Sièges adaptés pour enfants

Rédacteur original Robin Tacchetti d’après le cours de Dana Mather
Principaux contributeursRobin Tacchetti, Jess Bell et Kim Jackson

Introduction(edit | edit source)

Les enfants souffrant d’un handicap physique peuvent avoir des difficultés à maintenir leur corps en position assise pendant la journée scolaire. L’effort effectué à maintenir leur position détourne leur attention de l’apprentissage. Les enfants souffrant d’une déficience motrice légère peuvent présenter des mouvements excessifs sur et autour de leur siège. Les enfants souffrant d’une atteinte motrice importante peuvent avoir du mal à gérer certaines parties de leur corps, ce qui peut affecter le contrôle de la tête et du tronc ainsi que le positionnement des extrémités.(1)

Une intervention couramment utilisée pour améliorer la stabilité de la tête et du tronc chez les enfants souffrant d’un handicap physique est le siège adapté.(2) (3) L’utilisation de sièges adaptés peut contribuer au développement des capacités motrices, faciliter la mobilité des bras et des mains, l’auto-alimentation, le balayage visuel et le suivi, et réduire le besoin d’assistance de la part des soignants.(3) Des études ont montré que les personnes qui utilisent des sièges adaptés ont souvent des expériences positives, entre autres une meilleure performance dans les activités de vie quotidienne et dans les interactions sociales.(4)

Les comportements(edit | edit source)

Les enfants souffrant d’un handicap léger peuvent avoir des problèmes de force de stabilisation, de vision, de fatigue ou de tonus musculaire. Certains comportements observables peuvent indiquer qu’un siège adapté est nécessaire : (1)

  • Tomber de sa chaise
  • S’asseoir et se lever de son siège au-delà de ce qui est autorisé ou acceptable
  • Changer fréquemment de position
  • Enrouler ses jambes autour des pattes de sa chaise
  • S’affaler sur son bureau
  • Prendre appui sur son bureau
  • Tenir sa tête dans sa main

** Les enfants souffrant d’un handicap important ont souvent plus d’un dispositif de siège adapté ou de positionnement, comme un verticalisateur, un fauteuil roulant et/ou un déambulateur.(1)

Le positionnement(edit | edit source)

Les physiothérapeutes peuvent être impliqués dans la recommandation de sièges adaptés pour faciliter le positionnement fonctionnel, améliorer la performance des compétences de manipulation et augmenter le confort de l’assise. (2) Une évaluation approfondie de la posture, portant sur le bassin, le tronc, la tête et les extrémités, est nécessaire pour déterminer la position assise optimale. Les lignes directrices traditionnelles en matière de sièges encouragent les éléments suivants :

  • Pieds en appui sur le sol
  • Chevilles à 90 degrés de dorsiflexion
  • Genoux fléchis à 90 degrés
  • Hanches fléchies à 90 degrés
  • Les hanches bien en arrière sur la chaise (1)
  • Les deux bras reposant confortablement sur le bureau sans que les épaules ne se soulèvent ou ne se haussent.

** L’ajustement est considéré comme approprié si l’enfant peut être assis confortablement dans la chaise en respectant ces paramètres.(1)

L’évaluation(edit | edit source)

Le SATCO (Segmental Assessment of Trunk Control) et le PPAS (Posture and Postural Ability Scale) sont deux tests gratuits utilisés pour la sélection et l’ajustement d’équipements adaptés. (5)

Le SATCO est conçu pour tester le degré de contrôle du tronc. L’examinateur modifie progressivement le niveau de soutien du tronc, passant d’une assise totalement soutenue à une assise libre. Il évalue le contrôle proximal de la tête à la colonne lombaire et mesure le contrôle statique, le contrôle actif/anticipatif et le contrôle réactif. Cette évaluation permet au clinicien de déterminer à quel niveau se situent les problèmes de contrôle du tronc et permet une approche thérapeutique « niveau par niveau ». (6) De plus amples informations sur le SATCO sont disponibles dans cet article (en anglais) : Refinement, reliability, and validity of the Segmental Assessment of Trunk Control (6)

L’échelle de posture et d’aptitude posturale (PPAS – Posture and Postural Ability Scale) évalue la quantité et la qualité de la posture en décubitus dorsal, en décubitus ventral, en position assise et en position debout. La « quantité » est la capacité d’un individu à stabiliser ses segments corporels les uns par rapport aux autres ou à la surface d’appui, tandis que la « qualité » est l’alignement des segments corporels. (7) Cette échelle permet donc d’évaluer séparément la posture et la capacité posturale. De plus amples informations sur le PPAS sont disponibles dans cet article (en anglais) : Psychometric evaluation of the Posture and Postural Ability Scale for children with cerebral palsy (7)

Modification des sièges ( modifier | modifier la source )

Les stabilisateurs(edit | edit source)

  1. Surfaces antidérapantes : appliquées sur l’assise de la chaise pour éviter les glissements
  2. Theraband : tendu entre les pattes de chaise, il permet aux élèves de stabiliser leurs pieds plutôt que de les enrouler autour de la chaise
  3. Coussins d’assise : ils peuvent être lisses ou bosselés et/ou gonflés à différents niveaux ; ils peuvent fournir un apport sensoriel (2)
  4. Support de pieds : soulève les pieds de l’élève pour éviter qu’ils ne pendent ; on peut utiliser une boîte en bois ou en carton
  5. Modifications du bureau : changer l’angle de la surface d’écriture ; aide dans les cas de tonus faible, de réflexes anormaux ou de mauvaises habitudes de préhension – la force de préhension peut être améliorée lorsque le poignet est en extension (un classeur à trois anneaux tourné sur le côté ou un pupitre inclinable peuvent aider à atteindre cette position)
  6. Chaise avec accoudoirs : aide au soutien latéral et fournit des limites
  7. Les stabilisateurs supplémentaires comprennent : la serviette roulée, les blocs, les coussins et les traversins – ils peuvent tous fournir un soutien positionnel (1)

Les amplificateurs de mouvement ( éditer | edit source )

  1. Coussin de siège : coussin à disque avec surface antidérapante. La quantité d’air dans le coussin permet différents degrés de mouvement, ce qui peut aider l’enfant à rester alerte. (1) Les coussins fournissent également un apport sensoriel. (1) (2)
  2. Modification des pattes de la chaise : des balles de tennis sont placées sur les pattes opposés de la chaise pour créer un mouvement de bascule sécuritaire (au lieu de faire basculer la chaise sur deux pattes)(1)

Les chaises alternatives ( éditer | edit source )

  1. Tabouret en T : tabouret en bois à un pied en forme de « T ». Il peut aider à l’engagement, à la concentration, à l’équilibre et à la motricité perceptive. (1) (5)
  2. Coussin ou pouf Beanbag : idéale pour les tâches d’écoute et de lecture silencieuse. Il est utile pour les étudiants qui ont des problèmes de fatigue, (1) et peut aider à réduire l’hyperactivité chez les enfants autistes. (5)
  3. Chaises-ballons d’équilibre (Swiss ball) : permettent d’attirer l’attention des élèves qui ont des difficultés à assister aux cours. Elles peuvent améliorer le sens vestibulaire et proprioceptif. (1) (2)

Autres options de sièges ( éditer | éditer la source )

Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles