Introduction à la santé au travail

Éditeur original Jess Bell

Principaux contributeursJess Bell, Kim Jackson, Lucinda hampton et Tarina van der Stockt

Introduction(edit | edit source)

Work place.jpg

La santé au travail fait référence à la relation entre le travail et la santé.

  • Les spécialistes en santé au travail ont pour objectif d’améliorer l’état de santé des travailleurs, d’accroître la productivité de la main-d’œuvre, d’améliorer les performances des entreprises et l’économie.(1)

Différents termes sont utilisés pour désigner ce domaine de réadaptation. La santé au travail est généralement utilisée pour désigner les personnes qui travaillent, tandis que la réadaptation professionnelle tend à être utilisée pour désigner les personnes qui n’ont pas d’emploi rémunéré, mais ces termes varient d’un pays à l’autre.(2)

Les spécialistes en santé au travail ont une formation et une expérience spécifiques qui leur permettent de comprendre le lien entre la santé et le travail. (1) Cela leur permet de soutenir à la fois les travailleurs et les employeurs. La santé au travail se concentre sur trois objectifs principaux :

  • Le maintien et la promotion de la santé et de la capacité de travail des travailleurs
  • L’amélioration des environnements de travail pour qu’ils soient propices à la santé et à la sécurité
  • Le développement des lieux et cultures de travail de manière à favoriser la santé et la sécurité au travail, à promouvoir des interactions sociales positives et à améliorer la productivité. (2)

Pourquoi la santé au travail est-elle importante ? ( éditer | éditer la source )

On dit que travailler améliore la santé physique et mentale, renforce le sentiment d’utilité, la confiance en soi, l’estime de soi, l’indépendance et l’épanouissement du travailleur. (3) Le retour au travail après une maladie ou un accident devrait donc être considéré comme une mesure de résultat importante lors de l’examen des options de traitement et du soutien aux personnes en âge de travailler. (3)

  • Cinq pour cent de toutes les absences du travail pour cause de maladie deviendront des absences de longue durée (c’est-à-dire qu’elles dureront plus de 4 semaines) et chiffre représente près de la moitié du nombre total de jours de travail perdus chaque année (4)
  • Plus une personne est absente longtemps du travail, plus elle a de chances de ne pas revenir au travail. (3) Par exemple, si une personne est absente du travail pendant six mois, il y a 80 % de chances qu’elle ne revienne pas au travail dans les cinq prochaines années, (5) ce qui représente un coût important pour l’individu et la société
  • Lorsqu’une mauvaise aptitude au travail (physique ou mentale) est associée à une ou plusieurs maladies chroniques, le risque d’absence pour cause de maladie de longue durée augmente dans la population active sur le marché du travail (6)
  • Et le risque d’absence de longue durée pour cause de maladie augmente progressivement en fonction de facteurs associés à un travail exigeant sur le plan physique (7)
OH Builder.jpg

Il est particulièrement important pour les physiothérapeutes de savoir qu’à côté du « stress, de la dépression et de l’anxiété », les « autres problèmes musculo-squelettiques » figurent parmi les raisons les plus fréquemment invoquées pour expliquer les absences de longue durée du travail. (3)

  • Les douleurs lombaires sont associées à une augmentation de l’absentéisme au travail (8) (9)
  • Les douleurs cervicales ont un coût socio-économique élevé, lié à l’absentéisme au travail et aux frais médicaux (10)
  • Les douleurs cervicales et dorsales de longue durée qui limitent l’activité peuvent diminuer les performances professionnelles et conduire à l’absentéisme et à la retraite anticipée (11)
  • Les douleurs persistantes à l’épaule chez les adultes âgés de 20 à 55 ans ont un impact sur la participation au travail et la productivité (12)

Que fait un spécialiste en santé au travail ? ( éditer | éditer la source )

Le spécialiste de la santé au travail procède à des évaluations impartiales et objectives qui tiennent compte non seulement de ce qui est le mieux pour l’employé, mais aussi de ce qui est le mieux pour l’employeur.(2)

  • Ceci est important du fait que le succès d’une organisation est fortement influencé par la santé et le bien-être de son personnel(1)
  • Il est essentiel de gérer efficacement les exigences des deux parties pour garantir un résultat productif pour tous(2)
  • Cette attention portée à la fois au patient et à son employeur distingue la santé au travail des autres domaines de la physiothérapie, où l’accent est généralement mis sur l’individu(2)

Tous les employés n’ont pas le même accès aux services de santé au travail. Les employés travaillant dans des organisations plus importantes seront plus susceptibles d’avoir accès à ces services, de même que ceux qui travaillent dans le secteur public par rapport à ceux qui travaillent dans le secteur privé, (3) il semble donc important que tous les physiothérapeutes considère cette dimension lorsqu’ils élaborent des plans de traitement ou de réadaptation.

Le modèle biopsychosocial ( edit | edit source )

La santé au travail fonctionne avec le modèle biopsychosocial (ou bio-occupationnel-psycho-social) plutôt que le modèle biomédical. (2) Il est largement admis que la santé et la maladie sont dues à l’interaction entre des facteurs biologiques, psychologiques et sociaux : (13)

  • Bio – se concentre sur la pathologie physiologique, les niveaux de santé physique ou de handicap
  • Psycho – se concentre sur les pensées, les émotions et les comportements tels que la détresse psychologique, l’évitement par la peur, les croyances et les mécanismes d’adaptation présents
  • Social – se concentre sur les facteurs sociaux, économiques, environnementaux et culturels, tels que les problèmes professionnels, la situation familiale et les facteurs économiques

Tous ces domaines sont liés et doivent considérés ensemble pour une évaluation et un soutien efficaces de la santé au travail.(2)

L’équipe de santé au travail ( éditer | edit source )

L’équipe de santé au travail est composée de professionnels de la santé issus de divers contextes qui travaillent ensemble dans le but de permettre aux travailleurs de retourner ou de rester sur leur lieu de travail.

  1. Les médecins du travail font la promotionde la santé et protègent la santé et l’aptitude au travail des travailleurs. Ils se concentrent sur la médecine préventive et la gestion des maladies, des blessures et des handicaps liés au lieu de travail.(2)
  2. Les conseillers en santé au travail sont des infirmiers ayant reçu une formation spécialisée en santé au travail. Ils assument souvent un rôle de gestion de cas et effectuent des tâches telles que les évaluations de santé des nouveaux arrivants, la surveillance de la santé et les programmes de dépistage tels que l’audiométrie, la spirométrie, le dépistage des troubles de la vue, l’évaluation des vibrations des mains et des bras et l’évaluation des travailleur de quarts (sur shifts).(2)
  3. Les psychologues du travail s’occupent du bien-être psychologique de l’individu. Ils contribuent à la satisfaction professionnelle et à l’efficacité de l’organisation. Leur rôle est varié et peut être axé sur l’éducation et la formation ou sur le soutien individuel et la thérapie. De même, ils peuvent être amenés à conseiller les responsables et les décideurs sur la meilleure façon de soutenir la santé mentale et le bien-être des employés.(2)
  4. Les ergothérapeutes en santé du travail aident les employés à surmonter les obstacles sur le lieu de travail, qui les empêchent de participer au travail. Ces obstacles sont variés et incluent des questions telles que la maladie, le handicap, les problèmes sociaux et institutionnels ou les problèmes d’environnement physique.(2)
  5. Les physiothérapeutes en santé du travail sont souvent impliqués dans l’évaluation du retour au travail, la réadaptation fonctionnelle et d’autres services de traitement clinique. Ils peuvent assumer des rôles de promotion de la santé et d’éducation, d’évaluation des risques et de formation, de leaders dans des activités de promotion de la santé, et peuvent aussi participer à la gestion des affections de longue durée sur le lieu de travail. Les physiothérapeutes travaillant en santé du travail ont la possibilité de développer leur propre pratique dans différentes directions, de la gestion des risques et des interventions à la gestion des cas d’affections de longue durée sur le lieu de travail.(2)

Les rôles de ces professions se chevauchent souvent et tous peuvent être des praticiens de premier contact. Ils peuvent également être soutenus par des ergonomes, des hygiénistes du travail, des consultants en matière de santé et de sécurité, des responsables des ressources humaines et des cadres supérieurs.(2)

Relation entre la santé au travail et la physiothérapie ( éditer | edit source )

La physiothérapie s’est avérée cliniquement et économiquement efficace pour permettre aux personnes de travailler à nouveau. (5) Même si tous les physiothérapeutes ne deviendront pas des spécialistes en santé au travail, il est nécessaire que tous les physiothérapeutes prennent en compte l’importance des facteurs liés au travail lors de l’évaluation de leurs patients. (2)

Les physiothérapeutes sont bien placés pour poser des questions sur le travail et fixer des objectifs axés sur le retour au travail. Voici quelques exemples de questions qui vous aideront à évaluer l’impact d’une blessure sur le lieu de travail :

  • Quelles sont les tâches professionnelles qui vous posent problème en raison de votre blessure, condition, ou incapacité ?
  • Selon vous, que pourrait-on faire pour résoudre ce problème ?
  • Quelles sont les tâches professionnelles que vous êtes encore en mesure d’effectuer ?(2)

En posant des questions judicieuses, les physiothérapeutes peuvent se faire une idée de la façon dont les conditions de travail peuvent aggraver l’état d’un patient. (2) Les patients peuvent également fournir des photos ou des vidéos de leur poste de travail pour permettre au physiothérapeute de mieux comprendre le milieu de travail. De nombreux employés de bureau passent de longues périodes devant leur ordinateur. Les physiothérapeutes peuvent donc fournir des informations sur les supports, l’utilisation d’une souris et d’un clavier externes, ainsi que des conseils posturaux et un programme d’exercices simples à réaliser en travaillant.(2)

Les physiothérapeutes peuvent également considérer les drapeaux bleus (perception par le travailleur des facteurs liés au travail ayant un impact sur leur invalidité) (14) ou les drapeaux jaunes (facteurs de risque psychosociaux, comportementaux et émotionnels (14) (15)) qui peuvent affecter l’état d’un travailleur ou son engagement sur le lieu de travail. S’il n’est pas en mesure de résoudre tous les problèmes, le physiothérapeute peut alors envisager d’orienter le patient vers une prise en charge plus spécialisée de santé au travail.

Ressources pertinentes ( éditer | éditer la source )

The Association of Chartered Physiotherapists in Occupational Health and Ergonomics. À l’adresse suivante : www.ACPOHE.csp.org.uk

International Federation of Physical Therapists working in Occupational Health and Ergonomics. À l’adresse suivante : www.wcpt.org/IFPTOHE

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 1.2 Nicholson PJ. Occupational Health: The Value Proposition. The Society of Occupational Medicine. London; 2017. Available from https://www.som.org.uk/sites/som.org.uk/files/Occupational_health_the_value_proposition_0.pdf
  2. 2.00 2.01 2.02 2.03 2.04 2.05 2.06 2.07 2.08 2.09 2.10 2.11 2.12 2.13 2.14 2.15 2.16 Roberts, K. An Introduction to Occupational Health. Plus. 2020.
  3. 3.0 3.1 3.2 3.3 3.4 Department of Work and Pensions. Department of Health and Social Care. Health in the Workplace- Patterns of Sickness Absence, Employer Support and Employment Retention. 2019. Available from https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/817124/health-in-the-workplace-statistics.pdf. (Accessed 13 April 2020).
  4. Black C, Frost D. Health at work – an independent review of sickness absence. London: Department of Work and Pensions; 2011. Available from: http://www.dwp.gov.uk/policy/welfare-reform/sickness-absence-review (Accessed 13 April 2020)
  5. 5.0 5.1 Chartered Society of Physiotherapy. Physiotherapy Works: Occupational Health. United Kingdom; 2010. Available from https://www.csp.org.uk/publications/physiotherapy-works-occupational-health (accessed 13 April 2020).
  6. Sundstrup E, Jakobsen MD, Mortensen OS, Andersen LL. Joint association of multimorbidity and work ability with risk of long-term sickness absence: a prospective cohort study with register follow-up. Scand J Work Environ Health. 2017;43(2):146-54.
  7. Andersen LL, Thorsen SV, Flyvholm MA, Holtermann A. Long-term sickness absence from combined factors related to physical work demands: prospective cohort study. Eur J Public Health. 2018;28(5):824-9.
  8. Virkkunen T, Husu P, Tokola K, Parkkari J, Kankaanpää M. Depressive symptoms are associated with decreased quality of life and work ability in currently working health care workers with recurrent low back pain. J Occup Environ Med. 2022 Sep 1;64(9):782-787.
  9. Prieto-González P, Šutvajová M, Lesňáková A, Bartík P, Buľáková K, Friediger T. Back pain prevalence, intensity, and associated risk factors among female teachers in Slovakia during the COVID-19 pandemic: A cross-sectional study. Healthcare (Basel). 2021 Jul 7;9(7):860.
  10. Moggioli F, Pérez-Fernández T, Liébana S, Corredor EB, Armijo-Olivo S, Fernandez-Carnero J, et al. Analysis of sensorimotor control in people with and without neck pain using inertial sensor technology: study protocol for a 1-year longitudinal prospective observational study. BMJ Open. 2022 Feb 15;12(2):e058190.
  11. Bohman T, Holm LW, Lekander M, Hallqvist J, Skillgate E. Influence of work ability and smoking on the prognosis of long-duration activity-limiting neck/back pain: a cohort study of a Swedish working population. BMJ Open. 2022 Apr 12;12(4):e054512.
  12. Ackerman IN, Fotis K, Pearson L, Schoch P, Broughton N, Brennan-Olsen SL, et al. Impaired health-related quality of life, psychological distress, and productivity loss in younger people with persistent shoulder pain: a cross-sectional analysis. Disabil Rehabil. 2022 Jul;44(15):3785-94.
  13. Wade DT, Halligan PW. The biopsychosocial model of illness: a model whose time has come. Clin Rehabil. 2017 Aug;31(8):995-1004.
  14. 14.0 14.1 Post Sennehed C, Gard G, Holmberg S, Stigmar K, Forsbrand M, Grahn B. « Blue flags », development of a short clinical questionnaire on work-related psychosocial risk factors – a validation study in primary care. BMC Musculoskelet Disord. 2017 ;18(1):318.
  15. Winkelmann C, Schreiber T. Using ’White Flags’ to categorize socio-cultural aspects in chronic pain. European Journal of Public Health. 2019;29:10.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles