Développer des enfants physiquement actifs et sportifs – Blessures spécifiques aux enfants et aux adolescents

Original Editor Jess Bell basé sur le cours de Tracy Prowse
Principaux contributeursJess Bell, Naomi O’Reilly, Kim Jackson et Wanda van Niekerk

Introduction(edit | edit source)

Alors que le niveau d’activité physique des jeunes a diminué,(1) un grand nombre d’enfants et d’adolescents continuent de pratiquer des sports organisés.(2) En outre, l’entraînement des enfants devient plus intense (3) et les jeunes se spécialisent souvent dans des sports spécifiques à un plus jeune âge.(4) Ces enfants présentent des taux de blessures élevés, y compris des blessures de surmenage, et certains enfants sont victimes de burnout.(4) Les enfants ne sont toutefois pas des « mini-adultes » – ils ont tendance à présenter des blessures différentes de celles généralement observées chez les adultes.(4) Cette page traite de certaines blessures courantes spécifiques aux enfants et aux adolescents.

Connaissez l’âge de votre enfant ( edit | edit source )

Comme l’indiquent DiFiori et ses collègues, « l’âge chronologique n’est pas un bon indicateur sur lequel baser les modèles de développement du sport, car les compétences motrices, cognitives et sociales progressent à des rythmes différents, indépendamment de l’âge ».(5) Il existe un certain nombre d' »âges » devant être pris en compte lorsque l’on travaille avec des enfants, notemment ceux-ci :(4)

  • Âge de développement
  • Âge squelettique
  • Âge d’entraînement générale
  • Âge d’entraînement spécifique au sport
  • Âge relatif

Il est également utile de suivre la croissance de l’enfant. Il peut s’agir de mesures régulières (par exemple tous les trimestres) de la taille en position debout et assise, ainsi que de la mesure de la longueur des bras. Ce suivi peut aider à identifier le pic de vitesse de croissance (c’est-à-dire le moment où l’enfant grandit le plus vite). Le tableau 1 montre la croissance typique par année pour les jeunes âgés de 6 à 20 ans.(4)

Tableau 1. Croissance typique en hauteur par année (4)
Âge (années) 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
Hauteur (cm) 5 4.8 5 4.8 5 4.8 8.6 12 7.7 3.3 2.3 1.9 1.3 0.9 0.5

Blessures courantes chez les enfants ( éditer | source d’édition )

Figure 1. Radiographie du genou en pédiatrie.

Pourquoi les blessures chez les enfants sont-elles différentes de celles observées chez les adultes ? ( éditer | source d’édition )

Figure 2. Anatomie d’un os long.

Les blessures observées chez les enfants sont souvent différentes de celles observées chez les adultes pour un certain nombre de raisons, notamment : (4)

  • Site d’attache faible (provoquant des fractures par avulsion) : (6)
    • La cartilage de la plaque de croissance chez les enfants est moins capable de résister aux contraintes que le cartilage articulaire chez les adultes. Il est également moins résistant aux forces de cisaillement et de tension que l’os environnant. Cela peut conduire à une rupture de la physe (voir figures 1 et 2) lorsqu’une contrainte accrue est appliquée. Ainsi, alors que des adultes subissent une déchirure complète d’un ligament ou une dislocation articulaire, les enfants peuvent subir une séparation de la plaque de croissance. Les enfants semblent être plus sujets aux blessures de la plaque de croissance pendant les périodes de croissance rapide (voir tableau 1).(6)
  • Décalage entre la croissance osseuse et la croissance musculaire, qui entraîne des mouvements non coordonnés, et donc des fractures.
  • Physique plus faible, pouvant conduire à une fracture (voir ci-dessus)

Types de blessures ( éditer | source d’édition )

Apophysite : (7)

  • Causée par des lésions en traction du cartilage et de l’attache osseuse des tendons.
  • Souvent liée à une surutilisation chez les enfants en croissance.
  • Plus fréquente au membre inférieur
  • On peut citer le syndrome de Sinding Larsen Johansson, la maladie d’Osgood-Schlatter et la maladie de Sever.

Ostéochondrose : (4) (7)

  • Moins fréquentes, les ostéochondroses sont un groupe d’affections qui touchent l’épiphyse (voir figures 1 et 2). (4)
  • Elles surviennent en cas de changements dégénératifs dans les centres d’ossification épiphysaires des os en croissance.
  • Sont causées par une perturbation temporaire de l’apport sanguin au niveau du complexe os-cartilage, plutôt que par une traction.
  • Elles ont tendance à se résorber spontanément, mais doivent être surveillées (la chirurgie est rarement nécessaire).
  • Par exemple, la maladie de Kohler et la maladie de Legg-Calve-Perthes.

Fractures métaphysaires : (4)

  • Fractures qui affectent la métaphyse des os tubulaires (8)
  • Se produisent le plus souvent dans l’avant-bras et la jambe inférieure.

Fractures par avulsion :

  • Se produisent lorsqu’il y a une rupture de l’os – un fragment d’os est : « arraché de son corps principal par les tissus mous qui y sont attachés ». (9)

Pendant les périodes de croissance rapide chez l’enfant, l’os s’allonge avant que les muscles et les tendons aient le temps de s’étirer et de développer la force et la coordination nécessaires pour contrôler ce nouvel os plus long. Cela peut entraîner une certaine maladresse dans les mouvements de l’enfant.(4)

  • Les blessures traumatiques entraînent des fractures de l’os ou de la plaque de croissance, par exemple :
    • La fracture en bois vert – c’est-à-dire une fracture d’épaisseur partielle – le cortex et le périoste sont rompus sur un seul côté de l’os. Ils ne sont pas affectés de l’autre côté. (10) Elles sont plus fréquentes chez les enfants de moins de 10 ans, bien qu’elles puissent survenir à tout âge. (10)
    • La fracture prématurée de la plaque de croissance = fracture de stress
  • De fortes contractions incoordonnées des muscles entraînent des fractures par avulsion, plutôt qu’une déchirure du muscle ou du tendon. (4)

Le tableau 2 énumère les blessures/ostéochondroses courantes de la plaque de croissance. Ces blessures ont tendance à être traitées de manière conservatrice, sauf celles qui touchent la hanche et le genou. (4) Cliquez sur les liens pour plus d’informations sur ces pathologies.

Tableau 2. Lésions communes de la plaque de croissance / Ostéochondroses. (4) (7)
Non articulaire (liée à la surutilisation) Articulaire Physaire
La maladie d’Osgood-Schlatter

Apophysite de la tubérosité tibiale

La maladie de Legg-Calve-Perthes

Tête fémorale (de 4 à 10 ans)

La maladie de Scheuermann

Colonne thoracique

Syndrome de Sinding Larsen Johansson – Apophysite du pôle inférieur de la rotule La maladie de Kienbock

Os lunaire au poignet (plus fréquent chez les plus âgés de 20 à 30 ans)

La maladie de Blount

Plaque de croissance tibiale proximale (enfants obèses de 9 à 10 ans) (11)

La maladie de Sever

Apophysite calcanéenne

La maladie de Kohler

Naviculaire (de 2 à 8 ans, plus souvent de 4 à 6 ans (12))

Empiètement du complexe triangulaire du fibrocartilage
Ostéochondrite disséquante

  • Condyle fémoral interne du genou
  • Dôme de l’astragale
  • Capitulum du coude – Corps libre – fréquent chez les gymnastes et les lanceurs

Le tableau 3 énumère les fractures courantes rencontrées chez les enfants.

Tableau 3. Fractures courantes chez les enfants.(4)
Fracture métaphysaire Fracture par avulsion Fracture de la plaque de croissance
Apparait le plus souvent dans l’avant-bras et la jambe. Les sites communs incluent :

  • EIAS (long couturier)
  • EIAI (droit fémoral du quadriceps)
  • Tubérosité ischiatique (ischio-jambier)
  • Petit trochanter du fémur (psoas iliaque)
  • Ligamentaire (LCA au tibia)
Fractures de Salter-Harris:

Types I et II

Types III et IV

  • Elles impliquent la surface articulaire et des complications peuvent survenir

Type V (14)

  • Causée par une blessure par écrasement/compression de la plaque de croissance.
  • Rare, mais peut se produire à la suite d’un choc électrique, d’une engelure ou d’une irradiation.
  • En raison de la gravité de la blessure, les patients souffrant de fractures de type V ont tendance à avoir un mauvais pronostic (peut entraîner un arrêt de la croissance osseuse).

NB : même si une radiographie est normale, une histoire de force de rotation ou de cisaillement sévère avec un gonflement localisé, une sensibilité osseuse et une perte de fonction peut indiquer une fracture de la plaque de croissance.(4)

(15)

Message à retenir ( éditer | modifier la source )

Lorsqu’un enfant présente une blessure traumatique, il faut envisager une fracture. Lorsque la douleur est présente depuis plus longtemps ou qu’elle semble liée à une surutilisation, il faut envisager une blessure de la plaque de croissance plutôt qu’une tendinopathie, une entorse ligamentaire ou une déchirure tendineuse ou musculaire.(4)

Traitement des blessures chez les enfants ( éditer | source d’édition )

Fractures par avulsion : (4)

  • Les fractures par avulsion musculotendineuse sont traitées de manière conservatrice (c’est-à-dire de la même manière qu’une déchirure musculaire de grade III).
  • Les fractures par avulsion des ligaments sont souvent traitées par chirurgie. L’enfant devra donc être évalué par un spécialiste.

Fractures métaphysaires : (4)

  • Doit être immobilisée
  • A tendance à guérir rapidement (3 semaines)

Lésions de la plaque de croissance : (4)

  • Requièrent généralement un traitement conservateur / une gestion de la mise en charge, en particulier chez les enfants qui présentent la maladie d’Osgood-Schlatter et la maladie de Sever.
  • Si les niveaux de douleur sont élevés et que l’enfant a du mal à porter son poids sur sa jambe, il peut avoir besoin de béquilles pendant un certain temps (1 à 2 semaines).
  • La mise en charge est ensuite réintroduite progressivement
    • Une approche d’exposition graduelle à la mise en charge peut être adoptée afin que le système commence à s’adapter et à développer une tolérance à la mise en charge.

Ostéochondose / Ostéochondrite disséquante : (4)

  • L’enfant doit être référé à un spécialiste qui pourra déterminer si une immobilisation ou une intervention chirurgicale est nécessaire.

Références(edit | edit source)

  1. Frömel K, Groffik D, Mitáš J, Madarasová Gecková A, Csányi T. Physical activity recommendations for segments of school days in adolescents: support for health behavior in secondary schools. Front Public Health. 2020;8:527442.
  2. Safe Kids Worldwide. Preventing sports-related injuries. Available from: https://www.safekids.org/preventing-sports-related-injuries (accessed 7 November 2021).
  3. Stricker PR, Faigenbaum AD, McCambridge TM; COUNCIL ON SPORTS MEDICINE AND FITNESS. Resistance Training for Children and Adolescents. Pediatrics. 2020;145(6):e20201011.
  4. 4.00 4.01 4.02 4.03 4.04 4.05 4.06 4.07 4.08 4.09 4.10 4.11 4.12 4.13 4.14 4.15 4.16 4.17 4.18 4.19 4.20 Prowse T. Developing Physically Active and Sporty Kids – Injuries Specific to Children and Teens Course. Plus , 2021.
  5. DiFiori JP, Benjamin HJ, Brenner J, Gregory A, Jayanthi N, Landry GL, Luke A. Overuse injuries and burnout in youth sports: a position statement from the American Medical Society for Sports Medicine. Clin J Sport Med. 2014;24(1):3-20.
  6. 6.0 6.1 Caine D, DiFiori J, Maffulli N. Physeal injuries in children’s and youth sports: reasons for concern?. Br J Sports Med. 2006;40(9):749-60.
  7. 7.0 7.1 7.2 Achar S, Yamanaka J. Apophysitis and osteochondrosis: common causes of pain in growing bones. Am Fam Physician. 2019;99(10):610-8.
  8. Jones J. Metaphyseal fracture. Reference article, Radiopaedia.org. Available from: https://radiopaedia.org/articles/metaphyseal-fracture-2 (accessed 9 November 2021).
  9. McCoy JS, Nelson R. Avulsion Fractures. (Updated 2021 Aug 11). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK559168/
  10. 10.0 10.1 Atanelov Z, Bentley TP. Greenstick Fracture. (Updated 2021 Aug 7). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK513279/
  11. Dakshina Murthy TS, De Leucio A. Blount Disease. (Updated 2021 Jul 28). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK560923/
  12. Weerakkody Y, Bell D. Köhler disease. Reference article, Radiopaedia.org. Available from: https://radiopaedia.org/articles/k-hler-disease (accessed 9 November 2021).
  13. Johns K, Mabrouk A, Tavarez MM. Slipped Capital Femoral Epiphysis. (Updated 2021 Aug 9). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK538302/
  14. Levine RH, Foris LA, Nezwek TA, et al. Salter Harris Fractures. (Updated 2021 Apr 21). In: StatPearls (Internet). Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK430688/
  15. nabil ebraheim. Salter Harris Fracture Classification – Everything You Need To Know – Dr. Nabil Ebraheim. Available from: https://www.youtube.com/watch?v=uQYsagiJi7c (last accessed 10/11/2021)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles