Les phases de réadaptation

Introduction[edit | edit source]

Les besoins en matière de réadaptation au sein des systèmes de santé sont de plus en plus importants en raison de l’augmentation de la population mondiale. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), une personne sur trois doit avoir accès à la réadaptation[1][2], pourtant, plus de 50 % des personnes ayant besoin de réadaptation dans les pays à faible et moyen revenu n’y ont pas accès. Le type de soins et les besoins de réadaptation varient énormément en fonction d’un certain nombre de facteurs qui sont influencés spécifiquement par l’acuité et la complexité de l’affection. Le type de soins variera en fonction des besoins de la personne, allant des soins aigus en cas de maladie/blessure aiguë ou d’exacerbation d’un état actuel nécessitant une intervention rapide, aux soins subaigus et aux soins de longue durée lorsque l’état de la personne est plus stable.

Les soins aigus[ edit | edit source ]

Une définition pratique raisonnable des soins aigus devrait inclure les actions diagnostiques et curatives les plus urgentes, orientées vers l’individu, dont l’objectif principal est d’améliorer la santé et, à ce titre, la définition proposée inclut les composantes du système de santé, ou les plateformes de prestation de soins, utilisées pour traiter les épisodes soudains, souvent inattendus, urgents ou émergents de blessures et de maladies, quelle qu’en soit la cause finale, qui peuvent entraîner la mort ou l’invalidité sans une intervention rapide. Les soins aigus jouent un rôle essentiel dans la prévention des décès et des handicaps, et l’intégration des soins aigus aux soins préventifs et primaires complète un paradigme de système de santé qui englobe pleinement tous les aspects essentiels de la prestation des soins de santé.

Figure.1 Champs d’action en soins aigus

Les soins aigus englobent toute une série de fonctions de soins de santé cliniques, notamment les soins urgents, les soins urgents pré-hospitaliers, les soins d’urgence ou de traumatologie, les soins chirurgicaux aigus, les soins intensifs et la stabilisation à court terme des patients hospitalisés. Ceci peut nécessiter une visite ou un séjour dans un centre de soins d’urgence, un service d’urgence hospitalier ou d’autres établissements de court séjour, ainsi que l’assistance de services de diagnostic, une intervention chirurgicale ou des soins ambulatoires de suivi dans la communauté. Les soins de courte durée en milieu hospitalier ont généralement pour objectif de faire sortir les patients dès qu’ils sont jugés en bonne santé et stables. De nombreuses interventions simples, efficaces et peu coûteuses en matière de soins aigus peuvent sauver des vies, souvent dans les premiers 24 heures. Parmi ceux-ci, on trouve ceux qui sont fournis dans les services de chirurgie de base des hôpitaux de district offrant un traitement pour les traumatismes, les grossesses à risque et d’autres conditions chirurgicales courantes.[3]

Les établissements de soins aigus comprennent le service des urgences, les soins intensifs, les soins coronariens, la cardiologie, les soins intensifs néonatals et de nombreux autres endroits où le patient peut être victime d’un malaise aigu et avoir besoin d’être stabilisé avant d’être transféré dans une autre unité plus dépendante pour un traitement plus poussé. [4][3]

Où sont dispensés les soins aigus[ edit | edit source ]

a. En Chirurgie de traumatologie et de soins aigus[edit | edit source]

Le traitement de personnes ayant des besoins chirurgicaux aigus, tels que des blessures mettant leur vie en danger, une appendicite aiguë ou une hernie étranglée ou une occlusion intestinale ( cause la plus fréquente d’admission à l’hôpital). [3][5]

b. À l’Urgence[edit | edit source]

Le traitement des personnes présentant des besoins médicaux et potentiellement chirurgicaux aigus mettant en danger leur vie ou un membre, tels que l’infarctus aigu du myocarde ou les accidents cérébrovasculaires aigus, ou l’évaluation des patients souffrant de douleurs abdominales. [3] Peuvent être effectuées par les médecins généralistes (GP) pour prévenir les complications irréversibles, mais se produisent fréquemment au service d’urgence d’un hôpital : où on peut évaluer les voies respiratoires, la respiration, la circulation et traiter les personnes gravement malades pour stabiliser leur état. Selon le degré de gravité, certains cas peuvent être pris en charge exclusivement au sein du service des urgences, tandis que d’autres seront orientés vers des soins spécialisés.

c. En soins d’urgence[edit | edit source]

Soins sans rendez-vous dans un établissement fournissant des soins médicaux en dehors du service des urgences d’un hôpital, généralement sans rendez-vous, comme dans une unité de traitement des blessures mineures, par exemple, le traitement des blessures mineures (entorse, foulure, fracture), maladie saisonnière, fièvre, ou suite à l’exacerbation d’une maladie chronique.[3][6]

d. En stabilisation à court terme[edit | edit source]

Comme son nom l’indique, la stabilisation à court terme est centrée sur la stabilisation de l’individu afin de minimiser ou de contrôler les symptômes de son état jusqu’à ce qu’il puisse recevoir un traitement définitif. Par exemple, l’administration de fluides intraveineux à un patient gravement blessé avant son transfert dans une salle d’opération.

e. En soins pré-hospitaliers[edit | edit source]

Les soins sont dispensés dans la communauté jusqu’à ce que le patient arrive dans un établissement de santé formel capable de fournir des soins définitifs. Il peut s’agir, par exemple, de la prestation de soins par le personnel ambulancier ou de l’évaluation de problèmes de santé aigus par les prestataires de soins locaux ;

  1. Soins prodigués par les premiers intervenants
  2. Soins préhospitaliers de base
  3. Soins préhospitaliers avancés

f. Aux Soins intensifs[edit | edit source]

Les soins intensifs sont les soins spécialisés dispensés aux patients dont l’état met leur vie en danger et qui nécessitent des soins exhaustifs et une surveillance constante, généralement dans des unités de soins intensifs. Par exemple, les patients souffrant de graves problèmes respiratoires nécessitant une intubation endotrachéale et les patients souffrant de crises d’épilepsie causées par le paludisme cérébral.[4][3]

Services fournis en soins aigus[ edit | edit source ]

Les soins aigus sont une branche des soins de santé dans laquelle un patient reçoit un traitement actif mais de courte durée pour une blessure ou épisode de maladie graves, une condition médicale urgente, ou pendant le rétablissement d’une chirurgie, et généralement dispensé par des équipes de professionnels de la santé issus de diverses spécialités médicales et chirurgicales. Une combinaison de soins de réadaptation sont possibles ( physiothérapie, ergothérapie, thérapie respiratoire et orthophonie selon les besoins) en fonction de l’individu et du besoin d’assurer un retour à une fonction optimale.

Les soins aigus aident les patients à améliorer leur qualité de vie et leur permettent d’être transférés vers la phase suivante de soins adaptée à leurs besoins, quelle qu’elle soit. Le transfert des soins des soins aigus vers la prochaine phase de réadaptation est une décision importante qui peut avoir un impact significatif sur la qualité des soins fournis au patient et de sa vie.

Les soins subaigus[ edit | edit source ]

Les soins subaigus sont des soins fournis aux personnes dont l’état est généralement plus stable et qui ne répondent plus aux critères des soins aigus, mais qui peuvent avoir besoin d’un soutien médical continu pour gérer un état de santé nouveau ou changeant. Ils aident l’individu à retrouver ou à adapter sa capacité à effectuer les activités de la vie quotidienne.[7] Le modèle de soins subaigus mis en œuvre aux États-Unis est centré sur l’extension des services médicaux aigus au-delà de la période d’instabilité aiguë par une unité de soins non aigus au sein ou à proximité de l’hôpital, afin de raccourcir la durée des soins aigus en milieu hospitalier.

Souvent considérés comme une étape ultérieure aux soins aigus, les soins subaigus sont généralement dispensés dans un établissement spécialisé où la personne reçoit un nombre limité de traitements. Par exemple, les centres de réadaptation où sont dispensés des soins de physiothérapie, d’ergothérapie et/ou d’orthophonie. Parmi les autres types de soins subaigus figurent le traitement des plaies, l’antibiothérapie par voie intraveineuse, la prise en charge de la douleur, la dialyse et les traitements prescrits par les médecins pour les maladies cardiaques, pulmonaires et autres, comme le diabète ou l’hypertension. Les soins subaigus peuvent également inclure des soins post-chirurgicaux de courte durée, la personne restant hospitalisée dans l’établissement plutôt que de s’y rendre pour un traitement.

Où sont-ils dispensés[ edit | edit source ]

Les soins subaigus sont généralement dispensés dans les hôpitaux, les foyers, les centres de soins ou les centres de réadaptation spécialisés.[7]

Services fournis en soins subaigus[ edit | edit source ]

En général, les interventions fournies dans le cadre des soins subaigus sont orientées vers un objectif et combinent une gamme de services tels que la physiothérapie, l’ergothérapie et l’orthophonie.[7]

Avantages des soins subaigus[ edit | edit source ]

  • Ils diminuent la durée de l’hospitalisation (en cas d’hospitalisation) ;
  • Ils fournissent un soutien en vue de développer une fonction optimale ;
  • Ils soutiennent l’adaptation et aident à gérer les changements résultant de leur état de santé ainsi qu’à gérer leurs tâches quotidiennes. [7]

Les soins post-aigus[ edit | edit source ]

Même si les soins post-aigus fournissent également un traitement médical continu après un séjour à l’hôpital, ils mettent l’accent sur la récupération, la réadaptation et la gestion des symptômes. Les personnes qui se remettent d’une maladie cardiaque ou pulmonaire, d’un accident vasculaire cérébral, de troubles neurologiques ou d’une chirurgie orthopédique ont souvent besoin de thérapies de réadaptation pour combler le fossé entre l’hôpital et la maison.

Le modèle de soins post-aigus est conçu pour aider les patients à passer de la maladie au rétablissement tout en évitant le recours à un établissement de soins de longue durée pour les personnes qui pourraient recevoir des soins à domicile. Ce modèle repose sur une série de services de soins pour aider les personnes à retourner chez elles avec succès après leur sortie de l’hôpital afin de faciliter la transition du rétablissement à l’autonomie fonctionnelle.

Les principaux objectifs des soins post-aigus dépassent les aspects médicaux pour englober la prestation de soins intégrés transitoires appropriés aux patients ayant un potentiel de récupération fonctionnelle, facilitant ainsi leur retour sur leur lieu de résidence et maximisant le bien-être et l’indépendance afin qu’ils puissent reprendre le cours de leur vie.

Les services de soins post-aigus vont de la réadaptation intensive à court terme aux soins réparateurs à plus long terme. Certains patients se rétabliront complètement, tandis que d’autres apprendront à gérer les symptômes d’une maladie chronique ou à compenser la perte fonctionnelle résultant de leur handicap.[7]

Où sont-ils dispensés[ edit | edit source ]

En fonction des besoins du patient, les soins post-aigus peuvent inclure un séjour dans un établissement, tel qu’un établissement de soins infirmiers spécialisés, un établissement de réadaptation pour patients hospitalisés ou ambulatoires, ou un hôpital de soins de longue durée, ou des soins à domicile par l’intermédiaire d’une agence de santé à domicile, ou dans les écoles et sur les lieux de travail lorsque la personne reprend ses études ou son travail.[7]

Services fournis en soins post-aigus[ edit | edit source ]

Il y a ici un certain recoupement avec les soins subaigus, dans la mesure où les soins post-aigus peuvent également inclure la réadaptation et d’autres services après un épisode de soins aigus. Les soins post-aigus, cependant, couvrent également les services palliatifs pour les patients en fin de vie. Ces services, ainsi que d’autres services post-aigus, peuvent être fournis dans un établissement ou par le biais d’un traitement ambulatoire au domicile du patient. En raison du vieillissement de la population, le secteur des soins post-aigus connaît une croissance importante.[7]

Soins de longue durée[ edit | edit source ]

Les soins de longue durée font partie intégrante des systèmes sanitaires et sociaux et englobent les activités entreprises pour les personnes nécessitant des soins par des soignants informels (famille, amis et voisins), ou par des soignants formels, y compris des professionnels et des auxiliaires (travailleurs sanitaires, sociaux et autres). Le besoin de soins de longue durée est influencé par l’évolution des capacités fonctionnelles physiques, mentales et/ou cognitives qui sont à leur tour, au cours de la vie d’un individu, influencées par l’environnement.

Les soins de longue durée permettent aux personnes dont les capacités diminuent de manière significative de recevoir les soins et l’aide qui leur permettent de vivre une vie conforme à leurs droits et libertés fondamentaux et à leur dignité humaine. L’objectif des soins de longue durée est de faire en sorte qu’une personne qui n’est pas entièrement capable de prendre soin d’elle-même à long terme puisse conserver la meilleure qualité de vie possible, avec le plus haut degré possible d’indépendance, d’autonomie, de participation, d’épanouissement personnel et de dignité humaine, et devrait inclure le respect des valeurs, des préférences et des besoins de cette personne ;

Les services de soins de longue durée comprennent les services de santé traditionnels tels que la gestion des maladies chroniques, la réadaptation, les soins palliatifs, la promotion et les services de prévention. Ils peuvent également inclure des services de soins d’assistance tels que les soins et l’aide sociale, qui doivent être intégrés et fournis dans un continuum avec les principes fondamentaux sous-jacents aux soins centrés sur la personne. L’importance d’assurer la continuité des soins et de maximiser les possibilités de fournir un équilibre optimal des soins justifie l’intégration des soins de longue durée dans les services de santé généraux et, lorsqu’ils sont intégrés efficacement, les soins de longue durée peuvent contribuer à réduire l’utilisation inappropriée des services de soins aigus.

Les soins de longue durée peuvent être dispensés en institution ou à domicile, de manière formelle ou informelle.

  • Les soins de longue durée en institution ou en résidence sont définis comme la prestation de tels soins à trois personnes non apparentées ou plus dans un même lieu. Les communautés soignantes offrent un large éventail de soins de santé, de soins personnels et de services de soutien aux adultes dont les capacités d’autonomie sont limitées. Aux États-Unis, environ 2,1 millions de personnes résident dans des établissements de soins de longue durée.[2].
  • Les soins à domicile peuvent être fournis exclusivement à la maison ou combinés à des soins dans la communauté (par exemple dans des centres de jour ou dans le cadre d’accords conclus pour des soins de répit) et peuvent également être considérés comme incluant les soins fournis aux personnes dont le « domicile » ne correspond pas aux définitions conventionnelles (par exemple, les familles itinérantes, les personnes vivant dans des bidonvilles). Les personnes qui ont besoin de soins de longue durée à domicile peuvent également avoir besoin d’autres services, tels que des soins de santé physique ou mentale aigus et une rééducation, ainsi qu’un soutien financier, social et juridique.
  • Les soins formels peuvent être financés et organisés par le secteur public, mais les services peuvent être fournis par des organisations gouvernementales, par des ONG (locales, nationales ou internationales) ou par le secteur privé. Ils sont généralement dispensés par des professionnels (médecins, infirmières, travailleurs sociaux) et des auxiliaires, tels que des préposés aux soins personnels (qui aident à se laver, à s’habiller, etc.). Dans certaines communautés, les guérisseurs traditionnels peuvent constituer une importante source supplémentaire de soins.
  • Les soins informels comprennent ceux fournis par les membres de la famille nucléaire et de la famille élargie, les voisins, les amis et les bénévoles, ainsi que l’aide organisée par des organisations bénévoles telles que les organismes religieux.

Références [edit | edit source]

  1. World Health Organisation. Health Topic – Rehabilitation. Available from: https://www.who.int/health-topics/rehabilitation#tab=tab_1 (accessed 30 June 2021)
  2. 2.0 2.1 World Health Organisation. Rehabilitation Key Facts. Available from: https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/rehabilitation (accessed 2 May 2021).
  3. 3.0 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 Hirshon JM, Risko N, Calvello EJ, Ramirez SS, Narayan M, Theodosis C, O’Neill J. Health systems and services: the role of acute care. Bulletin of the World Health Organization. 2013;91:386-8.
  4. 4.0 4.1 World Health Organization. Integrated management of adolescent and adult illness: interim guidelines for first-level facility health workers. World Health Organization; 2004.
  5. Ball CG, Hameed SM, Brenneman FD. Acute care surgery: a new strategy for the general surgery patients left behind. Canadian journal of surgery. 2010 Apr;53(2):84.
  6. Ramanayake RP, Sudeshika Ranasingha SL. Management of emergencies in general practice: role of general practitioners. Journal of family medicine and primary care. 2014 Oct;3(4):305.
  7. 7.0 7.1 7.2 7.3 7.4 7.5 7.6 HealthyWA. Subacute Care. Available from: https://www.healthywa.wa.gov.au/Articles/S_T/Subacute-care (accessed on 30 June 2021)


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles