Contextes de réadaptation

Introduction[edit | edit source]

L’Organisation mondiale de la Santé définit les déterminants sociaux de la santé comme « les conditions dans lesquelles les gens naissent, grandissent, travaillent, vivent et vieillissent, ainsi que l’ensemble plus vaste de forces et de systèmes qui façonnent les conditions de vie quotidienne », ceux-ci étant largement responsables des inégalités en matière de santé, y compris l’iniquité.[1] En d’autres termes, une vision holistique du contexte dans lequel les soins de santé sont dispensés est essentielle pour améliorer l’équité en matière de santé. Les gains les plus importants en matière de santé ne seront pas nécessairement obtenus par la seule amélioration des soins de santé, mais également par des stratégies visant à améliorer ces déterminants sociaux.

L’un des facteurs les plus importants en matière de réadaptation est l’impact des facteurs contextuels, notamment le contexte général dans lequel la réadaptation a lieu. Nous savons que l’environnement est connu pour avoir un impact significatif sur le traitement en général. Par conséquent, les circonstances entourant la réadaptation, de la situation avant, pendant et après l’événement menant à une perte de fonction est un facteur important à considérer tout au long du processus de réadaptation.[2] Le contexte dans lequel se déroule la réadaptation influence grandement la gamme et la disponibilité des services de réadaptation et leur utilisation.

Contextes de manque de ressources[ edit | edit source ]

Les effets des inégalités liées aux soins de santé sont les plus évidents dans les environnements à faibles ressources, qui ne sont souvent pas explicitement définis, et où des termes généraux plus faciles à mettre en œuvre, tels que « pays à faible ou moyen revenu » ou « pays en voie de développement », sont souvent utilisés. En l’absence d’une compréhension plus approfondie du contexte, de telles approximations sont pleines de suppositions, insinuent une homogénéité qui n’est pas étayée et entravent le transfert de connaissances entre les différents milieux.[3]

Dans de nombreux pays à faibles ressources, les soins de santé sont principalement axés sur les aspects curatifs ou préventifs de la maladie, la réadaptation étant souvent considérée comme une priorité moindre, malgré le besoin accru de services de réadaptation dans ce contexte [4]. Les données actuelles suggèrent que seulement 3 % des personnes ayant besoin de réadaptation dans des environnements à faibles ressources en bénéficient ou y ont accès [5][6] (2, 4). Une enquête mondiale sur l’action des gouvernements concernant la mise en œuvre des règles de base des Nations Unies sur l’égalisation des chances des personnes handicapées montre que les politiques de réadaptation n’ont pas été adoptées dans 48 pays (42%), que la législation sur la réadaptation n’a pas été adoptée dans 50% des États membres et que les programmes de réadaptation ne sont pas établis dans 46 pays (40%)[6]. De plus, les budgets spécifiques aux services de réadaptation sont inexistants dans au moins un tiers des pays du monde[5]. Les facteurs personnels du patient (éducation, âge, attitude personnelle, emploi) et les facteurs environnementaux (expérience du personnel de santé, disponibilité d’examens spécialisés, traitement, services, transport, barrières physiques et architecturales) ont un impact profond sur la réadaptation et les résultats fonctionnels dans les pays en développement, ce qui rend essentiel la prise en compte de ces facteurs contextuels qui entravent la réadaptation. [7]

Le terme « milieux à faibles ressources » pourrait être étendu à neuf thèmes qui montrent que ces milieux ne sont pas unidimensionnels ou dichotomiques (c’est-à-dire adéquats ou inadéquats), mais qu’ils reflètent plutôt un réseau complexe de limitations de ressources et de concepts interdépendants.

Contextes de conflits et de catastrophes[ edit | edit source ]

De la première guerre mondiale à des catastrophes plus récentes, comme le tremblement de terre de 2015 au Népal et l’explosion de 2020 à Beyrouth, au Liban, l’importance d’intégrer la réhabilitation dans les réponses d’urgence aux conflits et aux catastrophes est claire. Les normes et recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé relatives aux équipes médicales d’urgence pour la réadaptation, lancées en 2016, ont signalé des progrès importants dans la reconnaissance du rôle que jouent les professionnels de la réadaptation et de la nécessité d’une intervention précoce. Cependant, alors que la communauté médicale d’urgence fait des progrès vers l’intégration de la réadaptation précoce dans la réponse aux conflits et aux catastrophes, la réadaptation précoce reste un domaine émergent.[8]

Les professionnels de la réadaptation sont confrontés à des défis uniques liés aux traumatismes complexes, à l’augmentation des blessures et à la rareté des ressources, que beaucoup n’ont jamais rencontrés auparavant. Il est essentiel de fournir des conseils pratiques pour assurer une réadaptation précoce de qualité dans ces contextes si l’on veut que les interventions en situation de conflit et de catastrophe aillent au-delà de leur mission de sauvetage des vies et des membres pour dispenser des soins qui optimisent les résultats pour les patients. Les professionnels de la réadaptation doivent être dotés des connaissances et des compétences nécessaires pour répondre aux besoins des patients et faire face aux exigences de l’intervention médicale d’urgence. Dans les situations d’urgence humanitaire, comme pendant ou après un conflit ou une catastrophe naturelle, le besoin de services de réadaptation fonctionnelle de base est criant et essentiel pour prévenir le handicap et améliorer la vie des personnes handicapées.

Il est désormais reconnu que la réadaptation précoce fait partie intégrante du rétablissement d’un patient dans les conflits et les situations de catastrophe. Dès les soins aigus, une réadaptation précoce peut contribuer à prévenir les complications, à accélérer le rétablissement et à assurer la continuité des soins. Les professionnels de la réadaptation travaillant dans le domaine de la réadaptation précoce doivent posséder des compétences dans un large éventail de domaines cliniques et, dans les situations de conflit et de catastrophe, ils doivent être en mesure de gérer des défis tels qu’une forte augmentation du nombre de patients, un équipement limité et des présentations cliniques complexes[9]. Grâce aux progrès réalisés en matière d’intervention, de gestion et de soins post-médicaux dans les situations de catastrophe, les taux de mortalité élevés se sont progressivement transformés en taux de morbidité accrus.

Catastrophes naturelles[ edit | edit source ]

Les victimes de catastrophes naturelles ont désormais de meilleures chances de survie ; elles peuvent toutefois présenter des handicaps susceptibles d’avoir un impact significatif sur leur santé physique et psychologique et d’affecter leur qualité de vie ; les patients présentant des handicaps et des comorbidités préexistants sont également exposés à un taux de mortalité plus élevé.[11][12] La réhabilitation dans les situations de catastrophe naturelle devrait être une préoccupation majeure en raison de la vulnérabilité des victimes. Certains domaines qui nécessitent des interventions dans les situations de catastrophe incluent : [2]

  • La collaboration et la gouvernance
  • Le développement des capacités
  • Les soins multidisciplinaires centrés sur la personne
  • Une meilleure communication
  • Une sensibilisation accrue du public et une participation active/inclusion des survivants de la catastrophe/de la famille/des partenaires communautaires
  • Le soutien de l’information fondée sur des données probantes, l’éducation et l’accès à l’information
  • L’amélioration de la réadaptation au niveau communautaire.

Regardez la courte vidéo ci-dessous intitulée « Early rehabilitation in conflict and disaster: Nepal earthquake response » (en anglais). Note : Humanité & Inclusion (HI) est une organisation d’aide indépendante et impartiale qui travaille dans des situations de pauvreté et d’exclusion, de conflit et de catastrophe.[13]

Ressources[edit | edit source]

Milieux à faibles ressources[ edit | edit source ]

Réadaptation en situation de catastrophe soudaine[ edit | edit source ]

Réadaptation anticipée dans les situations de conflit et de désastre[ edit | edit source ]

Références [edit | edit source]

  1. World Health Organization. Social determinants of health. WHO Regional Office for South-East Asia; 2008.
  2. 2.0 2.1 Khan F, Amatya B, Rathore FA, Galea MP. Medical Rehabilitation in Natural Disaster in the Asia Pacific Region: The Way Forward. International Journal of Natural Disaster Health Security. 2015: 2(2); 6 – 12
  3. Badenhorst M, Hanekom S, Heine M. Unravelling’low-resource settings’: a systematic scoping review with qualitative content analysis. BMJ global health. 2021 Jun;6(6).
  4. Barth CA. Meeting the needs of people with physical disabilities in crisis settings. Bulletin of the World Health Organization. 2019 Dec 1;97(12):790.
  5. 5.0 5.1 World Health Organization. Rehabilitation 2030 – a call for action. WHO [Internet]. 2017 [cited 2019 Jul 15]; Available from: https://www.who.int/disabilities/care/Rehab2030MeetingReport_plain_text_version.pdf
  6. 6.0 6.1 ICRC (International Committee of the Red Cross). Protracted Conflict and Humanitarian Action: Some Recent ICRC Experiences. Report. 2016.
  7. Hanapi NH, Zainin ES, Aziz MH, Darus D. The impact of personal and environmental factors on the rehabilitation of persons with neglected spinal cord injury in Malaysia. Spinal cord series and cases. 2019 Jan 28;5(1):1-5.
  8. Lathia C, Skelton P, Clift Z. Early rehabilitation in conflicts and disasters. HI. Accessed from Humanity–Inclusion-Clinical-Handbook.
  9. WHO. Early rehabilitation in conflict and disasters
  10. Early Rehabilitation in Conflicts and Disasters. Early Rehabilitation in Conflicts and Disasters: What is Early Rehabilitation?. Available from: https://youtu.be/BdHpvTGdnAA[last accessed 30/06/2021]
  11. Rehinhardt JD, Li J, Gosney J, Rathore FA, Haig AJ. Disability and Health-related Intervention in International Disaster Relief. Journal of Global Health Action. 2011. 4:7191
  12. Rathore FA, Gosney J, Reinhardt JD, Haig AJ, Li J. Medical Rehabilitation after Natural Disasters: Why, When and How?. Archives of Physical and Medical Rehabilitation. 2012. 93(10);1875 – 81
  13. HI Our Cause Available: https://hi.org/en/our-cause (accessed 27.8.2021)
  14. Early Rehabilitation in Conflict and Disaster: Nepal Earthquake Response Pushpak Newar. Available from: https://youtu.be/4Kj663QOba8 [last accessed 30/10/17]


Développement professionnel dans votre langue

Rejoignez notre communauté internationale et participez à des cours en ligne pour tous les professionnels en réadaptation.

Voir les cours disponibles