Le traitement des entorses de la cheville

Éditeur original Ewa Jaraczewska d’après le cours de Helene Simpson
Principaux contributeursEwa Jaraczewska, Wanda van Niekerk, Jess Bell, Kim Jackson et Tarina van der Stockt

Introduction(edit | edit source)

Les entorses de la cheville sont considérées comme l’une des blessures traumatiques les plus fréquentes. Yeung et al.(1) ont mené une étude épidémiologique sur les entorses unilatérales de la cheville et ont constaté que la jambe dominante est 2,4 fois plus vulnérable aux entorses de la cheville que la jambe non dominante.(1) Certains rapports indiquent que plus le niveau de flexion plantaire à l’atterrissage (c’est-à-dire au touché du sol) est élevé, plus la probabilité d’une entorse est grande.(2) Le traitement conservateur est l’approche la plus courante pour une blessure à la cheville. Le pronostic est généralement bon, mais il existe un certain nombre de facteurs de risque qui influencent la guérison. (3) Ces facteurs, lorsqu’ils sont identifiés tôt, peuvent indiquer au praticien qu’il doit adopter une approche plus agressive pendant la période initiale du traitement conservateur. (3)

Anatomie cliniquement pertinente ( éditer | source d’édition )

Ligaments latéraux

Entorse latérale de la cheville ( éditer | source d’édition )

La littérature suggère que 85 % des entorses de la cheville impliquent les ligaments latéraux. (4) Le ligament talo-fibulaire antérieur (LTFA) du complexe ligamentaire latéral de la cheville est le plus fréquemment endommagé lors d’une entorse latérale de la cheville. La localisation anatomique et le mécanisme de la lésion font que les ligaments calcanéo-fibulaires et talo-fibulaires postérieurs sont moins susceptibles de subir des charges dommageables.

Ligaments médians

Entorse médiale de la cheville ( éditer | source d’édition )

Sur le côté médial, le complexe ligamentaire deltoïde fort (ligaments tibio-talaire postérieur, tibio-calcanéen, tibio-naviculaire et tibio-talaire antérieur) est blessé par de puissants « mouvements de pronation et de rotation de l’arrière-pied ». (5)

Ligaments de la syndesmose

Entorse syndesmotique de la cheville ( éditer | source d’édition )

Les ligaments stabilisateurs de la syndesmose tibio-fibulaire distale sont les ligaments tibio-fibulaires antéro-inférieurs, postéro-inférieurs et transverse, la membrane et le ligament interosseux, et le ligament transverse inférieur. Une entorse syndesmotique de la cheville se produit lors de la combinaison d’une rotation externe de la jambe et d’une dorsiflexion de la cheville.

Facteurs de risque et résultats ( éditer | source d’édition )

Divers facteurs de prédisposition ont été identifiés comme facteurs de risque pour les entorses de la cheville.(3) Ces facteurs de risque peuvent avoir un impact significatif sur le rétablissement d’un patient. Il est donc important que le clinicien identifie les facteurs de risque afin de choisir le régime de traitement le plus approprié.(3) Ceux-ci sont divisés en deux catégories : facteurs intrinsèques et facteurs extrinsèques.

Les facteurs de risque intrinsèques pour la prédiction des résultats incluent : (5)

  • L’âge et le sexe biologique : les athlètes féminines ont 25 % plus de risques de souffrir d’une entorse de la cheville de grade I (6)
  • Taille et poids : une augmentation de la taille ou du poids accroît proportionnellement le risque d’entorse en raison de l’augmentation du couple d’inversion
  • Le grade de la blessure
  • Le statut fonctionnel
  • Toute blessure associée, notamment des entorses antérieures
  • Les caractéristiques des membres inférieurs : la dominance, le type anatomique et la taille du pied, la laxité articulaire, l’alignement anatomique, l’amplitude de mouvement du complexe cheville-pied, et incluant les anomalies de biomécanique du pied telles que le pied plat, le pied creux et l’inversion accrue de l’arrière-pied sont des facteurs de risque de lésions de surmenage aux membres inférieurs. (7)
  • La force musculaire
  • La posture, en particulier le balancement postural : un balancement accru entraîne une multiplication par 7 des entorses de la cheville. (8)

Les facteurs de risque extrinsèques pour la prédiction des résultats incluent :

  • Le niveau de compétition dans un sport : plus le niveau de compétition est élevé, plus le nombre d’entorses de la cheville est important.
  • Le port d’orthèses ou taping de cheville : l’introduction précoce de cette intervention peut réduire l’incidence des entorses de cheville récurrentes.
  • Le type de chaussure
  • Le manque d’étirements à l’échauffement
  • Les technique d’atterrissage après un saut (4)

En résumé, les facteurs pronostiques suivants laissent présager de bons résultats cliniques après une blessure au pied ou à la cheville : (3)

  • Un âge plus jeune
  • Entorse de faible grade
  • Faible niveau d’activité
  • Bon état fonctionnel
  • Bonne fonction neuromusculaire
  • Aucune blessure associée (3)

Des symptômes de longue durée et limitations fonctionnelles peuvent être prédits en fonction de la présence de :

  • Laxité systémique
  • Géométrie des articulations
  • Mauvais alignement du membre ou du pied
  • seconde entorse
  • Lésion multiligamentaire (3)

Systèmes de classification ( éditer | source d’édition )

Grades d’entorses de la cheville

Les lésions ligamentaires peuvent être classées en grade I, II ou III en fonction de leur gravité. Elles peuvent également être classées en entorses légères, modérées et graves à partir d’un système de classification fonctionnelle.

  • Le grade I représente une blessure microscopique sans étirement du ligament.
  • Le grade II présente un étirement macroscopique, mais le ligament reste intact ou, dans le cas d’une entorse plus grave, il peut être partiellement déchiré.
  • Le grade III correspond à une rupture complète du ligament.

Les entorses légères et modérées sont généralement de grades I ou II. Une entorse légère se caractérise par l’incapacité du patient à courir et à sauter, la difficulté à monter les escaliers et la présence d’un inconfort. Dans ce type d’entorse, les ligaments sont intacts.

Les entorses modérées nécessitent un soutien pour marcher, il y a la présence d’une douleur importante, d’un gonflement et d’une ecchymose.

Les entorses graves sont des entorses de grade III où la mise en charge est impossible, la douleur est élevée et où le patient doit subir des examens complémentaires en cas de fracture de la cheville. Une immobilisation est généralement nécessaire pendant 10 jours ou plus et la chirurgie devient souvent le traitement de choix.

Procédures de diagnostic ( modifier | source d’édition )

L’évaluation clinique, y compris les règles d’Ottawa pour la cheville et le pied, peut être étayée par d’autres examens, notamment :

Une radiographie : permet d’exclure une fracture de la cheville ou du médio-pied dans les 7 jours suivant la blessure. Il est recommandé de procéder à un test en position de mise en charge.

L’échographie: est considérée comme un bon outil de diagnostic des lésions ligamentaires, des déficiences fonctionnelles et de l’instabilité articulaire. La précision du diagnostic dépend des compétences du personnel qui effectue le test et de la qualité de l’équipement. L’échographie est moins sensible que l’IRM dans le diagnostic d’une lésion ligamentaire aiguë. (9) (10)

IRM Entorse de la cheville

L’IRM: référence absolue pour l’investigation des lésions intra-articulaires. (10) Aide au diagnostic des déchirures aiguës des ligaments talo-fibulaire et calcanéo-fibulaire antérieurs. Cependant, les résultats faux positifs peuvent constituer un défi pour le médecin traitant. L’IRM n’est pas considérée comme un examen de routine dans le cas d’une blessure aiguë de la cheville en raison du coût élevé de l’examen, de son accessibilité limitée et de l’incidence élevée de ce type de blessure. L’IRM peut être très utile pour diagnostiquer des lésions supplémentaires suspectées, notamment une lésion syndesmotique, des pathologies tendineuses ou en cas d’instabilité chronique de la cheville nécessitant des examens complémentaires.(10)

La tomodensitométrie (CT scans) : n’est pas systématiquement demandée comme outil de diagnostic dans les cas d’entorse de la cheville. La recommandation est effectuée selon le cas.

Traitement(edit | edit source)

« Plus les soins de réadaptation musculo-squelettique sont entrepris tôt après une entorse de la cheville, plus la probabilité de récidive est faible et plus les coûts médicaux encourus en aval sont faibles ».(11)

Algorithme de l’entorse aiguë de la cheville. Tiré de : Halabchi F, Hassabi M. Acute ankle sprain in athletes: Clinical aspects and algorithmic approach. World J Orthop. 2020 Dec 18;11(12):534-558.

Les lignes directrices suivantes sont celles proposées par la National Athletic Trainers’ Association (NATA) publiées en 2013.(9) Les secondes lignes directrices sont tirées d’une publication de 2020 du World Journal of Orthopaedic (WJO).(4) Dans la publication NATA, la catégorie A signifie que les recommandations sont fondées sur « des preuves cohérentes et de bonne qualité orientées vers le patient », et la catégorie B est définie par « des preuves incohérentes et de qualité limitée orientées vers le patient ». Halabchi et Hassabi(4) dans leurs directives publiées dans le WJO, utilisent les niveaux de preuve clinique 1, 2 et 3 pour soutenir leurs recommandations :

Niveau 1 : les preuves sont obtenues à partir d’au moins un essai contrôlé randomisé correctement conçu.

Niveau 2 : les preuves proviennent d’une méta-analyse de tous les essais contrôlés randomisés pertinents.

Niveau 3 : les preuves sont obtenues à partir d’essais contrôlés bien conçus sans randomisation.

Phase aiguë ( éditer | source d’édition )

Les objectifs de réadaptation :

  1. Réduction de la douleur. Les activités doivent être réalisées selon les principes NICE (de l’anglais Nonsteroidal anti-inflammatory drugs, Ice, Compression, Elevation, c’est-à-dire anti-inflammatoires non stéroïdiens, glace, compression, élévation) et EASY (de l’anglais External support worn up to one year post-injury, c’est-à-dire un support externe porté jusqu’à un an après la blessure).(12)
  2. Retour progressif au mouvement. Suivre l’acronyme POLICE (de l’anglais Protection, Optimal Loading, Integrated Control Exercises, c’est à diire Protection, mise en charge optimale, exercices de contrôle intégrés). (12)
  3. Restaurer l’autoperception du corps. Les tâches exécutées doivent être utiles, progressives (de simples à complexes) et pertinentes. (12)

RICE(edit | edit source)

Dans la phase aiguë d’une entorse de la cheville, le traitement de choix est le RICE, c’est-à-dire Repos, glace (Ice), Compression, Élévation : (4)

  • Repos : le protocole de traitement comprend l’élévation de la jambe blessée de 15-25 cm au-dessus du niveau du cœur pour favoriser le drainage lymphatique.
  • Glace : est considérée comme une thérapie de routine pendant 3 à 7 jours après une blessure pour réduire la douleur et le gonflement. Il existe des preuves limitées pour suggérer qu’elle réduit les symptômes après une entorse de la cheville de niveau 1 et aucune preuve qu’elle réduit le gonflement et diminue la douleur de niveau 2.
  • Compression : elle est appliquée pour gérer le gonflement et améliorer la qualité de vie. Les modalités de compression incluent les bandages élastiques ou les attelles. L’efficacité de la compression est peu soutenue par la recherche (niveau 2).
  • Élévation : le protocole RICE indique que l’élévation peut être bénéfique, mais il n’existe actuellement aucun essai contrôlé pour déterminer son efficacité clinique individuelle dans le traitement des entorses de la cheville.

RICE est bien connu dans les milieux orthopédiques du monde entier. D’autres acronymes sont utilisés faisant référence à des principes relatifs aux lésions des tissus mous, pour en savoir plus, cliquez sur ces liens : PRICE (Protection, Rest, Ice, Compress, Elevate), POLICE et PEACE and LOVE.

Immobilisation(edit | edit source)

  1. Attelle de cheville à lacets

    Entorse de la cheville de grade I et II : les recommandations incluent une mobilisation précoce et un soutien fonctionnel permettant une réadaptation fonctionnelle (niveau 1, catégorie A).

  2. Entorse de la cheville de grade III : 10 jours d’immobilisation à l’aide d’un plâtre sous le genou ou d’une attelle rigide (niveau 2, catégorie B), suivis d’exercices thérapeutiques contrôlés (catégorie B).
  • L’immobilisation sous forme d’une chevillière permet la mise en charge et la protection du tissu lésé (catégorie A, niveau 2) (13) et elle doit être utilisée pendant au moins 6 mois après une entorse modérée ou grave. Une attelle semi-rigide ou à lacets est meilleure qu’un bandage élastique (niveau 1) et plus efficace qu’un taping rigide ou élastique (niveau 2). Ce type d’attelle est recommandé aux personnes ayant des antécédents d’entorses de la cheville.
  • Le taping kinésio peut ne pas fournir un soutien mécanique suffisant pour une articulation instable (niveau 1).
  • Il y a un manque d’essais contrôlés randomisés dans la prise en charge initiale des entorses médiales ou syndesmotiques avec immobilisation. (10)
  • Le choix du support dépend de la gravité de la blessure.

Modalités(edit | edit source)

  • Stimulation électrique : il n’y a pas de preuve dans la littérature soutenant l’utilisation de cette modalité dans la réduction de la douleur ou de l’œdème (niveau 1).
  • Laser : il n’y a pas de preuve soutenant l’utilisation du laser pour la réduction de la douleur et de l’œdème (niveau 1).
  • Ultrasons thérapeutiques : n’ont aucun effet sur la douleur, l’œdème, la fonction et le retour au jeu (niveau 1). L’utilisation des ultrasons pour le traitement des entorses aiguës de la cheville n’est pas indiquée.(13)
  • Diathermie à ondes courtes : aucune preuve pour utiliser dans le traitement des entorses de la cheville (niveau 2).

Mise en charge ( éditer | source d’édition )

Une mise en charge protégée précoce jusqu’à 2 semaines pour tous les types d’entorses aide à : (14)

  • La réduction de l’oedème
  • Le rétablissement de l’amplitude normale des mouvements
  • Le retour à une activité normale
  • La prévention de l’instabilité mécanique à long terme

Thérapie manuelle ( éditer | source d’édition )

Les techniques manuelles incluses dans la prise en charge des entorses aiguës de la cheville sont les glissements talo-cruraux antérieurs à postérieurs et la distraction talo-crurale en position neutre.(15) De plus, le massage des tissus mous et les techniques de drainage lymphatique manuel sont recommandés. L’amplitude de mouvement passive en dorsiflexion peut être réalisée dans les deux positions de mise en charge ou de non mise en charge.(4)

L’application de la thérapie manuelle a eu pour résultat :

  • Une réduction de la douleur (niveau 1) (16)
  • Une réduction de la rigidité
  • Une amélioration de la dorsiflexion de la cheville (niveau 1, catégorie B)
  • Une amélioration de la longueur de la foulée
  • Une meilleure conscience proprioceptive
  • Une récupération fonctionnelle (niveau 2, catégorie B)

(19)

Exercices(edit | edit source)

Les exercices thérapeutiques sont considérés comme la principale composante du programme de réadaptation d’une entorse aiguë à la cheville. Cependant, aucun contenu spécifique et aucun volume d’entraînement n’ont été déterminés. (4) Les résultats attendus de l’exécution des exercices sont les suivants : la réduction des blessures récurrentes, la prévention de l’instabilité de la cheville, la raccourcissement du temps de récupération, l’amélioration de la fonction autodéclarée (niveau 1).

Les exercices doivent être supervisés (niveau 1), ou basés sur un programme conventionnel (niveau 2) et ils doivent inclure les éléments suivants :

  • Exercices d’amplitude de mouvement ( catégorie B)
  • Exercices d’étirement (catégorie B) : commencez en chaîne ouverte dans tous les plans, étirement en dorsiflexion avec assistance du membre supérieur, progressez vers une chaîne fermée. L’étirement du tendon d’Achille doit être entrepris dès que possible.
  • Exercices de renforcement (catégorie B) : à commencer immédiatement pour les entorses de grade I et II, à reporter éventuellement pour les entorses de grade III, l’inversion et l’éversion de la cheville doivent être minimisées. Le protocole doit comprendre des mouvements lents effectués dans les limites de la douleur ainsi qu’un nombre de répétitions élevé (par exemple : 2 à 4 séries de 10 répétitions). Commencez par des exercices isométriques dans les plans frontal et sagittal, progressez vers des exercices isotoniques de résistance avec des poids, des bandes élastiques ou une résistance manuelle, ajoutez des mouvements dans tous les plans.

Les vidéos ci-dessous montrent des exemples de progressions pour les exercices de renforcement :

  • Réadaptation neuromusculaire et exercices de proprioception (niveau 2)

(22)

Réadaptation neuromusculaire ( éditer | source d’édition )

Les activités de réadaptation neuromusculaire pratiquées lors d’une entorse aiguë de la cheville sont les suivantes :

  • Exercices de facilitation neuromusculaire proprioceptive (FNP). L’utilisation de la FNP a entraîné une amélioration significative des mesures des résultats fonctionnels de la cheville, y compris le test d’équilibre à excursion en étoile. La mise en œuvre d’un entraînement neuromusculaire au cours de la première semaine de la blessure a permis d’augmenter le niveau d’activité sans douleur et de réduire le gonflement (niveau 1).
  • Entraînement de l’équilibre. Ce type d’activité doit être pratiqué à tous les stades de la réadaptation (catégorie A).(9)

Phase subaiguë ( éditer | source d’édition )

Les objectif de réadaptation :

  1. Concevoir un programme de retour au travail avec des limitations d’activité et des restrictions de participation.

Dans cette phase du programme de réadaptation d’une entorse de la cheville, l’accent est mis sur :

  • Des programmes d’entraînement neuromusculaire comprenant des tâches d’équilibre et de proprioception avec des périodes de déstabilisation pendant les exercices. Des exercices d’équilibre debout initiés sur une jambe sans planche devant être intégrés et progressés vers le maintien de l’équilibre sur une surface instable avec les deux pieds, puis sur le pied blessé, et avec le retrait progressif de l’appui des mains. Cette même séquence sera répétée sur la planche BAPS (de l’anglais Biomechanical Ankle Platform System, en français Système de plateforme biomécanique pour la cheville).
  • Exercices d’amplitude de mouvement en inversion et en éversion.

(23)

  • Renforcement des muscles proximaux de la hanche et du tronc pour contribuer à la réduction du taux de nouvelles blessures.

(24)

  • Exercices avec perturbation spécifique au sport pour les athlètes de haut niveau terminés par des exercices de mouvement planifié à pleine vitesse et des sauts unilatéraux.
  • Programme d‘entraînement professionnel et/ou d’endurcissement au travail. (13)

Phase chronique ( éditer | source d’édition )

Les programmes multi-interventions de prévention des blessures doivent commencer dès la phase aiguë et se poursuivre pendant la phase chronique pendant au moins 3 mois après une entorse de la cheville.

Les objectifs de réadaptation :

  1. Réduire le risque de nouvelle blessure à la cheville
  2. Rétablir une amplitude de mouvement complète et indolore
  3. Retour aux sports/travail/activités sans symptômes récurrents.

Le programme comprend :

  • Équilibre et contrôle neuromusculaire (catégorie A)

(25)

  • Entraînement spécifique au sport. Par exemple, un entraînement pliométrique avec des manœuvres de saut pour un joueur de volley-ball ; des exercices de course et de coupe pour un joueur de football. Le délai de reprise du sport est variable.(10)
  • Application d’une attelle ou d’une bande pendant un entraînement spécifique au sport.

Des informations importantes sur l’instabilité chronique de la cheville sont disponibles ici.

Ressources(edit | edit source)

Chen, Y. Diagnosis and Treatment of Chronic Ankle Instability

Mayo Clinic. Sprained ankle

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 Yeung MS, Chan KM, So CH, Yuan WY. An epidemiological survey on ankle sprain. Br J Sports Med. 1994 Jun;28(2):112-6.
  2. Wright IC, Neptune RR, van den Bogert AJ, Nigg BM. The influence of foot positioning on ankle sprains. J Biomech. 2000 May;33(5):513-9.
  3. 3.0 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 Ferreira JN, Vide J, Mendes D, Protásio J, Viegas R, Sousa MR. Prognostic factors in ankle sprains: a review. EFORT Open Rev. 2020 Jun 1;5(6):334-338.
  4. 4.0 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 Halabchi F, Hassabi M. Acute ankle sprain in athletes: Clinical aspects and algorithmic approach. World J Orthop. 2020 Dec 18;11(12):534-558.
  5. 5.0 5.1 Beynnon BD, Murphy DF, Alosa DM. Predictive Factors for Lateral Ankle Sprains: A Literature Review. J Athl Train. 2002 Dec;37(4):376-380.
  6. Hosea TM, Carey CC, Harrer MF. The gender issue: epidemiology of ankle injuries in athletes who participate in basketball. Clin Orthop Relat Res. 2000 Mar;(372):45-9.
  7. Kaufman KR, Brodine SK, Shaffer RA, Johnson CW, Cullison TR. The effect of foot structure and range of motion on musculoskeletal overuse injuries. Am J Sports Med. 1999 Sep-Oct;27(5):585-93.
  8. McGuine TA, Greene JJ, Best T, Leverson G. Balance as a predictor of ankle injuries in high school basketball players. Clin J Sport Med. 2000 Oct;10(4):239-44.
  9. 9.0 9.1 9.2 Kaminski TW, Hertel J, Amendola N, Docherty CL, Dolan MG, Hopkins JT, Nussbaum E, Poppy W, Richie D; National Athletic Trainers’ Association. National Athletic Trainers’ Association position statement: conservative management and prevention of ankle sprains in athletes. J Athl Train 2013; 48: 528-545
  10. 10.0 10.1 10.2 10.3 10.4 Chen ET, McInnis KC,Borg-Stein J. Ankle Sprains: Evaluation, Rehabilitation, and Prevention. Current Sports Medicine Reports 2019 (June);18(6): 217-223.
  11. Rhon DI, Fraser JJ, Sorensen J, Greenlee TA, Jain T, Cook CE. Delayed Rehabilitation Is Associated With Recurrence and Higher Medical Care Use After Ankle Sprain Injuries in the United States Military Health System. J Orthop Sports Phys Ther. 2021 Dec;51(12):619-627.
  12. 12.0 12.1 12.2 McKeon PO, Donovan L. A Perceptual Framework for Conservative Treatment and Rehabilitation of Ankle Sprains: An Evidence-Based Paradigm Shift. J Athl Train. 2019 Jun;54(6):628-638.
  13. 13.0 13.1 13.2 Martin RL, Davenport TE, Fraser JJ, Sawdon-Bea J, Carcia CR, Carroll LA, Kivlan BR, Carreira D. Ankle Stability and Movement Coordination Impairments: Lateral Ankle Ligament Sprains Revision 2021. J Orthop Sports Phys Ther. 2021 Apr;51(4): CPG1-CPG80.
  14. Knapik DM, Trem A, Sheehan J, Salata MJ, Voos JE. Conservative Management for Stable High Ankle Injuries in Professional Football Players. Sports Health. 2018 Jan/Feb;10(1):80-84.
  15. Loudon JK, Reiman MP, Sylvain J. The efficacy of manual joint mobilisation/manipulation in the treatment of lateral ankle sprains: a systematic review. Br J Sports Med. 2014 Mar;48(5):365-70.
  16. Cleland JA, Mintken PE, McDevitt A, Bieniek ML, Carpenter KJ, Kulp K, Whitman JM. Manual physical therapy and exercise versus supervised home exercise in the management of patients with inversion ankle sprain: a multicenter randomized clinical trial. J Orthop Sports Phys Ther. 2013;43(7):443-55.
  17. The Physio Channel. Ankle Talocrural Joint Mobilisation. 2019. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=eJOwsFeLdik (last accessed 29/01/2022)
  18. Physical Therapy Nation. Talocrural Distraction Manipulation. 2013.Available from: https://www.youtube.com/watch?v=ahpRMlOdkjM (last accessed 29/01/2022)
  19. Sports Injury Clinic.Sports Massage – Ankle Sprain. 2010. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=cDIYHxjiUd0 (last accessed 29/01/2022)
  20. Rehab My Patient. Ankle Dorsiflexion Isometric Exercise. 2022.Available from: https://www.youtube.com/watch?v=uedHYXHJXyI (last accessed 01/02/2022)
  21. Rehab My Patient.Ankle Dorsiflexion | Plantar Flexion Strengthening. 2018 Available from: https://www.youtube.com/watch?v=EDtFvkPGdXs (last accessed 01/02/2022)
  22. Rehab My Patient. Ankle proprioception ball control. 2014. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=_XqCom9pIg0 (last accessed 01/02/2022)
  23. Rehab My Patient. How to Improve Ankle Inversion. 2021. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=cmFM1I4R72U (last accessed 02/01/2022)
  24. Rehab My Patient. Dead Bug- Resistance. 2021. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=nSa-Zm_Ms9Y (last accessed 01/02/2022)
  25. Rehab My Patient. One leg stand forward reach. 2014. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=gcWtqrfu3Ec (last accessed 02/01/2022)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles