Définir le modèle de prise de décisions dans le cadre d’une pratique fondée sur des données probantes

Rédactrice originaleWanda van Niekerk

Principales collaboratrices Wanda van Niekerk , Angeliki Chorti etJess Bell

Introduction(edit | edit source)

La pratique fondée sur des données probantes (PFDP) a été introduite pour la première fois au début des années 1990 sous le nom de médecine fondée sur des données probantes (MDP).(1) Ce « nouveau paradigme » a d’abord été appliqué à la pratique de la médecine clinique. Le but était de développer et de faire évoluer un processus transparent et rationnel de prise de décisions cliniques qui ne reposait pas exclusivement sur l’intuition et l’expertise clinique individuelle, et qui pouvait être enseigné, perfectionné et appliqué par tous les cliniciens.(2) Depuis, divers modèles et structures ont été proposés dans le domaine de la santé et s’appliquent à d’autres disciplines que la médecine.(3)

Modèle modifié de la pratique fondée sur des données probantes ( edit | edit source )

Pour en savoir plus sur les premiers modèles de pratique fondée sur des données probantes de Sackett et al.(4) et Haynes et al.(5) , veuillez consulter : Introduction et aperçu de la pratique fondée sur des données probantes

En 2009, Satterfield et al. (2) ont poursuivi le développement du modèle de pratique fondée sur des données probantes et lui ont donné une dimension transdisciplinaire en y ajoutant la contribution de chaque discipline à la résolution des problèmes et à la réalisation de progrès. L’objectif était de proposer un langage commun à travers les différentes disciplines. Ce modèle comporte un nouveau cadre externe qui considère les contextes environnemental et organisationnel. (2) Les trois piliers internes de ce modèle sont : (2)

  • les meilleures données de recherche disponibles;
  • les caractéristiques, l’état, les besoins, les valeurs et les préférences du client ou de la population;
  • les ressources, y compris l’expertise du praticien.

La prise de décision clinique est au cœur de ce modèle fondé sur des données probantes. (2)

Si vous souhaitez en savoir plus sur le modèle de Satterfield et al., (2) veuillez consulter : Toward a Transdisciplinary Model of Evidence-Based Practice (un article, en anglais original). La figure 5 de cet article présente un schéma du modèle.

Étapes de la pratique fondée sur les données probantes ( edit | edit source )

Bien que ces étapes soient numérotées chronologiquement, la séquence n’est pas toujours la même. Il peut souvent être nécessaire de revenir quelques étapes en arrière avant d’aller de l’avant à nouveau. Il est important de garder cela à l’esprit lors de l’application du modèle de pratique fondée sur des données probantes dans votre milieu de travail.

  • Étape 1 : Identification des besoins du patient pour formuler une question clinique
  • Étape 2: Localisation des sources d’informations
  • Étape 3: Évaluation de la qualité des sources d’informations
  • Étape 4: Discussion des options avec le patient
  • Étape 5: Élaboration du plan de traitement
  • Étape 6: Mise en œuvre du plan de traitement
  • Étape 7: Évaluation de l’efficacité du plan de traitement et du processus de pratique fondée sur des données probantes

Les « 5 A » de la pratique fondée sur les données probantes( edit | edit source )

Les étapes de la pratique fondée sur des données probantes sont également connues sous le nom « 5 A’s », en anglais. Ces termes et les étapes de la pratique fondée sur des données probantes sont décrits en détail dans le tableau 1. Veuillez noter que certains textes utilisent des terminologies différentes (c’est pourquoi vous retrouverez parfois plus d’un terme pour chaque A). (6) (7):

Tableau 1. Les étapes de la pratique fondée sur des données probantes
Étapes de la pratique fondée sur des données probantes Description des étapes Quel « A » ?
Identification des besoins du patient pour formuler une question clinique
  • Évaluation approfondie – entretien avec le patient, anamnèse, évaluation physique tout en tenant compte des besoins, des valeurs, du contexte, des préférences et des croyances du patient.
  • Ces informations sont utilisées pour formuler la question clinique à laquelle on répondra grâce au processus de prise de décision clinique.
« Ask » ou « Anamnèse et évaluation »
Localisation des sources d’information
  • Élaboration d’une stratégie de recherche, choix des bases de données et du type de sources d’information à utiliser
« Acquire/Access » ou « Acquisition/Accès »
Évaluation de la qualité des sources d’information
  • Listes de vérification cliniques
  • Évaluations de la qualité méthodologique
« Appraise » ou « Appréciation »
Discussion des options avec le patient
  • Discussion ouverte favorisant les échanges avec le patient
  • Ces trois étapes sont étroitement liées et l’on peut parfois avoir à monter et descendre entre celles-ci.
« Apply » ou « Application »
Élaboration du plan de traitement
Mise en œuvre du plan de traitement
Évaluer l’efficacité du plan de traitement et du processus de pratique fondée sur des données probantes
  • Évaluation
  • Modification
  • Réflexion
« Assess/Audit » ou « Analyse »

Terminologie fréquemment utilisée( edit | edit source )

Le tableau 2 comprend une liste de termes fréquemment utilisés dans la pratique fondée sur des données probantes.

Tableau 2. Terminologie courante liée à la pratique fondée sur des données probantes
Terme Définition
Traitements soutenus empiriquement (« empirically supported treatments ») « traitements ou interventions dont l’efficacité est démontrée par un type spécifique de recherche » pour un trouble, une affection ou une population spécifique (8)
Meilleures pratiques (« best practice ») « stratégies, approches ou activités dont l’efficacité, l’efficience, la durabilité et/ou le caractère transférable ont été démontrés (par la recherche et l’évaluation) et qui mènent de manière fiable à un résultat souhaité » (9)
Pratique fondée sur la recherche (« research-informed practice») prise de décision au moyen de « l’utilisation consciencieuse, précise et judicieuse des meilleures données disponibles provenant de sources multiples afin d’augmenter la probabilité d’un résultat favorable ».(10) Les préférences et les valeurs du patient, le contexte et l’expertise clinique ne sont pas pris en compte.

Applications de la pratique fondée sur les données probantes ( edit | edit source )

Il existe différentes façons d’appliquer le modèle de pratique fondée sur des données probantes dans les établissements de soins de santé. Le tableau 3 présente quelques exemples de questions cliniques que l’on peut se poser.

Tableau 3. Exemples de questions cliniques utilisées dans l’application de la pratique fondée sur des données probantes
Question Qu’est-ce que cela permet de déterminer ?
Est-ce que c’est un problème fréquemment rencontré ? Incidence ou prévalence
Est-ce que le test diagnostique ou le test de contrôle est précis ? Diagnostic
Que se passera-t-il si le patient n’a pas de traitement ? Pronostic
Est-ce que cette intervention est utile ? Avantages du traitement
Quels sont les effets secondaires les plus courants ? ou Quels sont les effets secondaires rares du traitement en question ? Effets néfastes du traitement
Est-ce que ce test peut aider à la détection précoce d’une maladie spécifique ? Procédure de dépistage

Vous pouvez télécharger les documents suivants de l’Oxford Centre for Evidence Based Medicine. Ces documents sont très utiles pour la mise en œuvre de pratiques fondées sur des données probantes.

Défis de la pratique fondée sur les données probantes ( edit | edit source )

Avantages de la pratique fondée sur les données probantes ( edit | edit source )

Références(edit | edit source)

  1. Evidence-Based Medicine Working Group. Evidence-based medicine. A new approach to teaching the practice of medicine. JAMA. 1992 Nov 4;268(17):2420-5.
  2. 2.02.12.22.32.42.5 Satterfield J, Spring B, Brownson R, Mullen E, Newhouse R, Walker B, Whitlock E. Toward a Transdisciplinary Model of Evidence-Based Practice. Milbank Q. 2009 Jun; 87(2): 368–390.
  3. Dusin J, Melanson A, Mische-Lawson L. Evidence-based practice models and frameworks in the healthcare setting: a scoping review. BMJ Open. 2023; 13(5): e071188.
  4. Sackett DL, Rosenberg WM, Gray JM, Haynes RB, Richardson WS. Evidence based medicine: what it is and what it isn’t. Bmj. 1996 Jan 13;312(7023):71-2.
  5. Haynes RB, Devereaux PJ, Guyatt GH. Clinical expertise in the era of evidence-based medicine and patient choice. BMJ Evidence-Based Medicine. 2002 Mar 1;7(2):36-8.
  6. Brettle A. Implementing evidence-based practice: a guide for radiographers. Radiography. 2020 Oct 1;26:S37-41.
  7. 7.07.17.27.3 Hoffmann T, Bennett S, Del Mar C. Evidence-based practice across the health professions. Elsevier Health Sciences; 2023 Sep 27.
  8. Drisko JW, Friedman A. Let’s clearly distinguish evidence-based practice and empirically supported treatments. Smith College Studies in Social Work. 2019 Oct 2;89(3-4):264-81.
  9. Fauci AJ, D’Angelo D, Coclite D, Napoletano A, Gianola S, Ferrara C, Di Nitto M, Gensini G. Exploring the definition and methodology of “best practice” in the health care literature: a scoping review protocol. JBI Evidence Synthesis. 2023 Oct 1;21(10):2134-41.
  10. Barends E, Rousseau DM, Briner RB. Evidence-Based Management, The Basic Principles. In Search of Evidence. 2011 Sep 3.
  11. OCEBM Levels of Evidence Working Group*. “The Oxford Levels of Evidence 2”. Oxford Centre for Evidence-Based Medicine. https://www.cebm.ox.ac.uk/resources/levels-of-evidence/ocebm-levels-of-evidence* OCEBM Levels of Evidence Working Group = Jeremy Howick, Iain Chalmers (James Lind Library), Paul Glasziou, Trish Greenhalgh, Carl Heneghan, Alessandro Liberati, Ivan Moschetti, Bob Phillips, Hazel Thornton, Olive Goddard and Mary Hodgkinson
  12. Jeremy Howick, Iain Chalmers, Paul Glasziou, Trish Greenhalgh, Carl Heneghan, Alessandro Liberati, Ivan Moschetti, Bob Phillips, and Hazel Thornton. “The 2011 Oxford CEBM Levels of Evidence (Introductory Document)”. Oxford Centre for Evidence-Based Medicine. https://www.cebm.ox.ac.uk/resources/levels-of-evidence/ocebm-levels-of-evidence
  13. Jeremy Howick, Iain Chalmers, Paul Glasziou, Trish Greenhalgh, Carl Heneghan, Alessandro Liberati, Ivan Moschetti, Bob Phillips, and Hazel Thornton. “Explanation of the 2011 Oxford Centre for Evidence-Based Medicine (OCEBM) Levels of Evidence (Background Document)”. Oxford Centre for Evidence-Based Medicine. https://www.cebm.ox.ac.uk/resources/levels-of-evidence/ocebm-levels-of-eviden
  14. 14.014.114.2 Naghibi D, Mohammadzadeh S, Azami-Aghdash S. Barriers to evidence-based practice in health system: a systematic review. Evidence Based Care. 2021 Jul 1;11(2):74-82.
  15. 15.015.1 Sadeghi-Bazargani H, Tabrizi JS, Azami-Aghdash S. Barriers to evidence-based medicine: a systematic review. J Eval Clin Pract. 2014 Dec;20(6):793-802.
  16. Ibikunle PO, Onwuakagba IU, Maduka EU, Okoye EC, Umunna JO. Perceived barriers to evidence‐based practice in stroke management among physiotherapists in a developing country. Journal of Evaluation in Clinical Practice. 2021 Apr;27(2):291-306.
  17. Craig, J.V. and Dowding D. Evidence-Based Practice in Nursing, Edition 4. Elsevier Health Sciences. 2020
  18. Drisko JW, Grady MD. Evidence-based practice in clinical social work. Springer; 2019.
  19. 19.019.1 Connor L, Dean J, McNett M, Tydings DM, Shrout A, Gorsuch PF, Hole A, Moore L, Brown R, Melnyk BM, Gallagher‐Ford L. Evidence‐based practice improves patient outcomes and healthcare system return on investment: Findings from a scoping review. Worldviews on Evidence‐Based Nursing. 2023 Feb;20(1):6-15.
  20. Herbert R, Jamtvedt G, Hagen KB, Elkins MR. Practical Evidence-Based Physiotherapy. Elsevier Health Sciences; 2022 Jul 18.

Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles