Protocole de rééducation après une intervention chirurgicale pour la fracture de Pouteau-Colles

Introduction(edit | edit source)

Les fractures du radius distal sont généralement dues à une chute sur la main tendue. (1) Elles sont plus fréquentes chez les enfants et les personnes âgées. Chez les enfants, elles se produisent plus souvent chez les garçons, alors qu’elles sont plus fréquentes chez les femmes dans la population plus âgée.(2) Chez les enfants et les jeunes adultes, la force requise pour causer ce type de fracture est beaucoup plus élevée (par exemple, une chute d’une barre de singe ou un accident de voiture), alors que chez les adultes plus âgés, les fractures du radius distal se produisent généralement à la suite d’un traumatisme à faible énergie, par exemple une chute à partir de la position debout.(3)

La majorité des fractures du radius distal sont traitées de manière conservatrice, (4) mais le recours à la chirurgie de fixation interne a fortement augmenté. (2) Pour une description plus détaillée de la classification des fractures du radius distal et des types de traitement chirurgical, voir Fractures du radius distal.

Protocole de rééducation après l’intervention chirurgicale ( edit | edit source )

Ce protocole est spécifique aux fractures de Pouteau-Colles traitées par réduction ouverte avec fixation interne (ROFI) à l’aide d’une plaque palmaire verrouillée. Il ne s’applique pas aux patients traités avec des broches de Kirschner, des fixateurs externes ou d’autres approches chirurgicales et a été élaborée par des thérapeutes de la main australiens en collaboration avec des chirurgiens orthopédiques.(5)

Ce protocole peut également être utilisé avec les patients ayant suivi un traitement conservateur après une fracture de Pouteau-Colles. Ces patients ne peuvent toutefois pas commencer les exercices avant d’y avoir été autorisés par leur médecin traitant. Cela se produit généralement 6 semaines après la blessure.(5)

Buts du programme ( edit | edit source )

  • Gestion de la douleur
  • Rétablir l’amplitude articulaire du poignet, des doigts et du coude
  • Protection de la fracture
  • Contrôle de l’œdème
  • Fixer des attentes et des objectifs réalistes pour les patients

NB : L’amplitude articulaire a tendance à augmenter régulièrement pendant les 6 premiers mois, mais après cela, les progrès ralentissent.(5) En règle générale, l’amplitude articulaire du côté blessé sera à nouveau similaire à celle du côté sain après environ 12 mois. Cependant, la force de préhension n’est généralement pas égale à ce moment-là.(5)

Le protocole : Semaines 0 à 6 après la chirurgie ( edit | edit source )

La réussite du traitement requiert une communication étroite avec le chirurgien orthopédique concerné. Les séances de physiothérapie ont généralement lieu 1 à 2 fois par semaine.(5)

Jour 1 ( edit | edit source )

  • Retrait du plâtre et mise en place d’un nouveau pansement (en fonction du domaine d’activité du professionnel)
  • Fabrication d’une orthèse palmaire distale (en fonction du domaine d’activité du professionnel)
  • Compression pour contrôler l’œdème
  • Enseignement pour l’utilisation légère de la main
  • Révision des précautions – il est particulièrement important que le physiothérapeute rappelle au patient qu’il ne doit pas prendre appui sur sa main ni soulever quoi que ce soit de lourd pendant 6 semaines (il est généralement conseillé au patient de ne pas soulever une charge plus lourde qu’« une demi-tasse de thé »).
  • Consignes concernant l’attelle : le patient doit porter l’attelle la plupart du temps pendant les 3 premières semaines, sauf pendant les exercices ou lorsqu’il est assis calmement.
  • Il faut commencer rapidement à faire des exercices de mobilité articulaire active en dessous du seuil de douleur :
    • Placez le bras en élévation sur la table pour contrôler l’œdème
      • Opposition du pouce avec le bout de chacun des doigts
      • Flexion et extension des doigts
      • 1. Effet ténodèse en flexion

        2. Effet ténodèse en extension

        Mouvement de flexion et d’extension du poignet de l’effet ténodèse (voir images 1 et 2)

      • Inclinaisons radiale et ulnaire (aussi appelée « déviations radiale et ulnaire »)
    • Pronation et supination avec le coude près du corps et fléchi à 90 degrés

Les exercices doivent être effectués 10 fois toutes les 2 ou 3 heures. (5)

1 semaine après la chirurgie ( edit | edit source )

  • Commencer à faire des exercices de mobilité articulaire passive – y aller en douceur afin de protéger la guérison osseuse.
    • Extension passive du poignet : placer les coudes sur la table et mobiliser les poignets en extension.
    • Flexion passive du poignet : placer le coude sur la table et utiliser la main du côté sain pour mobiliser le poignet atteint en flexion.
    • Extension du poignet en utilisant un déplacement du coude – la main du côté sain est placée sur la main du côté atteint – lever le coude vers le haut afin de produire une extension du poignet
    • 3. Incinaison ulnaire passive

      Inclinaison ulnaire en utilisant un déplacement du coude : la main du côté sain est placée sur la main du côté atteint – déplacer le coude vers l’avant afin de produire une inclinaison ulnaire au niveau du poignet (voir image 3).

    • Extension du poignet avec le poing fermé alors que l’avant-bras repose sur la table
    • Pronation et supination passives : Faire le mouvement activement puis appliquer une surpression avec la main du côté sain
  • Ajouter 2 nouveaux exercices de mobilité articulaire active
    • Circomduction du poignet en élévation, le bras reposant sur une table
    • Figures en 8 avec poignet, avec le coude près du corps

Continuez la compression et rappelez à votre patient qu’il doit continuer à porter son attelle.(5)

2 semaines après la chirurgie ( edit | edit source )

Commencer le traitement des cicatrices dès que les points de suture sont retirés :

  • Massage des cicatrices : moyens de contact sur la cicatrice tels que la silicone et les bandes pour cicatrice
  • Désensibilisation : tapotements, textures, frottements, immersion, vibrations pour réduire le tissu cicatriciel et la sensibilité de la cicatrice.

Poursuivre les mobilisations articulaires actives et passives pour réduire au maximum les adhérences cicatricielles internes.(5)

Semaines 3 à 6 après la chirurgie ( edit | edit source )

Poursuivre les exercices de mobilisations articulaires passives. À ce stade, il est pertinent de voir le patient 1 à 2 fois par semaine pour effectuer des modalités passives comme la chaleur et le bain de paraffine, des étirements et des mobilisations. Il est également recommandé de revoir leur programme et de vérifier leurs exercices à chaque rendez-vous.

Il est important de rappeler à votre patient qu’à partir de ce moment, il n’a à porter son attelle que pour les activités présentant un risque élevé de chute ou de traumatisme. Il s’agit notamment d’être à proximité d’enfants ou d’animaux domestiques, de prendre une douche ou de faire des courses à l’extérieur de la maison. Il n’est plus nécessaire de porter l’attelle pour dormir ou lorsqu’il reste à la maison.(5)

6 semaines après la chirurgie ( edit | edit source )

Le patient revoit généralement son chirurgien 6 semaines après la chirurgie et passe des radiographies de contrôle. De façon générale, c’est à partir de ce moment que le renforcement est autorisé.(5)

Mesures de résultats utiles ( edit | edit source )

Le consensus général dans la littérature est de revoir les mesures des résultats chez le patient à 2 semaines, 6 semaines, 3 mois, 6 mois et 12 mois si possible.(5)

Complications et drapeaux rouges ( edit | edit source )

Les complications des fractures du radius distal varient en fonction du traitement utilisé (fixation interne ou externe ou non chirurgical) (6), ainsi que d’autres facteurs liés au patient, tels que le tabagisme (7) ou la mauvaise qualité de l’os. (8)

  • Cal vicieux (« malunion ») (9) ou pseudarthrose (« nonunion ») : ces complications nécessitent généralement une nouvelle intervention chirurgicale.
  • Problème lié au matériel : ces patients doivent généralement subir une nouvelle intervention chirurgicale. (5)
  • Rupture du tendon (10) : cette complication nécessite généralement une nouvelle intervention chirurgicale. (11)
  • Neuropathie ou compression du nerf médian ou radial (6) : se résout souvent, mais nécessite parfois des investigations. (3)
  • Douleur du côté ulnaire du poignet : peut indiquer une fracture non consolidée de la styloïde ulnaire ou un syndrome d’impaction ulnaire. Une intervention chirurgicale est nécessaire. (5)
  • SDRC(12) : il est suspecté lorsqu’une douleur intense et qui ne peut être contrôlée survient après une intervention chirurgicale. Il peut également y avoir des gonflements impossibles à contrôler, une peau luisante ou tachetée, une sudation et des raideurs. (11)
  • Infection (11)
  • Douleur persistante : Peut être causée par des lésions des tissus mous ou un problème du matériel. (5)
  • Raideur (13) : pour y remédier, les thérapeutes de la main peuvent fabriquer des attelles dynamiques. (5)

Références(edit | edit source)

  1. Fahy K, Duffaut CJ. Hand and wrist fractures. Curr Sports Med Rep. 2022 Oct 1;21(10):345-6.
  2. 2.0 2.1 Azad A, Kang HP, Alluri RK, Vakhshori V, Kay HF, Ghiassi A. Epidemiological and Treatment Trends of Distal Radius Fractures across Multiple Age Groups. J Wrist Surg. 2019;8(4):305-11.
  3. 3.0 3.1 Handoll HHG, Huntley JS, Madhok R. External Fixation versus conservative treatment for distal radial fractures in adults (Review). The Cochrane Library. 2008;4:1-78.
  4. Dehghani M, Ravanbod H, Piri Ardakani M, Tabatabaei Nodushan MH, Dehghani S, Rahmani M. Surgical versus conservative management of distal radius fracture with coronal shift; a randomized controlled trial. Int J Burns Trauma. 2022 Apr 15;12(2):66-72.
  5. 5.00 5.01 5.02 5.03 5.04 5.05 5.06 5.07 5.08 5.09 5.10 5.11 5.12 5.13 5.14 Thorn, K. Introduction to distal radius fracture (VIMEO). Queensland: Physiopedia, 2019.
  6. 6.0 6.1 Chung KC, Malay S, Shauver MJ, Kim HM; WRIST Group. Assessment of Distal Radius Fracture Complications Among Adults 60 Years or Older: A Secondary Analysis of the WRIST Randomized Clinical Trial. JAMA Netw Open. 2019;2(1):e187053.
  7. Hess DE, Carstensen SE, Moore S, Dacus AR. Smoking Increases Postoperative Complications After Distal Radius Fracture Fixation: A Review of 417 Patients From a Level 1 Trauma Center. Hand (N Y). 2020;15(5):686-91.
  8. Rosenauer R, Pezzei C, Quadlbauer S, Keuchel T, Jurkowitsch J, Hausner T et al. Complications after operatively treated distal radius fractures. Arch Orthop Trauma Surg. 2020;140(5):665-73.
  9. Handoll HHG, Madhok R. Conservative interventions for treating distal radial fractures in adults (Review). The Cochrane Library. 2008;4:1-112.
  10. Yamak K, Karahan HG, Karatan B, Kayalı C, Altay T. Evaluation of Flexor Pollicis Longus Tendon Rupture after Treatment of Distal Radius Fracture with the Volar Plate. J Wrist Surg. 2020;9(3):219-24.
  11. 11.0 11.1 11.2 Chung, KC, Mathews, AL. Management of Complications of Distal Radius Fractures. Hand Clin. 2015; 31(2): 205–215.
  12. Ortiz-Romero J, Bermudez-Soto I, Torres-González R, Espinoza-Choque F, Zazueta-Hernandez JA, Perez-Atanasio JM. FACTORS ASSOCIATED WITH COMPLEX REGIONAL PAIN SYNDROME IN SURGICALLY TREATED DISTAL RADIUS FRACTURE. Acta Ortop Bras. 2017;25(5):194-6.
  13. Kleinman WB. Distal radius instability and stiffness; common complications of distal radius fractures. Hand Clin. 2010;26:245-264.


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles