Travailler en équipe pour soutenir les personnes déplacées en situation de migration

Introduction(edit | edit source)

« Les équipes sont souvent fluides … le personnel, y compris les médecins, les infirmières, les assistants chirurgicaux et les pharmaciens, peuvent être amenés à intégrer une nouvelle équipe de soins à chaque changement d’équipe ou pour chaque nouveau patient. Les principes fondamentaux d’une bonne collaboration sont les mêmes, quel que soit le caractère transitoire de l’équipe… Il s’agit de définir clairement les rôles, les objectifs et le plan de soins. » (1)

Si vous vous trouvez dans une position obligatoire ou dans une situation de bénévolat au sein d’une équipe en situation de migration avec des personnes déplacées, l’examen des catégories suivantes jettera un peu de lumière sur les attentes concernant vos points de vue et comportements personnels. La vérité sous-jacente qui persiste et qui est répétée est TRÈS importante à comprendre : ….. Vous devrez travailler souvent dans des circonstances difficiles et avec des ressources limitées.

L’auto-réflexion et l’auto-évaluation ( éditer | éditer la source )

La capacité à se regarder objectivement est une étape importante dans la prise de décision personnelle. Il est important de savoir ce que l’on ressent et ce que l’on pense, mais il faut essayer de regarder en vous-même et de juger ce que les autres pensent également.

Qu’apportez-vous exactement à la situation actuelle ?

Votre participation est-elle productive, destructive et nécessaire à l’atteinte de l’objectif global ? Votre capacité à réfléchir à vos actions et à vous adapter au cours de votre travail contribuera à la cohérence de l’équipe et à la réalisation des objectifs.

Êtes-vous capable d’apprendre par la pratique ? En réfléchissant à vos expériences professionnelles, vous devriez être en mesure d’identifier ce qui a fonctionné, ce qui n’a pas fonctionné et ce que vous pourriez améliorer la prochaine fois. L’équipe elle-même peut faire des exercices de réflexion, mais les capacités individuelles de réflexion et de contribution à l’équipe sont essentielles pour progresser.

Vos motivations sont-elles motivées par le désir d’aider ou par le fait que quelqu’un d’autre vous fait sentir que vous devez le faire ?

Les attributs personnels ( éditer | éditer la source )

Vos attributs peuvent également être considérés comme votre « bagage ». Certains d’entre eux sont présents sans que l’on ait vraiment le choix :

  • l’âge
  • le genre
  • la réputation

Cependant, malgré l’importance de ces facteurs, vous portez également des facteurs « profonds », tels que

  • vos traits de personnalité
  • vos valeurs
  • vos capacités
  • l’éducation culturelle, sur laquelle vous n’avez qu’un contrôle limité

Ces attributs que vous ne pouvez pas changer sont-ils en mesure de faciliter la réalisation des objectifs de l’équipe ? Serez-vous à l’aise dans la structure de l’équipe – par exemple, si l’équipe est composée d’hommes blancs et que vous êtes une femme afro-américaine, cela présente-t-il des problèmes qui vous rendent mal à l’aise ou vous empêchent de jouer votre rôle ?

Cesproblèmes profonds peuvent entrer en conflit avec d’autres membres de l’équipe. Pourriez-vous travailler avec d’autres personnes dont les croyances sont différentes, en les acceptant ou en les tolérant ?

Si vous avez un passé militaire, vous aurez un sens de la cohésion au sein d’une équipe et des modèles mentaux partagés qui vous aideront à vous sentir à l’aise et à travailler dans une équipe.

Êtes-vous introverti ou extraverti ? Les extravertis sont généralement plus à l’aise en équipe, mais ils peuvent (et n’ont pas peur de) « faire bouger les choses », tandis que les introvertis sont discrets et ne souhaitent généralement pas diriger les gens ou être au centre de l’attention, mais ils sont d’excellents auditeurs et ont une grande capacité de concentration.

Connaissez vos propres forces et faiblesses au travail. Embrassez vos penchants naturels. Acceptez-vous tel que vous êtes. Vous sentez-vous à l’aise pour fixer et maintenir des limites ? Les limites peuvent vous protéger et honorer vos besoins.

Vous serez probablement amené à interagir avec de nombreuses personnes ayant des caractéristiques différentes ; demandez-vous si vous pouvez faire face à de longues heures de ce type d’exposition. Le temps passé seul peut être utile, mais serez-vous en mesure de le mettre à l’horaire ?

1. Sécurité(edit | edit source)

Les « secouristes » formés ont cette phrase ancrée dans leur tête : vous n’êtes d’AUCUNE utilité si vous n’êtes pas là. Si votre sécurité est compromise, l’aide que vous pouvez apporter aux autres l’est également. Cela renvoie à votre capacité d’autoréflexion et d’évaluation. Vous devez vous occuper de :

  1. vous-même
  2. vos collègues ou des autres membres de l’équipe
  3. migrants qui donnent à votre équipe ses objectifs (raison d’être du travail)

L’acrostiche ou acronyme “I’m Safe” de l’Institut canadien pour la sécurité des patients peut aider un individu à évaluer sa propre situation. Il est composé des premières lettres des mots anglais : Illness, Medication, Stress, Alcohol and drugs, Fatigue et Eating and elimination comme suit :(2)

  • Illness – Maladie (Comment me sens-je ? Ai-je les idées claires ?)
  • Medication – Médicaments (mes médicaments sont-ils susceptibles d’avoir une incidence sur ma capacité à exercer mon activité professionnelle ?)
  • Stress – Stress (Suis-je stressé ? Y a-t-il des facteurs dans ma vie personnelle ou professionnelle qui ont un impact sur ma capacité à faire mon travail ?)
  • Alcohol and drugs – Alcool et drogues (Suis-je affecté par les effets de ces drogues ?)
  • Fatigue – Fatigue (Suis-je en manque de sommeil et fatigué ?)
  • Eating and elimination – Alimentation et élimination (est-ce que je saute des repas et des pauses toilettes ?)

Vous travaillerez souvent dans des situations difficiles avec peu de ressources, et vous devrez donc procéder régulièrement à des « autocontrôles » et à des « contrôles par les pairs ».

Quels sont vos ACES (Adverse Childhood Experiences – Expériences négatives dans l’enfance), vos déclencheurs ou vos traumatismes passés ? Si vous êtes victime d’un déclenchement, comment le géreriez-vous normalement et pourriez-vous le gérer dans votre situation de travail actuelle ?

Comment gérez-vous le stress ? Et soyez-en assuré VOUS SEREZ CONFRONTÉ AU STRESS. Serez-vous en mesure d’utiliser vos techniques de déstressage dans cette situation ? (3) (4)

Les financier(edit | edit source)

L’argent peut être un facteur de motivation, mais aussi de dissuasion. Si vous faites du bénévolat, pouvez-vous supporter de ne pas gagner d’argent, ou le bénévolat vous coûtera-t-il des frais (par exemple pour le transport ou les commodités) ? Tous les postes d’une équipe ne sont pas bénévoles et il vaut la peine de demander s’il est possible de négocier un salaire.

Si vous êtes rémunéré, cela suffira-t-il à tout couvrir ? Avez-vous besoin d’être payé exactement ce que vous valez ou pouvez-vous faire des compromis ? Vous pouvez peut-être prendre des vacances dans le cadre de votre emploi habituel ou percevoir un pécule de vacances qui fait l’affaire – mais que se passe-t-il si un événement survient et que le travail est prolongé ou que vous n’êtes pas en mesure de reprendre votre poste habituel ? Pouvez-vous y faire face ? L’argent peut être une motivation pour travailler dur ou pour abandonner.

Le rôle et la responsabilité ( éditer | éditer la source )

Êtes-vous qualifié ? Pouvez-vous faire ce travail ? Avez-vous une licence professionnelle ? Vos licences professionnelles et/ou vos assurances couvrent-elles suffisamment la situation ? couvriront-t-ils votre lieu de travail, s’il n’est pas de votre domicile, de votre État, de votre province ou de votre pays ? Certaines régions du globe ont des restrictions concernant les personnes autorisées à travailler sur leur territoire.

Si vous êtes médecin, avez-vous été formé dans un modèle médical à l’ancienne, où la relation médecin-patient est au centre des préoccupations et où tous les autres acteurs sont là pour soutenir cette relation ? Si c’est le cas, vous aurez peut-être plus de difficultés à gérer les procédures, car ce modèle n’est plus utilisé. Tout le monde, dans la chaîne qui va du point d’origine du migrant au point de destination, en passant par tout arrêt en cours de route, TOUT le monde est important.

Pensez-vous que votre rôle sera important ? Si ce n’est pas le cas, ce travail n’est peut-être pas celui qui vous convient le mieux.

Quel sera votre rôle ? En avez-vous une bonne compréhension et êtes-vous en mesure d’accepter ce rôle ? Si le rôle ne semble pas convenir, de nombreux postes doivent souvent être pourvus dans ces équipes multiples qui assistent les migrants. Peut-être y a-t-il un rôle différent auquel vous n’avez pas pensé ou que vous n’avez pas exercé auparavant et qui vous conviendrait mieux. Mais voici l’amère réalité : les rôles peuvent changer de manière inattendue et ils doivent s’adapter à la situation. Une fois que vous avez une idée claire de votre rôle, on attend de vous que vous le remplissiez, mais si ce rôle change, votre compréhension et vos attentes changent également. Il se peut que l’on vous demande de travailler en dehors de votre routine – mais soyez conscient de votre champ d’action et restez dans ses limites (surtout si vous avez une licence professionnelle).(4)

Souvent, les professionnels aiment avoir toutes les réponses et peuvent être frustrés par le manque de dossiers ou d’informations disponibles. Vous devez être capable de vous engager avec vos meilleures intentions dans un rôle, même si ce rôle ne semble pas idéal. Êtes-vous prêt à aider les autres dans leur rôle ? (par exemple, vos points forts et vos compétences peuvent aider les autres membres de l’équipe à réduire leur charge de travail ou leurs frustrations). Bien que les responsables essaient de proposer des formations, si vous avez de l’expérience, il sera bénéfique pour tout le monde que vous en parliez et que vous la partagiez. Tout le travail – incluant le « sale boulot » et les « trucs sympas » – est important, il faut s’y préparer et accepter les deux de la même manière. Ne partez pas du principe que les autres travailleront et interagiront de la même manière que vous.

Commencez plutôt par observer les autres. Préfèrent-ils les courriels aux appels téléphoniques ? Veulent-ils bavarder avant les réunions ? Ont-ils besoin de discuter de quelque chose avant de prendre une décision ? Si vos réponses sont différentes, envisagez de vous adapter à leur style de travail préféré. Vous obtiendrez davantage de résultats et les gens seront plus enclins à travailler avec vous.

Communication(edit | edit source)

Êtes-vous capable de transmettre des informations verbalement, non verbalement et par écrit ? Vous serez probablement amené à converser avec de nombreuses personnes différentes, cela vous pose-t-il un problème ? Le fait de travailler dans une deuxième ou une troisième langue ou d’être obligé d’avoir recours à un interprète constitue un défi supplémentaire. Êtes-vous prêt à relever ce défi ? Parfois, les charades et les expressions du langage corporel sont les seules choses que vous avez en commun pour communiquer.

Les traits qui vous aideront à travailler dans le domaine de la communication sont les suivants :

  • être capable d’écoute active
  • être capable de converser avec assurance
  • être capable de recevoir et de donner un retour d’information
  • comprendre et utiliser le langage corporel afin de transmettre des messages positifs
  • parler avec clarté et un bon volume

ëtes-vous caable d’écouter ? Honnêtement, en écoutant un autre être humain, nous le reconnaissons et lui transmettons le message que nous le « voyons » vraiment. Pouvez-vous rester calme, réfléchir à une situation et l’évaluer, puis l’expliquer rationnellement à quelqu’un d’autre, quel que soit son poste ou son rôle, qu’il s’agisse d’un subordonné ou d’un supérieur dans votre domaine ? Si vous êtes tenté par les commérages, votre crédibilité sera rapidement compromise. Il faut fournir des informations solides et vérifiées.

Il y aura des réunions, des comptes rendus et des caucus, des occasions formelles et informelles de partager des informations. Peut-être êtes-vous plus à l’aise pour prendre des notes et écouter que pour participer. Toutes les contributions ne prennent pas la forme d’une conversation. Il est tout aussi productif de se concentrer sur l’écoute et la compréhension du point de vue des autres.

Le dévouement et l’engagement ( éditer | éditer la source )

Êtes-vous prêt à assumer les tâches qui vous sont confiées afin de soutenir l’équipe ? Vous devez contribuer aussi souvent que possible et vous assurer que vous êtes disponible et engagé à faire ce qu’il y a de mieux pour l’équipe. Si les objectifs de l’équipe ne sont pas quelque chose que vous pouvez soutenir, vous n’aurez pas une influence positive.

La collaboration et la coopération ( éditer | éditer la source )

Il est impératif de coopérer et de travailler avec les autres. Vous avez peut-être déjà travaillé avec d’autres personnes sans problème, mais la collaboration est plus efficace pour générer des résultats positifs.

Vous sentez-vous à l’aise pour demander à vos collègues « Comment puis-je vous aider ? » à chaque occasion ? Cette simple question permet de développer la bonne volonté, la réciprocité, la compréhension et la collaboration.

Les responsabilités(edit | edit source)

Êtes-vous responsable ? Vous serez tenu d’accomplir certaines tâches d’une certaine manière, mais la responsabilité est un peu différente – elle englobe le résultat des différentes responsabilités accomplies. Si vous êtes fier de votre travail, que vous assumez votre rôle et vos responsabilités et que vous êtes capable d’accepter le mérite ou la critique de vos actions, alors vous êtes responsable.

Il s’agit d’une question délicate, car il existe aujourd’hui des procédures judiciaires qui posent la question suivante : « Pourquoi un praticien agréé voudrait-il rendre des comptes, s’il a commis une erreur – même une erreur supposée – ou perçue comme telle, il sera puni ? L’obligation de rendre des comptes implique qu’un travailleur tienne sa promesse d’accomplir certaines tâches, mais elle est rapidement associée à la notion de punition ou de blâme, et les individus hésitent de plus en plus à se présenter pour rendre des comptes dans certaines situations. La responsabilité d’accomplir les tâches avec succès et dans les délais impartis et de comprendre quelles tâches sont prioritaires par rapport à d’autres est un élément positif de la responsabilisation. En revers de la médaille, le « jeu des reproches » ne fait jamais de vainqueur.

Pouvez-vous faire face à l’examen minutieux de la responsabilité ? Certaines personnes ne parviennent pas à respecter leurs engagements, et ça peut-être vous, dans ces situations difficiles. Comment allez-vous gérer ces interactions ? Êtes-vous capable de vous défendre ou avez-vous tendance à chercher des coupables ailleurs ? Il n’y a rien de bon à jeter un collègue devant le bus. Défendre ses intérêts et celui des autres lorsque vous vous rendez compte que des objectifs ou des tâches ne semblent pas réalisables ou réalistes, vous aidera à mettre les autres et vous-même sur la voie de la réussite.

La flexibilité et l’adaptabilité ( éditer | éditer la source )

Dans les situations de crise ou de stress, les rôles et les responsabilités sont fluctuants, ils peuvent changer rapidement et de manière inattendue. Pouvez-vous suivre ? Lorsque les priorités changent, et parfois de manière très radicale, tout le monde doit se réorienter. Les chefs d’équipe aimeraient être en contrôle pour guider tout le monde, mais la réalité est que beaucoup de ces décisions seront prises par vous, en tant qu’individu. Vous devez être capable d’autoréguler vos actions en fonction des besoins de l’équipe et de vous adapter à des situations en constante évolution.

Si vous êtes sujet au stress ou à l’anxiété en raison des changements d’orientation des objectifs, ce travail n’est peut-être pas pour vous. Vous pouvez être amené à changer complètement de rôle ou de lieu de travail si d’autres travailleurs sont soudainement indisponibles. Cela peut impliquer de gérer des processus et des attentes différents. La créativité est donc un atout, ici. Le fait de puiser dans votre côté créatif pour faire face aux problèmes et d’utiliser des techniques de gestion du stress vous aidera à faire face à la situation.

La fiabilité(edit | edit source)

D’autres s’appuieront sur vous. Pouvez-vous être consistant dans votre participation ?

Vous devez faire votre part pour accomplir votre juste part du travail et accomplir les tâches. Cependant, il est difficile d’accomplir des tâches de manière fiable si vous les jugez irréalistes. Êtes-vous capable de demander de l’aide aux autres ?

Permettre aux autres de vous aider, accepter et partager à la fois le travail physique et les idées concernant les tâches et la situation, contribuera grandement à faire de vous un membre plus authentique et plus accessible.

L’ouverture et la volonté ( éditer | éditer la source )

Êtes-vous prêt(e) à vous impliquer et à apporter votre aide chaque fois que cela est nécessaire ? Pouvez-vous mettre vos émotions de côté lorsqu’il y a des différences de perspective, d’approche ou de style, afin de trouver le moyen de faire en sorte que le travail soit fait ? Êtes-vous à l’aise pour aider les autres à faire leur part du travail, à résoudre des problèmes et à prendre des mesures ?

Si vous vous concentrez uniquement sur l’accomplissement de vos propres tâches et que vous n’êtes pas en mesure de voir l’accomplissement de toutes les tâches qui mèneront à la réalisation de l’objectif global, alors ce travail n’est peut-être pas pour vous.

Pouvez-vous vous impliquer, essayer de nouvelles choses, de nouveaux moyens (processus), pour inspirer et responsabiliser les autres ? Un chef d’équipe peut organiser des programmes structurés afin de renforcer la cohésion. Êtes-vous ouvert à de nouvelles idées qui peuvent vous mettre mal à l’aise, mais qui profiteront à l’équipe ? Êtes-vous prêt à participer à la formation et au renforcement de l’équipe, à vous impliquer régulièrement dans les activités et les décisions de l’équipe ? Ça pourrait être vous que la formation aide, mais ça pourrait aussi être vous qui avez l’expérience et votre capacité à partager et à accompagner les autres sera utile.

Vous sentez-vous à l’aise pour faire part de vos idées et de vos opinions et pour travailler à l’établissement de bonnes relations ?

Les relations interpersonnelles ( éditer | éditer la source )

On attendra certainement de vous que vous traitiez les membres de votre équipe avec respect, considération et courtoisie, même si vous n’êtes pas nécessairement d’accord avec l’opinion ou la façon de faire de quelqu’un d’autre. Et on attendra d’eux qu’ils fassent de même avec vous. Il est préférable de se concentrer sur les intérêts communs plutôt que sur les positions individuelles.

Pouvez-vous suivre les ordres, respecter les protocoles et les processus ? Le fait de se concentrer sur les tâches assignées permet d’accorder la priorité aux objectifs de l’équipe plutôt qu’aux opinions personnelles qui ne contribuent pas à la réalisation de l’objectif.

S’intéresser sincèrement aux autres (curiosité) est utile dans ces cas. Pouvez-vous vous étendre aux autres pour leur poser des questions sur leur vie ? Vous pouvez vous appuyer sur de petits éléments d’information pour poursuivre la conversation. Que votre équipe soit multiculturelle ou plus homogène, vous devez être capable de mettre de côté vos préjugés. Regardez ce que les autres apportent à l’équipe, ils vous regarderont de la même façon. Vous faites-vous facilement des amis ? Si ce n’est pas le cas, vous devrez faire plus d’efforts dans ce domaine.

On ne s’attend pas à ce que vous trouviez votre nouveau meilleur ami pour toujours, mais vous devez être capable de faire confiance aux autres et ceux-ci doivent vous faire confiance. La confiance est essentielle, et elle se construit au fil des conversations et de l’amitié. Des collègues qui s’apprécient, s’entraident et se soutiennent plutôt que de se tolérer. Cette attente sera étendue aux migrants avec lesquels vous serez régulièrement en contact. Si ce concept vous semble difficile, ce travail n’est peut-être pas pour vous. En cas de crise, on attendra de vous que vous rassuriez les migrants, que vous ne vous contentiez pas de paroles légères, mais que vous soyez capable d’inspirer l’espoir et d’apaiser les craintes qui s’intensifient.

Vous devez également être direct, donner des consignes claires et simples. Cela pourrait vous sembler très autoritaire mais est nécessaire. Les personnes en crise sont souvent désorientées et ont besoin que vous ancriez leurs pensées et leurs émotions. Vous serez le calme dans la tempête. Malgré la patience, la compréhension, la gentillesse et la coopération dont vous faites preuve avec les autres, des conflits peuvent survenir (et surviendront probablement). Si vos valeurs et vos croyances s’opposent ou si vos opinions sur la manière d’accomplir les tâches diffèrent, pouvez-vous aborder la question calmement ? Êtes-vous capable de mettre de côté vos opinions personnelles et d’écouter les autres ? Voyez-vous le conflit comme un échec ou une bataille à gagner ? Si vous considérez la situation comme une bataille, elle le sera – vous devez la considérer comme une occasion d’explorer des options. Vous devrez peut-être demander l’aide d’autres personnes pour résoudre le problème. Mais quoi qu’il en soit, il faut trouver une solution. Même le fait de « convenir d’un désaccord » est une résolution, à condition que le travail de chaque individu et de l’équipe puisse progresser.

Vous devez être en mesure d’accepter les différences de chacun et de vous concentrer sur des objectifs communs.

La résolution de problèmes et la prise de décision ( éditer | éditer la source )

Pouvez-vous identifier la cause d’un problème et trouver une solution efficace pour le résoudre ? Pour ce faire, vous devrez être capable de prendre des décisions, de faire des recherches, d’analyser des informations, de faire preuve d’écoute active, de créativité et de communication.

On attend de vous que vous preniez des décisions dans le cadre de votre champ d’action et de votre domaine de responsabilité. Cependant, la direction prendra des décisions qui orienteront votre travail, avec lesquelles vous pourrez être d’accord ou non. Dans ces circonstances, si vous pouvez poser des questions, recherchez la compréhension (voire l’acceptation totale), afin de pouvoir mieux continuer à accomplir vos tâches. La transparence de la prise de décision, qu’elle émane de vos dirigeants ou de vous-même, facilitera le processus d’acceptation et fera progresser la mission globalement.

Faites-vous preuve d’une réelle curiosité au quotidien ? Le fait de poser des questions sur les choses est la façon dont votre esprit recueille des informations afin de résoudre des problèmes et de prendre des décisions.

L’attitude(edit | edit source)

Avez-vous remarqué que vous vous parlez à vous-même ? Chaque fois que nous « pensons », nous avons un récit à l’intérieur de notre esprit. Le vôtre est-il positif ou négatif ? L’optimisme favorise les émotions positives, indique à notre cerveau que nous pouvons espérer des récompenses, et nous sommes donc plus enclins à écouter, à comprendre, à collaborer, à résoudre des problèmes, etc.

Envisager l’avenir de manière optimiste, c’est notamment.. :

  • donner de l’énergie plutôt que d’en retirer aux autres
  • se concentrer sur les opportunités et non sur les problèmes
  • rechercher et louanger les choses qui vont bien et qui se passent bien, plutôt que de se concentrer sur les erreurs et les critiques
  • essayer de ne pas juger les choses (ou les personnes) bonnes ou mauvaises et chercher à reconnaître les différences sans les étiqueter
  • anticiper les récompenses en suivant le travail défini

La négativité peut survenir naturellement, lorsque nous voyons des dangers, ou lorsque nous subissons un traumatisme ou un échec, nous ressentons des émotions négatives qui tentent de nous dire d’éviter ce danger. Le défi consistera à trouver votre propre « récompense » ou à aider vos collègues à trouver la leur. Si vous pouvez demander des conseils, partager ouvertement les idées et les attitudes positives des uns et des autres, cela contribuera à calmer ces pensées négatives. Vous pourriez être celui qui a besoin d’aide ou celui qui aide ceux qui vous entourent.

Vous considérez-vous en mesure d’apporter des changements positifs aux autres ? Un simple sourire et un signe de reconnaissance fait un bon bout de chemin. Il faut aussi se poser la question : « Et si vous échouez ? ». Le fait d’être optimiste ne rend pas nécessairement le résultat positif. Comment allez-vous gérer les échecs, petits ou grands ? Pouvez-vous en retirer quelque chose de positif ou avez-vous besoin de temps pour faire votre deuil ou guérir ?

Certaines choses vont mal tourner, qu’il s’agisse d’un problème aussi mineur que le non-respect d’un délai ou d’un problème aussi grave qu’une blessure ou un décès. Avez-vous un système de soutien ? Même les membres de l’équipe avec lesquels vous aviez peu d’interaction auparavant peuvent devenir votre meilleur soutien.

Ressources(edit | edit source)

Références(edit | edit source)

  1. Weir, Kirsten, American Psychological Association. What Makes Teams Work?. Available from: https://www.apa.org/monitor/2018/09/cover-teams (accessed 01/07/2022)
  2. Canadian Patient Safety Institute. Module 4: Teamwork: Being an Effective Team Member. Available from: https://www.patientsafetyinstitute.ca/en/education/PatientSafetyEducationProgram/PatientSafetyEducationCurriculum/Pages/Module-4-Teamwork.aspx (last accessed 28 January 2023).
  3. Choi YJ. Psychological first-aid experiences of disaster health care workers: a qualitative analysis. Disaster medicine and public health preparedness. 2020 Aug;14(4):433-6.
  4. 4.0 4.1 Said NB, Chiang VC. The knowledge, skill competencies, and psychological preparedness of nurses for disasters: a systematic review. International emergency nursing. 2020 Jan 1;48:100806.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles