La conscience du corps chez les survivants de traumatismes

Éditeur original Naomi O’Reilly

Principaux contributeursNaomi O’Reilly, Jess Bell et Nupur Smit Shah

Introduction(edit | edit source)

La prise de conscience du corps est une approche souvent utilisée dans le cadre de la réadaptation des personnes souffrant de douleurs persistantes ou complexes (1) (2) et / ou de troubles psychosomatiques ou psychiatriques.(3) (4) (5) (6) Elle explore et utilise la connexion corps-esprit pour développer une expérience plus positive du corps et de soi à travers la réflexion sur nos expériences corporelles.(7) (8)

La conscience corporelle a été définie comme un traitement visant à « prendre conscience de la manière dont le corps est utilisé en termes de fonction corporelle, de comportement et d’interaction avec soi-même et avec les autres ».(9) Elle peut être influencée par notre régulation émotionnelle (c’est-à-dire notre capacité à exercer un contrôle sur notre état émotionnel) et intéroception (c’est-à-dire notre perception des sensations provenant de l’intérieur du corps, y compris la perception des sensations physiques liées au fonctionnement des organes internes, telles que le rythme cardiaque, la respiration, la satiété, et l’activité du système nerveux autonome liée à nos émotions).(10)

L’utilisation de stratégies et de thérapies de prise de conscience du corps vise à normaliser et à aider à rétablir la respiration, la posture, l’équilibre et la tension musculaire, dont les déséquilibres sont couramment expérimentés et visibles dans le patron de mouvement des personnes qui ont subi un traumatisme ou un déplacement. (9) (11)

Il est toutefois important de noter que l’utilisation de techniques telles que la conscience du corps et la pleine conscience nécessite des précautions importantes. Ils peuvent ouvrir des blessures émotionnelles dont la guérison nécessite plus qu’une simple prise de conscience. (12)Treleaven et Britton affirment que : « Lorsque nous demandons à une personne souffrant d’un traumatisme d’accorder une attention étroite et soutenue à son expérience interne, nous l’invitons à entrer en contact avec des stimuli traumatiques – des pensées, des images, des souvenirs et des sensations physiques qui peuvent être liés à une expérience traumatisante…. Ceci peut aggraver et intensifier les symptômes du stress post-traumatique, et même, dans certains cas, conduire à une retraumatisation – une rechute dans un état intensément traumatisé. »(13)

Pour en savoir plus sur l’utilisation de la pleine conscience, veuillez consulter : La pleine conscience pour nos patients.

Les obstacles aux soins ( éditer | éditer la source )

L’accès aux soins de santé est un concept complexe. Si les services sont disponibles et que l’offre est suffisante, la possibilité d’obtenir des soins de santé existe et une population peut « avoir accès » aux services. Cependant, les services disponibles doivent être pertinents et efficaces pour que la population puisse « accéder à des résultats satisfaisants en matière de santé ». De nombreux facteurs peuvent influencer la capacité d’une personne à recevoir des soins. Les obstacles à la santé les plus fréquemment cités sont les suivants :

  • les facteurs logistiques (distance du service, absence ou coût du transport)
  • le caractère abordable (des services, des traitements) et l’absence d’assurance
  • les connaissances, les attitudes et les facteurs culturels (y compris la perception du besoin, la peur et la méconnaissance du service)

Les obstacles suivants ne sont que quelques-uns de ceux qui peuvent avoir un impact significatif sur l’accès aux soins de santé dans le contexte d’un traumatisme.

Barrières linguistiques ( éditer | éditer la source )

La recherche montre que les difficultés de communication constituent un obstacle majeur pour les personnes déplacées qui recherchent des services sociaux et de santé.(12) La majorité des personnes déplacées ne parlent pas la langue du pays d’accueil et ont des craintes et des difficultés à exprimer leurs symptômes médicaux dans une deuxième langue.(15) Par conséquent, les personnes ayant une barrière linguistique sont souvent incapables d’obtenir des soins médicaux adéquats sans interprètes ou traducteurs, et ces services peuvent ne pas être largement disponibles en fonction de la langue de la personne.(16) Même lorsqu’un interprète est disponible, des problèmes de communication peuvent survenir entre les personnes et les professionnels en réadaptation en raison de l’absence d’interprètes médicaux compétents, ce qui peut entraîner des soins inappropriés et inadéquats.(14) Une confusion peut survenir lors des consultations médicales et de réadaptation, ce qui peut entraîner des sentiments d’aliénation et de méfiance, et empêcher la personne de demander des soins médicaux à l’avenir.(17)

Barrières culturelles ( éditer | éditer la source )

« La compétence culturelle est un ensemble de comportements, d’attitudes et de politiques cohérents qui permettent à un groupe de personnes de travailler efficacement dans des situations interculturelles telles que l’évaluation des programmes et des services fournis aux immigrants et aux réfugiés. Le mot « culture » est le modèle intégré de comportement humain appris qui comprend les pensées, les communications, les actions, les coutumes, les croyances, les valeurs et les institutions d’un groupe social. Le mot « compétence » implique d’avoir la capacité de fonctionner efficacement ».(18)

Malheureusement, il existe des preuves qui suggèrent que la race et l’appartenance ethnique peuvent affecter la façon dont les individus signalent la douleur et la façon dont les professionnels en réadaptation interprètent la douleur d’un individu. La recherche suggère que les médecins sont deux fois plus susceptibles de sous-estimer la douleur d’un patient de race noire que celle d’un patient de race blanche. Les professionnels en réadaptation doivent être conscients de leur propre identité culturelle, développer une compréhension de la connaissance culturelle des croyances et des comportements communs en matière de santé et s’assurer qu’ils adoptent des comportements sensibles à la culture (par exemple, l’empathie, la confiance, l’acceptation, le respect) afin d’améliorer l’alliance thérapeutique et les résultats cliniques.(19)

Compréhension du système de santé ( éditer | éditer la source )

Le manque de connaissances sur la manière de naviguer dans les systèmes complexes de soins de santé peut se traduire par un accès insuffisant aux services de soins de santé. Le manque d’informations sur l’accès aux services de soins de santé primaires et le fait de ne pas savoir à qui s’adresser ou où aller pour obtenir des soins de santé peuvent être source de frustration. Il peut également inciter les individus à chercher de l’aide auprès de sources inappropriées.

Impacts des traumatismes ( éditer | éditer la source )

Le trauma « résulte d’un événement, d’une série d’événements ou d’un ensemble de circonstances vécus par un individu comme étant physiquement ou émotionnellement nuisibles ou mettant sa vie en danger et ayant des effets négatifs durables sur son fonctionnement et son bien-être mental, physique, social, émotionnel ou spirituel.(20) Il peut également s’agir d’expériences indirectes (par exemple, une personne peut ne pas avoir vécu le traumatisme directement, mais en avoir été indirectement affectée).(20)

Pour certaines personnes, les réactions aux événements traumatiques sont temporaires et ont des effets psychologiques et/ou physiques immédiats. Pour d’autres, le traumatisme peut avoir des effets durables sur la vie et le bien-être d’une personne. Certaines personnes ont une réaction plus soutenue au traumatisme. Cette réaction peut devenir chronique ou persistante, entraînant des conséquences plus graves, prolongées ou durables sur la santé mentale (stress post-traumatique et autres troubles anxieux, troubles de l’humeur et de la toxicomanie) et des déficiences physiques (arthrite, maux de tête, douleurs chroniques). Ces symptômes persistants peuvent entraîner un manque de confiance en leur corps. Ils peuvent également modifier la biologie et le comportement individuels au cours de la vie, ce qui peut avoir un impact sur les relations interpersonnelles et intergénérationnelles, entraînant souvent un sentiment de perte de voix et d’impuissance, ainsi qu’une difficulté à exprimer ses pensées et ses sentiments.(21)

Le rôle du système limbique ( éditer | éditer la source )

LimbicSystem.png

Le système limbique est un ensemble de structures comprenant le télencéphale, le diencéphale et le mésencéphale. Il supporte une série de fonctions telles que l’émotion, le comportement, la motivation, la mémoire à long terme et l’olfaction. (22) Des sous-parties du système limbique régulent en fin de compte des aspects importants de nos schémas conscients et inconscients (incluant nos émotions, nos perceptions, nos relations, nos comportements et le contrôle de notre motricité). C’est la partie du cerveau qui est impliquée dans les comportements nécessaires à la survie : l’alimentation, la reproduction et les soins aux jeunes, ainsi que les réactions de combat ou de fuite.

Le système limbique nous aide à gérer les émotions telles que la peur, le plaisir et la colère, ainsi qu’à contrôler nos pulsions (pulsion de faim, pulsion sexuelle, pulsion de sommeil). Il combine également les fonctions mentales supérieures et les émotions primitives en un seul système appelé système nerveux émotionnel. Celui-ci est responsable de nos émotions et de nos fonctions mentales supérieures, comme l’apprentissage et la formation de souvenirs.(23)

Le système limbique est dynamique et peut changer en fonction de l’environnement de la personne. L’expérience modifie cette région du cerveau, ce qui peut contribuer à expliquer pourquoi les expériences psychologiques et physiologiques d’un individu changent au fil du temps. La conscience corporelle peut jouer un rôle dans la modification du système limbique en entraînant le cerveau à traiter les informations différemment, en attribuant de nouvelles émotions à de vieux souvenirs ou en aidant une personne à gérer le stress chronique, la douleur et les traumatismes.

Ressources(edit | edit source)

Emotions Wheel by Abby Vanmunijen (24)

Body Needs Mapping Worksheet by Abby Vanmunijen (25)

Références(edit | edit source)

  1. Gard G. Body awareness therapy for patients with fibromyalgia and chronic pain. Disability and rehabilitation. 2005 Jun 17;27(12):725-8.
  2. Ferro Moura Franco K, Lenoir D, dos Santos Franco YR, Jandre Reis FJ, Nunes Cabral CM, Meeus M. Prescription of exercises for the treatment of chronic pain along the continuum of nociplastic pain: A systematic review with meta‐analysis. European Journal of Pain. 2021 Jan;25(1):51-70.
  3. Gyllensten AL, Ekdahl C, Hansson L. Long-term effectiveness of basic body awareness therapy in psychiatric out-patient care. A randomised controlled study. Adv Physiother. 2009;11:2–12.
  4. Gyllensten AL, Ekdahl C, Hansson L 2009 Long-term effectiveness of Basic Body Awareness Therapy in psychiatric outpatient care. A randomized controlled study. Advances in Physiotherapy 11: 2–12
  5. Gyllensten AL, Jacobsen LN, Gard G. Clinician perspectives of Basic Body Awareness Therapy (BBAT) in mental health physical therapy: An international qualitative study. Journal of Bodywork and movement therapies. 2019 Oct 1;23(4):746-51.
  6. Solano Lopez AL, Moore S. Dimensions of body-awareness and depressed mood and anxiety. Western journal of nursing research. 2019 Jun;41(6):834-53.
  7. Mehling W, Wrubel J, Daubenmier J. Body awareness: a phenomenological inquiry into the common ground of mind-body therapies. Philos Ethics Humanit Med. 2011;6:6.
  8. Gyllensten AL, Hansson L, Ekdahl C 2003a Patient experiences of basic body awareness therapy and the relationship with the physiotherapist. Journal of Bodywork and Movement Therapies 7: 173–183
  9. 9.0 9.1 Gard G, Nyboe L, Gyllensten AL. Clinical reasoning and clinical use of basic body awareness therapy in physiotherapy–a qualitative study?. European Journal of Physiotherapy. 2020 Jan 2;22(1):29-35.
  10. Barrett L. F., Quigley K., Bliss-Moreau E., Aronson K. (2004). Interoceptive sensitivity and self-reports of emotional experience. J. Pers. Soc. Psychol. 87 684–697.
  11. Solano Lopez AL, Moore S. Dimensions of body-awareness and depressed mood and anxiety. Western journal of nursing research. 2019 Jun;41(6):834-53.
  12. Physiopedia. Mindfulness for our Patients.
  13. Treleaven D.A., Britton W. Trauma-sensitive mindfulness: Practices for safe and transformative healing. New York: WW Norton & Company; 2018 Feb 13.
  14. 14.0 14.1 Fang ML, Sixsmith J, Lawthom R, Mountian I, Shahrin A. Experiencing ‘pathologized presence and normalized absence’; understanding health related experiences and access to health care among Iraqi and Somali asylum seekers, refugees and persons without legal status. BMC public health. 2015 Dec;15(1):923.
  15. Carta MG, Bernal M, Hardoy MC, Haro-Abad JM. Migration and mental health in Europe (the state of the mental health in Europe working group: appendix 1). Clinical practice and epidemiology in mental health. 2005 Dec 1;1(1):13. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1236945/
  16. Quickfall J. Cross-cultural promotion of health: a partnership process? Principles and factors involved in the culturally competent community based nursing care of asylum applicants in Scotland.https://era.ed.ac.uk/handle/1842/4466
  17. Health Challenges for Refugees and Immigrants by Ariel Burgess, VOLUME 25, NUMBER 2 https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/ACB7A9B4B95ED39A8525723D006D6047-irsa-refugee-health-apr04.pdf
  18. The Colorado Trust. Keys to Cultural Competency: A Literature Review for Evaluators of Recent Immigrant and Refugee Service Programs in Colorado, REFT Institute, Inc. March 2002.
  19. Bialocerkowski A, Wells C, Grimmer-Somers K. Teaching physiotherapy skills in culturally-diverse classes. BMC medical education. 2011 Dec;11(1):34. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3146421/
  20. 20.0 20.1 Substance Abuse and Mental Health Service Administration. SAMHSA’s Concept of Trauma and Guidance for a Trauma-Informed Approach. HHS Publication No.(SMA) 14-4884. Rockville, MD: Substance Abuse and Mental Health Services Administration, 2014. Available from:https://ncsacw.acf.hhs.gov/userfiles/files/SAMHSA_Trauma.pdf (last accessed 27 March 2022).
  21. Gentsch A, Kuehn E. Clinical manifestations of body memories: The impact of past bodily experiences on mental health. Brain Sciences. 2022 May 3;12(5):594.
  22. Kiddle Limbic system facts for kids Available from: https://kids.kiddle.co/Limbic_system (accessed 28.12.2020)
  23. Boundless. The Limbic System. Available from: https://bluebox.creighton.edu/demo/modules/en-boundless-old/www.boundless.com/psychology/textbooks/boundless-psychology-textbook/biological-foundations-of-psychology-3/structure-and-function-of-the-brain-35/the-limbic-system-154-12689/index.html (last accessed 26 March 2023).
  24. Abby Vanmunijen. Emotions Wheel. Available from: https://www.avanmuijen.com/watercolor-emotion-wheel (accessed 2 March 2023).
  25. Body Needs Mapping Worksheet. Available from: https://www.avanmuijen.com/watercolor-emotion-wheel (accessed 2 March 2023).


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles