Traiter les entorses latérales de la cheville

Éditeur original Ewa Jaraczewska d’après le cours de Helene Simpson
Principaux contributeursEwa Jaraczewska et Jess Bell

Introduction(edit | edit source)

Une entorse de la cheville simple, ça n’existe pas. (1) Ce n’est pas une blessure avec laquelle les patients seront prêts à partir après quelques jours. (1) Au contraire, les entorses latérales de la cheville nécessitent une évaluation approfondie et un traitement minutieux. Les points suivants sont des considérations clés dans le traitement des entorses latérales de la cheville : retarder l’évaluation détaillée de quelques jours ; comprendre le mécanisme de la blessure ; effectuer une évaluation approfondie lorsque le patient peut participer ; l’observance du traitement par le patient est essentielle ; et une réévaluation est nécessaire en cas de manque de progrès.

Directives générales ( éditer | modifier la source )

Entorse latérale de la cheville

Avant de choisir une intervention thérapeutique, les cliniciens doivent comprendre les directives de base suivantes pour le traitement des entorses latérales de la cheville :

À FAIRE :

  • Inclure un traitement manuel
  • Discuter des attentes et des échéances
  • Exiger la conformité au traitement
  • Respecter la douleur
  • Réévaluer en cas de manque de progrès

À NE PAS FAIRE :

  • Demander un examen d’imagerie inutile
  • Maintenir le patient sans mise en charge lorsque cela n’est pas justifié
  • Ordonner l’immobilisation lorsque cela n’est pas nécessaire
  • Retarder les mouvements fonctionnels
  • Fournir une réadaptation insuffisante

Système de classification ( éditer | modifier la source )

Lacerda et ses collègues (2) ont trouvé une hétérogénéité significative dans la litérature au sujet des systèmes de classification pour les entorses latérales de la cheville. (2) La plupart des systèmes utilise trois niveaux pour décrire la sévérité des entorses latérales de la cheville : (1)

  1. Légère : le patient peut marcher, avec un oedème et une douleur minimes. Aucune atteinte ligamentaire
  2. Modérée : le patient se plaint de douleurs à la marche, boite en marchant et présente un oedème modéré, un hématome et une douleur à la palpation des ligaments. Atteinte d’un seul ligament.
  3. Sévère : le patient ne peut pas marcher, la douleur est présente lors des activités quotidiennes, il y a présence d’un oedème important et une douleur à la palpation. Deux ligaments ou plus sont impliqués.

Un autre système de classification des entorses latérales de la cheville utilise les grades 1 à 3 :

  • Grade 1 : peu ou pas d’hémorragie, aucune sensibilité ponctuelle, aucune perte de fonction, diminution du mouvement total de la cheville de ≤ 5 degrés, présence d’un oedème ≥ 0,5 cm.
  • Grade 2 : présence d’une hémorragie, d’une sensibilité ponctuelle, d’une certaine perte de fonction, d’une diminution du mouvement total de la cheville de plus de 5 degrés, mais de moins de 10 degrés, et d’un oedème de moins de 2 cm.
  • Grade 3 : présence d’une hémorragie, d’une sensibilité ponctuelle extrême, d’une perte quasi totale de la fonction, d’une diminution du mouvement total de la cheville de ≥ 10 degrés et d’un oedème ≥ 2 cm.

Traitement et interventions(edit | edit source)

Malgré la disponibilité d’études de recherche fondées sur des preuves, il existe des différences dans le traitement des entorses latérales de la cheville partout dans le monde. Il est donc nécessaire d’élaborer des directives cliniques internationales fondées sur des preuves et acceptées par tous les professionnels de la santé qui traitent les entorses latérales de la cheville.(3) Selon Green et al, (4) la majorité des protocoles d’entorse latérale de la cheville développés pour diverses professions (entraîneurs sportifs, infirmières et médecins, et physiothérapeutes) sont désuets et de mauvaise qualité.(4)

En phase aiguë ( éditer | source d’édition )

Directives générales : ( modifier | modifier la source )

  • Retardez l’évaluation complète jusqu’à 14 jours (de 4 à 14 jours) ; il est impossible d’effectuer une évaluation complète plus tôt car la participation du patient est généralement limitée par la douleur.(1)
  • L’évaluation subjective doit inclure des questiions sur le nombre d’entorses subies par le patient (première entorse ou entorses consécutives), la localisation et l’intensité de la douleur, ainsi que le mécanisme de la blessure. Le mécanisme de blessure permet d’identifier les structures anatomiques lésées et de hiérarchiser l’évaluation clinique.(1)
  • L’observation doit porter sur l’aspect de la peau, la forme de la cheville, la capacité du patient à se lever et à accepter un poids sur la jambe blessée, et la présence d’un oedème.(1)

En général, les entorses sont dues à l’inversion et à la rotation interne, quelle que soit la position dans le plan sagittal : flexion plantaire ou dorsiflexion.(1)

Exemples de mécanismes de blessures et de types d’entorses :

  • Adduction de l’avant-pied, inversion de l’arrière-pied et rotation externe du tibia avec la cheville en flexion plantaire : un ou plusieurs ligaments latéraux peuvent être impliqués. Affecte généralement le ligament talo-fibulaire antérieur en premier, puis le ligament calcanéo-fibulaire et le ligament talo-fibulaire postérieur. (5)
  • Rotation externe du pied et/ou dorsiflexion extrême de la cheville : lésion de la syndesmose tibio-fibulaire distale (entorse de la cheville haute).(5)
  • Pronation-abduction, pronation-rotation externe ou supination-rotation externe du pied : entorse de la cheville médiale.(5)
  • Lésion d’éversion extrême : conflit du talus avec la malléole latérale (externe). (5)
  • Flexion plantaire et inversion excessive : lésion de la région latérale de l’avant-pied connue sous le nom de syndrome cuboïdien lorsque l’os cuboïde se désaxe dans un mauvais allignement. (5)
  • Pied planté au sol avec la cheville en dorsiflexion et en inversion : la position vérouillée (en closed packed) peut provoquer des forces de compression sur l’articulation de la mortaise, et des forces de cisaillement. Il en résulte une lésion possibles des ligaments collatéraux latéraux et de la base du cinquième métatarsien. Les muscles péroniers peuvent également être impliqués. (1)

Grades d’entorses de la cheville

Le grade / niveau de la blessure à la cheville peut être établi à partir de l’évaluation initiale, en suivant les lignes directrices connues (grade 1 à 3).(6)

Principes de traitement ( éditer | source d’édition )

  • PRICE (1 à 10 jours) :
    • Protéger : aucune mise en charge à la marche lorsqu’il y a une boiterie.
    • Repos (pour éviter de nouvelles blessures).
    • Glace : commencer dans les 36 heures avec une application intermittente trois fois par jour (10 minutes on / 10 minutes off / 10 minutes on). Cependant, avec la cryothérapie, Vuurberg et al. (3) n’ont constaté aucune amélioration de la douleur au repos, de la fonction ou de l’oedème.
    • Compression : les preuves actuelles de l’efficacité de la compression sont discutables. (3) Cependant, les cliniciens utilisent les bandages, le taping, le Tubigrip et les bas de contention malgré le manque de preuves de leur efficacité sur la guérison.
    • Élévation : il n’existe pas d’études contrôlées sur l’efficacité du repos ou de l’élévation dans le traitement des entorses aiguës de la cheville. (5) Un protocole suggère une élévation de 15 à 25 cm au-dessus du niveau du cœur pour améliorer le drainage veineux et lymphatique et minimiser l’oedème. (7)
  • Mobilisation précoce: offre de bons résultats lorsque la douleur est respectée, et que le patient peut marcher sans boiter et sans douleur. Kerkhoffs et collègues (8) ont constaté qu’une mobilisation précoce présente les avantages suivants : réduction du délai de reprise du sport, réduction plus importante du gonflement et diminution des signes radiographiques d’instabilité. (8)

CAM Walker Moon Boot

  • CAM Boot / Moon Boot ou plâtre sous le genou pour protéger jusqu’à ce qu’une évaluation plus approfondie puisse être effectuée : (1)
    • Il existe de bonnes preuves d’efficacité pour les orthèses semi-rigides et à lacets.
    • Améliore la confiance psychologique.
    • Rentable.
    • N’affectent pas les performances.
    • Efficace à réduire l’oedème.
    • Il n’existe pas de preuve que l’utilisation à long terme d’un appui externe entraîne une « faiblesse » de la musculature des membres inférieurs.

En phase d’évaluation détaillée et de traitement complet ( éditer | source d’édition )

Le cadre temporel d’un traitement conservateur dépend de la sévérité de la blessure, et se résume habituellement à : (1)

  • 10 jours pour les entorses légères
  • 2 à 3 semaines pour les entorses modérées
  • 6 semaines pour les entorses graves

Évaluation(edit | edit source)

L’évaluation doit inclure les éléments suivants :

Orthèse à lacets

Directives générales ( éditer | modifier la source )

  • Fixez les attentes et les échéances pour assurer la conformité du patient au plan de traitement.(1)
  • Mélangez avec d’autres formes d’entraînemens si possible.(1)
  • Protégez la cheville avec une orthèse à lacets pour préserver le mouvement de l’articulation en limitant les positions extrêmes de l’articulation comme l’inversion maximale. (3) L’orthèse doit être portée pendant les activités sportives et quotidiennes, et peut être retirée la nuit ou en dehors des activités. L’utilisation d’une chevillière a de meilleurs effets positifs que le taping sportif non élastique ou le kinesiotape élastique.(11)
  • supervisez le patient.(1)
  • Fournir une thérapie manuelle afin de stimuler les récepteurs plantaires (1) (12) dans le but de :
    • Réduire les mouvements défaillants.
    • Offrir qualité vs quantité.
  • Utilisez une approche sans douleur.(1)

En résumé, les exercices ne doivent pas aggraver la situation du patient.(1)

Traitement thérapeutique ( éditer | source d’édition )

  • La réadaptation fonctionelle (13) est un type de traitement par lequel la fonction d’une articulation est maintenue. (3) Elle inclut :
    • Des exercices fonctionnels en chaîne fermée. Exemples : mouvement du corps sur une base stable, (14) squats, position en tandem, fentes, saut vers la stabilisation. (15)

Squats

Marche en tandem

  • Le contrôle postural et la proprioception. (16) (17) Les stratégies comprennent des exercices de coordination allant du simple au complexe et des contraintes environnementales prévisibles à imprévisibles. (1)
  • Le test d’équilibre à excursion en étoile – Star Excursion Balance Test (SEBT) évalue le contrôle postural dynamique chez les patients souffrant d’une entorse latérale de la cheville.(10)

SEBT

  • Des stratégies d’apprentissage moteur (12) (18)
  • De la mise en forme cardiovasculaire
  • De l’entraînement de la force centrale du pied : la force du pied influence le contrôle somatosensoriel de la station debout, de la posture et de l’équilibre. (1) Des Short foot exercises (SFE) devraient être inclus tôt dans le réentraînement proprioceptif après une blessure à la cheville. (1) En général, l’entraînement aux SFE est effectué trois fois par semaine à raison de trois séries de 12 répétitions. Chaque mouvement est maintenu pendant 5 secondes et est exécuté dans ces positions : (1)
    • Semaines 1 à 4 en position assise
    • Semaines 5 à 8 en position debout
    • Semaines 5 à 9 en position debout sur une seule jambe

Short Foot Exercises

  • Une augmentation de l’amplitude des mouvements par des étirements et des mobilisations manuelles. (19) Selon Izaola-Azkona et al. (20)  » la mobilisation avec mouvement distale du péroné peut être le choix de traitement le plus approprié pour une entorse latérale aiguë de la cheville afin de retrouver la fonction dans les activités de la vie quotidienne et une fonction sportive à long terme « . (20)
  • La prévension des mécanismes de contrôle défaillants, y compris les mauvais atterrissages, (21) la stratégie excessive de la hanche et la position défaillante de l’avant-pied. (22)
  • Une évaluation de l’état de préparation au retour au sport. (23) (24)

En phase de réévaluation ( éditer | modifier la source )

Si, à 6 semaines, la condition ne s’est pas améliorée, une seconde évaluation doit être faite, qui incluera : (1)

  • Une révision de l’évaluation initiale.
  • Un examen du mécanisme de la blessure.
  • Une réévaluation des facteurs intrinsèques et extrinsèques influençant la guérison.

À partir des résultats de cette réévaluation, les actions suivantes doivent être envisagées : (1)

  • Des investigations complémentaires.
  • Une orientation vers un spécialiste (par exemple, un médecin spécialisé dans le sport ou un chirurgien orthopédique).

Ressources(edit | edit source)

Références(edit | edit source)

  1. 1.00 1.01 1.02 1.03 1.04 1.05 1.06 1.07 1.08 1.09 1.10 1.11 1.12 1.13 1.14 1.15 1.16 1.17 1.18 1.19 1.20 1.21 1.22 1.23 1.24 1.25 Simpson H. Lateral Ankle Sprains. Plus Course 2022.
  2. 2.0 2.1 Lacerda D, Pacheco D, Rocha AT, Diniz P, Pedro I, Pinto FG. CURRENT CONCEPT REVIEW: STATE OF ACUTE LATERAL ANKLE INJURY CLASSIFICATION SYSTEMS. The Journal of Foot and Ankle Surgery. 2022 Aug 18.
  3. 3.0 3.1 3.2 3.3 3.4 Vuurberg G, Hoorntje A, Wink LM, Van Der Doelen BF, Van Den Bekerom MP, Dekker R, Van Dijk CN, Krips R, Loogman MC, Ridderikhof ML, Smithuis FF. Diagnosis, treatment and prevention of ankle sprains: update of an evidence-based clinical guideline. British journal of sports medicine. 2018 Aug 1;52(15):956-.
  4. 4.0 4.1 Green T, Willson G, Martin D, Fallon K. What is the quality of clinical practice guidelines for the treatment of acute lateral ankle ligament sprains in adults? A systematic review. BMC musculoskeletal disorders. 2019 Dec;20(1):1-3.
  5. 5.0 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 Chen ET, Borg-Stein J, McInnis KC. Ankle Sprains: Evaluation, Rehabilitation, and Prevention. Curr Sports Med Rep. 2019 Jun;18(6):217-223.
  6. McGovern RP, Martin RL. Managing ankle ligament sprains and tears: current opinion. Open Access J Sports Med. 2016 Mar 2;7:33-42.
  7. Kaminski TW, Hertel J, Amendola N, Docherty CL, Dolan MG, Hopkins JT, Nussbaum E, Poppy W, Richie D; National Athletic Trainers’ Association. National Athletic Trainers’ Association position statement: conservative management and prevention of ankle sprains in athletes. J Athl Train. 2013 Jul-Aug;48(4):528-45.
  8. 8.0 8.1 Kerkhoffs GM, van den Bekerom M, Elders LA, van Beek PA, Hullegie WA, Bloemers GM, de Heus EM, Loogman MC, Rosenbrand KC, Kuipers T, Hoogstraten JW, Dekker R, Ten Duis HJ, van Dijk CN, van Tulder MW, van der Wees PJ, de Bie RA. Diagnosis, treatment and prevention of ankle sprains: an evidence-based clinical guideline. Br J Sports Med. 2012 Sep;46(12):854-60.
  9. 9.0 9.1 Goulart Neto AM, Maffulli N, Migliorini F, de Menezes FS, Okubo R. Validation of Foot and Ankle Ability Measure (FAAM) and the Foot and Ankle Outcome Score (FAOS) in individuals with chronic ankle instability: a cross-sectional observational study. Journal of orthopaedic surgery and research. 2022 Dec;17(1):1-7.
  10. 10.0 10.1 Pierobon A, Raguzzi I, Soliño S, Salzberg S, Vuoto T, Gilgado D, Perez Calvo E. Minimal detectable change and reliability of the star excursion balance test in patients with a lateral ankle sprain. Physiotherapy Research International. 2020 Oct;25(4):e1850.
  11. Kemler E, van de Port I, Backx F, van Dijk CN. A systematic review on the treatment of acute ankle sprain: brace versus other functional treatment types. Sports Med. 2011 Mar 1;41(3):185-97.
  12. 12.0 12.1 Helly KL, Bain KA, Hoch MC, Heebner NR, Gribble PA, Terada M, Kosik KB. The effect of attending physical rehabilitation after the first acute lateral ankle sprain on static postural control in patients with chronic ankle instability. Journal of Sport Rehabilitation. 2021 Mar 22;30(7):1000-7.
  13. Delahunt E, Bleakley CM, Bossard DS, Caulfield BM, Docherty CL, Doherty C, Fourchet F, Fong DT, Hertel J, Hiller CE, Kaminski TW, McKeon PO, Refshauge KM, Remus A, Verhagen E, Vicenzino BT, Wikstrom EA, Gribble PA. Clinical assessment of acute lateral ankle sprain injuries (ROAST): 2019 consensus statement and recommendations of the International Ankle Consortium. Br J Sports Med. 2018 Oct;52(20):1304-1310.
  14. Han K, Ricard MD, Fellingham GW. Effects of a 4-week exercise program on balance using elastic tubing as a perturbation force for individuals with a history of ankle sprains. J Orthop Sports Phys Ther. 2009 Apr;39(4):246-55.
  15. Hall EA, Chomistek AK, Kingma JJ, Docherty CL. Balance- and Strength-Training Protocols to Improve Chronic Ankle Instability Deficits, Part I: Assessing Clinical Outcome Measures. J Athl Train. 2018 Jun;53(6):568-577.
  16. Guzmán-Muoz E, Rodríguez SS, Concha-Cisternas Y, Badilla PA, Méndez-Rebolledo G. The effects of neuromuscular training on the postural control of university volleyball players with functional ankle instability: a pilot study. Archivos de medicina del deporte. 2020;36(5):283-7.
  17. Barnes RY, Raubenheimer J, Wilson M. Effect of core stability, M. gluteus medius and proprioceptive exercise programme on dynamic postural control in netball players. South African Journal for Research in Sport, Physical Education and Recreation. 2020 May 27;42(1):1-1.
  18. Khalaj N, Vicenzino B, Smith MD. Hip and knee muscle torque is not impaired in the first three months of a first-time lateral ankle sprain. Physical Therapy in Sport. 2022 Jan 1;53:1-6.
  19. de Ruvo R, Russo G, Lena F, Giovannico G, Neville C, Turolla A, Torre M, Pellicciari L. The Effect of Manual Therapy Plus Exercise in Patients with Lateral Ankle Sprains: A Critically Appraised Topic with a Meta-Analysis. Journal of Clinical Medicine. 2022 Jan;11(16):4925.
  20. 20.0 20.1 Izaola-Azkona L, Vicenzino B, Olabarrieta-Eguia I, Saez M, Lascurain-Aguirrebeña I. Effectiveness of Mobilization of the Talus and Distal Fibula in the Management of Acute Lateral Ankle Sprain. Physical therapy. 2021 Aug;101(8):pzab111.
  21. Herb CC, Grossman K, Feger MA, Donovan L, Hertel J. Lower Extremity Biomechanics During a Drop-Vertical Jump in Participants With or Without Chronic Ankle Instability. J Athl Train. 2018 Apr;53(4):364-371.
  22. McGrath D, Patterson M, Persson UM, Caulfield B. Frontal-Plane Variability in Foot Orientation During Fatiguing Running Exercise in Individuals With Chronic Ankle Instability. J Athl Train. 2017 Nov;52(11):1019-1027.
  23. Smith MD, Vicenzino B, Bahr R, Bandholm T, Cooke R, Mendonça LD, Fourchet F, Glasgow P, Gribble PA, Herrington L, Hiller CE. Return to sport decisions after an acute lateral ankle sprain injury: introducing the PAASS framework—an international multidisciplinary consensus. British journal of sports medicine. 2021 Nov 1;55(22):1270-6.
  24. D’Hooghe P, Cruz F, Alkhelaifi K. Return to play after a lateral ligament ankle sprain. Current Reviews in Musculoskeletal Medicine. 2020 Jun;13(3):281-8.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles