Vue d’ensemble et introduction à la santé pelvienne des femmes

Éditeur original Jess Bell à partir d’un cours d’Ibukun Afolabi
Principaux contributeursJess Bell, Kim Jackson, Wanda van Niekerk et Lucinda hampton

Introduction(edit | edit source)

Dans l’introduction de la physiothérapie en santé pelvienne des femmes, il est important de d’abord comprendre la distinction entre un « physiothérapeute en santé des femmes » et un « physiothérapeute en santé pelvienne ».(1)

Les physiothérapeutes spécialisés en santé des femmes traitent généralement des problèmes féminins tels que (1)

Ils peuvent ou non traiter les problèmes de santé pelvienne.

Les physiothérapeutes spécialisés en santé pelvienne peuvent adopter une approche globale du corps, mais travaillent aussi directement sur les structures du plancher pelvien. Ils peuvent traiter des hommes, des femmes, des enfants et des personnes de sexes différents.(1)

Cette page présente la physiothérapie de la santé pelvienne des femmes. En particulier, elle explore

  • Avec qui les physiothérapeutes spécialisés en santé pelvienne des femmes travaillent
  • Pourquoi ils se spécialisent dans ce domaine
  • Comment ils peuvent mieux servir les femmes qui présentent des problèmes de santé pelvienne

Avec qui les physiothérapeutes en santé pelvienne des femmes travaillent ( éditer | edit source )

Les physiothérapeutes spécialisés en santé pelvienne des femmes traitent une série d’affections cliniques classées dans les catégories suivantes : (1)

Toutefois, ces catégories sont quelque peu arbitraires, car les femmes peuvent présenter des pathologies relevant de plusieurs de ces différents domaines. Par exemple, une femme enceinte souffrant de vaginisme et de douleurs à la ceinture pelvienne relèverait des catégories orthopédique, obstétrique, douleur chronique et gynécologique. Les physiothérapeutes spécialisés en santé pelvienne doivent donc considérer la femme dans son ensemble.(1)

Les femmes peuvent avoir recours à la physiothérapie pelvienne pour un certain nombre de raisons, dont certaines sont abordées ci-dessous.

  • Incontinence urinaire
    • Perte involontaire d’urine, qui touche des millions de personnes dans le monde (2)
  • Incontinence fécale
    • Perte involontaire de selles (liquides ou solides)
  • Constipation
  • Vessie hyperactive (urgence et augmentation de la fréquence)
    • L’urgence est définie comme : « Un besoin brusque, fort, souvent irrésistible, d’uriner (3)
    • La fréquence est définie comme : « Une miction anormalement fréquente » (3)
  • Hésitation vésicale / vessie sous-active
    • Les patients souffrant d’hésitation vésicale présentent « un jet urinaire lent, une hésitation et un effort à la miction, avec ou sans sensation de vidange incomplète de la vessie et de goutte à goutte, et souvent accompagnés de symptômes de rétention » (4)
  • Douleur à la vessie
  • Prolapsus génital – Pelvic organ prolapse (POP)
    • Se produit lorsqu’il y a descente d’une ou plusieurs parties du vagin et de l’utérus, permettant à d’autres organes de faire hernie dans l’espace vaginal (cystocèle, rectocèle ou entérocèle) (5)
  • Affections pelviennes, vulvaires ou vaginales chroniques chez la femme, incluant les suivantes : (1)
    • Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)
      • Le SOPK est considéré comme le trouble hormonal le plus courant chez les femmes en âge de procréer
      • Les individus présentent au moins deux des caractéristiques suivantes : règles irrégulières, hyperandrogénisme (c’est-à-dire des niveaux élevés d’androgènes) et ovaires polykystiques (8)
    • Dysménorrhée – douleurs menstruelles
      • Affecte environ 75 % des femmes au cours de leur vie reproductive
      • Elle est particulièrement fréquente à l’adolescence et au début de l’âge adulte (9)
    • Cystite interstitielle ou syndrome de la vessie douloureuse
      • Affection chronique provoquant une douleur, une pression ou une gêne pelvienne que le patient perçoit comme étant associée à la vessie
      • Les autres symptômes urinaires associés à la cystite interstitielle comprennent un besoin persistant d’uriner – fréquence urinaire sans autre cause ou condition (10)
    • Endométriose
      • La cause la plus fréquente de douleur pelvienne chronique chez les femmes
      • Il s’agit d’une affection complexe associée à un « processus inflammatoire chronique dépendant des œstrogènes« , qui affecte principalement les ovaires et d’autres structures pelviennes.
      • Est associé à la stérilité (11)
    • Coccydynie – douleur au coccyx
      • La coccydynie a de nombreuses causes traumatiques et non traumatiques
      • Les femmes d’âge moyen sont le plus souvent touchées, mais la maladie peut survenir chez n’importe qui, à n’importe quel âge (12)
    • Vulvodynie
      • Douleurs à la vulve survenant lors d’activités sexuelles et non sexuelles
      • Affecte 8 à 10 % des femmes (13)
    • Vestibulodynie provoquée
      • Douleur vulvaire, localisée au vestibule, présente depuis trois mois ou plus
      • Il n’y a pas de cause claire, mais la douleur est provoquée par le toucher et les activités sexuelles (14)
  • Les problèmes de santé sexuelle des femmes peuvent inclure les conditions suivantes : (1)
    • Dyspareunie : La dyspareunie est une douleur génitale récurrente/persistante associée aux rapports sexuels. Les hommes comme les femmes peuvent souffrir de dyspareunie, mais elle est plus fréquente chez les femmes (17)
    • Vaginisme primaire ou secondaire : Les spasmes vaginaux empêchent la pénétration lors des rapports sexuels (18)
    • Anorgasmie
    • Diminution de l’orgasme ou orgasme douloureux
    • Traumatisme sexuel (19) (20)
  • Les femmes en âge de procréer peuvent aussi présenter : (1)
    • Problèmes prénataux ou de grossesse tels que :
      • Lombalgie
      • Douleur à la symphyse pubienne ou à la ceinture pelvienne
      • Varicosités vulvaires
        • Les varices de la vulve sont des veines dilatées dans les grandes et les petites lèvres
        • Elles surviennent chez 22 à 34 % des femmes ayant des varices au niveau du bassin et chez 18 à 22 % des femmes enceintes (21)
        • Elles sont liées à des événements thromboemboliques veineux, à une dyspareunie superficielle et à une vulvodynie, ainsi qu’à des problèmes psycho-émotionnels et sociaux (21)
      • Douleur sciatique
      • Problèmes de posture
      • Autres affections orthopédiques
      • Besoin de soins intrapartum – c’est-à-dire pendant le travail et l’accouchement proprement dits
      • Besoin de soins postnataux, y compris l’aide à l’allaitement
      • Besoin de réadaptation abdominale
      • Besoin de réadaptation après césarienne
      • Défis en matière de fertilité
      • Reprise post-partum du sport, de l’athlétisme et de l’exercice
  • Les femmes approchant la ménopause ou en ménopause
  • Les femmes confrontées à la réadaptation après un cancer, en particulier les cancers du sein et au niveau du bassin, peuvent consulter pour les problèmes suivants : (1)
    • Problèmes de douleur
    • Dysfonctionnement sexuel
    • Besoin de bouger plus – Thérapies par le mouvement
    • Lymphoedème, etc.
  • Les athlètes féminines de tous âges qui pratiquent toutes sortes de sports, mais en particulier ceux qui sont associés à une mise en charge ou un impact élevés (par exemple, la course à pied, l’haltérophilie, le CrossFit, etc.) (1)
  • Avant et après une opération : (1)
    • Césarienne
    • Hystérectomie
    • Procédures pour le prolapsus ou l’incontinence
    • Réparation de fistule
    • Dysfonctionnement myofascial
    • Cicatrices et adhérences
    • Douleur
    • Mobilisation
    • Renforcement, etc.

Pourquoi se spécialiser en santé pelvienne des femmes comme physiothérapeute ( éditer | edit source )

Partout dans le monde, les femmes sont victimes de préjugés et d’obstacles aux soins de santé de la part des prestataires, des institutions et des systèmes. Elles sont plus susceptibles d’être ignorées, de voir leurs préoccupations minimisées ou de subir des retards dans l’obtention d’un diagnostic précis.(1)

Les besoins en matière de soins de santé pelvienne pour les femmes sont importants : (1)

  • 1 femme sur 3 vit avec une incontinence urinaire (22)
  • 1 femme sur 8 souffre d’incontinence fécale (1)
  • Au moins 50 % des femmes âgées de plus de 50 ans souffrent d’une forme ou d’une autre de prolapsus génital (23)
  • 30 à 50 % des interventions chirurgicales pour le prolapsus génital échouent dans les 5 ans (1)
  • 25 à 35 % des femmes déclarent que leur accouchement a été traumatisant (24) (25)
  • 1 femme sur 5 souffre de douleurs aux relations sexuelles (1)
  • 64 % des femmes signalent un dysfonctionnement sexuel au cours de la première année suivant un accouchement (26)
  • 10 à 15 % des femmes vivent avec des douleurs pelviennes chroniques (1)

Ces conditions peuvent affecter les femmes au de : (1)

  • La confiance en soi
  • L’image de soi
  • La mobilité et la force
  • La santé mentale, émotionnelle et physique
  • La participation aux activités de la vie quotidienne, au travail, aux loisirs et aux activités sociales
  • La santé sexuelle et liberté sexuelle
  • Les relations

Comment mieux servir les femmes qui présentent des problèmes de santé pelvienne en tant que physiothérapeute spécialisé en santé pelvienne des femmes ( éditer | edit source )

Les physiothérapeutes et autres professionnels de la santé disposent d’un grand nombre d’approches différentes en matière de soins cliniques. Ibukun Afolabi partage dix approches qu’elle utilise dans sa pratique en santé pelvienne : (1)

  1. Adopter un cadre biopsychosocial et spirituel (approche holistique et intégrative)
  2. Adopter une approche tenant compte des traumatismes
  3. Adopter une pratique fondée sur des données probantes
  4. Pratiquer des soins centrés sur le patient – Des soins prodigués avec compassion et orientés vers la patiente en utilisant l’entretien motivationnel.
  5. Adopter une perspective préventive et proactive – en particulier pendant l’accouchement
  6. Pratiquer des traitements collaboratifs (c’est-à-dire un travail en collaboration avec l’équipe multidisciplinaire)
  7. Adopter une approche éducative, incluant l’éducation des patientes, de la communauté, des autres professionnels de la santé et du thérapeute
  8. Saisir les occasions de plaidoyer (pour les femmes, la santé, l’accès, les soins, etc. et apprendre aux patientes à se défendre elles-mêmes)
  9. Adopter une approche clinique créative
  10. Pratiquer l’humilité

Références(edit | edit source)

  1. 1.00 1.01 1.02 1.03 1.04 1.05 1.06 1.07 1.08 1.09 1.10 1.11 1.12 1.13 1.14 1.15 1.16 1.17 1.18 Afolabi I. Overview and Introduction to Women’s Pelvic Health Course. Plus , 2021.
  2. Pizzol D, Demurtas J, Celotto S, Maggi S, Smith L, Angiolelli G et al. Urinary incontinence and quality of life: a systematic review and meta-analysis. Aging Clin Exp Res. 2021;33(1):25-35.
  3. 3.0 3.1 Wrenn K. Dysuria, Frequency, and Urgency. In: Walker HK, Hall WD, Hurst JW, editors. Clinical Methods: The History, Physical, and Laboratory Examinations. 3rd edition. Boston: Butterworths; 1990. Chapter 181. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK291/
  4. Uren AD, Drake MJ. Definition and symptoms of underactive bladder. Investig Clin Urol. 2017;58(Suppl 2):S61-S67.
  5. The American College of Obstetricians and Gynecologists and the American Urogynecologic Society INTERIM UPDATE: This Practice Bulletin is updated as highlighted to reflect the US Food and Drug Administration order to stop the sale of transvaginal synthetic mesh products for the repair of pelvic organ prolapse. Pelvic Organ Prolapse. Female Pelvic Medicine & Reconstructive Surgery. 2019;25(6):397-408.
  6. Osmosis. Urinary incontinence – causes, symptoms, diagnosis, treatment, pathology. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=vsLBApSlPMo (last accessed 25/11/2021)
  7. Medical Centric. Urinary Frequency, Causes, Signs and Symptoms, Diagnosis and Treatment. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=j3d4gWHRhZU (last accessed 25/11/2021)
  8. Rasquin Leon LI, Anastasopoulou C, Mayrin JV. Polycystic Ovarian Disease. (Updated 2021 Jul 21). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK459251/
  9. Armour M, Parry K, Manohar N, Holmes K, Ferfolja T, Curry C et al. The prevalence and academic impact of dysmenorrhea in 21,573 young women: a systematic review and meta-analysis. J Womens Health (Larchmt). 2019;28(8):1161-71.
  10. Homma Y, Akiyama Y, Tomoe H, Furuta A, Ueda T, Maeda D et al. Clinical guidelines for interstitial cystitis/bladder pain syndrome. Int J Urol. 2020;27(7):578-89.
  11. Bulun SE, Yilmaz BD, Sison C, Miyazaki K, Bernardi L, Liu S, Kohlmeier A et al. Endometriosis. Endocr Rev. 2019;40(4):1048-1079.
  12. White WD, Avery M, Jonely H, Mansfield JT, Sayal PK, Desai MJ. The interdisciplinary management of coccydynia: A narrative review. PM&R: The Journal of Injury, Function and Rehabilitation. 2021; 1- 12.
  13. Bergeron S, Reed BD, Wesselmann U, Bohm-Starke N. Vulvodynia. Nat Rev Dis Primers. 2020;6(1):36.
  14. Henzell H, Berzins K, Langford JP. Provoked vestibulodynia: current perspectives. Int J Womens Health. 2017;9:631-42.
  15. Demystifying Medicine. Pathophysiology of polycystic ovarian syndrome. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=BgNpATWfR5Y (last accessed 25/11/2021)
  16. PhysioPathoPharmaco. Painful Bladder Syndrome (PBS) / Interstitial Cystitis (IC). Available from: https://www.youtube.com/watch?v=CWSLWspNg20 (last accessed 25/11/2021)
  17. Arora V, Mukhopadhyay S, Morris E. Painful sex (dyspareunia): a difficult symptom in gynecological practice. Obstetrics, Gynaecology & Reproductive Medicine. 2020;30(9):269-75.
  18. Achour R, Koch M, Zgueb Y, Ouali U, Ben Hmid R. Vaginismus and pregnancy: epidemiological profile and management difficulties. Psychol Res Behav Manag. 2019;12:137-43.
  19. DiMauro J, Renshaw KD, Blais RK. Sexual vs. non-sexual trauma, sexual satisfaction and function, and mental health in female veterans. J Trauma Dissociation. 2018;19(4):403-16.
  20. Sobel L, O’Rourke-Suchoff D, Holland E, Remis K, Resnick K, Perkins R et al. Pregnancy and childbirth after sexual trauma: patient perspectives and care preferences. Obstet Gynecol. 2018;132(6):1461-8.
  21. 21.0 21.1 Gavrilov SG. Vulvar varicosities: diagnosis, treatment, and prevention. Int J Womens Health. 2017;9:463-75.
  22. NHS England. Excellence in continence care: Practical guidance for commissioners, and leaders in health and social care. Leeds: NHS England, 2018.
  23. Yoon I, Gupta N. Pelvic Prolapse Imaging. (Updated 2021 May 8). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK551513/
  24. Simkin P. Birth trauma: definition and statistics (Internet). PATTCh. 2020 (cited 25 November 2021). Available from: http://pattch.org/resource-guide/traumatic-births-and-ptsd-definition-and-statistics/
  25. Soet JE, Brack GA, DiIorio C. Prevalence and predictors of women’s experience of psychological trauma during childbirth. Birth. 2003;30(1):36-46.
  26. Khajehei M, Doherty M, Tilley PJ, Sauer K. Prevalence and risk factors of sexual dysfunction in postpartum Australian women. J Sex Med. 2015;12(6):1415-26.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles