Utilisation de la téléphonie mobile en situation de catastrophe, de conflit et de déplacements de population

Éditeur original Robin Tacchetti à partir d’un cours de Sue Piché
Principaux contributeursRobin Tacchetti et Jess Bell

Introduction(edit | edit source)

L’utilisation des appareils mobiles n’a cessé d’augmenter et environ 95 % de la population mondiale dispose d’une couverture mobile. Pour les personnes marginalisées, les technologies mobiles permettent d’assurer une résilience plus équitable en situations de catastrophe. Les groupes marginalisés comprennent les personnes présentant un handicap, qui sont quatre fois plus susceptibles de périr dans des situations de catastrophe, et les femmes, qui ont été identifiées comme étant plus vulnérables dans des situations de catastrophe. (1) Dans les pays à faible revenu, les femmes ont 10 % moins de chances de posséder un téléphone mobile. Cette exclusion du monde numérique a un impact négatif sur la possibilité pour une femme d’être secourue dans des situations dangereuses.(2)

Crise humanitaire ( éditer | edit source )

Lors de situations humanitaires d’urgence, les téléphones mobiles peuvent être utilisés pour informer et éduquer le public sur la situation d’urgence et pour diffuser des informations. (1) Les communautés vivant dans des conditions difficiles peuvent utiliser leurs applications ou plateformes de téléphone mobile pour :

  • accéder à des informations actualisées
  • rester en contact les uns avec les autres
  • signaler les situations qui mettent la vie en danger et nécessitent une aide d’urgence
  • se connecter aux infrastructures humanitaires (2)

Les téléphones mobiles sont devenus des outils essentiels pour les personnes déplacées afin de « naviguer dans leur parcours migratoire (…) et gérer les complexités de la vie pendant la réinstallation ».(3)

Personnes déplacées ( éditer | edit source )

Pour les personnes déplacées fuyant leur pays, la technologie moderne de la communication peut apporter un certain niveau de soutien émotionnel.(4) La possession d’un téléphone mobile permet également aux personnes en déplacement d’éviter de transporter des cartes, de l’argent, des documents, des lampes de poche et des dictionnaires.(5) Les téléphones mobiles permettent non seulement aux personnes déplacées de rester en contact avec leur famille restée au pays, mais ils fournissent également des informations logistiques lors du voyages dangereux et stressants.(4) Des conseils logistiques spécifiques sont souvent nécessaires en ce qui concerne les frontières à franchir, la distance à parcourir, la nourriture, le transport et l’hébergement.(3) Outre la logistique et la communication, l’utilisation du téléphone mobile peut contribuer à fournir aux réfugiés de l’information, une sécurité, un divertissement et des distractions tout au long de leur voyage.(6) Les réfugiés considèrent que la possession d’un téléphone mobile et la connectivité sont essentielles à leur sécurité.(3)

La vidéo ci-dessous, réalisée par Ars Technica, montre l’importance du téléphone mobile pour les réfugiés :

Communication(edit | edit source)

L’accès à la mobilité permet aux réfugiés de tenir leurs amis et leur famille au courant de leur voyage. En envoyant des SMS ou en appelant leurs proches, ils bénéficient d’un soutien émotionnel tout au long de leur parcours. Certains réfugiés reportent toute communication jusqu’à ce qu’ils atteignent leur destination finale. Dans ce cas, les téléphones mobiles peuvent être utilisés pour documenter les souvenirs de leurs expériences afin de les partager ultérieurement.(3)

Inclusion sociale ( éditer | source d’édition )

Pour les personnes déplacées en cours de réinstallation, l’utilisation des technologies mobiles a été associée à l’inclusion sociale et à la possibilité d’accéder à des informations utiles à la vie quotidienne. (3) La possibilité de rester en contact avec les proches restés au pays tout en établissant de nouvelles relations dans les communautés d’accueil contribue à créer un sentiment d’appartenance. Un téléphone mobile sert d’espace virtuel pour développer des connexions transculturelles, en comblant le fossé culturel entre la culture locale et la personne déplacée.(7)

Réseau social ( éditer | éditer la source )

Les médias sociaux peuvent mettre les migrants en contact avec d’autres réfugiés dans les pays d’accueil et leur fournir des informations logistiques sur les itinéraires, les moyens de transport et l’hébergement. En outre, ces réseaux fournissent des informations générales pour aider les personnes déplacées à résoudre les problèmes d’établissement suivants :

  • comportement approprié
  • style vestimentaire
  • droits
  • citoyenneté
  • services de soutien
  • emploi
  • logement communautaire
  • programmes d’apprentissage des langues (7) (3)

Santé(edit | edit source)

Les technologies mobiles peuvent être utilisées de diverses manières pour faciliter l’inclusion dans le domaine de la santé. Les personnes déplacées utilisent des plateformes en ligne pour accéder à des informations sur la santé, à des groupes de soutien et pour communiquer avec des prestataires de soins de santé. (7) Par la suite, les prestataires peuvent surveiller virtuellement l’état de santé d’une personne déplacée à l’aide de diverses applications. (3)

Politique(edit | edit source)

L’utilisation de téléphones mobiles peut permettre aux réfugiés d’exercer leur droit à participer à des discussions politiques. Les médias sociaux leur permettent d’exprimer leur opinion, de défendre les droits des réfugiés, d’influencer la politique et de s’engager dans l’activisme en ligne et hors ligne.(7)

Enjeux(edit | edit source)

Les personnes déplacées soutiennent que les téléphones mobiles sont une bouée de sauvetage, mais leur utilisation comporte des risques inhérents au voyage vers la réinstallation. (5) En exil, les personnes déplacées peuvent être confrontées à des problématiques de connectivité et de surveillance. (6)

Connectivité(edit | edit source)

L’accès à l’internet via le Wi-Fi, les cartes SIM ainsi que les ressources de recharge des batteries sont imprévisibles et fragiles. (6) La possibilité de recharger un téléphone pendant le voyage de migration devient une question de vie ou de mort. De nombreux réfugiés indiquent qu’ils partagent, changent et échangent continuellement leurs batteries afin de ne pas être déconnectés. (5) Une fois dans une communauté de réinstallation, les personnes déplacées peuvent éprouver des difficultés à utiliser leur téléphone mobile pour les raisons suivantes :

  • ressources financières limitées, ce qui a une incidence sur l’accès à un réseau mobile fiable et stable
  • difficulté d’obtenir une carte SIM en raison d’un statut juridique ou d’immigration incertain
  • infrastructure de communication locale dans le pays ou la communauté d’accueil (7)

Surveillance(edit | edit source)

Une surveillance numérique des personnes déplacées peut être réalisée à travers l’utilisation de téléphones intelligents. Les personnes déplacées peuvent être suivies par les pays qu’elles ont quittés ou par les pays où elles se rendent et/ou par des trafiquants d’êtres humains.(5) Pour contrer cette surveillance, les réfugiés déclarent utiliser des pseudonymes et des avatars pour tenter de protéger leur identité et leurs itinéraires et destinations prévus contre le gouvernement de leur pays d’origine ou d’autres groupes.(6) (3)

Résumé(edit | edit source)

L’utilisation du téléphone mobile permet aux personnes déplacées de développer des compétences éducatives, sociales, linguistiques et numériques. Plus important encore, le téléphone intelligent favorise l’inclusion sociale grâce à un double lien virtuel avec la culture propre de l’individu et sa nouvelle société.(5)

Cette vidéo de la BBC Media Action résume les avantages et les risques de l’utilisation d’un téléphone mobile pendant la migration d’une personne déplacée :

Ressources(edit | edit source)

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 Paul JD, Bee E, Budimir M. Mobile phone technologies for disaster risk reduction. Climate Risk Management. 2021 Jan 1;32:100296.
  2. 2.0 2.1 Akhmatova DM, Akhmatova MS. Promoting digital humanitarian action in protecting human rights: hope or hype. Journal of International Humanitarian Action. 2020 Dec;5(1):1-7.
  3. 3.0 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 3.7 Alencar A. Mobile communication and refugees: An analytical review of academic literature. Sociology Compass. 2020 Aug;14(8):e12802.
  4. 4.0 4.1 Eide E. Mobile flight: Refugees and the importance of cell phones. Nordic Journal of Migration Research. 2020 May 28;10(2).
  5. 5.0 5.1 5.2 5.3 5.4 Mancini T, Sibilla F, Argiropoulos D, Rossi M, Everri M. The opportunities and risks of mobile phones for refugees’ experience: A scoping review. PloS one. 2019 Dec 2;14(12):e0225684.
  6. 6.0 6.1 6.2 6.3 Alencar A, Kondova K, Ribbens W. The smartphone as a lifeline: An exploration of refugees’ use of mobile communication technologies during their flight. Media, Culture & Society. 2019 Sep;41(6):828-44.
  7. 7.0 7.1 7.2 7.3 7.4 Dasuki S, Effah J. Mobile phone use for social inclusion: the case of internally displaced people in Nigeria. Information Technology for Development. 2022 Jul 3;28(3):532-57.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles