Les lésions de la plaque plantaire

Éditeur original Ewa Jaraczewska d’après le cours de Helene Simpson
Principaux contributeursEwa Jaraczewska et Jess Bell

Introduction(edit | edit source)

Le complexe de la plaque plantaire est essentiel pour la mécanique du pied. (1) Il comprend l’aspect plantaire de la première articulation métatarso-phalangienne. Il assure la stabilité dynamique et statique de l’articulation tout en protégeant les surfaces articulaires de celle-ci. (1) Les plaques plantaires des autres orteils assurent également la stabilité des articulations et la protection des surfaces articulaires. Lorsqu’ils abordent les pathologies de la plaque plantaire, les cliniciens doivent reconnaître deux catégories de blessures : les lésions de la première articulation métatarso-phalangienne (du gros orteil) et les lésions des articulations métatarso-phalangiennes des deuxième au cinquième orteil.(2)

Plaque plantaire

Anatomie cliniquement pertinente ( éditer | source d’édition )

Le complexe de la plaque plantaire a une attache distale épaisse à la base des phalanges proximales au niveau des pieds. La fine attache proximale s’étend jusqu’à la jonction tête-col métatarsienne ou jusqu’au ligament intersésamoïdien. Elle est inséparable de la capsule plantaire, des ligaments et des structures musculotendineuses. Elle fournit un système d’amortissement pour les têtes métatarsiennes et les empêche de glisser vers le sol. (3) (1) Les plaques plantaires des quatre derniers orteils sont un seul épaississement capsulaire fibrocartilagineux dominant et s’étendent de la tête métatarsienne à la base de la phalange proximale à chaque articulation.

Le complexe de la plaque plantaire est un coussinet fibrocartilagineux qui se compose de trois parties : osseuse, ligamentaire et musculotendineuse. (2)

La partie osseuse comprend :

La partie ligamentaire comprend :

  • Les ligaments sésamoïdes phalangiens : les ligaments les plus épais de la première articulation métatarso-phalangienne. Ils empêchent la subluxation proximal des os sésamoïdes lors de l’hyperextension pendant la marche ou la course(1)
  • Le ligament intersésamoïdien : des faisceaux transversaux de fibres de collagène reliant les deux os sésamoïdes(1)
  • Les ligaments métatarso-samoidiens appariés : sont aussi appelés ligaments suspenseurs. Leur rôle est d’aider à la stabilisation des os sésamoïdes(1)

La partie musculotendineuse se compose des éléments suivants :

Les structures de soutien du complexe de la plaque plantaire incluent :

  • Les ligaments métatarso-phalangiens médial et latéral (ligaments collatéraux) :
    • Ils ne font pas partie du complexe de la plaque plantaire
    • Ils agissent comme stabilisateurs statiques lorsque des forces en valgus ou varus sont appliquées
  • Le long extenseur de l’hallux et le court extenseur de l’hallux :
    • Sont des stabilisateurs dynamiques lors de la flexion plantaire
  • Le fascia plantaire
    • La plaque plantaire est attachée à la composante centrale de l’aponévrose plantaire et peut être considérée comme une extension distale de l’aponévrose plantaire(4)

La plaque plantaire est vascularisée par le réseau vasculaire des tissus mous environnants ; cependant, la partie médiane de la plaque plantaire n’est pas suffisamment vascularisée.(5)

Lésion de la plaque plantaire

Mécanisme de la lésion / Processus pathologique ( éditer | source d’édition )

Le complexe de la plaque plantaire de la première articulation MTP peut être blessé après un traumatisme aigu ou par un processus chronique et dégénératif.

  • Traumatisme aigu
    • Lésions ostéochondrales des os sésamoïdes : (1)
      • Sésamoïdite : affection douloureuse et inflammatoire en phase aiguë, avec sclérose en phase chronique
      • Fractures du sésamoïde
      • Diastase d’ostéonécrose d’un sésamoïde bipartite
      • Lésions chondrales avec fragments ostéochondraux détachés
    • Hyperextension de l’articulation entraînant une lésion des ligaments sésamoïdes phalangiens (2)
      • La lésion communément appelée  »turf toe » est une lésion de la première articulation métatarso-phalangienne (MTP). Elle survient lors d’une hyperextension de l’articulation MTP, avec un équin fixe au niveau de la cheville. Lorsqu’elle n’est pas reconnue, elle peut devenir une affection débilitante accompagnée d’une douleur persistante, d’une déformation progressive et d’une dégénérescence de l’articulation. Pour en savoir plus sur le turf toe, cliquez ici.
    • Lésions de la surface articulaire de la phalange proximale et de la tête métatarsienne
      • Causée par une charge accrue sur la tête métatarsienne en position d’extension de l’articulation métatarso-phalangienne (3)
    • Sauter par terre d’une certaine hauteur (3)
    • Blessures souvent observées chez les danseurs ou les sprinters (c’est-à-dire les athlètes qui travaillent beaucoup l’avant-pied) (3)
  • D’autres pathologies du pied qui surchargent l’articulation MTP et provoquent des lésions de la plaque plantaire comprennent :
    • La pronation excessive
    • Un premier métatarsien court
    • Un deuxième métatarsien long

Les lésions les plus courantes des plaques plantaires des quatre derniers orteils comprennent les deuxième et troisième plaques plantaires des articulations MTP. Les pathologies sont :

  • La dégénérescence (épaississement de la plaque)
  • Le déchirement d’une partie de l’épaisseur
  • Le déchirement complet (défaut au niveau de l’insertion de la plaque)

Présentation clinique ( éditer | source d’édition )

Les signes et symptômes suivants peuvent indiquer des lésions de la plaque plantaire :

  • Apparition d’une douleur et d’une sensibilité persistantes, constantes et liées à l’activité au niveau des têtes métatarsiennes (avant-pied) (6) (7) (8) (9)
  • Gonflement sous la plante du pied qui s’étend vers les orteils(3)
  • Symptômes similaires aux syndromes de compression des nerfs plantaires des orteils, à la suite d’un microtraumatisme ou d’une lésion occupant l’espace. Les symptômes incluent une sensibilité du talon et de l’arche plantaire médiale et un engourdissement le long de la partie médiale plantaire du pied(10)
  • Élargissement de l’espace interdigital : Le signe de l’écartement des orteils (signe de Churchill) – c’est-à-dire qu’il y a un plus grand écartement entre le 2e et le 3e orteil.(11)

Signe de Churchill

  • Perte du contact avec le sol : incapacité des orteils à toucher le sol normalement(12)
  • Présence de déformations mineures des orteils : élévation dorsale, orteil croisé, pronation ou supination(12)

Procédures de diagnostic ( modifier | source d’édition )

Pour confirmer les blessures de la plaque plantaire, les procédures diagnostiques suivantes sont recommandées :

  • Radiographie : réalisée en position debout pour visualiser les métatarsiens glissés vers le sol
  • Échographie : considérée comme un outil de première ligne pour localiser et caractériser rapidement et précisément les pathologies de l’avant-pied.(8) L’utilisation de techniques d’échographie statique et dynamique est courante pour évaluer la pathologie de la plaque plantaire, l’évaluation dynamique offrant une plus grande sensibilité.(13) Un défaut partiel ou complet de la plaque plantaire est la présentation la plus courante d’une déchirure de la plaque plantaire qui peut être facilement détectée par échographie(14)
  • Tomodensitométrie (CT scan) : peut être utilisée dans les situations difficiles où une intervention chirurgicale est nécessaire pour traiter une lésion de la plaque plantaire. Il s’agit d’une procédure diagnostique de choix en présence de signes et de symptômes de lésions des tissus mous(3)
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM) : très précise pour le diagnostic des lésions de la plaque plantaire. C’est une procédure privilégiée pour différencier une blessure de la plaque plantaire d’un névrome de Morton (3) (2)

Évaluation(edit | edit source)

Entretien(edit | edit source)

Le recueil des antécédents du patient est un excellent point de référence. (3) Le patient doit être interrogé sur les points suivants :

  • Facteurs prédisposants (par exemple, le port de talons hauts)
  • Activités et habitudes associées à l’affection (traumatismes liés au sport, danseurs professionnels)
  • Antécédents de port d’orthèses

Observation / Palpation(edit | edit source)

L’observation doit être complétée avec le patient en position debout pour déterminer la direction du déplacement de la mise en charge, la présence d’anomalies ou de déviations des petits orteils, ou une augmentation de l’espace entre les orteils. (3) Ensuite, le clinicien doit observer pendant que le patient prend la position tenue sur une jambe. De plus, le patient peut signaler : (12)

  • Des antécédents de douleur aiguë dans les articulations MTP des quatre derniers orteils
  • Une sensation de gonflement local

Tests(edit | edit source)

  • Un test de tiroir antéro-postérieur positif ( test de Lachman modifié). Le clinicien stabilise l’orteil du patient au niveau du métatarse et exerce un test de tiroir sur les phalanges proximales. Un léger claquement peut être entendu lorsque l’articulation se subluxe en direction plantaire. Ce test est considéré comme l’outil le plus fiable et le plus précis pour classifier une lésion de la plaque plantaire. Thompson et Hamilton (15) ont proposé un système de classification basé sur le niveau de subluxation de la phalange proximale : (12)
    • G0 : articulation stable. La douleur est présente, mais pas de déformation de l’articulation
    • G1 : instabilité légère (subluxation < 50%) caractérisée par un élargissement de l’espace entre les orteils et un déplacement médial. Douleur et oedème articulaires
    • G2 : instabilité modérée (subluxation > 50%) avec déformation médiale, latérale, dorsale ou dorsomédiale et hyperextension des orteils. Douleur articulaire avec peu ou pas d’oedème
    • G3 : instabilité sévère (luxation articulaire possible) : déformation dorsale ou dorsomédiale avec le deuxième orteil chevauchant l’hallux. Une attitude en griffe flexible de l’orteil peut être présente. Douleur articulaire et douleur au pied, peu ou pas d’œdème
    • G4 : articulation luxée : déformation grave et orteil en griffe fixe. Douleur articulaire et douleur au pied, peu ou pas d’œdème
  • Un plantar grip test ou test de  » tirage de papier  » négatif : ce test est évalué à l’aide d’une bande de papier de 8 cm x 1 cm placée sous le 2e orteil du patient debout. Le patient est incapable de « saisir » le papier
  • Un test du guindeau inversé positif : Le patient est debout sur la petite boîte, les métatarses étant appuyés sur le bord de la boîte. Pas de pathologie : le mécanisme du guindeau assure une flexion plantaire de la phalange proximale sur le bord de la boîte. Pathologie : absence de flexion plantaire des orteils
  • Un test manuel de force musculaire pour les muscles intrinsèques du pied et le long fléchisseur des orteils (flexion plantaire des orteils)

Traitement / Interventions ( éditer | modifier la source )

Le traitement conservateur d’une lésion de la plaque plantaire doit faire appel à une approche holistique, qui aborde le type de chaussures portées, le soutien local du pied, la force et la mobilité locales et globales (du pied et de la jambe), ainsi qu’une évaluation de la posture.

Le type de chaussures portées : ne pas marcher pieds nus, pas de talons hauts, pas de chaussures souples de type minimaliste, comme les chaussures à bout ouvert ou les tongs. Nous recommandons plutôt une chaussure à semelle rigide, une botte rigide ou une chaussure rocker (à semelle berceau) avec une semelle intérieure souple.

Soutien local du pied : il peut s’agir d’orthèses personnalisées, de tapings ou d’écarteurs d’orteils.

  • Les orthèses personnalisées comportent généralement un coussinet métatarsien.

Coussinet métatarsien

  • Les redresseurs et entretoises d’orteils maintiennent les orteils écartés

Entretoises d’orteil

  • Taping pour décharger les têtes métatarsiennes
    • Kinésiotaping : méthode de la petite fourchette

Kinesiotaping pour les lésions de la plaque plantaire

  • Taping en ruban : bandes minces de tape adhésif en tissu posés de façon à limiter l’extension au niveau de la deuxième MTP

(16)

  • Force et mobilité locales et globales : mobilisation du médio-pied, renforcement des muscles intrinsèques du pied et des fléchisseurs plantaires des orteils, amélioration du contrôle neuromusculaire au niveau du bassin et de la hanche. (17)

Exercices de renforcement des muscles intrinsèques du pied

Autres interventions ( éditer | source d’édition )

  • Thérapie par ondes de choc (18)
  • Injections de cortisone – attention : peut affaiblir la plaque plantaire
  • Chirurgie – la chirurgie est complexe et le rétablissement est lent

Ressources(edit | edit source)

  1. Turf toe
  2. Yamada AF, Crema MD, Nery C, Baumfeld D, Mann TS, Skaf AY, Fernandes ADRC. Second and Third Metatarsophalangeal Plantar Plate Tears: Diagnostic Performance of Direct and Indirect MRI Features Using Surgical Findings as the Reference Standard. AJR Am J Roentgenol. 2017 Aug;209(2):W100-W108.
  3. Understanding The Biomechanics Of Plantar Plate Injuries

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7 1.8 1.9 Hallinan JTPD, Statum SM, Huang BK, Bezerra HG, Garcia DAL, Bydder GM, Chung CB. High-Resolution MRI of the First Metatarsophalangeal Joint: Gross Anatomy and Injury Characterization. Radiographics. 2020 Jul-Aug;40(4):1107-1124.
  2. 2.0 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 Gyftopoulos S, Woertler K. Ankle and foot. Musculoskeletal Diseases 2021-2024. 2021:107-20.
  3. 3.0 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 3.7 3.8 Simpson H. Plantar Plate Injuries Course. Plus 2022
  4. Chen DW, Li B, Aubeeluck A, Yang YF, Huang YG, Zhou JQ, Yu GR. Anatomy and biomechanical properties of the plantar aponeurosis: a cadaveric study. PLoS One. 2014 Jan 2;9(1):e84347.
  5. Finney FT, McPheters A, Singer NV, Scott JC, Jepsen KJ, Holmes JR, Talusan PG. Microvasculature of the Plantar Plate Using Nano–Computed Tomography. Foot & ankle international. 2019 Apr;40(4):457-64.
  6. Pelly T, Holme T, Tahir MA, Kunasingam K. Forefoot pain. BMJ. 2020 Oct 9;371.
  7. Lai SH, Tang CQ, Thevendran G. Forefoot Injuries in Sports. Journal of Foot and Ankle Surgery (Asia Pacific). 2020 Jul;7(2):51.
  8. 8.0 8.1 Chen X, Zhou G, Xue H, Wang R, Bird S, Sun D, Cui L. High-Resolution Ultrasound of the Forefoot and Common Pathologies. Diagnostics (Basel). 2022 Jun 24;12(7):1541.
  9. Klein EE, Weil L Jr, Weil LS Sr, Coughlin MJ, Knight J. Clinical examination of plantar plate abnormality: a diagnostic perspective. Foot Ankle Int. 2013 Jun;34(6):800-4.
  10. Feger J. Medial plantar nerve entrapment. Reference article, Radiopaedia.org. (accessed on 19 Oct 2022)
  11. Nery C, Coughlin MJ, Baumfeld D, Raduan FC, Mann TS, Catena F. Classification of metatarsophalangeal joint plantar plate injuries: history and physical examination variables. Journal of Surgical Orthopaedic Advances. 2014 Jan 1;23(4):214-23.
  12. 12.0 12.1 12.2 12.3 Nery C, Coughlin M, Baumfeld D, Raduan F, Mann TS, Catena F. How to classify plantar plate injuries: parameters from history and physical examination. Rev Bras Ortop. 2015 Oct 26;50(6):720-8.
  13. Feuerstein CA, Weil L Jr, Weil LS Sr, Klein EE, Fleischer A, Argerakis NG. Static Versus Dynamic Musculoskeletal Ultrasound for Detection of Plantar Plate Pathology. Foot Ankle Spec. 2014 Aug 1;7(4):259-265.
  14. Albright RH, Brooks B, Chingre M, Klein EE, Weil Jr LS, Fleischer AE. Diagnostic accuracy of magnetic resonance imaging (MRI) versus dynamic ultrasound for plantar plate injuries: A systematic review and meta-analysis. European Journal of Radiology. 2022 Apr 30:110315.
  15. Thompson FM, Hamilton WG. Problems of the second metatarsophalangeal joint. Orthopaedics. 1987 Jan;10(1):83-9.
  16. Kevin Kirby. Plantarflexion Taping for Plantar Plate Tears. 2016. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=meUFV2UQyf8 (last accessed 10/10/2022)
  17. Ojofeitimi S, Bronner S, Becica L. Conservative management of second metatarsophalangeal joint instability in a professional dancer: a case report. Journal of orthopaedic & sports physical therapy. 2016 Feb;46(2):114-23.
  18. Labbad ZG, Love E, Shah DN, Kihira Y, Greensberg V. Treatment of lesser metatarsophalangeal joint plantar plate tear via Extracorporeal Pulse Activation Technology (EPAT) with MRI Follow-up: A case report. The Foot and Ankle Online Journal 2020; 13(2): 5. Available from http://faoj.org/2020/07/31/treatment-of-lesser-metatarsophalangeal-joint-plantar-plate-tear-via-extracorporeal-pulse-activation-technology-epat-with-mri-follow-up-a-case-report/ (last access 10.10.2022)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles