Introduction à la télésanté

Introduction(edit | edit source)

La télésanté est la prestation de services et d’information liés à la santé par le biais de la communication électronique. Les termes « télésanté » et « télémédecine » peuvent être utilisés de manière interchangeable, mais ils ont des définitions différentes. La télémédecine fait spécifiquement référence à la fourniture à distance de services de soins de santé et d’informations cliniques à l’aide de technologies de télécommunications, telles que l’internet, le sans fil, le satellite et le téléphone.(1) La télésanté est définie comme l’utilisation de communications électroniques pour partager des informations médicales d’un endroit à un autre dans le but d’améliorer la santé d’un patient.(2) La télésanté est une extension de la télémédecine, mais contrairement à la télémédecine (qui se concentre sur les aspects curatifs de la santé), elle englobe les aspects préventifs, promotionnels et curatifs de la santé et de nombreuses différentes professions de santé sont impliquées dans sa mise en œuvre.(3) Il s’agit d’un terme large qui peut inclure à la fois l’éducation des patients et des professionnels de la santé, ainsi que les initiatives de santé publique et l’administration de la santé.(4)

La télésanté n’est pas un concept nouveau. Des rapports font état de son utilisation depuis le début du 20e siècle, lorsque les prestataires utilisaient des radios bidirectionnelles pour communiquer. (2) Puis, à partir des années 1960, les professionnels de la santé ont utilisé le téléphone pour donner des conseils et des orientations aux patients. Cependant, avec l’introduction de diverses nouvelles technologies, la télésanté remet aujourd’hui en question la manière dont les soins de santé sont dispensés. (2) Au fil du temps, une nouvelle terminologie de la télésanté s’est développée en fonction du domaine des soins de santé (téléradiologie et télépsychologie) ou de l’objectif de l’intervention (téléréadaptation ou télésoins).

Le terme  »pratique numérique » est également parfois utilisé. Le terme « pratique numérique » est considéré comme plus complet que le terme « télé » car il représente l’éventail des différentes technologies disponibles et leur impact sur la pratique et les modèles de service, à la fois aujourd’hui et dans l’avenir. Le groupe de travail WCPT/INPTRA sur la pratique de la physiothérapie numérique a proposé que le terme « pratique numérique » soit utilisé pour désigner la prestation de services de santé, ainsi que le soutien et l’information fournis à distance à l’aide d’appareils et de moyens de communication numériques. Ils ont aussi conclu que l’objectif de la pratique numérique de la kinésithérapie/physiothérapie est de faciliter « la prestation efficace de services de physiothérapie en améliorant l’accès aux soins et à l’information et en gérant les ressources de soins de santé ». (5) Cependant, le terme « télésanté » est un terme plus reconnaissable. il sera utilisé ici à la place de la pratique numérique.

L’objectif de la télésanté ( éditer | éditer la source )

La télésanté vise à surmonter les obstacles et à assurer un accès équitable aux services et aux interventions en matière de soins de santé. (3) La télésanté permet aussi de surmonter les obstacles aux consultations face à face, tels que les problèmes d’horaires, les conditions météorologiques défavorables et la maladie. (6)

Différents modèles de télésanté ( éditer | éditer la source )

  • On parle de télésanté synchrone lorsque les informations sur la santé sont fournies en temps réel. (7) par le biais d’une consultation de télésanté en direct. Cela se fait par le biais d’une vidéo interactive en présence simultanée du patient et du professionnel de la santé. (8) Ce type de télésanté est utilisé pour consulter, diagnostiquer et traiter les patients. (9)
  • La télésanté asynchrone (7) ou « store and forward », désigne toute collecte d’informations sur le patient (images diagnostiques, signes vitaux, clips vidéo) sur le site du patient. Ces informations sont ensuite évaluées et analysées par un praticien de santé situé sur un autre site. (8) (9) Par exemple, un patient qui suit son activité ou ses pas au cours d’une journée – ces informations sont ensuite envoyées au physiothérapeute pour qu’il puisse assurer un suivi.
  • La télésanté hybride inclut une combinaison de consultations de télésanté en direct (synchrone) et de thérapie store-and-forward (asynchrone). (8) Un modèle hybride de prestation de soins de santé consiste à fournir au patient à la fois des services en personne et des services de télésanté. (6)
  • Le suivi à distance des patients fait référence à l’utilisation d’appareils pour collecter à distance des informations sur les patients, comme la surveillance de leur glycémie et de leur pression artérielle. Ces informations sont ensuite envoyées à une agence de santé à domicile ou à un centre de télédiagnostic pour interprétation. (10) Cela permet le suivi et la supervision du patient. (9)
  • Le modèle de télésanté le plus récent est la santé mobile (Mobile Health ou mHealth), qui inclut des services en ligne et des applications pour téléphones mobiles commercialisés directement auprès des consommateurs. (9) Elle permet aux consommateurs d’accéder à des informations sur la santé, ainsi qu’à des groupes en ligne qui offrent un soutien par les pairs. (10)

Les avantages de la télésanté ( éditer | éditer la source )

La télésanté présente de nombreux avantages pour les patients, les physiothérapeutes et la société.(3)

Les avantages pour le patient sont les suivants : (5)

  • Accès à des services de physiothérapie qui ne sont pas disponibles dans les régions éloignées
  • Suppression des obstacles tels que le temps de déplacement, le stationnement et les salles d’attente
  • Amélioration de la sécurité pour les patients trop malades pour se déplacer ou dont la mobilité est réduite
  • N’est pas dépendant du lieu
  • Augmentation de l’autonomie du patient dans la gestion de sa santé grâce à l’autogestion et au suivi en ligne
  • Plus de flexibilité pour les patients, qui peuvent programmer la thérapie à des heures qui leur conviennent.
  • Thérapie plus rentable en termes de déplacements, de départ anticipé du travail ou de confier les enfants ou la famille à une personne aidante. (5)
  • Permet la réduction de l’utilisation de médicaments dans certains groupes de patients (par exemple les patients cardiaques) (11)

Les avantages pour le physiothérapeute/kinésithérapeute sont les suivants : (5)

  • Amélioration de l’efficacité grâce à la réduction des déplacements entre les cliniques
  • Parcours standardisés pour les utilisateurs de services
  • Plus grande cohérence en termes d’autogestion des patients à domicile et de suivi des normes de soins et des résultats.
  • Possibilités d’améliorer la créativité de la norme de soins grâce à l’évolution de la technologie

Les avantages pour la société sont les suivants : (5)

  • Meilleure utilisation des ressources publiques
  • Avantage pour l’employeur : moins d’absentéisme chez les travailleurs
  • Le patient et la communauté sont plus autonomes et mieux informés.
  • Réduction de la dépendance à l’égard du système médical et encouragement accru des patients à gérer eux-mêmes leur santé
  • Réponse aux attentes des citoyens en matière de connexion numérique
  • Accès plus équitable aux soins de santé
  • Diminution de l’empreinte environnementale grâce à la réduction des déplacements

Une étude a montré que les patients atteints d’un cancer de l’œsophage ayant subi une œsophagectomie et souffrant de complications postopératoires ou dont le séjour à l’hôpital a été prolongé peuvent améliorer leur état fonctionnel en faisant des exercices pratiques dans leur environnement domestique grâce à la téléréadaptation et à l’utilisation de tablettes, avec l’aide d’un physiothérapeute expérimenté qui les guide à distance. (12)

Utilisations non cliniques des technologies de télésanté ( éditer | éditer la source )

Les technologies de télésanté sont utilisées à diverses fins non cliniques, incluant : (3)

  • L’enseignement à distance tel que la formation médicale continue et l’éducation des patients
  • Les utilisations administratives, y compris les réunions entre réseaux de télésanté, la supervision et les présentations
  • La recherche sur la télésanté
  • L’information en ligne et la gestion des données de santé
  • L’intégration des systèmes de santé
  • L’identification des ressources, l’établissement de listes, la mise en correspondance des patients et des ressources, et le déplacement des ressources
  • La gestion globale du système de santé
  • Le déplacement des patients et l’admission à distance

Utilisations cliniques des technologies de télésanté ( éditer | éditer la source )

Les utilisations cliniques des technologies de télésanté incluent : (3)

  • La transmission d’images médicales à des fins de diagnostic (souvent appelée télésanté « store and forward »)
  • Des groupes ou individus échangeant des services de santé ou d’éducation en direct par vidéoconférence (télésanté en temps réel)
  • La transmission de données médicales à des fins de diagnostic ou de gestion de la maladie (parfois appelée suivi à distance)
  • Des conseils sur la prévention des maladies et la promotion de la santé par la surveillance et le suivi des patients
  • Des conseils de santé par téléphone dans les cas d’urgence (appelés télétriage)

Les limites actuelles de la télésanté ( éditer | éditer la source )

La télésanté présente plusieurs limites qu’il convient de prendre en compte avant d’utiliser cette forme de prestation de soins de santé. Ces domaines sont abordés plus en détail sur notre page consacrée aux considérations éthiques et professionnelles de la télésanté.

Limites liées au patient ( éditer | éditer la source )

  • À mesure que le marché de la télésanté se développe, il peut être plus facile pour les patients de « faire le tour du marché » et d’obtenir l’avis de différents prestataires de services, ce qui peut être source de confusion et de discontinuité dans le service ou les soins fournis. (5)
  • Comme dans toute interaction, le prestataire doit tenir compte des spécificités culturelles, notamment en ce qui concerne l’enregistrement d’images, mais aussi le contact visuel, le genre du thérapeute
  • Barrières linguistiques – si un interprète est nécessaire, cette personne est-elle familiarisée avec la télésanté ?(5)
  • Prise de décision concernant des personnes ou des groupes vulnérables, par exemple les personnes âgées et les enfants – la présence d’un aide soignant ou d’un parent est-elle nécessaire pour la consultation ?(5)
  • Le thérapeute doit faire preuve de solides compétences en matière de communication, car les repères visuels habituels présents dans les consultations face à face sont manquants(13)

Limites technologiques ( éditer | éditer la source )

  • Connectivité Internet – si elle est médiocre ou peu fiable, une autre voie de communication doit être utilisée (5)
  • Les deux parties (thérapeute et patient) doivent être familiarisées avec la technologie utilisée et pouvoir l’utiliser facilement (5)
  • L’intégrité du logiciel utilisé joue un rôle dans la réussite de la consultation ainsi que dans la « sauvegarde » de cette même consultation (5)
  • L’installation physique (éclairage adéquat, configuration de la caméra / résolution, qualité audio, arrière-plan) contribue à la qualité de la consultation de télésanté (5)
  • Le comportement virtuel est différent de celui en personne. Par exemple, pour établir un contact visuel, les participants (patient et thérapeute) doivent regarder la caméra et pas seulement la vidéo ou le matériel à l’écran (5)
  • Tous les individus (patients et thérapeutes) n’auront pas nécessairement accès à la technologie nécessaire pour s’engager dans la télésanté(13)

Limites d’assurance et de financement ( éditer | éditer la source )

  • Les thérapeutes et les patients doivent savoir si la télésanté est reconnue par les assureurs de soins de santé et les aides financières médicales. Le remboursement reste un défi majeur dans le déploiement des services de télésanté (5) (14)

Limites au niveau de l’éducation ( éditer | éditer la source )

  • Les membres du personnel doivent être bien informés sur la télésanté et recevoir un entraînement adéquat pour mener à bien les soins de télésanté. (5) Un cadre international de compétences de base récemment développé pour les physiothérapeutes fournit des lignes directrices sur les connaissances et les compétences nécessaires aux physiothérapeutes pour fournir des soins de qualité par vidéoconférence et former les physiothérapeutes à l’environnement numérique en informant le développement futur des programmes d’études en physiothérapie et des initiatives de développement professionnel dans le domaine de la télésanté (15)

Limites au niveau de la recherche ( éditer | éditer la source )

  • Une approche fondée sur des données probantes devrait être adaptée à la prestation de services de télésanté (5)
  • Les cliniciens/thérapeutes doivent toujours appliquer un raisonnement clinique et suivre les normes de pratique adéquates et les codes de conduite pertinents(5)
  • Les cliniciens/thérapeutes doivent évaluer la mise en œuvre de la télésanté et déterminer si les résultats pertinents sont atteints.(5)

Règlementation(edit | edit source)

  • La réglementation relative à la télésanté varie d’un pays à l’autre. Ces règlements et toute modification future peuvent affecter l’évolution de l’adoption de la télésanté(5)
  • Il incombe à chaque professionnel de la santé de s’assurer qu’il ne viole pas les lois sur la protection de la vie privée et l’HIPAA et de respecter toutes les lois locales, nationales et gouvernementales concernant la télésanté(7)

Références(edit | edit source)

  1. Achenbach SJ. Telemedicine: Benefits, Challenges, and its Great Potential. Health Law and Policy Brief. 2020; 14(1). Available at: https://digitalcommons.wcl.american.edu/hlp/vol14/iss1/2
  2. 2.0 2.1 2.2 Neville CW. Telehealth: A Balanced Look at Incorporating This Technology Into Practice. SAGE Open Nursing. 2018; 4.
  3. 3.0 3.1 3.2 3.3 3.4 Cottrell, M. and Russel, T. Introduction to Telehealth Course. Plus. 2020
  4. Richmond T, Peterson C, Cason J, Billings M, Terrell EA, Lee AC, Towey M, Parmanto B, Saptono A, Cohn ER, Brennan D. American Telemedicine Association’s principles for delivering telerehabilitation services. International journal of telerehabilitation. 2017;9(2):63.
  5. 5.00 5.01 5.02 5.03 5.04 5.05 5.06 5.07 5.08 5.09 5.10 5.11 5.12 5.13 5.14 5.15 5.16 5.17 5.18 Report of the WCPT/INPTRA Digital Physical Therapy Task Force. May 2019.
  6. 6.0 6.1 Cole B, Pickard K, Stredler-Brown A. Report on the Use of Telehealth in Early Intervention in Colorado: Strengths and Challenges with Telehealth as a Service Delivery Method. International journal of telerehabilitation. 2019;11(1):33.
  7. 7.0 7.1 7.2 Mechanic OJ, Kimball AB. Telehealth Systems. (Updated 2019 Dec 27). In: StatPearls. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; Jan 2020
  8. 8.0 8.1 8.2 What types of telehealth services can I offer? HealthIT.gov. last reviewed on April 15, 2019
  9. 9.0 9.1 9.2 9.3 Marcoux RM, Vogenberg FR. Telehealth: Applications from a legal and regulatory perspective. P&T. 2016; 41(9): 567–570.
  10. 10.0 10.1 ATA. Telehealth Basics. Available from https://www.americantelemed.org/resource/why-telemedicine/ (last accessed 10 May 2020).
  11. Pande RL, Morris M, Peters A, Spettell CM, Feifer R, Gillis W. Leveraging remote behavioral health interventions to improve medical outcomes and reduce costs. Am J Manag Care. 2015; 21(2): e141-51.
  12. van Egmond MA, Engelbert RH, Klinkenbijl JH, van Berge Henegouwen MI, van der Schaaf M. Physiotherapy With Telerehabilitation in Patients With Complicated Postoperative Recovery After Esophageal Cancer Surgery: Feasibility Study. Journal of Medical Internet Research. 2020;22(6):e16056.
  13. 13.0 13.1 Pirtle CJ, Payne KL, Drolet BC. Telehealth: legal and ethical considerations for success. Telehealth and Medicine Today. Available from https://telehealthandmedicinetoday.com/index.php/journal/article/view/144/173 (accessed 1 May 2020).
  14. Dinesen B, Nonnecke B, Lindeman D, Toft E, Kidholm K, Jethwani K. Personalised telehealth in the future: a global research agenda. J Med Internet Res. 2016; 18(3): e53.
  15. Davies L, Hinman RS, Russell T, Lawford B, Bennell K, Billings M, Cooper-Oguz C, Finnan K, Gallagher S, Gilbertson DK, Holdsworth L. An international core capability framework for physiotherapists to deliver quality care via videoconferencing: a Delphi study. Journal of Physiotherapy. 2021 Sep 11.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles