’activité) et l’interaction avec le monde qui l’entoure (restrictions de participation) ».(18)

Dans le modèle médical du handicap, la condition est considérée comme une difficulté médicale et biologique. L’accent est mis sur la correction du mal-être plutôt que sur la prévention du mal-être et la promotion du bien-être. Au contraire, dans le modèle social, le handicap est considéré comme une différence et n’est pas jugé. Ce modèle met l’accent sur les obstacles tels que les facteurs structurels ou les comportements discriminatoires qui empêchent l’activité physique. Les modèles médicaux et sociaux sont critiqués pour avoir mis en évidence des points de vue extrêmes.(19) Cela a conduit à l’élaboration du modèle socio-relationnel, qui suggère que les déficiences et les barrières sociales et environnementales peuvent toutes deux agir simultanément.(20)

(21)

Les bienfaits de l’activité physique pour les personnes vivant avec un handicap ( éditer | éditer la source )

L’activité physique est essentielle à la qualité de vie et à la promotion de la santé publique. (19)
Chez les personnes vivant avec un handicap, l’activité physique revêt une importance accrue en raison des taux plus élevés de maladies chroniques que l’activité physique peut influencer. En plus de ces avantages métaboliques, les personnes vivant avec un handicap peuvent profiter de l’activité physique :

  • Avantages pour la santé :
    • L’importance de l’activité physique est amplifiée dans les cas de difficultés cognitives, émotionnelles et sociales.
    • Des avantages psychologiques tels qu’une meilleure perception de soi grâce à des expériences d’activité physique réussies.
    • L’activité physique peut réduire le stress, la douleur et la dépression. Les activités de la vie quotidienne sont perçues comme plus faciles.
  • Avantages au niveau du contact social :
    • L’activité physique peut réduire le processus de stigmatisation et les stéréotypes négatifs.
    • L’activité physique peut contribuer à améliorer le statut social : les personnes sans handicap voient une personne présentant un handicap physiquement active plus favorablement que si elle est non active.
    • Avantages sociaux : la nature de nombreuses activités sportives favorise l’intégration sociale, la création de liens et l’amitié.
  • Avantages au niveau plaisir :
    • L’activité physique a des effets bénéfiques sur l’humeur.
    • L’interaction sociale avec le personnel du centre de remise en forme et les autres participants prodigue du plaisir au participant.

(22)

Obstacles à l’activité physique ( éditer | éditer la source )

Malgré les avantages pour la santé, le contexte social et le plaisir, il existe, en fonction de l’âge et du type de handicap, des obstacles à l’activité physique au niveau individuel, social, environnemental et politique (23):

Au niveau individuel : le manque de connaissances sur les endroits où faire de l’exercice ; le manque de connaissances/informations accessibles sur l’activité physique : quels sont les avantages de l’activité physique(24), la quantité adéquate d’activité à pratiquer et le niveau sécuritaire de l’activité physique ; la peur de tomber, la nature de ce qui peut provoquer des douleurs pendant l’activité, le manque d’énergie, le manque de motivation, la honte d’être handicapé ; (9) des préoccupations personnelles en matière de sécurité ; la crainte d’attirer une attention non désirée.

Au niveau social : la dépendance des enfants vivant avec un handicap à l’égard de leurs parents ; la surprotection des autres (soignants, conjoints, famille) ; le manque de préparation professionnelle ou d’équipement des professeurs d’éducation physique pour travailler avec des étudiants présentant un handicap ; les médecins fournissant des excuses médicales aux étudiants vivant avec un handicap pour qu’ils évitent l’éducation physique ; les enfants handicapés sans amis avec qui jouer ; les sports inappropriés proposés sans conseils appropriés ; le coût ; un soutien social limité ; des attitudes sociétales négatives à l’égard du handicap de la part d’autres personnes (par exemple, les clients et le personnel des centres de loisir).

Au niveau environnemental : l’accessibilité (portes de gymnase trop étroites pour l’accès des fauteuils roulants, salles de bains ou vestiaires inaccessibles) ; les obstacles dans les zones extérieures (par exemple, chemins de promenade mal éclairés ou boisés, feux de circulation dépourvus de signaux sonores) ;(19) un transport inadéquat ; l’équipement inadapté (par exemple, pas de chaise de piscine ou de vélo à bras) ;(25) le mauvais temps.

Au niveau des politiques / Programmes : les obstacles tels que l’inaccessibilité, des programmes non appropriés ou l’absence de programmes spécifiques pour les personnes vivant avec un handicap ou atteintes d’une lésion de la moelle épinière. Le manque de personnel ou de bénévoles formés ainsi que le manque de conseils de la part du personnel sur la manière de s’exercer ou de s’adapter. Le manque d’équipement approprié peut également entrer dans cette catégorie. Les politiques ou programmes inadéquats sont l’obstacle le moins signalé, mais il n’en demeure pas moins important. (26)

(27)

L’activité physique pour les personnes vivant avec un handicap dans les pays à faible revenu ( éditer | edit source )

La majorité des recherches menées sur l’activité physique des personnes présentant un handicap se concentre sur la population générale et la quasi-totalité des données proviennent de pays à revenu élevé. L’objectif futur doit inclure l’amélioration de la collecte de données dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire.(28) D’après les estimations de Global Burden of Disease, la déficience visuelle est un facteur décisif pour prédire le nombre d’années vécues dans l’incapacité dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Une étude menée par le 10/66 Dementia Research Group entre 2003 et 2005 dans sept pays à revenu faible ou intermédiaire, dont la Chine, l’Inde, Cuba, la République dominicaine, le Venezuela, le Mexique et le Pérou, a révélé que la démence était la première cause d’invalidité, suivie par les accidents vasculaires cérébraux, les déficiences des membres, l’arthrite, la dépression, les problèmes de vue et les déficiences gastro-intestinales.(29) L’examen systématique des études menées dans les pays à revenu faible ou intermédiaire a confirmé l’existence d’un lien direct entre la pauvreté et le handicap.(30)

La participation à l’activité physique des personnes présentant un handicap et vivant dans des pays à faible revenu n’a pas été bien étudiée et les données sont très limitées.(28) D’après les études exhaustives menées dans 46 pays à revenu faible ou intermédiaire, les personnes souffrant de maladies physiques chroniques et âgées de plus de 50 ans étaient moins susceptibles de respecter les recommandations en matière d’activité physique que les adultes ne souffrant pas de ces maladies.(31) Les symptômes associés aux maladies chroniques, tels que la dépression, la douleur et les difficultés de mobilité, se sont révélés être des obstacles à une vie active.(31)

Les prestataire de soins de santé ( éditer | éditer la source )

Lignes directrices(edit | edit source)

Il est essentiel que les physiothérapeutes et les autres professionnels de la santé connaissent les directives générales en matière d’activité physique, car elles s’appliquent aussi aux personnes présentant un handicap. Les adultes vivant avec un handicap sont plus enclins à pratiquer une activité physique si celle-ci est recommandée par les médecins. Ainsi, s’ils recevaient une recommandation d’activité physique, ils étaient 82 % plus susceptibles d’être physiquement actifs que ceux à qui l’on n’avait pas recommandé d’activité physique.(32) Les physiothérapeutes et autres professionnels de la santé peuvent utiliser les cinq étapes illustrées dans le graphique ci-dessous pour augmenter l’activité physique chez les personnes présentant un handicap :

Infographic 970px.jpg

Interaction(edit | edit source)

Points généraux dont vous pouvez tenir compte lors de vos interactions avec des personnes présentant un handicap :

  • Poser des questions si vous n’êtes pas certain de ce qu’il faut faire lorsque vous interagissez avec votre patient
  • S’adresser directement au patient au lieu de s’adresser à un accompagnateur ou à un interprète lorsque présent
  • Respecter les appareils d’assistance de vos patients, tels que les béquilles ou les fauteuils roulants, comme des biens personnels qui ne doivent normalement pas être déplacés sans autorisation
  • Tenir compte du temps supplémentaire nécessaire au transfert ou à la préparation de votre patient
  • Ne jamais supposer que votre patient a besoin de votre aide Proposer votre aide et attendre une réponse et des instructions précises
  • Éviter de faire des suppositions générales, essayer plutôt de connaître les besoins, les préférences et les capacités de votre patient(17)
  • Ne pas pencher, toucher ou ajuster le fauteuil roulant d’une personne sans sa permission, celui-ci doit être considéré comme une extension de son corps

Promouvoir l’activité physique ( éditer | éditer la source )

Exercices(edit | edit source)

Vous trouverez ici des fiches d’information (en anglais) décrivant divers handicaps et états de santé, ainsi que des considérations et des recommandations en matière d’activité physique, d’exercice et de santé en général, associées à chaque condition.

Vous trouverez ici 5 exercices généraux faciles pour les personnes atteintes de déficiences intellectuelles et de troubles du développement (en anglais).

L’entraîneur physique inclusif ( edit | edit source )

Aux États-Unis, un entraîneur physique inclusif (certifié par l’American College of Sports Medicine et le National Center on Health, Physical Activity and Disability), est un professionnel de la condition physique qui est particulièrement qualifié pour travailler avec des personnes présentant un risque pour leur santé et/ou des handicaps physiques. Ils comprennent la politique actuelle de la loi anti-discrimination et créent des programmes d’exercices adaptés qui favorisent un entraînement sécuritaire et efficace. Le but est de permettre aux personnes vivant avec un handicap d’atteindre leurs objectifs de remise en forme.(33)

Campagne – Comment je marche ( éditer | éditer la source )

“How I Walk est un mouvement visant à redonner une nouvelle image au mot  » marcher  » en remettant en question les perspectives individuelles et sociétales.” (2) Il s’agit d’un appel à l’action pour promouvoir la marche et les communautés piétonnières. (2)

Jeux olympiques spéciaux et paralympiques ( éditer | edit source )

Les Jeux olympiques spéciaux sont la plus grande organisation sportive au monde pour les personnes présentant un handicap intellectuel. Il existe des programmes dans 169 pays, avec plus de 4,7 millions d’athlètes et plus d’un million de bénévoles. Grâce à la joie du sport, ils visent à transformer des vies et à créer un nouveau monde d’inclusion. (34)

Les Jeux paralympiques sont l’un des plus grands événements sportifs internationaux. Les premiers Jeux paralympiques officiels ont eu lieu en 1960, avec la participation de 23 pays. 162 nations étaient représentées aux Jeux paralympiques d’été de 2020.

Organisations sportives ( éditer | éditer la source )

Promouvoir l’activité physique dans les pays à faible revenu ( éditer | edit source )

Les campagnes de promotion de l’activité physique dans les pays à faible revenu doivent inclure les éléments suivants :

  • Facteurs liés au mode de vie
  • Résultats en matière de santé physique
  • Restrictions économiques
  • Interventions primaires et secondaires durables(31)

Les stratégies proposées sont les suivantes :

  • Éducation sur l’importance de l’activité physique
  • Formation du personnel médical à l’évaluation des niveaux d’activité physique
  • Utilisation de principes cognitivo-comportementaux, tels que la fixation d’objectifs et la résolution de problèmes, pour discuter de l’importance de l’activité physique
  • Développement d’un groupe diversifié de praticiens : formateurs, chercheurs et cliniciens comportementaux
  • Approche progressive des soins commençant par l’autogestion. En cas d’échec de cette approche, poursuivre avec une approche manuelle supervisée menée par un travailleur non spécialisé, suivie d’activités avec un superviseur spécialisé si la douleur ou les problèmes de mobilité empêchent la réalisation des activités
  • Essais sur l’efficacité des interventions en matière d’activités physiques
  • Réalisation d’une analyse coûts-avantages afin de quantifier les implications financières et de choisir les ressources de manière appropriée, suivie d’une recherche au niveau politique
  • Engagement des pouvoirs publics à sensibiliser le public à l’importance de l’activité physique
  • Engagement des pouvoirs publics dans la mise en place d’un environnement propice à l’activité physique(31)

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 Facts & Figures: Disabilities in developing countries. SciDevNet 2019. Available at: https://www.scidev.net/global/features/facts-figures-disabilities-in-developing-countries/. Accessed 15.11.2021
  2. 2.0 2.1 2.2 NCHPAD. How I Walk. About How I Walk. 2015 (cited 21/02/2017). Available from: http://www.nchpad.org/howiwalk/
  3. Australian Institute of Health and Welfare. People with disabilities in Australia. Available at: https://www.aihw.gov.au/reports/disability/people-with-disability-in-australia/contents/people-with-disability/prevalence-of-disability. Accessed 14.11.2021
  4. The World Bank. Disability Inclusion. Available at: https://www.worldbank.org/en/topic/disability. Accessed 14.11.2021
  5. CDC Centers for Disease Control and Prevention. Disability Overview. 2015 (cited 22/02/2017). Available from: https://www.cdc.gov/ncbddd/disabilityandhealth/disability.html
  6. Rimmer JH, Schiller W, Chen MD. Effects of disability-associated low energy expenditure deconditioning syndrome. Exerc Sport Sci Rev. 2012 Jan;40(1):22-9.
  7. 7.0 7.1 US Department of Health and Human Services. I can do it you can do it. 2017 (cited 22/02/2017). Available from: https://www.fitness.gov/participate-in-programs/i-can-do-it-you-can-do-it/
  8. CDC Centers for Disease Control and Prevention. Increasing Physical Activity among Adults with Disabilities. 2016 (cited 22/02/2017). Available from: https://www.cdc.gov/ncbddd/disabilityandhealth/pa.html
  9. 9.0 9.1 de Hollander EL, Proper KI.Physical activity levels of adults with various physical disabilities.Preventive Medicine Reports 2018; 10:370-376
  10. Caspersen CJ, Powell KE, Christenson GM. Physical activity, exercise, and physical fitness: definitions and distinctions for health-related research. Public Health Rep. 1985 Mar-Apr;100(2):126-31.
  11. 11.0 11.1 WHO. Physical Activity Fact sheet (Internet). 2021. Available from: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs385/en/. Accessed 14.11.2021
  12. WHOa. Prevalence of insufficient physical activity (Internet). 2017 (cited 23/02/2017). Available from: http://www.who.int/gho/ncd/risk_factors/physical_activity_text/en/
  13. JPhysical Activity in Disabled Person. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=kkPCPA5oUSg (last accessed 14/11/2021)
  14. Mendes MdA, da Silva I, Ramires V, Reichert F, Martins R, Ferreira R, et al. Metabolic equivalent of task (METs) thresholds as an indicator of physical activity intensity. 2018,PLoS ONE 13(7): e0200701.
  15. Sylvia LG, Bernstein EE, Hubbard JL, Keating L, Anderson EJ. Practical guide to measuring physical activity. J Acad Nutr Diet. 2014 Feb;114(2):199-208.
  16. Gov.uk. Inclusive language: words to use and avoid when writing about disability. 2014 (cited 23/02/2017). https://www.gov.uk/government/publications/inclusive-communication/inclusive-language-words-to-use-and-avoid-when-writing-about-disability
  17. 17.0 17.1 NCHPAD. fckLRfckLRDisability Awareness: Interaction Tips for the Fitness Professional. General Rules. 2017 (cited 21/02/2017). Available from: http://www.nchpad.org/615/2567/Disability~Awareness~~Interaction~Tips~for~the~Fitness~Professional
  18. CDC Centers for Disease Control and Prevention. Disability Overview. 2015 (cited 22/02/2017). Available from: https://www.cdc.gov/ncbddd/disabilityandhealth/disability.html
  19. 19.0 19.1 19.2 Martin JJ. Benefits and barriers to physical activity for individuals with disabilities: a social-relational model of disability perspective. Disability and Rehabilitation 2013; Researchgate
  20. Thomas C. How is disability understood? An examination of sociological approaches. Disabil Soc 2004;19:569–83.
  21. WeThe15. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=gHCDvdCaJhI (last accessed 14/11/2021)
  22. Mohamed Galal. Benefits of sport and physical activity for the disabled. Available from: Available from: https://www.youtube.com/watch?v=w2-LSUF7-TU (last accessed 15/11/2021)
  23. Jaarsma EA, Dijkstra PU, Geertzen JHB, Dekker R. Barriers to and facilitators of sports participation for people with physical disabilities: A systematic review. 2014. Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports, 24 (6), 871-881
  24. Wadey R, Melissa Day M. A longitudinal examination of leisure-time physical activity following amputation in England.Psychology of Sport and Exercise 2018; 37: 251-261
  25. Smith B, Sparkes AC. Disability, sport, and physical activity. Routledge Handbook of Disability Studies (2nd edition) 2019. Routledge, London: 391-403.
  26. Vermaak, C. Spinal Cord Injury – Benefits, Barriers and Guidelines for Physical Activity. Physioplus Course. 2022
  27. Judson Laipply. The Evolution of Dance. Available from: Beyond empower. Breaking Barriers – Equipment as a barrier to disabled people keeping active. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=CfcZgprOnIk (last accessed 15/11/2021)
  28. 28.0 28.1 Martin Ginis KA, van der Ploeg HP, Foster Ch, Lai B, McBride CB, Ng K et al. Participation of people living with disabilities in physical activity: a global perspective. The Lancet. Series: Physical activity, 2021, 398(10298): 443-455.
  29. Sousa RM, Ferri CP, Acosta D, Albanese E, Guerra M, Huang Y et al. Contribution of chronic diseases to disability in elderly people in countries with low and middle incomes: a 10/66 Dementia Research Group population-based survey. Lancet 2009;374:1821-30
  30. Banks LM, Kuper H, Polack S. Poverty and disability in low- and middle-income countries: A systematic review. PLoS ONE 2017;12(12): e0189996.
  31. 31.0 31.1 31.2 31.3 Vancampfort D, Koyanagi A, Ward PB, et al. Chronic physical conditions, multimorbidity and physical activity across 46 low- and middle-income countries. Int J Behav Nutr Phys Act 2017; 14: 6.
  32. CDC Centers for Disease Control and Prevention. Adults with Disabilities – Physical activity is for everybody. 2014 (cited 21/02/2017). Available from: https://www.cdc.gov/vitalsigns/disabilities/
  33. ACSM. ACSM/NCHPAD Certified Inclusive Fitness Trainer. 2015 (cited 21/02/2017). Available from: http://certification.acsm.org/acsm-inclusive-fitness-trainer
  34. Special Olympics. What We Do. 2017 (cited 22/02/2017). Available from: http://www.specialolympics.org/Sections/What_We_Do/What_We_Do.aspx


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles