Réadaptation des lésions cérébrales acquises en situation de catastrophe et de conflit

Bienvenu au projet de développement de contenu pour le cours La réadaptation dans des situations de catastrophe et de conflit. S’il vous plaît, n’éditez pas à moins que vous ne soyez impliqué dans ce projet, en revanche, revenez dans un avenir proche pour vérifier les nouvelles informations ! Si vous souhaitez vous impliquer dans ce projet et obtenir une accréditation pour vos contributions, veuillez prendre contact avec nous!

Rédateurs originaux Naomi O’Reilly

Principaux contributeursNaomi O’Reilly et Wendy Walker

Introduction(edit | edit source)

Bien que des données précises soient rares, les lésions cérébrales traumatiques restent une conséquence neurologique courante des catastrophes et des conflits. Un large éventail de lésions cérébrales traumatiques légères, modérées et graves se produisent à la suite d’une pression excessive, de blessures par balle, d’un coup à la tête ou d’une blessure pénétrante, et de blessures par écrasement résultant de l’énorme énergie cinétique libérée lors de catastrophes naturelles à déclenchement rapide et des conflits armés. Les ondes de choc des explosions de bombes ou les fragments d’explosifs peuvent causer des dommages au cerveau ainsi que des blessures ouvertes ou fermées à la tête. Les enfants sont plus vulnérables en raison de leur taille et de leur fragilité relative (peau plus fine et os du crâne plus fragiles). Les causes non traumatiques de lésions cérébrales, incluant le paludisme cérébral, la méningite, l’accident vasculaire cérébral lié à une maladie cardiovasculaire ou à la drépanocytose, une tumeur provoquant une pression sur le cerveau ou une quasi-noyade, continuent également à être observées en situation de conflit et de catastrophe.

Dans ce contexte, compte tenu des nombreuses sources potentielles de lésions cérébrales acquises, les planificateurs de préparation aux catastrophes et le personnel médical d’urgence sont confrontés à un défi majeur dans la prévention et la gestion des neurotraumatismes. (1) En situation de conflit ou de catastrophe naturelle, la gestion des lésions cérébrales acquises est particulièrement complexe, car elle est souvent compliquée par la présence de polytraumatismes, tels que des fractures associées du crâne (et autres), des plaies ouvertes et des lésions internes. Les personnes souffrant de lésions cérébrales acquises peuvent être confrontées à des déficiences physiques, cognitives et comportementales à long terme, des déficits neurologiques résiduels, ainsi que des complications médicales. Tout cela entraîne des conséquences sur le mode de vie et nécessite une gestion interdisciplinaire complète, incluant des soins médicaux, chirurgicaux et de réadaptation. (2) Tous les professionnels en réadaptation travaillant en situation de catastrophe et de conflit devraient être en mesure de fournir des informations sur les soins de suivi aux patients souffrant de lésions cérébrales légères ou suspectées, incluant la manière de reconnaître les signes de détérioration. (1)

Symptômes pouvant indiquer une détérioration après une lésion cérébrale
  • Patient inconscient ou conscience altérée (le patient ne peut garder les yeux ouverts)
  • Fatigue inhabituelle
  • Maux de tête qui s’aggravent ou ne se résorbent pas
  • Fatigue accrue (sensation de somnolence alors que vous seriez normalement éveillé)
  • Double incontinence
  • Vertiges ou perte d’équilibre
  • Nausées ou vomissements
  • Irritabilité ou humeur altérée
  • Troubles de l’élocution ou problèmes de compréhension de la parole
  • Difficultés de concentration ou de mémoire
  • Faiblesse dans un ou plusieurs membres
  • Problèmes visuels, tels que des difficultés à se centrer ou une sensibilité à la lumière.
  • Crises d’épilepsie
  • Tout saignement ou libération de liquides clairs par le nez ou les oreilles.

Tableau 1 Signes de détérioration dans les lésions cérébrales acquises

Soins d’urgence immédiats ( edit | edit source )

Même en temps normal, le diagnostic et le traitement précoces des lésions cérébrales traumatiques acquises peuvent s’avérer difficiles. Ces difficultés sont exacerbées en situation de catastrophe et de conflit en raison de l’environnement chaotique, notamment des dommages causés aux infrastructures, du manque de communication et de la pénurie de personnel de santé et de réadaptation, en particulier de spécialistes en neurotraumatologie. (3)

À ce stade précoce, un diagnostic et un traitement immédiats sont essentiels pour minimiser le développement de lésions cérébrales secondaires. Il s’agit d’un défi de taille, en particulier dans les pays à faibles ressources où l’infrastructure médicale et la disponibilité de soins neurologiques de pointe sont déjà rares et peuvent être encore plus limitées suite à une catastrophe ou un conflit. Les membres de famille sont souvent séparés, et il arrive couramment que des symptômes de stress post-traumatique apparaissent pendant la phase post-aiguë.

Par conséquent, le déploiement rapide d’équipes médicales d’urgence spécialisées pour répondre aux besoins immédiats des victimes de catastrophes est un élément clé de l’intervention d’urgence immédiate, et est guidé par une série d’initiatives de l’Organisation mondiale de la santé, notamment les cadres d’intervention d’urgence (normes et directives) ; les mécanismes de coordination, et le processus d’accréditation des équipes médicales d’urgence garantissant que des professionnels en réadaptation fassent partie des équipes médicales d’urgence. (3)(4)

Figure 1 : Procédure d’orientation de l’équipe médicale d’urgence vers la réadaptation en cas de lésion cérébrale traumatique

Les équipes de soins spécialisés sont définies par l’Organisation mondiale de la santé comme « des équipes nationales ou internationales intégrées aux équipes médicales d’urgence ou à une installation nationale pour fournir des soins spécialisés”, qui peuvent inclure des équipes de réadaptation ; elles sont déployées en fonction de la réponse requise pour répondre à des besoins spécifiques à la demande des autorités sanitaires locales. Ces équipes doivent être multidisciplinaires et doivent être intégrées dans un plan d’intervention et de gestion en cas de catastrophe ou de conflit. Leurs compétences doivent être partagées avec les prestataires locaux de réadaptation et de soins de santé par le biais du mentorat et de l’éducation/formation. (2)

En situation de catastrophe ou de conflit, une équipe de soins spécialisée centrée sur la réadaptation des lésions cérébrales traumatiques devrait inclure : (2)(4)

Interventions en réadaptation Applicabilité générale des recommandations en situation de catastrophe
Faible
Composition de l’équipe Norme technique minimale :

Une équipe de réadaptation spécialisée en cas de traumatisme briançonnais doit être dirigée par un médecin en réadaptation et comprendre au moins trois autres professionnels de différentes disciplines, dont la médecine de réadaptation, les soins infirmiers, la physiothérapie, l’ergothérapie, l’orthophonie et la psychologie. De plus, un chef d’équipe est nécessaire pour représenter l’équipe de soins au niveau de la coordination.

Qualification et expérience Norme technique minimale :

Les professionnels en réadaptation au sein d’une équipe de soins spécialisés en traumatisme crânien doivent avoir au moins 6 mois d’expérience de travail dans une unité de traumatisme crânien ou avec des patients souffrant de traumatisme crânien dans un grand centre de traumatologie et au moins 3 ans d’expérience clinique post-qualification.

Au moins un membre de l’équipe, de préférence le chef d’équipe, doit avoir une expérience en matière d’intervention d’urgence et tous les membres de l’équipe doivent avoir suivi une formation sur le travail en milieu austère.

Équipement de réadaptation Norme technique minimale :

Les équipes de soins spécialisées en réadaptation devraient être en mesure de fournir rapidement cet équipement.

Durée du séjour Norme technique minimale :

Une équipe qui s’installe dans un établissement local doit prévoir d’y rester au moins 1 mois avec l’indication d’une stratégie de sortie et d’un mécanisme de libération.

Tableau.2 Équipe médicale d’urgence pour la gestion des lésions cérébrales acquises

Réadaptation(edit | edit source)

L’objectif primordial de la prise en charge des lésions cérébrales acquises en situation de catastrophe va désormais bien au-delà de la survie et de la gestion des cas aigus pour inclure la mise en place de structures de réadaptation qui travaillent à la réintégration de la personne atteinte d’une lésion cérébrale acquise dans son foyer et sa communauté. Les Normes minimales de l’Organisation mondiale de la santé en matière de réadaptation incluent des recommandations pour la gestion des patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques à la suite d’une catastrophe : (2)(5)

  • Les changements cognitifs et neurologiques doivent être surveillés et évalués régulièrement.
  • Une orientation anticipée vers un établissement de soins secondaires en faisant appel aux prestataires de services de réadaptation et aux réseaux de soutien locaux, selon les besoins.
  • Des aides à la mobilité appropriées sont prescrites pour les déficits de mobilité en faisant appel à un prestataire de services local.
  • Les patients souffrant de lésions nerveuses à long terme ou permanentes sont considérés pour un dispositif d’orthèse, recherché auprès d’un fournisseur local.
  • Des voies d’orientation sont identifiées vers la microchirurgie pour les patients appropriés.

La réadaptation est un élément essentiel du processus de traitement et de gestion des lésions cérébrales post-traumatiques en situation de catastrophe. Elle doit préparer les personnes souffrant d’une déficience à long terme, leurs prestataires de soins ainsi que le personnel de réadaptation local à gérer leurs besoins continus à plus long terme et doit être entamée tôt après toute catastrophe.(5) La réadaptation anticipée doit être centrée sur une évaluation complète des limitations neurologiques et fonctionnelles et sur des programmes de traitement individualisés en fonction d’objectifs fonctionnels spécifiques, avec une surveillance continue des résultats. L’objectif de la réadaptation anticipée en situation de catastrophe est d’améliorer les résultats fonctionnels et de restaurer autant d’indépendance que possible chez le patient, tout en minimisant les complications secondaires, en mettant l’accent sur l’éducation du patient et du soignant sur des attentes réalistes et des stratégies d’autogestion. Les survivants d’une lésion cérébrale traumatique ont besoin d’un soutien pour acquérir les compétences essentielles en vue d’un retour maximal à leur niveau antérieur d’indépendance fonctionnelle, peu importe si les déficiences spécifiques peuvent ou non être éliminées. (2)

Les lignes directrices(edit | edit source)

Des recommandations d’interventions en réadaptation fondées sur des données probantes, extraites, comparées et catégorisées de manière indépendante, ont été synthétisées à partir des directives de pratique clinique relatives aux lésions cérébrales traumatiques actuellement publiées, élaborées par le ministère du Travail et de l’Emploi (DLE), le Scottish Intercollegiate Guidelines Network (SIGN), le ministère des Anciens combattants/département de la Défense (DVA/DOD) et l’American Occupational Therapy Association (AOTA), pour leur application en situation de catastrophe. (5) En raison des complexités liées à l’environnement, aux ressources, à la prestation de services et à la main-d’œuvre en situation de catastrophe et de conflit, de nombreuses recommandations relatives aux soins des lésions cérébrales traumatiques sont difficiles à mettre en œuvre et les interventions plus avancées ne sont généralement pas applicables en raison de l’accès limité aux services, au personnel bien formé, à l’équipement, au financement et aux problématiques opérationnelles.(5)

L’éducation patient/soignant, la physiothérapie générale, la pratique des activités de la vie quotidienne et l’utilisation sécuritaire de l’équipement, le feedback cognitif/comportemental direct, les stratégies de base de compensation de la mémoire ou de la vision, la déglutition et la communication de base, et l’apport psychologique sont les recommandations clés du point de vue de la réadaptation qui se sont avérées les plus applicables aux survivants de lésions cérébrales acquises en situation de catastrophe et de conflit. Le tableau suivant présente l’applicabilité générale des directives de pratique clinique pour les lésions cérébrales acquises en situation de catastrophe et de conflit.(5)

Interventions en réadaptation Applicabilité générale des recommandations en situation de catastrophe
Faible Modérée Forte
Éducation des patients
  • Éducation sur les lésions cérébrales traumatiques
  • Traitement des lésions cérébrales traumatiques
  • Interventions simples en réadaptation
  • Services de soutien social
  • Pronostic
    • Résultats à court terme
    • Résultats à long terme
Marche, équilibre et mobilité
  • Entraînement sur tapis roulant
    • Avec support du poids du corps
    • Sans support du poids du corps
  • Interventions par ordinateur
Entraînement spécifique à la tâche

Entraînement répétitif

  • Formation conventionnelle sur le terrain
  • Prescription d’appareils et accessoires fonctionnels
Spasticité et tonus musculaire
  • Sièges spéciaux
  • Dispositifs de positionnement spéciaux
  • Injection de toxine botulique
  • Blocage neurologique thérapeutique
  • Bloc de points moteurs
  • Stimulation électrique fonctionnelle
  • Baclofène intrathécal
  • Chirurgie
  • Médicaments anti-spastiques oraux
  • Éducation et thérapie
    • Contrôle actif
    • Production de force
    • Entraînement musculaire fonctionnel
  • Attelles simples
  • Orthèses simples
  • Plâtres
Gestion des troubles du sommeil
  • Éducation sur le sommeil
  • Activité physique
  • Thérapie de relaxation
  • Modification de l’environnement du sommeil
  • Interventions psychologiques
  • Modification de l’alimentation
Réadaptation cognitive
  • Technologie d’assistance
  • Expériences structurées
  • Formats de jeux
  • Traitement par ordinateur
  • Interventions comportementales
  • Stratégies internes
  • Entraînement de la mémoire
  • Entraînement à la stratégie d’attention
  • Stratégies méta-cognitives
  • Entraînement des compétences visuospatiales
  • Stratégies de base de la mémoire compensatoire
  • Rétroaction directe
  • Aides externes
  • Techniques d’apprentissage
  • Thérapie de groupe
  • Interventions en psychologie
Troubles comportementaux et émotionnels
  • Entraînement aux compétences sociales
  • Programme de mentorat par les pairs
Programme neurocomportemental complet

  • Gestion des contingences
  • Programme comportemental positif
  • Physiotherapie
  • Entraînement aux compétences fonctionnelles
  • Éducation sur le sommeil
  • Thérapie cognitivo-comportementale
  • Éducation individuelle
  • Thérapie familiale
  • Thérapie de groupe
Activités de vie quotidienne
  • Évaluation et modification du domicile
  • Évaluation et modifications de l’environnement
  • Thérapie du mouvement induit par la contrainte
  • Équipement adapté
  • Pratique guidée des AVQ
  • Entraînement avec l’équipement
  • Formation des aidants
Gestion des maux de tête post-traumatiques
  • Biofeedback
  • Acupuncture
  • Activité physique
  • Thérapie de relaxation
  • Éducation sur le sommeil
  • Modification de l’alimentation
  • Interventions psychologiques
Prestation de services
  • Entraînement aux compétences sociales
  • Intervention comportementale
  • Programme de mentorat par les pairs
  • Télémédecine
  • Programme de réadaptation pour les patients hospitalisés
  • Réadaptation à domicile et en communauté
  • Soutien aux familles et aux aidants

Table 3 Lignes directrices pour les interventions de réadaptation en situation de catastrophe et de conflit

Résumé(edit | edit source)

“La réadaptation peut augmenter considérablement le taux de survie et améliorer la qualité de vie des survivants blessés.”(6)

Les progrès actuels dans les interventions et la gestion des catastrophes et des conflits ont amélioré les taux de survie des personnes souffrant de lésions cérébrales acquises, ce qui se traduit par un nombre accru de survivants. La lésion cérébrale traumatique est l’une des blessures complexes les plus courantes après une catastrophe soudaine. Les survivants présentent souvent des handicaps physiques, cognitifs et comportementaux à long terme, des déficits neurologiques résiduels, des complications médicales et des conséquences sur le mode de vie, ce qui nécessite une gestion interdisciplinaire complète, incluant des soins médicaux, chirurgicaux et de réadaptation. L’objectif de la réadaptation anticipée en situation de catastrophe et de conflit est d’améliorer l’indépendance fonctionnelle et la réussite de la réintégration dans la communauté, en mettant l’accent sur l’éducation du patient quant aux attentes réalistes et aux stratégies d’autogestion. (2)(1)

Les professionnels de la réadaptation sont désormais considérés comme des membres clés des soins de santé et, en tant que tels, ils sont impliqués dans toutes les phases suivant les catastrophes et les conflits, y compris une implication précoce dans les équipes médicales d’urgence. Les professionnels en réadaptation offrent plusieurs domaines de compétences uniques, y compris ceux de l’évaluation et du traitement des victimes de blessures aiguës, et éventuellement de la prévention ou de la réduction du fardeau des dysfonctionnements chroniques chez les patients après la phase d’urgence. L’un de leurs principaux atouts est de se centrer sur des résultats fonctionnels, tout en étant capable d’effectuer des évaluations approfondies, souvent avec des ressources limitées. (2)(1)

Ressources(edit | edit source)

Minimum Technical Standards and Recommendations for Rehabilitation in Emergency Medical Teams

Responding Internationally to Disasters: Do’s and Don’ts

Early Rehabilitation in Conflict and Disasters: A Field Handbook

Rehabilitation Treatment Planning Tool for Common Conflict and Emergency Related Injuries

Rehabilitation in Sudden Onset Disasters

The Role of Physical Therapists in Disaster Management

Disaster Management for Occupational Therapists Online Learning Module

Occupational Therapy in Disaster Preparedness and Response

Références (edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 Lathia C, Skelton P, Clift Z. Early rehabilitation in conflicts and disasters. Handicap International: London, UK. 2020.
  2. 2.0 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 2.6 Amatya B, Vasudevan V, Zhang N, Chopra S, Astrakhantseva I, Khan F. Minimum technical standards and recommendations for traumatic brain injury rehabilitation teams in sudden-onset disasters. The Journal of the International Society of Physical and Rehabilitation Medicine. (serial online) 2018 (cited 2019 Oct 19);1:72-94. Available from: http://www.jisprm.org/text.asp?2018/1/2/72/249854
  3. 3.0 3.1 Regens JL, Mould N. Prevention and treatment of traumatic brain injury due to rapid-onset natural disasters. Frontiers in public health. 2014 Apr 14;2:28.
  4. 4.0 4.1 Vasudevan V, Amatya B, Chopra S, Zhang N, Astrakhantseva I, Khan F. Minimum technical standards and recommendations for traumatic brain injury specialist rehabilitation teams in sudden-onset disasters (for Disaster Rehabilitation Committee special session). Annals of Physical and Rehabilitation Medicine. 2018 Jul 1;61:e120.
  5. 5.0 5.1 5.2 5.3 5.4 Lee SY, Amatya B, Judson R, Truesdale M, Reinhardt JD, Uddin T, Xiong XH, Khan F. Applicability of traumatic brain injury rehabilitation interventions in natural disaster settings. Brain injury. 2019 Aug 24;33(10):1293-8. DOI: 10.1080/02699052.2019.1641748
  6. Sphere. The Sphere Handbook 2018 Humanitarian Charter and Minimum Standards for Humanitarian Response. 2018 Available form: https://www.spherestandards.org/handbook-2018/


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles