Étude de cas – Brûlures en situation de catastrophe ou de conflit

Rédacteurs originaux Naomi O Reilly

Principaux contributeursNaomi O’Reilly et Olajumoke Ogunleye

Titre[edit | edit source]

Brûlures au visage, au cou, au tronc et aux bras suite à un feu de cuisine dans un camp temporaire après le tremblement de terre [1]

Merci à Humanité et Inclusion pour cetteétude de cas tirée de Réadaptation précoce en situations de conflit et de catastrophe – Manuel clinique

Résumé[edit | edit source]

Mme T est une femme de 35 ans qui s’est présentée dans un établissement de soins quatre heures après avoir été brûlée au visage, au cou, au tronc et aux bras suite à un feu de cuisine dans un camp temporaire après le tremblement de terre qui a détruit sa maison. Mme T. respirait spontanément et présentait des signes de brûlure superficielle autour du nez et de la bouche, ce qui peut être le signe d’une inhalation de fumée toxique et suggérer la nécessité d’une oxygénothérapie. Elle a dû subir une escarotomie au niveau de la poitrine et des bras.

Mots clés [ edit | edit source ]

Brûlures, incendie, tremblement de terre, catastrophes,

Caractéristiques des patients[ edit | edit source ]

contexte[edit | edit source]

Mme T est une femme de 35 ans qui cuisinait sur un feu dans un camp temporaire à la suite d’un tremblement de terre qui a détruit sa maison. Le feu a été éteint avec un seau d’eau froide et elle s’est présentée à votre établissement quatre heures plus tard. Il n’y a pas d’antécédents ou de traumatisme supplémentaire et vous ne soupçonnez pas de lésion de la colonne vertébrale, elle n’a donc pas besoin de collier cervical.

Résultats de l’examen[ edit | edit source ]

A : Contrôle des voies respiratoires et de la colonne vertébrale[ edit | edit source ]

  • La patiente maintient-elle ses voies respiratoires ? Oui, Mme T maintient ses voies respiratoires.
  • Cependant, elle souffre de brûlures au visage et au cou, et nous craignons que les voies respiratoires ne soient menacées par un gonflement et/ou une blessure par inhalation.
  • Faites asseoir la patiente
  • Gestion médicale – il y a un besoin d’oxygène : lien avec l’équipe médicale

B: Respiration[ edit | edit source ]

  • Respiration spontanée avec des bruits respiratoires normaux continus
  • RR de 16BPM, respiration un peu superficielle
  • Signes de brûlures sur la poitrine et le haut du dos – Les brûlures semblent profondes, la patiente peut donc avoir besoin d’une escarotomie – lien avec l’équipe médicale
  • Signes de brûlure superficielle autour du nez et de la bouche (peut indiquer une inhalation de fumée toxique)

C: Circulation[ edit | edit source ]

  • La patiente ne souffre d’aucune hémorragie.
  • Le pouls est de 110, la tension artérielle de 100/70 : patiente probablement déshydratée, mais pas en état de choc
  • Les mains sont froides avec un mauvais retour capillaire dans les doigts – Les brûlures sur la partie supérieure du bras sont profondes et circonférentielles
  • L’équipe médicale devra insérer des canules et commencer une thérapie par administration de fluides et effectuer une escarotomie aux deux bras et à la poitrine

D: Handicap[ edit | edit source ]

  • Mme T est consciente et parle quand on lui parle (V sur l’échelle AVPU)
  • L’examen de ses pupilles est égal et sensible à la lumière
  • Il ne semble pas y avoir de problèmes neurologiques
  • La patiente est capable de s’asseoir de manière autonome, vous n’avez donc pas besoin de la faire rouler.

E: Exposition[ edit | edit source ]

  • La patiente doit être maintenue au chaud pour éviter l’hypothermie.

F: Réanimation par adminitration de fluides[ edit | edit source ]

Gestion de la douleur[ edit | edit source ]

Soins des plaies[ edit | edit source ]

  • Discuter du plan de soins de la plaie de Mme T.
  • Que la thérapie soit bien liée au changement des pansements et permette de vérifier la cicatrisation de la plaie et d’évaluer les complications

Réadaptation[edit | edit source]

Préoccupations[edit | edit source]

  • Œdème
  • Fonction respiratoire
  • Articulations touchées
    • RAPPEL – Maintenir la position correcte, mettre une attelle pour prévenir la contracture et mobiliser pour encourager la fonction normale.

Traitement[edit | edit source]

  • Soigner Mme T en position assise en raison du risque de blessure par inhalation – ajouter des exercices de respiration et, si nécessaire, une physiothérapie thoracique (comme pour toute autre affection). Il est important de maintenir la patiente bien hydratée, afin que les sécrétions ne s’assèchent pas
  • NB, après la GSS, les vibrations et la percussion de la région thoracique doivent être laissées pendant cinq jours si possible, et si nécessaire, effectuées sur des pansements ou compresses Gamgee (coton absorbant entre des gazes).
  • Levez doucement ses bras et maintenez-les en abduction et en extension au repos, comme indiqué de façon sécuritaire.
  • Continuer à surveiller ses doigts pour vérifier la circulation
  • Attelle pour le cou et les aisselles et, si nécessaire, la bouche
  • Enseigner les exercices de ROM et d’étirement (en évitant de trop étirer)
  • Évaluer et conseiller sur la mobilisation
  • Veiller à ce que la patiente s’alimente avec sa propre participation dans la mesure où elle peut le faire en toute sécurité, et surveiller les niveaux de douleur
  • Tout documenter clairement et tout COMMUNIQUER clairement au patient et à sa famille

Objectifs[edit | edit source]

À court terme[edit | edit source]
  • Encourager l’activité dès le premier jour.
  • L’objectif est de prévenir la contracture et de maximiser le retour à la fonction – les mouvements initiaux peuvent être limités si le patient a dû subir des greffes de peau, mais une fois que le chirurgien l’autorise, le mouvement doit être encouragé
  • L’évaluation des résultats doit inclure la mesure du ROM actif et passif ainsi que la mesure de l’encoche menton-sternum et le commentaire sur l’ouverture de la bouche (limitée/pleine), ainsi que les contours du visage, du cou et du tronc
À long terme[edit | edit source]
  • Gestion et résultats attendus
  • Évaluer le stade de maturation de la cicatrice et l’acceptation par le patient d’une image et d’une fonction corporelles modifiées.

Références [edit | edit source]

  1. Lathia C, Skelton P, Clift Z. Early Rehabilitation in Conflicts and Disasters. Handicap International: London, UK. 2020.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles