Catastrophes et conflits : de quoi il s’agit

Bienvenu au projet de développement de contenu pour le cours La réadaptation dans des situations de catastrophe et de conflit. S’il vous plaît, n’éditez pas à moins que vous ne soyez impliqué dans ce projet, en revanche, revenez dans un avenir proche pour vérifier les nouvelles informations ! Si vous souhaitez vous impliquer dans ce projet et obtenir une accréditation pour vos contributions, veuillez prendre contact avec nous!

Rédacteurs originaux User Name

Principaux contributeursNaomi O’Reilly et Aminat Abolade

Introduction(edit | edit source)

Une catastrophe, telle que définie par les Nations Unies, est une perturbation grave du fonctionnement dans une communauté ou une société, entraînant des impacts humains, matériels, économiques ou environnementaux étendus, dépassant la capacité de la communauté ou de la société affectée à y faire face par ses propres moyens (1). La gestion des catastrophes est la façon dont nous nous occupons des impacts humains, matériels, économiques ou environnementaux d’une telle catastrophe, c’est le processus par lequel nous nous « préparons, répondons et apprenons des suites de défaillances majeures ». (2). Bien que souvent d’origine naturelle, les catastrophes peuvent être d’origine humaine. Selon la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge une catastrophe se produit lorsqu’un évènement dangereux a un impact sur des personnes vulnérables. La combinaison des dangers, de la vulnérabilité et de l’incapacité à réduire les conséquences négatives potentielles du risque entraîne une catastrophe(3).

(VULNÉRABILITÉ+ DANGER ) / CAPACITÉ = CATASTROPHE (3)

Lorsque nous pensons aux catastrophes, nous pensons souvent automatiquement au phénomène qui les a provoquées – par exemple le tremblement de terre, le cyclone ou l’inondation. En réalité, cet événement est simplement le « danger » – la catastrophe elle-même est causée par une combinaison du danger, de notre exposition au phénomène (par exemple, si nous vivons dans la zone affectée) et de notre vulnérabilité à ce phénomène (comment nous nous y sommes préparés). Les catastrophes et les conflits armés ont marqué la vie de l’homme tout au long de l’histoire et ont toujours engendré des hausses de mortalité et de morbidité.

Cet article examine les progrès réalisés en matière de réponse humanitaire à la santé publique au cours des cinquante dernières années et les défis auxquels nous sommes actuellement confrontés dans la gestion des catastrophes naturelles et des conflits armés (4).

Les types de catastrophe ( edit | edit source )

Catastrophes soudaines ( edit | edit source )

Selon la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les catastrophes soudaines, souvent appelées catastrophes naturelles sont des phénomènes physiques naturels causés par des événements à déclenchement rapide ou lent qui ont des impacts immédiats sur la santé humaine et des impacts secondaires causant davantage de décès et de souffrance. Le bureau de réduction des risques de catastrophes des Nations unies (UNDRR) caractérise les catastrophes naturelles en fonction de leur magnitude ou intensité, leur rapidité d’apparition, leur durée et leur étendue. Par exemple, les tremblements de terre sont de courte durée et affectent généralement une région relativement petite, tandis que les sécheresses sont lentes à se manifester et à s’estomper et affectent souvent de grandes régions. (1). Ces catastrophes peuvent être le résultat de facteurs géophysiques, hydrologiques, météorologiques ou biologiques (5):

Tremblements de terre(edit | edit source)

Les tremblements de terre sont des secousses ou des vibrations soudaines survenant dans la croûte terrestre et résultant de la collision de plaques tectoniques ou de leur glissement les unes sur les autres. Ceci provoque une accumulation de pression entre les deux plaques de la croûte terrestre le long de ce que l’on appelle une ligne de faille. Lorsque les plaques se déplacent au niveau de la ligne de faille, une pression soudaine est libérée et provoque une violente secousse de la surface de la terre sous forme de tremblement de terre.

Les tremblements de terre provoquent en particulier une charge importante de blessures, principalement des blessures orthopédiques aux membres, l’incidence des fractures étant corrélée à l’échelle de magnitude de Richter, les tremblements de terre de haute énergie provoquant davantage de fractures.(6)(7) MacKenzie et al (8) ont constaté que les fractures représentaient 65 % du total des blessures consécutives aux tremblements de terre, les fractures des extrémités inférieures représentant 59 % de ces blessures. Bortolin et al (6) ont constaté que 10 % des fractures concernaient le bassin, tandis que les fractures de la colonne vertébrale représentaient 17 % du total des blessures, plus de 4 % d’entre elles entraînant une lésion de la moelle épinière.(7) De nombreux patients présentent également des blessures de type écrasement qui peuvent évoluer vers un syndrome d’écrasement et des syndromes du compartiment, la rhabdomyolyse étant une complication courante. Les autres blessures observées incluent les amputations, les lésions de la moelle épinière et les lésions cérébrales traumatiques, bien que le nombre de cas observés puisse dépendre d’un certain nombre de facteurs locaux supplémentaires, notamment la rapidité et la qualité de l’extraction et la disponibilité de soins intensifs et d’interventions chirurgicales appropriés. (9)

Problématiques clés potentielles pour les prestataires de services de réadaptation en soins aigus: Les dommages causés aux infrastructures de santé sur une vaste zone, le nombre important de patients souffrant de traumatismes complexes, les déplacements internes créant des environnements de libération difficiles et le risque permanent de répliques sismiques et de catastrophes secondaires, telles que les glissements de terrain. (9)

Tsunamis(edit | edit source)

Un tsunami, qui signifie « vague portuaire » en japonais, est le plus souvent le résultat d’un tremblement de terre sous-marin, qui crée une très grosse vague côtière. En général, les plus grands tsunamis du monde se produisent aux frontières des plaques convergentes, où deux plaques tectoniques s’entrechoquent ; la collision force une plaque tectonique à s’enfoncer sous l’autre. Lorsque cela se produit, le bord d’attaque de la plaque supérieure se heurte à la plaque inférieure et une pression s’accumule, qui est finalement libérée sous forme du type de séisme le plus puissant, appelé séisme mégathrustal. Lorsque ces tremblements de terre mégathrustes se produisent sous l’eau, une grande quantité d’eau est déplacée et une vague de tsunami se produit.

Les tsunamis créent un contexte bien différent de celui des tremblements de terre et présentent un taux de mortalité bien plus élevé d’environ 9 décès pour 1 blessure, la plupart des décès étant dus à la noyade. Si le tsunami frappe une zone affectée par un tremblement de terre, il est possible que les intervenants doivent gérer les deux événements simultanément, créant ainsi d’autres défis. Les types de blessures tendent à être constitués de traumatismes légers des extrémités, y compris les lacérations et également des fractures mineures, mais les taux d’infection élevés sont courants en raison de retards dans les soins et d’environnements de sortie difficiles avec une exposition continue à des conditions humides et contaminées. La pneumonie est également fréquente après un tsunami, en raison de l’aspiration d’eau de mer et nécessite une évaluation et prise en charge respiratoires.(9)

Problématiques clés potentielles pour les prestataires de services de réadaptation en soins aigus: Les dommages aux infrastructures de santé dans les zones côtières de faible altitude, les petites poussées de cas de traumatismes complexes avec un risque élevé d’infection, les besoins potentiels en soins respiratoires.

Glissements de terrain(edit | edit source)

Un glissement de terrain est défini comme le déplacement d’une masse de roches, de débris ou de terre sur une pente. Les glissements de terrain sont un type de mouvement de terrain, qui désigne tout mouvement descendant de sol et de roche sous l’influence directe de la gravité. Le terme « glissement de terrain » englobe cinq modes de mouvement des pentes : les chutes, les éboulements, les glissements, les écarts et les coulées. Elles sont ensuite subdivisées en fonction du type de matériau géologique, notamment la roche-mère, les débris ou la terre. Les coulées de débris, communément appelées coulées de boue, et les chutes de pierres sont les types de glissements de terrain les plus courants.

Comme les tsunamis, ils présentent un rapport élevé de décès par rapport aux blessures (4,5:1), la plupart des décès étant dus à la suffocation. Les blessures typiques sont des blessures pulmonaires, thoraciques et pelviennes, les contusions et lacérations légères étant les plus courantes. La recherche suggère que la capacité de réadaptation physique lors de glissements de terrain peut être augmentée en fournissant une formation en compétences techniques de réadaptation aux intervenants et en augmentant la structure d’intervention d’urgence avec des individus spécialistes en réadaptation et/ou des équipes de professionnels en réadaptation ».(9)

Problématiques clés potentielles pour les prestataires de services de réadaptation en soins aigus : Les petites poussées de cas de traumatismes complexes, les déplacements internes créant des environnements de libération difficiles.

Cyclones(edit | edit source)

Connues sous le nom d’ouragans, cyclones et typhons selon l’endroit du monde où elles apparaissent, ces tempêtes se produisent généralement en saison et sur plusieurs jours, bien que leurs trajectoires puissent changer; les poussées de tempête dans les zones côtières sont particulièrement dangereuses. Bien que la préparation ait le potentiel de réduire considérablement la mortalité et la morbidité.

Les pays à revenu élevé sont à l’origine de la plupart des données relatives à la mortalité et à la morbidité dues aux cyclones, bien que la plupart des décès et des blessures résultent de séquelles telles que les inondations et glissements de terrain plutôt que directement du vent. Les principales blessures signalées sont des contusions et des lacérations (en particulier à la tête et aux extrémités) survenant principalement lors de cyclones violents où les abris sont limités. Les blessures graves telles que les fractures ne représentent que 1 % de l’ensemble des blessures, par contre, une proportion importante de blessures indirectes, telles que les électrocutions et les brûlures, surviennent lors des activités de nettoyage.

Problématiques clés potentielles pour les prestataires de services de réadaptation en soins aigus : Les dommages causés aux infrastructures de santé sur une vaste zone, les petites poussées de cas de traumatismes complexes, les déplacements internes créant des environnements de libération difficiles. Possibles poussées de maladies infectieuses.

Inondations(edit | edit source)

Les inondations sont le type de catastrophe naturelle le plus fréquentet se produisent lorsqu’un trop-plein d’eau submerge des terres habituellement sèches, souvent à la suite de fortes pluies, de la fonte rapide des neiges ou d’une tempête provoquée par un cyclone tropical ou un tsunami dans les zones côtières. Il existe 3 types courants d’inondations :

  • Crues subites – Causées par des précipitations rapides et excessives qui font monter rapidement la hauteur des eaux, et peuvent submerger les rivières, les ruisseaux, les canaux ou les routes.
  • Inondations fluviales – Causée lorsque des pluies abondantes ou la fonte des neiges forcent une rivière à dépasser sa capacité.
  • Inondations côtières – Causée par les vagues associées aux cyclones tropicaux et aux tsunamis.

    Problématiques potentielles
    pour les prestataires de services de réadaptation en soins aigus :
    Les dommages causés aux infrastructures de santé, les petites poussées de cas de traumatismes avec risque élevé d’infection, les déplacements internes créant des environnements de libération difficiles, le risque d’épidémies de maladies infectieuses.

Activité volcanique ( edit | edit source )

Un volcan est une ouverture dans la croûte terrestre qui permet au magma, aux cendres et aux gaz de faire éruption de sous la surface. La majorité des volcans se produisent aux frontières des plaques tectoniques. Ils peuvent se produire là où les plaques se séparent et là où elles entrent en collision. La fonte de la plaque subductée entraîne une augmentation de la pression, ce qui conduit à la formation d’une chambre magmatique et, ensuite, d’un volcan. Une éruption se produit lorsque des roches provenant de plaques subductées fondent pour former du magma en fusion qui se fraie un chemin vers la surface en formant une chambre magmatique. Les gaz dissous dans le magma se dilatent et provoquent une augmentation massive de la pression, ce qui fait monter le magma qui se fraie un chemin à travers les fissures et les crevasses du volcan situé au-dessus. Lorsqu’elle atteint la surface, la pression est relâchée et une éruption se produit au cours de laquelle des cendres volcaniques, des particules de roche, de la poussière, des gaz et de la lave sont éjectés.

Problématiques clés potentielles pour les prestataires de services de réadaptation en soins aigus : Les poussées potentielles de cas de brûlures, les petites poussées de traumatismes complexes et les poussées plus généralisées de complications respiratoires.

Les catastrophes d’origine humaine ( edit | edit source )

Selon laFédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge les catastrophes d’origine humaine sont des événements causés par des activités ou des choix humains, qui se produisent dans ou à proximité de zones habitées, souvent à la suite d’ urgences environnementales ou technologiques. Cela peut inclure (3):

  • La dégradation de l’environnement
  • La pollution industrielle
  • ALes accidents ( par exemple : industriels, technologiques et de transport impliquant généralement la production, l’utilisation ou le transport de matières dangereuses)

Les situations d’urgence complexes ( edit | edit source )

Certaines catastrophes peuvent résulter de dangers multiples ou, plus souvent, d’une combinaison complexe de causes tant naturelles que d’origine humaine qui impliquent un effondrement de l’autorité, des pillages et des attaques contre des installations stratégiques, incluant des situations de conflit et de guerre. Celles-ci peuvent inclure une insécurité alimentaire, des épidémies / pandémies, des conflits armés, des attaques terroristes, des déplacements de populations. (10)

Selon le Comité international de la Croix-Rouge CICR ces situations d’urgence complexes sont typiquement caractérisées par (10):

  • Une violence massive
  • Des déplacements de populations
  • La perte de vies
  • Des dommages étendus aux sociétés et économies
  • La nécessité d’une assistance humanitaire à grande échelle impliquant plusieurs agences
  • Des contraintes politiques et militaires qui impactent ou empêchent l’assistance humanitaire
  • Des risques accrus pour la sécurité des travailleurs humanitaires

Urgences pandémiques ( edit | edit source )

La pandémie (du grec πᾶν pan « tout » et δῆμος demos « peuple ») est une épidémie de maladie infectieuse qui s’est propagée dans une grande région, pouvant toucher la population humaine ou animale et pouvant affecter la santé et perturber les services, entraînant des coûts économiques et sociaux. Il peut s’agir d’une Augmentation inhabituelle ou inattendue du nombre de cas de maladie infectieuse qui existe déjà dans une certaine région ou population ou peut également se référer à l’apparition d’un nombre important de cas d’une maladie infectieuse dans une région ou une population qui est habituellement exempte de cette maladie. Les urgences pandémiques peuvent survenir suite à des catastrophes naturelles ou d’origine humaine. Parmi celles-ci figurent les épidémies/pandémies suivantes : Ebola, Zika, la grippe aviaire, le choléra, la dengue, la malaria, la fièvre jaune, La maladie à coronavirus(COVID-19)(11)(12)

Conflits armés ( edit | edit source )

Les conflits armés ont marqué la vie de l’homme tout au long de l’histoire et ont toujours engendré des hausses de mortalité et de morbidité. De nombreux conflits armés se déroulent actuellement dans le monde, y compris ceux impliquant des parties en conflit au sein d’un seul État (conflits armés non internationaux) et ceux impliquant des forces armées de deux ou plusieurs États (conflits armés internationaux).

Alert 2021! Des rapports sur les conflits, les droits de l’homme et le rétablissement de la paix (13) mettent en évidence 34 conflits armés au cours de l’année 2020, soit le même nombre que l’année précédente, la plupart étant concentrés en Afrique (15) et en Asie (neuf), puis au Moyen-Orient (six), en Europe (trois) et en Amérique (un) avec deux nouveaux cas : L’Éthiopie (Tigray) et l’Arménie-Azerbaïdjan (Nagorno Karabakh). Plus particulièrement, 2020 a vu une augmentation significative des conflits armés de haute intensité, qui ont représenté près de la moitié des cas, soit 47% du total, bien que le type de conflit et son impact varient énormément alors que les armes peuvent aller du couteau et de la machette aux engins explosifs capables de causer des destructions massives, des décès, des blessures, des déplacements et des souffrances à grande échelle. La mortalité et la morbidité indirectes dues à la destruction des infrastructures (y compris le ciblage spécifique des installations de santé), au déplacement des personnes et à l’insécurité alimentaire et hydrique sont également importantes. (9)(13) Selon le projet Armed Conflict Location & Event Data Project (ACLED), rien qu’au deuxième trimestre 2021, la violence à l’encontre des civils a entraîné plus de 5 000 décès dans le monde, les décès liés aux combats se sont élevés à plus de 18 000, les explosions/violences à distance ont provoqué plus de 4 000 décès et les émeutes ont fait plus de 600 morts.(14)

Les conflits sont beaucoup moins prévisibles que les catastrophes. Souvent, il n’y a pas qu’une seule poussée de cas de traumatismes, mais plutôt des périodes de hausse et de baisse en fonction de l’activité du conflit. En raison de contraintes de sécurité supplémentaires, y compris le ciblage du personnel de santé, les conflits et les conflits prolongés, ainsi que les déplacements de populations qui en découlent, constituent un cadre extrêmement complexe pour la prestation de services de réadaptation précoce. Les mécanismes et la complexité des blessures nécessitent souvent des interventions spécialisées à long terme, difficiles à fournir dans les situations de conflit. Ainsi, pour de nombreuses personnes, la réadaptation ne peut commencer qu’une fois le patient retiré d’une zone de combats actifs, les patients étant stabilisés puis transférés dans des zones plus sûres pour recevoir des soins définitifs, incluant la réadaptation.(9)

Problématiques clés potentielles pour les prestataires de services de réadaptation en soins aigus : L’accès aux blessés, la sûreté et la sécurité, les admissions hospitalières très courtes pour les soins de survie uniquement, la rupture des circuits de référence, les contraintes de ressources, la détresse psychologique des patients et du personnel de santé, les incertitudes liées à la réadaptation à long terme, les contraintes de mouvement et les déplacements de population, les défis liés à l’identification des patients, les défis éthiques et le ciblage des professionnels de la santé.

Attaques terroristes ( edit | edit source )

Le terrorisme est défini dans le dictionnaire Oxford comme « l’utilisation illégale de la violence et de l’intimidation, en particulier contre des civils, dans la poursuite d’objectifs politiques ». Nous constatons rapidement que cette définition est peu spécifique et subjective. (15) La problématique de la subjectivité dans ce cas signifie qu’il n’existe pas de définition juridique reconnue internationalement du terrorisme. Malgré de nombreuses discussions, la formation d’une convention globale contre le terrorisme international par les Nations Unies a toujours été entravée par l’absence de consensus sur une définition.(16)(17) Les modes d’attaque incluent le recours à des engins explosifs tels que les voitures piégées, les attentats-suicides ou les engins explosifs improvisés (EEI), les attaques rapprochées au moyen d’armes à feu ou armes blanches et l’utilisation d’engins chimiques, biologiques, nucléaires ou radiologiques (CBNR). Tout comme dans les situations de conflit, le type de blessure et les implications pour la réadaptation précoce varient énormément.

Ressources(edit | edit source)

Références (edit | edit source)

voir le tutoriel sur l’ajout de références.

  1. 1.0 1.1 United Nations Office for Disaster Risk Reduction. Terminology. http://www.unisdr.org/we/inform/terminology#letter-p (Accessed 29 Nov 2016)
  2. Elliott D. Disaster and Crisis Management. In The Handbook of Security 2014 (pp. 813-836). Palgrave Macmillan UK.
  3. 3.0 3.1 3.2 International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies. What is a Disaster. http://www.ifrc.org/en/what-we-do/disaster-management/about-disasters/what-is-a-disaster/. (Accessed: 9 Jan 2017)
  4. Leaning J, Guha-Sapir D. Natural Disasters, Armed Conflict, and Public Health. New England Journal of Medicine. 2013 Nov 7;369(19):1836-42
  5. International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies. Types of Disasters. http://www.ifrc.org/en/what-we-do/disaster-management/about-disasters/definition-of-hazard/. (Accessed: 02 Jan 2017)
  6. 6.0 6.1 Bortolin M, Morelli I, Voskanyan A, Joyce NR, Ciottone GR. Earthquake-related orthopedic injuries in adult population: a systematic review. Prehospital and disaster medicine. 2017 Apr;32(2):201-8.
  7. 7.0 7.1 Bartholdson S, von Schreeb J. Natural disasters and injuries: what does a surgeon need to know?. Current trauma reports. 2018 Jun;4(2):103-8.
  8. MacKenzie JS, Banskota B, Sirisreetreerux N, Shafiq B, Hasenboehler EA. A review of the epidemiology and treatment of orthopaedic injuries after earthquakes in developing countries. World journal of emergency surgery. 2017 Dec;12(1):1-7.
  9. 9.0 9.1 9.2 9.3 9.4 9.5 Lathia C, Skelton P, Clift Z. Early rehabilitation in conflicts and disasters. Handicap International: London, UK. 2020.
  10. 10.0 10.1 International Federation of Red Cross and Red Crescent Socities. Complex/Manmade Hazards: Complex Emergencies. http://www.ifrc.org/en/what-we-do/disaster-management/about-disasters/definition-of-hazard/complex-emergencies/. (Accessed 18 Dec 2016)
  11. Wikipedia. Pandemics. https://en.wikipedia.org/wiki/Pandemic. (Accessed: 3 Jan 2017)
  12. WCPT. What is Disaster Management. http://www.wcpt.org/disaster-management/what-is-disaster-management. (Accessed 8 Jan 2017).
  13. 13.0 13.1 Escola de Cultura de Pau. Alert 2021! Report on conflicts, human rights and peacebuilding. Barcelona: Icaria, 2021.
  14. The Armed Conflict Location & Event Data Project. Dashboard. Available from: https://acleddata.com/#/dashboard (accessed 20/02/2022)
  15. Teichman, J. (1989). How to define terrorism. Philosophy, 64(250), 505-517.
  16. United Nations General Assembly Sixth Committee, Meetings Coverage. (2018). Fight against International Terrorism Impeded by Stalemate on Comprehensive Convention, Sixth Committee Hears as Seventy-Third Session Begins (Press Release).
  17. Hannah Ritchie, Joe Hasell, Cameron Appel and Max Roser (2013) – « Terrorism ». Published online at OurWorldInData.org. Retrieved from: ‘https://ourworldindata.org/terrorism’ (Online Resource)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles