Céphalée cervicogène – Région cervicale antérieure

Rédactrice originale Jess Bell Principales collaboratrices Jess Bell , Kim Jackson , Tarina van der Stockt , Ewa Jaraczewska , Vidya Acharya et Olajumoke Ogunleye

Introduction(edit | edit source)

Les céphalées cervicogènes sont principalement causées par un dysfonctionnement du rachis cervical supérieur. Cependant, les patients atteints de céphalée cervicogène sont également très susceptibles de souffrir de douleurs myofasciales liées à des points gâchettes résultant d’une hyperactivité des muscles antérieurs du cou (y compris le sternocléidomastoïdien) et d’une faiblesse des muscles fléchisseurs profonds du cou. (1) Il est donc important de tenir compte du rôle de la région cervicale antérieure lors de l’évaluation et de la prise en charge des patients atteints de céphalée cervicogène.

Pour plus d’informations sur le rôle du rachis cervical supérieur, veuillez cliquer ici.

Pour plus d’informations sur le rôle du trapèze supérieur, cliquez ici.

Muscle sternocléidomastoïdien(edit | edit source)

Le muscle sternocléidomastoïdien (SCM) s’étend du manubrium et de la partie médiale de la clavicule au processus mastoïde de l’os temporal. Le SCM a un certain nombre de fonctions, notamment la flexion latérale cervicale ipsilatérale et la rotation de la tête contraltérale (en cas de travail unilatéral). Lorsqu’il travaille de manière bilatérale, il participe à la flexion cervicale, à l’extension cervicale et de la tête, à l’élévation du sternum et de la clavicule et à l’expansion de la cage thoracique.(2)

Bien qu’il y ait un débat quant à l’implication spécifique du SCM dans la céphalée cervicogène, (3) ses points gâchettes présentent un patron de douleur référée similaire à celui observé dans la céphalée cervicogène.(1) La palpation du SCM peut recréer la céphalée cervicogène du patient.(1) (3) Les douleurs référées du SCM sont généralement situées au niveau de la tête et de la région orofaciale (principalement l’oreille et l’articulation temporo-mandibulaire), ainsi que dans les régions supra-orbitale et sous-occipitale.(4) La partie claviculaire profonde du muscle peut également entraîner une douleur référée derrière l’oreille et au-dessus de l’œil.(4) La vidéo suivante présente les points gâchettes les plus courants du SCM et leurs patrons de douleur référée (en anglais original).

(5)

Causes potentielles de dysfonctionnement cervical antérieur ( edit | edit source )

  • Mauvaise posture
  • Dysfonctionnement des fléchisseurs profonds du cou
  • Patron respiratoire déficient

Évaluation(edit | edit source)

Posture(edit | edit source)

Il est important d’évaluer la posture des patients présentant une céphalée cervicogène. Ce que l’on a appelé le syndrome croisé supérieur de Janda est un modèle postural couramment observé chez les patients souffrant de douleurs cervicales et de céphalées.(1) (6) Le syndrome croisé supérieur fait référence à un patron spécifique d’activation musculaire (en particulier dans les muscles cervicaux, du tronc et de la scapula) avec une altération des mouvements (c’est-à-dire de la dyskinésie scapulaire).(7)

Ces altérations de mouvement existent simultanément à des changements posturaux reconnus, notamment : (7) (8)

  • protraction de la tête vers l’avant;
  • enroulement des épaules;
  • augmentation de la cyphose thoracique.

Ces changements ont un impact sur la biomécanique des parties non contractiles du rachis cervical. En raison de ces changements, les personnes qui ont une posture de type croisé supérieur ont généralement des muscles cervicaux plus actifs (ou suractifs) pour assurer la stabilité cervicale.(8)

Les changements courants associés à la posture de type croisé supérieur sont : (1) (3) (8)

  • une inhibition des fléchisseurs profonds du cou (voir ci-dessous);
  • une hyperactivité ou des raideurs des muscles pectoraux;
  • une hyperactivité du trapèze supérieur;
  • une inhibition du trapèze inférieur et du grand dentelé.

La vidéo suivante décrit la posture croisée supérieure de Janda (en anglais original).

(9)

Fléchisseurs profonds du cou ( edit | edit source )

La céphalée cervicogène et les douleurs cervicales sont souvent associées à une faiblesse ou à une inhibition des fléchisseurs profonds du cou. (3) Pour évaluer la force et l’endurance des fléchisseurs profonds du cou, le patient peut se positionner en décubitus dorsal, genoux fléchis. On demande ensuite au patient de lever la tête et de regarder ses orteils. Un test normal se traduit par une inversion en douceur de la lordose cervicale et le menton reste rentré. Si le patient présente une faiblesse des fléchisseurs profonds du cou, le SCM a tendance à compenser. (1) Le patient peut également faire une protraction du menton au début du mouvement. (1)

Le test de flexion crâniocervicale, décrit par Jull et ses collègues, permet également d’évaluer la force des fléchisseurs profonds du cou.(1) Il s’agit d’une mesure fiable de la performance des fléchisseurs profonds du cou.(10) Au cours de ce test, il a été constaté qu’une plus grande activation des muscles fléchisseurs superficiels indique une réduction de l’activité des fléchisseurs profonds du cou.(11)

Il est cependant basé sur l’utilisation d’un brassard gonflable (rétroaction biologique). Le brassard est placé sous le cou du patient en décubitus dorsal. Le patient est invité à faire un hochement de la tête et à maintenir la pression visée sur le brassard. On commence par une pression de 20 mm Hg sur le brassard, que l’on progresse en augmentant de 2 mm Hg sur cinq niveaux. Le test est terminé si ou lorsque le patient effectue une flexion crâniocervicale tout en maintenant 30 mm Hg.(1)

Lors de ces tests, il est important de rechercher l’activité du SCM pendant le mouvement de hochement de tête. Normalement, le SCM ne devrait pas s’activer lors d’un mouvement de hochement de tête.(3) Falla et ses collègues ont démontré, grâce à une évaluation du mouvement par EMG, que les personnes ne souffrant pas de douleurs cervicales avaient une activité musculaire du SCM et des scalènes moins importante pendant ce mouvement que les personnes souffrant de douleurs cervicales.(12) L’activation du SCM augmentait au fur et à mesure que le degré de flexion augmentait.(12) Les personnes dont les fléchisseurs profonds du cou sont inhibés développent généralement une hypertonie ou une hyperactivité du SCM.(3)

Patron respiratoire ( edit | edit source )

Il est reconnu qu’il existe une relation entre les désordres du patron respiratoire, la douleur et les déficits du contrôle moteur. (13) Les patients souffrant de douleurs cervicales présentent souvent divers déficits musculosquelettiques et des dysfonctionnements respiratoires, (14) il est donc important d’évaluer le patron respiratoire des patients souffrant de douleurs cervicales et de céphalées cervicogènes. (3)

Une respiration typique au repos devrait être nasale et abdominale. (15) Seuls le diaphragme et les muscles intercostaux doivent être actifs lors d’une inspiration calme.(16) Pendant l’expiration calme, la cage thoracique et la paroi thoracique se détendent et reviennent à leur position initiale, tandis que le diaphragme se détend et se soulève. Ce mouvement fait sortir l’air des poumons. (17) Cependant, ce patron peut être perturbé par plusieurs facteurs (y compris la respiration buccale chronique, les facteurs environnementaux, le stress, les hormones, etc. (15) Ces facteurs sont examinés plus en détail ici.

Une évaluation complète de la respiration est décrite ici, mais lors de l’évaluation des patrons respiratoires, il est important de se rappeler que : (15)

  • les mouvements doivent être réguliers;
  • l’expiration doit être légèrement plus longue que l’inspiration;
  • il doit y avoir une légère pause à la fin de l’expiration;
  • la respiration est nasale et abdominale au repos;
  • la fréquence respiratoire normale d’un adulte est de 10 à 14 respirations par minute.

Il est également important de noter que les patients souffrant de cervicalgie chronique et d’inhibition des fléchisseurs profonds du cou présentent souvent une hyperactivité des muscles respiratoires accessoires (y compris le SCM et les scalènes). (1) L’adoption d’une respiration thoracique haute augmentera le déséquilibre de ces muscles à chaque respiration. (1)

Traitement(edit | edit source)

Fléchisseurs profonds du cou ( edit | edit source )

Les programmes d’exercices crâniocervicaux à faible charge, qui se concentrent spécifiquement sur le contrôle moteur des fléchisseurs profonds du cou, se sont révélés bénéfiques pour les douleurs cervicales et les céphalées.(3) En particulier, Jull et ses collègues ont constaté que la pratique d’exercices de flexion crâniocervicale pendant six semaines était aussi efficace que la manipulation vertébrale pour réduire la douleur cervicale et la fréquence et l’intensité des céphalées pendant une période allant jusqu’à un an.(18)

Ces exercices sont généralement effectués à l’aide d’une forme de rétroaction biologique par capteur de pression. Différents protocoles sont discutés ici, mais on demande généralement aux patients d’effectuer une flexion crâniocervicale (c’est-à-dire un hochement de tête), en visant une pression cible de 20 mm Hg. Ils progressent ensuite jusqu’à environ 30 mm Hg. (3) Pendant l’exécution des exercices, il peut être utile de conseiller aux patients de ne pas : (3)

  • soulever la tête de la table;
  • laisser retomber la tête sur la table;
  • surutiliser les SCM et les scalènes antérieurs.

Le nombre de répétitions et la durée de la contraction varient d’une étude à l’autre. Néanmoins, on demande généralement aux patients de maintenir la flexion crâniocervicale pendant deux à dix secondes, suivies d’une période de repos. La pression cible est ensuite augmentée par paliers de 2 mm Hg. (19) (18)

Si les thérapeutes n’ont pas accès à un appareil de biofeedback, il est possible de demander aux patients de palper leur SCM tout en effectuant l’exercice de hochement de la tête. Les patients pourront sentir si leurs SCM s’activent et s’en servir comme guide pour savoir s’ils effectuent l’exercice correctement (c’est-à-dire en essayant d’éviter l’activation des SCM).(3)

La vidéo facultative suivante montre comment rééduquer les fléchisseurs profonds du cou (en anglais original).

(20)

NB. : Bien que les fléchisseurs profonds du cou soient souvent faibles, il peut être bénéfique d’identifier initialement d’autres dysfonctionnements contribuant aux déséquilibres musculaires et de se concentrer sur ceux-ci. Ari Kaplan note que certains patients peuvent sembler avoir une faiblesse lors des tests musculaires. Néanmoins, lorsque d’autres dysfonctionnements (tels que l’hypomobilité ou les points gâchettes du SCM) sont traités, l’activation des fléchisseurs profonds du cou s’améliore lorsque l’on refait le test, car les patients sont moins inhibés par la douleur.(3)

Respiration(edit | edit source)

Comme nous l’avons vu ici, il existe peu de recherches sur la relation entre la respiration et les céphalées. Cependant, certaines données suggèrent que la respiration diaphragmatique aide à réduire la détresse psychologique, laquelle est souvent associée aux céphalées.(21) (22) (23) Elle se produit par la modulation de la fonction nerveuse autonome. (24) De plus, lorsque les patients adoptent un mode de respiration thoracique haut, ils sollicitent excessivement leurs muscles respiratoires accessoires (SCM et scalènes).(1)(3) Ainsi, la rééducation respiratoire peut avoir un impact positif sur l’hyperactivité du SCM.

La rééducation du patron respiratoire est abordée en détail ici, mais voici quelques indications et repères pour le patient : (3)

  • En position couchée sur le dos : placer une main sur le ventre et le sentir monter et descendre (c’est-à-dire avoir une rétroaction tactile).
  • Si le patient ne parvient pas à respirer de manière diaphragmatique avec cette rétroaction, il est possible de placer une petite résistance (par exemple un petit poids ou une bande élastique) au niveau du ventre. Cela peut faciliter le mouvement des côtes inférieures et du ventre.

La vidéo suivante, destinée aux patients, offre un résumé utile de la manière de rééduquer le patron respiratoire, en commençant par la position couchée sur le dos. Elle aborde également des détails tels que la dyspnée et la façon dont les désordres du patron respiratoire peuvent se développer (en anglais original).

(25)

Consolidation(edit | edit source)

Consolidation de la posture ( edit | edit source )

Les interventions posturales ne sont pas conçues pour forcer les patients à adopter une posture « optimale » tout au long de la journée. Les patients doivent pouvoir se détendre et se déplacer sans contrainte. (3) Toutefois, certaines stratégies visant à contrer la protraction de la tête peuvent inclure : (3)

Les vidéos suivantes montrent quelques techniques de bandages thérapeutiques qui peuvent être utilisées pour aider au maintien postural (en anglais original).

Fléchisseurs profonds du cou ( edit | edit source )

Pour consolider les améliorations de la force des fléchisseurs profonds du cou, ces exercices peuvent être effectués dans d’autres positions fonctionnelles, par exemple en position debout ou en effectuant d’autres exercices (par exemple, des planches, du rameur).(3)

Respiration(edit | edit source)

La rééducation respiratoire peut également être pratiquée dans d’autres positions et au cours d’activités fonctionnelles afin d’en assurer le maintien.(3)

Résumé(edit | edit source)

  • Les structures de la partie antérieure du cou peuvent avoir un impact significatif sur la céphalée cervicogène, même si elles ne sont pas spécifiquement à l’origine de cette forme de céphalée.
  • L’évaluation de la région cervicale antérieure devrait comprendre les éléments suivants :
    • la posture;
    • les fléchisseurs profonds du cou;
    • le patron respiratoire.
  • Tout dysfonctionnement devrait être pris en charge afin d’améliorer les résultats chez les patients céphalées cervicogènes.

Références(edit | edit source)

  1. 1.00 1.01 1.02 1.03 1.04 1.05 1.06 1.07 1.08 1.09 1.10 1.11 Page P. Cervicogenic headaches: an evidence-led approach to clinical management. Int J Sports Phys Ther. 2011; 6(3): 254-66.
  2. Physiopedia. Functional Anatomy of the Cervical Spine.
  3. 3.00 3.01 3.02 3.03 3.04 3.05 3.06 3.07 3.08 3.09 3.10 3.11 3.12 3.13 3.14 3.15 3.16 3.17 Kaplan A. Cervicogenic Headaches – Anterior Neck Course. Plus, 2020.
  4. 4.0 4.1 Cook S, Moule AJ, Diagnosing Pain Referral from Neck and Shoulders. In: Moule AJ, Hicks ML, editors. Diagnosing Dental and Orofacial Pain: A Clinical Manual. Chichester: John Wiley & Sons, Ltd, 2016. p89-95.
  5. NAT Education. Sternocleidomastoid Muscle (SCM) Trigger Points. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=kOYm9xZMCdg (last accessed 22/12/2020)
  6. Solakoğlu Ö, Yalçın P, Dinçer G. The effects of forward head posture on expiratory muscle strength in chronic neck pain patients: A cross-sectional study. Turk J Phys Med Rehabil. 2020 May 18;66(2):161-168.
  7. 7.0 7.1 Seidi F, Bayattork M, Minoonejad H, Andersen LL, Page P. Comprehensive corrective exercise program improves alignment, muscle activation and movement pattern of men with upper crossed syndrome: randomized controlled trial. Sci Rep. 2020; 10(1): 20688.
  8. 8.0 8.1 8.2 Arshadi R, Ghasemi GA, Samadi H. Effects of an 8-week selective corrective exercises program on electromyography activity of scapular and neck muscles in persons with upper crossed syndrome: Randomized controlled trial. Phys Ther Sport. 2019; 37: 113-9.
  9. NAT Education. Posture – Upper Crossed Pattern Syndrome. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=dz_QiWVEsbM (last accessed 24/12/2020)
  10. Falla D, Jull G, Dall’Alba P, Rainoldi A, Merletti R. An electromyographic analysis of the deep cervical flexor muscles in performance of craniocervical flexion. Phys Ther. 2003; 83(10): 899-906.
  11. Jull G, Falla D. Does increase superficial neck flexor activity in the craniocervical flexion test reflect reduced deep flexor activity in people with neck pain? Man Ther. 2016; 25: 43-7.
  12. 12.0 12.1 Falla DL, Jull GA, Hodges PW. Patients with neck pain demonstrate reduced electromyographic activity of the deep cervical flexor muscles during the performance of the craniocervical flexion test. Spine (Phila Pa 1976). 2004; 29(19): 2108-14.
  13. Bradley H, Esformes J. Breathing pattern disorders and functional movement. Int J Sports Phys Ther. 2014 Feb;9(1):28-39.
  14. Wirth B, Amstalden M, Perk M, Boutellier U, Humphreys BK. Respiratory dysfunction in patients with chronic neck pain – influence of thoracic spine and chest mobility. Man Ther. 2014 Oct;19(5):440-4.
  15. 15.0 15.1 15.2 Clifton-Smith T. The Science of Breathing Well Course. Plus. » 2020.
  16. Clifton-Smith T. How We Breathe Course. Plus. » 2020.
  17. Bains KNS, Kashyap S, Lappin SL. Anatomy, Thorax, Diaphragm. (Updated 2020 Apr 21). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2020 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK519558/
  18. 18.0 18.1 Jull GA, Falla D, Vicenzino B, Hodges PW. The effect of therapeutic exercise on activation of the deep cervical flexor muscles in people with chronic neck pain. Man Ther. 2009; 14(6): 696-701.
  19. Park SK, Yang DJ, Kim JH, Heo JW, Uhm YH, Yoon JH. Analysis of mechanical properties of cervical muscles in patients with cervicogenic headache. J Phys Ther Sci. 2017; 29(2): 332-5.
  20. BSR Physical Therapy. Craniocervical Flexion Exercise. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=okmuO_6TT0s (last accessed 6/12/2020)
  21. Kristoffersen ES, Aaseth K, Grande RB, Lundqvist C, Russell MB. Psychological distress, neuroticism and disability associated with secondary chronic headache in the general population – the Akershus study of chronic headache. J Headache Pain. 2018;19(1):62.
  22. Mia X, Yue Z-Q, Gong Z-Q, Zhang H, Duan N-Y, Shi Y-T, Wei G-X, Li Y-F. The Effect of Diaphragmatic Breathing on Attention, Negative Affect and Stress in Healthy Adults. Front Psychol. 2017; 8: 874.
  23. Hopper SI, Murray SL, Ferrara LR, Singleton JK. Effectiveness of diaphragmatic breathing for reducing physiological and psychological stress in adults: a quantitative systematic review. JBI Database System Rev Implement Rep. 2019; 17(9): 1855-76.
  24. Hamasaki H. Effects of Diaphragmatic Breathing on Health: A Narrative Review. Medicines (Basel). 2020 Oct 15;7(10):65.
  25. University College London Hospitals NHS Foundation Trust. How to retrain your breathing | Part 1 | Asthma, long covid or breathlessness. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=k9-8AG3sUi4 (last accessed 18/10/2023)
  26. John Gibbons. Athletic Taping to control Posture and reduce Back and Neck Pain! Available from: https://www.youtube.com/watch?v=xLbFtLBxHK0 (last accessed 24/12/2020)
  27. John Gibbons. Try this Kinesiology Taping technique for poor posture – it is incredible. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=996cC3ovLEQ&t=10s (last accessed 24/12/2020)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles