Rachis cervical supérieur et céphalées cervicogènes

Rédactrice originale Jess Bell Principales collaboratricesJess Bell, Kim Jackson, Tarina van der Stockt et Lucinda Hampton

Introduction(edit | edit source)

Figure 1. Muscles de la région cervicale.

La céphalée cervicogène (CGH) est une céphalée secondaire chronique dont l’origine provient du rachis cervical. (1) La céphalée commence dans la région cervicale ou occipitale et peut s’étendre au visage et à la tête. Les sources spécifiques de la céphalée cervicogène sont toutes les structures innervées par les racines nerveuses C1 à C3.(2)

Lors de l’évaluation et du traitement des patients atteints de céphalée cervicogène, il est important de pouvoir identifier clairement la zone symptomatique du rachis cervical supérieur. Les zones à évaluer sont les suivantes : (3)

Évaluation des céphalées ( edit | edit source )

Évaluation subjective ( éditer | éditer la source )

L’évaluation subjective du rachis cervical est abordée ici, mais lorsqu’un patient rapporte des céphalées, il est important de l’interroger spécifiquement sur les aspects suivants : (3)

  • l’intensité des céphalées;
  • la fréquence des céphalées;
  • la durée des céphalées.

Évaluation objective ( éditer | éditer la source )

Une description complète de l’évaluation cervicale est disponible ici. Mais lors de l’évaluation de la céphalée cervicogène, les mesures suivantes devraient être incluses : (3)

  • évaluation de l’amplitude des mouvements;
  • évaluation de l’endurance des fléchisseurs profonds du cou;
  • palpation et évaluation de la mobilité articulaire.

Les méthodes cliniques courantes d’évaluation de la mobilité du rachis cervical sont les suivantes : (4)

Signaux d’alerte (« red flags ») ( éditer | éditer la source )

Il est essentiel de dépister les signaux d’alerte et les affections graves lors de toute évaluation du rachis cervical. Pour plus d’informations sur les signaux d’alerte des affections rachidiennes, veuillez consulter cette page : Introduction aux signaux d’alerte des pathologies graves et Tumeurs malignes du rachis.

Les signaux d’alerte spécifiques aux céphalées sont les suivants : (5)

  • apparition soudaine d’une nouvelle céphalée sévère;
  • aggravation d’une céphalée préexistante en l’absence de tout facteur prédisposant évident;
  • céphalée associée à de la fièvre, à une raideur de la nuque, à une éruption cutanée et à des antécédents de cancer, de VIH ou d’autres maladies systémiques;
  • céphalée associée à des signes neurologiques focaux autres qu’une aura typique;
  • céphalée modérée ou sévère déclenchée par la toux, l’effort ou le fait de se pencher;
  • apparition d’une nouvelle céphalée pendant ou suivant la grossesse.

Les affections graves comprennent :

Instabilité ligamentaire cervicale supérieure ( edit | edit source )

Figure 2. Ligaments du rachis cervical.

L’instabilité ligamentaire cervicale supérieure a un taux de prévalence de 0,6 %(6), mais elle est plus fréquente chez les patients souffrant d’arthrite inflammatoire (par exemple la polyarthrite rhumatoïde). (7) (8) Malgré les faibles taux de prévalence dans la population générale, il est important de dépister ces affections.

Ligament transverse ( edit | edit source )

Le ligament transverse permet à l’atlas de pivoter sur son axe. Il maintient l’atlas dans sa position correcte afin d’éviter la compression de la moelle épinière lors de la flexion cervicale et de la tête.(9)

Le test de Sharp Purser est couramment utilisé en pratique clinique pour évaluer l’instabilité atlanto-axiale, en particulier chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.(10) Ce test est abordé plus en détail ici.

Veuillez regarder cette vidéo pour une démonstration du test Sharp Purser (en anglais original).

(11)

L’utilisation de ce test est toutefois considérée comme controversée en raison de son potentiel de dangerosité (c’est-à-dire qu’un test positif implique la compression de la moelle épinière par l’odontoïde de C2 et l’exécution d’une manœuvre pour diminuer la pression sur la moelle épinière. Cette manœuvre pourrait être risquée dans les populations à haut risque).(10) Bien qu’il n’y ait actuellement aucune preuve de la dangerosité de ce test, il y a un manque de preuves quant à son utilisation dans les populations à haut risque. Il présente également une validité variable et une faible fiabilité entre évaluateurs.(10)

D’autres tests incluent le test du ligament transverse. Ce test a une spécificité suffisamment élevée pour exclure les patients présentant une instabilité du rachis cervical supérieur. Cependant, lorsque Hutting et ses collègues ont examiné une série de tests d’instabilité, ils ont conclu qu’il n’était pas possible à l’heure actuelle de dépister avec précision l’instabilité cervicale supérieure.(6)

Ligament alaire ( edit | edit source )

Les ligaments alaires servent à stabiliser le rachis cervical mais peuvent être endommagés à la suite d’un traumatisme. Il est important de les évaluer, en particulier chez les patients qui présentent un dysfonctionnement cervical à la suite d’une blessure. (12) L’examen de référence (« gold standard ») est l’IRM, mais lorsque celle-ci n’est pas disponible, il existe un certain nombre de tests cliniques qui peuvent être utilisés, notamment :(12)

Une étude récente a montré que la sensibilité et la spécificité de ces tests variaient de 80 à 85,7 % et de 69,2 à 90,9 %, respectivement. Les rapports de vraisemblance positifs et négatifs varient respectivement de 2,6 à 9,41 et de 0,15 à 0,26. Ces chiffres indiquent que ces tests n’ont qu’une valeur diagnostique clinique faible à modérée. Toutefois, lorsqu’ils sont utilisés en tant qu’un ensemble de tests, la sensibilité et la spécificité atteignent respectivement 85,7 % et 100 % si plus de deux tests sont positifs. Les rapports de vraisemblance sont passés à l’infini (rapport de vraisemblance positif) et à 0,15 (rapport de vraisemblance négatif). Ces ratios indiquent que cet ensemblesde tests a une valeur diagnostique clinique modérée à excellente.(12)

Mobilité articulaire ( éditer | source d’édition )

L’amplitude des mouvements cervicaux fait généralement partie de l’évaluation du rachis cervical. Bien qu’il ait été constaté que son inclusion est d’une certaine valeur, les conclusions cliniques ne doivent pas être tirées sur la base de l’amplitude des mouvements uniquement.(13)

Articulation atlanto-occipitale (AO, C0-1) ( edit | edit source )

Cette articulation peut être évaluée à l’aide d’un simple test de hochement, qui l’isole efficacement.(3)

Articulation atlanto-axoïdienne (AA, C1-2) ( edit | edit source )

Les patients souffrant de céphalées cervicogènes sont plus susceptibles de présenter un dysfonctionnement au niveau de l’articulation AA. On a constaté que ce segment était symptomatique chez 63 à 70 % des patients souffrant de cette affection. (14) Il est donc essentiel que le clinicien soit en mesure d’identifier les dysfonctionnements au niveau de cette articulation. (3)

Test de flexion-rotation cervicale ( edit | edit source )

Le test de flexion-rotation cervicale s’est avéré le plus fiable et le plus précis pour le diagnostic des céphalées cervicogènes. (14) Sa sensibilité est de 91 % et sa spécificité de 90 %. Sa validité diagnostique globale est de 91 %.(15)

Un résultat normal est une rotation de 40 degrés ou plus. Moins de 32 degrés constitue une mesure anormale. Ce résultat indiquerait un dysfonctionnement de l’articulation AA (C1-2).(3)

NB : ce test est influencé par le degré de flexion dans lequel le clinicien place la tête et le cou du patient. Si la tête et le cou ne sont pas complètement fléchis, l’articulation AA ne sera pas isolée. Cela peut entraîner des résultats faussement négatifs. Ce test peut donc être influencé par le niveau de douleur du patient et sa capacité à tolérer une flexion cervicale complète.(3)

Veuillez regarder la vidéo suivante pour un résumé et une démonstration du test de flexion-rotation cervicale (en anglais original).

(16)

Muscles sous-occipitaux ( edit | edit source )

Le dysfonctionnement de ces muscles peut être identifié par palpation.(3)

Traitement(edit | edit source)

La céphalée cervicogène étant associée à un dysfonctionnement musculosquelettique et à un déséquilibre musculaire, il est nécessaire d’adopter une approche de prise en charge multimodale axée sur les déficiences spécifiques du patient.(17)

Les traitements pour les segments cervicaux supérieurs comprennent :

  • mobilisations ou manipulations du rachis cervical; (17) (18)
  • exercices de renforcement; (17) (19)
  • techniques de traitement des tissus mous. (3) (17) (20)

Techniques de mobilisations spécifiques ( edit | edit source )

  • Mobilisations postéro-antérieures de l’articulation AA et de C2-3 : (3)
    • palper l’apophyse épineuse C2 (c’est-à-dire la première apophyse épineuse que l’on peut sentir après l’occiput);
    • se déplacer légèrement latéralement;
    • appliquer une petite force oscillatoire sur le pilier articulaire.

Afin de mobiliser préférentiellement l’articulation AA par rapport à C2-3, il faut tourner légèrement la tête du patient (environ 20 à 30 degrés). Cela permettra de mettre de la tension dans l’articulation AA.(3)

Si la tête reste droite, l’articulation C2-3 sera préférentiellement mobilisée.

Pour cibler l’articulation AO : (3)

  • trouver l’apophyse épineuse de C2 et se déplacer crâniallement, c’est là que se trouve C1 (c’est-à-dire l’atlas);
  • une mobilisation postéro-antérieure sur C1 peut être effectuée pour recréer et traiter les céphalées

Exercices thérapeutiques ( éditer | source d’édition )

Il est important de prescrire des exercices qui renforceront les techniques manuelles.(3)

Auto-SNAG à l’AA ( edit | edit source )

Placer une serviette ou un objet similaire au niveau de l’atlas pour mobiliser l’articulation AA (ou légèrement plus bas pour C2-3). Utiliser la serviette pour guider le cou dans la rotation.(3)

NB : la pression exercée par la serviette ne doit pas être trop forte. Au contraire, la serviette doit simplement faciliter le mouvement. Il est important de pratiquer d’abord les techniques dans la clinique pour s’assurer que le patient comprend comment faire cet étirement correctement.(3)

La vidéo suivante montre comment la technique d’auto-SNAG (glissements naturels apophysaires soutenus) pour l’articulation AA est réalisée (en anglais original).

(21)

Évidences scientifiques(edit | edit source)

Il a été démontré que les SNAG de l’articulation AA améliorent la flexion-rotation cervicale. (4) (22) Une étude récente menée par Mohamed et ses collègues a montré que lorsque la mobilisation SNAG pour l’articulation AA était utilisée en combinaison avec une mobilisation SNAG pour céphalée, il y avait une réduction encore plus importante des symptômes de céphalées et d’étourdissements. (4)

  • SNAG pour céphalée = glissement antérieur sur C2 alors que le patient est assis sur une chaise.

Les patients qui ont pratiqué l’auto-SNAG décrite ci-dessus deux fois par jour pendant 12 mois ont obtenu une réduction de 54 % des scores de l’indice des céphalées à 12 mois, contre une réduction de 13 % dans le groupe témoin.(18)

Entraînement des fléchisseurs profonds du cou ( edit | edit source )

L’entraînement des fléchisseurs profonds cervicaux peut également contribuer à consolider les améliorations, en particulier au niveau de l’articulation AO. Jull et ses collègues ont constaté que six semaines d’exercices de flexion crâniocervicale étaient aussi efficaces que la manipulation vertébrale pour réduire la douleur cervicale ainsi que la fréquence et l’intensité des céphalées pendant une période pouvant aller jusqu’à un an.(19) Ce programme d’exercices est présenté plus en détail ici.

Veuillez regarder cette vidéo pour une démonstration de l’exécution de ces exercices (en anglais original).

(23)

Techniques de traitement des tissus mous ( edit | edit source )

Il existe une variété de techniques de traitement des tissus mous qui peuvent être utiles en cas de dysfonctionnement des muscles sous-occipitaux :

Résumé(edit | edit source)

  • La céphalée cervicogène a son origine dans la région cervicale ou occipitale. Les sources spécifiques de la céphalée cervicogène sont toutes les structures innervées par les racines nerveuses C1 à C3.
  • Le physiothérapeute doit procéder à une évaluation subjective et objective détaillée, en recherchant notamment les signaux d’alerte.
  • L’évaluation objective doit mettre en évidence la ou les régions(s) qui cause(nt) la céphalée.
  • Le traitement doit cibler les dysfonctionnements spécifiques de l’individu, mais une approche multimodale de techniques manuelles et d’exercices thérapeutiques s’est avérée bénéfique dans le traitement de ces céphalées.

Références(edit | edit source)

  1. Fernandez M, Moore C, Tan J, Lian D, Nguyen J, Bacon A et al. Spinal manipulation for the management of cervicogenic headache: A systematic review and meta‐analysis. Eur J Pain. 2020; 24(9): 1687-702.
  2. Biondi DM. Cervicogenic headache: mechanisms, evaluation, and treatment strategies. J Am Osteopath Assoc. 2000;100(9 Suppl): S7-14.
  3. 3.00 3.01 3.02 3.03 3.04 3.05 3.06 3.07 3.08 3.09 3.10 3.11 3.12 3.13 3.14 3.15 Kaplan A. Cervicogenic Headache – Upper Cervical Course. Plus , 2020.
  4. 4.0 4.1 4.2 Mohamed AA, Shendy WS, Semary M, Mourad HS, Battecha KH, Soliman ES et al. Combined use of cervical headache snag and cervical snag half rotation techniques in the treatment of cervicogenic headache. J Phys Ther Sci. 2019; 31(4): 376-381.
  5. Hall T, Briffa K, Hopper D. Clinical evaluation of cervicogenic headache: a clinical perspective. J Man Manip Ther. 2008; 16(2): 73-80.
  6. 6.0 6.1 Hutting N, Scholten-Peeters GG, Vijverman V, Keesenberg MD, Verhagen AP. Diagnostic accuracy of upper cervical spine instability tests: a systematic review. Phys Ther. 2013; 93(12): 1686-95.
  7. Takahashi S, Suzuki A, Koike T, Yamada K, Yasuda H, Tada M, Sugioka Y et al. Current prevalence and characteristics of cervical spine instability in patients with rheumatoid arthritis in the era of biologics. Mod Rheumatol. 2014; 24(6): 904-9.
  8. Al-Daoseri HA, Mohammed Saeed MA, Ahmed RA. Prevalence of cervical spine instability among Rheumatoid Arthritis patients in South Iraq. Journal of Clinical Orthopaedics and Trauma. 2020; 11(5): 876-82.
  9. Cramer GD. The cervical region. In: Cramer GD, Darby SA editors. Clinical Anatomy of the Spine, Spinal Cord, and Ans. Elsevier, 2014. p135-209.
  10. 10,0 10,1 10,2 Mansfield CJ, Domnisch C, Iglar L, Boucher L, Onate J, Briggs M. Systematic review of the diagnostic accuracy, reliability, and safety of the sharp-purser test. J Man Manip Ther. 2020; 28(2): 72-81.
  11. The Physio Channel. How to perform the Sharp-Purser Atlanto Axial Joint Test for instability. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=eqS2tIGauXU (last accessed 6/12/2020)
  12. 12.0 12.1 12.2 Harry Von P, Maloul R, Hoffmann M, Hall T, Ruch MM, Ballenberger N. Diagnostic accuracy and validity of three manual examination tests to identify alar ligament lesions: results of a blinded case-control study. J Man Manip Ther. 2019; 27(2): 83-91.
  13. Snodgrass SJ, Cleland JA, Haskins R, Rivett DA. The clinical utility of cervical range of motion in diagnosis, prognosis, and evaluating the effects of manipulation: a systematic review. Physiotherapy. 2014; 100(4): 290-304.
  14. 14.0 14.1 Rubio-Ochoa J, Benítez-Martínez J, Lluch E, Santacruz-Zaragozá S, Gómez-Contreras P, Cook CE. Physical examination tests for screening and diagnosis of cervicogenic headache: A systematic review. Man Ther. 2016; 21: 35-40.
  15. Ogince M, Hall T, Robinson K, Blackmore AM. The diagnostic validity of the cervical flexion-rotation test in C1/2-related cervicogenic headache. Man Ther. 2007; 12(3): 256-62.
  16. Physical Therapy Nation. Flexion Rotation Test. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=4NIshu8tGA4 (last accessed 7/12/2020)
  17. 17.0 17.1 17.2 17.3 17.4 17.5 Page P. Cervicogenic headaches: an evidence-led approach to clinical management. Int J Sports Phys Ther. 2011; 6(3): 254-266.
  18. 18.0 18.1 Hall T, Chan HT, Christensen L, Odenthal B, Wells C, Robinson K. Efficacy of a C1-C2 self-sustained natural apophyseal glide (SNAG) in the management of cervicogenic headache. J Orthop Sports Phys Ther. 2007; 37(3): 100-107.
  19. 19.0 19.1 Jull GA, Falla D, Vicenzino B, Hodges PW. The effect of therapeutic exercise on activation of the deep cervical flexor muscles in people with chronic neck pain. Man Ther. 2009; 14(6): 696-701.
  20. 20.0 20.1 Bodes-Pardo G, Pecos-Martín D, Gallego-Izquierdo T, Salom-Moreno J, Fernández-de-Las-Peñas C, Ortega-Santiago R. Manual treatment for cervicogenic headache and active trigger point in the sternocleidomastoid muscle: a pilot randomized clinical trial. J Manipulative Physiol Ther. 2013; 36(7): 403-11.
  21. (P)Rehab. SNAGs for Cervicogenic Headaches. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=NPl3u2-dixE (last accessed 7/12/2020)
  22. Kocjan J. Effect of a C1-2 Mulligan sustained natural apophyseal glide (SNAG) in the treatment of cervicogenic headache. J of Education, Health, and Sport. 2015; 5(6): 79-87.
  23. BSR Physical Therapy. Craniocervical Flexion Exercise. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=okmuO_6TT0s (last accessed 6/12/2020)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles