Sûreté et sécurité en situation de catastrophe et de conflit

Bienvenu au projet de développement de contenu pour le cours La réadaptation dans des situations de catastrophe et de conflit. S’il vous plaît, n’éditez pas à moins que vous ne soyez impliqué dans ce projet, en revanche, revenez dans un avenir proche pour vérifier les nouvelles informations ! Si vous souhaitez vous impliquer dans ce projet et obtenir une accréditation pour vos contributions, veuillez prendre contact avec nous!

Rédateurs originaux Naomi O’Reilly

Principaux contributeursNaomi O’Reilly et Kim Jackson

Introduction[edit | edit source]

La sûreté est l’absence de risque ou de dommage résultant d’actes non intentionnels (accidents, phénomènes naturels, maladies), tandis que la sécurité est l’absence de risque ou de dommage résultant de la violence ou d’autres actes intentionnels. Les conséquences des catastrophes et des conflits se traduisent fréquemment par l’insécurité, l’instabilité et des environnements qui changent rapidement, ce qui amplifie souvent les problèmes préexistants d’injustice sociale et d’inégalité, d’où des préoccupations accrues en matière de sûreté et de sécurité. Les professionnels de la santé et de la réadaptation sont confrontés à de nombreux défis lorsqu’ils travaillent dans ces contextes : ils doivent adapter les normes de soins aux ressources disponibles, faire face à des afflux importants de patients nécessitant une attention immédiate pour sauver leur vie, et travailler dans des environnements où les infrastructures sont endommagées ou détruites et où le personnel de santé et de sécurité est réduit.

Au-delà de ces défis professionnels et personnels se cachent souvent de graves dangers liés à la nature de leur travail, en particulier en situation de conflit où le ciblage des professionnels de la santé et réadaptation et des installations de soins de santé se poursuit malgré la résolution 2286 du Conseil de sécurité des Nations Unies de 2016 qui condamne les attaques et les menaces contre les blessés et les malades, le personnel humanitaire et médical fournissant des soins de santé, et leur équipement, leur transport et leurs installations, y compris les hôpitaux, [1] avec 3 780 attaques signalées par le Comité international de la Croix-Rouge entre 2016 et 2020.[2]Ainsi, les professionnels en réadaptation qui choisissent de travailler dans des contextes de catastrophes et de conflits doivent être conscients des risques de sécurité inhérents au travail dans des environnements peu sûrs, reconnaître qu’ils sont responsables de leur propre sécurité et, à ce titre, ils doivent s’assurer de suivre une formation adéquate pour se préparer avant de travailler dans ces environnements et ne voyager qu’avec des organisations qui fournissent des informations adéquates sur la sécurité avant le départ.[3][4]

Responsabilité individuelle[ edit | edit source ]

Les professionnels en réadaptation doivent reconnaître qu’ils sont responsables de leur propre sécurité et qu’ils ont le devoir de minimiser les risques pour eux-mêmes et leurs collègues en développant leur conscience de la sécurité et en la mettant en pratique quotidiennement, quel que soit le contexte dans lequel ils travaillent. [5][6][7][4]

  • Soyez préparé ; renseignez-vous sur l’environnement dans lequel vous allez travailler, assurez-vous d’être conscient des risques et des dangers qui existent et prenez des précautions pour minimiser les risques. Plus vous comprenez le contexte dans lequel vous travaillez, plus il vous sera facile de reconnaître tout signe de danger avant qu’il ne se transforme en menace.[7]
  • Soyez responsable; Vous êtes responsable de vos actions, tant sur le plan personnel que professionnel. Soyez conscient de la façon dont vos actions ou inactions peuvent avoir un impact sur votre sécurité, par exemple ne pas porter de ceinture de sécurité, ou conduire la nuit lorsque l’infrastructure routière est endommagée.
  • Suivez les politiques et les procédures ; les politiques et les procédures de l’organisation, en particulier celles qui concernent la santé, la sûreté et la sécurité, sont en place pour votre protection, connaissez-les et assurez-vous de les suivre, par exemple les couvre-feux, les restrictions de déplacement ou de mouvement.
  • Agissez de manière appropriée ; la sensibilisation culturelle est très importante. Soyez respectueux de l’environnement et de la culture dans lesquels vous travaillez. Lorsque vous travaillez dans une situation interculturelle, faites preuve de considération pour les croyances religieuses, les coutumes locales et les pratiques culturelles des communautés et des collègues avec lesquels vous travaillez.
  • Soyez prudent ; ne prenez pas de risques inutiles.

Responding Internationally to Disasters : A Do’s and Don’ts Guide for Rehabilitation Professionals est une ressource qui fournit des conseils à tous les professionnels de la réadaptation envisageant de répondre à une catastrophe internationale et devrait être une lecture obligatoire pour tous avant le déploiement sur le terrain.

Bien-être et soins personnels [ edit | edit source ]

Le travail en situation de catastrophe et de conflit peut être très difficile, physiquement et mentalement, en raison de la lourdeur de la charge de travail, des horaires longs et irréguliers, des conditions environnementales difficiles, de l’insécurité, de la vie avec des contraintes de sécurité, du manque d’infrastructures médicales, de l’exposition aux conséquences aiguës des catastrophes et des conflits, de l’exposition aux souffrances et aux traumatismes permanents, et du manque de communication avec la famille et les amis. [8]Le stress est un mot utilisé pour décrire des expériences difficiles sur le plan émotionnel et physiologique, et est une caractéristique commune du travail en situation de catastrophe et de conflit. Les symptômes du stress incluent les troubles du sommeil, la fatigue, le manque de concentration, la détresse émotionnelle, l’altération de l’appétit et les changements de comportement, notamment l’irritabilité, la mauvaise humeur, l’emportement, le repli sur soi, la prise de risques et un large éventail de réactions physiologiques, comme le montre le tableau 1.

Tableau.1 Réponses physiologiques à l’état de lutte ou fuite [9]
Système corporel Effet physiologique Conséquence
Cœur Augmentation de la fréquence cardiaque

Dilatation des vaisseaux sanguins coronaires

Augmentation du flux sanguin

Disponibilité accrue d’oxygène et d’énergie pour le cœur

Circulation Dilatation des vaisseaux sanguins desservant les muscles

Constriction des vaisseaux sanguins desservant la digestion

Augmentation de la disponibilité de l’oxygène pour les muscles squelettiques

Le sang est dévié vers les muscles squelettiques et le cerveau.

Poumons Dilatation des bronches

Augmentation de la fréquence respiratoire

Augmentation de la disponibilité de l’oxygène dans le sang
Foie Augmentation de la conversion du glycogène en glucose Augmentation de la disponibilité du glucose dans les muscles squelettiques et les cellules du cerveau
Peau La peau devient pâle ou rougit car le flux sanguin est réduit. Augmentation du flux sanguin vers les muscles et loin des parties non essentielles du corps comme la périphérie.
Yeux Dilatation des pupilles Permet de faire entrer plus de lumière afin d’améliorer l’acuité visuelle pour scruter les alentours.

La réduction des possibilités de prendre soin de soi et l’augmentation du stress entraînent des problématiques de santé mentale telles que la dépression, l’anxiété et l’épuisement professionnelchez les professionnels en réadaptation travaillant dans des contextes humanitaires, et ceci peut avoir un effet négatif supplémentaire sur la capacité d’une organisation à fournir des services aux personnes directement touchées par l’urgence. Dans ces environnements, il est important de reconnaître les signes de stress, car ils peuvent souvent être les premiers signes d’alerte indiquant que vous devez privilégier les soins personnels ou d’autres formes de soutien.

Il est donc important, dans un contexte humanitaire, de donner priorité aux soins personnels et à la gestion du stress, dans la mesure du possible, pour tous les professionnels en réadaptation.[1]Les soins personnels sont d/cris comme toute activité que nous faisons délibérément, afin de prendre soin de notre propre santé mentale, émotionnelle et physique. C’est « quelque chose qui nous ravitaille, plutôt que de nous dépouiller ». [9] Il s’agit d’un vaste concept qui englobe l’hygiène (générale et personnelle), la nutrition (type et qualité des aliments consommés), le mode de vie (activités physiques, loisirs, etc.), les facteurs environnementaux (conditions de vie, habitudes sociales, etc.), les facteurs socio-économiques (niveau de revenu, croyances culturelles, etc.), les facteurs psychosociaux (relations, liens) et l’automédication [10]et doivent être intégrés à votre plan de sécurité personnel pour gérer votre santé et votre bien-être lorsque vous travaillez en situation de catastrophe et de conflit.[11][12]

Pourquoi prendre soin de soi est important[ edit | edit source ]

  • Le travail en situation de catastrophe et de conflit peut être émotionnellement difficile pour les personnes travaillant dans ce domaine.
  • Intégrer des activités de soins personnels dans votre routine quotidienne vous aide à identifier, gérer et réduire le stress et l’anxiété. ça aide à maintenir et à améliorer la santé et le bien-être à court et à long terme.
  • Ça peut aider à prévenir les réactions négatives telles que le traumatisme secondaire, la fatigue de la compassion ou l’épuisement professionnel.[11][12]
  • Ça contribue à améliorer la qualité de vie, et à soutenir l’atteinte d’un équilibre sain entre la vie et le travail.
  • Prendre soin de vous vous permettra de continuer à fournir des soins à ceux que vous soutenez dans votre travail et à la maison.

L’ABC des soins personnels[ edit | edit source ]

Comprendre comment créer des soins personnels repose sur trois grands principes. [13]

La prise de conscience[edit | edit source]

La prise de conscience est une première étape essentielle pour déterminer vos réactions à ce qui se passe dans votre travail et votre vie (les facteurs de risque potentiels et vos propres signaux d’alarme) et ce que vous pouvez faire pour prendre soin de vous dans ces moments-là. Il est important de faire le point avec vous-même sur une base régulière :

  1. Comment vous sentez-vous (sur le plan émotionnel, physique et spirituel) ?
    • Prenez le temps de réfléchir à ce que vous ressentez (physiquement, émotionnellement et spirituellement)
    • Demandez-vous comment vous vous êtes senti en vous réveillant ce matin ? Comment vous sentez-vous maintenant ?
  2. Identifiez les sources de votre stress et la façon dont vous y réagissez ?
    • Quels sont les types de problèmes ou de personnes pour lesquels il vous est particulièrement facile de faire preuve d’empathie ?
    • Identifiez certaines des façons dont le fait de se soucier des personnes qui ont été blessées vous affecte ?
    • Identifiez les sources de stress dans votre vie, et les domaines de votre vie qui doivent être améliorés.
    • Un outil utile ici est la Roue de la discorde ou la Roue de la vie
  3. Restez connecté et présent
    • Lorsque vous travaillez en situation de catastrophe ou de conflit, il est important de rester connecté et présent. Cela vous aidera à observer votre corps et votre esprit, et à être plus conscient de vos actions et réactions.
    • Énumérez les signes ou symptômes que vous ressentez au niveau physique, psychologique, comportemental et relationnel, et de votre vision du monde ou cadre de référence (spiritualité, identité et croyances).
    • Réfléchissez à vos deux dernières années. Quels sont vos signes avant-coureurs ? (c’est-à-dire les premiers signaux qui vous avertissent que vous avez des difficultés à ce niveau)
  4. Reconnaissez rapidement la nécessité de faire les ajustements nécessaires à votre travail et à votre vie personnelle
    • Savez-vous ce que vous faites dans votre travail, et pourquoi ? (Savoir que votre travail fait une différence dans la vie d’autres personnes, vous rappellera que votre travail a un but, un sens, et un impact positif sur la vie des gens)
    • Comment mesurez-vous le succès dans votre travail ? (Par exemple : devez-vous accomplir tout ce qui figure sur votre liste de choses à faire pour ressentir le succès ? Ou ressentez-vous le succès lorsque vous faites de votre mieux dans n’importe quelle tâche) ?
    • Que pouvez-vous contrôler dans votre travail ? (Pouvez-vous faire un choix concernant votre horaire de travail ? Sa structure ?) En sachant ce que vous pouvez contrôler et ce que vous ne pouvez pas, vous éviterez de dépenser de l’énergie et de mettre des efforts sur des choses que vous ne pouvez pas changer. Un outil utile à cet égard est le cercle d’influence :
    • Quels sont les coûts et les récompenses de ce travail, et comment évoluez-vous personnellement ? (Lorsque vous travaillez dans un contexte humanitaire, les changements sont inévitables. Qu’est-ce qui est gratifiant dans le travail que vous faites ? Quels en sont les risques ? Réfléchissez aux raisons qui vous ont poussé à choisir de travailler dans ce domaine. Identifiez les différences entre hier et aujourd’hui).
    • Énumérez les façons dont vous avez changé au fil du temps en raison de votre travail ?

Équilibre[edit | edit source]

Il est important de trouver un équilibre entre vos besoins personnels et les exigences de votre travail ; assurez-vous que chaque journée de travail inclut des pauses pour les repas et l’activité physique, et que vous prenez du temps en dehors du travail pour vous reposer et vous détendre, pour vos amis et votre famille, pour un renouveau spirituel. Il est également important que vous trouviez un équilibre entre prendre soin des autres et laisser quelqu’un prendre soin de nous. L’équilibre consiste également à trouver un juste milieu dans votre travail qui vous permettra de travailler de manière durable.

Énumérez les choses que vous faites pour faire face à ces symptômes ? Dans les domaines physique, mental et émotionnel, du comportement, des relations, et au travail. Quelles sont les activités que vous faites régulièrement ou que vous aimez faire et qui peuvent vous aider à faire face à la situation ? Laquelle vous semble la plus utile ? Et quelles sont les stratégies que vous souhaiteriez utiliser plus régulièrement ? Un outil utile à cet égard est la roue des soins personnels :

Connexion[edit | edit source]

Il est important de garder un lien, autant que possible, avec les autres personnes que vous appréciez et auxquelles vous tenez. Il s’agit de maintenir un lien avec les autres personnes, et avec notre moi spirituel. Il est également important d’établir un lien avec la communauté, de se rattacher à un groupe de personnes qui se connaissent, partagent des expériences et des valeurs, et se tendent la main dans les bons moments ou dans les moments de besoin ou de détresse. Il est conseillé de se connecter à différentes communautés, car elles offrent souvent différents types de soutien.

Stratégies de soins personnels[ edit | edit source ]

Tableau.5 Stratégies de soins personnels
Emotionnel
  • Réflexion : Tenir un journal, écrire, méditer
  • Groupe de soutien continu
  • Suivi psychologique
  • Thérapies expressives
  • Dessin
  • Films, Livres, Musique
Physique
  • Activité physique régulière
  • Alimentation saine
  • Eau potable
  • Limiter la consommation d’alcool
  • Techniques de relaxation
  • Activités répétitives telles que marcher, dessiner et cuisiner.
  • Dormir suffisamment
Interpersonnel
  • Contact régulier avec ses amis et sa famille
  • Des limites saines
  • L’utilisation de l’humour
  • Établir et maintenir des relations positives
  • Prendre un peu de temps libre
Spirituel
  • Connaître vos valeurs : Où avez-vous tendance à trouver un sens à votre vie ?
  • Participer à une communauté de sens et d’objectifs
  • Temps régulier de prière, lecture, méditation
  • Conversations spirituellement significatives
  • Écouter de la musique spirituelle
  • Contact avec les leaders religieux / spirituels

Résumé[edit | edit source]

Les catastrophes et les conflits entraînent une surcharge sur les services de santé et de réadaptation, créant de multiples défis pour la prestation de soins de réadaptation sécuritaires et efficaces. Il est vital pour tous les professionnels en réadaptation de comprendre les risques inhérents au travail en situation de catastrophe ou de conflit afin d’assurer leur sécurité personnelle, en reconnaissant la nécessité d’analyser continuellement le contexte, les risques en matière de sécurité associés et l’importance de suivre toutes les procédures de sécurité à tout moment. Tous les professionnels en réadaptation doivent accéder à une formation humanitaire et clinique spécifique et se pré-enregistrer auprès des équipes médicales d’urgence internationales ou des organisations non gouvernementales internationales (ONGI) avant de s’impliquer dans une réponse de réadaptation en situation de catastrophe ou de conflit. Les soins personnels sont un ensemble d’activités pratiques, centrées sur la personne, que tous les professionnels en réadaptation peuvent entreprendre lorsqu’ils travaillent dans des situations de catastrophe et de conflit afin de préserver leur santé et leur bien-être et d’avoir une approche positive sur leur capacité à travailler dans ces environnements stressants.

Ressources[edit | edit source]

Disaster Ready

Care International Personal Safety and Security Handbook, Care International

Safety and Security Guidelines for Humanitarian Volunteers in Conflict Areas, ICRC

Managing Stress in the Field, ICRC

Managing the Stress of Humanitarian Emergencies, UNHCR

Managing Stress in Humanitarian Workers, Antares Foundation

Guide for Occupational Therapy First Responders to Disasters and Trauma, WFOT – Appropriate for all Rehabilitation Professionals

International Self Care Foundation

Headington Institute

Références [edit | edit source]

  1. 1.0 1.1 Lathia C, Skelton P, Clift Z. Early Rehabilitation in Conflicts and Disasters. Handicap International: London, UK. 2020.
  2. International Committee of the Red Cross. Health-care providers, patients suffer thousands of attacks on health-care services over the past five years, ICRC Data Show. Available from: https://www.icrc.org/en/document/health-care-providers-patients-suffer-thousands-attacks-health-care-services-past-5-years (accessed 2 March 2022).
  3. Skelton P, Foo W. Responding Internationally to Disasters: A Do’s and Don’ts Guide for Rehabilitation Professionals. London, United Kingdom: Handicap International. 2016.
  4. 4.0 4.1 International Committee of the Red Cross. Health Care in Danger: The Responsibilities of Health-care Personnel Working in Armed Conflicts and Other Emergencies. International Committee of the Red Cross; 2012.
  5. Roberts DL, Roberts DL. Staying alive: safety and security guidelines for humanitarian volunteers in conflict areas. Geneva: International Committee of the Red Cross; 2005.
  6. Bickley S. Safety first revised: A safety and security handbook for aid workers. Save the Children UK; 2010.
  7. 7.0 7.1 Bickley S. Care International Personal Safety and Security Handbook. Care International USA; 2014.
  8. Antares Foundation. Managing stress in humanitarian workers: guidelines for good practice. 2005.
  9. PsychCentral. What Self Care Is and What It Isn’t. Available from: https://psychcentral.com/blog/what-self-care-is-and-what-it-isnt-2/ [Accessed 30 September 2020]
  10. World Health Organisation. The role of the pharmacists in self-care and self medication: report of the 4th WHO consultative group on the role of the pharmacist. Geneva, 1998.
  11. 11.0 11.1 Ehrenreich JH, Elliot TL. Managing stress in humanitarian aid workers: A survey of humanitarian aid agencies’ psychosocial training and support of staff. Peace and Conflict. 2004 Mar 1;10(1):53-66.
  12. 12.0 12.1 International Committee of the Red Cross. Managing Stress in the Field. Geneva 2009. Available from: https://inee.org/sites/default/files/resources/IFRC__RCS_managing-stress-en.pdf [Accessed 12 March 2022]
  13. ASCENT. Good Practice Briefing; Self-Care and Professional Resilience. Available from: https://www.wgn.org.uk/sites/default/files/2020-05/Good%20Practice%20Resilience%20Final2020.pdf. [Accessed 30 September 2020]


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles