Médecine du mode de vie pour la maladie de Parkinson – Stratégies pour le bien-être et le mode de vie

Rédacteur original Thomas Longbottom d’après le cours de Z Altug

Principaux collaborateursThomas Longbottom, Kim Jackson, Wanda van Niekerk, Jess Bell et Tarina van der Stockt

Introduction(edit | edit source)

Environ 10 millions de personnes dans le monde vivent actuellement avec la maladie de Parkinson.(1) Une méta-analyse des données mondiales révèle que la prévalence de la maladie de Parkinson augmente avec l’âge, quadruplant de près de 0,5 % dans la septième décennie de la vie à environ 2 % pour les personnes âgées de plus de 80 ans.(2) D’autres sources indiquent que la maladie de Parkinson touche 1,5 à 2 % de la population âgée de plus de 60 ans.(3) La maladie de Parkinson est associée à la perte de neurones producteurs de dopamine dans la substantia nigra (substance noire) du mésencéphale. Elle se caractérise cliniquement par des tremblements de repos, une rigidité et une bradykinésie, ainsi que par d’autres caractéristiques non motrices telles que l’anosmie, le trouble du comportement en sommeil, la dépression, les dysfonctionnements du système autonome et les dysfonctionnements cognitifs.(4) L’étiologie de cette maladie n’est pas entièrement comprise, mais on pense qu’une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux en est la cause, (4) y compris divers facteurs liés au mode de vie, tels que le tabagisme, l’alimentation et l’activité physique.(5) (6)

Components of Parkinson's Lifestyle Wellness: Stress Management, Conventional Exercise, Mind-Body Exercise, Nutrition, Sleep Hygiene, Avoidance of Risky Substances, Self-Care Strategies, Expressive Therapies, Nature-Based Activities, and Social Connections

Composantes du bien-être et du mode de vie dans la maladie de Parkinson (7)

Selon le Lifestyle Medicine Handbook, la médecine du mode de vie implique l’utilisation d’approches thérapeutiques fondées sur le mode de vie pour traiter, inverser et prévenir les maladies chroniques liées au mode de vie. (8) Il s’agit notamment de :

  1. Une alimentation essentiellement composée d’aliments végétaux non transformés
  2. Une pratique régulière d’activité physique
  3. Un sommeil suffisant
  4. Une gestion du stress
  5. Des liens sociaux
  6. L’évitement de l’abus de substances à risque (8)

L’objectif de la médecine du mode de vie est de traiter les causes sous-jacentes de la maladie plutôt que d’adresser uniquement les symptômes. Il s’agit d’aider les patients à apprendre et à adopter des comportements sains. Les interventions sur le mode de vie peuvent avoir un impact sur le pronostic de nombreuses maladies chroniques, ce qui se traduit non seulement par une meilleure qualité de vie pour de nombreuses personnes, mais aussi par une réduction potentielle des coûts pour le système de soins de santé.(9) Bien que la tendance à considérer la médecine du mode de vie comme relevant du médecin soit compréhensible, d’autres prestataires tels que les diététiciens, les travailleurs sociaux, les thérapeutes comportementaux et les accompagnateurs de mode de vie font également partie intégrante de la médecine du mode de vie.(9) Elle s’inscrit également dans le champ d’action du physiothérapeute : l’alimentation et la nutrition étant des éléments clés dans de nombreuses conditions prises en charge par les physiothérapeutes, ces derniers étant considérés comme des experts de l’exercice et du mouvement, et la prévention, la promotion de la santé, la condition physique et le bien-être étant des aspects cruciaux des soins de physiothérapie.(10)

L’objectif de cette page est de discuter des stratégies pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, y compris la gestion du stress, l’évitement de l’abus de substances à risque et l’amélioration des liens sociaux, ainsi que les bénéfices d’être en environnements extérieurs.

Stratégies de gestion du stress ( éditer | éditer la source )

What is stress? Selon le Taber’s Cyclopedic Medical Dictionary, il s’agit de « toute force physique, physiologique ou psychologique qui perturbe un équilibre ». (3) Chez une personne atteinte de la maladie de Parkinson, ces perturbations peuvent avoir des effets particuliers. Le stress peut réduire l’efficacité de la lévodopa dans la prise en charge médicale des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.(11) La capacité à faire face au stress peut aider à prévenir les exacerbations des tremblements parkinsoniens causés par le stress.(12) Le stress chronique peut également accroître la prédisposition à la dépression et à l’anxiété chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.(13) Les stratégies de gestion du stress peuvent donc avoir un impact sur la personne atteinte de la maladie de Parkinson.

Stress Graphic.jpeg

Quelles sont les causes du stress? Déterminer les facteurs à l’origine du stress peut être la première étape de sa gestion. Considérez ces causes potentielles de stress : (14)

  1. Des préoccupations financières
  2. Des préoccupations liées à la famille
  3. Des préoccupations liées au travail, y compris les longs trajets entre le domicile et le lieu de travail
  4. Des préoccupations médicales, y compris le manque d’informations de qualité concernant son état de santé
  5. Les relations personnelles
  6. Un manque de socialisation
  7. La pression pendant les études ou la préparation à une carrière
  8. Faire face à des changements de vie importants, tels que la perte d’un être cher, un changement d’emploi ou un déménagement.
  9. Les périodes d’incertitude, comme la vie pendant une pandémie mondiale

Quelles sont les stratégies pour gérer le stress? Une fois que la source du stress est identifiée, des stratégies sélectionnées peuvent être utilisées pour gérer ce stress. Cependant, il est important de savoir que toutes les approches ne conviennent pas à toutes les personnes.

Exemples de stratégies d’éducation du patient pour aider à gérer le stress:

  1. Essayer de faire des exercices conventionnels tels que la marche, le vélo, la randonnée, la natation, etc.
  2. Essayer des exercices intégratifs du corps et de l’esprit tels que le taï-chi, le Qi-gong ou le yoga.(15)(16)(17)
  3. Essayer de pratiquer davantage d’activités de plein air.(18)
  4. Essayer différents types de méditation.
  5. Essayer les techniques de relaxation musculaire progressive.
  6. Essayer la massothérapie.(19)
  7. Essayer d’écouter de la musique.
  8. Essayer l’imagerie guidée avec de la musique.(20)
  9. Essayer la peinture ou le dessin.
  10. Essayer d’intégrer le rire davantage dans la vie quotidienne grâce à la télévision, aux livres ou aux autres médias.(21)
  11. Essayer de chanter, de siffler ou de fredonner.
  12. Essayer la danse.
  13. Essayer de participer à un cours d’art dramatique dans une école locale ou un théâtre communautaire.
  14. Essayer une couverture lestée.(22)
  15. Essayer de jouer avec des animaux domestiques.

Une autre stratégie à envisager consiste à réduire le stress visuel relié au punctum proximum (le point le plus près). Le punctum proximum est le point le plus proche auquel un objet peut rester bien nette sur la rétine de l’œil, et les activités prolongées nécessitant une accommodation au punctum proximum peuvent entraîner une fatigue oculaire et des céphalées.(23) Ces activités peuvent inclure le travail rapproché sur des ordinateurs, des téléphones, des livres ou d’autres activités de bureau. Pour réduire ce stress, essayez de détourner le regard toutes les 10 à 20 minutes, essayez d’utiliser des polices de caractères plus grandes sur les écrans et dans les documents d’éducation des patients et dans leurs programmes d’exercices à domicile. Aussi, essayez de compenser le travail rapproché en faisant des pauses pour faire de l’exercice à l’extérieur ou pour regarder au loin. (24)(25)

Si les stratégies ci-dessus ne sont pas suffisamment efficaces, envisagez d’orienter le patient vers un spécialiste de la gestion du stress, un psychologue ou un conseiller.

Réduire l’abus de substances à risque ( éditer | edit source )

Rompre avec l’habitude.

Il n’est pas surprenant que l’usage nocif de l’alcool et du tabac ait des effets négatifs sur la santé. Selon l’Organisation mondiale de la santé, la consommation d’alcool est un facteur dans plus de 200 maladies et blessures. (26) La consommation d’alcool est également associée à un risque accru de progression dans la maladie de Parkinson. Le tabagisme est associé à un risque accru de mortalité et, chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, à un risque accru de déclin cognitif. (6) Il est donc logique que le sevrage tabagique puisse réduire le risque de troubles cognitifs dans la maladie de Parkinson, ce qui est confirmé par les évidences scientifiques. (27)

Traitement des troubles liés à la consommation d’alcool : Bien que l’on ne connaisse pas le mode d’exercice idéal, ni son intensité, sa fréquence et sa durée, il est clair que l’exercice peut constituer un traitement efficace des troubles liés à consommation d’alcool.(28) Envisagez la prescription d’exercices pour les patients atteints de la maladie de Parkinson qui sont également aux prises avec la consommation d’alcool, en concevant des programmes de remise en forme et/ou en les encourageant à se rendre à un centre d’entraînement physique.(14)

Stratégies de sevrage tabagique: L’une des stratégies d’aide au sevrage tabagique est l’utilisation d’un programme de yoga, dont l’effet positif sur la réussite de l’arrêt tabagique a été prouvé.(29) La pratique du yoga peut contribuer aux efforts de cessation en agissant sur des facteurs tels que le stress, les fringales et la pleine conscience.(29) Dans l’étude complémentaire, les sujets ont participé à un programme de yoga de type Iyengar consistant en 5 minutes d’exercices de respiration, suivies de 45 minutes de postures dynamiques, puis de 5 à 10 minutes de méditation au repos.(29)
Les physiothérapeutes peuvent également recommander à leurs patients les applications Smokefree (anglais) disponibles sur le site smokefree.gov. (14)

Améliorer les liens sociaux ( éditer | éditer la source )

Les liens sociaux peuvent avoir une influence positive sur la santé et le bien-être.(30) L’exercice communautaire tend à compléter les avantages de l’exercice en y ajoutant des liens sociaux, puiqu’il offre une plateforme pour apprendre, les uns des autres, des stratégies d’adaptation et répondre aux besoins émotionnels et physiques.(31) Cela peut conduire à des attitudes plus positives à l’égard de la vie dans une population qui a tendance à être confrontée à des défis physiques et à des restrictions dans la participation à la société.

Le physiothérapeute peut tenter d’accroître l’interaction sociale des patients en leur recommandant de participer à des exercices communautaires. Il peut s’agir de cours de danse, de cours d’entraînement physique et d’autres programmes conçus spécifiquement pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, tels que Rock Steady Boxing, qui est disponible dans de nombreux pays. Des programmes tels que Dance for PD (de la danse-thérapie pour la maladie de Parkinson) sont également disponibles dans de nombreuses régions du monde et proposent des cours diffusés en continu sur l’internet ou disponibles sur DVD.

Autres stratégies d’éducation du patient pour améliorer les liens sociaux:(14)

  • Essayer les cours en groupe de chant, de musique, de danse ou d’art disponibles dans la communauté locale.
  • S’inscrire dans un centre d’entraînement physique.
  • Rejoindre un groupe d’entraide.
  • Rejoindre ou créer un club de jardinage collectif.
  • Suivre des cours dans un collège local ou communautaire.
  • Suivre des cours en ligne ou jouer à des jeux en ligne.
  • S’impliquer dans un centre communautaire local.
  • Explorer les possibilités de bénévolat pour enseigner, entraîner ou être un mentor.
  • Rester en contact avec la famille et les amis sur les médias sociaux ou par vidéoconférence.

Les bénéfices des environnements extérieurs ( éditer | éditer la source )

Il existe des preuves irréfutables de la nécessité d’encourager les activités de plein air et les interactions avec la nature. Le temps passé à l’extérieur permet de profiter des bienfaits de l’air frais, d’une exposition raisonnable au soleil, d’une exposition à la lumière naturelle, de s’entraîner à se déplacer sur des terrains variés et d’accroître la socialisation. Ces avantages peuvent inclure une réduction du stress, de l’anxiété et de la dépression, ainsi qu’une augmentation du bien-être général.(14) Être exposé à l’odeur des plantes et aux sons naturels d’un jardin peuvent contribuer à réduire le stress et à améliorer la santé mentale.(32)(33) L’exercice en plein air, dans des environnements naturels, peut donner un meilleur sentiment de revitalisation, d’engagement et d’énergie, tout en réduisant les sentiments négatifs de tension, de colère et de dépression.(34)

Bien que les recommandations concernant l’exercice en plein air soient louables, il est important que le clinicien garde à l’esprit des stratégies visant à assurer la sécurité des patients. Examinez les suggestions suivantes :

  1. Utiliser le système de pairage. Faire de l’exercice avec un ami tant pour le plaisir et que pour la sécurité.
  2. Porter des vêtements appropriés (comme un chapeau à larges rebords pour protéger le visage et le cou, ou des manches longues pour protéger les bras) pour se protéger d’une exposition excessive au soleil.
  3. Porter plusieurs couches de vêtements afin de s’adapter aux changements de température extérieure.
  4. Éviter de faire de l’exercice dans des zones où l’air est pollué par la fumée, les gaz d’échappement des voitures ou les émissions industrielles.
  5. Être aux aguets des températures extrêmes et de la saison des allergies.
  6. Apporter des objets utiles tels qu’un téléphone portable, un bâton de marche et de l’eau.

Ressources (en anglais)(edit | edit source)

Références(edit | edit source)

  1. Statistics (Internet). Parkinson’s Foundation. (cited 2021Dec28). Available from: https://www.parkinson.org/Understanding-Parkinsons/Statistics
  2. Pringsheim T, Jette N, Frolkis A, Steeves TDL. The prevalence of Parkinson’s disease: A systematic review and meta-analysis. Movement Disorders 2014;29(13):1583–90.
  3. 3.0 3.1 Venes D, Taber CW. Taber’s Cyclopedic Medical Dictionary. Philadelphia, PA: F.A. Davis; 2021.
  4. 4.0 4.1 Simon DK, Tanner CM, Brundin P. Parkinson Disease Epidemiology, Pathology, Genetics, and Pathophysiology. Clinics in Geriatric Medicine 2020;36(1):1–2.
  5. Ritz B, Ascherio A, Checkoway H, Marder KS, Nelson LM, Rocca WA, et al.. Pooled Analysis of Tobacco Use and Risk of Parkinson Disease. Archives of Neurology (Internet) 2007;64(7):990.
  6. 6.0 6.1 Paul KC, Chuang Y, Shih I, Keener A, Bordelon Y, Bronstein JM, et al.. The association between lifestyle factors and Parkinson’s disease progression and mortality. Movement Disorders 2019;34(1):58–66.
  7. Z Altug. Parkinson’s Lifestyle Medicine – Nutrition and Sleep Hygiene. Plus Course. 2021.
  8. 8.0 8.1 Frates B, Bonnet JP, Joseph R, Peterson JA. Lifestyle Medicine Handbook: An introduction to the power of Healthy Habits. Monterey, CA: Healthy Learning; 2021.
  9. 9.0 9.1 Bodai B. Lifestyle Medicine: A Brief Review of Its Dramatic Impact on Health and Survival. The Permanente Journal 2017;22(1).
  10. Worman R. Lifestyle medicine: The role of the physical therapist. The Permanente Journal. 2020;24:18.192.
  11. Zach H, Dirkx MF, Pasman JW, Bloem BR, Helmich RC. Cognitive Stress Reduces the Effect of Levodopa on Parkinson’s Resting Tremor. CNS Neuroscience & Therapeutics 2017;23(3):209–15.
  12. Jankovic Joseph. Physiologic and pathologic tremors. Annals of Internal Medicine. 1980;93(3):460.
  13. Heide A, Meinders MJ, Speckens AEM, Peerbolte TF, Bloem BR, Helmich RC. Stress and mindfulness in parkinson’s disease: Clinical effects and potential underlying mechanisms. Movement Disorders. 2020;36(1):64–70.
  14. 14.0 14.1 14.2 14.3 14.4 Z Altug. Parkinson’s Lifestyle Medicine – Wellness and Lifestyle Strategies. Plus Course. 2021.
  15. Kwok JYY, Kwan JCY, Auyeung M, Mok VCT, Lau CKY, Choi KC, et al.. Effects of Mindfulness Yoga vs Stretching and Resistance Training Exercises on Anxiety and Depression for People With Parkinson Disease. JAMA Neurology 2019;76(7):755.
  16. Wang F, Lee E-KO, Wu T, Benson H, Fricchione G, Wang W, et al.. The Effects of Tai Chi on Depression, Anxiety, and Psychological Well-Being: A Systematic Review and Meta-Analysis. International Journal of Behavioral Medicine 2014;21(4):605–17.
  17. Wang C-W, Chan CH, Ho RT, Chan JS, Ng S-M, Chan CL. Managing stress and anxiety through qigong exercise in healthy adults: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. BMC Complementary and Alternative Medicine. 2014;14(1):8.
  18. Triguero-Mas M, Donaire-Gonzalez D, Seto E, Valentín A, Martínez D, Smith G, et al. Natural outdoor environments and mental health: Stress as a possible mechanism. Environmental Research. 2017;159:629–38.
  19. Angelopoulou E, Anagnostouli M, Chrousos GP, Bougea A. Massage therapy as a complementary treatment for parkinson’s disease: A systematic literature review. Complementary Therapies in Medicine. 2020;49:102340.
  20. Beck BD, Hansen ÅM, Gold C. Coping with work-related stress through guided imagery and music (GIM): Randomized Controlled Trial. Journal of Music Therapy. 2015;52(3):323–52.
  21. Bennett MP, Zeller JM, Rosenberg L, McCann J. The effect of mirthful laughter on stress and natural killer cell activity. Alternative Therapies in Health and Medicine. 2003;9(2):38-45.
  22. Eron K, Kohnert L, Watters A, Logan C, Weisner-Rose M, Mehler PS. Weighted blanket use: A systematic review. The American Journal of Occupational Therapy. 2020;74(2).
  23. Devora. Near point visual stress (NPVS) (Internet). Optometrists.org. 2021 (cited 2021Dec30). Available from: https://www.optometrists.org/vision-therapy/vision-therapy-for-children/checklist-for-parents-2/near-point-visual-stress-npvs/
  24. Birnbaum MH. The Use of Stress Reduction Concepts and Techniques in Vision Therapy. Optometry & Visual Performance. 2018Dec;6(6):223–7.
  25. Birnbaum MH. Nearpoint visual stress: Clinical implications. Journal of the American Optometric Association. 1985;56(6):480–90.
  26. Alcohol (Internet). World Health Organization. World Health Organization; (cited 2021Dec30). Available from: https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/alcohol
  27. Guo Y, Xu W, Liu FT, Li JQ, Cao XP, Tan L, et al. Modifiable risk factors for cognitive impairment in parkinson’s disease: A systematic review and meta‐analysis of prospective cohort studies. Movement Disorders. 2019;34(6):876–83.
  28. Lardier DT, Coakley KE, Holladay KR, Amorim FT, Zuhl MN. Exercise as a useful intervention to reduce alcohol consumption and improve physical fitness in individuals with alcohol use disorder: A systematic review and meta-analysis. Frontiers in Psychology. 2021;12.
  29. 29.0 29.1 29.2 Bock BC, Dunsiger SI, Rosen RK, Thind H, Jennings E, Fava JL, et al.. Yoga as a Complementary Therapy for Smoking Cessation: Results From BreathEasy, a Randomized Clinical Trial. Nicotine & Tobacco Research 2019;21(11):1517–23.
  30. Holt-Lunstad J. Loneliness and social isolation as risk factors: The power of Social Connection in Prevention. American Journal of Lifestyle Medicine. 2021;15(5):567–73.
  31. Claesson IM, Ståhle A, Johansson S. Being limited by parkinson’s disease and struggling to keep up exercising; is the group the glue? Disability and Rehabilitation. 2019;42(9):1270–4.
  32. Pálsdóttir AM, Spendrup S, Mårtensson L, Wendin K. Garden smellscape–experiences of plant scents in a nature-based intervention. Frontiers in Psychology. 2021;12.
  33. Cerwén G, Pedersen E, Pálsdóttir A-M. The Role of Soundscape in Nature-Based Rehabilitation: A Patient Perspective. International Journal of Environmental Research and Public Health. 2016;13(12):1229.
  34. Thompson Coon J, Boddy K, Stein K, Whear R, Barton J, Depledge MH. Does participating in physical activity in outdoor natural environments have a greater effect on physical and mental wellbeing than physical activity indoors? A systematic review. Environmental Science & Technology. 2011;45(5):1761–72.
  35. Osborne JA, Botkin R, Colon-Semenza C, DeAngelis TR, Gallardo OG, Kosakowski H et al. Physical therapist management of Parkinson Disease: A clinical practice guideline from the American Physical Therapy Association. Phys Ther. 2021 Dec 28:pzab302.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles