Étude de cas – Lésion cérébrale acquise en situation de catastrophe ou de conflit

Bienvenu au projet de développement de contenu pour le cours La réadaptation dans des situations de catastrophe et de conflit. S’il vous plaît, n’éditez pas à moins que vous ne soyez impliqué dans ce projet, en revanche, revenez dans un avenir proche pour vérifier les nouvelles informations ! Si vous souhaitez vous impliquer dans ce projet et obtenir une accréditation pour vos contributions, veuillez prendre contact avec nous!

Rédacteurs originaux –   User Name

Principaux contributeursNaomi O’Reilly      

Titre[edit | edit source]

Polytraumatisme avec lésion cérébrale traumatique et fractures multiples suite à l’effondrement d’un bâtiment après un tremblement de terre.[1]

Merci à Humanité et Inclusion pour cetteétude de cas tirée de Réadaptation précoce en situations de conflit et de catastrophe – Manuel clinique

Résumé[edit | edit source]

Femme de 32 ans, dix jours après un polytraumatisme avec traumatisme crânien, lésions faciales et fractures multiples, extraite des décombres d’un immeuble effondré 3 heures après le tremblement de terre. Présente maintenant une faiblesse du côté droit et une perte de sensation due à une lésion cérébrale du côté gauche, indiquant une probable implication des lobes pariétal et frontal. Une douleur aux côtes limite actuellement l’évaluation.

Mots clés [ edit | edit source ]

Polytraumatisme, lésion cérébrale traumatique, lésion faciale, tremblement de terre, réadaptation précoce.

Caractéristiques des patients[ edit | edit source ]

contexte[edit | edit source]

Le patient est une femme de 32 ans qui a été extraite des décombres d’un immeuble effondré trois heures après le tremblement de terre, il y a dix jours. Elle a subi une blessure à la tête et de multiples fractures (humérus gauche, tibia/péroné gauche, côtes 7, 8, 9 du côté droit) et quelques blessures au visage. Sa sœur, qui était présente au moment du sauvetage de la patiente, rapporte une perte de conscience temporaire sur le chemin de l’hôpital et que la patiente était désorientée. Elle ne signale aucun vomissement ni aucune crise épileptique. L’infirmière qui accompagne la patiente au service de réadaptation signale que les notes médicales ne sont pas disponibles et qu’elle ne connaît pas bien la patiente.

Résultats de l’examen[ edit | edit source ]

Observations[edit | edit source]

La patiente est allongée dans son lit, elle semble fatiguée, émotive et pleure facilement, mais consent au traitement.

Elle porte un plâtre gauche, sous le genou, et son bras gauche est en écharpe.

Évaluation physique[ edit | edit source ]

Amplitude de mouvement[ edit | edit source ]

ROM actif : Impossible d’évaluer le côté gauche en raison des fractures, mais capable de remuer les doigts et les orteils. Avons demandé à la patiente de faire des mouvements simples, en pliant son genou droit et en portant sa main à sa bouche.

  • Peut bouger sa jambe droite, mais pas dans toute son amplitude de mouvement.
  • Aucun mouvement observé au niveau du bras droit.

ROM passif : testé dans toutes les articulations (sans plâtre) des deux côtés sans aucun problème noté.

Tonicité[edit | edit source]

Testé du côté droit uniquement, le côté gauche étant immobilisé par un plâtre et une écharpe.

  • Membre supérieur flasque
  • Une certaine résistance à la dorsiflexion de la cheville droite

Force musculaire[edit | edit source]

Échelle MRC d’Oxford

  • 0/5 Pour tous les principaux groupes musculaires du membre supérieur droit
  • 2/5 Pour tous les principaux groupes musculaires du membre inférieur droit

Sensation[edit | edit source]

Lors des tests, une réduction de la sensation au toucher léger a été notée dans le bras et la jambe droite, la proprioception était normale dans tous les membres.

Coordination[edit | edit source]

Non testé en raison de fractures sur le côté gauche et d’une faiblesse importante sur le côté droit.

Parole et compréhension[ edit | edit source ]

La patiente semble communiquer normalement et suivre les instructions de base dans sa propre langue.

Évaluation fonctionnelle[ edit | edit source ]

La patiente est réticente à se retourner en raison de la douleur, en particulier autour de sa cage thoracique. Pour s’asseoir sans se retourner complètement, il a fallu l’aide de deux personnes – l’une pour soutenir les membres inférieurs et l’autre pour gérer le tronc et le bras.

Une fois debout, la patiente ne signale aucun vertige et peut s’asseoir sans soutien. Les jambes de la patiente n’atteignant pas le sol, elles ont été soutenues par un bloc. L’équilibre en position assise en mouvement n’a pas été testé en raison du manque de fonction des bras et de la douleur lors du mouvement du tronc. Pour l’instant, la patiente a besoin d’une assistance complète pour toutes les tâches de base, comme manger et boire et les soins personnels. Elle est soutenue par les membres de sa famille.

Les transferts, la station debout et la marche n’ont pas été évalués en raison d’une force musculaire de 2/5 dans la jambe droite. En raison de l’absence de notes médicales, on suppose initialement que la jambe et le bras gauches ne peuvent pas supporter de poids.

Impression clinique[ edit | edit source ]

Faiblesse du côté droit et perte de sensation due à la LCA du côté gauche, indiquant une probable atteinte des lobes pariétal et frontal. La douleur thoracique est un facteur limitant pour l’évaluation et une limite probable pour le traitement, à moins qu’elle ne soit mieux contrôlée. Le membre supérieur droit est peu tonique, manque d’activité et présente un risque de subluxation de l’épaule et de développement de douleur à l’épaule. Augmentation du tonus des fléchisseurs plantaires du côté droit et risque de raccourcissement musculaire. La patiente est actuellement entièrement dépendante pour tous les transferts et les activités quotidiennes. A noté que la patiente était en larmes et qu’elle pourrait avoir besoin d’une évaluation plus approfondie en raison du traumatisme psychologique récent et de l’atteinte du lobe frontal.

Traitement[edit | edit source]

Objectifs (à court terme)[ edit | edit source ]

Sortir la patiente du lit pour l’asseoir et clarifier la mise en charge sur la jambe gauche et les précautions pour le membre supérieur gauche.

Approche[edit | edit source]

Augmenter le temps de position assise droite pour le momen et permettre la mise en charge en position assise par le pied droit tout en maintenant un bon positionnement de la cheville. La patiente doit s’asseoir régulièrement sur une chaise mais a besoin d’un transfert vers la chaise pour le moment.

Éviter les complications liées à l’immobilité en changeant régulièrement de position, en conseillant à la patiente de remuer les doigts et les orteils et en maintenant le mouvement du côté gauche lorsque la douleur et les sites de fracture le permettent.

Confirmer le statut de mise en charge sur la jambe gauche avec l’équipe médicale. Si la patiente ne supporte pas de poids, envisager une attelle pour la cheville droite afin de maintenir la longueur du muscle au repos.

Commencer des exercices réguliers et répétés de la jambe droite pour améliorer l’activité et la force musculaire. Lorsque le fessier et le quadriceps droits sont à 4/5 sur l’échelle MRC d’Oxford, la patiente peut se tenir debout sur cette jambe avec de l’aide.

Commencer la réadaptation sensorielle du côté droit.

Éducation[edit | edit source]

Conseiller et enseigner à la sœur du patient l’importance de changer régulièrement de position et la manière de le faire.

Apprendre à sa sœur à faire quotidiennement et en toute sécurité des exercices d’amplitude passive pour le bras droit, en notant que l’abduction et la flexion avant doivent rester en dessous du niveau horizontal.

L’informer du risque de développer une douleur à l’épaule et de la façon de prendre soin de son bras en soutenant son poids lorsqu’il est en position verticale et en évitant de tirer dessus.

L’informer de la possibilité que son humeur soit altérée ou faible de façon continue. Utiliser sa sœur pour identifier les stimuli motivants/intéressants pour des activités significatives et pour surveiller son humeur.

L’informer sur le développement possible d’une douleur à l’épaule et sur la façon de prendre soin de son bras. S’assurer que sa sœur est consciente du besoin d’assistance de la patiente dans ses activités quotidiennes.

Résultats[edit | edit source]

Au fur et à mesure que la douleur des côtes diminue, le patient peut participer plus activement à sa mobilité au lit.
Une fois que la patiente a suffisamment de force dans son membre inférieur droit pour se tenir debout et/ou que les fractures ont guéri ou que le statut de mise en charge est passé à une mise en charge complète (selon la première éventualité), elle devrait alors être en mesure de travailler sur la position debout et le pas.

Pour l’instant, il n’est pas possible de prédire l’évolution de la fonction de son bras droit, mais une fois la fracture du bras gauche guérie, elle devrait être plus indépendante dans ses activités quotidiennes.

Références [edit | edit source]

  1. Lathia C, Skelton P, Clift Z. Early Rehabilitation in Conflicts and Disasters. Handicap International: London, UK. 2020.

 


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles