Promotion de l’activité physique pour les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière

Éditeur original Tarina van der Stockt

Principaux contributeursEwa Jaraczewska, Tarina van der Stockt, Kim Jackson et Jess Bell

Introduction(edit | edit source)

Il est essentiel que les personnes souffrant d’une lésion de la moelle épinière soient physiquement actives pour rester en bonne santé et éviter les comorbidités. Toutefois, après leur sortie de l’hôpital, les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière sont relativement inactives, jusqu’à 50 % d’entre elles étant complètement sédentaires.(1) Le rôle de la réadaptation en tant que stratégie de réintégration dans la communauté est de permettre à l’individu d’atteindre « le niveau de participation le plus élevé possible » et de retrouver « la vie qu’il souhaite dans la mesure où son handicap le lui permet ».(1) (2)

Promouvoir l’activité physique ( éditer | éditer la source )

La promotion de l’activité physique est une partie importante de l’éducation faisant partie de la réadaptation des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière. Malheureusement, les personnes atteintes d’une lésions de la moelle épinière perçoivent de nombreux obstacles à l’activité physique, notamment le temps, et l’énergie nécessaires, le manque de motivation et de connaissances sur ce qu’il faut faire ainsi que où faire de l’exercice.(1) Une étude menée auprès de 73 personnes atteintes de lésions de la moelle épinière au Québec (Canada) a montré que 43 % des participants ont déclaré n’avoir fait aucune activité physique (0 minutes). Une autre étude a examiné l’activité physique de 277 personnes atteintes d’une lésions de la moelle épinière et a constaté que 48 % d’entre elles ne pratiquaient aucune forme d’activité physique.(3)

Une étude empirique a examiné les croyances des physiothérapeutes sur l’activité physique pour les personnes atteintes d’une lésions de la moelle épinière et les actions des physiothérapeutes en ce qui concerne la promotion de l’activité physique au cours de leur réadaptation et dans la communauté. Les auteurs ont constaté que les physiothérapeutes reconnaissent l’importance de l’activité physique pour les personnes atteintes d’une lésions de la moelle épinière, mais que la promotion de l’activité physique est essentiellement absente de milieux de réadaptation des personnes atteintes d’une lésions de la moelle épinière, ceci au Royaume-Uni et en Irlande. Sa promotion a été jugée incohérente, et les raisons suivantes ont été invoquées : (1)

  1. Formation insuffisante en matière d’activité physique et lésions de la moelle épinière
  2. Incertitude quant au rôle de promotion de l’activité physique du physiothérapeute au sein de l’équipe multidisciplinaire
  3. Manque de ressources au sein des milieux de réadaptation et de la communauté
  4. Les convictions d’un physiothérapeute ne peuvent pas modifier le comportement des individus, comme leur motivation à faire de l’exercice.
  5. Les physiothérapeutes doivent également réfléchir à leurs propres opinions et préjugés sur ce qui constitue une bonne vie et le bien-être afin d’éviter de refléter leurs croyances sur le patient. (1)

Intégration communautaire après la sortie de l’hôpital ( éditer | edit source )

Dans le cadre de la réadaptation des personnes souffrant de lésions de la moelle épinière, l’espoir joue un rôle important dans la manière dont les personnes s’adaptent à leur vie et participent aux activités qui les rapprochent de leurs objectifs. Toutefois, si des problèmes de santé ou d’environnement continuent d’affecter les personnes atteintes d’une lésions de la moelle épinière, leur capacité à s’auto-motiver et à rechercher des activités peut être sérieusement remise en question.(4) C’est pourquoi l’accès aux services de santé et au soutien de la communauté est si important pour aider à respecter les directives d’activité physique recommandées pour les personnes atteintes d’une lésions de la moelle épinière.(3)

Préparation à la sortie vers le domicile et la communauté ( éditer | modifier la source )

Le point de vue du patient sur sa préparation à la sortie de l’hôpital après une lésion de la moelle épinière se compose de quatre attributs : l’état personnel, la capacité d’adaptation, les connaissances et l’attente d’un soutien. Les problèmes de santé secondaires et la capacité d’adaptation sont des obstacles personnels qui limitent l’intégration complète dans la communauté pour les personnes atteintes d’une lésions de la moelle épinière. Les barrières sociales et environnementales peuvent conduire à l’isolement et retarder d’autres formes de réintégration dans la communauté, telles que le travail et les activités de loisirs.(7)

Obstacles sanitaires et personnels à l’intégration communautaire ( éditer | éditer la source )

Les lésions de la moelle épinière peuvent directement ou indirectement entraîner l’apparition de problèmes de santé secondaires, nécessitant souvent une intervention médicale et une réhospitalisation. Les infections urinaires et les escarres font partie des problèmes de santé nécessitant une admission à l’hôpital. D’autres complications concernent le système respiratoire et le système gastro-intestinal. (8) Les obstacles sanitaires à la réinsertion dans la communauté les plus importants sont les suivants : douleur, vessie neurogène, spasticité, contracture et problèmes de sommeil. De plus, un équipement inapproprié, un manque d’équipement et une défaillance de l’équipement peuvent réduire la participation à la vie communautaire des personnes atteintes d’une lésions de la moelle épinière.(9)

Les personnes souffrant d’une lésion de la moelle épinière font souvent état d’un sentiment d’isolement et de solitude après leur sortie de l’hôpital. Cela peut contraster de manière significative avec l’amitié qu’ils partagent avec les autres patients au cours de leur séjour à l’hôpital.

Obstacles sociaux et environnementaux à l’intégration communautaire ( éditer | éditer la source )

Le manque de soutien psychologique et les réactions des gens face à une lésion de la moelle épinière affectent considérablement leur adaptation à leur nouvelle vie. (10) Les facteurs environnementaux et sociaux sont considérés comme essentiels pour la participation à l’activité physique des personnes souffrant d’une lésion de la moelle épinière, (11) incluant :

  • Les attitudes de la société à l’égard de l’acceptation et de l’intégration des personnes atteintes d’une lésion de la moelle épinière
  • Les politiques gouvernementales offrant des possibilités de retour à l’éducation ou à l’emploi
  • Les transports publics adaptés aux personnes handicapées
  • Les installations facilement accessibles aux utilisateurs de fauteuils roulants
  • L’accès aux espaces publics, y compris les parcs, les plages, les rues et les routes (9)
  • L’adaptations pour les personnes à mobilité réduite fournies par des technologies d’assistance
  • Les logements accessibles qui réduisent la dépendance à l’égard des soignants (12)
  • L’indépendance financière (9)

« Les praticiens en réadaptation ne doivent pas seulement se demander comment la communauté soutient les personnes atteintes d’une Les facteurs environnementaux et sociaux sont considérés comme essentiels pour la participation à l’activité physique des personnes souffrant d’une lésion de la moelle épinière, mais aussi comment les programmes de réadaptation adaptent la communauté.(11)

L’activité du groupe ( éditer | éditer la source )

L’activité physique se concentre sur la mise à disposition d’un large éventail d’activités. (1) Si le sport est le principal centre d’intérêt, cela peut encourager les sportifs, mais décourage les personnes qui ne souhaitent pas faire de sport ou qui sont dans l’incapacité physique ou financière d’y participer. Il peut également décourager les personnes qui n’aiment pas le sport, mais qui s’intéresseraient à d’autres activités telles que l’entraînement en résistance ou l’aérobie.

Les activités de groupe pour les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière peuvent prendre la forme d’un programme de renforcement, d’un entraînement aérobique ou d’un entraînement en circuit.

(13)

Facteurs de risque ( éditer | source d’édition )

Les facteurs de risque suivants doivent être pris en compte lors de l’instruction ou la participation à une activité physique. En plus des connaissances, il est nécessaire d’apprendre à gérer ces facteurs de risque afin de garantir la sécurité de toutes les personnes présentes.

La thermorégulation(edit | edit source)

Une lésion de la moelle épinière à un niveau vertébral élevé (c’est-à-dire T6 en montant) est plus susceptible d’entraîner des problèmes de régulation de la température corporelle. Cex-ci peuvent survenir après une lésion de la moelle épinière et durer toute la vie.

Le système nerveux autonome contrôle la thermorégulation, la voie descendante du système sympathique étant responsable du maintien de l’homéostasie du corps en réponse aux changements de l’environnement. Ces deux fonctions sont affectées lors d’une lésion de la moelle épinière.(14)

En situation de dérèglement de la température, les personnes souffrant d’une lésion de la moelle épinière présentent les symptômes suivants :

  • Transpiration au-dessus du niveau de la lésion et transpiration minimale ou inexistante en dessous du niveau de la lésion
  • Hyperthermie due à l’exercice physique
  • Fièvre sans infection
  • Température corporelle élevée ou basse en fonction de la température ambiante

Les problèmes de peau ( éditer | éditer la source )

Des lésions cutanées peuvent apparaître à la suite de mauvaises postures et positions lors de la pratique d’activités physiques. Ces blessures sont très sérieuses et peuvent entraîner des complications secondaires.

Les escarres ou ulcères de décubitus apparaissent lorsqu’une pression est exercée sur une proéminence osseuse pendant un certain temps. Elles peuvent également être dues à des forces de cisaillement exercées sur la peau lors de certains mouvements comme la rotation, la torsion ou le glissement.

Les problèmes de peau peuvent être évités si les mesures suivantes sont prises : (15)

  • Réduir le nombre d’heures d’assise
  • Maintenir une bonne posture pendant l’exercice
  • utiliser un équipement approprié, ce qui implique de s’assurer que l’équipement est d’un poids et d’une taille adéquats
  • Disposer d’un fauteuil roulant bien réglé, avec un coussin, un dossier et des accoudoirs adéquats.

La dysréflexie autonome ( éditer | edit source )

La dysréflexie autonome se caractérise par une hypertension paroxystique en réponse à un stimulus non spécifique situé en dessous du niveau de la lésion. Le stimulus déclencheur de la dysréflexie autonome peut être :

  • Une douleur somatique
  • Une impaction fécale
  • Une distension abdominale

La dysréflexie autonome peut être présente aux stades aigu et chronique d’une lésion de la moelle épinière et peut entraîner des symptômes débilitants, inclant : :

  • Maux de tête lancinants
  • Anxiété
  • Vision floue
  • Transpiration

Dans des situations plus graves, elle peut provoquer une hémorragie cérébrale, un œdème pulmonaire ou des crises d’épilepsie.(16)

L’hypotension orthostatique ( éditer | edit source )

« L’hypotension orthostatique est généralement considérée comme une réduction de la pression artérielle systolique de 20 mmHg ou plus, ou une réduction de la pression artérielle diastolique de 10 mmHg ou plus, lors du passage de la position couchée à la position debout, indépendamment de la présence de symptômes.(17) Les symptômes peuvent être présents pendant des années après une lésion de la moelle épinière et ils peuvent s’aggraver avec le temps.

La présentation typique de l’hypotension orthostatique inclut : (18)

  • Vertiges
  • Étourdissements
  • Événements syncopaux

Les blessures de surutilisation ( edit | edit source )

Les personnes souffrant d’une lésion de la moelle épinière se plaignent souvent de douleurs aux épaules en raison de la surutilisation. Lorsqu’elle est négligée, elle peut durer de nombreuses années et entraîner des problèmes plus graves. La cause de la douleur est généralement multifactorielle, mais elle est très probablement due à :

Le syndrome de conflit correspond à une compression ou à un pincement du tendon du muscle de la coiffe des rotateurs qui peut provoquer des micro-déchirures dans le tendon. Si le problème persiste, les tendons risquent d’être davantage endommagés, ce qui peut entraîner des douleurs et une incapacité à utiliser l’épaule.

Les options de traitement dépendent de la cause du problème et de l’importance des dommages subis par les structures de l’épaule. Les interventions proposées sont les suivantes (19)

  • Repos
  • Modification de l’équipement
  • Modification de l’environnement
  • Modification de la posture et du mouvement
  • Exercices thérapeutiques
  • Injection dans le tendon
  • Réparation chirurgicale du tendon (19)

Regardez cette vidéo pour obtenir des informations détaillées sur les complications mentionnées ci-dessus :

(20)

Type d’activité ( éditer | éditer la source )

Programme d’entraînement en circuit ( edit | edit source )

« L’entraînement en circuit consiste en une série consécutive d’exercices chronométrés effectués l’un après l’autre avec des périodes de repos plus ou moins longues entre chaque exercice ».(21)

(22)

Cours de yoga ( éditer | éditer la source )

Le yoga est une forme d’exercice. Il comprend deux éléments de base, la posture et la respiration, et se compose d’exercices d’assouplissement, d’exercices de renforcement et d’exercices de respiration.

(23)

Programme de renforcement ( éditer | éditer la source )

Les exercices de renforcement se concentrent sur l’augmentation de la force des muscles ou groupes de muscles ciblés. Ils affectent la puissance musculaire, l’endurance et la masse musculaire.(24)

(25)

Activités aérobiques ( éditer | edit source )

Les exercices d’aérobie ou d’endurance constituent la base du conditionnement cardiovasculaire. Pendant les exercices d’aérobie, la fréquence cardiaque et la respiration doivent augmenter en réponse aux activités effectuées. Des exemples incluent le vélo à bras, l’entraînement elliptique, la natation et la danse.

L’équipe(edit | edit source)

Les physiothérapeutes(edit | edit source)

Les physiothérapeutes faisant preuve d’une attitude de soutien sont d’importants facteurs de motivation pour les personnes souffrant d’une lésion de la moelle épinière qui souhaitent s’engager dans une activité physique. Cette attitude leur donne un sentiment d’autonomie, d’espoir et d’encouragement. Le fait d’engager des physiothérapeutes handicapés pour animer des cours d’activité physique peut avoir un effet positif sur les participants et modifier le stéréotype selon lequel les personnes handicapées sont toujours des patients.(26)

Formation des formateurs (Training of the Trainer – ToT) ( éditer | éditer la source )

Lorsque les ressources en personnel spécialisé sont limitées, le recours à des bénévoles formés peut s’avérer très rentable. En outre, une étude réalisée par Lim et al. (27) montre que les interventions fournies par des bénévoles sont susceptibles d’être plus durables, d’éliminer les barrières de communication et de fournir un modèle positif. Il est également important que les programmes d’activité physique menés par des bénévoles soient sécuritaires et qu’aucun événement indésirable grave ne soit signalé.(27)

Le modèle de formation des formateurs peut être utilisé pour les programmes d’activités de groupe, car il permet de former des éducateurs locaux et d’améliorer la durabilité des programmes.(28) L’objectif d’une intervention de formation des formateurs est de former des bénévoles ou des participants à des groupes d’activité physique pour qu’ils deviennent des instructeurs capables de diriger l’activité, de répondre aux questions et de renforcer l’apprentissage.(29) Les formateurs ne peuvent réussir que s’ils disposent de suffisamment de temps et d’instructions détaillées pendant la formation. Dans les lignes directrices du CDC (29) pour le modèle de formation des formateurs, les éléments suivants sont pris en compte lors de l’élaboration d’un programme de formation :

  • Pré-évaluation des compétences et des intérêts des formateurs potentiels
  • Élaboration du manuel d’apprentissage
  • Le choix des sujets à traiter
  • Pratique des compétences et retour d’information
  • Plan d’action et soutien au suivi (29)

Les critères d’éligibilité pour les formateurs sont les suivants :

  • Être engagé et flexible
  • Avoir un intérêt pour la formation ou des compétences avancées dans ce domaine
  • Compléter l’ensemble du programme de formation

Ressources supplémentaires ( éditer | modifier la source )

  1. YouTube. Adaptive Yoga Class for People with Spinal Cord Injuries, 2021 https://www.youtube.com/watch?v=0zIaNrEE5LU&t=1185s
  2. YouTube. Shepherd Center Workout Routine for People with Spinal Cord Injury, 2015 https://www.youtube.com/watch?v=-Ew-N5Ux0Ns

Références(edit | edit source)

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 Williams TL, Smith B, Papathomas A. Physical activity promotion for people with spinal cord injury: physiotherapists’ beliefs and actions. Disability and rehabilitation. 2018 Jan 2;40(1):52-61.
  2. Nunnerley JL, Hay-Smith EJ, Dean SG. Leaving a spinal unit and returning to the wider community: an interpretative phenomenological analysis. Disability and Rehabilitation. 2013 Jul 1;35(14):1164-73.
  3. 3.0 3.1 Rocchi M, Routhier F, Latimer-Cheung A et al. Are adults with spinal cord injury meeting the spinal cord injury-specific physical activity guidelines? A look at a sample from a Canadian province. Spinal Cord 2017; 55: 454–459.
  4. Dorsett P, Geraghty T, Sinnott A et al. Hope, coping and psychosocial adjustment after spinal cord injury. Spinal Cord Ser Cases 3, 2017;17046
  5. W Cape biokineticist throws a lifeline to spinal cord injury patients. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=puG8VVNDqwc(last accessed 21/11/2021)
  6. Mandela Monday: Adapted Physical Activity Community Groups. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=zyL2wZuGc9Q&t=15s (last accessed 22/11/2021)
  7. Nunnerley JL, Hay-Smith EJ, Dean SG. Leaving a spinal unit and returning to the wider community: an interpretative phenomenological analysis. Disabil Rehabil. 2013 Jul;35(14):1164-73.
  8. Du Plessis M, McGaffin CR, Molepo T, Oelofse R, Van Zyl S, Mashola MK. Perceived readiness for hospital discharge: Patients with spinal cord injury versus physiotherapists. S Afr J Physiother. 2018;74(1):437.
  9. 9.0 9.1 9.2 Kashif M, Jones S, Darain H, Iram H, Raqib A, Butt AA. Factors influencing the community integration of patients following traumatic spinal cord injury: a systematic review. J Pak Med Assoc. 2019 Sep;69(9):1337-1343.
  10. Dickson A, Ward R, O’Brien G, Allan D, O’Carroll R. Difficulties adjusting to post-discharge life following a spinal cord injury: an interpretative phenomenological analysis. Psychol Health Med. 2011 Aug;16(4):463-74.
  11. 11.0 11.1 Chang FH, Liu CH, Hung HP. An in-depth understanding of the impact of the environment on participation among people with spinal cord injury. Disabil Rehabil. 2018 Sep;40(18):2192-2199.
  12. Ahmed N, Quadir MM, Rahman MA, Alamgir H. Community integration and life satisfaction among individuals with spinal cord injury living in the community after receiving institutional care in Bangladesh. Disabil Rehabil. 2018 May;40(9):1033-1040.
  13. Exercise and Spinal Cord injury. 2011 Available from: https://youtu.be/1yOm5n2k1pA(last accessed 22/11/2021)
  14. Grossmann F, Flueck JL, Perret C, Meeusen R, Roelands B. The Thermoregulatory and Thermal Responses of Individuals With a Spinal Cord Injury During Exercise, Acclimation and by Using Cooling Strategies-A Systematic Review. Front Physiol. 2021 Apr 1;12:636997.
  15. Hsieh J, Benton B, Titus L, Gabison S, McIntyre A, Wolfe D, Teasell R. Skin integrity and pressure injuries following spinal cord injury. Spinal cord injury rehabilitation evidence. Vancouver, BC: Spinal Cord Injury Research Evidence (SCIRE) Professional Project. 2020:1-23.
  16. Rabchevsky AG, Kitzman PH. Latest approaches for the treatment of spasticity and autonomic dysreflexia in chronic spinal cord injury. Neurotherapeutics. 2011 Apr;8(2):274-82.
  17. Consensus statement on the definition of orthostatic hypotension, pure autonomic failure, and multiple system atrophy. The Consensus Committee of the American Autonomic Society and the American Academy of Neurology. Neurology. 1996 May;46(5):1470.
  18. Claydon VE, Steeves JD, Krassioukov A. Orthostatic hypotension following spinal cord injury: understanding clinical pathophysiology. Spinal cord. 2006 Jun;44(6):341-51.
  19. 19.0 19.1 Van Straaten MG, Cloud BA, Zhao KD, Fortune E, Morrow MMB. Maintaining Shoulder Health After Spinal Cord Injury: A Guide to Understanding Treatments for Shoulder Pain. Arch Phys Med Rehabil. 2017 May;98(5):1061-1063.
  20. Exercise After Spinal Cord Injury: Complications to Avoid. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=HXVaLdhsBuk (last accessed 22/11/2021)
  21. Walker B. What is Circuit Training and Examples of Circuit Training Workouts? Stretch Coach 2020. Available at: https://stretchcoach.com/articles/circuit-training/.(last accessed 23/11/2021)
  22. Spinal Cord Injury Fitness Integrated Training (Rumah Aafiyah, Malaysia) 2020. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=BR2HlXfQXYU(last accessed 22/11/2021)
  23. Spinal Cord Injury Patients Share Thoughts on Yoga and More, 2021. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=slC4JwTX1Nc(last accessed 22/11/2021)
  24. Bennie JA, Shakespear-Druery J, De Cocker K. Muscle-strengthening Exercise Epidemiology: a New Frontier in Chronic Disease Prevention. Sports Med-Open 2020; 6 (40).
  25. Exercise After Spinal Cord Injury: How to Adapt Equipment. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=k7vTlHzYoug(last accessed 22/11/2021)
  26. International perspective on Spinal Cord Injury. Chapter 6. Attitudes, relationships and adjustment. WHO 2013: 121-137.
  27. 27.0 27.1 Lim SER, Cox NJ, Tan QY et al. Volunteer-led physical activity interventions to improve health outcomes for community-dwelling older people: a systematic review. Aging Clin Exp Res 2021;33:843–853.
  28. Mormina M, Pinder S. A conceptual framework for the training of trainers (ToT) interventions in global health. Global Health 2018;14(100).
  29. 29.0 29.1 29.2 CDC. Understanding the Training of Trainers Model. Available at: https://www.cdc.gov/healthyschools/professional_development/documents/17_279600_TrainersModel-FactSheet_v3_508Final.pdf (last accessed 22/11/2021)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles