Entraînement à l’équilibre réactif

Rédacteur original Pierre Roscher sur la base du cours de Selena Horner
Principaux collaborateurs Pierre Roscher, Jonathan Wong, Tarina van der Stockt, Kim Jackson, Lucinda hampton and Stacy Schiurring

Description(edit | edit source)

L’entraînement à l’équilibre réactif (EER) est un type d’exercice visant à améliorer le contrôle des réactions de prévention des chutes en cas de perte d’équilibre. L’EER implique des mouvements de l’ensemble du corps, et ces mouvements ont des effets bénéfiques similaires à ceux d’autres exercices tels que la marche, et peuvent, avec le temps, améliorer la force et la condition physique (1) (2) . L’EER a le potentiel d’améliorer simultanément plusieurs aspects de la santé physique (2).

De nombreux programmes d’équilibre ont anciennement ciblé uniquement les composantes statiques et dynamiques de l’équilibre, sans se préoccuper de la composante réactive (3) . Cependant, le facteur dominant des chutes est le fait de glisser ou de trébucher en marchant (4) . Des réactions d’équilibre appropriées et opportunes sont essentielles pour la stabilité après une perte d’équilibre (5) . Les réactions d’équilibre, telles que le pas compensatoire, sont cruciales pour la prévention des chutes (5) .

Des revues systématiques suggèrent que l’entraînement à l’équilibre réactif peut réduire les taux de chute de 46 % à 48 % (6) (7) .

Indications(edit | edit source)

L’indication à utiliser l’EER comme technique de traitement est largement (mais pas exclusivement) basée sur le fait que le patient a un problème d’équilibre. En tant que physiothérapeute, il existe de nombreuses façons d’évaluer l’équilibre, mais l’Échelle d’évaluation de l’équilibre de Berg est une mesure de résultat utile et peut prédire le risque de chute chez les personnes âgées (8) (9) . Il est également important de s’assurer que le patient ait des exercices appropriés à son état actuel. Le « Balance Intensity Scale » (BIS) est une mesure clinique de l’intensité des exercices d’équilibre chez les personnes âgées (10) (11) . Le BIS comporte une composante évaluée par le clinicien et une composante évaluée par la personne qui fait les exercices (12) . De nombreux patients peuvent bénéficier de l’EER, tels que les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC) (2) , les patients atteints de la maladie de Parkinson (13) et toute personne présentant un risque de chute.

Voici un exemple d’EER :

Comment fonctionne l’EER? ( éditer | éditer la source )

Les thérapeutes exposent intentionnellement un patient à une expérience qui représente un défi, en augmentant progressivement ce défi au fil du temps. Une force est appliquée sur le patient. Les forces peuvent être internes ou externes et celles-ci perturbent le centre de gravité du patient. Le but de l’exercice est de créer une instabilité d’intensité suffisante pour obliger le patient à exécuter une stratégie pour maintenir le centre de gravité à l’intérieur de la base de sustentation et ainsi éviter une chute (14) .

Les exercices peuvent souvent consister à faire de manière répétée la même activité dynamique inattendue pour le patient nécessitant une réaction physique de sa part pour éviter une chute, jusqu’à ce qu’il soit capable de réagir de manière efficace et constante pour assurer un contrôle adéquat de son centre de gravité durant cette activité.

Quatre aspects importants de l’EER( éditer | éditer la source )

1. Perturbations internes et externes ( éditer | edit source )

L’entraînement à l’équilibre réactif intègre les perturbations dans les interventions (15) .

Les perturbations internes se produisent lorsque le patient effectue une activité anticipée et ne contrôle pas correctement son centre de gravité. C’est le patient lui-même qui i) manque de contrôle, ii) a une mauvaise coordination, iii) n’est pas suffisament conscient de son centre de gravité iv) n’a pas une réponse motrice adéquate conduisant ainsi son centre de gravité à s’approcher des extrémités de sa base de sustentation ou à en sortir complètement.

Les perturbations externes sont différentes des perturbations internes. Pour qu’il y ait perturbation externe, il faut qu’un élément de l’environnement externe à la personne provoque une force qui agisse sur le centre de gravité, entraînant le déplacement de ce dernier et lui faisant atteindre ou dépasser les limites de la stabilité.

Pour en savoir plus sur lestechniques de perturbation (en anglais).

Regardez la vidéo suivante d’EER utilisant une plateforme roulante et voyez si vous pouvez identifier les différents types de perturbations.

2. Contrôle postural ( éditer | éditer la source )

Le contrôle postural est la façon dont le corps maintient son équilibre dans n’importe quelle situation. Il nécessite un système flexible et automatique pour répondre de manière adéquate aux événements prévus et imprévus. Il comprend à la fois des mécanismes d’anticipation et des stratégies compensatoires (réactives). Un contrôle postural efficace dépend d’une variété de systèmes tels que : le système somatosensoriel, le système vestibulaire, le système visuel et le système neuromusculaire.

Pour en savoir plus sur le contrôle postural (en anglais).

3. Contrôle de l’équilibre ( éditer | éditer source )

Le contrôle de l’équilibre est simplement la capacité du corps à maintenir son centre de gravité à l’intérieur de sa base de sustentation. Une chute se produit lorsque le centre de gravité d’une personne sort de sa base de sustentation et qu’elle n’a pas de stratégie de compensation. D’un point de vue biomécanique, on peut également dire que le centre de gravité est perturbé en cas de chute. Le centre de gravité n’est plus dans une position stable par rapport à la base de sustentation.

Pour en savoir plus sur le centre de gravité (en anglais).

Approches qui sont de l’EER et celles qui n’en sont PAS ( éditer | éditer la source )

Entraînement à l’équilibre basé sur les perturbations : ( éditer | edit source )

L’entraînement à l’équilibre basé sur les perturbations est la principale forme d’entraînement réactif à l’équilibre, largement utilisée dans la littérature. On soumet le patient à une perturbation externe, l’obligeant à réagir à la force externe et à maintenir sa stabilité posturale pour ne pas tomber. Les thérapeutes peuvent, par exemple, appliquer des forces vers l’avant, vers l’arrière et sur les côtés en tirant sur les hanches ou les épaules.

Le programme d’exercices d’Otago : ( éditer | éditer la source )

Le programme d’exercices Otago n’est pas un entraînement à l’équilibre réactif, mais il s’agit d’une approche très efficace pour améliorer l’équilibre et réduire les chutes chez les personnes âgées (16) . Bien que le programme comprenne des activités pour aider à regagner un meilleur équilibre, ces activités sont de nature anticipatoire. Les ajustements anticipatoires qui mettent au défi une personne à maintenir son équilibre ne sont pas nécessairement un entraînement à l’équilibre réactif. Lorsqu’une personne sait qu’elle doit accomplir une tâche, elle a le temps de réfléchir à cette tâche et de déterminer comment l’accomplir. La personne est capable d’anticiper ce qui doit être fait. Il s’agit, par exemple, d’activités cliniques telles que la marche en pas croisés, l’application Clock Yourself, la marche en tandem, la marche à reculons ou les activités de déplacement d’un ou des bras étendus. Dans ces exemples, la personne connaît l’activité à effectuer parce qu’elle a reçu une directive et peut anticiper l’activité à effectuer.

Le Tai-Chi :(edit | edit source)

Le tai-chi n’est pas nécessairement un entraînement à l’équilibre réactif. Bien que le tai-chi comprenne des mouvements lents et contrôlés et que ces mouvements aident à améliorer l’équilibre, cet exercice est principalement de nature anticipatoire. Si une personne n’est pas en mesure d’effectuer les mouvements en douceur et que cela crée des perturbations internes suffisamment importantes pour générer une réponse permettant d’éviter une chute, l’activité relèvera alors de l’entraînement de l’équilibre réactif. Pour en savoir plus sur le Tai-Chi et les personnes âgées (en anglais).

« Wii balance » : ( edit | edit source )

Les activités de la « Wii balance » ne sont généralement pas un entraînement à l’équilibre réactif. Les activités d’équilibre sont de davantage de nature anticipative. À nouveau, la performance du patient détermine si l’activité est réactive ou anticipée.

Entraînement à l’équilibre en réalité virtuelle : ( éditer | éditer la source )

L’entraînement à l’équilibre en réalité virtuelle a le potentiel d’être considéré comme un entraînement à l’équilibre réactif. L’application devrait alors créer une situation dans laquelle le patient ressentirait une sensation d’instabilité et devrait réagir à cette sensation d’instabilité par une réponse motrice.

Concevoir son propre entraînement à l’ER : ( éditer | éditer la source )

Il existe de nombreux exemples d’EER. Des situations peuvent être mises en place et appliquées à des interventions cliniques. Il est important de se rappeler quelques points lorsque l’on intègre l’EER dans notre pratique.

  1. L’activité doit être d’une intensité telle qu’elle oblige le patient à réagir pour éviter une chute.
  2. Les activités doivent comprendre des perturbations internes ou externes.
  3. Les activités doivent mettre le patient au défi de façon progressive.
  4. L’activité doit être répétée avec votre patient à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’il soit en mesure d’y réagir de manière adéquate.

Conclusion(edit | edit source)

L’EER inclut des situations inattendues dans la prestation de soins. Le patient ne doit pas être en mesure d’anticiper la condition ou la situation dans laquelle il se trouvera, car il ne doit pas pouvoir prévoir sa réaction. Le centre de gravité se déplace vers les limites de la stabilité, ce qui nécessite une stratégie de pas compensatoire pour éviter la chute. L’EER est une stratégie efficace de prévention des chutes pour les patients, et ce à différents moments de leur vie (17) .

Ressources supplémentaires ( éditer | modifier la source )

Balance Intensity Scale (site internet en anglais)

Perturbations sur un tapis roulant :

Planche réactive/équilibre réactif :

Plateforme d’équilibre Shuttle Balance :

Système d’équilibre réactif Proprio :

Références(edit | edit source)

  1. Mansfield A, Aqui A, Danells CJ, Knorr S, Centen A, DePaul VG, Schinkel-Ivy A, Brooks D, Inness EL, Mochizuki G. Does perturbation-based balance training prevent falls among individuals with chronic stroke ? A randomised controlled trial. BMJ open. 2018 Aug 1;8(8):e021510. doi: 10.1136/bmjopen-2018-021510
  2. 2.0 2.1 2.2 Barzideh A, Marzolini S, Danells C, Jagroop D, Huntley AH, Inness EL, Mathur S, Mochizuki G, Oh P, Mansfield A. Effect of reactive balance training on physical fitness poststroke : study protocol for a randomised non-inferiority trial. BMJ Open. 2020 Jun 30;10(6):e035740. doi: 10.1136/bmjopen-2019-035740.
  3. Alayat MSM, Almatrafi NA, El Fiky AAR, Elsodany AM, Shousha TM, Basuodan R. The Effectiveness of Perturbation-Based Training in the Treatment of Patients With Stroke : A Systematic Review and Meta-Analysis. Neuroscience Insights. 2022;17. doi:10.1177/26331055221114818
  4. Berg WP, Alessio HM, Mills EM, Tong C. Circumstances and consequences of falls in independent community-dwelling older adults. Age Ageing. 1997 Jul;26(4):261-8. doi : 10.1093/ageing/26.4.261. PMID : 9271288.
  5. 5.0 5.1 Schinkel-Ivy A, Huntley AH, Aqui A, Mansfield A. Does Perturbation-Based Balance Training Improve Control of Reactive Stepping in Individuals with Chronic Stroke ? Journal of stroke and cerebrovascular diseases. 2019;28(4):935-43.
  6. Mansfield A, Wong JS, Bryce J, Knorr S, Patterson KK. Does perturbation-based balance training prevent falls? Systematic review and meta-analysis of preliminary randomized controlled trials. Phys Ther. 2015;95:700-709. doi:10.2522/ptj.20140090
  7. Okubo Y, Schoene D, Lord SR. Step training improves reaction time, gait and balance and reduces falls in older people: a systematic review and meta-analysis. Br J Sports Med. 2017;51:586-593. doi:10.1136/bjsports-2015-095452
  8. Lima CA, Ricci NA, Nogueira EC, Perracini MR. The Berg Balance Scale as a clinical screening tool to predict fall risk in older adults : a systematic review (L’échelle d’équilibre de Berg comme outil de dépistage clinique pour prédire le risque de chute chez les personnes âgées : une revue systématique). Physiotherapy. 2018 Dec 1;104(4):383-94.
  9. Tamura S, Miyata K, Kobayashi S, Takeda R, Iwamoto H. Minimal clinically important difference of the Berg Balance Scale score in older adults with hip fractures. Disability and Rehabilitation. 2022 Oct 9;44(21):6432-7.
  10. Farlie, Melanie & Keating, Jenny & Molloy, Elizabeth & Bowles, Kelly-Ann & Neave, Becky & Yamin, Jessica & Weightman, Jussyan & Saber, Kelly & Haines, Terry. (2019). The Balance Intensity Scales for Therapists and Exercisers Measure Balance Exercise Intensity in Older Adults: Initial Validation Using Rasch Analysis. Physical therapy. 99. DO : 10.1093/ptj/pzz092.
  11. Shenoy A, Peng TH, Todd RM, Eng JJ, Silverberg ND, Tembo T, Pollock CL. Rate of perceived stability as a measure of balance exercise intensity in people post-stroke. Disability and Rehabilitation. 2022 Jan 31:1-7.
  12. https://www.monash.edu/medicine/balance-intensity-scale/home
  13. Mansfield A, Wong JS, Bryce J, Knorr S, Patterson KK. Does perturbation-based balance training prevent falls? Systematic review and meta-analysis of preliminary randomized controlled trials. Physical therapy. 2015 mai 1;95(5):700-9
  14. Devasahayam AJ, Farwell K, Lim B, Morton A, Fleming N, Jagroop D, Aryan R, Saumur TM, Mansfield A. The effect of reactive balance training on falls in daily life : an updated systematic review and meta-analysis. Physical Therapy. 2022 Dec 30;103(1):pzac154.
  15. Allin LJ, Brolinson PG, Beach BM, Kim S, Nussbaum MA, Roberto KA, Madigan ML. Perturbation-based balance training targeting both slip-and trip-induced falls among older adults : a randomized controlled trial. BMC Geriatrics. 2020 Dec;20(1):1-3.
  16. Martins AC, Santos C, Silva C, Baltazar D, Moreira J, Tavares N. Does modified Otago Exercise Program improves balance in older people? A systematic review. Preventive medicine reports. 2018 Sep 1;11:231-9.
  17. Krause A, Freyler K, Gollhofer A, Stocker T, Bruederlin U, Colin R, Toepfer H, Ritzmann R. Neuromuscular and kinematic adaptation in response to reactive balance training-a randomized controlled study regarding fall prevention. Frontiers in Physiology. 2018;9:1075


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles