Introduction aux soins respectueux des minorités de genre et de sex

Rédacteur original – Ewa Jaraczewska d’après le cours de Brianna Durand

Contributeurs principauxEwa Jaraczewska, Kim Jackson, Jess Bell et Tarina van der Stockt

Introduction(edit | edit source)

Dans l’environnement des soins de santé, les adolescents et les adultes LGBTQ+ sont confrontés à la marginalisation, à la stigmatisation et à la pression normative, ce qui se traduit par de mauvais résultats sanitaires et sociaux.(1) (2) Cela peut être dû au manque de formation et de sensibilité des prestataires de soins de santé aux besoins de santé des personnes LGBTQ+.(1) Les professionnels de la santé se disent mal à l’aise pour communiquer avec des patients appartenant à des minorités sexuelles et de genre.(3) De plus, le stress chronique lié à la marginalisation et à la discrimination contribue aux disparités en matière de soins de santé au sein du groupe des minorités sexuelles et de genre.(4) Non seulement leur état de santé est moins bon, mais leurs expériences en matière de soins de santé sont également moins bonnes.(2) Pourtant, leurs besoins en matière de soins de santé sont bien documentés, puisque divers rapports indiquent des taux élevés de toxicomanie, de dépression, de suicide et de maladies cardiovasculaires.(2)

Les minorités sexuelles et de genre vivent dans toutes les parties du monde et incluent toutes les races, ethnies, religions et classes sociales. Ces gens doivent avoir accès aux soins de santé pour répondre à leurs besoins médicaux. Dans un même temps, les organisations de soins de santé doivent s’assurer que leur environnement est inclusif pour les patients LGBTQ+ en formant le personnel à la sensibilisation culturelle et aux politiques de non-discrimination.(5)

Langage de genre neutre ( éditer | modifier la source )

Un mouvement mondial visant à développer un langage représentant l’identité de genre et l’orientation sexuelle est actuellement en cours. Les activistes et linguistes LGBTQ+ s’efforcent de créer des termes non binaires entièrement nouveaux et de modifier les mots et constructions grammaticales déjà existants. (6) Voici des exemples de changements de langage non-binaire introduits en anglais et dans d’autres langues :

  • En anglais : il n’y a pas de distinction entre les sexes, sauf pour les pronoms singuliers, qui peuvent être masculins ou féminins. En 2019, « They » a été ajouté au dictionnaire Merriam-Webster comme pronom à utiliser pour une « personne seule dont l’identité de genre est non-binaire. » (6)
  • En espagnol : tous les noms ont des cas féminins et masculins. Dans la conversation quotidienne, le « o » masculin ou le « a » féminin est désormais remplacé par le « e » non sexué dans certains mots.(6)
  • E arabe : on assigne à chaque verbe, nom et adjectif un cas masculin ou féminin. La sensibilisation générale et la tolérance à l’égard du langage non sexiste restent extrêmement faibles dans les pays arabophones.(6)
  • En hébreu : le genre est attribué aux verbes, aux noms et aux adjectifs en fonction du nom. Dans le langage non sexiste, il y a un défaut vers un pluriel féminin ou vers un genre « mixte », parfois masculin et parfois féminin pour la même personne.(6)
  • En allemand : la langue comprend les genres grammaticaux masculin, féminin et neutre, signifiés par les suffixes « r » ou « rn » pour les hommes, et « in » ou « innen » pour les femmes. Dans le langage non sexiste, le « I » majuscule des noms composés est utilisé pour s’adresser aux hommes et aux femmes à la fois. Une « étoile de genre » sous forme d’astérisque a également été ajoutée pour inclure les personnes qui ne se considèrent ni l’une ni l’autre. » (6)
  • Le français : utilise le genre masculin ou féminin dans tous les noms se référant à un individu. La première étape du langage non sexiste a consisté à utiliser des astérisques pour combiner les terminaisons de cas afin de créer des pluriels non sexistes, par exemple « ami-e-s » pour les amis.(6)
  • En suédois : le mot « hen » qui indique un pronom non sexiste comme alternative au pronom masculin « han » et féminin « hon » a été ajouté au dictionnaire officiel.(6)

Pour en savoir plus sur le langage non sexiste , cliquez ici.

Genderbread Person

Genre et minorités sexuelles ( éditer | source d’édition )

L’identité de genre et l’orientation sexuelle ne sont pas les mêmes choses. Le genre est un spectre. L’orientation sexuelle définit l’attirance et le sexe biologique. Le sexe binaire fait référence à la masculinité ou à la féminité. L’intersexualité peut définir les personnes qui passent d’un sexe à l’autre au cours de leur vie ou qui naissent avec un degré différent de masculinité ou de féminité.(7)

LGBTQQIIP2SAA+ signifie lesbienne, gay, bisexuel, transgenre, en questionnement, queer, intersexe, intersectionnel, pansexuel, bispirituel (2S), androgyne et asexuel. Il s’agit de l’acronyme le plus complet à ce jour pour les minorités sexuelles et de genre.(8)

  • Lesbienne : femme attirée romantiquement et/ou sexuellement par des femmes. (7)
  • Gay : désigne généralement un hommes ayant une attirance romantique et/ou sexuelle pour les hommes. (7)
  • Bisexuel : un individu qui est attiré sexuellement, romantiquement, physiquement et/ou spirituellement par plus d’un genre. (9) Une personne qui est attirée par le même genre que le sien et par un autre genre. (8)
  • Transgenre : personne dont l’identité de genre ne correspond pas au sexe qui lui a été attribué à la naissance. (7)
  • En Questionnement : personne à la recherche de son identité de genre et/ou de son orientation sexuelle. (9)
  • Queer (allosexuel): une personne qui ne se conforme pas aux normes culturelles concernant le genre ou la sexualité et est attirée par des personnes de plusieurs genres.(9) Terme qui inclut toute personne qui n’est pas cisgenre et hétérosexuelle, et est également utilisé comme orientation sexuelle pour ceux qui n’ont pas vraiment d’étiquette.(8)
  • Intersexué: personne qui nait avec des éléments de l’anatomie traditionnellement masculine et féminine. (8)

(10)

  • Intersectionnalité : « Réseau de connexions entre des catégories sociales telles que la race, la classe et le sexe, en particulier lorsque cela peut entraîner un désavantage ou une discrimination supplémentaire ». (11)

(12)

  • Pansexuel : un individu qui est attiré sexuellement, romantiquement, physiquement et/ou spirituellement par des membres de toutes les identités de genre. (7)
  • Bispirituel : une personne dont l’identité de genre comporte deux esprits : masculin et féminin.
  • Androgyne : une personne dont l’expression du genre ne correspond pas aux normes de genre. (9)
  • Asexuel : Une personne qui n’éprouve pas d’attirance sexuelle et/ou qui n’a aucun intérêt à poursuivre une relation sexuelle avec d’autres personnes. Un individu présentant une absence persistante d’attirance sexuelle envers un sexe quelconque.(7)

Vous pouvez lire plus sur l’asexualité ici.

Autres acronymes et descriptions liés à l’identité de genre et à l’orientation sexuelle :

  • Folx = folks (personnes) est utilisé pour souligner l’inclusion de groupes généralement marginalisés.
  • TGNC est l’abréviation de Transgenre et de genre non conformiste.
  • Le terme « de genre non conformiste » désigne une personne qui ne se conforme pas aux attentes en matière de genre (exemple : assignée femme à la naissance, s’identifie comme une femme, mais a une apparence masculine : cheveux courts, porte des vêtements d’homme, etc.)
  • Cisgenre : une personne qui s’identifie au sexe qui lui a été assigné à la naissance.(8)
  • Agenre : personne qui estime ne pas avoir de genre.(8)
  • De genre fluide ou de genre queer : personne qui a l’impression que son genre fluctue.(8)
  • Monosexuel : attiré par un seul type d’identité de genre.(8)
  • Polysexuel : attiré par plusieurs types d’identités de genre.(8)
  • Homoromantique : personne intéressée à avoir des relations romantiques avec une seule personne.
  • Hétéroromantique : personne intéressé à avoir une relation avec deux genres différents.
  • Biromantique : personne attirée de façon romantique par des personnes de deux identités de genre spécifiques et distinctes.
  • AMAB: Assigned male at birth (Assigné homme à la naissance)
  • AFAB: assigned female at birth (assignée femme à la naissance).

(13)

Compétence culturelle ( éditer | source d’édition )

Selon Cross et ses collègues,(14) La compétence culturelle est « un ensemble de comportements, d’attitudes et de politiques congruents qui sont réunis dans un système, une agence ou parmi des professionnels et qui permettent à ce système, cette agence ou ces professionnels de travailler efficacement dans des situations interculturelles ».(14) La compétence culturelle vise à améliorer la prestation des soins de santé en fournissant des soins de qualité qui sont impartiaux et sensibles à la culture, où la diversité est respectée et où les résultats des soins de santé ne sont pas affectés par la langue, les styles de communication, les attitudes et les comportements des prestataires.(15) (16)

« La compétence culturelle consiste simplement à faire un effort pour réduire les barrières culturelles, linguistiques ou autres qui existent entre, dans ce cas, les patients et les professionnels de la santé, comme vous-même. » (8) Dr Durand

Une revue systématique de la littérature sur les communautés LGBTQ+ a démontré que leur incapacité à accéder à des soins de santé équitables peut avoir un impact profond sur leur bien-être général. Ceux-ci déclarent devoir apprendre aux prestataires leurs besoins en matière de soins de santé, être victimes de discrimination de la part des prestataires, recevoir des recommandations de soins inappropriées et même, que les soins dont ils ont besoin leur sont refusés.(17)

La compétence culturelle dans les soins de santé peut être obtenue par une formation appropriée du personnel. Le personnel doit être formé à la conscience réflexive, à l’empathie et aux techniques d’écoute active lorsqu’il est confronté à des différences raciales et ethniques, ou lorsqu’il prend soin de populations marginalisées.(15)

Données démographiques LGBTQIA+ ( éditer | modifier la source )

En 2021, une enquête mondiale sur l’identité de genre dans le monde a été réalisée et les répondants de 27 pays ont été interrogés sur leurs identités de genre et leurs orientations sexuelles. Les résultats sont les suivants : (18)

  • 3 % des répondants ont déclaré être homosexuels, gays ou lesbiennes.
  • Le groupe le plus important de répondants bisexuels était originaire de l’Inde (9 %).
  • 1% des personnes interrogées se sont déclarées pansexuelles ou omnisexuelles (attirées par des personnes de toutes les identités de genre et orientations sexuelles).
  • 2 % se sont identifiés comme transgenres, non-binaires/non-conformes/de genre fluid, ou d’une autre manière.
  • 3 % des répondants d’Allemagne et de Suède se sont identifiés comme appartenant à une minorité sexuelle ou de genre.

En 2021, Gallup a mené une enquête sur l’identification LGBT aux États-Unis. Ses résultats sont les suivants : (19)

  • 7,1 % des adultes américains se sont déclarés lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels ou autres qu’hétérosexuels.
  • 21% des Américains de la génération Z s’identifient comme LGBT
  • 10,5 % des milléniaux s’identifient comme LGBT
  • 57 % des Américains LGBT indiquent qu’ils sont bisexuels, ce qui représente 4 % de l’ensemble des adultes américains.
  • 21 % des Américains LGBT indiquent qu’ils sont gays, 14 % lesbiennes, 10 % transgenres et 4 % autres.
  • 6,0 % des femmes se disent bisexuelles, contre 2,0 % des hommes

Selon le Bureau du recensement américain de 2019, 5,6 % de la population américaine est LGBTQIA+ (18,5 millions de personnes).(8)

Veuillez regarder cette courte vidéo en anglais qui met en lumière la vie des personnes âgées LGBTQIA+ aux États-Unis.

(20)

Les besoins de la communauté LGBTQIA+ en physiothérapie ( éditer | source d’édition )

Les besoins de la communauté LGBTQIA+ en physiothérapie sont élevés, mais les services sont souvent retardés.(21) Les patients de cette communauté peuvent éviter une intervention précoce par crainte de stigmatisation, de discrimination et du manque de connaissances des physiothérapeutes sur les problèmes de santé spécifiques aux LGBTQ+.(22) Ces facteurs peuvent entraîner des problèmes de santé mal contrôlés.(21) Ross et Setchell(22) décrivent les défis auxquels les personnes LGBTQ+ sont confrontées lorsqu’elles sont traitées en physiothérapie, qui peuvent inclure des compétences limitées pour traiter leurs douleurs pelviennes, leurs symptômes intestinaux, vésicaux ou sexuels.(22) En outre, le stress minoritaire vécu par les patients LGBTQ+ peut influencer leur rétablissement et leurs résultats.(23) Pour optimiser la prise en charge des minorités sexuelles et de genre, il convient de les orienter vers tous les services spécialisés nécessaires dès le début du processus afin de faciliter leur rétablissement.(21)

Problèmes médicaux fréquemment présents chez les personnes LGBTQIA+ :

  • Infections urinaires: souvent liées à une rétention d’urine trop longue en raison de l’absence de toilettes non mixtes.
  • Dysphorie de genre entraînant des changements posturaux: épaules arrondies, protraction de la tête, cyphose thoracique.
  • Problèmes respiratoires et du plancher pelvien liés à un engagement inadéquat du diaphragme en raison d’une mauvaise posture.
  • Complications des voies urinaires, notamment l’incontinence, l’urgence ou la fréquence.

Milieux cliniques où sont dispensés les soins aux personnes LGBTQ+ : orthopédie ambulatoire, établissements de soins de longue durée, établissements de soins qualifiés, soins à domicile, soins aigus et cliniques pédiatriques.

Spécialités impliquées dans la prise en charge des personnes LGBTQ+ :

  • Orthopédie : complications liées à l’ablation ou à l’augmentation du tissu thoracique, notamment la mobilité de la colonne thoracique, la mobilité des membres supérieurs, le tissu cicatriciel, la douleur.
  • Santé du plancher pelvien : transition médicale et chirurgie d’affirmation du genre, physiothérapie du plancher pelvien, entraînement des dilatateurs après une vaginoplastie.

Ressources(edit | edit source)

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 Wahlen R, Bize R, Wang J, Merglen A, Ambresin AE. Medical students’ knowledge of and attitudes towards LGBT people and their health care needs: Impact of a lecture on LGBT health. PloS one. 2020 Jul 1;15(7):e0234743.
  2. 2.0 2.1 2.2 Elliott MN, Kanouse DE, Burkhart Q, Abel GA, Lyratzopoulos G, Beckett MK, Schuster MA, Roland M. Sexual minorities in England have poorer health and worse health care experiences: a national survey. J Gen Intern Med. 2015 Jan;30(1):9-16.
  3. Hinchliff S, Gott M, Galena E. ‘I daresay I might find it embarrassing’: general practitioners’ perspectives on discussing sexual health issues with lesbian and gay patients. Health Soc Care Community. 2005 Jul;13(4):345-53.
  4. Hughes TL, Jackman K, Dorsen C, Arslanian-Engoren C, Ghazal L, Christenberry-Deceased T, Coleman C, Mackin M, Moore SE, Mukerjee R, Sherman A, Smith S, Walker R. How can the nursing profession help reduce sexual and gender minority-related health disparities: Recommendations from the national nursing LGBTQ health summit. Nurs Outlook. 2022 Apr 13:S0029-6554(22)00013-6.
  5. Goldhammer H, Maston ED, Kissock LA, Davis JA, Keuroghlian AS. National findings from an LGBT healthcare organizational needs assessment. LGBT health. 2018 Dec 1;5(8):461-8.
  6. 6.0 6.1 6.2 6.3 6.4 6.5 6.6 6.7 A guide to how gender-neutral language is developing around the world. Available from https://www.washingtonpost.com/world/2019/12/15/guide-how-gender-neutral-language-is-developing-around-world/ (last access 6.6.2022)
  7. 7.0 7.1 7.2 7.3 7.4 7.5 Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, Queer,&Intersex Life. Available from https://www.vanderbilt.edu/lgbtqi/resources/definitions (last accessed 9.6.2022)
  8. 8.00 8.01 8.02 8.03 8.04 8.05 8.06 8.07 8.08 8.09 8.10 Durand B. LGBTQ and Transgender Informed Care – Introduction to Affirming Care for Gender and Sexual Minorities. Part 1 &2. Plus Course 2022
  9. 9.0 9.1 9.2 9.3 What is LGBTQ? Available from https://gaycenter.org/about/lgbtq/#questioning (last accessed 9.06.2022)
  10. Teen Voque: What Was Done To These Intersex People Was Not Okay | Teen Vogue. 2017. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=mT4dDO-ZwcQ(last accessed 11/6/2022)
  11. Intersectionality.(n.d) In Oxford Learner’s Dictionaries. Available from https://www.oxfordlearnersdictionaries.com/definition/english/intersectionality?q=intersectionality (last access 7.06.2022)
  12. Kimberlé Crenshaw: What is Intersectionality? 2018. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=ViDtnfQ9FHc(last accessed 6/6/2022)
  13. TED: The way we think about biological sex is wrong | Emily Quinn 2019. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=stUl_OapUso(last accessed 6/6/2022)
  14. 14.0 14.1 Cross TL, Bazron BJ, Dennis KW, Isaacs MR. Toward a Culturally Competent System of Care. National Institute of Mental Health, Child and Adolescent Service Program (CASSP) Technical Assistance Center, George-town University Child Development Center; 1989.
  15. 15.0 15.1 Improving Cultural Competence to Reduce Health Disparities for Priority Populations. Available from https://effectivehealthcare.ahrq.gov/products/cultural-competence/research-protocol (last accessed 9.06.2022)
  16. Saha S, Beach MC, Cooper LA. Patient centeredness, cultural competence and healthcare quality. J Natl Med Assoc. 2008 Nov;100(11):1275-85.
  17. Butler M, McCreedy E, Schwer N, Burgess D, Call K, Przedworski J, Rosser S, Larson S, Allen M, Fu S, Kane RL. Improving Cultural Competence to Reduce Health Disparities (Internet). Rockville (MD): Agency for Healthcare Research and Quality (US); 2016 Mar. Report No.: 16-EHC006-EF.
  18. LGBTQ+ worldwide – Statistics & Facts. Available from https://www.statista.com/topics/8579/lgbtq-worldwide/#dossierKeyfigures (last access 11.06.2022)
  19. Jones JM.LGBT Identification in U.S. Available from https://news.gallup.com/poll/389792/lgbt-identification-ticks-up.aspx (last access 3.06.2023)
  20. Stewart Maddux. Gen Silent, The LGBT Aging Documentary: Official Trailer. 2009. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=fV3O8qz6Y5g(last accessed 6/6/2022)
  21. 21.0 21.1 21.2 Tollinche LE, Walters CB, Radix A, Long M, Galante L, Goldstein ZG, Kapinos Y, Yeoh C. The perioperative care of the transgender patient. Anaesthesia and analgesia. 2018 Aug;127(2):359.
  22. 22.0 22.1 22.2 Ross MH, Jenny Setchell J. People who identify as LGBTIQ+ can experience assumptions, discomfort, some discrimination, and a lack of knowledge while attending physiotherapy: a survey. Journal of Physiotherapy, 2019; 65 (2): 99-105.
  23. Torres JL, Gonçalves GP, Pinho AD, Souza MH. The Brazilian LGBT+ Health Survey: methodology and descriptive results. Cadernos de saude publica. 2021 Oct 15;37:e00069521.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles